Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 7 – Chapitre 2 – Partie 6

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 2 : Le premier amour de la princesse chevalière

Partie 6

Quelques jours plus tard, j’avais ramené nos invités de Lestia dans leur royaume par une [Porte].

J’avais été guidé vers leur palais royal et j’avais finalement rencontré le Roi Chevalier, Reid Yunas Lestia. Bien que j’aie eu la bénédiction de l’ancien roi, j’avais pensé qu’il était prudent de venir ici et d’expliquer la situation par moi-même.

Je pensais que les choses avançaient un peu vite, mais j’étais trop profondement dans la situation pour me fier au bon sens. Je me demandais s’il était plus comme moi ou comme le grand-père d’Hilde… Je me demandais s’il finirait par être un vieux pervers bizarre comme l’ancien roi.

« C’est peut-être un peu tard pour le dire, mais la façon de faire de mon père est certainement un peu folle. Dans l’ensemble, je n’ai aucune objection à l’égard du mariage d’Hilde. Grand-Duc Touya, je dois vous féliciter d’avoir pris une fille aussi… difficile que Hilde. C’est certainement un garçon manqué dans ses activités, mais je suis content qu’elle soit à votre goût. Nous vous en sommes vraiment redevables. »

« Je suis d’accord, merci de l’avoir acceptée. Je suis fière de toi, Hilde. Tu trouveras sûrement le bonheur… »

« Félicitations, Hilde. S’il vous plaît, Grand-Duc, prenez soin de ma petite sœur. »

Wôw… Ces types, euh… sont très corrects. Le roi, la reine et le prince… sont tous des gens bien. Ce vieux cinglé m’a vraiment jeté dans le pétrin ! Je pensais que ces types seraient aussi mauvais que lui, mais ils sont plutôt normaux.

Ou c’est peut-être parce qu’ils étaient autour de ce type… C’est un excellent exemple de la façon de ne pas se comporter.

Ils avaient tous l’air agréables et gentils, alors j’étais content. Le roi semblait avoir une cinquantaine d’années. Ses cheveux étaient brun foncé et coupés courts et sa moustache avait des poils gris ici et là. J’avais le sentiment qu’il était probablement un mec populaire dans sa jeunesse.

La reine Esther avait l’air d’avoir la quarantaine. Elle avait une aura douce, semblable à celle de Cécile. La femme était noble et belle, elle avait probablement été de même pendant toute sa vie. Elle m’avait paru très maternelle.

Le frère aîné de Hilde, le prince Reinhard, avait l’air d’avoir le rôle principal. Il avait une vingtaine d’années et avait les cheveux blonds dorés comme sa sœur. Ils l’avaient probablement hérité de leur mère. Même si je détestais l’admettre, le gars était aussi vraiment beau… J’avais entendu dire qu’il était aussi fiancé. D’après ce que j’avais pu comprendre, il était digne, habile avec une épée et rapide d’esprit. C’était un candidat idéal pour être le prochain roi.

« Père, mère, frère… je promets de trouver mon propre bonheur ! »

Hilde versa des larmes de joie et entraîna sa mère dans une étreinte. C’était une belle scène à regarder, mais je ne pouvais m’empêcher de me sentir mal à l’aise. C’était une famille heureuse et aimante, et j’étais là, debout.

« En vérité, il y a une raison pour laquelle je suis content de faire avancer vos fiançailles. J’ai l’intention d’abdiquer le trône à Reinhard… mais il y a un petit problème avec notre épée de cérémonie. »

« Hm ? Qu’est-ce que c’est ? »

« Ah, c’est une épée sainte qui est dans notre famille royale depuis des générations. C’est la Sainte Épée Lestia. C’est la lame qui a donné son nom à notre pays, et c’est le symbole de notre lignée royale. »

Comme j’entendais l’explication d’Hilde, un chevalier entra dans la chambre et remit une longue boîte en bois au roi.

Le Roi Chevalier y jeta un sort silencieux, j’entendis un cliquetis lorsque la boîte s’était déverrouillée. J’avais aussi entendu le sifflement de l’air qui s’échappait. C’était un putain de conteneur hermétique ! La boîte s’ouvrit enfin pour révéler une belle épée.

C’était une épée ornée d’argent et d’or. À côté se trouvait un magnifique fourreau orné. C’était certainement quelque chose qu’on pourrait facilement appeler l’épée d’un roi.

« Oh, je vois… »

J’ai froncé un peu les sourcils en voyant le problème. La lame éblouissante avait été cassée en deux, fendue au milieu. Elle était complètement ruinée.

« Voici la Sainte Épée Lestia. Elle n’est utilisée qu’à des fins cérémonielles, ou si notre nation est en guerre… Sinon, elle est fermée hermétiquement. La dernière fois qu’elle a été utilisée, c’était lors de l’initiation officielle de Hilde en tant que chevalier, il y a trois ans. »

« Une fois que j’avais décidé d’abdiquer de mon trône en faveur de Reinhard, j’avais enlevé le sceau afin de préparer sa cérémonie… mais l’épée était comme ça. Je ne sais pas pourquoi la lame est cassée… Ce que je sais, c’est que la cérémonie ne peut se dérouler ainsi. J’étais préoccupé par tout cela et je pensais faire une épée d’imitation en dernier recours, mais alors… J’ai entendu parler de vous par Hilde, Grand-Duc. »

Le Roi Chevalier dégaina la lame à sa taille, la tenant doucement dans ses mains. C’était l’épée que j’avais donnée à Hilde.

« Oui, nous pensons qu’un homme capable de faire une épée aussi glorieuse que celle-ci pourrait sûrement réparer Lestia. C’est pourquoi je suis allé à Brunhild au nom de mon fils. Bien que je doive avouer, je m’intéressais personnellement à toi, Touya. Je voulais savoir quel genre d’homme ma petite Hilde avait rêvé. J’ai voulu juger ton caractère. »

« Grand-père… ? »

« Ces derniers mois, Hilde ne parlait que de toi, Grand-Duc. Elle soupirait avec nostalgie et regardait l’épée que vous lui avez donnée. Elle pensait qu’on ne s’en rendrait pas compte, mais comment pourrais-je ignorer le fait qu’elle interrogeait toujours les marchands ambulants sur Brunhild ? »

« Toi aussi, mon frère !? »

J’avais jeté un coup d’œil de côté vers la Hilde agitée, mais j’étais plus intéressé par l’épée. C’était… à tous les coups ancien. Ce qui ressemblait à une écriture ancienne était gravé sur la lame elle-même. Il y avait aussi un cristal incrusté dans la poignée.

« Puis-je la prendre dans mes mains ? »

« Allez-y. »

J’avais pris la lame cassée par la poignée, en la regardant bien. Je sentais aussitôt de la magie résiduelle à l’intérieur.

« Cette épée était-elle enchantée d’un effet spécial ? »

« Ha, c’est que vous êtes très perspicace. Je suis étonné que vous puissiez le dire rien qu’en regardant. L’épée a un effet régénérateur pour son manieur. Il soigne les blessures mineures, et régénère même les blessures graves. »

Je vois… Donc je suppose que ce truc est imprégné de [Guérison] ou quelque chose comme ça. Ou était, plutôt… Dans l’état actuel des choses, l’effet ne se déclenche pas.

« Le meilleur forgeron de Lestia s’est aussi retrouvé incapable de faire quoi que ce soit. On m’a dit que le matériau de l’épée lui était complètement inconnu. La capacité de régénération a également disparu… Je crains qu’elle ne soit complètement ruinée… »

« Que disent ces lettres ? »

« Ah, je n’en ai aucune idée. Rien n’a été mentionné à ce sujet dans l’histoire de notre famille. La langue semble être celle de l’ancienne civilisation, le Parthéno. »

Huh… Je suppose qu’il n’y a qu’un moyen de le savoir !

« [Lecture] : Ancien langage parthéno. »

J’avais un sort Néant pratique, bien que celui-ci n’ait pas été utilisé depuis un moment. Il me permettait de lire n’importe quelle langue, pourvu que je sache avec quelle langue elle était au départ.

« Qu’est-ce que… »

Mes épaules s’affaissèrent, sans énergie. J’avais été complètement embobiné. Le lettrage sur la lame était une signature. Le genre de chose que quelqu’un avait gravé dans son travail pour prouver que c’était le sien. Et, avec [Lecture], j’avais pu voir qui c’était. Je n’avais aucune idée de ce à quoi je m’attendais, mais certainement pas à ça.

« Conçu par Regina Babylon. »

Pourquoi fallait-il qu’elle soit là ? Pourquoi cette bonne à rien de docteur était-elle dans le business de la fabrication d’épées ? Je m’étais brièvement demandé si c’était le destin, mais… en ce qui la concernait, je n’avais aucune idée de ce qui avait été conçu ou non.

« Quelque chose ne va pas, Touya ? »

« Non, c’est… juste que… Cette épée a été fabriquée par la même personne qui a fait les Frame Gears… »

« Quoi !? »

L’ancien roi avait les yeux écarquillés. Je n’avais aucune idée de la raison pour laquelle cette épée était ici, et je ne m’attendais pas à la trouver… Bien que cela m’ait fait me demander si ce n’était pas plus une épée excitante qu’une épée sacrée, étant donné les inclinations de ce médecin pervers.

« … Cela fait plus de cinq mille ans, donc il est possible que le pouvoir magique soit épuisé. Vous l’avez fait sceller tout ce temps, n’est-ce pas ? Et vous l’utilisiez seulement de temps en temps pour des cérémonies ? Il est possible qu’elle s’affaiblisse petit à petit parce qu’elle a été coupée de la magie résiduelle de l’air. »

Je pensais que si elle n’avait pas été affaiblie suite à la disparition de la magie, la magie aurait pu la garder intacte. Elle n’aurait certainement pas beaucoup de temps pour absorber la magie si elle ne sortait que brièvement de temps en temps. Il n’y avait vraiment rien d’étonnant à ce que ça se casse comme ça.

C’était un peu comme un animal qui ne recevait pas beaucoup de nourriture chaque jour et qui perdait lentement du poids jusqu’à ce qu’il meure.

« Cinq mille ans… ? Mais… c’est la lame de notre fondateur royal. Je ne crois pas que notre histoire remonte aussi loin. »

« Quand Lestia a-t-elle été fondée ? »

« Il y a environ trois cents ans… Deux cent quatre-vingt-onze ans pour être précis. On disait que notre fondateur maniait Lestia, et qu’il avait utilisé son pouvoir pour unifier les tribus qui se disputaient dans la région, créant ainsi le royaume des chevaliers de Lestia. »

Je crois que j’ai compris. Ce que le prince vient de dire… Tout cela avait un sens. Non, ce n’est pas que cela avait un sens, j’étais pratiquement certain que c’était ce qui s’était passé. J’ai déjà vu cette situation ! Je sais ce que c’est ! Cette chose est définitivement tombée de l’entrepôt ! Alors, un chevalier errant a dû la ramasser… Et puis il a utilisé son pouvoir pour mettre fin à la guerre dans la région… et a finalement fondé le royaume des chevaliers de Lestia. C’est vraiment incroyable.

Honnêtement, le gynoïde en charge de l’entrepôt avait été maladroite et irritante, elle avait fini par me causer beaucoup de problèmes. Mais j’avais pensé que c’était un exemple de ce qui pourrait se passer de façon positive. En fin de compte, ce qui importait, c’était la façon dont l’article était utilisé.

« Eh bien, je pourrai la réparer. Il ne devrait pas y avoir de problème. Je pourrai aussi réappliquer l’enchantement. »

Je l’avais moulé et je l’avais assemblé à nouveau. L’enchantement précédent avait disparu à cause de cela, mais je pourrais facilement réappliquer l’effet. J’avais aussi augmenté la réserve magique que l’arme contenait. Tant qu’ils ne la renfermaient pas dans cette boîte, ils n’auraient pas à s’inquiéter qu’elle s’épuise.

« Oooh ! »

« Nous y voilà. Elle est redevenue normale. »

« Je vous remercie. Nous pouvons maintenant procéder à la cérémonie comme prévu. Nous vous en sommes redevables. »

Le roi prit l’épée sainte dans sa main droite et l’utilisant pour couper un peu son propre bras gauche. Le sang coulait de la plaie, mais la coupure s’était refermée presque immédiatement.

« Ça marche comme avant… En fait, ça semble un peu plus rapide. »

Oh mince… est-ce que je lui ai accidentellement donné un effet plus fort ? La magie devrait s’épuiser plus vite si cela arrive… Mais honnêtement, c’est mieux comme ça.

L’épée absorbera la magie de l’air et l’accumulera lentement au fil du temps, puis elle utilisera cette magie pour se préserver et guérir son propriétaire, mais naturellement cela épuisera lentement la réserve.

Mais c’était très bien, parce que l’arme ne ferait que continuer à récupérer cette réserve par les airs. C’était un processus lent qui s’était accumulé au fil du temps. Idéalement, vous ne voudriez pas tout utiliser d’un seul coup, sinon l’épée n’aurait pas de fonction spéciale pendant un certain temps.

Elle ne pouvait probablement lancer qu’une dizaine de sort [Soin de rétablissement] ou de cinq sorts [Grande guérison]… alors ce n’était pas parfait, mais en un clin d’œil je savais que c’était bon. J’avais quand même augmenté sa réserve magique pour qu’elle puisse stocker un peu plus qu’avant, donc je m’étais dit que ce ne serait pas un problème.

La Sainte Épée Lestia telle qu’elle était avant n’était pas exactement parfaite non plus, donc ça irait bien. La guérison gratuite à l’infini n’était tout simplement pas possible.

Ou, eh bien… peut-être que ce n’était pas… J’avais l’impression que je pourrais probablement faire quelque chose comme ça si j’y mettais toute mon énergie. Dans le pire des cas, je finirais par créer quelque chose comme ce joyau d’immortalité que j’avais rencontré à Eashen… J’avais décidé de ne pas y penser. Une personne pouvait tout aussi bien se débarrasser de son humanité si elle avait un objet qui l’empêchait de mourir.

« C’est peut-être un peu différent de ce qu’elle était avant, désolé… »

« Non, non, non… Vous nous avez rendu un grand service. Merci beaucoup. »

Le roi rengaina l’épée, mais cette fois il ne l’avait pas mise dans la boîte scellée. Il n’avait pas besoin d’aller si loin. J’avais fini par lui expliquer que tant qu’il l’exposait à l’air frais pendant une journée entière chaque année, tout irait bien. En fin de compte, il avait accepté que le sceau de la boîte soit défait une fois par an, le jour anniversaire de la fondation du pays.

Après cela, il était temps de célébrer l’ascension du prince sur le trône. J’avais décidé de lui offrir une épée en phrasium. J’en avais donné une à l’ancien roi, Hilde, et au roi… mais à l’époque je ne savais pas qu’il y avait un prince.

Je l’avais conçu de la même manière que celle de Lestia. Elle avait été conçue pour être légère, tranchante et indestructible. C’était la lame parfaite pour le combat. Par contre, elle ne serait pas bonne pour les combats d’entraînement ou les duels. C’était bien trop tranchant. Si une épée entrait en collision avec elle, la lame la plus faible se briserait sûrement.

« C’est un cadeau merveilleux. En vérité, mon fils nous enviait un peu pour nos belles lames, mais maintenant la sienne est la plus belle de toutes… Dans l’ensemble, je suis tout à fait satisfait. C’est un merveilleux cadeau pour lui, merci. »

J’étais heureux qu’il soit heureux. Il allait être mon beau-frère, alors j’espérais maintenir de bonnes relations.

Quelques jours plus tard, un nouveau roi fut couronné à Lestia. En même temps que son ascension, l’engagement de la Première Princesse Hildegard fut annoncé. Hilde était ainsi devenue officiellement ma fiancée.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires :

Laisser un commentaire