Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 7 – Chapitre 3 – Partie 4

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 3 : L’élagage

Partie 4

Le premier jour, nous avions gagné avec une relative aisance, passant au tour suivant en remportant trois victoires. Personne d’autre que Lu, Elze et Yae n’avait eu à se battre. La décision avait été prise en seulement trois matches. On était sur la bonne voie.

Mais on avait probablement eu de la chance. Nos adversaires n’étaient pas particulièrement coriaces.

« Espérons que nous pourrons maintenir cet élan demain. », murmurai-je tranquillement en regardant le soleil se coucher, le jour partant à ses côtés.

Nous étions dans une forêt au bord de la rivière, un peu loin de la Terre des Vœux. Les matches étaient terminés, tout le monde préparait son repas.

Même les tribus qui avaient perdu étaient venues pour préparer leurs repas. Je m’étais dit qu’ils allaient regarder les autres matches, indépendamment de leurs propres défaites.

Nous aurions pu facilement rentrer chez nous et manger dans le château, mais la tribu Rauli étant partie à la recherche de proies pour cuisiner pour nous, nous avions décidé de rester pour goûter à la cuisine tribale traditionnelle.

J’avais sorti une fosse de barbecue de [Stockage], j’avais allumé le charbon de bois et je l’avais préparée pour la cuisson. Ensuite, j’avais sorti du sel, du poivre et d’autres sauces.

Après un certain temps, les femmes de la tribu Rauli revinrent avec un tas de ce qui semblait être des oiseaux et des lapins morts. Cet endroit était un terrain de chasse libre pendant l’élagage. Pendant le reste de la période de dix ans, seule la tribu des juges était autorisée à chasser ici. Il y avait donc plus qu’assez d’animaux sauvages pour tout le monde. Un grand nombre d’animaux avaient été chassés et tués pendant les trois jours de l’élagage, mais leur nombre s’était toujours suffisamment reconstitué avant que l’élagage suivant ne se produise. Je me demandais si c’était une autre partie de la bénédiction de l’esprit.

« Cuisiner de temps en temps en plein air au milieu de cette nature enchanteresse n’est pas si mal, hein ? »

« Mm, tu as raison… Ah, Touya… Celui-là brûle ! »

Yumina m’aidait à griller le dîner. Nous ressemblions toutes les deux à des femmes du point de vue d’une personne de l’extérieur, alors j’espérais que personne ne trouverait notre proximité vraiment étrange.

Manger de la viande seule ne serait pas très bon, alors j’avais sorti quelques poivrons, oignons et citrouilles de mon [Stockage] pour les utiliser. Je les avais tranchés, grillés un peu et mis sur une brochette avec la viande. Comme touche finale, j’avais badigeonné le tout de sauce barbecue. Un délicieux mélange, si je puis dire.

« C’est une première pour moi… mais j’aime bien. »

Lu sourit un peu en croquant prudemment dans la nourriture. Je n’avais pas été trop surpris. Une princesse enfermée de Régulus n’aurait jamais eu ce genre de nourriture avant. J’étais heureux qu’elle soit heureuse.

Elle était peut-être heureuse et détendue, mais j’étais assez mal à l’aise à l’idée d’être entourée de tant de filles. J’étais plus qu’un peu à côté de la plaque, c’est sûr. J’avais le sentiment que l’ancien roi de Lestia serait un peu plus proactif que moi dans une telle situation.

Alors que je réfléchissais en moi-même, j’entendis un bruit derrière moi. Deux mecs costauds se battaient l’un contre l’autre. Ils sembleraient être au milieu d’une dispute. C’était un peu ennuyeux, alors j’aurais aimé qu’ils aillent ailleurs.

« Il y a beaucoup de tribus ici, donc le fait qu’ils se battent de temps en temps n’est pas vraiment une surprise. »

Pam avait mordu dans le rôti pendant qu’elle parlait. Apparemment, pendant l’élagage, vous n’aviez pas le droit d’intervenir pendant les disputes, seules les tribus des personnes impliquées avaient le droit de s’exprimer. Les deux hommes qui se disputaient ne semblaient de toute façon pas être des participants actifs. Non pas que cela ait changé quelque chose pour moi.

« Hm… On dirait qu’il y a des gens étranges ici. Oh, attends, c’est juste les monstres de Rauli. »

Quelques gars musclés passèrent devant les deux hommes qui se disputaient. Leur corps ressemblait à des triangles à l’envers, car leur poitrine était extraordinairement large et musclée. Ils avaient des cicatrices et des tatouages qui couraient sur le long de leurs corps. Leurs têtes étaient rasées, à l’exception des mohawks qu’ils avaient au milieu. Ils allaient sûrement rien apporter de bon.

« Qu’est-ce que vous voulez, merdeux de Balm ? »

Pam mâchait sa viande, un regard noir dirigé vers les hommes. De toute évidence, ils appartenaient à la tribu Balm.

Ils se moquèrent de nous avec les yeux remplis d’une attitude moralisatrice. Certains d’entre eux riaient et nous souriaient aussi. Je n’avais jamais voulu ressembler à un gars comme ça.

« Nous sommes plutôt surpris que vous soyez venues cette fois. Est-ce que vos meilleurs et plus brillants soldats n’ont pas été tués dans cette attaque il y a quelque temps ? Joliment misérable, n’est-ce pas ? Mais ce sont des femmes comme toi. »

« Vous êtes dégueulasse… Vous manquez de respect envers nos soldats tombés au combat ? »

Pam et les autres femmes de la tribu Rauli s’abaissèrent un peu afin de leur faciliter la tâche au combat. Les membres de la tribu Balm avaient également changé de position, comme s’ils anticipaient une attaque. Une atmosphère tendue s’était rapidement développée entre les deux tribus.

« Non, nous ne leur manquons pas de respect… Je pense simplement que des hommes de notre tribu auraient tué ce monstre en quelques secondes. »

« Pfft. Alors, vous êtes ignorant et stupide. Même si toute la tribu de Balm était rassemblée, elle ne ferait rien à cette créature de cristal. Elle vous aurait anéanti. »

« Que dis-tu !? »

Ils se criaient dessus maintenant. Ils se crachaient du venin sans but précis. Toute cette situation m’avait rappelé que les chats seraient toujours en conflit avec les chiens.

« Ne sois pas idiot ! Si les putains de Rauli pathétiques pouvaient le tuer, alors nous le pourrions tout aussi bien. »

« Eh bien, je suis triste de dire que ce n’est pas notre tribu qui l’a vaincue. Cet honneur revient à Touya ici présent. »

« Hm !? »

H-Hey maintenant… Ne me pointe pas du doigt ! Toute l’équipe de Balm tourna la tête pour me regarder.

« Cette salope ? »

Un homme de la tribu de Balm était venu vers moi. Il semblait mesurer environ un mètre quatre-vingt-dix. Il me regarda comme s’il me démolissait. Puis finalement, il sourit d’une façon qui me fit flipper.

« Tu es une jolie petite chose, hein ? Je suis un peu touché. »

« Grossier personnage ! »

« Hein !? »

Je n’avais pas pu m’empêcher de le dire. Ce n’était pas forcément ma faute ! De mon point de vue, un gros morceau de bifteck me matait ! Ça me donna la chair de poule.

« Espèce de pute ! »

L’homme enragé essaya de m’attraper par le bras.

« Ne me touche pas ! »

« Gaugh ! »

J’avais frappé l’homme à l’estomac, le faisant reculer de quelques mètres. Je ne pouvais pas me permettre d’y aller doucement avec lui. J’avais peur pour ma chasteté !

« Salope ! »

« Attrapez-la ! »

J’avais évité tous les membres de la tribu de Balm qui me suivirent, les repoussant un par un. Je leur donnais des coups de pied plutôt que des coups de poing. Je ne voulais toucher aucun d’eux. Honnêtement, j’avais un peu compris ce que devait être le sort de certaines femmes dans la vie quotidienne… Se laisser berner par de gros types effrayants ne pouvait pas être une expérience agréable pour les deux sexes.

« Attrapez cette salope, attrapez-la ! »

« Haaaaaaaaaaaaah !! » Une grosse masse de viande mâle chargea sur moi. C’était horrible !

« [Bouclier] ! »

« Ghuawuh !? »

Je les avais tous arrêtés avec une barrière invisible. Ils tombèrent au sol un par un. C’était vraiment dégoûtant.

« La tribu de Balm n’est vraiment pas un sujet de conversation, hein ? Avoir autant de mal contre une seule fille ? »

« Guh… »

Pam riait de façon provocante envers les membres de la tribu tombés au sol. Mais j’aurais vraiment préféré qu’elle ne le fasse pas. Je n’avais pas envie d’y aller pour un second round.

Les autres hommes avaient honte, leurs visages étaient rouges. De leur point de vue, ils avaient été complètement ridiculisés par une seule femme. Il n’y avait pas moyen qu’une tribu misogyne ne soit pas fâchée pour ça.

« Prenez vos hommes et allez-vous-en d’ici. Ce serait pénible si vous laissiez traîner un tel tumulte. » J’étais tout à fait d’accord avec Pam. Si ça persistait, je développerais de la machophobie ou quelque chose comme ça.

« On s’en souviendra ! »

Les membres de la tribu de Balm s’enfuirent en courant, entraînant avec eux leurs vaincus.

Ils étaient dégoûtants. Leurs yeux sur moi me donnaient l’impression d’être un morceau de viande bon marché. Je n’avais jamais voulu être le genre d’homme qu’ils étaient.

« C’était donc la tribu des Balm ? Ils n’étaient pas si durs que ça. »

« Aucun d’eux n’était le champion de leur tribu. Selon les standards de Balm, ces gars étaient doux. Ils étaient en plus mineurs. Ce sont des mômes qui n’ont pas subi les rites de passage. »

Pam répondit à la question d’Elze. Je ne pouvais pas croire ce que j’entendais. D’après ce que j’avais compris, vous étiez considéré comme un adulte dans la mer des arbres lorsque vous avez quinze ans. Ces monstres musclés étaient encore plus jeunes que moi… ! Je croyais que c’était des vieux flippants.

C’est impossible… C’est impossible qu’ils aient le même âge que des collégiens… Est-ce qu’ils reçoivent un entraînement intense ou quelque chose comme ça ? Bon sang… Tout d’un coup, je n’avais plus très faim.

Une fois le barbecue terminé, il était temps de se reposer. Les femmes des tribus dormaient à tour de rôle, certaines faisant office de guetteuses alternantes.

Apparemment, c’était pour se méfier des monstres qui rôdaient dans la forêt, mais la menace d’attaques d’autres tribus était aussi très réelle. Toutes les tribus n’étaient pas hostiles, mais nous étions certainement en compagnie de certains types violents.

J’avais été tenté d’ouvrir [Porte] afin de me barrer, mais partir après avoir entendu parler du problème m’aurait laissé un mauvais goût dans la bouche.

J’avais dressé une barrière autour de nous à l’aide d’un [Bouclier] et j’avais décidé de me joindre au quart de garde. Après tout, la barrière était au mieux une mesure temporaire. Les cinq championnes n’avaient pas à prendre la garde de nuit. Elles avaient besoin de toutes leurs forces pour les matches du lendemain. On leur avait permis de dormir toute la nuit. Avoir Sue dans la garde aurait été aussi inutile, alors on l’avait aussi laissée dormir.

Il n’y avait que moi et des femmes de la tribu Rauli. Nous entourions un feu de camp flamboyant, en faisant attention aux alentours.

Linze et Yumina avaient pris le quart de garde au tour précédent, alors elles dormaient sainement dans des sacs de couchage à proximité.

Soudainement, j’avais senti quelque chose d’étrange. Quoi... C’est…

Je m’étais levé et j’avais marché plus profondément dans les arbres. Les femmes de la tribu Rauli m’avaient brièvement regardé dans les yeux, mais elles étaient ensuite retournées à ce qu’elles faisaient. Elles avaient probablement supposé que je faisais une pause pipi ou quelque chose comme ça.

Je marchais de plus en plus profondément, et la présence que je ressentais devenait de plus en plus forte au fur et à mesure que je marchais. Je l’avais reconnu. Cela ressemblait à ce que j’avais ressenti à Ramissh.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires :

Laisser un commentaire