Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 7 – Chapitre 3 – Partie 3

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 3 : L’élagage

Partie 3

L’élagage.

Toutes les tribus de la mer des arbres se sont rassemblées sous le Grand Arbre des Vœux. On disait qu’ils concouraient pour l’honneur sous le jugement de leur divinité tutélaire.

C’était définitivement quelque chose qui ressemblait à un jeu de survie.

Nous y avions participé en tant que membres de la tribu Rauli et nous voulions gagner. De cette façon, nous pourrions leur obtenir le titre de Seigneur des Arbres. Sinon, Pam me supplierait sans cesse d’avoir un bébé… L’élagage durerait au total trois jours, ce qui au final n’était pas terrible. Elze et Hilde avaient hâte de se battre. C’était le genre de personnes qui aimaient tester leurs capacités. De plus, si tout allait bien, nous tisserions des liens solides avec la tribu qui contrôlera la mer des arbres jusqu’au prochain élagage.

Linze voulait vraiment que je me travestisse, mais j’avais fini par m’en sortir. J’avais pu utiliser [Mirage] pour changer mon apparence en celle d’une femme. Quelqu’un le découvrirait s’il me touchait, mais j’étais prêt à prendre le risque. J’avais renvoyé Pam au village de Rauli en utilisant la [Porte].

Je m’étais aussi rendu compte qu’il serait difficile de tenir des conversations avec eux dans leur langue, alors j’ai appris le sort Néant [Traduction] pour l’occasion. Il traduisait essentiellement des mots parlés. Pour l’auditeur, je parlerais leur langue. De mon côté, ils parleraient la mienne. Tout le monde était gagnant.

C’était un peu comme la communication innée que j’avais avec Kohaku et mes autres convocations.

Pour l’instant… Pam, Yae, Elze, Hilde et Lu avaient été choisies pour participer. J’avais pensé qu’il faudrait peut-être faire appel à un remplaçant en cas de blessure, mais apparemment, ils devaient bloquer les équipes qui souhaitaient participer.

Je voulais participer, car cela rendra les choses encore plus simples, mais Pam et les autres femmes de la tribu Rauli s’étaient opposées à l’idée. Apparemment, si la tribu Rauli envoyait un homme, même déguisé, à l’élagage, ce serait considéré comme déshonorant. Même s’il s’agissait d’une participation en tant qu’aide extérieure, elles y mirent leur veto.

Il s’agissait pour elles d’un cas de type « l’homme n’a pas le droit de parole ». Honnêtement, c’était un peu effrayant d’être près d’elles. Une partie de moi se languissait de la sécurité de la tribu Balm.

Après cela, un mois s’était écoulé.

Le jour était enfin arrivé, nous nous étions dirigés vers le Grand Arbre des Souhaits.

« Phew… »

L’arbre était grand. C’est tout ce que j’avais pu dire à ce sujet.

Qu’est-ce que c’est que ce bordel... Il mesure plusieurs dizaines de mètres de large… De belles feuilles vertes et de belles branches étalées à perte de vue, le tout à partir d’un tronc remarquablement épais. L’arbre n’était pas aussi grand que large. Il évoquait l’image d’un parapluie entièrement déplié dont la plus grande partie de la prise était coupée.

La lumière du soleil traversait ses feuilles, illuminant le sol en points et en stries. Toutes les grandes tribus de la mer des arbres se rassemblèrent pour se prélasser dans cette lumière.

Il y avait plusieurs souches d’arbres éparpillées autour du Grand Arbre des Vœux. Même les plus petits mesuraient une vingtaine de mètres de diamètre. Apparemment, ils faisaient aussi partie du grand arbre et servaient de terrain de jeu pour les duels.

Deux cent quarante tribus vivaient dans la mer des arbres. Mais une seule, la tribu Jaja, avait accueilli la cérémonie de l’élagage. Ils étaient aussi connus sous le nom de Tribu du Jugement. Apparemment, c’était la seule tribu que les esprits avaient laissée vivre à la base du Grand Arbre des Vœux. Ils avaient un droit de propriété assez impressionnant sur les terres qu’ils appelaient la Terre des Vœux. En échange, ils n’étaient pas autorisés à participer à l’élagage. Apparemment, ils travaillaient comme les prêtres de la région, transmettant la volonté des esprits aux autres tribus.

« … Il y en a beaucoup, hein… »

Je jetai un coup d’œil nerveux autour de moi. Il y avait des tribus de personnes grasses, des tribus de personnes minces. Je vis des tribus avec des décorations bizarres sur la tête, des tribus avec des bracelets jangly… J’avais même vu une tribu pleine de gens avec de très mauvaises moustaches et une tribu de gens vêtus de la tête aux pieds dans des capes vertes à capuchon.

Comme je m’y attendais, la plupart des membres des tribus ici avaient la peau exposée, hommes et femmes. Personne n’était assis là avec sa jonque, mais certaines tribus portaient si peu de vêtements que je ne savais pas quoi regarder.

« Je suis content qu’on ne se démarque pas. »

« Touya… Ce serait mieux si tu ne fixais pas autant les femmes. Après tout, en ce moment tu en es une. »

Lu me fit ce petit commentaire en retour, je lui répondis par une toux tout en raidissant ma posture.

Tout le monde portait des vêtements traditionnels Rauli. En d’autres termes, des plastrons de poitrine et des pagnes. Les filles étaient clairement embarrassées, alors elles portaient des petits ponchos et des jupes enveloppantes au-dessus des tenues de base. Les vêtements semblaient cependant convenir à Elze pour qu’elle puisse se battre librement.

Ma projection [Mirage] portait la même chose qu’elles. Mais en dessous de tout ça, je portais juste un short et un t-shirt. Après tout, je ne voulais pas qu’on me touche et qu’on ressente la sensation des vêtements.

Sue portait aussi des vêtements de style Rauli et elle était mignonne, mais je n’avais pas senti d’excitation quand je l’avais vue dedans. Les autres filles, cependant… Je devais détourner mon regard, car elles étaient très stimulantes.

Mais bon, beaucoup des tribus que je regardais portaient encore moins de vêtements, donc c’était modeste par rapport aux normes régionales.

« Y a-t-il une raison pour laquelle on se batte sur des souches ? »

« Si, il y en a une. Les esprits offrent leur protection divine aux zones situées au-dessus des souches. Les attaques mortelles sont annulées à l’intérieur de l’enceinte. Si quelqu’un essaie de frapper mortellement quelqu’un à la tête, par exemple, la personne sera simplement assommée à la place. Les coups mortels sont simplement déclassés. »

Je ne savais pas comment ça marchait, mais les esprits étaient certainement intéressants. Je me demandais si c’était similaire à mon sort [Bouclier]. D’un autre côté, cela permettait d’éviter des dommages mortels, donc c’était probablement très différent. Cela me fit penser à des mécaniques dans certains jeux où les dégâts s’arrêtaient à 1 HP.

En d’autres termes, mourir pendant le défi était impossible. Mais apparemment, il y avait encore des gens qui mourraient de temps en temps. Les souches étaient à environ deux mètres du sol, donc si un participant tombait et se faisait une mauvaise chute, l’impact les tuerait.

« Et la magie ? »

« Ah… Tout est annulé. Tu ne devrais pas non plus utiliser de techniques basées sur le feu ici. Tu seras chassé de la région, et la Tribu du Jugement te mettra sur leur liste noire. »

Donc même la magie n’était pas autorisée. Cela signifiait qu’Elze ne serait pas du tout capable de lancer [Renforcement]. Tout le monde était aussi équipé d’armes régulières, vu que les armes enchantées étaient devenues inutiles.

Je pouvais comprendre pourquoi ils avaient interdit le feu. Si celui-ci venait à se propager, cela aurait été horrible. Apparemment, il y avait un grand ruisseau d’eau juste à l’extérieur de la Terre des Vœux. La plupart des gens y préparaient de la nourriture par mesure de sécurité.

Il y avait des sièges disposés au milieu des branches des arbres pour que les partisans puissent regarder en bas et encourager leur tribu. Les arbres étaient reliés par des ponts suspendus.

« Quand commence le premier match ? »

« Bientôt. Si nous gagnons contre trois autres tribus, nous en aurons fini pour aujourd’hui. C’est comme ça qu’on passe aux matches de demain. »

Deux cent quarante tribus se battent trois fois… Ce tour devrait réduire le nombre d’équipe participante à trente. Si les matches d’aujourd’hui sont les préliminaires, ceux de demain seront les finales.

Tout d’un coup, une cloche retentit de quelque part. Tout le bavardage et le murmure des voisins s’éteignirent, et une voix s’éleva devant tout le monde.

« Il est temps. Tous les participants doivent dégager la zone. Tout ce qui viendra ensuite dépendra de la volonté des esprits. »

Un homme de la tribu du Jugement, vêtu d’un uniforme blanc, prit la parole. Les spectateurs des autres tribus commencèrent à s’éloigner, se dirigeant vers les plates-formes d’observation de la cabane dans les arbres.

Nous avions aussi décidé de partir.

« Très bien les filles. Assurez-vous de faire de votre mieux. Pensez à votre sécurité. »

« Je ferai de mon mieux. »

« Compris. »

« Laisse-nous faire ! »

« Je ferai de mon mieux. »

« Allons-y, alors ! »

Yae, Elze, Hilde et Lu suivirent Pam jusqu’à la souche d’arbre où elles devront se battre.

Nous nous étions dirigés vers les sièges au sommet d’un arbre voisin, en montant quelques marches et en faisant notre chemin pour nous asseoir. Notre vue sur la zone de combat était plutôt bonne.

« Je suis un peu excitée… »

Sue s’était penchée vers l’avant contre le rail de sécurité, regardant fixement le site en contrebas. Tout le monde dans cet arbre appartenait à la tribu Rauli.

Il y avait une cinquantaine de spectateurs de cette tribu en particulier… J’avais trouvé le fait d’être le seul homme un peu gênant. Et même si elles me voyaient physiquement comme une femme, elles savaient que j’étais vraiment un mec. J’aurais vraiment dû y penser plus fort. J’aurais pu utiliser [Invisibilité] ou quelque chose comme ça.

Pourtant, cela aurait rendu l’intervention plus difficile en cas d’urgence. Il valait mieux se déguiser en membre de la tribu Rauli, même si c’était inconfortable.

« Oh, Touya… Jette un coup d’œil là-bas. »

« Hm ? »

J’avais regardé l’endroit que Linze pointait, et je vis des rayons de soleil qui brillaient comme des projecteurs, concentrés sur le représentant de chaque tribu. Lentement, les rayons s’étaient déplacés, guidant chaque combattant jusqu’à sa scène.

Je levai les yeux vers les branches et je les vis bouger librement leurs feuilles pour guider la lumière. Je ne pouvais pas croire ce que je voyais. Le Grand Arbre à Souhaits avait-il vraiment sa propre volonté ? Apparemment, les lumières avaient choisi les adversaires pour le combat.

Je n’avais pas eu beaucoup de temps pour réfléchir, parce que les batailles commencèrent immédiatement. Il n’y avait même pas eu de cérémonie d’ouverture.

« Tous les combats sont des un contre un ? »

« Apparemment, si les trois premiers gagnent, les deux autres n’auront pas à se battre. »

En d’autres termes, si l’un des représentants était un grand combattant, ils pourraient encore perdre si les quatre autres n’étaient pas bons. S’il ne s’agissait que d’un tournoi à élimination directe, une seule personne pouvait porter toute l’équipe, mais ce n’était pas le cas ici.

Une défaite était comptabilisée si l’adversaire se rendait, ou s’il était dans l’incapacité de poursuivre le combat. Le fait de tomber de la souche comptait également comme une défaite. Il était interdit de tricher, et toute personne qui déshonorerait sa tribu serait disqualifiée.

Je regardais une autre souche et je vis deux personnes se battre. Un grand homme fit tomber une hache sur la tête de son ennemi. Alors qu’elle aurait dû se fendre en deux comme un melon dans des circonstances normales, le gars était tombé là où il se tenait.

On aurait dit que les esprits offraient une sorte de protection divine. Toutes les blessures ne pouvaient pas être évitées, il y avait encore des coupures et des ecchymoses sur le corps de l’homme battu, de sorte qu’il était probable que tout ce qu’elle faisait était d’empêcher le coup fatal. L’homme était simplement inconscient au lieu d’être mort.

« Oh, le match de Rauli arrive. »

Yumina pointa du doigt un endroit qui était assez loin de notre champ de vision. J’utilisais donc [Mirage] et [Vision élargie] en tandem pour projeter un flux du match dans les airs.

Des exclamations étonnées vinrent de tous les côtés de la foule. Il semblerait que ma magie était encore utilisable, puisque je n’étais pas celui qui était sur scène.

J’avais changé la taille de la projection pour en faire un écran large devant le public. Lu était la première à se battre.

Son adversaire était un grand type portant une lance. Il y avait une différence de taille d’environ quarante centimètres entre elle et lui. Lu le confronta, brandissant ses deux poignards.

« Battez-vous ! »

L’arbitre, vêtu de blanc, baissa la main et Lu se dirigea vers l’homme. Celui-ci poussa sa lance en avant en réponse, mais elle l’avait repoussé à l’aide avec l’une de ses lames et dirigea son attaque ailleurs.

Lu fit un tacle glissé, sortit son bras gauche et transperça durement le flanc de l’homme.

Un son terne résonna, comme une déchirure de chair. Le lancier s’était effondré. Elle l’avait battu en moins d’une minute.

Les cris de joie de la tribu Rauli résonnaient.

Lu ne s’entraînait pas avec Yae et moi pour rien. De son point de vue, le type à la lance était beaucoup trop lent dans ses mouvements.

De plus, les lames jumelles comme les siennes demandaient des mouvements souples et rapides. Sa technique consistait à confondre et à éblouir l’adversaire avec un jeu de pieds rapides et des mouvements de diversions. Cela ne ressemblait pas à la force brute d’une personne possédant une hache ou une épée, mais cela ne manquait pas de finesse.

Cela ne voulait pas dire qu’elle ne pouvait pas vaincre leurs ennemis en un seul coup. Viser les points vitaux ou les points faibles signifiait qu’elle pouvait tuer très rapidement. Et comme elle se spécialisait dans l’agilité et la précision, elle était pratiquement faite pour ça.

Lu nous avait regardé et nous avait fait une pose de victoire.

De cette façon, les rideaux tombèrent sur notre première bataille.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires :

Laisser un commentaire