Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 6 – Chapitre 2 – Partie 6

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 2 : Les deux princes

Partie 6

N’ayant plus rien qui le retenait, le prince Cloud abandonna le palais royal.

Le marquis Koupe hébergea Cloud et sa mère. Fort heureusement, ils n’avaient pas été découverts ou poursuivis. Ce n’est pas que comme si cela était important. Si quelqu’un les avait poursuivis, j’aurais pu le supprimer, ou bien utiliser une [Porte] pour nous enfuir.

La disparition soudaine du second prince avait provoqué un grand remue-ménage parmi les membres de la famille royale. J’avais utilisé mes petits espions pour voir ce qui se passait là-bas.

« Comment ça, Erya a été enlevée de Gallia !? Vous voulez dire que le Prince Cloud l’a enlevé !? Et les soldats, faisaient-ils la sieste ? »

« A-Ah bien… Le message du pigeon voyageur disait que tout le monde était soudainement immobilisé. Ils ne pouvaient rien faire ! »

Le Premier ministre Wardack frappa du poing contre son bureau pendant que le messager racontait son histoire. L’homme tremblant baissa rapidement la tête avant de s’enfuir de la pièce.

« Ne te l’avais-je pas dit, prince Zabune ? Il aurait été bien plus sage de… retirer ce garçon de ce monde. »

« C-Cloud, sale enfant bâtard ! Comment oses-tu te rebeller contre tes maîtres… ? »

L’idiot de prince ne semblait pas trop investi dans sa colère, mais la reine Dacia était devenue hystérique.

Une petite souris se cachait à l’ombre d’un rideau. Cette jolie petite chose était ma caméra d’espionnage parfaite.

Grâce à la magie, j’avais pu synchroniser mon sens de la vue et de l’ouïe avec ceux de la souris, ce qui m’avait permis de jeter un œil sur ce qui se passait.

« Si le prince Cloud et le marquis Koupe unissaient leurs forces, cela pourrait nous causer des ennuis légitimes… Pour l’instant, nous devrions nous concentrer sur le fait que Sa Majesté le roi cède le trône au Prince Zabune. Après ça, Cloud sera détenu et emprisonné. L’accusation spécifique n’étant que peu importante, du moment qu’on l’arrête. »

« Mais qu’en est-il de la guerre avec Palouf, Wardack ? »

« … Malheureusement, nous devons la reporter. Ce qui est important maintenant, c’est d’empêcher les graines de la révolution de prendre racine. »

« Tch… J’avais tant hâte de déguster la princesse Palouf, moi aussi… Eh bien, ça ne me dérange pas. J’aurais tout le temps pour ça une fois que je serai le roi de Lihnea. »

Zabune avait souri, probablement à la perspective de monter sur le trône, puis il avait quitté joyeusement la pièce.

Hm… Que faire ? Il vaudrait peut-être mieux attendre et laisser l’idiot de prince devenir roi, alors l’opinion publique ne serait pas si dure si nous le renversions…

Non, on ne peut pas faire ça. Plus on attendra, plus il y aura de victimes… J’avais décidé de la suite des choses.

« La chose la plus inquiétante est l’enlèvement d’Erya. Si la nouvelle parvient aux oreilles de ce roi stupide, eh bien… Il vaudrait mieux qu’il cède le trône à Zabune avant que cela n’arrive. »

Hein ? Wardack avait changé de ton… Il avait laissé tomber toutes les plaisanteries envers le roi, et n’appelait pas non plus Zabune par son titre officiel… C’était donc comme cela qu’il était véritablement, hein ? Pourtant, il était avec la reine Dacia… était-il bien pour lui de parler comme ça près d’elle parce que c’était sa cousine ?

« Après tout ce qui s’est passé, nous avons besoin que le garçon lui succède. Nous avons besoin de l’accord du roi pour sanctionner le marquis Koupe… Malédiction ! Pourtant, il ne sait probablement pas qu’Erya nous a été enlevée, mais… tant qu’on peut le garder dans l’ignorance, ça devrait aller. Même si tu dois utiliser la force, assure-toi que le roi déclare Koupe ennemi. Même s’il n’est pas d’accord, tant qu’il pense qu’on a Erya, il obéira. »

Hé, attends un peu… Erya n’avait pas été prise en otage pour garder Cloud sous leur coupe ? Cela signifiait-il que le roi a été un otage pendant tout ce temps ? S’il tient tant à Erya, il avait sûrement été transformé en un pantin disant oui à tout, sachant que sa femme était menacée de mort… C’était quand même une opportunité pour moi… Je vais les prendre sur le fait. J’avais utilisé la [Porte] pour envoyer mon smartphone à la souris, puis j’avais commencé un enregistrement.

« Si Erya et Cloud reviennent du côté du roi, ça nous posera un problème. Nous devons bloquer immédiatement le palais royal. Que personne n’entre ni ne sorte. Le premier point à l’ordre du jour sera que le roi cède son trône à Zabune devant les nobles. »

« Et qu’adviendra-t-il du roi une fois qu’il l’aura remis ? »

« Il sera éliminé. Normalement, je ne voudrais pas le faire si vite, mais les actions de Cloud signifient que nous pourrions avoir des mécontents ou un soulèvement bientôt. Nous devons nous assurer que le trône soit incontestable. »

Eh bien, c’est à peu près tout ce qu’il me fallait. Ils complotaient pour assassiner le roi en ce moment. De plus, la reine Dacia était aussi coupable que Wardack ! Cette preuve devrait permettre d’éviter que le Prince Cloud soit considéré comme un rebelle suspect. Maintenant, il y avait des preuves et des raisons de se rebeller.

« Après ça, Cloud sera tué dans certaines circonstances… Nous ne pouvons permettre à personne de la lignée royale de vivre. »

Hein ? Qu’est-ce que c’était ? Cela ne collait pas… Même si Cloud et le roi mouraient, Zabune serait toujours… Oh. Oh non. Non… ne me dites pas… Cela expliquerait pourquoi Zabune avait toujours été mieux traité que… Cloud…

« Notre famille revendiquera enfin le trône royal. Personne ne se mettra sur notre chemin. »

« Oui, après toutes ces années perdues, notre fils s’élèvera comme roi… »

« Ahaha ! C’est la naissance d’une toute nouvelle lignée royale, je suis si excitée… »

Les deux personnes ricanaient ensemble, des sourires tortueux étaient peints sur leurs visages.

***

« Notre famille revendiquera enfin le trône royal. Personne ne se mettra sur notre chemin. »

« Oui, après toutes ces années perdues, notre fils s’élèvera comme roi… »

« Ahaha ! C’est la naissance d’une toute nouvelle lignée royale, je suis si excitée… »

La lecture vidéo était terminée. J’avais regardé dans la pièce. Tout le monde était assis là dans un silence stupéfait.

« Alors… Le prince Zabune est le fils de Wardack et de la reine Dacia !? Ce n’est donc pas un coup d’État ? C’est une tentative de prendre le contrôle de la famille royale ? »

Le marquis Koupe se leva de sa chaise, les poings serrés. Il avait l’air furieux. Je ne pouvais pas lui en vouloir. Comme il l’avait dit, c’était une tentative d’usurpation du trône. Si j’étais à sa place, je ne pourrais pas rester calme. Wardack avait maintenu la ruse au sujet du droit d’aînesse de Zabune pendant plus de trente ans. Il avait pris le contrôle de la structure politique du pays, puis il avait menacé le roi. C’était ainsi qu’il était devenu Premier ministre il y a dix ans, et sa corruption n’avait fait que s’aggraver.

Le fait était que Wardack avait probablement organisé la destitution de Koupe en tant que Premier ministre, tout comme il avait organisé tout le reste.

« C’était surprenant… Pourtant, la preuve est là. »

« Je suis d’accord. Cloud et ce misérable morveux ne partagent aucune caractéristique physique. Ils n’ont même pas un seul parent en commun. Ils ne sont pas du tout frères. »

Elze et Yae avaient parlé raisonnablement. Il était vrai qu’il n’y avait vraiment aucune ressemblance entre Cloud et Zabune, mais Zabune avait certainement les yeux méchants de Wardack et Dacia.

Il y a quelque chose dans le règne animal qu’on appelle le « parasite du couvain ». Certaines espèces d’oiseaux, comme le coucou, pondent leurs œufs dans des nids d’oiseaux complètement différents. Ces oiseaux élèveraient alors sans le savoir les coucous comme s’ils étaient les leurs, ce qui absoudrait les vrais parents de toute responsabilité. Cette situation m’avait fait penser à ça.

J’avais regardé le Prince Cloud, qui tremblait un peu dans son siège. Le prince entrelaça ses doigts, posant ses coudes sur ses genoux. Puis, il s’était soudainement levé.

« Mon frère, je veux dire Zabune… n’a donc aucun lien de parenté avec moi. Je n’ai plus de raison d’hésiter. Dans l’intérêt de ma mère, dans l’intérêt de mon père… dans l’intérêt de mon pays qui a été si monstrueusement méprisé, je vais me battre. Je m’opposerai aux traîtres qui tentent d’usurper ma nation. »

« Bien dit, Prince Cloud ! Vous êtes après tout le véritable héritier. Cette famille pathétique ne prendra jamais ce qui est à vous par droit d’aînesse ! »

Le marquis Koupe avait raison. Nous étions du côté de la justice. Nous avions sauvé la reine Erya, dont la vie servait de monnaie d’échange pour que le roi se conforme. L’adversaire n’avait plus d’atout à utiliser. Tout ce qu’on avait à faire, c’était de les forcer à dire la vérité. Mais d’abord, j’avais décidé de faire une petite enquête concluante.

J’avais utilisé [Invisibilité], j’avais coupé des cheveux de Wardack et de Zabune, puis je l’avais rapporté à Flora au laboratoire d’alchimie. Elle fit un test ADN, nous avions ainsi pu déterminer qu’ils étaient bien père et fils. Ainsi, nous avions des preuves que Zabune n’était pas le fils du roi. Ils n’étaient pas du tout liés.

Je devais le faire, juste pour en être sûr. C’était pour ma tranquillité d’esprit.

« Fufufu… Je referais le test à la naissance de vos enfants. »

« … Qu’est-ce que c’est censé vouloir dire ? » Pourquoi me parlait-elle subitement de mes futurs enfants… ? Je ne pensais pas avoir à m’inquiéter sur le fait d’être leur père ou non.

Je commençais à comprendre pourquoi le shogun empêchait les hommes d’accéder au palais intérieur pendant la période Edo…

« Tu vas avoir beaucoup d’enfants, le savais-tu ? Le docteur a dit que tu vas en avoir, le savais-tu ? »

« Le docteur Babylon a dit que… ? Ne me dis pas qu’elle regardait si loin dans l’avenir… » Est-ce qu’elle utilisait encore cet artefact lui montrant le futur ? Jusqu’où regardait-elle ? Je supposais que j’aurais des enfants quand j’aurai 18 ans, hein… ? Est-ce que j’allais vraiment céder facilement à ce désir !?

Laissez-moi réfléchir… Ce sera donc dans un an et demi… Ah, attendez. La grossesse dure neuf mois, donc… Au plus tôt, cela pourrait se produire dans deux ans… Oh, mais dans ce monde, une année n’est pas composé de trois cent soixante-cinq jours… En fait, cela correspond à un peu plus d’un an sur Terre. Donc avec ça en tête, j’aurai peut-être plus de temps.

« Il y aura neuf mariées, chacune portant des enfants de toi, le savais-tu ? Tu seras un grand monarque avec de nombreux héritiers. »

Quoi !? Neuf enfants ou plus… On dirait que ça allait devenir problématique… Attends un peu. Neuf ? Elle avait dit neuf ?

« Que veux-tu dire exactement par neuf !? Je ne me souviens de rien à propos de neuf ! »

« Ne t’inquiète pas trop pour le moment, sais-tu ? »

Je vais sérieusement avoir autant de femmes… ? Quel genre d’avenir est-ce là !? Attends, attends un peu… Elze, Yumina, Linze, Yae et Lu… Cela en fait déjà cinq. Si j’ajoutais provisoirement Sue à ce chiffre, cela en fait six. Ça veut dire qu’il reste encore trois filles à découvrir ? Qui va me conduire vers elles ?

« … L’as-tu dit à quelqu’un ? »

« Je ne l’ai pas encore fait, sais-tu ? »

« Ne le dis à personne. Tu pourrais causer des dommages inutiles. »

Des dommages pour moi, surtout… Qu’est-ce que t’as pu bien faire, futur moi ?

« Oho. Alors j’accepterai ta proposition, sais-tu ? Je serais heureuse d’être l’une de tes épouses potentielles. »

« Quoi ? Non. La ferme ! Ne m’as-tu pas déjà dit que tu ne pouvais pas avoir d’enfants ? »

« Si nous combinons le laboratoire de recherche et les installations du laboratoire d’alchimie, il devrait être possible de créer un clone de toi, Maître. Ce serait comme si on avait un bébé, sais-tu ? »

« Absolument pas ! »

Je ne me sentais pas à l’aise d’avoir un « fils » clone parfait qui me suivrait partout. Après avoir averti Flora de ne pas parler inutilement, j’étais retourné chez le marquis Koupe.

J’avais dit à Elze et aux autres le rapport que j’avais reçu. Avec cela, il n’y avait aucun doute que Zabune était un faux héritier. Nous n’avions plus aucune raison d’hésiter.

« Il me reste donc une dernière chose à faire. »

« Tu vas quelque part, Touya-dono ? »

Yae avait penché sa tête sur le côté. Bien sûr, j’avais déjà décidé de ma destination.

« Je vais voir la première victime de tout ça. Il mérite de connaître la vérité. »

Pendant que je parlais, j’avais ouvert une [Porte].

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires :

Laisser un commentaire