Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 7 – Chapitre 1 – Partie 2

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 1 : Calamité

Partie 2

« D’accord, j’y vais… »

« Bien sûr que oui. »

J’étais sur le terrain d’entraînement avec Linze, qui avait pointé une canne en Mithril sur moi. Il y avait plusieurs pierres de sort sur l’embout. Des trois pierres, rouge, bleue et jaune, la rouge brillait de mille feux.

« Sortez, Feu ! Grêle de Pierres Rouges : [Ignis Fire] ! »

Un globe flamboyant de la taille d’une balle de baseball s’était envolé de la canne. Elle avait lancé un sort de feu basique.

Je l’avais regardé approcher, j’avais concentré ma magie et j’avais lancé mon nouveau sort Néant.

« [Absorption]. »

La boule de feu s’était dispersée comme une fine brume. Ça ne m’avait pas touché, j’en étais sorti complètement indemne.

Un autre sort de feu me fonça dessus. Cependant, tout comme celui qui l’avait précédée, il s’était dispersé dans le néant. Hm… je suppose qu’il y a un minuteur, alors… Ce sort dévore beaucoup de magie, mais il compense cela en absorbant toute magie offensive lancée contre moi.

« Linze, monte d’un cran. »

« Très bien. »

Linze avait préparé sa canne une fois de plus.

« Sortez, Feu ! Pilier du purgatoire : [Feu de l’Enfer] ! »

« [Absorption]. »

Trois torrents de flammes vinrent sur moi depuis des angles divers. Mais, une fois qu’ils s’étaient rapprochés à environ deux mètres de moi, ils avaient aussi disparu.

Hm… ? Eh bien, ma magie a été restaurée, mais… c’est seulement à peu près le même montant que ce que la boule de feu m’a donné. Je suppose qu’il doit me rendre un montant fixe, ce qui signifie que le sort que je draine n’est pas pertinent… Le sort est annulé, transformé en magie brute, puis une partie en est absorbée. C’est plutôt chouette.

L’effet était similaire au bracelet d’annulation des sorts utilisé pendant le coup d’État, j’étais donc certain de pouvoir enchanter des objets avec.

J’avais demandé à Linze si je pouvais envisager de fabriquer une armure absorbant la magie, mais Linze avait répondu que ce serait inutile. Apparemment, si quelqu’un absorbait des sorts dans des écoles autres que celles pour lesquelles il possédait les attributs, il pouvait avoir ce qu’on appelle la maladie des sorts.

Donc, si une personne n’avait aucune aptitude à la magie du feu et absorbait un sortilège de feu, elle en subirait les conséquences négatives. Ce ne serait pas un problème pour quelqu’un comme moi, mais une personne ordinaire n’était pas aussi à l’aise. Apparemment, le bracelet de drain ne semblait pas avoir ce genre de problème.

Linze et Yumina n’avaient des capacités que dans trois écoles de magie, mais Leen serait probablement capable d’absorber toute la magie à l’exception de la magie des ténèbres. Après tout, elle avait des affinités avec toutes les autres écoles.

Elle pourrait aussi utiliser [Transfert] pour donner de la magie aux autres.

« J’imagine que cela ne t’aidera pas beaucoup si tu es pris au dépourvu, car tu dois l’invoquer manuellement. »

« Quelle est sa portée effective? »

« Euh, je pense qu’elle est effective entre deux et dix mètres. Oh, ça soulève une question intéressante… Un ennemi à cette distance serait-il même capable de lancer un sort pour commencer? »

J’avais gardé Linze debout à côté de moi et j’avais déclenché [Absorption]. Elle jeta son sort et celui-ci s’activa pendant environ une demi-seconde avant d’être annulé.

Hein, alors je supposais que je pourrais le garder préventivement sur moi. Lorsque Linze quitta sa plage d’action, elle put lancer normalement son sort une fois de plus.

Le sortilège était celui qui annulait complètement la magie. [Silence] avait seulement empêché les sorts d’être scandés, car il avait arrêté le son lui-même, et je pourrais utiliser [Tabou] pour sceller certains mots à l’avance si je savais quels sorts mon ennemi utilisait. C’était utile si je connaissais mon ennemi, mais ce ne serait pas très utile dans un vrai combat.

Mais connaître mon ennemi m’aiderait certainement dans certains cas. Par exemple, si je faisais de [Renforcement] un mot tabou et que je devais combattre Elze, ce serait certainement à mon avantage.

Quoi qu’il en soit, aucun de ces sorts ne me serait vraiment utile contre une Phase.

L’expérience était terminée. J’avais remercié Linze pour son aide et j’étais sur le point de rentrer chez moi lorsque, tout à coup, j’avais reçu un message télépathique de Kohaku.

{Monseigneur, nous avons un visiteur au château…}

{Un visiteur ?}

{Euh, oui… Elle dit qu’elle est ta grande sœur…}

{Je te demande pardon !?}

Quelle sœur aînée ? Je n’avais pas de sœurs… Je n’avais même pas de frères ! J’avais des cousins de la sœur de ma mère et le frère aîné de mon père avait vécu ce mariage et ce divorce, mais aucune de ces personnes ne serait dans ce monde.

{À quoi ressemble la personne ?}

{Ah, eh bien… Elle a les cheveux roses et a l’air d’avoir une demi-douzaine d’années de plus que toi, et elle… Qu’est-ce qu’elle fait !? Agh !}

{Hmhm ? Qu’est-ce qui se passe, Kohaku ? Ehehehe, c’est une connexion télépathique, n’est-ce pas ? Alors je parlerai à Touya aussi, compris ? Heeey, tu m’entends, chéri ?}

La voix amusée d’une jeune femme s’était mélangée à celle de Kohaku. La voix m’était étrangement familière.

Attends… non. Oh non… Qu’est-ce que tu fous ici !? J’avais ouvert une [Porte] et je m’étais précipité immédiatement au château, entraînant Linze avec moi.

« Je suis la sœur de Touya ! Tu peux m’appeler Karen, d’accord ? »

« Karen, c’est ça ? »

Elle avait parlé, saluant tout le monde comme si ce n’était pas grave. Qu’est-ce que tu racontes ? Tu n’es même pas humaine !

Je m’approchai d’elle et je lui dis en chuchotant.

« … Dieu de l’amour, que fais-tu exactement dans mon château ? »

« Je ne suis pas le dieu de l’amour, compris ? Je suis Karen ! Ça ira si tu m’appelles grande sœur… En fait, n’oublie pas de m’appeler comme ça, as-tu compris !? »

Ce n’est pas du tout une réponse à ma question !

« Je suis si heureuse de te voir après si longtemps ! Hehehehe, hourra ! »

« Gaugh ! »

Elle m’avait soudainement pris dans ses bras. Hé maintenant, tout le monde regarde ! J’avais jeté un coup d’œil sur Yumina et les autres, mais elles semblaient touchées. De leur point de vue, c’était après tout la réunion tant attendue entre un frère et sa sœur bien-aimée. Yae avait même versé quelques larmes. C’était mauvais…

« Alors… vénérable belle-sœur, permettez-nous de partir. Nous veillerons à ce que vous soyez bien nourris ce soir, alors attendez cela avec impatience. »

« Oh mon Dieu ! J’ai hâte d’y être, compris ? »

Je supposais qu’elles voulaient donner aux « frère et à la sœur » le temps de se retrouver. Finalement, il ne restait plus que le dieu de l’amour et moi-même.

« Alors, qu’est-ce qui se passe ? Pourquoi es-tu descendu dans le royaume des mortels ? »

« N’aurais-je pas dû venir ? »

« Non ! Ce n’est pas ce que j’avais voulu dire, je me demandais pourquoi tu te faisais passer pour ma sœur ! »

« Oh, c’était juste une idée à moi, compris… ? »

La déesse de l’amour s’était allongée sur le canapé avec un petit rire. J’étais épuisé mentalement à ce moment-là, alors je m’étais aussi assis. C’est mauvais… Cette fille n’est pas le genre de personne que je gérais très bien…

« Alors, c’est quoi le problème ? Qu’est-ce que tu fais là ? »

« Hoho... Je suis venue attraper quelqu’un, compris ? »

« Hein ? Tu veux dire tu es venue pour capturer quelqu’un ? »

« C’est vrai ! Nous sommes des dieux inférieurs, mais je suis ici pour capturer un dieu plus bas dans l’échelle ! Un dieu servile, pour être précis ! Le vilain petit bonhomme s’est échappé et est venu ici, compris ? Alors je suis descendue pour le récupérer, compris ? »

Un dieu servile ? Je ne savais pas que vous pouviez être aussi moins que rien.

D’après ce que j’avais compris, les dieux avaient une hiérarchie stricte, les dieux serviles devaient être sûrement placés en dessous des dieux de concepts spécifiques. Celui-ci avait dû s’enfuir et venir dans ce monde pour une raison quelconque.

« Tu as dit qu’il s’était échappé ? Avait-il commis un crime là-haut ou quelque chose comme ça ? »

« Non ! Il n’y a commis aucun crime, compris ? Je ne sais pas pourquoi mon petit chéri est venu ici. Ceci étant dit, venir dans un monde inférieur sans la permission de Dieu est en fait un crime en soi, mais cela devrait ne pas poser de problème tant que le dieu en question n’influence pas le monde avec ses pouvoirs divins. C’est pour ça que je m’inquiète, compris ? »

je pense que tu interfères déjà beaucoup dans un sens plus large… C’est toi qui m’as fait regarder Yumina et les autres quand elles se changeaient !

« Les dieux comme moi peuvent aller et venir sans problème. Si vous voulez que je vous le dise en termes simples, je suis un conducteur avec un permis de conduire parfaitement valide, compris ? Mais un dieu servile n’a pas de licence, et ils n’ont pas de licence temporaire non plus, alors ils sont comme un enfant sur le siège du conducteur ! C’est une situation assez dangereuse, compris ? »

D’un côté, je comprenais ce qu’elle disait, mais en même temps, je ne comprenais pas tout à fait. En fin de compte, je supposais que c’était mauvais de ne pas avoir de licence.

« Alors, pars et attrape ce gars. Je ne veux pas d’ennuis. »

« C’est le plan, bon sang ! Mais je n’ai pas pu sentir son Essence Divine depuis que je suis arrivée ici… Il s’est probablement transformé en quelque chose qui existe déjà ici. »

« Eh ? Transformé ? »

« Ouaip ! Ça pourrait être une personne, un animal, ou peut-être même quelque chose comme un objet ou une plante ! C’est une technique pour se fondre dans la masse. Tant qu’il est actif, l’Essence Divine qu’il émet est inerte, compris ? »

Huh, bizarre. C’est cependant vraiment troublant…

Ce serait une mauvaise nouvelle pour tout le monde si ce dieu commençait à utiliser ses pouvoirs. Un dieu était toujours un dieu, peu importe son niveau. J’espérais qu’il serait arrêté et traduit en justice rapidement. Pourtant, le fait que nous ne savions pas pourquoi il était venu dans ce monde et le fait qu’il se cachait étaient assurément troublants.

« Alors qu’est-ce que tu vas faire pour le trouver ? »

« Dès que ce dieu servile utilisera un seul fragment de son pouvoir divin, je saurai où il se trouve ! Alors, on pourra défaire la transformation avec notre propre pouvoir divin après avoir découvert où il se cache, compris ? »

« Euh, nôtre ? »

Hé hé, n’as-tu pas amené un AUTRE dieu ici, n’est-ce pas ? Je me souviens que le dieu des épées, le dieu de l’agriculture et le dieu de la musique avaient été mentionnés… Maudit soit ce vieil homme négligent !

« Qu’est-ce que tu veux dire ? Je parle de toi, compris ? Tu possèdes un pouvoir magique et divin, idiot. Comment crois-tu que je t’ai trouvé ? Je peux sentir du pouvoir divin en toi aussi bien que je peux le voir très nettement ! »

« Sérieusement !? »

Attends une seconde… Serait-ce l’un de ces changements corporels que j’ai subi ? Je ne suis même pas au courant !

« Je ne pourrai rien faire tant qu’il n’aura pas bougé, compris ? Alors… ceci étant dit… merci de m’avoir invitée ici, petit frère. »

« Attends, tu vas rester ici !? »

Sérieusement ? Eh bien, je veux dire… Je m’inquiète pour ce dieu jusqu’à ce qu’il se révèle, donc l’avoir ici n’est peut-être pas la pire chose… Mais je n’ai pas vraiment confiance en cette fille qui traîne dans les parages !

« Il n’y a pas de problème à ce qu’une sœur aînée puisse vivre chez son jeune frère, compris ? »

« Hm, grande sœur, hein ? Je me demande quel âge tu as… »

J’avais essayé de la taquiner, mais elle avait juste gonflé ses joues et m’avait regardé, ses yeux me lançaient des poignards. Demander son âge me semblait une idée imprudente, alors j’avais décidé de ne pas la brusquer, de peur qu’elle ne me jette dans un enfer vivant.

« Quoi qu’il en soit, appelle-moi Sissy-wissy. Ce sera vraiment bien, compris ? »

« … Pas question que je t’appelle comme ça. »

« Si tu ne le fais pas, je pourrais accidentellement dire à Yumina et aux autres que tu es venu me demander de l’aide pour résoudre tes problèmes amoureux… compris ? »

« Ah, s’il te plaît, accepte mes excuses, Sissy-wissy… »

Maudite soit-elle... Était-ce là le pouvoir légendaire d’un dieu en action ? L’appeler… c’était beaucoup trop embarrassant, alors je lui avais fait faire un compromis pour qu’elle accepte que je l’appelle Sœur. La déesse de l’amour… ou plutôt, Karen, semblait un peu déçue, mais elle avait accepté mes conditions.

Je me demandais cependant ce qui se passait dans la tête du vieil homme quand il l’avait affectée à ce travail. Je ne savais pas si c’était la bonne personne pour ça.

Le repas de ce soir-là n’était rien de moins qu’extravagant. Créa avait clairement mis tout en œuvre pour faire un grand festin.

Mais alors… pendant le dîner, il s’était passé quelque chose qui m’avait mis mal à l’aise. Elles avaient commencé à lui demander des conseils en amour. C’était une pro, après tout… Non, au-delà de ça, vraiment… mais ça ne l’avait pas rendu moins désagréable à supporter pendant mon repas. Yumina et les autres commencèrent à lui poser des questions, une par une.

« Touya est le genre de personne qui est fondamentalement gentil, compris ? Du point de vue d’une femme, cela peut cependant être un peu cruel… Elles verront peut-être cela comme le fait qu’il les drague ou qu’il montre de l’intérêt alors qu’en réalité, ce n’est qu’une âme douce… Ce serait grave si elles comprenaient mal ses intentions, compris ? »

« Mais ça ne veut pas dire qu’il ne nous aime pas particulièrement non plus ? Il nous traite toutes si gentiment, mais toujours de la même manière… », murmura Linze.

« Non non, ce n’est pas le cas… Il vous considère toutes comme des êtres précieux, compris ? Mais c’est à vous, les filles, de décider comment les choses doivent progresser. Il n’est pas du genre à se débrouiller seul, alors c’est vous qui devez gentiment le pousser. »

« Il faut donc qu’on soit plus agressives ? », avait demandé Elze.

« Avec modération… Il ne s’énervera que si vous attaquez trop fort, compris ? Touya est le genre de garçon qui devient très timide très facilement. »

« Alors, quelle distance est suffisante… ? »

« La première chose à faire, c’est le contact physique… C’est bien de s’étreindre, de s’embrasser et de se tenir la main, compris ? Il est souvent essentiel de se débarrasser lentement de sa timidité en faisant ce genre de choses. Ça finira par devenir une seconde nature, compris ? Mon Dieu, vous devez toutes avoir du mal, hein ? Quelles filles inexpérimentées vous êtes... C’est trop mignon. »

« Qu’en est-il de la séduction… ? », demanda Yumina.

« Faites attention jusqu’où vous allez, là… Trop de vilaines choses peuvent finir par lui donner de la fatigue mentale… Commencez par porter des jupes plus courtes pour le taquiner… Mais seulement devant Touya ! Si quelqu’un d’autre jette un coup d’œil à votre culotte, il détestera ça à coup sûr ! »

« Je vois… C’est très intrigant… », marmonna Yae.

S’il vous plaît, mettez fin à tout ça, je vous en supplie ! Qu’est-ce que c’est que cette conversation éhontée !? Ce n’est plus un conseil romantique ! J’avais regardé autour de la table et j’avais remarqué que Renne écoutait aussi attentivement. Pendant ce temps, les hommes à table me regardaient avec des yeux solennels. Ils semblaient comprendre à quel point j’avais la vie dure.

J’ai honte en ce moment, allez ! Sortez-moi de là ! Et c’était ainsi que l’une des pires personnes possible était devenue ma sœur aînée.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

Laisser un commentaire