Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 6 – Chapitre 3 – Partie 8

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 3 : Si vous êtes prêt, il n’y a rien à craindre !

Partie 8

Un certain temps s’était écoulé, mais Sakura ne semblait pas avoir retrouvé ses souvenirs.

En termes de santé physique, cependant, elle était en pleine forme. Pas une seule tache ou cicatrice n’était restée sur sa peau.

J’avais essayé de lui remettre le médaillon qu’elle avait sur elle, mais elle l’avait regardé avec confusion. Quoi qu’il en soit, c’était le sien, alors j’avais insisté pour qu’elle le garde. J’espérais que ça pourrait déclencher certains de ses souvenirs ou quelque chose comme ça.

J’avais suggéré de retourner dans la vallée où je l’avais trouvée, mais elle avait immédiatement et fermement refusé. Je ne pouvais pas dire que je lui en voulais. Aller à l’endroit où vous aviez failli mourir devait être traumatisant.

Il semblait presque qu’elle évitait activement le retour de ses souvenirs… Je commençais à me demander si elle était vraiment bien amnésique ou quelque chose du genre…

Je n’avais jamais moi-même connu l’amnésie, donc je ne pouvais pas vraiment me mettre à sa place, mais je me demandais si sa personnalité actuelle était la même qu’avant, et si cela causerait une sorte de crise d’identité au final… Bien que je supposais que ce soit plus un trouble lié à une double personnalité plutôt qu’un problème d’amnésie.

J’avais lu un livre quelque part qui expliquaient que les personnalités fonctionnaient comme ça. Commençons par appeler la personnalité par défaut d’une personne A. Si une personne traverse une période exceptionnellement difficile de sa vie, alors A peut créer un ego nommé B. B va expérimenter toutes les choses difficiles, et ne remontera à la surface que pendant les périodes de stress, alors que A est protégé des expériences difficiles. D’une certaine façon, on pourrait appeler cela un mécanisme de défense, quelque chose qui protège la personne en lui donnant l’impression que c’est arrivé à quelqu’un d’autre.

J’avais décidé qu’il était inutile d’essayer de lui faire se remémorer ses souvenirs. J’étais sûr qu’avec le temps, ils remonteraient à la surface.

Sakura avait finalement repris assez de force pour se déplacer à nouveau, et la première chose qu’elle avait dite, c’était qu’elle voulait visiter mon pays. Je n’avais pas vraiment de problème avec ça, mais j’avais assigné Sango et Kokuyou comme gardes du corps, pour plus de sécurité.

Elle semblait particulièrement aimer se promener dans les zones de construction et les fermes. Je l’avais même vue se promener avec Linze de temps en temps. Je pensais qu’elles s’entendaient probablement parce qu’elles étaient à la fois calmes et réservées, du point de vue de leur personnalité.

« Cette fille est vraiment quelque chose… Elle est forte même face aux souvenirs perdus. »

« Je ne sais pas si c’est de la force ou un manque de sensibilité. Elle ne sait pas qui ou ce qu’elle était, ou quoi que ce soit sur son ancienne vie… Alors j’imagine qu’il serait dur de faire son deuil. »

Je creusais des trous dans le sol en répondant aux pensées de Julio, puis je commençais à planter des cerisiers en fleurs dans la terre fraîchement enfouie.

Je ne pensais pas que ça réveillerait la mémoire de Sakura, mais j’avais l’intention d’apporter des fleurs de cerisier d’Eashen depuis un moment. Cependant, l’hiver approchait… Ils ne fleuriront pas avant un bon moment.

C’était un peu tard pour y réfléchir, mais je m’étais même brièvement demandé s’ils allaient réellement fleurir. Apparemment, le climat de Brunhild était similaire à celui d’Eashen… mais je ne pouvais en être certain. Je m’étais dit que si ça ne marchait pas, je pourrais facilement demander à Flora de créer une espèce qui le ferait.

Le climat dans ce monde était plutôt peu fiable et généralement instable. Apparemment, cette instabilité serait l’œuvre des esprits.

Sur un plan tangentiel, je pensais que ce que représentaient les cerisiers en fleurs dépendait aussi de la région. Ainsi les cerisiers en fleurs étaient considérés comme un symbole d’adieu à l’ouest du Japon, mais un symbole de nouvelles opportunités à l’est. Je suppose que c’était aussi différent qu’une cérémonie de remise des diplômes et un examen d’entrée.

Je me souvenais d’avoir rendu visite à un parent à Aomori pendant la Golden Week, et d’avoir été surpris que les cerisiers ne soient pas en fleurs là où il était.

« Julio, as-tu déjà manipulé des fleurs de cerisier ? »

« Non, je ne l’ai pas fait. Mais ce pays semble avoir beaucoup d’influence d’Eashen, donc je ne pense pas que je dois trop m’en inquiéter. »

C’était certainement vrai. Beaucoup de gens à Brunhild étaient après tout d’anciens résidents d’Eashen. Tsubaki et ses ninjas, ainsi que les anciens membres du groupe de l’élite des quatre de Takeda. Nous étions certainement un groupe animé ! Nous avions même eu des hommes bêtes et des démons qui travaillaient pour nous.

Brunhild était plutôt multiculturel, ce qui permettait aux gens de toutes croyances et tous héritages culturels de travailler et de vivre librement. Trouver un emploi n’était pas difficile à cause de ça.

« Voulez-vous que je plante une rangée de cerisiers en fleurs le long de la route qui mène au château ? Je pense que cela sera joli quand ils fleuriront. »

« Oui, ça a l’air bien. »

J’avais passé la matinée avec Julio, en écoutant attentivement ce qu’il avait à dire. Après ça, j’étais allé écouter le rapport de Tsubaki.

« Les relations entre Palouf et Lihnea sont en voie de guérison. La guerre est extrêmement improbable à l’heure actuelle. »

« C’est bien. Après tout, le roi de Lihnea travaille dur. J’espère qu’ils pourront conclure un traité de paix un jour. »

Les agents de Tsubaki s’étaient dispersés sur tout le continent et avaient transmis des informations concernant d’autres pays par l’intermédiaire des miroirs portatifs que chacun d’entre eux possédait. Je n’avais pas d’agents stationnés dans les palais royaux d’autres pays : ce n’était donc pas de l’espionnage. Je les avais fait se mêler aux habitants de la ville et ils recueillaient des informations de la manière qui me convenait.

« Actuellement, je dirais que le problème le plus urgent est l’instabilité croissante à Eashen. »

« Hein ? À Eashen ? »

J’avais demandé plus d’informations à Tsubaki, me demandant si cela avait quelque chose à voir avec Sakura. Ce n’était pas du tout le cas. Apparemment, il y avait un tas d’escarmouches entre les seigneurs féodaux et leurs maisons respectives. Rien à grande échelle pour l’instant, mais ça ne se présentait pas bien.

« Eashen était divisé entre neuf maisons. Date, Uesugi, Tokugawa, Takeda, Oda, Hashiba, Chosokabe, Mouri et Shimazu. En raison de l’incident dans lequel vous étiez impliqué, la maison des Takeda a été dissoute. En conséquence, le pouvoir d’Oda et de Tokugawa s’est accru. Puis Hashiba a fusionné avec Oda. Tokugawa et Oda ont actuellement une relation amicale, mais Oda est beaucoup plus puissante en ce moment. »

Je me demandais comment ça se passerait. Dans mon monde, c’est Tokugawa qui avait pris le pouvoir. Je me demandais si, dans ce cas, Oda pilerait le mochi, Hashiba pétrirait le mochi et Tokugawa s’assiérait dessus et dévorerait le mochi.

Je m’étais soudainement souvenu d’avoir rencontré Tokugawa Ieyahsu, et d’avoir vu sa carrure petite et trapue et sa petite moustache… Cela m’avait fait soupçonner que l’histoire pourrait bien se dérouler de la même façon dans ce monde également. Mais je ne pouvais pas le dire avec certitude, ce n’était pas comme si Eashen était identique au Japon ou quoi que ce soit d’autre.

J’étais inquiet pour Eashen, mais j’avais décidé de laisser cette question de côté pour le moment. Si Oedo devenait une zone dangereuse, j’avais l’intention de l’évacuer… au moins la famille de Yae.

Après que Tsubaki eut fait son rapport, je m’étais dirigé vers le Hangar de Babylone.

Des Frame Gears de type chevaliers lourds, les Chevaliers, étaient tous alignés dans leurs garages. Il y avait aussi deux chevaliers Barons. Pour ce qui était du ratio, il y avait neuf Chevaliers pour un Chevalier Baron.

Il était facile de compter le ratio, mais le taux de production était un peu plus complexe. Il avait fallu beaucoup plus de ressources pour créer un Chevalier Baron, et c’était un engin de type commandant, donc il fallait beaucoup plus de contrôle pour le manier correctement. S’il était simple à contrôler, il ne servirait à rien de créer des Chevaliers.

En l’état actuel des choses, les Chevaliers excellaient en défense, tandis que les Chevaliers Barons excellaient en attaque. Rosetta et Monica avaient également travaillé dur pour mettre au point un nouveau type de Frame Gear.

J’étais entré dans un garage où je n’étais jamais allé auparavant, et je m’étais retrouvé à regarder un Frame Gear rouge et mince.

Il avait des propulseurs massifs sur le dos et à la taille, ainsi que des roues gigantesques sur les pieds. Par rapport aux autres Frame Gears, il se démarquait complètement. J’avais vu Monica et Rosetta régler les propulseurs à la taille, et je les avais appelés.

« Alors, combien de temps ça va prendre ? »

« Eh bien, monsieur, ça devrait être fait d’ici demain, monsieur ! As-tu déjà choisi un pilote pour ce Frame Gear, monsieur ? »

« C’est un Frame Gear un peu capricieux, donc il est plutôt inadapté à la production de masse. Tu dois vraiment choisir la bonne personne pour le boulot ! »

C’était un Frame Gear de type Chevalier Dragon, le Dragoon. Si le Chevalier avait été construit pour la défense, et le Chevalier Baron pour l’attaque, alors le Dragoon avait été construit pour être le plus mobile possible.

Il avait une faiblesse. Pour le rendre plus rapide, son armure était relativement mince. Elle était également relativement faible. En toute honnêteté, je n’étais pas sûr que cela puisse constituer une menace pour la Phase. J’étais cependant pratiquement sûr que cela conviendrait bien face à un Béhémoth. L’un était déjà dans le hangar, puis j’en avais fait faire un autre, donc il y en avait deux au total.

J’avais essayé de faire un essai pilote, mais il était incroyablement difficile à manier. Lorsque j’avais déclenché le mode vitesse extrême et qu’il avait déployé ses roues, il était presque impossible de maintenir son équilibre. Cela allait sans dire… les choses allaient vite.

J’avais également chuté lorsque mon équilibre avait atteint un point de basculement, et Frame Gear avait en conséquence fini par être endommagé. Ce n’était pas suffisant pour le briser ou quoi que ce soit, mais je pouvais voir que cela pouvait facilement se produire si le pilote tombait à plusieurs reprises.

Il fallait donc beaucoup de finesse pour bien manier ce Frame Gear. Le pilote devait être habile, mais même à ce moment-là, il n’avait pas beaucoup de puissance et ne pouvait donc pas non plus utiliser d’armes lourdes. Je ne savais pas comment l’utiliser au mieux. Hmph…

Il serait probablement capable d’utiliser une arme faite de fragments de Phases. Il devrait probablement même être capable de percer une Phase si j’y canalisais assez d’énergie magique.

J’avais dit que je devrais parce que je n’avais pas encore eu l’occasion de tester une arme faite de Phase sur une Phase.

Si j’équipais le Frame Gear de type Chevalier Dragon avec quelque chose comme la lame Touka de Yae, alors je pourrais mieux utiliser sa mobilité au combat.

Pourtant… cela signifierait que je devrais utiliser des fragments de Phases comme matériaux. Il m’en restait encore un peu en stock, mais je n’en avais pas vraiment assez pour fabriquer un équipement efficace pour un Frame Gear.

J’étais retourné au château, Kougyoku s’était mis à voler frénétiquement dans ma direction.

« Que se passe-t-il ? »

« J’ai reçu un rapport de mes éclaireurs. Une ruine ancienne a été découverte, comme celle de l’île isolée. »

Une île isolée ? Oh… la ruine qui m’avait amené au hangar de Monica… ! C’est une bonne nouvelle !

« Où est-elle ? »

« À l’est du royaume de Ryle, dans le royaume des chevaliers, Lestia. Elle est située dans une ruine abandonnée dans le sud du pays. »

Oh, Lestia… C’est l’endroit gouverné par le Roi Chevalier, si je me souvenais bien. Et son père était un aventurier de rang d’or, tout comme moi.

Je voulais en savoir plus sur l’énigmatique Roi Chevalier, mais mes priorités étaient différentes. Babylone avait pris le dessus. Si les ruines m’emmenaient à l’Entrepôt de Babylone, j’aurais l’avantage tactique et je serais capable d’améliorer mes Frame Gears de diverses façons. Je pourrais même être capable de créer un avion. Mec, ce serait sympa. Mon propre jet privé…

Je me demandais quelle serait ma prochaine ligne de conduite. Lors de toutes mes excursions précédentes, j’allais vers la Babylone tout en emmenant tout le monde, mais maintenant que j’avais [Vol], il serait beaucoup plus pratique d’y aller moi-même.

Finalement, j’avais dit à tout le monde que la cinquième Babylone avait été localisée, mais j’avais l’intention d’y aller seul. Elles s’y étaient d’abord opposées, mais j’avais pensé que j’irais beaucoup plus vite en volant, et que j’étais le seul à avoir besoin d’y aller de toute façon, étant donné mes aptitudes pour tous les éléments. Par la suite, elles avaient accepté à contrecœur. Elles m’avaient cependant fait promettre de les amener avec une [Porte] au moment où j’aurais mis le pied sur la nouvelle Babylone.

En y pensant, Sue était devenue l’une de mes futures mariées, mais elle ne savait toujours rien de Babylone. Je ne lui avais pas non plus encore donné de bague de fiançailles.

Je m’occuperais de la bague plus tard, mais je ne savais pas si elle était prête à apprendre l’existence de la forteresse flottante.

Je n’étais pas sûr de pouvoir le dire à Sue. Lors de notre première rencontre, je lui avais raconté une histoire basée sur un vieux dessin animé, et elle m’avait immédiatement dit qu’elle voulait chasser ce château dans le ciel… Elle était vraiment impatiente, mais… Il y avait une chance qu’elle le dise au Duc Ortlinde, puisqu’elle était très proche de son père.

J’avais demandé conseil à Yumina.

« Sue est une fille intelligente, il faudra vraiment lui expliquer les bases. Mais d’un autre côté, elle pourrait devenir trop excitée et elle essaiera de chercher les choses par elle-même ou quelque chose comme ça… »

C’était à tous les coups une possibilité. Sue était beaucoup trop énergique pour tout ce qu’elle appréciait. Ce ne serait pas un problème si elle avait la force de faire correspondre son énergie, mais je pouvais la voir s’attirer des ennuis.

J’avais donc décidé de me taire un peu plus longtemps.

J’avais dit à tout le monde de s’occuper de Sakura. J’avais ouvert une [Porte] à l’endroit où j’avais combattu le Béhémoth plus tôt, juste à la frontière entre Ryle et la mer des arbres.

En m’en servant comme base, j’avais utilisé [Vol] et je filais vers l’est. Grâce à mon sort [Bouclier], toute la pression du vent avait été annulée. Voler était… un jeu d’enfant.

Après avoir volé un moment, j’avais fait une pause pour ressortir ma carte. J’étais cependant pratiquement certain d’être sur le territoire du Royaume des Chevaliers.

« Voyons voir ici… Ah, un peu plus au sud et à l’est… Bien reçu. »

J’avais éteint ma carte et, au moment où j’étais sur le point de m’envoler de nouveau, j’avais aperçu un objet inhabituel du coin de l’œil. C’était quoi cette… fumée ? Quelque chose couvait au loin. Non, quelque chose était en feu.

« [Sens élargi]. »

J’avais utilisé ma magie d’espionnage pour voir ce qui se passait là-bas. Ce que j’avais vu était une ville. Une ville en feu. Il y avait des gens qui fuyaient en masse. Ils étaient défendus par des chevaliers en armure brillante. Ils se défendaient contre des créatures horribles qui ravageaient l’endroit sans pitié.

Des monstres faits de cristal scintillant. Des Phases.

« Ghah... !! »

Cela peut sembler insensible, mais les gens avaient eu beaucoup de chance. Ils n’étaient pas trop gros. Ils ressemblaient à la Phase du type cricket que j’avais rencontrée il y a si longtemps.

Mais il y en avait beaucoup. Je pouvais en voir une dizaine dans les environs.

Ils avaient la même forme que les coléoptères. Ce n’était pas le scarabée typique comme le rhinocéros japonais, mais il était plus proche par sa forme des scarabées hercules.

J’avais vu quelqu’un balancer sa lame dans la direction de la Phase de type scarabée. Elle était vêtue d’une armure d’argent, ses cheveux d’or coulant galamment derrière elle. Avec un coup d’épée florissant, le chevalier avait repoussé quelques-unes des Phases de type scarabée, mais n’avait causé que quelques égratignures en surface. Des égratignures qui avaient guéri très vite.

« Pas d’hésitation, pas de reddition ! N’êtes-vous pas des chevaliers !? Nous devons gagner du temps afin que les habitants de la ville soient en sécurité ! Ne chancelez pas, ne cédez même pas un pouce de terrain ! »

C’était une fille. Elle tourna la tête sur le côté, donnant des ordres aux chevaliers derrière elle. Elle avait l’air d’avoir à peu près le même âge que moi. J’avais supposé qu’elle était la chef.

L’une des Phases de type Coccinelle fixa comme objectif la jeune fille, étendit sa corne et chargea comme si elle tentait de percer son armure.

La chevalière esquiva habilement la frappe, exécutant une roulade sur le côté dans le processus.

Ce n’était pas le moment de regarder ! J’avais annulé mon [Sens élargi] et je commençais à foncer à toute allure vers eux.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

5 commentaires :

  1. Merci pour la traduction.

    Une erreur à signalé :

    C’était à tous les ''cous'' une possibilité. Sue était beaucoup trop énergique pour tout ce qu’elle appréciait.

  2. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire