Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 7 – Chapitre 1 – Partie 1

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 1 : Calamité

Partie 1

Au total, j’avais rassemblé six Babylone. Il y avait le jardin, l’atelier, le laboratoire d’alchimie, le hangar, le rempart et la tour.

Au début, il y avait quinze mini-robots qui travaillaient dans le rempart, mais j’en avais détourné dix vers le hangar afin d’apporter à Monica et Rosetta une aide indispensable. Elles étaient reconnaissantes de cette réduction de la charge de travail.

J’avais amené Liora et Noël dans la boutique de Zanac, et je leur avais dit qu’elles pouvaient choisir ce qu’elles voulaient. Liora avait choisi un blazer, tandis que Noël avait choisi un maillot. Pourquoi as-tu choisi ça parmi tous ces vêtements ? Ah, peu importe… Je suppose que si elle aime ça, alors cela m’ira très bien.

Le jour était enfin venu pour le hall de la guilde de Brunhild d’ouvrir ses portes, alors je m’étais promené pour l’inspecter.

Dans l’ensemble, l’endroit était prêt pour la grande ouverture. Il lui fallait juste des meubles et des décorations à l’intérieur. J’avais été particulièrement impressionné par la qualité de l’exécution. Apparemment, les gens étaient très enthousiastes et passionnés par l’ouverture de la salle de guilde, parce que c’était une salle située dans un territoire appartenant à un grand-duc qui avait débuté son ascension comme aventurier au sein de la guilde.

Je pensais que c’était bien, mais je ne m’attendais pas à ce qu’il y ait beaucoup d’aventuriers. Les brigands et les monstres n’étaient pas courants à Brunhild, alors je m’étais dit que la plupart des quêtes ne seraient pas intéressantes.

Bon sang, l’endroit était en plein cœur de Regulus et de Belfast, donc ça ne m’aurait pas beaucoup surpris si nous n’avions aucune quête de subjugation de monstres.

Samsa l’ogre était encore à l’œuvre, cette fois pour aider à construire le bar voisin. Seule la structure du bar avait été construite, donc il lui restait encore beaucoup à faire. Il était après tout beaucoup trop grand pour aider à l’ameublement intérieur de la salle de la guilde.

« Hm… »

Soudainement, je regardai Sakura contempler les travaux de construction. Sango et Kokuyou étaient à ses côtés, nageant dans les airs.

« Hé ! C’est sympa de te voir, chérie. »

« … Seigneur. »

Sakura n’avait toujours pas retrouvé ses souvenirs, mais je ne pouvais pas la jeter dehors. J’avais décidé qu’il valait mieux la laisser rester au château en tant qu’invitée.

Malgré sa nature tranquille, elle était en fait très active et extravertie. J’avais demandé à Sango et à Kokuyou de l’accompagner au cas où elle se retrouverait en difficulté ou si elle s’égarerait trop loin.

« Qu’est-ce qui vous amène ici ? »

« Nous étions au Lecteur lunatique il y a encore peu de temps. On rentrait chez nous à pied, mais quand on était arrivés ici, cette fille s’est simplement arrêtée de bouger et a commencé à regarder. »

Kokuyou avait répondu à ma question, à la place de Sakura.

« Vous étiez au Lecteur lunatique ? Qui a payé la nourriture ? »

« Le directeur vient de dire que ce serait bien de le mettre sur ta note. »

Tsk… C’est ennuyeux, même pour elle. D’un autre côté, la succursale de Lecteur lunatique est ici une sorte de magasin exploité par le gouvernement, alors cela me convient…

« Que fait Sakura maintenant au juste ? »

« Je contemple… »

Sakura murmura soudainement quelque chose, et désigna Samsa, l’ogre. Il transportait du bois avec un grand sourire sur le visage. Quoi, il avait quelque chose sur son visage ?

« C’est un démon… mais ça ne dérange personne… C’est étrange. »

Ah, je vois… c’est ce qui la rendait curieuse. J’admettais que c’était vraiment bizarre pour un démon de travailler pacifiquement avec des humains. Dans la plupart des cas, les humains avaient peur des démons et de leurs semblables, ce qui faisait que les deux espèces évitaient l’autre.

En dehors de Brunhild, je n’avais pas été témoin d’un autre endroit où l’homme et le démon riaient ensemble, ou partageaient des boissons. Chaque fois que je voyais des démons dans un autre pays, ils étaient la plupart du temps seuls, dans les coins des bars, etc.

« Démons ou pas, mon pays ne tolérera pas de discrimination. Il est vrai que les voyageurs venant d’autres pays peuvent se tenir loin d’eux, mais il y a même cinq membres de la race des démons dans mon ordre de chevalier. Nous sommes très divers. »

« Ce pays est étrange… Il s’adapte aux caprices de son chef… Mais c’est quand même sympa ici… Tout le monde ici veut travailler en harmonie, ensemble. »

J’avais l’impression qu’elle ne me faisait pas vraiment un éloge, mais j’étais tout de même très heureux.

Eh bien, Brunhild était un pays plutôt petit, il était donc naturel que tout le monde travaille dur ensemble pour se construire un avenir.

J’avais décidé d’emmener Sakura voir le projet agricole à l’est de Brunhild. Comme d’habitude, Lakshy travaillait dur dans les champs. C’était aussi un démon.

« Alors, qu’est-ce que tu cultives ici ? »

« Des radis et des navets ! Je suis sûr qu’ils seront bientôt prêts pour la récolte. On devra ensuite les mariner. Quand vous les préparez comme cela, c’est vraiment délicieux. »

Lakshy sourit pendant qu’elle parlait. Apparemment, la technique de la marinade était quelque chose d’unique à Eashen, mais elle se répandait rapidement à Brunhild parce que la plupart de nos citoyens venaient d’Eashen.

Les rizières se portaient bien aussi. Je voulais étendre le projet jusqu’au printemps. J’avais hâte de manger du riz.

Après ça, on devrait faire pousser du miso et du soja, tout ce qu’il fallait pour faire du natto. Le tofu et les haricots verts convenaient aussi. Je commençais à m’exciter un peu, alors j’espérais que le printemps arriverait un peu plus tôt.

Nous avions fait nos adieux à Lakshy et nous avions repris la route du château.

Après un moment de marche, quelque chose m’avait paru étrange. Il n’y avait personne dans le coin, personne d’autre que nous.

« Maître… »

« Je sais. »

Sango avait parlé afin de m’avertir, mais je déployais déjà un [Bouclier]. Je l’avais fait juste à temps, car une flèche nous tombait dessus à partir d’un arbre voisin.

« Ah… !? »

Sakura avait retenu son souffle, surprise, mais le sort avait réussit à dévier l’attaque. J’avais levé les yeux vers l’endroit d’où venait la flèche et j’avais vu quelqu’un vêtu d’un masque noir, un peu comme celui utilisé dans le théâtre chinois traditionnel.

C’est un masque bizarre… C’est vraiment suspect. J’avais marché vers l’arbre, pour me faire prendre en embuscade par trois hommes de même apparence, vêtus de noir, venant du sol. J’avais senti plusieurs présences dans la région, mais j’avais été surpris de voir qu’elles avaient été enterrées dans le sol. Ils portaient des sabres courts courbés. J’avais rétréci mes yeux et j’avais regardé de plus près leurs lames inhabituelles. Elles étaient couvertes d’un liquide, probablement du poison.

Il n’y avait pas eu d’erreur. Je me trouvais face à face avec un groupe d’assassins.

« Dites-nous où se trouve le Guerrier géant. »

« … Le Guerrier géant ? Vous voulez dire mon Frame Gear ? »

« Silence. Répondez. »

« Non. Je n’ai pas de comptes à vous rendre. De quel pays êtes-vous originaire ? »

J’avais parlé clairement aux trois personnes devant moi, mais elles n’avaient pas répondu. Ça aurait été bien s’ils avaient juste été obéissants et m’avaient répondu, mais ils avaient décidé de rendre les choses plus difficiles. Je marchais vers eux et j’avais rapidement tapoté les épaules des trois personnes.

« [Gravité]. »

« Guwagh !? »

Je les avais fait s’incliner à mes pieds en utilisant ma magie de gravité. Horrifié par le spectacle, le quatrième assassin sauta de l’arbre et commença à s’enfuir.

« [Glissade]. »

« Guwah !? »

Le quatrième assassin était immédiatement tombé au sol. Il s’était cogné l’arrière de la tête assez fortement. Aïe, mauvais choix du moment…

J’avais décidé de quitter ce type pour l’instant, et j’avais concentré mon attention sur les trois hommes devant moi. J’avais tendu la main pour enlever leurs masques. Voyons à quoi vous ressemblez…

« Non ! »

Sakura avait soudainement foncé vers moi et m’avait arraché le bras. J’étais tombé sur le dos… à ce moment-là, les trois hommes avaient pris feu. Leurs masques avaient explosé.

« A-Ah… »

Les trois hommes s’affalèrent par terre, immobiles. Des morceaux de chair dansaient dans l’air à côté de la fumée. Leur tête avait été complètement explosée.

Qu’est-ce que c’était que ça ? Une tactique d’attentat suicide au cas où ils se feraient prendre ? J’ai vu des pièces historiques où les ninjas se mordent la langue s’ils se faisaient prendre, mais c’était un peu trop…

Mais encore une fois, les attentats suicides à la bombe garantissaient la mort. Si leur langue se détachait, ils pourraient être maintenus en vie et torturés.

J’avais regardé le type que j’avais fait trébucher, mais il n’était plus là. Une arme semblable à un poignard kunai attaché à une corde était logée dans un arbre voisin, Il avait donc dû se retirer de la zone opérationnelle.

Je cherchais son masque, mais je ne l’avais pas trouvé. Il s’en était probablement débarrassé et s’était enfui. Je ne comprenais pas ce qui venait de se passer, mais je savais que je devais prendre des contre-mesures avant qu’ils ne reviennent pour un deuxième essai. J’avais décidé de relever ce mystérieux défi de front.

« Je n’ai trouvé aucun document d’identification sur les trois cadavres, et l’un des hommes s’est enfui. Ainsi, il est porté disparu. »

Le vice-commandant Nikola m’avait lu son rapport. Je ne voulais pas que cela devienne une question particulièrement importante, mais il était vrai que le monarque d’une nation avait été attaqué directement, donc je ne pouvais pas me taire.

Les personnes qui me rejoignirent dans la salle de conférence étaient les trois premiers membres de l’ordre des chevaliers, le Premier ministre Kousaka, les vieillards de Takeda et Tsubaki du corps des renseignements.

« Alors… est-ce qu’ils en avaient après quelque chose qui t’appartenait, gamin ? »

« Je suis presque sûr, ouais… Je n’ai aucun doute qu’ils en avaient après le Frame Gear. »

« Je suppose alors que ça veut dire qu’on doit suspecter tous les autres pays. »

Le vieux Baba soupira et croisa les bras en se penchant vers la chaise.

Je pouvais comprendre ce qu’il disait. Le Frame Gear était perçu comme une arme puissante par d’autres pays, donc je n’avais pas été surpris qu’un autre groupe ait finalement tenté de l’obtenir. Ils voulaient probablement me kidnapper et me torturer jusqu’à ce que je leur dise où il était.

La flèche que le quatrième type avait tirée était probablement aussi enduite de poison. C’était probablement un paralysant, et ils l’avaient étalé sur leurs épées pour s’assurer qu’ils pourraient m’emporter facilement.

« Il est peu probable qu’une nation affiliée à notre alliance occidentale aurait fait une telle chose. Et même si c’était le cas, il est tout à fait possible que ce soit l’action négligente d’un noble influent, plutôt que le gouvernement du pays lui-même. Nous ne devons pas prendre des mesures effrontées sans bien comprendre qui est le coupable. »

J’étais d’accord avec l’évaluation de Kousaka. Si un pays de l’alliance occidentale essayait de me voler, les autres pays le dénigreraient. Ça aurait été du suicide de faire un geste comme ça.

En plus, ils l’avaient appelé Guerrier géant. Cela signifiait qu’ils ne savaient pas qu’on l’appelait Frame Gear. Il était beaucoup plus probable que la tentative d’assassinat ait été faite par un pays dans lequel je ne m’étais pas encore impliqué.

Tandis que j’y réfléchissais, Tsubaki leva la main.

« Excusez-moi, il y a un problème qui me préoccupait. Vous avez dit qu’ils portaient des masques, c’est ce qui me paraissait un peu étrange. »

« En quoi est-ce étrange ? Quelle que soit l’époque, les groupes d’espions et les équipes d’assassinats portent toujours des masques. Y a-t-il quelque chose d’étrange ? »

« Non, je pensais juste que… Si on en savait un peu plus sur le masque, ça pourrait nous aider à les identifier… »

Eh bien, c’est un bon point… Mais ces masques ont tous été réduits en miettes. Lapis et Cécile utilisaient des masques lorsqu’ils travaillaient comme espion dans l’unité d’espionnage de Belfast… Si ce que Yamagata avait dit était vrai, et que chaque organisation utilisait un masque… Il aurait alors été possible de les identifier à partir du masque.

« À quoi ressemblaient les masques ? »

« Euh… un style similaire à ceux utilisés dans le théâtre chinois traditionnel. »

« Chinois ? »

Le commandant Lain avait incliné la tête dans la confusion. Ses oreilles de lapin frémissaient tout aussi curieusement. Oh, c’est vrai… je suis dans un autre monde. Oh, je sais.

J’avais sorti un morceau de papier d’un bureau et j’utilisais [Dessin]. Je représentais une réplique parfaitement exacte de ce à quoi ressemblaient les masques de mes assaillants.

« … C’est un peu tard pour le dire, mais vous avez beaucoup de capacités pratiques à votre disposition, Sire. »

Le vice-commandant Norn murmura. Appelez ça la magie de Votre Majesté… héhé.

« Voici le masque. Le reconnaissez-vous ? »

Tout le monde se baissait pour regarder l’image, jusqu’à ce que Tsubaki finisse par parler.

« Je n’ai aucune preuve, mais la couleur et les marques ici me rappellent les symboles nationaux de Yulong. J’ai entendu dire qu’il y a une organisation d’espionnage appelée “Qulau” qui opère dans ce pays. »

« Yulong ? »

« Yulong, l’Empire du Ciel. C’est un pays situé à l’ouest d’Eashen, derrière la mer. Ils ont souvent fait la guerre contre nous et sont gouvernés par l’empereur céleste. »

Yulong, l’Empire du Ciel ? C’était donc les voisins d’Eashen de l’autre côté de la mer, hein ? C’était assez loin… Si les assaillants venaient de là, ils venaient donc de loin.

Et cela n’était pas comme si j’avais la moindre preuve contre eux. Il était probablement préférable d’agir prudemment… Je doutais qu’ils abandonnent après une seule tentative.

Pour l’instant, j’avais décidé de renforcer les défenses et de m’assurer que les gens prêtent attention aux choses suspectes. Je supposais que leur plan était de voler le Frame Gear, et il n’y avait aucune chance que je leur laisse mettre le grappin dessus.

Le seul moyen d’accéder à Babylone était d’utiliser l’un de mes portails, ou un outil de téléportation à courte portée que Cesca et les autres Gynoïdes avaient.

Il y avait toujours une chance qu’ils puissent s’y rendre en se lançant dans le ciel et en tombant dessus par hasard, mais ce n’était plus un problème. Depuis que j’avais obtenu le rempart, envahir directement depuis l’extérieur était devenu impossible.

Je ne me souciais pas du fait qu’ils puissent envoyer des gens après moi, mais je ne pouvais pas éviter la possibilité qu’ils ciblent mes proches. À cette fin, j’avais décidé qu’il valait mieux leur envoyer un message leur suggérant qu’il ne fallait pas trop m’embêter.

S’ils finissent par s’en prendre aux gens que j’aimais, je ne leur pardonnerais pas. Je traquerais impitoyablement le meneur et lui ferais souhaiter sa mort.

Pourtant, les gens qui étaient venus après moi s’étaient fait sauter pour cacher leur identité. Le responsable était probablement un vrai monstre.

Maintenant que j’y pense… Comment Sakura savait-elle qu’ils allaient exploser ? N’était-elle pas membre de cette agence d’espionnage ou quelque chose comme ça, n’est-ce pas… ? Non, c’était impossible. Je l’avais trouvée à Eashen, et pas à Yulong, et les Yeux mystiques de Yumina ont confirmé son statut de personne non malveillante.

Bien que cela soulevait la question suivante, les Yeux mystiques pourraient ne pas être en mesure de savoir si une personne qui avait perdu la mémoire était malveillante.

Il était difficile de savoir si une mauvaise personne qui, en perdant la mémoire et en devenant ainsi une personne lambda, serait toujours jugée comme mauvaise. Je n’avais aucune idée de la manière dont cela fonctionnait. Mais c’était un peu trop philosophique à mon goût, alors je décidais d’en rester là.

Je me sentais un peu anxieux à l’idée qu’un jour où les souvenirs de Sakura reviendraient.

J’avais quand même décidé de mettre ces angoisses de côté. Sakura n’était sûrement pas une fille mauvaise.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

Laisser un commentaire