Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 6 – Chapitre 2 – Partie 3

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 2 : Les deux princes

Partie 3

Cloud Zeph Lihnea Lihnea, second prince du Royaume de Lihnea, vivait une vie de reclus.

Dès sa naissance, on l’avait enlevé à ses parents et on l’avait fait vivre dans une petite maison loin du château. Le temps qu’il découvre même qu’il était un prince, son frère lui avait déjà inculqué sa propre inutilité. Quand le prince Zabune était de bonne humeur, le second prince recevait des insultes toute la journée, sinon il recevait des coups de pied où il se faisait passer à tabac.

Cela ne le dérangeait pas de se faire insulter. Le jeune prince pouvait l’endurer, mais il ne supportait pas d’entendre sa mère se faire calomnier. Les gardes et autres jeunes fils de nobles familles ne l’aidaient pas non plus. En fait, ils le maintenaient au sol pendant que son frère aîné lui donnait des coups de pied dans les côtes et sur le visage.

Même si la mère du prince Cloud pouvait être considérée comme faisant partie de la noblesse, elle était à l’origine la fille d’une famille marchande. Ce n’est que par hasard qu’elle avait été adoptée dans une famille noble. Un baron et sa femme ne pouvant pas avoir d’enfants, ils avaient adopté la fille et l’avaient traitée comme la leur, lui accordant leur statut dans le processus. C’était pour cette raison que la mère du prince Zabune avait enseigné à son fils qu’il fallait mépriser son jeune frère par principe.

« Franchement, j’ai toujours voulu quitter le pays à cause de mon frère. Mais je ne pouvais pas abandonner ma mère et ils le savaient. Elle avait été faussement diagnostiquée et enfermée. Ma mère était maintenant isolée, cachée du monde. Ils ont dit qu’elle était contagieuse, et de ne pas l’approcher. »

Ils avaient effectivement pris sa mère en otage, laissant le jeune prince à la merci de son frère, sans issue. Le temps qu’il remarqua le statut de prisonnier de sa mère, il était même impossible de lui rendre visite.

« Elle est toujours en vie, non ? »

« Effectivement. Il y a une fille qui s’occupe de ma mère, ou du moins elle s’en est occupée. Cette fille est aussi une subordonnée d’un noble qui s’occupe de moi, donc je sais qu’elle est vivante grâce à ça. »

Pourquoi feraient-ils une chose pareille ? Est-ce que le grand frère est juste jaloux du plus jeune, ou quelque chose comme ça ?

« Mon frère s’attaque aux faibles. Il m’utilise pour des boulots comme celui-ci, pour montrer à tout le monde à quel point je suis pathétique. En m’utilisant comme messager, tout le monde voit que ma place dans le monde est celle d’un humble garçon de courses. Je ne suis rien de plus. »

C’est vraiment n’importe quoi. Je ne l’ai même pas encore rencontré et je le déteste.

« Et le roi ? Il n’en parle pas ? »

« Mon père ne peut pas s’élever contre le Premier ministre Wardack. Je crains qu’il ne soit tué s’il résiste aux caprices de cet homme. Les familles nobles qui soutenaient mon père ont aussi été chassées les unes après les autres. Mon père n’a pas d’amis dans cet endroit. »

Les mains du prince tremblèrent lorsqu’il répondit au duc Ortlinde. C’était bien pire que je ne le pensais. Le Premier ministre songeait probablement à remplacer le roi par quelqu’un qui faisait partie de sa famille. Cependant, le traiter de la même manière qu’une ampoule à remplacer était dingue. Attendez, attendez…

« Alors… la demande en mariage, c’était pour… »

« Je le crois aussi. L’intention serait d’annoncer son mariage en même temps qu’il prendrait le trône. »

Tout cela avait du sens… Ça voulait dire qu’il aurait pu choisir n’importe qui pour se marier, non ? Ou peut-être avait-il délibérément choisi Sue parce qu’elle était jeune et qu’elle se croyait faible ? Et même s’ils étaient mariés, un type comme Zabune ne laisserait pas une femme sur le même pied d’égalité que lui. Si Sue épousait ce crétin, elle pourrait finir par être maltraitée, tuée ou pire encore… c’était dégoûtant.

« Quand il a fait de moi son messager, j’ai vu qu’une opportunité se présentait. Je savais que le duc Ortlinde et Votre Altesse étaient de bons amis, alors j’avais l’intention de prier le duc Ortlinde de vous rencontrer. Mais je ne m’attendais pas à pouvoir vous rencontrer aujourd’hui. »

« Alors vous voulez que je sauve votre mère, c’est ça ? »

« Oui, absolument ! »

Le Prince Cloud recommença à s’agenouiller. Je me demandais quoi faire. Utiliser [Porte] serait assez facile. Trouver sa mère ne serait probablement pas impossible non plus, mais il pourrait y avoir quelques complications.

« Grand-Duc de Brunhild, si vous permettez… »

Le duc Ortlinde ouvrit soudain la bouche pour parler. Hm ? C’est quoi ce ton ? Est-il si mal de bavarder comme ça devant une tierce personne ou quoi ?

« Nous devrions convoquer immédiatement une réunion d’urgence des puissances occidentales. Nous ne devons pas nous contenter d’entendre l’opinion de Belfast. Il serait sage que nous écoutions également Regulus, Mismede et Refreese. Il serait raisonnable que vous soyez impliqué. »

Quoi !? Est-ce si important que ça !? Je ne suis pas opposé à entendre une seconde opinion, mais c’était un peu trop.

« Si le Prince Cloud le juge approprié, je crois que d’autres nations pourraient passer à l’action. Cet imbécile de premier prince devrait être destitué, et le prince Cloud devrait prendre le trône. »

QUOI !? Duc Ortlinde souriait alors qu’il parla avec une grande confiance. Tout ce que Cloud et moi avions pu faire, c’était le regarder fixement.

« … voici en gros la situation ! »

Les dirigeants de l’alliance occidentale étaient tous réunis dans une salle de réunion du château de Brunhild. Étaient présents des représentants du Royaume de Belfast, du Royaume de Mismede, de l’Imperium Refreese, de l’Empire Regulus et de la Théocratie Ramissh. Ramissh était devenu un nouveau membre de l’alliance.

Je leur avais donné un aperçu de la situation, leur expliquant que nous devions décider de notre prochaine ligne d’action.

« En fait, nos rapports de renseignements reflètent à peu près les mêmes informations. Le Premier ministre de Lihnea a largement plus de pouvoir que le roi. »

L’empereur de Régulus murmura cela, confirmant qu’il savait la même chose.

« Mon peuple n’a pas grand-chose à voir avec Lihnea, je ne pense pas avoir grand-chose à ajouter ici. »

Le Roi-bête se tapa le menton avec un doigt pendant qu’il parlait. Lihnea semblait avoir des relations régulières avec Belfast, Refreese et Regulus, mais pas avec Mismede ou Ramissh. Il en était de même pour Brunhild.

« Cela étant dit. Le premier prince et le Premier ministre m’offensent personnellement. J’ai pitié des citoyens. »

« En effet ! J’ai entendu dire que les habitants de Lihnea ont été lourdement taxés ces dernières années. L’excuse donnée était qu’ils préparaient un effort de guerre contre le royaume de Palouf. C’est vraiment gênant… »

Sa Sainteté le pape soupira et secoua la tête.

« Je ne me soucie pas de l’ascension du prince Cloud sur le trône. Il semble certainement qualifié, mais est-ce que cela va réparer les dommages déjà causés ? Je doute qu’un membre du gouvernement l’écoute, car ce dernier est rempli de proches corrompus du Premier ministre. »

Sa Majesté Impériale de Refreese avait également un but. Changer la tête ne changerait pas grand-chose si le corps lui-même était malade. Il faudrait retirer le mal à la racine.

« Qu’en pensez-vous ? »

J’avais pris la parole, m’adressant au prince. Celui-ci était stupéfait et s’était mis à babiller. L’Œil mystique de Yumina m’avait confirmé que c’était une bonne personne, et le pape était facilement capable de me dire s’il mentait.

« Eh bien… J’ai l’intention de me servir des gens que le Premier ministre a évincés ou exilés. Depuis plus d’une décennie, de nombreux nobles et ministres ont été mal traités en raison de leurs liens sociaux, y compris de nombreuses personnes talentueuses. La situation actuelle est que si vous ne pouvez pas payer Wardack, vous ne pouvez pas garder votre position. »

Le prince parla d’une manière désobligeante, et la bête secoua la tête en réponse.

« Immonde… et tellement corrompu… Ah, mes excuses. Je ne voulais pas dire du mal de votre nation. »

« Non, c’est… c’est vrai. »

Le prince Cloud baissa les yeux, ses yeux étaient remplis de tristesse. D’un autre côté, il avait de plus en plus l’air d’un homme bon et honnête.

« Avez-vous des nobles puissants ou compétents à vos côtés ? »

« Absolument. Le marquis Koupe est l’ancien premier ministre. Il a aussi le soutien et la confiance de la plupart des familles nobles, et c’est la personne qui m’a souvent soutenu dans l’ombre. »

Le prince Cloud répondit instantanément à la question du roi de Belfast. Il semblerait qu’il avait des amis aussi bien que des ennemis. On aurait dit qu’il y avait un grand nombre de familles puissantes qui n’aimaient pas Wardack. Si nous pouvions les unifier, le pays fonctionnerait bien même avec Cloud sur le trône.

« Mais à part ça, prince Cloud. Qu’est-ce que vous désirez réellement ? Si vous vouliez seulement aider ta mère, alors fuir le pays est une option tout aussi valable, non ? »

« … Non. J’en vu beaucoup trop de personnes souffrir entre les mains de mon frère et celle du Premier ministre Wardack. Je suis faible, impuissant. Je ne peux pas les aider. Mais si je peux faire quelque chose, même si mon aide arrive beaucoup trop tard, je veux le faire. »

« Ça voudrait dire que vous êtes prêt à commencer une révolution à Lihnea. Même si le Premier ministre détient le vrai pouvoir, vous serez en opposition avec le roi. Ça ne vous dérange pas d’aller à l’encontre de votre père ? »

« Si je dois le faire, alors je le ferais. »

Le jeune homme parlait avec confiance. Même si ce n’était pas dirigé contre le roi, c’était quand même un coup d’État. Dans l’idéal, cela se ferait sans mobilisation d’une force militaire.

« Alors, les amis ? Que dirions-nous de soutenir Lihnea… ? Non, la révolution du prince Cloud ? », avais-je demandé à tout le monde assis à table.

« Notre pays soutient le prince Cloud. La vile corruption à Lihnea pourrait s’étendre à nos patries si rien n’est fait. »

« Bravo, bravo ! »

Le roi de Belfast fut le premier à prendre la parole, suivi peu après par l’empereur de Refreese.

« L’Empire Regulus ne peut pas ignorer cela. Bien que nous ne puissions pas fournir activement des forces, nous offrons toujours notre soutien. »

L’empereur de Régulus avait également pris la parole. Ils ne s’étaient pas encore remis du récent coup d’État, de sorte que leur force militaire n’était pas à son apogée. Il était naturel qu’ils n’aient pas pu utiliser des ressources.

« Bien que notre pays n’ait rien à voir avec ce gâchis, je m’engage quand même à vous appuyer, vous et nos alliés. Je ne peux pas me résoudre à tolérer Lihnea telle qu’elle est maintenant. »

« Notre Sainte Nation ressent la même chose. Nous aussi, nous soutenons le Prince Cloud. »

Le Roi-bête et Sa Sainteté le pape avaient également promis leur soutien. Avec cela, tous les pays de l’alliance occidentale soutenaient Cloud comme le prochain roi de Lihnea. Il ne restait plus qu’à renverser le Premier ministre et ses larbins.

Idéalement, nous devrions éviter la guerre ou les campagnes militaires. J’étais sur le point de consulter les autres, quand ils se furent tous exprimés en même temps.

« Eh bien alors, Touya. Bonne chance ! »

Excusez-moi ! Êtes-vous en train de me dire que je devrais régler cette affaire tout seul !? Si ce n’est que sauver sa mère c’est possible, mais gérer toute la révolution !? Pas moyen !

« Désolé pour le dérangement, vraiment. Merci beaucoup pour votre aide. »

« A-Ah… non… C’est… C’est bon… »

J’avais souri raidement au Prince Cloud, qui était parti et avait recommencé à s’incliner. Qu’ils aillent tous au diable, je ne peux pas gagner ! Ensemble, ils étaient formidables, mais je supposais qu’ils n’étaient pas tous des dirigeants expérimentés sans raison. Ils étaient plutôt bons, je pouvais au moins leur donner cela…

« D’accord, camarades monarques ! On soutient tous Prince Cloud ? Bien. Maintenant, puisque nous sommes tous à Brunhild… nous devrions probablement aller améliorer nos relations diplomatiques. »

« Très bien. »

« Ah, enfin. »

« Hehe… »

À la remarque du roi de Belfast, les autres monarques commencèrent à sortir de la salle de conférence. Je savais ce qu’il voulait dire par améliorer leurs relations diplomatiques, car ils se dirigeaient tous vers la salle de jeu.

Il ne restait plus que moi, le prince Cloud et le pape. Ces deux derniers restèrent avec moi, probablement parce qu’ils n’avaient aucune idée de ce qu’était la salle de jeu.

« Bon sang… Vous devriez vous joindre à eux, Votre Sainteté. Il y a aussi du thé et des sucreries en bas. C’est sa façon préférée de se détendre. »

« Hein ? Alors, j’adorerais. »

Bien sûr, la personne dont je faisais référence n’était autre que Dieu. Il avait récemment commencé à venir et à voler des collations dans ma salle de jeu. Je n’avais aucune idée de la façon dont il était capable de détecter leurs présences. Même le dieu de l’amour était venu de temps en temps et avait fini par manger plus de la moitié de mes bonbons.

J’avais été surpris de constater qu’ils avaient déjà trouvé les unités d’entraînement et qu’ils les pilotaient avec joie. Rosetta et Monica étaient là pour faire de la maintenance, et avaient apparemment décidé de s’arrêter et d’enseigner à tous les monarques de l’alliance occidentale comment utiliser un simulateur de robot géant.

Ils avaient été développés au point où quatre joueurs pouvaient jouer en même temps. L’écran externe montrait les quatre Frame Gears présents dans la simulation, ils étaient colorés respectivement en Rouge, Bleu, Jaune et Mauve. Mais je ne savais pas qui pilotait quoi. Mais cela n’avait pas d’importance, parce que chaque pilote était vraiment mauvais. Ils avaient tous sauté dans la mauvaise direction, puis avaient perdu l’équilibre et s’étaient effondrés. C’était plutôt drôle.

« Votre Altesse, qu’est-ce que c’est ? »

« Eh bien… »

Le prince Cloud et Sa Sainteté furent frappés de surprise. C’était naturel, il y avait beaucoup de trucs étrangers ici.

« C’est ma salle de jeux. C’est une pièce faite pour la détente et le jeu. Une fois par mois, les dirigeants de l’alliance occidentale viennent ici après s’être réunis dans mon château. »

Mais dernièrement, je me demandais s’ils avaient utilisé les réunions comme prétexte pour venir jouer. Au moins, cette fois-ci nous avions réglé un problème important.

Je m’étais demandé si je devais ou non commencer à former des pilotes d’autres pays. Après tout, la menace de la Phrase se rapprochait de plus en plus…

Si une quantité massive de Phrases franchissait la barrière, Brunhild seul ne serait certainement pas suffisant pour s’en occuper. En prêter à d’autres pays serait probablement une bonne idée. Ce serait bien de les rendre plus accessibles. Avoir seulement les dirigeants de chaque pays suffisamment formés pour piloter un Frame Gear serait un désastre en soi.

Alors que je réfléchissais à mon prochain plan d’action, j’avais demandé à Cesca et Lapis d’apporter des collations pour le prince Cloud et Sa Sainteté le pape. J’avais certainement beaucoup de choses à faire, mais je n’avais pas pu m’empêcher de penser que le leader le plus occupé dans la salle ce jour-là était moi.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

Laisser un commentaire