Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 6 – Chapitre 1 – Partie 3

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 1 : Frame Gear

Partie 3

Monica m’avait montré le bâtiment noir, et nous y étions entrés. Plus que toute autre chose, j’avais été surpris par l’espace qu’il offrait. C’est quoi ce bordel ? C’est plus large à l’intérieur.

Comme son nom l’indiquait, l’intérieur du bâtiment ressemblait à un entrepôt. Il y avait des volets métalliques qui tapissaient les murs à gauche et à droite.

Sérieusement, jusqu’où va cette salle ? Je ne peux même pas en voir le fond…

« C’est quoi cet endroit ? »

« Es-tu surpris ? On a utilisé une magie spatiale pour le rendre plus large qu’il n’y paraît. Cela dit, un tel espace n’est tout simplement pas nécessaire. On n’a pratiquement rien en stock ici, n’est-ce pas ? »

J’avais pensé que c’était similaire à mon sort [Stockage]. La différence, c’était que le temps s’était arrêté dans mon espace [Stockage]. Je pouvais y conserver une soupe bouillante et chaude et la sortir quelques heures plus tard pour la trouver à la même température. J’avais pensé que [Stockage] était plus une magie de l’espace-temps qu’un simple sort spatial.

Je ne savais toujours pas pourquoi l’espace de stockage pouvait être aussi large… Attendez, est-ce que je ne passais pas à côté de l’essentiel ?

« Les Frame Gear ! Y a-t-il des Frame Gears ici ? »

« Hm ? Un Frame Gear ? Par ici, par ici. »

Monica s’était adressée à moi un peu sèchement, alors je l’avais suivie en faisant peu de commentaires.

Monica était arrivée devant l’un des volets métalliques et s’était approchée d’un bouton sur son côté. Cependant… elle avait beau essayer autant qu’elle le voulait, elle ne pouvait pas l’atteindre.

J’avais tendu la main pour l’appuyer à la place, et…

« Fils de… ! »

Monica avait fait basculer la clé vers le haut, elle avait écrasé le bouton de toutes ses forces. W, Whoa, calme-toi… Cette fille est une tête brûlée. Le bouton avait été anéanti, soit dit en passant, mais l’obturateur avait commencé à grincer. Monica avait un sourire suffisant sur son visage. Tout ce que je pouvais faire était de me demander comment elle comptait refermer ce volet.

J’avais jeté un coup d’œil vers cet intérieur sombre, et je m’étais retrouvé à regarder ce qui semblait être un chevalier géant.

Il mesurait environ dix mètres de haut. Il était de couleur grise, et ressemblait à un chevalier occidental traditionnel. Il n’était en aucun cas tape-à-l’œil, mais il dégageait une aura de robustesse et de fiabilité. Je ne pouvais m’empêcher d’être impressionné par l’aura écrasante qu’il dégageait.

« Ceci est donc un Frame Gear. »

« Effectivement. Cependant, celui-ci est un modèle particulièrement archaïque. Il y a cinq mille ans, on avait prévu de produire ces mignons en série si la guerre s’aggravait. »

Attendez, c’était un produit de masse ? J’avais été surpris, ça n’avait pas l’air particulièrement bon marché. Ils avaient probablement renoncé à les rendre tape-à-l’œil et s’étaient plutôt concentrés sur leur fiabilité en tant que combattants. Après tout, inutile de produire quelque chose en masse si ce n’était pas facile à contrôler.

« Il y en a d’autres ? »

« Nous avons, euh, quelques-uns en réserve, oui ! Il existe par exemple un modèle qui donne la priorité à la mobilité tandis que d’autres sont spécialisés dans les attaques physiques. Nous avions également prévu de construire un modèle plus avancé, mais… Je pense que ces plans sont sûrement dans l’entrepôt. »

Hmph… L’entrepôt, hein… Tout bien considéré, j’espérais qu’ils soient en sécurité. Même s’ils étaient tombés au sol, espérons qu’ils soient encore intacts.

« Je peux y entrer ? »

« Quoi, tu veux le faire marcher ? Je suppose que ça ira, mais ne t’attends pas à ce qu’il bouge. »

« … Hein ? »

Comment ça, ne t’attends pas à ce qu’il bouge !? J’ai fait tout ce chemin pour que tu me dises que ce foutu truc est cassé !? C’est quoi cette idée !?

« Pourquoi ça ne bouge pas ? »

« Il n’y a pas de carburant. »

Ahahaha… Oh, c’est donc pour ça. Du carburant, bien sûr ! Je ne savais même pas que ces choses consommaient du carburant. Je pensais juste qu’ils auraient besoin de pouvoir magique.

« Alors, qu’est-ce que ce gros gaillard consomme ? De l’essence ? »

« De l’essence ? Je ne suis pas familière avec un tel terme. Ce méchant garçon utilise de l’éther liquide, OK ? »

« … de l’éther liquide ? »

« L’éther liquide est un combustible que l’on crée en mélangeant leurs énergies magiques avec un morceau de minerai d’éther spécialement traité. Après ça, il s’alimente tout seul, compris ? Car cela liera le Frame Gear à une source magique, et il utilisera sa propre énergie pour fonctionner. »

Minerai d’éther ? Je n’avais jamais entendu parler de ça. Était-ce une sorte de minéral rare ? Quoi qu’il en soit, le Frame Gear ne bougerait pas d’un pouce sans lui. Moi qui venais de si loin, je n’avais fait aucun progrès. C’était décourageant.

« Monica, sais-tu comment en produire ? »

« J’ai bien peur que non. Je n’ai jamais été talentueuse à l’école de magie. »

Argh… Génial ! Je ne possédais donc qu’une grosse statue de robot. J’avais laissé mes épaules s’affaisser à cause de la déception, la jeune fille s’était soudainement mise à me cracher dessus pour me rassurer.

« Attends un instant, ne te décourage pas. Il n’y a pas que les Frame Gears ici, je te le dis. Il y a plein d’autres trucs ! On a des petits bateaux flottants, et des chariots automatisés qui déplacent des pièces ! »

Des chariots automatisés ? Comme des voitures ? J’avais envisagé de faire une voiture dans le passé, mais mon manque de compréhension m’avait fait abandonner. Mon intérêt avait été piqué une fois de plus. Oh, attends un peu…

« Avec quel type de carburant ces choses fonctionnent-elles exactement ? »

« … De l’ether liquide… »

Putain de merde ! Ils ne bougeront pas non plus ! Va te faire foutre, sale pervers de Doc ! Pourquoi n’as-tu pas laissé traîner des réservoirs pleins !? J’avais écouté les explications de Monica. Apparemment, la magie contenue dans l’éther liquide diminuait avec le temps jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien. C’était un peu comme un soda, il perdra sa carbonatation si vous le laissiez de côté après avoir ouvert le bouchon.

Apparemment, cette magie pouvait faire voyager sur plusieurs années, mais cinq mille ans, c’était beaucoup trop long.

« Y a-t-il quelqu’un qui puisse créer de l’éther liquide ? »

« Ah… probablement le Gynoïde qui contrôle le laboratoire de recherche, mais elle est difficile à gérer. »

Monica fronça les sourcils en parlant, puis inclina un peu la tête.

Je me retrouve donc au point de départ… Maintenant je dois chercher le laboratoire de recherche ? C’est une chasse à l’oie plutôt nulle.

« Oh, euh… il y a une chance que Flora le sache ! »

« Pardon ? »

« Le laboratoire d’alchimie et le laboratoire de recherche… ont une relation étroite. Ils échangeaient des matériaux et des notes de conception entre eux, ce qui était naturel compte tenu de leurs domaines respectifs. J’avais eu une relation assez similaire avec Rosetta dans l’atelier, mais elle était un peu distante. »

C’est vrai. Une fois que Rosetta entrait dans l’atelier et se mettait au travail, vous ne pouviez pas la faire sortir.

J’avais décidé d’en parler à Flora. Espérons que cela mènera à une avancée.

J’avais ouvert une [Porte] pour pouvoir informer les autres de la situation.

« De l’éther liquide, je vois… »

Flora pencha la tête en réfléchissant à ce que j’avais dit. Le laboratoire d’alchimie était une installation dédiée à la production de produits chimiques et de nouveaux composés, alors j’avais pensé qu’il ne serait pas déraisonnable de poser des questions sur l’éther liquide là-bas.

« Je pense que je peux en produire, vois-tu ? »

« Super ! »

« Mais, vois-tu... Je pense qu’il sera d’une qualité inférieure à celle de l’éther liquide produit au laboratoire de recherche, vois-tu ? Si t’es d’accord, je pourrai t’en produire. »

Je me fichais de savoir si le matériel était de qualité inférieure. Pour l’instant, je voulais tout simplement me déplacer dans un Frame Gear. Mais, au moment où je m’apprêtais à danser une gigue joyeuse, Flora avait brisé mes espoirs par une simple phrase.

« Alors, où est le minerai d’éther ? »

Hein ? Le minerai d’éther ? J’avais regardé Elze et les autres, mais elles avaient haussé les épaules.

« Je n’ai jamais entendu parler de minerai d’éther. »

« … Oui, moi non plus. C’est vraiment étrange. »

Merde, sérieusement… ? Les choses ne pouvaient-elles pas s’arranger pour une fois ?

« Le minerai d’éther est imbibé d’un liquide spécialisé pendant sa taille et son traitement. L’éther liquide est finalisé après que le minerai réagit au pouvoir magique qu’il contient et l’infuse dans le liquide. Il vous faudrait un morceau de minerai d’éther de cette taille pour l’équipement que tu as mentionné. »

Flora avait mimé la forme d’un ballon de rugby avec ses mains. D’après sa description, c’était comme infuser du thé dans de l’eau chaude avec un sachet de thé. Pourtant, il n’y avait aucune raison de s’attarder sur les détails du processus, car je n’avais même pas de minerai au départ. Je ne savais même pas ce que c’était.

« Le minerai d’éther est un minerai généralement transparent qui possède de nombreuses teintes de couleurs différentes. Il peut intrinsèquement stocker, libérer et amplifier des pouvoirs magiques. Il y a cinq mille ans, il était assez facile de s’en procurer. »

Cesca nous avait donné cette explication, mais je ne pensais pas que cela aiderait. Linze, d’un autre côté, avait soudainement pris la parole. Hmm ?

« … Uhm… est-ce qu’il y a une chance que cela soit une pierre de sort… ? » Une pierre de sort ? Oh, je vois. Ces petits cailloux que j’utilisais pour vérifier mes affinités magiques. C’était généralement de petits bijoux dont les utilisateurs de magie ornaient leur équipement.

Linze avait fouillé dans sa poche et avait sorti quelques pierres de sort. Flora avait pris la plus petite des pierres et l’avait mise devant la lumière. C’était minuscule.

« Il n’y a plus d’erreur maintenant, vois-tu ? C’est un minerai d’éther. »

Hein… Je supposais que le nom avait dû changer durant les 5 000 dernières années. Attends, ça ne voulait pas dire que le problème était résolu ? Malgré la bonne nouvelle en apparence, tout le monde, sauf les gynoïdes, s’était senti tout d’un coup embarrassé.

« Qu’est-ce qui ne va pas ? »

« Je ne sais pas comment dire ça, mais il n’existe pas de pierre de sort de cette taille. »

« Pardon ? »

« Les pierres de sort sont considérées comme de vraies raretés… De minuscules fragments comme ceux-ci sont facilement trouvables, mais… les plus grosses le sont beaucoup moins. »

Il était vrai que la plus grande pierre de sort que j’avais jamais vue était cette pierre de vent sur le pendentif de Renne. Laim m’avait dit qu’elle était assez précieuse en raison de sa taille, mais elle n’avait que la taille d’une noix. Apparemment, il y en avait très peu.

« Le Trésor Royal de Belfast possède une pierre d’eau, mais elle ne fait qu’à peu près cette taille… »

Yumina avait mimé la forme et la taille d’une balle de base-ball dans ses mains. Me dis-tu sérieusement que même celle contenue dans un trésor royal n’avait pas la taille que je cherchais ?

« … En passant, combien coûterait exactement une pierre de sort de cette taille ? »

« Je n’en suis pas sûr… Je ne sais même pas si tu pourrais mettre un prix sur quelque chose d’aussi rare. »

C’est terrible ! En plus, je l’utiliserais comme un sachet de thé. Si je l’écrasais jusqu’à sa limite pour créer de l’éther liquide, est-ce qu’elle ne vaudrait carrément plus rien ? Devrait-on jeter quelque chose d’aussi précieux !? Mes rêves étaient en train d’être brisés en morceaux.

Yae, qui avait vu le désespoir se frayer un chemin à travers mon visage, s’était soudainement levée.

« Touya-dono, ne peux-tu pas utiliser ton sort de recherche pour trouver une pierre de la taille appropriée ? »

« Quoi ? »

Je n’en étais pas si sur. Pouvais-je chercher quelque chose enterré sous terre ? Attendez, en fait, j’ai trouvé cette ruine dans le désert, n’est-ce pas ? Et elle était enterrée. Je suppose qu’il n’y a rien de mal à essayer.

« D’accord. [Recherche]… Voyons voir… des pierres de sort de plus de trente centimètres de diamètre. »

Plusieurs épingles étaient tombées sur la carte des territoires de l’Ouest. Hein… C’est en fait plus facile que ce à quoi je m’attendais.

J’avais vite vérifié si l’une de ces épingles se trouvait sur le territoire de Brunhild. Par chance, il y en avait exactement une. Après tout, je n’étais pas très enthousiaste à l’idée de chercher des objets d’une valeur insensée sur le territoire d’autres pays.

D’accord, extrayons ces pierres magiques ! Hourra ! Pour être honnête, je commençais à en avoir marre de courir partout…

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires :

Laisser un commentaire