Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 7 – Chapitre 1 – Partie 13

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 1 : Calamité

Partie 13

Quelques jours s’étaient écoulés depuis. Nous nous étions retrouvés avec trente-six Frame Gears gravement endommagés, vingt-quatre personnes avaient des blessures mineures, quatre personnes avaient des blessures mettant leur vie en danger, et on ne déplorait aucune victime.

C’était une bonne chose que nous n’ayons perdu personne dans le combat, mais le tableau était plutôt sombre.

La capitale de Yulong avait été anéantie et plusieurs villes et villages avaient été entièrement effacés de la carte. Je n’avais pas pu m’empêcher de penser que nous aurions pu obtenir un meilleur résultat si nous avions été un peu plus compétents dans notre approche.

« Alors, que va-t-il advenir de Yulong maintenant ? »

« C’est difficile à dire. Mais je préfère ne pas m’en mêler davantage. Pour commencer, ce ne sont pas vraiment mes affaires. »

De tous les dirigeants de l’alliance occidentale, le Roi-bête s’était exprimé avec tiédeur.

« D’autres pays allèrent-ils commencer à contester le territoire de Yulong maintenant ? Ce serait mal si des guerres venaient à se produire. Le peuple de Yulong a assez souffert… »

« Eh bien, en ce qui concerne Hannock, ils ne s’intéressent pas à Yulong depuis le début, donc ils ne devraient rien faire. Xenoahs a une politique stricte, ils n’ont aucune interférence avec les affaires humaines, donc il ne devrait rien se passer là aussi. Il y a beaucoup de troubles à Eashen, donc ils ne sont pas assez unifiés pour commencer un accaparement de terres… Et apparemment, le royaume d’Horn s’oppose à toute invasion militariste. »

« Il ne reste que Felsen, Nokia et Roadmare… »

Le roi de Belfast et l’empereur de Régulus répondirent tous les deux à l’inquiétude du pape.

« À mon avis, ces trois nations vont probablement jouer un jeu d’attente et voir comment les choses se passent pendant un certain temps. Pensez-y comme ceci… Des envahisseurs mystérieux sont simplement venus de nulle part et ont dévasté Yulong. Voudriez-vous gouverner un endroit comme ça sans attendre de voir si cette région devient sure ? Rien que de penser à ce qui se passe sur mon propre territoire me refroidit le sang… »

L’empereur de Refreese avait également soulevé un bon point. Il serait naturel de s’attendre à ce qu’une telle chose se reproduise.

« Alors… Yulong manque-t-il actuellement d’un leader ? »

« Non, bien au contraire. L’empereur céleste avait trois fils. L’un d’eux vivait à Shenghai et a partagé son destin. Un autre était dans une autre ville, mais elle avait été ravagée par la Phase et il avait succombé. Le troisième fils a survécu et se fait appeler le nouvel empereur céleste légitime. »

Le roi de Belfast se tourna vers le roi de Lihnea, répondant à sa question. Il n’avait pas fallu longtemps pour qu’un nouvel empereur céleste se montre. J’espérais qu’il pourrait mettre Yulong sur la bonne voie.

Mais, comme j’avais de telles pensées d’espoir, le roi de Belfast fit un visage irrité.

« Malheureusement… d’après les rapports, le nouvel empereur céleste prétend que la destruction de Yulong est le résultat d’un acte de guerre commis par le Duché de Brunhild… Il prétend que tu es directement responsable, Touya. »

« Attends, quoi !? »

Comment diable avait-il pu dire ça !? Je fixais le roi en silence, la bouche grande ouverte. Je ne comprenais pas pourquoi quelqu’un inventerait une histoire pareille.

« L’histoire dit que les Phases étaient des bêtes puissantes créées par un sort d’invocation unique que tu as utilisé après avoir attaqué Shenghai. Il utilise le grand mur que tu as construit à la frontière d’Hannock comme preuve de ton potentiel magique. De plus, il y a des gens qui chuchotent que tu t’es servi de sang pour alimenter ta magie… Plus précisément, le sang des citoyens innocents de Yulong. Ils prétendent que tu as sacrifié et récolté le sang de la population pour créer plus de monstres, et il y a même des gens qui prétendent t’avoir vu faire ça. »

C’est quoi ce bordel !? Allez, c’est des conneries ! Ça ressemble à des ragots vulgaires ! Qui peut prétendre m’avoir vu faire ces choses, hein !?

« Vous semblez déjà bien au courant des rumeurs. Pourquoi ? »

« Eh bien, ils nous ont contactés officiellement. Nous avons reçu une lettre indiquant que tu as orchestré tout cela et qu’ils sont des victimes innocentes de ton jeu de pouvoir sauvage. Ils prétendent aussi que tu essaies de montrer ta puissance militaire à travers le monde, afin que personne ne puisse s’opposer à toi. »

« En effet, nous avons aussi reçu une lettre. Il disait quelque chose à ce propos, que Brunhild ne pouvait pas être autorisé à posséder une telle force. Par conséquent, cela devrait être confisqué et revendiqué en toute sécurité par les grandes nations comme Belfast, Regulus et Yulong. »

Après que le roi de Belfast eut pris la parole, l’empereur de Régulus s’en mêla aussi. J’avais été étonné de voir que le nouvel empereur céleste a réellement essayé ce genre d’approche sournoise.

« Alors, qu'allez-vous leur répondre ? »

« Rien, vraiment. Si je devais répondre, je leur dirais qu’il ne nous serait pas possible de rivaliser avec Brunhild et que nous ne serions pas prêts à affronter un ennemi qui pourrait rayer la capitale de Yulong de la carte. Je ne sais pas vraiment à quoi ils s’attendaient, mais dans des circonstances ordinaires, je lui aurais suggéré de se rendre. »

« Dans mon cas, je ne devrais probablement pas laisser tomber. Je leur dirai que je montrerai la lettre au grand-duc pour confirmer la vérité, mais je les avertirai que le grand-duc de Brunhild a un tempérament irascible et qu’il peut prendre d’assaut Yulong s’il y a une erreur. Je répète qu’il est de mon devoir national de chercher la vérité, et qu’il me confie le reste. »

Ces deux-là… J’avais l’impression qu’ils se dérobaient de leurs responsabilités… Eh bien, peu importe. Je supposais que je pouvais compatir, puisqu’ils n’avaient pas vraiment demandé ces absurdités.

Je suis quand même un peu inquiet… Je ne pensais pas qu’un citoyen lambda de Yulong serait capable de dire que c’était un mensonge…

Maintenant, allez… Je suppose qu’ils ne sont pas tous comme ça. La classe supérieure du Yulong est définitivement pourrie, mais je suis sûr que leurs gens ne tomberaient pas dans ce piège. J’espère…

« En attendant, nous devrions probablement quitter Yulong. Dans son état actuel, ils ne seront pas capables de prendre beaucoup de mesures, et ce n’est pas comme si nous avions une frontière commune avec eux. »

Le roi de Lihnea avait également soulevé un bon point. Yulong n’avait plus la même puissance nationale ou militaire qu’avant.

Je ne pensais pas non plus qu’Hannock avait l’intention de les combattre, alors j’avais décidé de leur remettre le mur frontalier. Laisser Yulong tranquille était la solution la plus intelligente. C’était ce que j’avais décidé. Nous ne devrions plus interférer avec ce pays et ignorer les absurdités du nouveau roi céleste.

Ce type n’avait pratiquement plus aucune crédibilité auprès de l’alliance occidentale à cause de ses mensonges. J’aurais aimé qu’il soit servi par d’ honnêtes gens, mais je supposais que le nouveau gouvernement était tout aussi corrompu. Je supposais aussi que le vieil adage était vrai, tel père, tel fils.

Deux semaines plus tard, l’empereur céleste de Yulong fut assassiné. Parmi la noblesse restante de la nation, il y avait eu un jeu de pouvoir intense qui s’était soldé par plusieurs morts. Beaucoup de nobles avaient fini par annoncer qu’ils étaient le véritable empereur céleste, ce qui avait entraîné un vrai jeu de massacre.

Après la crise, divers citoyens de Yulong étaient devenus des réfugiés, fuyant la nation ravagée et prenant des vies nomades.

En fin de compte, l’assassinat de l’empereur céleste m’avait été imputé. J’en avais vraiment assez de ce pays stupide.

« Alors, que s’est-il passé ? »

« Rien. Les gens peuvent dire ce qu’ils veulent. Si vous entretenez leur stupidité, vous avez déjà perdu. »

« Hmph… Mais Touya… S’attaquer à un pays aussi stupide que Yulong serait un jeu d’enfant pour un gars comme toi ! »

Sue était assise sur mes genoux, me traitant comme une chaise. Elle était un peu grincheuse.

Je traînais avec elle vu qu’elle n’était pas venue depuis un moment, mais une fois que j’avais commencé à parler de Yulong, elle s’était un peu énervée.

« En plus, n’as-tu pas réellement sauvé Yulong !? Pourquoi t’en veulent-ils ? Ils inventent ce qu’il y a de mieux pour eux ! Mais pire encore, ils n’agissent pas sur ces rumeurs ! Ils aboient sans mordre ! »

« Eh bien, c’est mieux de laisser tomber… Ça ne fera que s’envenimer. »

« Pas question ! Ce n’est pas assez ! Tu dois te fâcher dans ces moments-là, Touya ! Si tu ne deviens pas sérieux et si tu ne leur montres pas de quoi tu es fait, ils continueront de se moquer de toi ! Si tu restes assis là sans rien faire, ne sois pas surpris quand ils te marcheront dessus ! Si tu ne les frappes pas au visage, ils vont penser qu’ils peuvent continuer à le faire… ! »

Mec, tout ce que tu me dis m’énerve vraiment… Je suppose qu’elle a appris beaucoup de choses sur la diplomatie par son père.

« Alors, quelle ligne de conduite me suggères-tu ? »

« Frappe tous ces “nouveaux” empereurs célestes avec tout ce que tu as ! Humilie-les publiquement et dis-leur d’arrêter ces rumeurs pour de bon ! »

Je n’adopterais pas cette approche diplomatique. C’est… une manière un peu enfantine de gérer les choses !

Le fait qu’elle se soit fâchée pour moi était tout de même un peu mignon. J’avais tapoté doucement la tête de Sue, souriant doucement face à son visage capricieux.

« Merci, vraiment… Mais tout va bien, Sue. Je te le promets. »

« … Tu es bien trop gentil, Touya. C’est l’une des choses que j’apprécie le plus chez toi… mais ne laisse pas les gens profiter de toi, d’accord ? »

Sue s’était retournée et m’avait serré dans ses bras, frottant son visage contre ma poitrine. J’avais souri, la tirant doucement contre moi et lui frottant le dos. Je me sentais bien et en sécurité avec elle.

J’avais soudainement entendu la porte grincer et j’avais regardé vers le haut. Cesca avait jeté un coup d’œil dans la chambre, se promenant avec du thé.

« … Je vous ai apporté du thé. Oh, vous les prenez même au berceau. »

« … Il faut que je te parle tout de suite, femme de chambre. »

Non, ce n’est pas du tout ce à quoi tu penses. Je le jure ! Tenir Sue dans mes bras n’a rien de sexuel, c’est tout à fait sain et familial ! Ce n’est pas du tout pervers… Pour l’instant, au moins… Non, attends !

« Il n’y a pas besoin de se faufiler en privé si tard, voyez-vous ? La petite Cesca connaît bien la disposition coquine de son maître lubrique… S’il vous plaît, faites comme si je n’étais pas là. Cédez à vos pulsions sauvages à votre guise. »

« Viens ici, bon sang ! Je dois te parler de ta conduite. »

« Oh, allez-vous me donner une leçon, Maître… ? »

« Assez, viens par ici ! »

J’avais fait la leçon à cette stupide perverse de bonne pendant une heure après ça… Mais pendant la conférence, elle n’avait fait que rougir tout en disant des trucs comme « Réprimandez-moi plus fort ». À la fin, je m’étais fâché contre elle et j’avais abandonné. Je n’avais pas de temps à perdre avec ses bêtises.

J’avais quitté le château, abandonnant Cesca à ses illusions. Plus tôt dans la journée, j’avais officiellement donné une bague à Sue pour marquer nos fiançailles, mais ce n’était pas tout ce que je voulais faire avec elle. J’avais décidé qu’il était temps de lui montrer Babylone. Je ne voulais pas qu’elle ne soit pas au courant, et je n’avais aucune raison de ne pas lui faire confiance. Mais j’avais répété qu’elle ne pouvait le dire à personne, en aucune circonstance. Mieux valait prévenir que guérir.

J’avais ouvert une [Porte] et j’avais fais passer Sue à travers. Elle ouvrit des yeux émerveillés en levant les yeux vers le ciel depuis les terres de Babylone.

« Oh mon Dieu ! Wôw ! Wowowowow ! C’est trop cool ! Le château dans le ciel était réel tout ce temps ! »

Eh bien, cet endroit est un peu différent… Tout d’abord, il n’est pas en ruines. Sue était encore plus excitée une fois que nous avions atteint le château du rempart.

« Bienvenue à toi, maître. »

« Oh, salut Liora. Où est Noël ? »

« Elle est actuellement en pleine sieste d’après goûter. »

Encore une fois… ? Cette fille aime faire la sieste, je crois qu’elle ne se réveille qu’à l’heure du repas.

« Qui est-ce, Touya ? »

« Voici Preliora. C’est elle qui dirige le rempart. Elle ne descend pas souvent, donc je ne suis pas surpris que tu ne l’aies pas déjà rencontrée. »

« Effectivement, je suis Preliora. Mais tu peux m’appeler Liora, merci. »

Liora avait doucement tourné ses yeux dans la direction de Sue avec un léger sourire. De tous les gynoïdes de Babylone, c’était sûrement elle qui avait l’aspect le plus digne. Elle ressemblait plus à une sœur aînée.

« Liora. Des nouvelles du nouveau système ? »

« Effectivement. J’en ai effectivement parlé avec Rosetta, et la mise en œuvre semble possible. Je dois avouer que je n’avais jamais envisagé d’implanter la technologie des orbes satellites dans les Frame Gears. »

L’orbe satellitaire était l’un des principaux systèmes défensifs de Babylone. Il était composé de plusieurs sphères orichalques qui se déplaçaient de façon autonome et interceptaient les ennemis.

J’avais eu l’idée de l’ajuster un peu et d’en faire une version localisée pour les Frame Gears. En d’autres termes, il s’agissait d’un système de drones d’attaque que chaque Frame Gear pouvait déployer à volonté. Cela m’avait bien sûr été inspiré par certains de mes animes préférés.

Plutôt que de formes sphériques, ces drones orbitaux seraient en forme d’épées, et ils seraient construits à partir de fragments de Phase. Soit dit en passant, les appeler tout le temps des fragments de Phases était un peu pénible, c’est pourquoi j’avais décidé d’appeler cela matériel de Phase. Ils étaient assez petits pour que l’atelier puisse en produire efficacement en série.

Leur efficacité au combat serait directement liée à l’aptitude à la magie du pilote. La durée pendant laquelle ils pourraient fonctionner serait également liée au pouvoir magique de l’utilisateur. Tout le monde ne serait pas en mesure d’en faire bon usage, mais l’ajout d’une attaque à distance sous quelque forme que ce soit était certainement une bonne chose.

J’avais décidé d’appeler mon nouveau système de drones Fragarach. C’était tout simplement le premier nom qui m’était venu à l’esprit. Je n’avais pas vraiment besoin de m’inquiéter que les gens remettent ça en question. L’origine de ce nom n’était après tout pas de ce monde.

En passant par les systèmes de contrôle de tous les Frame Gears actuels, ils pourraient en gérer jusqu’à quatre à la fois.

Malheureusement, les plans des Frame Gears améliorés se trouvaient dans l’entrepôt, une île que je n’avais toujours pas trouvée. Quel ennui… !

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires :

Laisser un commentaire