Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 6 – Bonus Premium

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Bonus Premium : Les deux mécaniciennes

« T’as fini là-bas ? »

« Je n’ai qu’à connecter le tuyau d’Éther. »

« Ensuite, j’irai accorder le Chevalier Baron. »

« Compris. »

Quand notre maître avait acquis le Hangar de Babylone, j’avais recommencé à travailler sur les Frame Gears. Pour moi, terminal de l’atelier, High Rosetta, c’était à la fois le paradis et l’enfer. Après tout, il n’y avait que deux mécaniciennes. Moi-même et le terminal du hangar, Fredmonica. D’un autre côté, les gens qui ne savaient rien de ce travail ne feraient qu’entraver les choses.

Cependant, ce problème n’avait pas duré longtemps, car notre maître nous avait envoyé les mini-robots qui se trouvaient sur le rempart quand il l’avait trouvé avec la tour. Ils étaient équipés de connaissances en mécanique et d’outils très utiles, ce qui en faisait d’excellents assistants, oui monsieur. L’atelier avait également reçu un réacteur de la tour, ce qui avait considérablement augmenté sa puissance et nous avait permis de construire les Frame Gears avec une efficacité maximale.

« Je n’aurais jamais cru qu’on les produirait en masse. »

« Je partage ce sentiment. Le docteur Babylone avait-il prévu la seconde arrivée de la Phase ? »

« Elle avait un artefact qui lui permettait de voir l’avenir, donc c’est probable. »

Docteur Regina Babylon, utilisatrice de tous les éléments et docteur en ingénierie responsable du développement des Frame Gears. Bien que sa personnalité causait quelques problèmes, elle était sans aucun doute un génie.

« Ça me donne envie de mettre la main sur les plans des nouveaux modèles dans l’entrepôt. »

« Je suis tout à fait d’accord. Nous ne pouvons qu’espérer que l’entrepôt et son terminal soient en état de marche. »

Le gynoïde terminal de l’entrepôt était l’une des plus négligentes, sinon la plus négligente d’entre nous toutes, les Babylon Numbers, et il s’agissait de savoir si elle pouvait garder l’entrepôt à flot pendant 5000 ans.

« Oh, je suis sûr qu’elle va bien. Cette fille a vraiment de la chance quand ça compte. »

« J’aimerais l’espérer. »

D’après ce que j’avais entendu du Maître, plusieurs artefacts étaient déjà tombés de l’entrepôt, et je ne pouvais qu’espérer que l’entrepôt lui-même ne soit pas sur le sol. Ce serait génial s’il trouvait bientôt l’entrepôt, la bibliothèque et le laboratoire de recherche. J’aimerais savoir comment vont les filles là-bas.

« Bref, le maître nous apporte des friandises cet après-midi. Finissons-en d’ici là ! »

« Ouais ! Allons-y ! »

Notre nouveau maître était très gentil et attentionné. Bien sûr, il nous avait fait travailler dur, mais il s’était rattrapé en nous donnant des gâteries et en étant généralement très prévenant.

Je l’aime beaucoup, oui, je l’aime beaucoup. C’est pourquoi je vais travailler aussi dur que possible !

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires

  1. Merci pour le petit chapitre.

  2. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire