Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 7 – Chapitre 1 – Partie 8

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 1 : Calamité

Partie 8

« Les noyaux de Phase produisent du bruit. Chacun fonctionne sur une longueur d’onde unique et distincte, et le noyau souverain ne fait pas exception à cette règle. Le noyau souverain existe actuellement au sein d’une créature vivante dans ce monde, donc son bruit est obscurci par le battement du cœur de son hôte. Donc… si nous pouvions émettre le “bruit” du noyau souverain ici même ? »

« Toutes les Phases de la région viendront par ici… »

« Bingo. »

Cela semblait être un bon plan en théorie, mais j’étais étonné qu’Ende me propose une telle méthode.

Les attirer ici avec un faux bruit, c’était une chose, mais… pouvions-nous vraiment en détruire plus de dix mille sans faire de victimes graves ?

Eh bien, si j’y pense de cette façon, ils sont tous dans différents villes et villages… Des endroits où il y a des humains. Nous n’aurions pas à les combattre tous en même temps, puisqu’ils viendront ici en formation décalée. Mais si nous ne pouvions pas les battre assez rapidement, leurs nombres ne feraient que s’accroître…

« Peux-tu vraiment les amener ici ? »

« Je le peux. J’ai un objet qui contient la longueur d’onde du Souverain. Dans la longueur d’onde se trouve le “bruit”, qui ne peut être distingué par les êtres vivants. »

Ende avait soudainement sorti une longue et fine lame de verre. Il le tenait entre l’index et le majeur. Elle ressemblait à une lame utilisée sur un microscope qui pouvait stocker des échantillons scientifiques.

« C’est l’un de mes périphériques de stockage personnels. Je peux garder diverses choses à l’intérieur. En l’utilisant, je peux préserver des choses, des grands spécimens vivants aux bruits. Si j’ouvre ceci, le bruit du Souverain résonnera, alors la Phase voisine l’entendra et chargera vers nous. »

Wôw, c’est plutôt impressionnant… Il est rusé, je le reconnais, mais… qu’est-ce qu’il a, ce type ? Je ne comprends pas du tout son point de vue. On ne peut pas dire que c’est un allié de la Phase, mais quand même…

J’avais tendu ma main vers la lame qu’il m’avait tendue, mais quelques instants avant que je ne la touche, il avait tiré sa main en arrière.

Attends, quoi ? Tu ne la partages pas ?

« Mais… Je ne pense pas que c’est ce que je veuille faire. », dit Ende en souriant.

À quoi joues-tu, bon sang… ?

« Pourquoi ? »

« Je veux ça. »

Il avait pointé du doigt le Frame Gear.

Quoi... Ghh… C’est quoi ce bordel ? Tu as les yeux rivés sur le Frame Gear dans un moment pareil ? T’es quoi, un gamin !?

« … Me promets-tu de ne pas l’utiliser pour faire quelque chose de bizarre ? »

« Je te le promets ! Aie un peu confiance en moi. »

Il ne lui serait pas possible d’utiliser le Frame Gear contre nous, puisqu’il y avait des systèmes d’arrêt d’urgence pour empêcher cela. Je ne comprenais pas du tout ses motivations, mais il semblerait qu’il mène une vendetta personnelle contre la Phase. Je ne pensais pas vraiment qu’il était de notre côté, mais je pouvais difficilement le considérer comme un ennemi non plus. Malgré tout, je n’étais pas sûr que le mettre en possession d’un Frame Gear soit vraiment une bonne chose. Mais si je ne lui en donnais pas un, il ne me donnerait pas la longueur d’onde sonore du Souverain. J’étais dans une situation difficile dans laquelle je n’aurais jamais pensé être au départ. Mais je savais que j’avais besoin qu’il prenne le dessus dans cette situation, alors je n’avais plus le choix. J’ai décidé d’ajouter une mise en garde, pour au moins avoir une petite victoire.

« S’il est volé, donné ou vendu à une nation étrangère, je ne l’apprécierais pas… »

« Je ne le vendrai pas, je ne le remettrais pas à un pays étranger, et je ne laisserais pas se faire voler, promis ! S’il te plaît, laisse-moi l’avoir. Je le traiterai bien. Je t’en supplie, Touyaaaa… Écoute, je vais aussi tuer toutes les Phases présentes dans la région, d’accord ? Qu’en dis-tu ? »

Qu’est-ce qu’il a, ce type ? Il agit comme s’il allait juste faire son entrée et avoir le plein contrôle. Mais, sachant que ce type est un fou furieux, je suppose qu’il pourrait probablement… Il est tout à fait anormal, d’après les normes de ce monde… En fait, je le trouve un peu odieux… Qu’il aille au diable, pourquoi est-il meilleur que moi !?

Je l’ai rencontré plusieurs fois, et je ne pense pas qu’il soit un mauvais garçon… Ce n’est cependant que mon intuition… Si seulement Yumina était là !

Son offre de m’aider à combattre la Phase était tentante… Après tout, je savais que cela me ferait gagner beaucoup de temps et d’efforts.

J’avais invoqué [Porte] afin de convoquer le Chevalier Dragon Rouge, Dragoon, du hangar.

« Voici, c’est un Frame Gear dont l’accent est mis sur la mobilité. Je l’appelle le Dragoon. »

« Wôw ! Il est rouge ! C’est, genre, super cool. »

Le Frame Gear que j’avais choisi était particulièrement difficile à contrôler. J’avais décidé de le donner à Ende parce que personne d’autre que moi ne pouvait le contrôler de toute façon.

Ende m’avait paresseusement lancé la lame et était monté dans le Chevalier Dragon. L’écoutille s’était ouverte et il s’était mis à grimper.

Il l’avait immédiatement mis en marche et le Frame Gear avait commencé à se promener. Au bout d’un moment, il l’avait fait courir tout en faisant bouger ses bras avec une dextérité surprenante. Enfin, il avait déployé les roues et s’était déplacé aussi gracieusement qu’il avait pu dans son mode haut mobilité.

Qu’est-ce que c’était que ce bordel... Pourquoi est-il meilleur que moi ?

« Oh, c’est assez simple à manœuvrer. J’aime ça. »

« … Hah, ouais… Tant mieux pour toi. », avais-je répondu à contrecœur à Ende avec le sourire le plus raide que je pouvais faire. Ce salaud n’avait pas à être plus dominant que moi.

« Mais, euh, il n’a pas d’armes ? »

« Oh… C’est vrai, j’ai oublié d’en préparer. »

Le Chevalier Dragon n’avait pas beaucoup de puissance, donc il ne pouvait pas vraiment gérer des armes lourdes. J’avais l’intention de faire une arme légère à partir de fragments de Phase, mais je n’avais jamais eu le temps de m’atteler à la tâche.

Heureusement pour moi, il y avait une véritable montagne de Phases mortes à proximité.

J’avais utilisé [Modelage] pour fabriquer deux épées courtes à partir d’appendices de Phases tombés lors du combat. Puis, j’avais fait deux fourreaux, et je les avais mises sur le dos du Dragoon.

« D’accord ! Je vais aller tuer un tas de Phases, comme convenu. »

« Hé, attends ! Avant d’aller quelque part, dis-moi comment utiliser ce truc ! »

J’avais à la hâte agité la lame devant Ende.

« Oh, c’est vrai. Il suffit de l’écraser et le son devrait résonner. Tu ne pourras pas copier le son par la technologie ou la magie, alors ne te fais pas d’idées. »

Oh, vraiment… ? Eh bien, qu’en était-il de mon plan d’enregistrement du son sur mon smartphone.

Alors que je me lamentais sur mon plan ruiné, Ende avait pris deux autres lames et me les avait jetées à la figure.

« Voilà, ces deux-là sont identiques. Si tu les utilises toutes en même temps à des endroits différents, tu pourras disperser la Phase à ton avantage. »

Ende était remonté dans le Dragoon et s’était enfui. C’était un tueur de Phases efficace, donc j’étais sûr qu’il s’en sortirait bien. Je préférerais qu’il les tue tous…

Son Frame Gear était rouge, donc il dégageait une sensation de puissance. Heh… Ce serait drôle qu’il revienne avec un masque la prochaine fois…

Assez de ça… Je n’avais pas le temps de penser à des idées stupides ! J’ai après tout beaucoup à faire.

J’étais retourné dans mon château de Brunhild et j’avais tout expliqué aux gens. La situation à Yulong, la Phase, la limite dimensionnelle, et pourquoi j’avais eu les Frame Gears pour commencer… J’avais tout avoué.

« … L’échelle de notre conversation vient de s’élargir… considérablement… »

Le vieux Yamagata expira après que j’avais fini de parler. Baba, debout à côté de lui, croisa les bras avec un froncement de sourcils doux sur son visage.

« Je comprends si vous ne me croyez pas, mais… »

« Non, je n’ai aucune raison de douter de vous. Des créatures d’un autre monde… Si nous ne faisons rien, la tragédie de l’ancien royaume nous atteindra aussi. »

Kousaka me croyait volontiers, mais c’était probablement parce qu’il avait vu toute la fumée à Yulong.

« Mettons ça de côté pour l’instant, nous avons besoin de comprendre la situation dans son ensemble. La priorité étant l’invasion actuelle de Yulong. Votre Altesse… Voulez-vous sauver leurs citoyens ? »

« Si je le peux, oui. Nous sommes les seuls à pouvoir nous opposer à la Phase. »

« Tu ne le devrais pas. »

Kousaka avait immédiatement rejeté mon idée. Il avait prononcé des mots qui condamneraient à mort le peuple de Yulong. Ils n’avaient aucune méthode pour s’opposer à la Phase. S’ils mettaient tout en œuvre pour s’en sortir, peut-être qu’ils s’en sortiraient bien, mais il était impossible qu’ils puissent survivre à une telle horde par des moyens conventionnels.

« Je me battrai volontiers si mon pays est attaqué. Cependant, je ne vois pas la nécessité de risquer sa vie pour un pays qui est non seulement n’est pas notre allié, mais qui nous est aussi activement hostile. »

« Mais… si ça continue comme ça, il y aura des victimes en dehors de Yulong. Ce n’est pas une situation où l’on peut simplement s’inquiéter de l’attitude d’une certaine nation. Des gens meurent en ce moment même. Tu veux dire qu’on ne devrait pas les aider ? »

« Votre Altesse… Vous êtes un homme formidable avec un cœur tout aussi formidable. Mais vous ne pouvez pas juste… »

« Kousaka, écoute-moi. »

Baba, qui était resté silencieux jusque-là, avait finalement pris la parole.

« Nous en savons plus que quiconque sur ce qu’est notre chef, n’est-ce pas ? Ne nous avait-il pas aidés, alors que Takeda était son ennemi à l’époque ? »

« Je… Mais… la situation est différente maintenant. Il a tout un pays sur les épaules. »

« Et c’est là que tu te trompes. Il n’est pas surchargé. Je grimpe sur ses épaules à mon rythme. S’il me secoue, alors je tombe. Si je ne l’aime pas, je peux partir. Ne sommes-nous pas venus ici pour voir où le vent soufflerait? »

« … C’est ce qu’on a fait. »

Kousaka expira tranquillement pendant qu’il parlait. Il était probablement juste nerveux, je suppose qu’il savait que je ne lui reprocherais pas son discours pragmatique.

« Vu la ligne de conduite que vous souhaitez, même si je ne suis pas d’accord, nous devrions agir rapidement. Mais si nous devons intervenir, vous devez d’abord informer l’alliance occidentale. Nous devons formellement leur faire connaître notre intention. »

Il avait au moins raison à ce sujet. Je n’avais aucune idée des conséquences qu’aurait cette invasion sur la scène mondiale. Il était important d’arranger les choses avant de passer à l’action, même si je ne pouvais pas me permettre de perdre du temps.

J’étais après tout pressé. Les gens étaient systématiquement massacrés les uns après les autres pendant que je faisais de la politique. Normalement, j’enverrais des lettres aux autres monarques, mais j’avais décidé d’aller directement les appeler chez eux. J’avais besoin de me dépêcher, et ils avaient besoin d’apprendre immédiatement la vérité.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires :

Laisser un commentaire