Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 7 – Chapitre 3 – Partie 7

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 3 : L’élagage

Partie 7

« Touya a une autre sœur !? »

« C’est vrai, sais-tu ? Elle s’appelle Mochizuki Moroha ! La Petite Moroha ! C’est ma petite sœur, sais-tu ? »

« Enchantée de vous rencontrer. »

Le Dieu de l’épée… ou plutôt, Moroha, ma sœur… serra la main de Linze. Tout le monde était déconcerté par l’apparition soudaine de ma deuxième sœur. Je ne pouvais pas les en blâmer, car j’étais perplexe moi aussi.

« Désolée d’avoir mis autant de temps à te rencontrer. Nous sommes les humbles fiancées de ton frère… C’est un honneur. »

« Ouais, c’est bien. Je te connais, toi. Tu es Yumina, celle-là c’est Linze, et celle-là c’est Sue, hein ? »

« Ah, tu nous connais ? »

« Ouaip. Je vous ai observé d’en haut… »

« Lettres ! Des lettres ! Ouaip ! Karen lui a écrit des lettres, c’est comme ça qu’elle vous connaît ! »

Ma nouvelle sœur était sur le point de dire quelque chose de stupide, alors je m’étais vite immiscé. Moroha ne semblait pas du genre à bien comprendre les situations. Elle avait l’air un peu étourdie. Elle était à peu près aussi belle que Karen, mais elles étaient dans deux catégories différentes. Karen était mignonne, mais Moroha avait un air de dignité… elle était classe.

Elle était vraiment grande, et elle avait pour elle une certaine grâce. Si j’avais découvert qu’elle faisait partie d’une troupe de danseurs itinérants, je n’aurais pas été surpris.

« Mais quand même… que fais-tu dans un tel endroit, hein ? »

« Oh, euh… J’ai essayé d’entrer de force afin de participer. Ça avait l’air intéressant, non ? J’ai fini par perdre parce que mes coéquipiers n’étaient pas très forts. Mais je suis venue ici pour voir comment devenir plus forte. »

Moroha avait trouvé une excuse commode pour détourner l’interrogatoire de Sue.

Apparemment, elle regardait d’en haut, mais elle avait trouvé la situation si intéressante qu’elle était descendue, s’était introduite de force dans une tribu et s’était battue comme un de leur membre comme si c’était normal. Mais la tribu la traitait comme une vieille amie. Je me demandais s’ils avaient été hypnotisés… Il ne devrait pas être impossible pour un dieu de manipuler quelqu’un comme ça.

Strictement parlant, il leur était interdit de s’immiscer dans les affaires des mortels…

Mais apparemment, cela se limitait à la non-utilisation de leur pouvoir divin ici, sur Terre. S’ils faisaient des choses avec leur corps humain surpuissant, alors c’était permis. Leurs capacités physiques étaient fondamentalement au sommet du potentiel de l’humanité. Ils n’étaient pas des maîtres, mais des monstres.

Pourtant, même si je les suppliais d’effacer la Phase ou de restaurer Yulong, ce ne serait pas possible. Ces dieux inutiles étaient tout simplement incapables d’agir en dehors de leurs domaines respectifs.

« De plus en plus forte ? Est-il possible que l’habileté de Touya avec une lame soit le résultat de ton entraînement ? »

« Ah… En quelque sorte, je suppose. Mais l’art de l’épée de Touya est en grande partie le résultat de ses propres techniques. »

« Mais il n’y a personne au monde qui puisse égaler Moroha, vois-tu ? C’est la plus grande combattante d’épée de la planète. »

Karen avait commencé à se vanter, comme si le talent de Moroha était le sien. Elle était exactement comme elle. C’était aussi un dieu. Je me demandais s’il serait possible de demander à Moroha de former notre ordre de chevalier.

Pourtant, elle était le Dieu de l’épée… Il était tout à fait possible qu’elle n’eût aucun talent pour les haches ou les lances. Eh bien, il était aussi possible qu’elle soit forte avec les poignards et les lames courtes, alors j’avais décidé de le lui demander plus tard.

« Oh, le match de Yae va commencer ! Elles iront en finale si elles gagnent. »

La voix de Sue mit un terme à mes réflexions. Je m’étais ainsi tourné vers la scène. Les matches d’aujourd’hui détermineront les huit premiers, et ils se disputeront le titre de Seigneur des Arbres un jour plus tard. Mais à l’heure actuelle, il restait seize équipes.

« La tribu Balm a gagné et a aussi avancé. »

« Comme nous le pensions, leurs champions ne sont pas ceux qui se sont battus avec nous la dernière fois. Ils ont l’air forts. »

C’était évident. S’ils avaient gagné avec la chair à canon que j’avais vue hier, ils auraient eu beaucoup de chance.

J’avais décidé d’arrêter de penser à ces tarés afin de regarder le match de Yae.

L’ennemi de Yae était un homme tribal couvert de tatouages. Il tenait un tomahawk dans chaque main.

Au moment où le match avait commencé, il chargea vers Yae, levant sa main droite haut. Yae recula, l’évitant facilement, puis elle utilisa sa main gauche pour parer sa main droite. Elle sauta immédiatement en arrière, ce qui provoqua la séparation des combattants.

« Yae a remporté ce combat. »

« Hein ? » murmura Moroha à elle-même en regardant le match.

L’homme se rapprochait de Yae, mais elle continuait simplement à esquiver ses attaques, comme si elle attendait que quelque chose se passe. Et puis, Yae changea d’emplacement. Elle esquiva habilement son tomahawk et laissa son katana l’emporter, coupant la chose en deux. La lame de l’arme était tombée hors des limites. Elle n’avait pas fait son mouvement de descente en piqué. Quand son katana revint, il coupa l’autre arme en morceaux.

Après ça, son arme frappa sur le torse de l’homme. Il avait été vaincu d’un seul coup.

« Le katana de Yae ne serait pas capable d’affronter une arme aussi destructrice. Il y a après tout une chance que la lame soit endommagée. Si elle l’avait attaqué et qu’il l’avait bloqué avec ses armes, ce serait la même histoire. Elle attendait son heure pour détruire le tomahawk. Même si elle a tiré sa lame et l’a vaincu d’un seul coup, elle aurait pu y mettre fin beaucoup plus tôt. La vérité, c’est qu’elle s’amusait. Elle testait probablement ses capacités, pour voir si elle pouvait le désarmer complètement. Elle a besoin de plus d’entraînement. »

Oho… Je vois… Je ne comprends pas tout à fait, mais elle semble… Moroha, le Dieu de l’Épée, comprenait tout d’un simple regard.

Pour le reste du match, Pam et Hilde remportèrent leur match sans problème, ce qui avait permis à la tribu Rauli d’accéder à la finale en toute sécurité.

Nous avions réussi à atteindre le dernier combat sans complications.

« Hm ? »

En regardant les autres combats, j’avais remarqué que la tribu des Balm combattait un groupe étrange.

Ils avaient des corps allongés et maigres avec une posture voûtée. Ils portaient tous des masques inhabituels sur le visage et des griffes sur les doigts. Eh bien… appeler ça un masque n’était pas tout à fait vrai, puisque cela ressemblait plus à un filtre à gaz. Pendant une demi-seconde, j’aurais pu facilement les confondre avec des gens d’une opération de nettoyage de matières dangereuses.

Leurs yeux avaient l’air… bizarres, aussi. Presque comme s’il y avait une sorte de folie en eux.

Le combattant actuel de la tribu des Balm, un homme costaud portant une lance ne s’en sortait pas très bien. Il avait des tonnes de petites égratignures sur tout le corps.

Il avait avancé son arme, mais son objectif avait été complètement dévié. L’homme respirait lourdement et transpirait comme un bœuf. Il semblait plus que fatigué.

« Hum, du poison ? »

« Quoi ? » commenta soudainement Moroha, à ma grande surprise.

Si c’était du poison… alors leurs griffes en étaient probablement recouvertes.

« Ce n’est pas comme si elle pouvait tuer ou quoi que ce soit, mais il semblerait qu’elle provoque des étourdissements, des engourdissements et de la somnolence. Ce n’est pas seulement sur leurs armes, mais il est aussi répandu sur toute la scène. »

« N’est-ce pas contre les règles ? »

« On pourrait le croire, mais non. La magie est interdite, mais rien d’autre. Bien sûr, les choses déshonorantes sont aussi interdites, mais tout est flou en ce qui concerne le poison. Après tout, certaines tribus utilisent le poison pour chasser leurs proies. »

Je suppose que c’est vrai. Mais je me sens un peu lâche. J’imagine que ces maigres ne sont pas vraiment forts, alors ils utilisent du poison pour compenser leur manque de force physique… C’est une façon assez intelligente de compenser, je le reconnais.

Je m’étais dit qu’il n’y avait pas de problème inhérent à se battre avec ce dans quoi on est spécialisé.

Le guerrier des Balm était complètement abasourdi, l’homme voûté chargea vers l’avant et enfonça ses griffes dans l’estomac de l’ennemi. Jeu, set, match.

Après ce tour, la tribu des Balm prit un coup énorme au moral. Ils n’avaient pas non plus mis longtemps à perdre les deux combats suivants. Les empoisonneurs, connus sous le nom de la Tribu des Rivets, avaient complètement éliminé les Balm de l’élagage sans grande fanfare.

« Huh, la tribu des Balm a perdu. »

« Au moins, la tribu des Rauli peut se reposer un peu plus facilement maintenant. »

Cela signifiait que la tribu des Balm ne pouvait pas prendre le titre de Seigneur des Arbres, ils ne pouvaient donc pas créer une loi qui nuirait à la tribu des Rauli, ce qui était une grande source de soulagement.

Pourtant, ce poison était certainement inquiétant. S’il était vraiment éparpillé sur la scène de combat, on n’avait même pas besoin de recevoir un coup pour qu’il fasse effet. Ils sembleraient mener des batailles défensives afin d’attendre que le poison fasse effet. Après tout, ce n’est pas la peine de se battre quand on peut attendre que son adversaire sorte.

Heureusement, la bénédiction de l’esprit empêchait le poison de se répandre au-delà des limites de l’arène des souches.

Bien que je supposais que ce soit une confirmation subtile que l’esprit de la forêt et les juges approuvaient le poison. En parlant de ça, l’arbitre sur scène avait aussi été affecté par le poison, mais ce n’était pas une dose mortelle, il serait sur pied en quelques heures.

Même s’il s’agissait d’une quantité non mortelle, c’était un préjudice majeur. J’avais décidé qu’il serait sage pour Yae et les autres de préparer les contre-mesures nécessaires. Après tout, elles pourraient se retrouver face à cette tribu.

J’avais posé des questions sur l’historique de la tribu des Rivet dans l’élagage, mais apparemment c’était leur première participation. C’était une tribu relativement nouvelle qui s’était séparée d’une tribu plus importante. La tribu d’origine utilisait quelques poisons pendant la chasse, mais le groupe d’échardes était beaucoup plus concentré sur le poison.

Les tribus de la mer des arbres n’étaient pas vraiment des familles, mais plutôt de minuscules sociétés. De nouvelles tribus naissaient tout le temps. Régulièrement, d’anciennes tribus s’effondrèrent ou fusionnèrent.

« Oh. »

Le combattant du Clan des Dragons se battait ailleurs. Elle se déplaçait avec la même démarche délibérée, ne faisant pas de mouvements inutiles. Comme avant, son ennemie avait été anéantie.

C’était le troisième match de la tribu, donc celle qu’elle représentait se qualifia aussi pour la finale.

Chacune des huit tribus les plus importantes avait un élément qui lui était propre. L’une d’elles portait des fourrures pleines de ce qui semblait être des jaguars, une autre avait une arme usagée faite d’os d’animaux, et ainsi de suite. C’était vraiment des groupes variés.

J’étais un peu préoccupé par le défi.

« Doit-on vraiment faire ça ? »

« Ouais. Ne te retiens pas. Viens à moi avec tout ce que tu as. Mais la magie n’est pas autorisée. »

Après avoir présenté Moroha aux autres filles, Hilde et Yae lui demandèrent de se battre avec elles.

Karen n’arrêtait pas de jubiler au sujet du talent à l’épée de Moroha, ce qui avait suscité l’intérêt des deux. Mais Hilde et Yae participaient encore à l’élagage, donc je ne pouvais pas me permettre de les épuiser. Il y aura un match important le lendemain. Ce serait trop risqué.

Mais malgré cela, Hilde et Yae continuèrent à demander de voir un exemple des compétences de Moroha. Donc, après quelques disputes, il avait été décidé que nous allions mener une bataille fictive.

« Pourquoi dois-je le faire ? »

« Il n’y a aucune autre personne qui puisse le faire. »

C’était assez vrai. Même en excluant Yae et Hilde, ce n’était pas comme si je pouvais laisser Linze ou Yumina se mesurer à elle.

C’était juste une opportunité. À vrai dire, j’étais moi-même un peu curieux. J’avais pris mon épée en mithril dans mes mains et j’avais affronté Moroha.

« Assure-toi d’aller jusqu’au bout, d’accord ? »

« Alors je vais commencer ! Haaah ! »

Je m’étais précipité vers elle et j’avais frappé avec mon épée, puisque je voulais tester quelque chose. Ma sœur aînée para le coup avec aisance et tourna autour de moi, puis me frappa avec sa propre épée dans le dos. Je m’étais penché et j’avais à peine réussi à esquiver la lame.

Je m’étais repositionné et j’essayais une feinte. J’avais fait semblant de viser son torse avec une frappe horizontale, mais j’avais soudainement déplacé mon mouvement vers le haut pour aller chercher son bras. Cependant, avant que je puisse faire quoi que ce soit, Moroha m’avait foncé dessus et m’avait fait perdre l’équilibre. J’étais tombé par terre et j’avais roulé sur une distance considérable. Elle n’avait pas couru après moi, ce qui signifiait qu’elle n’utilisait même pas son plein pouvoir.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires :

Laisser un commentaire