Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 6 – Interlude 1

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Interlude 1 : Les Yeux mystiques des Catoblepas

***

Interlude 1 : Les Yeux mystiques des Catoblepas

Partie 1

« Avez-vous déjà entendu parler du monstre connu sous le nom de Catoblepas ? »

Le chef de guilde elfique Relisha avait brisé la glace en me parlant d’une sorte de monstre.

Je pensais qu’elle m’avait pris à part pour parler de la branche de la guilde, mais cela ne semblait pas être le cas.

« Non, je ne le connais pas. Quel genre de monstre est-ce ? »

Relisha ouvrit le livre dans ses mains et me montra une certaine page. On aurait dit l’encyclopédie des monstres que j’avais vue dans une salle de lecture d’une guilde il y a quelque temps.

« Ils ont le visage d’un cochon et le corps d’un taureau, mais leur cou est très long. La façon dont leurs têtes lourdes pendent au sol est considérée comme leur marque de fabrique. »

La page qu’avait utilisée Relisha contenait une illustration de monstre qui correspondait parfaitement à ce qu’elle venait de décrire.

« Ils crachent du gaz toxique si nocif de leur bouche qu’ils tuent les plantes se situant en dessous d’eux. Mais ce qui est le plus effrayant, c’est leur regard mystique. Celui qui regarde un Catoblepas dans les yeux finit par être paralysé sur place, et en peu de temps, tout son corps se transforme en pierre. »

« Quoi !? En pierre ? »

« Oui, ils sont classés comme un monstre de rang rouge au même niveau qu’un Dragon de bas niveau à cause de leurs yeux, mais pas plus haut que ça à cause de leur personnalité paisible. Passons au point principal. Un Catoblepas assez grand et d’une agressivité inhabituelle a été vue et il a fait son nid dans la Cordillère de Melicia. On pense que trois groupes composés d’environ treize personnes au total sont déjà morts en les combattant. »

Treize personnes, mortes… ? Et la cordillère de Melicia se situe juste au nord de Brunhild, coincée entre le Royaume de Belfast et l’Empire Regulus…

« Naturellement, en tant que chef de guilde, je ne peux pas simplement ignorer ce problème et j’ai donc engagé deux aventuriers de Régulus, classés argent, pour s’en occuper. Malheureusement, il semblerait qu’eux aussi aient été transformés en pierre. »

« Même des aventuriers classés argent ne pouvaient pas les gérer ? »

« En effet. J’ai entendu dire que ce Catoblepas n’est pas un Catoblepas normal, mais plutôt un Catoblepas qui a évolué et a commencé à grandir massivement en taille. Je ne peux qu’imaginer les ravages qu’il causera s’il est laissé dans la nature. C’est pourquoi j’aimerais vous demander de nous prêter votre force en tant qu’aventurier classé de rang or, mon Seigneur. Sans parler de votre immense force, votre sort Néant devrait être la clé pour vaincre cette bête. Non seulement vous pouvez annuler toute pétrification qu’il pourra vous infliger, mais vous pouvez aussi sauver les aventuriers qui ont déjà été pétrifiés. »

J’ai compris. La pétrification des Catoblepas n’est pas à craindre à cause de ma magie. Un Catoblepas sans ses yeux démoniaques devrait être un jeu d’enfant à tuer. Après tout, il ne sera pas capable de me transformer en pierre juste en me regardant.

« Dans des circonstances normales, je ne présenterais jamais une telle quête d’aventurier à une personne membre de la royauté, mon Seigneur, mais j’ai entendu dire que vous cherchiez vous-même des quêtes à compléter et j’ai donc pris sur moi pour vous faire cette demande. »

Oui, j’avais dit que je cherchais des quêtes à faire. C’était une question d’argent. J’avais besoin d’argent et même de beaucoup d’argent. Cela était dû aux frais de fonctionnement des Frame Gears, mais aussi pour soutenir mes chevaliers royaux.

« Au fait, que ferais-tu si je refusais cette quête ? »

« Dans des circonstances normales, j’offrirais la quête à d’autres aventuriers de votre rang, mais le seul autre aventurier de rang or vivant est l’ancien roi du royaume des chevaliers de Lestia. Naturellement, je ne pourrais jamais apporter cette quête à un roi de soixante-dix ans à la retraite, donc le résultat final serait que notre guilde déclinerait cette quête dans son intégralité. Je crois que les chevaliers royaux de Belfast et de Régulus travailleraient alors ensemble pour vaincre la bête, mais je ne suis pas sûre. »

Pas besoin de s’inquiéter pour ça. Je vais la prendre. On ne peut pas laisser ça là et laisser plus de gens mourir. Je ne voudrais pas non plus forcer Belfast et Regulus à s’en occuper.

« Combien recevrais-je en récompense ? »

« Ce que vous donneront les villes et villages voisins. Votre récompense comprendra ce que les pays voisins paieront en signe d’appréciation, ainsi que ce que vous gagnerez en vendant une partie des Catoblepas à notre guilde. »

Oh mec. C’est beaucoup d’argent.

J’avais souri après avoir vu Relisha calculer combien d’argent au total je gagnerais en prenant cette quête.

C’était exactement le genre de gros sommes dont j’avais besoin.

« Compris. J’accepte la quête, et je vais m’occuper des Catoblepas. »

« Un Catoblepas, hein ? C’est un monstre assez rare. »

Leen avait commencé à parler à Linze pendant que ce dernier regardait la page des Catoblepas dans l’encyclopédie des monstres que j’avais empruntée à Relisha.

« C’est parce que la nature n’a pas besoin d’espèces fortes pour proliférer. Sans compter qu’il doit être difficile pour les Catoblepas de former des liens. »

« Hein ? Quel genre de difficulté pourraient-ils trouver, Leen-dono ? »

« Imaginez les problèmes qu’ils auraient en essayant de ne pas se transformer en pierre ! », Leen répondit à la question de Yae en riant.

Quoi ? Les Catoblepas peuvent se transformer en pierre ? N’est-ce pas un peu exagéré ?

« Est-ce que ça veut dire qu’ils se transformeraient tous les deux en pierre après s’être regardés dans les yeux ?... Je sens qu’il y a quelque chose de triste là-dedans. »

Lu avait parlé sur un ton plaintif. Elle n’avait pas tort. Cela signifierait aussi qu’ils ne pouvaient pas regarder directement leurs enfants.

« Il semblerait qu’il faille plusieurs mois pour que les Catoblepas nouveau-nés développent des yeux mystiques pleinement fonctionnels. Les parents partent avant que ça n’arrive. S’ils étaient restés jusqu’à ce que leurs enfants soient assez mûrs, ils pourraient finir par se transformer en pierre. »

Donc les enfants ne regardaient leurs parents que quelques mois dans leur vie, hein ? Et même là, ils ne se regardaient jamais dans les yeux. Il était logique qu’ils finissent par se sentir seuls.

Yae était même sur le point de pleurer un peu. Je ne pouvais pas lui en vouloir, elle imaginait probablement ce que ressentaient les Catoblepas.

« Quoi qu’il en soit. Peux-tu ramener les aventuriers pétrifiés à la normale avec votre sort ? Je veux dire, ils sont transformés en pierre depuis des mois. Ne vont-ils pas maintenant mourir de faim ? »

« C’est une bonne question, Elze, mais j’ai entendu dire que quand une personne est pétrifiée, ses os et ses organes se transforment aussi en pierre. C’est pourquoi je devrais être capable de guérir complètement toute personne dont la statue de pierre n’est pas brisée. »

Bien que la pétrification ait transformé une personne en pierre, la pierre elle-même était assez faible pour que le vent et la nature elle-même puissent briser les statues des aventuriers pétrifiés après quelques années. Si j’utilisais ma magie sur une statue brisée, le sang giclerait probablement de partout… J’avais décidé de ne pas y penser.

« D’accord, alors, je m’en vais. Je devrais être de retour avant le coucher du soleil. »

« Eh ? Mais on veut venir avec toi. »

« Hein ? Pourquoi ? »

La question de Yumina m’avait déconcerté. Elles n’avaient pas besoin de venir dans un endroit aussi dangereux. Je pourrais m’en occuper facilement aussi.

« Tu pourras nous protéger de la pétrification, Touya, et nous voulons tous voir à quoi ressemble un Catoblepas. »

« Sans compter que ça fait longtemps que je n’ai pas combattu de monstres. Depuis mon arrivée à Brunhild, je n’ai plus eu besoin de me battre. »

« Moi aussi, je veux manier ma Touka dans un combat. Ça fait effectivement trop longtemps. Il serait déraisonnable pour moi d’affronter les chevaliers royaux dans une bataille sérieuse de vie ou de mort, ce serait déraisonnable. »

Lu, Elze et Yae avaient l’air impatientes de venir avec moi.

Quoi !? Non seulement elles voulaient venir avec moi, mais elles voulaient aussi se battre ? Mais cette quête est pour les aventuriers de rang or. Il était vrai qu’avec mon sort, elles n’avaient pas besoin de s’inquiéter de la pétrification. Et le Catoblepas lui-même ne semblait pas très fort tout seul… Yumina et Linze avaient l’air de vouloir se joindre à nous… Ce qui signifiait que pratiquement tout le monde voulait venir. Pourquoi voulaient-elles toutes tant y aller ? Heureusement, Leen avait dit qu’elle ne voulait pas venir.

Ehh, cela ne va-t-il pas devenir une sortie pique-nique, mais… Mais au fond, pourquoi pas ?

On s’y rendra sur Babylone. Naturellement, elles ne voulaient pas voler dans les airs en utilisant la magie, alors Babylone était notre seul choix. La Babylone était assez grande avec le jardin, l’atelier, le laboratoire d’alchimie, le hangar, la tour et le rempart qui y étaient tous amarrés en même temps.

Cesca avait pris soin de contrôler Babylone dans son ensemble. Elle était plus ou moins la capitaine du navire. Pour reprendre la métaphore du vaisseau : Rosetta et Monica étaient les mécaniciennes, Flora était la médecin et Liora était la navigatrice et l’artilleuse. Je ne sais pas si je peux appeler Noël l’ingénieur, vu qu’elle faisait la sieste tout le temps.

« Maître. Nous avons atteint l’espace aérien au-dessus de notre destination. »

Il y avait des montagnes imposantes partout en dessous de nous. Nous avions atteint la cordillère de Melicia, qui était situé directement au nord de Brunhild. Les montagnes étaient recouvertes d’une épaisse couche de neige et d’épaisses forêts vertes.

« Où est le Catoblepas ? »

« Il est quelque part dans les plaines à l’est de la montagne en dessous de nous. »

Le monolithe se trouvant devant Cesca montrait des images vidéo de ce qui semblait être un Catoblepas, enregistré par l’une des caméras de Babylone.

***

Partie 2

Ils étaient donc à Régulus. Le rapport de Relisha avait raison, il devait avoir niché là.

Je ne devrais pas me précipiter et me battre immédiatement. Il y avait des aventuriers pétrifiés tout autour. Si je ne fais pas attention, ils pourraient se briser… Et si ça arrive, on ne pourra plus rien faire pour eux. Ce serait la même chose que de les tuer.

Nous devions descendre quelque part et tenter une approche discrète.

Tout le monde était d’accord avec moi, alors Yumina, Elze, Linze, Yae, Lu, et moi étions tous descendus de Babylone grâce à ses téléporteurs embarqués.

« Où se trouve le Catoblepas ? »

« Attendez. Nous devrions d’abord sauver les gens pétrifiés. »

Je m’étais tourné dans la direction opposée du Catoblepas et je m’étais dirigé vers l’endroit où se trouvaient la plupart des aventuriers pétrifiés.

J’avais rapidement trouvé trois statues de pierre dans la forêt, chacune portant des expressions terrifiées.

Ils étaient dans un tas de positions différentes, l’un des aventuriers se recroquevillant sur le sol, mais ils sembleraient que tous étaient en un seul morceau. Même leurs vêtements s’étaient changés en pierre. Quelle terrible malédiction !

Pour être plus précis, il vaudrait mieux dire que si vous regardez un Catoblepas dans les yeux, vous et votre entourage immédiat étiez transformés en pierre.

« Touya, dépêche-toi et utilise ta magie sur eux. »

« Attendez, attendez. »

Je ne veux pas qu’ils s’immiscent dans ma bataille contre le Catoblepas. J’utiliserai ma magie sur eux plus tard. Pour l’instant, nous allons juste récupérer leurs corps.

« Le stockage ne fonctionne pas sur les êtres vivants. Comment allons-nous les porter ? »

« Je pense que tout ira bien puisqu’ils sont en pierre en ce moment et qu’ils sont techniquement morts… Tu vois ? Ça a marché. »

J’avais utilisé avec succès [Stockage], je pouvais donc récupérer et stocker leurs corps, levant ainsi les doutes de Linze.

Selon Relisha, quinze aventuriers confirmés avaient été transformés en pierre : il y avait treize aventuriers de rang rouge et deux aventuriers de rang argent. Comme j’en avais stocké trois, il m’en restait douze à trouver.

« Touya, il y a des statues là-bas aussi. »

J’avais regardé l’endroit que me montrait Lu, j’avais vu quatre aventuriers figés sur place avec des expressions aussi terrifiantes sur leur visage. J’avais stocké ces quatre-là aussi et j’avais commencé à chercher les autres.

J’avançais en faisant attention à ma carte et je rangeais aventurier après aventurier. Heureusement, pas un seul aventurier n’avait fini par être brisé.

J’avais réussi à récupérer treize statues, puis les deux dernières. Je les avais tous retrouvés.

« Ces deux-là sont probablement les aventuriers de rang argentés. Je peux le dire rien qu’en les regardant. »

En effet. Ces deux-là montaient des signes de vexation et de colère, pas de peur. Leur équipement avait aussi l’air plutôt bon. Ces deux-là étaient à tous les coups des aventuriers de rang argent.

« Ça doit être le bouclier utilisé par l’un d’eux. Il a l’air plutôt neuf, pas porté du tout. »

Elze prit un grand bouclier et en effet, il brillait de mille feux et réfléchissait la lumière comme un miroir.

« Ils essayaient probablement d’utiliser ça pour combattre le Catoblepas sans le regarder directement. »

Selon une légende grecque, le héros Persée avait vaincu Méduse de la même façon. Il semblerait que ces deux-là avaient échoué dans leurs tentatives, même si leur plan avait fonctionné pour Persée.

J’avais pris le bouclier des mains d’Elze. C’était étonnamment léger. Il avait probablement été fabriqué à partir de Mithril. Ils avaient dû le polir pendant des heures jusqu’à ce qu’il puisse réfléchir la lumière comme un miroir. Le tout brillait d’un éclat fou. Ils s’étaient probablement transformés en pierre après l’avoir fait tomber par accident.

J’avais décidé de l’entreposer avec eux. Je le leur rendrais plus tard.

« On a dû tous les récupérer. Je suis heureux qu’aucun d’eux n’ait été brisé. »

« Le Catoblepas a dû se désintéresser d’eux après les avoir transformés en pierre. Contrairement aux humains vivants, les statues de pierre ne peuvent pas être mangées. »

C’était vrai. Je me demandais si le Catoblepas était carnivore. S’il transformait sa proie en pierre, il ne pouvait pas la manger. Peut-être qu’il essayait de la manger avant de la transformer en pierre.

« Alors, où se situe actuellement le Catoblepas ? »

« Il se trouve dans la forêt au sud de nous. Approchons-le dans son dos. »

Naturellement, toutes les filles avaient grâce à leurs alliances la compétence [Récupération]. Même si elles devaient regarder le Catoblepas directement dans les yeux, elles devraient sûrement être capables de se guérir immédiatement de la malédiction de la pétrification.

Nous nous approchions prudemment du Catoblepas. Yae, Elze et moi nous étions en avant-garde, Yumina et Linze étaient à l’arrière tandis que Lu était au milieu.

« Le voilà… ! »

Il semblait manger un animal qu’il avait tué, un cerf ou un cheval. Cela montrait bien que ce n’était pas un herbivore.

Mais plus important encore, c’était beaucoup plus grand que ce à quoi je m’attendais. C’était un peu difficile à dire par-derrière, mais il était à peu près aussi gros qu’un wagon. Le Catoblepas tourna son long cou pour regarder dans notre direction. Son visage ressemblait plus à un sanglier qu’à un cochon. Sans parler des cornes de taureau qui sortaient de sa tête. Il avait le corps d’une vache, mais pour une raison quelconque sa fourrure était assez longue.

J’avais rapidement regardé vers ses pieds pour éviter de le regarder dans les yeux.

« La meilleure défense est l’attaque. Linze et moi l’attaquerons avec la magie. Les autres, dépêchez-vous d’agir pendant qu’on le distrait. Si vous le regardez dans les yeux par accident, utilisez le sort [Récupération] se trouvant dans vos anneaux. »

Après avoir vu tout le monde acquiescer de la tête, j’avais fait un geste vers Linze et nous avions commencé à lancer la magie en même temps.

« Brille, Lumière ! Brillance éblouissante : [Flash] ! »

Si le Catoblepas avait des yeux qui causaient la pétrification, il suffisait de les rendre inutilisables. Ces sorts ne seraient probablement qu’une distraction momentanée, mais ce serait plus que suffisant pour qu’Elze et tous les autres puissent réduire la différence entre elles et lui.

« GRAAAW !? »

Le Catoblepas émit un rugissement après que du sable avait été projeté dans ses yeux en même temps qu’un éclair de lumière aveuglante.

Ce rugissement avait servi de signal pour Elze, Yae, Lu et moi pour charger en avant avec nos armes en main.

« Hyah ! »

Le Touka de Yae passa facilement à travers la grande queue des Catoblepas. Pas étonnant, vu la force de Yae et le tranchant de sa lame. Sa Touka pourrait même couper à travers de l’acier solide comme du beurre.

« Prends ça ! »

Le coup de poing de suivi d’Elze avait touché le Catoblepas sur le côté et avait provoqué la rupture de sa peau.

« BGGRAAAAH ! »

Le corps du Catoblepas voltigea tandis qu’un gaz violet sortit de sa bouche. Ce truc était vraiment empoisonné. Elle recouvrait les plantes voisines, les faisant flétrir et mourir instantanément.

« C’est du gaz toxique ! Faites attention ! »

Malheureusement, comme nous avions attaqué par vent arrière, le gaz toxique se dirigea droit vers nous.

Nous nous étions séparés à gauche et à droite pour éviter le gaz en nous dirigeant à nouveau vers les Catoblepas.

Les lames jumelles de Lu étaient faites de Cristal de Phase, elles avaient donc réussi à couper à travers la peau des Catoblepas, mais elles étaient trop courtes pour faire de profondes entailles dedans. Malgré cela, on aurait dit qu’elle avait fait de gros dégâts.

Il semblerait que je doive utiliser un swing assisté par gravité pour finir ce travail une fois pour toutes. J’avais sorti mon épée longue de Phase, mais au moment où je m’étais dirigé vers elle, le Catoblepas s’était tourné vers moi et avait établi un contact visuel avec moi.

J’avais immédiatement senti mon corps commencer à durcir. Une sensation de froid me montait des orteils comme si je venais de marcher dans de l’eau glacée.

Je ne sentais rien sous mes chevilles. J’avais regardé en bas et j’avais vu que mes chaussures avaient commencé à se transformer en pierre.

« Ngh ! [Récupération] ! »

J’avais lancé mon sort de guérison, je sentais des sensations revenir dans mes pieds. Mais il s’était passé quelque chose à quoi je ne m’attendais pas.

Mes chaussures n’étaient pas redevenues normales. Elles étaient encore en pierre.

« Si lourd ! »

Je ne pouvais pas me battre avec des chaussures en pierre. J’étais tout de suite allé les enlever, mais ce n’était pas si facile d’enlever des chaussures en pierre.

« Lâchez-moi ! »

J’avais donné un coup de pied dans un arbre voisin et j’avais réduit les chaussures en pierre en morceaux. Elles étaient peut-être faites de pierre, mais il était facile de les briser, car la pierre était aussi fine que le tissu qui avait servi à fabriquer mes chaussures. Je détestais perdre mes chaussures comme ça, mais ce n’était pas le moment de m’inquiéter pour ce genre de choses.

… Merde. Mes chaussettes aussi ont été transformées en pierre. Maintenant, je suis pieds nus.

Bang ! Une balle me frôla la tête, interrompant mes pitreries.

La balle du Colt Model Armée 1860 de Yumina avait touché le Catoblepas directement dans l’œil gauche avant d’exploser. On dirait qu’elle avait utilisé les munitions imprégnées d’[Explosion].

« GOOOOAAAH !? »

Le Catoblepas faisait rage autour d’elles, balançant son long cou partout.

« Enlace-toi donc, glace ! Malédiction gelée : [Liens de glace] ! »

La magie de Linze figea progressivement les jambes du Catoblepas. Il avait essayé de se libérer, mais la glace magique de Linze ne se brisait pas si facilement.

J’avais utilisé cette ouverture pour sauter sur le Catoblepas et frapper avec mon épée aussi fort que possible sur son cou.

« [Gravité] ! »

Le poids de mon cou avait été décuplé grâce à ma magie, et ainsi ma lame avait décapité le Catoblepas comme si ce n’était rien.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire