Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 7 – Chapitre 2 – Partie 3

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 2 : Le premier amour de la princesse chevalière

Partie 3

« Haaaaaaaah !! »

« Hiyaaaaaaaaah !! »

Les deux épéistes s’arrêtèrent quelques centimètres avant que leurs épées de bois n’entrent en contact avec le corps de leur ennemi. L’épée de la princesse Hilde reposait sur la taille de Yae, tandis que celle de Yae planait juste derrière la nuque de Hilde. Elles étaient toutes les deux extrêmement talentueuses à l’épée.

« D’accord. Le match est fini. »

Je m’étais porté volontaire pour être arbitre, alors j’avais utilisé ce pouvoir pour en finir.

Hilde avait dit qu’elle voulait affronter le plus grand épéiste de mon pays, alors j’avais décidé que Yae serait le meilleur choix. Après tout, quand il s’agissait de l’art de la lame, elle était encore plus habile que le vieux Yamagata.

Au cours de l’année dernière, j’avais montré à Yae d’innombrables sites Web et vidéos sur l’art traditionnel du sabre. Elle avait absorbé l’information comme une éponge absorbait l’eau, et avait étudié presque tous les jours. Son style avait vraiment commencé à s’épanouir. Bien sûr, le style Kokonoe de sa famille l’avait marquée, mais elle évolua au-delà.

Pourtant, le fait que la princesse Hilde pouvait se battre contre Yae et faire un match nul était stupéfiant en soi.

Toutes les deux baissèrent leurs armes et respirèrent lourdement.

« C’était un match très amusant. Vous avez vraiment un chevalier merveilleux, Votre Altesse. »

« Hm ? Ah, je ne suis pas l’un de ses chevaliers. »

« Hein ? »

Hilde secoua la main de Yae, mais inclina la tête dans la confusion devant ses paroles.

« Je suis fiancée à Touya-dono. »

« Euh… excusez-moi ? »

« Ah, c’est ma fiancée. »

J’étais intervenu pour clarifier les choses, mais Hilde s’était soudainement arrêtée de bouger. Hein ? Quel est le problème ? Elle se tourna lentement vers moi, grinçant presque en me fixant. Je n’avais aucune idée de ce qui se passait, mais ses yeux semblaient complètement sans vie.

« Fiancé… Vous êtes… fiancé… ? »

« Hm ? Eh bien, oui… N’y a-t-il pas eu une grande annonce pour mon mariage avec Lu et Yumina ? »

« Yumina… ? Lu… ? »

C’était comme si Hilde voulait savoir qui elles étaient. Elle n’avait pas du tout reconnu les noms. J’avais pensé que la nouvelle ne s’était pas encore répandue dans l’est du monde.

« Ce sont les princesses de Régulus et de Belfast. Comme moi, ce sont aussi les fiancés de Touya. »

« Quoi !? Il a trois fiancés… ? »

« En fait, il en a six. »

« SIX !? » Hilde était restée sans voix. Hmm… Je suppose qu’elle est surprise. Même si la polygamie est normale dans ce monde, il est inhabituel pour les nobles ou les marchands fortunés d’avoir deux ou trois épouses, et les membres les plus scandaleux de la royauté se limitaient généralement à cinq.

Beaucoup de marchands et de nobles avaient des femmes, mais aussi de nombreuses concubines.

Apparemment, une fois qu’un homme né haut dans ce monde avait pris une femme, il avait des relations intimes avec plusieurs femmes au cours des années suivantes. Mais les gens comme moi qui avaient plusieurs partenaires de mariage étaient considérés comme rares.

« Je… Eh bien, je… Je ne m’attendais pas à ça. Excusez-moi. »

Hilde murmura à elle-même, son visage était un peu froncé. J’avais agité ma main devant son visage, mais elle était complètement perdue dans sa propre bulle.

« Ça ressemble à un boulot pour Grande Sœur, pas vrai !? »

« Gah ! Ne fais pas ça ! »

J’avais sursauté de surprise face à cette voix soudaine.

Karen était apparue de nulle part, prenant une pose dramatique. Son souffle était lourd, plein d’excitation.

Cette fille peut se téléporter ou quoi !? Eh bien, je suppose que, vu que c’est une déesse et non une fille… elle peut surgir comme bon lui semble….

« Salut, ma chérie. Tu souffres d’un amour unilatéral non partagé, pas vrai ? Et la cible de cet amour est Touya, hein ? »

« Eeep ! Qu’est-ce que vous dites !? Quoi !? Hahahaha ! QUOI !? C’est trop bête ! Comment avez-vous !? Comment avez-vous deviné tout ça !? »

Karen avait pointé du doigt Hilde, et la fille avait pratiquement explosé en rougissant profondément. Quoi… ? Pourquoi panique-t-elle ? Elle ne peut pas… Non… Mais on ne s’est rencontrés que deux fois, non ! Ce n’est pas possible ! S’il vous plaît, non… Ne me dites pas que c’est ça !

Je tirais Karen sur le côté et je lui avais soudainement murmuré à l’oreille.

« Attends une seconde ici… Utilises-tu une sorte de pouvoir divin ici ? Lui as-tu lancé un rayon d’amour invisible ou quoi ? »

« Ne sois pas si grossier, Touya ! Je n’interviendrais jamais comme ça, sais-tu ? Cette petite fille là-bas a de l’amour pour toi dans son cœur depuis le tout début. En fait, je peux le voir et le sentir. C’est son premier amour. C’est absolument époustouflant, sais-tu ? »

Pourquoi est-ce si évident pour toi !? Suis-je juste lent ou quoi ? C’est son premier amour, sérieusement !? Alors… Qu’est-ce que je fais ici ? Je n’avais aucune idée de ce que je devais faire, et Hildegard avait l’air extrêmement gênée. Avant que j’aie pu penser à quelque chose, Yae s’était soudainement approchée de la pauvre fille. J’espérais vraiment qu’elle ne se battrait pas.

« Hilde-dono, aimez-vous Touya-dono ? »

« Eeep ! Je… Non ! Euh, c’est-à-dire… Je ne savais pas qu’il avait une fiancée, surtout pas une aussi belle que vous, Yae. Je… S’il vous plaît, pardonnez-moi. Je dois vous causer du chagrin. »

« C’est tout le contraire. Je connais très bien vos sentiments. J’ai déjà été dans la même position que vous. »

Hilde, qui regardait le sol avec honte, leva lentement la tête.

« Quand Touya-dono a été fiancée à Yumina-dono, j’étais simplement sa compagne. J’ai enterré l’affection que j’avais au fond de mon cœur. Mais au final, Touya-dono et Yumina-dono m’ont accepté. »

« Je vois… »

« C’est pourquoi cela ne me dérange pas que vous rejoigniez nos rangs en tant que fiancée, Hilde-dono. »

« Pardon !? »

Hilde et moi avions crié la même chose en même temps. Comment était-ce arrivé !? Qu’est-ce qui se passait ici !? J’avais pris Sue pour fiancée récemment, alors n’était-ce pas un peu tôt pour la numéro 7 !?

« Pour l’instant, la limite nuptiale de Touya est fixée à trois de plus. Il a été décidé qu’il aura neuf femmes au total. »

« Neuf !? »

Hilde avait élevé la voix en état de choc. Tu lui dis aussi ça maintenant !? Je n’étais même pas d’accord !

« Toujours aussi populaire, petit frère… Ta grande sœur est super fière de toi, sais-tu ? »

« N’en dis pas plus ! » J’avais regardé ma sœur idiote, qui avait commencé à siffler au loup à partir depuis les coulisses. Je suis content que quelqu’un voie le côté drôle de tout ça !

« Voulez-vous dire qu’il ne peut prendre que trois autres mariées ? Qu’après ça, les femmes ne seraient plus que ses maîtresses ? Si c’est le cas, alors j’accepte volontiers ! Je serai heureuse d’être la septième, Yae ! »

« Très bien, je vous présenterai aux autres plus tard. Je suis ravie qu’une personne comme vous se joigne à nous. »

« Merci beaucoup, Yae ! »

La princesse Hilde saisit fermement la main de Yae.

Attends, qu’est-ce qui vient de se passer ? Mon opinion a-t-elle été entièrement oubliée ? Est-ce que je ne compte pas !? C’est mauvais… C’est totalement mauvais ! Ça va se passer comme ça s’est passé avec Yumina et Lu. Qu’est-ce que je peux faire ? Si je dis quelque chose maintenant, je lui ferais du mal… Le mariage dans ce cas n’est pas qu’une relation amoureuse, cela va aussi servir pour approfondir les liens politiques et sociaux. Je suppose que nous ne nous connaissons pas, c’est bien pour eux parce que c’est une société qui privilégie l’amour aux mariages politiques, mais… Agh ! Je ne sais pas quoi faire, c’est sûrement quelque chose comme une étrange coutume de la haute bourgeoisie… !

Après tout, c’est une princesse… C’est peut-être une décision politique ? Mais aucune fille ne choisirait d’épouser quelqu’un qu’elle n’aime pas…

Les deux filles commencèrent rapidement à bavarder sous mes yeux. J’étais impuissant à les arrêter, mais heureusement, je n’avais pas eu à le faire.

« Ne nous emballons pas, je ne peux pas permettre ce mariage ! »

« Grand-père !? »

« Bonté divine, dans quelle situation étais-je… ? »

L’ancien roi était apparu comme s’il sautait de nulle part, les mains tendues et avec une expression sérieuse sur son visage. C’est quoi, une sorte de pièce de kabuki ?

J’ai un peu peur que ça se transforme en une situation du genre « Si tu veux ma petite-fille, tu dois passer à travers moi ! »… Ce n’est pas du tout ce que je veux !

« Prendrais-tu la position de princesse de Lestia à la légère… ? Bats-toi contre moi, prouve ta valeur ! »

Bingo. Welp, je suppose que c’était prévisible. C’est quand même une situation un peu chanceuse, je peux tout simplement faire exprès de perdre. Je n’ai pas l’intention de prendre la princesse Hilde pour épouse, du moins pour l’instant. Elle est mignonne, mais je ne sais rien d’elle !

En plus… l’ancien roi est un aventurier de rang Or. Malgré son âge, cela pourrait être âpre, même si je ne le combats pas sérieusement…

« Tu dois accepter honorablement ce duel. Montre-moi ta force, vaincs-moi, et je l’accepterai ! Bats-toi maintenant, Hilde ! »

« Très bien, grand-père ! Je vais te frapper ! »

Attendez… Quoi !?

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires :

Laisser un commentaire