Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 7 – Chapitre 3 – Partie 2

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 3 : L’élagage

Partie 2

« Je ne peux pas permettre ça. »

« Pourquoi ? Si l’enfant né de Touya et Pam est une fille, notre tribu l’élève. Si l’enfant est un garçon, tu l’élèves. »

Yumina répondit simplement en soupirant et en secouant la tête.

« Je suis désolé, mais tu n’es pas faite pour devenir la femme de Touya. Tu dois vraiment partir. »

« Pam ne veut pas être mariée. Avoir la semence de Touya me conviendra. Avec la semence de Touya, je ferais le bébé le plus fort qui deviendra la reine de la mer des arbres. »

Eh bien, ses intentions étaient certainement claires et simples. On tournait en rond depuis des heures. Pam avait quitté la mer des arbres pour me retrouver. Elle avait appris la langue commune au cours du voyage. Il semblerait donc qu’elle était plus intelligente que je ne l’avais d’abord cru.

Après l’agitation au sein de la guilde, une conférence nuptiale avait été convoquée. Le thème de la réunion était « Peut-on accepter Pam ? »

« Pam ne sait pas pourquoi cela vous pose des problèmes. »

« Tu es plus que libre de vouloir un bébé, Pam, mais c’est une tout autre histoire si c’est aussi l’enfant de Touya. Tu privilégies la prospérité de ton peuple au bonheur de Touya. Une personne comme toi ne peut pas porter son bébé. »

Yumina fixa Pam d’un regard imposant et furieux, il y avait une force incroyable derrière ses mots. En toute honnêteté, elle m’avait aussi fait un peu peur.

« … Le bébé n’a pas besoin d’être celui de Touya, n’est-ce pas ? Ce n’est pas nécessaire que ce soit lui si tu veux un enfant fort. Va juste coucher avec des hommes forts, je suis sûre que l’un d’eux va s’imposer. »

Linze lâcha aussi quelques mots amers. Elle semblait être entièrement d’accord avec la position de Yumina.

« Impossible. Pam a donné à Touya la morsure du serment. Ça veut dire que Touya appartient à Pam. »

« Comme c’est égoïste ! Touya ne reconnaîtrait jamais quelque chose d’aussi stupide ! »

Hilde se leva de sa chaise et cria sur Pam. On aurait dit que la morsure que Pam m’avait donnée il y a quelque temps était l’équivalent d’une promesse dans leur culture. Quelque chose comme : « J’ai marqué ce type comme étant le mien, alors reculez. »

Leur culture ne se souciait vraiment pas des hommes ou de leur situation personnelle. Elle était entièrement à prédominance féminine. C’était assez semblables à l’idée traditionnelle des Amazones.

« Commençons par le début, d’accord ? Pourquoi veux-tu porter l’enfant de Touya-dono ? Il doit sûrement y avoir plus que ta simple raison, non ? »

Yae adopta une approche plus douce en interrogeant Pam, à laquelle la fille à la peau brune répondit en fronçant les sourcils et en marmonnant.

« Nous sommes une tribu guerrière… Mais nous n’attaquons pas les autres, sauf pour faire des enfants. Nous nous battons pour protéger notre foyer, mais pas pour attaquer les autres. Pourtant, dernièrement, de nombreuses tribus nous attaquent plus fortement et plus durement. Il nous faut du sang fort pour rester dans la mer des arbres. Mais aussi pour gagner pendant l’élagage. »

« Hm… ? C’est quoi l’élagage ? »

Sue inclina légèrement la tête et posa une question. D’après ce que j’ai compris, l’élagage, c’est le fait de couper les branches et les feuilles gênantes des arbres afin de les embellir ou d’aider les fruits à pousser.

« L’élagage est la guerre entre les tribus de la mer des arbres. Tous les dix ans, des guerriers de chaque tribu se battent pour décider quelle tribu est la plus forte. La tribu gagnante devient la Tribu du Seigneur de l’Arbre et peut établir sa loi dans la mer des arbres. »

Tous les dix ans, hein… Ça a l’air intéressant. Je suppose que la tribu gagnante peut établir une loi pour rendre les choses plus faciles pour sa tribu et plus dures pour les autres.

« Une loi ? Alors, tu peux choisir n’importe quoi ? Et si vous vouliez faire une loi pour expulser une tribu ? »

Elze m’enleva les mots de la bouche. Je me demandais si vous pouviez faire une loi comme « La Tribu A doit s’engager à obéir à la Tribu B » ou quelque chose comme ça. Cependant, je doutais que vous puissiez faire une loi aussi stupide que « Donnez-moi cent lois de plus ».

Dans les histoires classiques impliquant des situations avec un seul souhait, il y avait habituellement une règle contre le fait de souhaiter plus de souhaits.

« Si le Grand Arbre aux Vœux le permet, oui. Si elle ne déshonore pas la tribu, alors elle deviendra une loi. »

« Super… “Le Grand Arbre aux Vœux” ? »

« C’est notre divinité gardienne. Elle accorde à toutes les tribus la bénédiction et la protection des esprits. »

Comme l’un de ces arbres auxquels vous attachez des talismans ? Je me demande quand même ce qu’elle entendait par esprits. Avec un peu de chance, il sera sans doute différent de celui qui s’est déchaîné à Ramissh… S’il y a un arbre à souhait comme ça, je me demande… La mer des arbres possède-t-elle un esprit forestier ?

D’après ce que j’avais compris, les esprits étaient pour la plupart bénins. Dans le cas de celui de Ramissh, il était devenu fou parce qu’il avait été enfermé sous terre pendant des siècles. En plus, c’était devenu une espèce d’abruti après avoir fusionné avec Ramirez et gagné sa négativité.

Les gens de la mer des arbres vivaient leur vie en vénérant cet arbre à souhait et vivaient selon un credo spirituel. D’une certaine façon, ils étaient semblables aux habitants de Ramissh.

« La tribu Rauli perd des membres depuis 70 ans maintenant. D’autres tribus obtiennent du sang neuf, du sang fort. Le bébé de Pam et Touya gagnera l’Élagage. Il restaurera notre honneur et notre gloire. Si Pam ne fait rien, la tribu Rauli sera bientôt détruite par la tribu Balm. »

« La tribu Balm ? C’est aussi une autre tribu dans la mer des arbres ? »

« Oui. C’est une tribu qui dit que les femmes sont moins bonnes que les hommes. Ils volent les femmes des autres tribus, les rendent enceintes, font beaucoup de bébés. Si c’est un garçon, ils l’élèvent comme guerrier. Si c’est une petite fille, ils chassent la mère et l’enfant. »

Ce n’est cependant pas si différent de la tribu Rauli… En toute honnêteté, c’est juste un renversement des rôles. Non pas que je dise que l’un ou l’autre ait raison, c’est plutôt affreux.

Il semblerait y avoir une haine profonde entre la tribu à prédominance masculine, Balm, et la tribu à prédominance féminine, Rauli. Compte tenu de leurs croyances, il ne pourrait probablement jamais y avoir de paix entre les deux.

Les deux tribus étaient assez fortes pour garder l’autre en échec, mais l’arrivée de la Phase sous forme d’araignée causa des dégâts catastrophiques au peuple Rauli. Les guerriers qui devaient représenter la tribu dans l’élagage finirent par mourir. À cause de cela, ils étaient des cibles faciles pour la tribu Balm.

« Nous avons renoncé à gagner le prochain Élagage. Espérons seulement que Balm ne gagne pas et ne devienne pas la Tribu du Seigneur des Arbres. Mais l’enfant de Pam et Touya peut gagner le prochain Élagage, et nous deviendrons la Tribu du Seigneur des Arbres. »

C’était certainement un plan à long terme. Pourtant, après avoir entendu parler de sa situation, je n’avais pas pu accepter. Je ne voulais pas qu’elle donne naissance à ma fille juste pour la faire se battre. Ce serait horrible.

« Quand aura lieu le prochain Élagage ? »

« Nous nous battrons dans un mois. Une grande honte tombe sur la tribu si elle ne participe pas. Nous allons perdre. Je ne pourrais pas me battre parce que je suis là. L’élagage nécessite cinq champions de tribu, ils doivent combattre les cinq champions des autres tribus. Si tu n’as pas de chance, tu peux mourir. »

Ça avait l’air terriblement dangereux. D’après ce que j’avais entendu dire, l’Élagage suivait un ensemble de règles simples. C’était semblable à un tournoi de cinq contre cinq. Cela commençait à ressembler de plus en plus à un événement militaire.

« Hm… »

« Yumina ? »

Yumina était perdue dans ses pensées alors que Lu essayait de l’appeler.

« Quel genre de loi la tribu Balm ajoutera-t-elle s’ils gagnent cet Élagage ? »

« Probablement une loi qui conduira la tribu Rauli au bord de la Mer des Arbres. La chasse sera difficile, la terre est mauvaise. On aura du mal à vivre. Cela nous tuera lentement avec le temps. Et on ne pourra pas se plaindre de Balm qui a fait cette loi. Ils prendront ensuite nos terrains de chasse. »

« Alors quel genre de loi la tribu Rauli ferait-elle si elle gagnait ? »

« La même loi, on chassera la tribu Balm pour qu’elle meure lentement. »

Ces types sont vraiment les deux faces d’une même médaille. Il vaudrait mieux qu’ils se mettent à s’entendre… Ne peuvent-ils pas devenir une grande tribu mettant en place l’égalité des genres ? J’avais beaucoup plus pensé à l’égalité des sexes ces derniers temps, surtout en ce qui concernait la famille.

« Ne veux-tu un enfant de Touya que pour l’utiliser pour chasser la tribu des Balm ? »

« Ce n’est pas uniquement pour cette raison, mais disons que c’est la principale. »

« … Très bien, alors. Faisons un marché. Nous pouvons aider la tribu Rauli à gagner le prochain Élagage. Nous pouvons aider votre tribu à atteindre ce… Statut de la tribu des Arbres. En échange, renonce à Touya. »

Attends, sérieusement !? Vas-tu participer à ce jeu de survie !? Je veux dire, j’aimerais aussi aider Pam, mais… Je ne peux pas lui donner un bébé, c’est beaucoup trop.

« … Pouvez-vous gagner ? »

« Difficile à dire, mais c’est mieux de prendre le risque que de perdre maintenant et parier sur la prochaine décennie, non ? », répondit Yumina avec un petit sourire.

Une sorte d’intensité féminine sortait de cette fille, je le sentais.

Maintenant que j’y pense, dans une dizaine d’années, mon enfant n’aura que neuf ou dix ans. Elles ne pensaient pas la mettre dans un jeu de survie à ce moment-là, hein ?

« … Si tu le dis. Si vous pouvez gagner, alors je serais heureuse. Mais si vous perdez comme moi, alors je ferais un bébé avec Touya. »

« Je doute qu’on en arrive là. »

Yumina et Pam se souriaient doucement. Mais pour je ne sais qu’elle raison, c’était terrifiant.

Apparemment, si Yumina et les filles rejoignaient temporairement la tribu Rauli, elles seraient autorisées à participer à l’Élagage. Je n’avais pas pu m’empêcher de trouver ça un peu bizarre.

Ce serait comme si huit étrangers venaient remplacer votre équipe de baseball. Ce ne serait plus l’équipe d’origine, mais juste un groupe de gars au hasard.

« Yumina-dono, es-tu sérieuse ? »

« Je pense que c’est le meilleur compromis que nous puissions obtenir. Sommes-nous tous d’accord ? »

J’avais regardé autour de moi et je n’avais trouvé personne en désaccord. Une partie de moi voulait s’y opposer. Je ne voulais pas voir les filles se blesser.

Mais je savais que si je m’y opposais, elles diraient quelque chose comme… « Tu veux tellement avoir un bébé avec Pam, hein ? Je vois, je vois… Est-ce à cause de ses énormes seins ? Tu aimes tant que ça les seins !? » J’avais l’impression que certaines d’entre elles s’inquiéteraient, alors je ne pouvais pas vraiment dire ce que je pensais.

Beaucoup de mes fiancées avaient un certain malaise au sujet de leurs seins, ce que je trouvais un peu idiot. La plupart d’entre elles étaient encore en croissance, donc c’était bien.

En termes de taille des seins, Yae avait les plus gros, puis Hilde, puis on trouvait Linze loin derrière, puis Elze, puis Lu, puis Yumina, et… si vous pouvez appeler cela des seins, Sue. Les nichons de Pam étaient plus gros que ceux de Yae, alors même elle pouvait se sentir en manque de sécurité.

Flora m’avait parlé d’un médicament douteux pouvant faire grossir les seins… mais je n’en étais pas si sûr… Si Yumina s’était soudainement pointée avec un méga rack éreintant, je ne savais pas ce que j’allais ressentir.

« Alors nous représenterons la tribu Rauli. Nous gagnerons l’Élagage et le titre pour votre tribu. Mais il y a un nombre limité de participants, non ? »

« C’est vrai… Je suppose que si Pam y va pour représenter sa tribu, les quatre autres seront moi, Hilde, Lu et Yae, non ? » dit Elze.

Cela semblait juste, puisque Yumina et Linze n’étaient pas capables de combattre au corps à corps. Toutes les deux étaient des combattantes à longue portée. Sue ne pouvait pas faire grand-chose non plus pour se battre.

Bien qu’elle ait appris la lutte avec Lapis, Cécile et Renne. Elle s’intéressait beaucoup à ces bonnes. Je me demandais si elle voulait en devenir une.

En tout état de cause, un plan d’action avait été décidé. C’était un peu gênant, mais je n’arrivais pas à placer un mot durant tout ce temps.

« Ah, Yumina ? J’ai une question… »

« Oui, Sue ? »

Sue inclina un peu la tête, tout en parlant à Yumina.

« Allons-nous toutes aller à l’Élagage ? »

« Je suppose que oui. Vous pouvez toutes encourager la tribu Rauli pendant qu’elles se battent. En plus, il peut se passer quelque chose qui nous forcera à avoir besoin d’un remplaçant. »

« Et Touya ? »

« Il est au centre de tout ça, donc oui. Je veux qu’il nous encourage toutes pendant que nous nous battons… Ce serait bien qu’il soit là en cas d’incident. »

Je n’avais certainement pas prévu de les laisser s’occuper de tout elles-mêmes. Je les accompagnerais à la fois comme soutien moral et comme soutien réel s’il arrivait quelque chose de mal. Après tout, je n’avais aucune idée de ce qui pourrait arriver. J’aurais aimé croire qu’il n’y aurait pas d’acte criminel, mais je ne savais pas sur quelle base me référer pour penser cela.

« Touya est un homme. »

« Ah… »

Tout le monde avait soudainement fait le même bruit. Et elle avait raison. Si je me faisais passer pour un invité de la tribu Rauli, mon sexe serait quelque chose que les gens trouveraient bizarre. S’il m’arrivait quelque chose, on me dirait probablement de me taire parce que j’étais un étranger, alors je devais m’assurer d’être reconnu comme membre de la tribu. Mais je ne savais pas quoi faire.

« … Un travestissement, je suppose. »

« Pas question ! Pas question, bon sang ! »

J’avais finalement trouvé la force d’exprimer mes objections face au marmonnement oisif de Linze.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires :

Laisser un commentaire