Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 6 – Chapitre 2 – Partie 7

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 2 : Les deux princes

Partie 7

Deux jours plus tard, toute la noblesse de Lihnea était réunie dans le palais royal. Pour un étranger, cela ressemblerait à une convocation régulière du roi, mais en vérité, Wardack les y avait tous appelés.

Moi et mon groupe, Koupe et Cloud étions tous entrés dans le palais. Nous nous étions cachés avec [Invisibilité] et nous nous étions tenus à l’écart des nobles rassemblés.

M. Wardack avait largement souri en s’adressant à tous ces gens.

La reine Dacia se tenait debout, souriante, sur le côté du trône, et le prince Zabune se tenait un peu en retrait du trône. Il avait cependant toujours ce sourire irritant sur son visage.

Juste au moment où les murmures dans la pièce atteignaient son paroxysme, une forte trompette retentit.

« Voici Sa Majesté le roi. »

Les nobles se turent devant les paroles du messager, tout en baissant la tête. Le roi de Lihnea se déplaça dans la pièce. L’homme avait facilement la cinquantaine. Il s’était tenu droit, et m’avait honnêtement rappelé un peu le Prince Cloud, mais son visage dégageait une aura beaucoup moins fiable.

Il portait une robe blanche accentuée d’un manteau rouge foncé sur les épaules. L’aura que cet homme dégageait était bien celle d’un roi. Il s’était assis sur son trône.

« J’irai droit au but, chers sujets. Je vous ai appelé pour exprimer mes intentions d’abdication. Je vais bientôt abandonner le trône. »

Le roi de Lihnea parla haut et fort, les nobles commencèrent à bavarder entre eux suite à cela. Seules trois personnes dans la pièce n’étaient pas surprises. Naturellement, ces trois-là étaient Wardack, Dacia et Zabune. Tous les trois se jetèrent des regards subtils, des sourires maladifs se répandirent sur leurs visages.

« Maintenant, à vous tous réunis ici, permettez-moi d’annoncer officiellement le prochain roi de Lihnea. Je transfère tous mes obligations, pouvoirs et devoirs à mon fils. Je démissionne officiellement. L’héritier de mon trône n’est, bien sûr, autre que le premier prince… »

Tous les regards s’étaient tournés vers Zabune. Cet idiot de prince à la coupe — souriait joyeusement tandis que les attentes des classes supérieures le submergeaient. Mais… tout n’allait pas se passer comme il s’y attendait.

« … Cloud. Je cède mon trône au Premier Prince Cloud Zeph Lihnea. »

Les nobles émirent tous des voix étonnées. Cependant, les voix les plus choquées et les plus terrifiées appartenaient au trio malicieux.

C’était à ce moment que je poussais le Prince Cloud dans le dos, désactivant ainsi le sort [Invisibilité].

Le marquis Koupe le suivit, presque comme s’il était l’escorte du jeune homme. J’étais resté invisible, moi comme les autres. Nous étions des étrangers ici, donc il valait mieux rester observateur.

« Quoi… ? Cloud, petit… ! »

Le prince Cloud ignora complètement les mots dédaigneux de Zabune et se dirigea vers le roi. Une fois au pied du trône, il s’agenouilla et s’inclina respectueusement.

« Merci, mon Père. J’en assumerai humblement la responsabilité. Je vous rendrai fier en tant que roi, je vous le promets. »

« Oui, mon fils. Je vous fais confiance. »

« Attendez une minute, bordel ! Qu’est-ce qui se passe ici !? »

Le prince Zabune ne pouvait pas s’empêcher de crier. Les nobles environnants étaient devenus agités en raison de cette déclaration soudaine, mais ils se calmèrent de nouveau quand Wardack se rendit vers le trône.

« Votre… Majesté ! Pardonnez mon impolitesse, mais… selon les lois mêmes de cette nation, le successeur doit être le premier prince. Même vous, vous ne pouvez pas briser une telle tradition, sûrement… »

« Oui, vous avez tout à fait raison. C’est pourquoi le Prince Cloud me succédera, au lieu de Zabune. J’ai dit que j’abdiquais en faveur du Premier Prince Cloud, n’est-ce pas ? »

« Vous — ! Mais… Ne soyez pas stupide ! Le premier prince est Zabune, pas Cloud ! Assez de cette mascarade ! »

La reine Dacia perdit complètement son sang-froid, criant après le roi. Le roi se mit à rire après l’avoir entendue parler, et bientôt son rire sifflant retentit dans toute la salle du trône. Dacia n’avait pas tardé à se laisser troubler par le comportement étrange du roi.

« Mascarade, Dacia ? Mascarade ? Comment oses-tu ? »

Le roi Schlaf de Lihnea se leva de son trône, ses yeux étaient ceux d’un faucon. Ils avaient été posés directement sur sa femme. Le roi complaisant et faible avait complètement disparu. Tout ce que j’avais vu en lui, c’était une fureur totalement libérée.

« Maintenant… mes chers nobles rassemblés, écoutez s’il vous plaît. Il y a une nation nichée entre Belfast et Regulus. Elle est toute récente. C’est un Grand Duché, le Duché de Brunhild. Elle est présidée par un grand-duc. Cet homme, un aventurier de rang Argent, a vaincu un dragon noir qui terrorisait Mismede. De plus, il a empêché un dangereux coup d’État dans l’empire Regulus, sauvant ainsi de nombreuses vies. L’homme qui a sauvé ce pays est aussi venu nous sauver. »

« Grand-Duc, avancez, s’il vous plaît. »

Le prince Cloud nous ayant appelés, j’avais alors désactivé le sort d’invisibilité. Elze et Yae étaient respectivement à ma gauche et à ma droite, tandis qu’un Kohaku de grande taille flânait tranquillement devant moi.

« Grand-Duc Touya, voulez-vous bien montrer aux gens ici présents ce que vous m’avez montré ? »

« … En es-tu sûr ? »

« Je le suis, mon garçon. Même si j’ai l’air d’un vieil homme misérable qui a été trompé pendant trois décennies… c’est une vérité qui doit être révélée. »

Le roi de Lihnea riait d’une manière auto-dérisoire.

« Très bien, dans ce cas. »

J’avais sorti mon smartphone et l’avais utilisé pour projeter une vidéo dans les airs. Il s’agissait d’un écran assez grand, clairement visible pour tout le monde dans la salle.

« Et qu’adviendra-t-il du roi une fois qu’il l’aura remis ? »

« Il sera éliminé. Normalement, je ne voudrais pas le faire si vite, mais les actions de Cloud ne me laissent pas le choix… »

« Attendez, ça… ! »

Wardack et Dacia avaient commencé à transpirer dès qu’ils avaient réalisé ce qu’ils voyaient. C’était des imbéciles… Ils n’auraient jamais dû parler d’assassiner le roi avec autant d’effronterie.

« Oui, après toutes ces années perdues, notre fils s’élèvera comme roi… »

« Ahaha ! C’est la naissance d’une toute nouvelle lignée royale, je suis si excitée… »

« Arrêtez ! Arrêtez ça tout de suite ! »

Wardack s’était furieusement jeté sur moi, mais il s’était retrouvé retenu par la masse puissante de Kohaku. Les nobles rassemblés avaient recommencé à murmurer entre eux.

« Ceci est un enregistrement de ce qui s’est passé pendant une réunion privée entre Wardack et Dacia. C’est un sort Néant de ma propre conception. J’ai tout regardé avec les yeux de mon familier. »

« C’est grotesque ! Votre Majesté, il y a sûrement une erreur… »

Wardack avait bafouillé et s’était clairement creusé la cervelle pour trouver une excuse. Le roi aurait pu le croire, s’il avait été un homme loyal et honnête. Cependant, Wardack n’était rien d’autre qu’un homme cruel qui n’utilisait que les menaces et la tromperie. Le roi n’avait aucune raison de croire en ses mensonges.

« Une erreur ? Hm… La seule erreur avait été de croire en votre histoire. J’ai dû sûrement passer pour un imbécile à vos yeux, hein ? Votre fils a été traité comme le premier prince. Je ne pouvais rien faire pour empêcher cela, car j’étais ignorant. Avez-vous trouvé ça drôle, Monsieur le Premier Ministre ? »

Wardack s’était écroulé quand les paroles du roi étaient sorties. Ses yeux s’élancèrent dans la pièce tandis que des torrents de sueur coulaient sur son front. Il n’avait rien d’autre à ajouter.

En fin de compte, le pouvoir de Wardack n’était qu’une version volée du pouvoir du roi. Avec la perte d’Erya, ils avaient l’intention d’échanger le roi marionnettiste contre Zabune. Et maintenant, tout cela était terminé, en quelques minutes seulement. Il avait été écrasé.

« Maintenant que ma chère Erya est en sécurité… Je n’ai aucune raison d’être clément. Wardack, vous êtes démis de vos fonctions. J’ai été bête. J’ai laissé mon inquiétude pour la santé d’Erya prendre le dessus sur mon esprit. J’aurais dû m’occuper de mon pays, mais vous avez profité de mes sentiments pour usurper mon pouvoir. Je ne suis rempli que de regrets, mais je ne peux pas changer le passé. Il est peut-être vrai que j’étais un roi sans valeur, mais c’est dix fois plus que vous, salaud. Vous êtes un Premier ministre sans valeur. »

« Père… » Le roi regarda le sol avec honte tandis que son fils le regardait tranquillement. La reine Dacia était simplement tombée à genoux en état de choc, stupéfaite.

Toute cette situation avait commencé par son infidélité. Aussi misérable qu’elle avait l’air, je n’avais aucune sympathie pour elle. Cette femme n’avait pas de conscience. Elle était plus que disposée à trahir son mari, à le tromper continuellement et à le faire tuer. Alors que je réfléchissais à de telles choses, l’idiot avait parlé.

« C’est quoi ces bêtises !? Je suis le premier prince ! Je suis le prochain roi ! Ce stupide petit veau ne peut pas prendre ma position légitime ! Wardack et maman ont planifié ta mort, je n’ai rien à voir avec ça ! Ce n’était pas moi ! Ce n’est pas juste ! »

« … Tu n’es qu’un stupide morveux, et il n’y a pas moyen de te racheter. »

Je ne pouvais rien faire d’autre que de soupirer devant les pitreries de Zabune. Tout ce qu’il faisait, c’était de prendre ses distances avec l’accusé. Quel égoïste ! Cela lui ressemblait parfaitement. Il ne s’était pas écoulé deux minutes et il essayait déjà de se sauver. C’était un idiot sans pareil.

« Stupide !? Comment oses-tu ! Qu’est-ce que tu es ? Tu n’es rien ! T’es un grand-duc, la belle affaire ! Ton pays n’est rien, tu m’entends !? Ne prends pas tes grands airs avec moi juste parce que tu as le droit de mettre ça dans la fille d’Ortlinde ! »

« [Gravité]. »

« Ghaugh !! »

Ma magie d’altération du poids avait fait s’effondrer cet idiot de prince. Attendez, ce n’était plus un prince. Ce n’était plus qu’un simple idiot. L’idiot en question était si pressé contre le sol qu’il avait l’air d’un cadavre sur la route.

Une fois le choc dissipé, il s’était mis à crier encore plus fort. Il ne comprenait vraiment pas sa position. Le prince Cloud était venu et m’avait parlé tout en soupirant.

« Votre Altesse, désactivez ce sort. »

« Hein ? Mais… »

« S’il vous plaît. »

J’avais fait ce que le Prince Cloud m’avait demandé. Zabune sauta sur ses pieds et lança un petit sourire courtois dans la direction de Cloud.

« Cloud, brave garçon ! Tu sais assez bien que je suis le seul d’entre nous à avoir le truc pour être le nouveau roi. Je pardonnerai tes transgressions, ne t’inquiè… »

« Silence. »

Le prince Cloud parla tranquillement à Zabune. Il tremblait. Zabune s’arrêta de parler, et une seule goutte de sueur coula sur son visage. Lentement, Cloud leva le poing en l’air.

« … Hé, qu’est-ce que tu fais là ? Tu veux vraiment me frapper ? Je ne te pardonnerai jamais. Les frères ne devraient pas se battre entre eux, compris ? »

« Tu… n’es… pas.. mon… Frère. »

Avec une férocité que je ne m’attendais pas à voir en lui, Cloud enfonça son poing dans le visage de Zabune. Ce dernier vola à reculons suite à l’impact, fit un petit tonneau et s’écrasa au sol en un tas froissé. Eh bien, cela devrait être suffisant maintenant.

« Z-Zabune ! »

Dacia courut vers son fils. L’idiot saignait abondamment du nez. Le roi de Lihnea avait simplement regardé tout cela se dérouler. Il jeta un regard froid sur Dacia, puis il se mit à parler.

« Même une cochonne comme toi aime son propre fils, hein ? J’éprouve de l’empathie. Mon propre fils m’est cher, après tout. Je crois que je comprends comment tu as réussi à traiter si mal Cloud. Je n’étais pas du tout contrarié de voir Zabune tomber. »

Wardack et Dacia avaient géré l’éducation de Zabune, de sorte que le roi avait été activement empêché de participer à sa vie la plupart du temps.

Ils se rencontrèrent bien quelques fois dans l’année, et le roi ne connaissait Zabune que par les rumeurs de ses mauvaises actions. Mais Wardack empêchait le roi de porter plainte contre Zabune. Ainsi, le roi de Lihnea n’avait jamais entretenu aucune affection paternelle envers Zabune.

La triste vérité était que si le roi avait été autorisé à élever correctement Zabune, il aurait pu l’élever avec amour dans son cœur. Alors, ses yeux n’auraient pas été si froids, même s’il avait appris que Zabune était l’enfant d’un autre homme.

« Gah ! »

Wardack avait réussi à sortir de son choc et tenta de quitter la pièce, mais je n’étais pas prêt à laisser cela se produire.

« [Gravité]. »

« Ghaaaaah !! »

L’homme au visage de bouledogue était tombé là où il se tenait. Amusant, il avait réagi à peu près de la même façon que Zabune. Il fallait s’y attendre, puisqu’ils étaient père et fils.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

5 commentaires :

  1. Merci pour le chapitre.

  2. Merci pour les chapitres. Ce chapitre est vraiment jouissif ^^

Laisser un commentaire