Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 8 – Chapitre 2 – Partie 7

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 2 : Donjons et Dragons

Partie 7

J’avais brièvement pensé à Seigyoku, qui signifie Saphir, mais cela sonnait un peu trop proche de Kougyoku à mon goût. Luli était vraiment bien meilleure.

« Très bien, à partir de maintenant, je suis Luli. »

« Mhm... Bienvenue à bord. Mais ne t’acharne pas trop sur Kohaku, d’accord ? Je vais me fâcher contre vous deux. »

« Je supporterai la présence de ce tigre du mieux que je peux, ne vous inquiétez pas. »

« Toi !? Je serai le seul à endurer, lézard bavard ! »

Kohaku s’était immédiatement rétracté face au commentaire narquois de Luli. J’avais le sentiment qu’ils allaient être un réel problème.

Luli s’était soudainement transformée en un tout petit dragon, à l’image des autres. J’avais poussé un petit soupir alors que le regard intense de Kohaku et elle persistait.

 

 

« Mais pourquoi êtes-vous comme ça ? »

« L’inimitié entre les femmes est quelque chose de naturel. Même vous, vous seriez en danger si vous vous mettiez entre elles. »

« Mon Dieu… Les femelles sont effrayantes, qu’on les appelle ou non… »

Kokuyou laissa échapper un petit rire à mon commentaire tandis que je hochais la tête. Mais quelque chose cliqua alors dans mon cerveau.

Attends. Qu’est-ce qu’il vient de dire ?

« Euh… Attendez, entre femmes ? Euh, attendez, de quel genre êtes-vous ? »

« Nous sommes toutes des filles, évidemment. »

« Ne lui mens pas, Kokuyou. Tu es le seul d’entre nous qui soit un homme. »

Sango rejeta la remarque de Kokuyou. Mais c’était un peu bizarre… J’avais compris que Kokuyou était un peu un gars féminin, mais… les autres étaient des filles… Pas moyen… J’ai cru que Kohaku était un mec pendant tout ce temps ! Je n’ai même pas pensé aux autres. Je veux dire, la voix de Kohaku est un peu haute, c’est sûr, mais… Je me suis dit que ça faisait partie de l’esthétique du tigre !

Je vais… je suppose que je vais me taire à ce sujet pour l’instant. Je me demande si Yumina le savait depuis le début… Oui, elle le savait probablement. Je lui demanderai plus tard de confirmer… Au moins, je sais que Kohaku est un tigre, et non un lion. Je ne suis pas si bête.

◇ ◇ ◇

« Il y a beaucoup de types différents de Dragons, il est donc difficile de les généraliser. »   

Luli s’était mise à parler, comme je le lui avais demandé. Elle m’avait dit qu’elle ne pouvait rien faire contre cette histoire d’aiguille de domination, même si les dragons étaient contrôlés par elle.

Mais elle avait aussi mentionné que les puissants dragons, connus sous le nom d’Anciens, seraient capables d’exercer une volonté suffisante qui les empêcherait de tomber sous son contrôle.

Les dragons ne s’étaient pas développés de manière conventionnelle. Au lieu de cela, ils subirent des transformations évolutives. Au début, ce n’étaient que des dragons naissants, puis de jeunes dragons, puis des dragons adultes. Ils étaient ensuite devenus des dragons aînés. Apparemment, le stade de pouvoir au-delà même de cela était un type connu sous le nom de dragon aîné.

Mais seules certaines espèces draconiques pouvaient évoluer en aînés. Les créatures de niveau inférieur, comme les wyvernes, ne pourraient jamais atteindre ce niveau.

La différence d’intelligence était aussi assez grande. Les jeunes dragons, comme celui que j’avais tué à Mismede, pouvaient comprendre le langage humain, mais ils ne pouvaient pas le parler. L’aiguille pouvait fonctionner sur tout dragon inférieur à Aîné, ce qui signifiait que seuls les deux niveaux de pouvoir les plus élevés restaient inchangés. C’était effrayant.

« Il n’y a pas beaucoup de dragons pour commencer, donc je suis sûr que ça ira. »

« Même les jeunes dragons sont puissants, il faut donc beaucoup de pouvoir pour en vaincre un. C’est pour cette raison qu’ils n’ont pas besoin de se reproduire autant que vous, les bêtes terrestres. Il est vrai qu’ils ne sont pas nombreux, mais il serait insensé de les laisser pour cette seule raison. Ton esprit est-il encombré de fourrure, petit chat ? »

« Pourquoi devrais-je… ! » 

Luli et Kohaku recommencèrent à se chamailler, je les avais ignorés et j’avais commencé à réfléchir intérieurement.

C’est un peu inquiétant… La Wyverne n’avait pas vraiment l’air d’être manipulée. Elle avait l’impression de bouger de son plein gré. Cependant, je pense que si elle fait partie de la caste inférieure des inintelligents, il serait plus approprié de dire que je pensais qu’elle se déplaçait selon son propre instinct.

« Je pense que je devrais enquêter un peu plus là-dessus. Ce dragon rouge du sanctuaire de Mismede pourrait être en mesure de m’aider. »

Le dragon rouge semblait être un Dragon Aîné, il ne serait donc probablement pas sous le contrôle de qui que ce soit.

J’avais décidé de me téléporter à Mismede avec Luli. Puis, je m’étais dirigé vers le sanctuaire du dragon avec mon sort [Vol].

« Si je me souviens bien, la forêt au pied de cette montagne est un sanctuaire, n’est-ce pas ? »

Si je me souviens bien, cela signifie que nous devrions déjà y être. Juste au moment où je pensais à ça, j’avais remarqué quelque chose au loin.

Je m’étais arrêté dans l’air. Ce que je vis n’était autre qu’un énorme dragon rouge qui venait vers nous. Je l’avais reconnu immédiatement comme étant le dragon rouge qui était apparu après que j’avais vaincu le dragon noir à Mismede.

Luli, qui volait à mes côtés, retrouva sa taille d’origine. Le dragon rouge et le dragon d’azur hochèrent tous les deux la tête.

« Je suis ici pour vous accueillir et vous féliciter pour votre manifestation, ô monarque d’azur. »

« Je ne me suis manifestée qu’en raison des conflits entre les membres de ton peuple, jeune homme. Comprends-tu pourquoi nous sommes venus ? »

« Oui… Veuillez accepter mes plus sincères excuses. »

Le dragon rouge baissa la tête et ferma les yeux. Nous étions descendus sur le sol et avions commencé à discuter de la situation avec lui.

Apparemment, les Jeunes Dragons s’étaient déchaînés récemment. Ce qu’on m’avait dit me rappela le comportement effronté du dragon noir que j’avais tué il y a si longtemps. D’après ce que j’avais compris, les dragons étaient sages et puissants, mais cela se transformait souvent et refaisait surface sous la forme d’une arrogance due à leur statut dans le monde. Après tout, ne disait-on pas que les dragons étaient le sommet de l’évolution naturelle ?

Même s’ils vivaient en sécurité dans le sanctuaire, certains des plus jeunes dragons allaient dans le monde pour terroriser l’humanité.

Et même si l’on pouvait considérer qu’il s’agissait d’une erreur de jeunesse, de tels débordements finissaient souvent en catastrophe.

Il semblerait que, quelle que soit l’espèce, il y avait toujours des mômes indisciplinés qui défiaient leurs aînés. Malgré cela, les choses étaient pires que jamais.

On m’avait rapidement informé que tout avait commencé après avoir tué le dragon noir.

« Quoi ? J’ai causé ça ? »

« Le dragon noir que vous avez tué n’avait rien de spécial, même parmi ses pairs, et pourtant ils ont réclamé justice après qu’il ait été tué. Beaucoup de jeunes dragons parmi nous se sont ralliés à la justice et exigèrent que nous exercions des représailles. »

« C’est quoi ce bordel ? C’est lui qui a quitté le sanctuaire et qui nous a attaqués en premier ! »

« En effet, et pour la plupart, nous avons convenu qu’il s’agissait d’un meurtre justifié. Seule une partie des jeunes se rallièrent et crièrent. La plupart ont dit que se quereller avec l’humanité était une erreur. Ainsi, les jeunes en difficulté parmi nous se sont tus à contrecœur. »

Mais l’histoire ne s’était pas arrêtée là. Les dragons avaient des nids et des sanctuaires partout dans le monde. Mismede n’était qu’une colonie.

Un de ces endroits était situé loin au sud-ouest. Au-delà de la mer des arbres et entre le royaume de Ryle et le royaume de Sandora, se trouvait une petite masse terrestre connue sous le nom d’île des dragons.

Un jour, un messager de cette île apparut dans le sanctuaire. Il déclara que le Roi Dragon avait élu domicile sur l’île des dragons et que tous devaient devenir ses subordonnés.

« Le Roi Dragon ? Je pensais que Luli était celle qui contrôlait les dragons. »

« C’est comme ça que ça devrait être, oui. Cette situation est dans l’ensemble assez anormale. C’est moi qui ai décrété à l’origine que les dragons ne devaient pas faire la guerre à l’humanité, et l’espèce suit mes lois depuis de nombreuses années. C’est la première fois qu’on me défie vraiment. »

« Il y a des milliers d’années que tu as quitté ce monde, ô Dame d’azur. Certains des Jeunes Dragons ne vous connaissent même pas. »

Kohaku et les autres Bêtes célestes ne s’étaient manifestées qu’une fois tous les quelques siècles. En ce moment, ils étaient dans le monde parce que je les avais convoqués, ce qui était plutôt rare. Mon invocation de Kohaku était purement fortuite, mais chaque fois par la suite, j’avais fait spécifiquement appel aux Bêtes célestes.

Il semblerait que Luli, la souveraine des dragons, se manifestait encore moins souvent que les autres. C’était logique, car les dragons vivaient longtemps et se reproduisaient peu.

« Alors, qui est ce Roi Dragon ? Est-ce un des Dragons aînés ? »

« Non, c’est un homme. Un demi-homme du clan du dragon. Il est apparu sur l’île des dragons, a pris le contrôle des jeunes et a massacré tous les dragons aînés qui y vivaient. Puis, les adultes restants ont été soumis de force. »

Un demi-humain… Alors il n’y a aucun doute dans mon esprit. Ce type a utilisé l’Aiguille de Résonance Dominante pour prendre le contrôle. Il a probablement utilisé les plus jeunes Dragons pour tuer les plus vieux, puisqu’il ne pouvait pas les contrôler.

« Tous nos jeunes ont fui vers l’île des dragons après avoir entendu des rumeurs sur le pouvoir du Roi Dragon. Ils ont été tentés par la force et la promesse de ne plus être liés par les lois de notre sanctuaire. Certains d’entre eux sont revenus, encore plus puissants que nous ne l’avions prévu. Quelques-uns ne sont pas encore revenus, mais nous craignons qu’ils ne commencent à se déchaîner dans le monde entier à tout moment. »

J’en avais déjà vu des exemples dans Reflet, et j’en avais entendu parler par Relesha. Les Jeunes Dragons se déchaînaient. Ils tuaient sans discernement, comme s’il s’agissait d’un jeu, en faisant ce qu’ils voulaient à des innocents. Ils étaient comme ce dragon noir.

« Quelle misérable histoire… ! Cela ne fait que quelques milliers d’années. Ma couvée est-elle vraiment si faible de cœur ? »

« Je suis désolé, Dame d’azur… Je ne peux pas dire grand-chose pour notre défense… »

« Hm… Eh bien, je crois que j’ai compris l’essentiel. Le Roi Dragon mène la barque, mais ceux qui se sont mis à courir voulaient quand même faire du mal aux gens, non ? Donc cela ne vous posera pas de problème si je les tue tous. »

« … Un dragon qui se débarrasse de son orgueil n’est qu’un lézard. C’est le mantra que le monarque d’azur nous a laissé avant son décès. Ces jeunes ne sont plus les nôtres. Débarrassez-vous d’eux comme vous le souhaitez. »

« L’orgueil engendre facilement l’arrogance. Ces Jeunes Dragons ne sont pas de ma famille, ils regardent simplement le monde de haut. J’ai récemment été assez fou pour regarder de haut cet humain, et je n’ai gagné qu’une terrible honte. »

Luli parla doucement en me regardant. Il y avait un dicton qui disait que « les branches qui portent le plus pendent le plus bas », ce qui signifiait que celles qui avaient le plus de force étaient souvent les plus modestes. Je ne pensais pas que cette phrase s’appliquait vraiment aux dragons.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires :

Laisser un commentaire