Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 8 – Chapitre 2 – Partie 10

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 2 : Donjons et Dragons

Partie 10

L’île des dragons.

Elle était un peu plus petite que Brunhild. Le volcan au dragon se trouvait au centre de l’île et crachait des cendres. C’était essentiellement un terrain vague inhabitable.

Les dragons vivaient principalement sur les plages qui bordaient l’île. Ils avaient tendance à manger de gros poissons, ou des bêtes aquatiques magiques. De temps en temps, ils quittaient l’île pour chasser le gibier dans les grandes forêts, loin de la civilisation.

Mais les choses étaient différentes maintenant. Ils attaquaient les fermes, s’en allaient avec le bétail, faisaient des raids sur les bateaux de pêche et se déchaînaient.

Il n’y avait plus un seul dragon aîné sur l’île des dragons, il n’y avait donc personne pour garder les jeunes sous contrôle.

Luli et moi étions arrivés sur l’une des plages de sable. Dès notre arrivée, elle poussa un rugissement furieux qui résonna sur toute l’île. Essayes-tu de me faire éclater les tympans !? En réponse à ses cris, plusieurs grincements revinrent de loin. Les dragons avaient alors commencé à se montrer en masse. Wyvernes, dragons des mers, dragons de terre… Toutes sortes de sous-espèces étaient en route vers nous.

« Nous sommes encerclés. » 

« Que leur as-tu dit à l’instant ? » 

« Je les ai appelés les humbles bêtes qui ont perdu leur fierté. Et puis je leur ai demandé s’ils étaient prêts à mourir. » 

Eh bien… Je suppose que c’est juste. Après tout, je suis venu ici pour les tuer. Mais quand même… la subtilité est un art perdu pour toi, hein ?

« Assez de hurlements ! Mes oreilles vont lâcher… ! »

Je n’avais aucune idée de ce qu’ils disaient, mais il était évident qu’ils protestaient contre son commentaire. Mais ça m’a semblé être un tas de conneries.

« Ohoho, bonté divine ! Quelle sorte de dompteur de dragon est-ce là ? »

Un humanoïde draconien marcha sur le sable, en passant devant quelques dragons de terre.

Le clan des dragons comptait beaucoup de personnes grandes et robustes, et cet homme ne faisait pas exception. Il mesurait environ deux mètres. Son armure était magnifique aussi, tout comme la cape qui se répandait sur son dos. Il avait les cheveux roux et les yeux dorés. Il avait aussi des cornes et une queue, caractéristiques facilement reconnaissables d’un demi-homme dragon.

« Je suppose que tu es le roi dragon ? »

« Ohoho ? Je vois que ce que j’avais annoncé se répand déjà, merveilleux. Et tu es ? »

« Je suis le grand-duc d’une petite nation appelée Brunhild. »

Je vis le front de l’homme légèrement excentrique. Il semblait savoir qui j’étais.

« … Ohoh. Bienvenue dans mon humble demeure, alors. Il semblerait que tu as fait du bon travail contre mes subordonnés. »

« Du bon travail ? Ce n’était même pas des ennemis intéressants. Au fait, votre Aiguille de Résonance Dominante est défectueuse. Il vaut mieux jeter un artefact comme ça à la poubelle. »

« Qu — !? »

L’homme adopta une expression paniquée sur son visage. Après tout, il ne savait probablement pas que je connaissais son secret.

« Donc, juste au cas où je me tromperais… laissez-moi vous le demander afin d’être sur. C’est vous qui manipules les dragons, n’est-ce pas ? »

« Manipuler ? Comme c’est pittoresque. Je les ai libérés de l’esclavage, c’est tout ! Des chaînes de leurs aînés ! Des chaînes de leurs lois ! Un dragon est puissant, noble, sage. Pourquoi les dragons doivent-ils s’éloigner de l’humanité, alors qu’ils sont le sommet de l’évolution ? »

« Noble ? Sage ? Chaque dragon ici est un idiot ignorant. »

« Je suis d’accord », ajouta Luli.

J’étais heureux de voir qu’elle était d’accord. Après tout, s’ils étaient vraiment intelligents, ils se seraient enfuis il y a longtemps.

Donc, au final, ce type était exactement ce que j’attendais. Un suprémaciste racial. Un suprématiste draconien. D’après ce que j’ai compris, le clan du dragon était une bande d’orgueilleux qui étaient partis dans le monde pour affûter leur propre corps et leur esprit. Ils avaient forgé leurs propres chemins.

Mais comme nous l’avions vu, l’orgueil se transforme facilement en arrogance. Tout comme les dragons eux-mêmes, les hommes et les femmes draconiques étaient susceptibles de tomber dans les mêmes pièges.

« Vos puissants dragons n’ont-ils pas perdu contre des humains chétifs ? »

« Silence ! Il est impossible pour un dragon de perdre dans un combat en tête-à-tête avec une créature de moindre importance ! Les petits humains n’ont qu’un seul avantage, ils se reproduisent plus vite. Comme les insectes, presque. Vous n’avez pas le droit de parler de nous de cette façon ! »

« Si vous argumentez comme ça, alors vous pourriez dire que la fertilité est la force de l’humanité, et que nous devrions être plus que dans notre droit de nous battre en nombre. Ce n’est pas que cela importe. Je pourrais tuer tous ces dragons tout seul. »

Pour être juste, j’étais techniquement un demi-dieu à ce moment-là, donc on peut discuter sur le fait que j’étais encore un humain… Néanmoins, j’étais aussi assez sûr que Yae ou Elze pouvaient vaincre les dragons seules, donc je n’étais pas totalement à côté de la plaque.

« Et tu es venu sur mon île pour cette raison ? Impressionnant, humain. Tu as beaucoup de cran. Mais c’est de la bravade mal placée ! Ne vois-tu pas le pouvoir que j’exerce ? Je pourrais conquérir le monde entier ! Tu oses me défier ? »

Le roi dragon me cria dessus, mais il transpirait abondamment. Vraiment, maintenant ? Je veux dire, bien sûr… il y a plus de cinq cents dragons ici et tout, mais… pouvez-vous vraiment conquérir le monde avec ça ? Je n’y crois pas.

« Eh bien, qu’en penses-tu ? Joins-toi à moi, mon enfant, et je t’accorderai la moitié du monde. Nous devons… »

« Snrk… »

« Pourquoi ris-tu !? »

Comment pourrais-je ne pas rire ? ! Tu es un idiot, roi dragon ! Qui diable dit ce genre de conneries clichées dans la vraie vie ? Je ne suis pas vraiment un héros ou quoi que ce soit, mais ma réponse est un non catégorique.

« En ce moment, vos dragons sont juste une foule en colère, n’est-ce pas ? C’est un rassemblement inutile d’idiots sans aucune direction. Voulez-vous que je vous dise ce que je pense, roi dragon ? Je pense que vous ne les commandez pas. Vous ne faites qu’exploiter leur pouvoir et les envoyer sans aucune coordination. Vous parlez de grandeur, en disant que vous pouvez commander les dragons à votre guise, mais… Je parie que vous ne pouvez en contrôler qu’un ou deux avant que la tension ne soit trop forte pour votre petit cerveau, n’est-ce pas ? »

« Guh !! »

En plein dans le mille. Il semblerait que Cesca ait eu raison de dire que cette aiguille était un produit de mauvaise qualité. On dirait que ce gars compte plus sur la bravade que sur le pouvoir réel.

« Ha… Hahaha… Idiot. Pourquoi aurais-je besoin de manipuler directement ceux-là, de toute façon ? Tu es un ennemi pour notre espèce, Tueur de dragons. Tous ces dragons ici attendent mes ordres. Je n’ai besoin de dire qu’un simple mot, et ils vont tu — AHGUGUUUHGHAH !! »

En un éclair, le haut du corps de l’homme disparu de ma vue. Il avait été englouti dans la gueule d’un dragon noir. J’entendis un craquement.

Putain de merde. Le bas de son corps s’était affaissé sur le sol, laissant couler le sang de sa blessure suintante. C’était dégoûtant. Le sable de la plage saupoudra ses organes collants en les faisant éclater. Ces dragons ne pouvaient pas parler de langues humaines, mais ils pouvaient certainement comprendre ce qu’on leur disait.

Après tout, ils étaient arrogants. Il était naturel de penser qu’ils seraient réticents à servir sous les ordres d’un semi-humain, même s’il les rendait plus forts. Mais il semblerait qu’ils le suivaient parce qu’ils pensaient qu’il pouvait les contrôler à volonté. Cependant, une fois qu’ils avaient découvert que cette peur était sans fondement, il n’y avait plus de raison de le garder dans les parages. C’était la raison la plus probable des actions du dragon noir. Le fait que le roi-dragon avait révélé sa propre faille lui avait été fatal.

« Eh bien, je suppose qu’il a eu ce qu’il méritait, mais… cela ne résout pas le problème principal. »

« Ils commencent déjà à crier des choses sur le fait de verser du sang, et de tuer des humains… Quel genre terrible… ! »

« Purée, quelle plaie ! Commençons par sortir les poubelles. »

J’avais claqué des doigts, et une [Porte] s’était ouverte. Une série de bruits sourds annonça l’arrivée de plusieurs Frame Gears sur l’île.

Les dragons focalisèrent leur attention vers les envahisseurs soudains. Je pouvais sentir leur irritation. J’avais convoqué cinquante Frame Gears au total. C’était seulement le dixième du nombre de dragons ici, mais j’avais senti que c’était suffisant.

« Tout le monde, écoutez. Ne vous retenez pas, allez-y à fond. Nous allons faire un barbecue de dragon ce soir ! »

« Hourra !! »

J’avais parlé par radio et j’avais informé tous les pilotes du plan. Ce serait une bataille beaucoup plus facile que la précédente. Les dragons n’étaient pas aussi forts que la Phase, et la magie fonctionnait aussi bien sur eux.

En fait, j’étais plus inquiet de voir les cinquante Frame Gears trop en faire. Si on réduisait les dragons en purée, on ne pourrait pas les vendre… Mais nous ne pouvions pas non plus nous permettre d’y aller doucement.

De toute façon, il était trop tard pour s’inquiéter de ça. Nous nous battions pour le bien des humains qui avaient été mis en danger, ainsi que pour celui des vrais nobles dragons qui ne nous voulaient aucun mal, et pour garnir les coffres de Brunhild avec de l’or en abondance. Nous ne pouvions pas nous permettre de nous retenir. Ce serait manquer de respect envers ceux qui avaient déjà été victimes.

« Chevaliers de Brunhild, chargez ! »

« HOOOAAAAAAAH !! »

À mon commandement, les Chevaliers avancèrent. Les dragons lancèrent un souffle de feu et des boules de feu, mais ils furent facilement repoussés par les boucliers. En quelques instants, plusieurs dragons perdirent la tête.

Les dragons tentèrent de s’envoler, apparemment après avoir réalisé la puissance des Mécas. Mais il était trop tard. Plusieurs d’entre eux libérèrent la magie du vent et firent en sorte que les créatures aériennes s’écrasaient au sol.

Le liquide d’éther qui alimentait les Frame Gears transmettait également de la magie sur toute la surface des Mécas, permettant de canaliser des sorts à travers eux. Cela ne fonctionnait pas vraiment pour les sorts de restauration ou autres, mais cela leur permettait de lancer des sorts tout en pilotant. En effet, l’éther liquide avait les mêmes propriétés que les pierres à sorts.

Les Chevaliers arrivèrent sur les dragons tombés, finissant ainsi le travail. Cela ne me dérangeait pas vraiment de voir des têtes voler à cause de la décapitation, ou leur chair être transpercées par des lances… mais j’avais expressément interdit l’utilisation de masses et de marteaux pour ce combat. La viande de dragon broyée ne se vendait pas vraiment très bien. Attendez, ne les piétinez pas ! Ils ont de la valeur, bon sang ! Le dragon noir qui avait mangé le Roi-dragon (je n’ai même pas saisi le nom de ce type), jetait un regard inquiet sur le champ de bataille. Il regardait ses camarades mourir les uns après les autres, et je pouvais sentir la fureur qui émanait de lui. Luli le remarqua aussi, et fit un pas vers lui.

« Luli ? »

« Permettez-moi de punir cet enfant. Il s’est débarrassé de sa fierté de dragon. Je lui montrerai le vrai pouvoir de ma famille. »

« Euhh… D’accord. Je vois où tu veux en venir. »

« Je t’en suis redevable. »

Luli se retourna et poussa un rugissement assourdissant. S’il y avait eu des verres à vin à proximité, j’étais sûr qu’ils auraient été cassés. Merde, mes oreilles ! Le dragon noir rugit en réponse, mais comparé à Luli, sa voix était misérable et faible.

Je m’étais demandé s’il comprenait sa situation, mais il secoua soudainement la tête et tira une boule de feu directement sur Luli. Elle ne broncha pas, elle n’avait même pas bougé.

J’avais été un peu surpris de voir qu’elle n’était pas du tout blessée. Pas une seule de ses écailles d’azur ne semblait déplacée.

Le dragon noir paniqua et fit quelques pas en arrière. Cependant, il était trop tard pour cela. Luli s’était avancée et prit sa gorge entre ses mâchoires. Le grincement des écailles et des os retentit sur la plage. Urgh… C’est… Je vais vomir…

Le dragon mort tomba sur le sable. Luli releva la tête, émettant une fois de plus un son assourdissant.

Soudainement, plusieurs dragons cessèrent leurs protestations et se blottirent effroyablement sur le sol. Un message était passé sur ma radio.

« Votre Majesté… Beaucoup de dragons ont cessé de se battre… »

« Luli… Est-ce une reddition ? »

« Exactement. Je leur ai juste dit d’abandonner s’ils accordaient de la valeur à leur vie. Je leur ai dit que toute résistance était futile. Je leur ai dit que, s’ils ne voulaient pas devenir des cendres, ils abandonneraient au nom du monarque d’azur. »

Penses-tu que je te laisserais les transformer en cendres ? Ils ont trop de valeur pour ça !

Toute blague mise à part, il semblerait qu’il y avait quelques dragons parmi eux qui connaissaient le monarque d’azur. Mais pas tous. Il y en avait encore qui essayaient d’attaquer.

« Ne combattez pas les dragons qui se sont rendus. Mais n’hésitez pas à tuer ceux qui sont encore agressifs. Il y a toujours la possibilité qu’ils fassent semblant de se rendre, alors ne baissez pas votre garde. »

« Compris ! »

Au bout d’un certain temps, nous avions tué trois cent cinquante des quelque cinq cents personnes qui se trouvaient là à l’origine. Ensuite, nous avions retiré les aiguilles des vivants et des morts. Cet artefact m’emmerdait vraiment, mais j’étais sûr qu’on les avait tous obtenus. Il était possible qu’autrefois, elles aient été rassemblées quelque part pour être éliminées, mais qu’elles n’aient pas pu être détruites pour une raison ou une autre. Et puis après des milliers d’années, quelqu’un les avait toutes retrouvées et comprit ce qu’ils pouvaient faire… Je voulais en savoir plus sur les aiguilles, mais il ne restait plus que la moitié du corps du gars qui les avait trouvées, je n’avais vraiment pas eu de chance.

J’avais enterré le roi-dragon, ou du moins la partie inférieure de son corps, près de la côte. J’avais aussi enterré le dragon noir qui l’avait tué tout près. Je ne l’avais pas fait par sens de l’honneur ou par compassion ou quoi que ce soit d’autre, bien que… Je ne voulais simplement pas ramener le dragon noir et m’occuper du demi-corps dégoûtant qui se trouvait dans son ventre.

Si vous abusez de quelque chose de puissant, vous risquez d’en être victime à la fin. C’est la leçon que j’avais tirée de cet incident.

Un grand pouvoir s’accompagne d’une grande responsabilité. Si vous ne le reconnaissez pas, vous êtes peut-être déjà mort.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

5 commentaires :

  1. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire