Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 8 – Chapitre 3 – Partie 10

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 3 : Conspiration dans le donjon

Partie 10

La bonne baissa la tête et partit pour la cuisine. Il y avait plusieurs bonnes qui travaillaient dur dans la cuisine. La vue n’était pas très différente de l’état actuel des lieux, en fait. J’étais content d’avoir autant de travailleuses… Bien que ce soit une vision de l’avenir, il serait donc plus juste de dire que j’étais content d’avoir autant de travailleurs acharnés.

« Hé, c’est Crea ! »

Elze désigna une personne qui se reflétait dans la boule. C’était bien Crea, notre chef cuisinier actuel. Elle avait l’air plus âgée, mais pas de dix ans de plus.

« Mais je ne suis pas là… ? »

Lu fit un peu la moue. Elle avait raison. Lu passait après tout beaucoup de temps dans la cuisine. Malheureusement, elle n’avait pas l’air d’y être ce jour-là.

Les épaules de Lu s’affaissèrent un peu.

« Ne t’inquiète pas, Lu. Pourquoi voulais-tu tant te voir, de toute façon ? »

« Je voulais que tu voies le moi adulte du futur, Touya… »

« Ne sois pas stupide. Je le verrai progressivement, à mes côtés. »

« Ah ! »

L’exclamation soudaine de Hilde fit que Lu et moi avions regardé vers la boule de cristal. Ne me dites pas… Pas encore…

« Juste maintenant, une petite fille a quitté la cuisine avec une boîte à déjeuner… »

« Ah… Elle avait de longs cheveux argentés… »

« Quoi !? »

Lu poussa un cri. En ce qui concernait les fiancées, seules trois d’entre elles avaient des cheveux que l’on pourrait qualifier d’argentés. Lu, Linze, et Elze. Ceux de Leen étaient plus blancs qu’autre chose.

« Où est-elle allée ? »

« Ah, elle est partie maintenant. Elle vient de quitter la cuisine. »

« Poursuivez-la ! »

« Je ne peux pas faire une telle chose… »

Lu regardait désespérément la boule de cristal puis Yae, puis revint au départ. J’avais compris ce qu’elle ressentait. Après tout, j’avais encore raté quelque chose.

« Calme-toi un peu… De qui était cet enfant, à ton avis ? »

« Il aurait pu être à moi ! J’ai toujours pensé que j’apprendrais à mon fils ou à ma fille à cuisiner ! C’est pourquoi je travaille toujours si dur dans la cuisine ! »

Il semblerait que Lu avait davantage envisagé le long terme que moi. Elle avait quand même raison. Je ne pouvais pas imaginer que Linze ou Elze aient un enfant qui passe beaucoup de temps à faire des trucs dans la cuisine… Je ne voulais pas imaginer quel genre d’horreurs super-épicées Elze apprendrait à ses enfants. Cela étant dit, ils auraient pu être encadrés par n’importe qui, donc il était difficile de dire avec certitude de qui était l’enfant.

« Nous ne les avons pas vraiment vus faire de la cuisine, vous savez… Ils pouvaient juste livrer le déjeuner à quelqu’un d’autre, ou aller chercher le leur. »

« Guh… Je suis Lucia Leah Regulus ! Sur mon sang, je suis sûre que mon enfant sera un cuisinier incroyable ! »

Lu parla avec fermeté, mais cela ressemblait plus à un murmure. Il était finalement difficile de dire si l’enfant de Lu serait vraiment bon dans la cuisine. La possibilité que Lu apprenne à l’enfant de Linze à cuisiner était toujours une possibilité.

 

 

Pourtant, si elle avait préparé le déjeuner avec lequel elle avait quitté la cuisine… À qui l’avait-elle livré ?

J’espérais que c’était pour le futur moi. Un déjeuner fait manuellement par ma propre fille. Je l’assaisonnerais de larmes de joie en le dégustant.

Ou peut-être que le déjeuner était pour sa mère. Lu ou autre. Une enfant douce et gentille qui faisait le déjeuner pour sa mère… C’était le genre de chose qui inspire aussi les larmes.

Ou… peut-être qu’elle préparait le déjeuner pour un garçon qu’elle aimait… Si elle préparait le déjeuner pour un garçon, ça me ferait aussi pleurer. Pour une tout autre raison.

J’avais dû m’éloigner de cette ligne de pensée. Ce n’était pas possible ! Ouais. Je ne laisserais pas un garçon puant s’approcher de mes filles ! Hahaha…

Alors que j’imaginais des choses stupides dans ma tête, la bonne dans la vision avait parlé un peu avec Crea et quitta la cuisine une fois de plus.

Soudainement, il y a eu un bruit. Hein ? J’avais regardé pour trouver la tête de Yae qui se balançait d’un côté à l’autre. Sa main glissait de la boule de cristal. Merde ! Tu as épuisé ta réserve de magie aussi vite ? ! J’avais attrapé Yae avant qu’elle ne s’effondre, mais le Joyau de la Prévoyance était tombé de son piédestal et roula sur le sol. Parshe tomba soudainement, elle renversa ensuite une théière.

« Oh, whoa! Excusez-moi ! »

Parshe se pencha pour ramasser la théière. C’était chaud. Elle l’avait fait tomber. Elle était tombée sur le Joyau de la Prospective. Smash. Crash. Bash. La théière, avec le Cristal… S’était brisée en plusieurs morceaux.

« AUUUUUUUGH !? »

Tout le monde cria en même temps. Il était complètement brisé. C’était bien sûr une vraie tragédie… la chute du piédestal ne l’avait pas brisé. C’était l’œuvre de cette maudite gynoïde !

Tout le monde s’était rassemblé autour, en regardant Parshe avec une pure incrédulité.

C’était donc le pouvoir de la jeune fille maladroite du sanctuaire, hein…

« Je-je-je-je suis-un désolé ! »

Parshe s’était aussitôt mise à l’épreuve en plaidant sa cause. Elle semblait terriblement familière avec cette motion. J’avais le sentiment que ce n’était pas la première fois qu’elle gâchait absolument tout.

Mais ça ne servait à rien de pleurer sur le lait renversé. Ce qui était fait est fait. Même s’il était maintenant cassé, nous n’avions réussi à utiliser le Joyau de la Prévoyance que grâce à Parshe.

« Ne t’inquiète pas. Ce n’était de toute façon qu’un appareil de voyeurisme. »

« Mais… »

« J’ai dit que c’est bon. Je n’ai de toute façon pas besoin de voir l’avenir. L’avenir a des possibilités infinies, il est donc difficile de dire si l’avenir que nous voyons est celui qui se réalisera. »

Notre avenir n’était pas encore écrit. Personne ne l’avait fait. Votre avenir sera ce que vous voulez en faire. Alors, faites-en un bon. C’est ce qu’a dit un jour un scientifique aux cheveux blancs dans un film sur une voiture qui voyage dans le temps.

« Je suis d’accord ! L’avenir que nous avons vu semblait beau, mais essayons de construire notre propre avenir ensemble. »

« Je suis d’accord. »

Yae, qui était encore un peu étourdie malgré mon utilisation de [Transfert] pour restaurer sa magie, fit un signe de tête à Yumina.

Malgré tout, avenir instable ou non, j’étais triste de ne pas pouvoir voir ma fille. Je me demandais si elle était mignonne et douce… Oui, elle sera vraiment mignonne. Ouais. C’était ce que je venais de décider. Elle sera adorable.

Alors que je confirmais résolument la mignonnerie de ma propre fille dans mon esprit, on frappa à la porte. Lapis était apparue.

« Monsieur… Les nouvelles servantes dont j’ai parlé l’autre jour sont là. Je les ai amenées pour vous saluer. Pourriez-vous les rencontrer maintenant ? »

« Ah, bien sûr. Ça ne me dérange pas, faites-les entrer. »

Le fait de vivre dans le château signifiait que nous devions faire venir plus de personnel de temps en temps. Heureusement, Lapis avait de bons liens avec la guilde des domestiques et elle nous avait trouvé le meilleur personnel possible.

À mon commandement, dix nouvelles servantes entrèrent dans la pièce. Mais l’une d’entre elles en particulier s’était distinguée. Tout le monde avait eu la même réaction.

« Aaaaaaagh !? »

« Qu’est-ce... Hein ? Ah… ? J’ai quelque chose sur mon visage !? »

Tout le monde dans la pièce montrait et fixait la pauvre fille.

Son visage était décidément plus jeune, mais elle était l’image même de la bonne que nous avions vue dans la boule de cristal.

« Incroyable… »

« Eh bien… C’est une surprise. »

Après que tout le monde se soit installé et que je les ai rassurés, les bonnes quittèrent la chambre avec Lapis.

Nous étions tous assez choqués de la voir, même si nous savions qu’elle faisait partie d’un futur inévitable qui allait arriver.

« Alors je me demande si l’avenir que nous avons vu est gravé dans la pierre après tout… »

« Hm… Eh bien, ce n’est pas comme si c’était mauvais ou quoi que ce soit de négatif. »

Yae marmonna, tandis Elze lui répondit de la même manière.

Ce n’était pas du tout un mauvais avenir. C’était un avenir où mes enfants étaient heureux. En fait, je dirais même qu’il était très bon.

« Faisons de notre mieux, alors. Pour rencontrer nos enfants dans le futur. »

Soudainement, les implications de ce que j’avais dit s’effondrèrent. Oh merde.

« A-Ah, bien… P-Pas avant que nous soyons mariés… C’est un peu tôt… »

« O-Oui, les enfants étaient mignons mais… Je ne suis pas sûre d’être prête pour ça… »

« Même si tu veux que nous fassions de notre mieux, laisse-moi d’abord préparer mon cœur… ! »

« Hein !? Faites notre meilleur… JE… Je ne suis pas prête pour ça ! »

Non, vous vous faites des idées ! Je veux que nous fassions de notre mieux et que nous construisions un pays ensemble ! Je ne veux pas dire que nous devons déjà commencer à faire des bébés ! J’avais essayé de m’expliquer, mais tout le monde était bien trop agité pour écouter. J’avais scellé ma propre perte avec mon commentaire désinvolte…

De toute façon, mes futurs enfants… Il semblerait qu’il s’écoulera encore beaucoup de temps avant que je puisse vous rencontrer.

Au fait…

J’avais réalisé plus tard que je pouvais utiliser mon sort Néant [Remémoration] pour savoir à quoi ressemblaient mes enfants. Tout ce que j’avais besoin de faire était de voir les souvenirs de mes fiancées.

C’était exactement comme je l’avais pensé.

Ma fille… était incroyablement mignonne.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire