Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 5 – Chapitre 4 – Partie 9

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 4 : Améliorons le duché

Partie 9

Un certain temps s’était écoulé depuis que j’avais envoyé mes éclaireurs ailés, mais aucun d’entre eux ne m’avait rapporté quoi que ce soit d’intéressant. La barrière était sur le point de se déchirer, et il n’y avait rien que je puisse faire...

Même si Dieu gérait les mondes, il menait une vie harassante. Je détestais que certaines personnes aient eu l’audace de lui reprocher d’être inattentif. Si vous aviez une grande collection de livres et qu’un insecte commençait à ronger l’une des pages de l’un d’eux, comment le sauriez-vous jusqu’à ce que vous vérifiez à nouveau ? Ce n’était pas comme s’il pouvait garder un œil sur une page spécifique juste au cas où il y aurait un insecte dedans.

« Ne peux-tu pas utiliser ta magie de recherche pour trouver ce noyau souverain, Touya ? »

Une fois de plus, je soupirai en direction d’Elze.

« Combien de fois dois-je te le répéter ? Je ne peux pas trouver quelque chose que je n’ai pas vu, surtout si je n’ai qu’une vague idée de ce que c’est vraiment. Si je connaissais sa forme, sa taille ou quelque chose comme ça, ça m’aiderait à m’en faire une image mentale, mais il est à l’intérieur d’un humain, donc je n’y arriverai pas. »

Mon sort de recherche n’était certainement pas précis. Il dépendait après tout de critères purement subjectifs. Disons qu’il y avait deux personnes devant moi. L’une d’entre elles était une femme, et l’autre était un homme qui avait utilisé la magie pour se déguiser parfaitement en femme, le sort de recherche le mentionnerait sûrement comme une femme.

Si c’était un gars qui s’était mal déguisé en femme, il le jugerait comme un homme, parce que c’est ce que je le verrais. Cela dit, il arrivait parfois que l’on se trompe et que l’on juge une femme comme étant un homme si elle avait une mâchoire particulièrement forte ou des traits masculins...

En d’autres termes, il ne faisait des recherches que sur la base de mes propres critères. De plus, une barrière magique assez forte pourrait l’annuler. Je pouvais chercher des choses qui étaient « similaires », mais... comment pourrais-je d’abord savoir ce qui était semblable au noyau souverain si je n’avais pas de base de référence ? Si je m’approchais d’un rocher et que j’affirmais : « C’est le noyau souverain », j’obtiendrais probablement des résultats pour cette recherche dans tous les endroits où il y aurait des rochers similaires à celui-ci.

« En tout cas, ce n’est pas comme si je pouvais m’en occuper si facilement. », avais-je murmuré pendant que j’utilisais mon sort de remodelage au milieu des terrains d’entraînement.

Ce n’était pas comme si je pouvais faire quoi que ce soit, donc cela ne servait à rien de me morfondre. Au lieu de cela, je m’étais concentré sur le remodelage du cuir dans mes mains.

« Seigneur, qu’est-ce que c’est ? »

Avant que je ne le remarque, Logan me parlait. Il avait une épée d’entraînement en bois dans une main et s’essuyait le visage avec la serviette qu’il tenait dans l’autre. Il se référait, bien sûr, à ce que je tenais dans ma main.

« C’est un gant, Logan. Je pensais apprendre aux enfants de la ville à jouer au baseball. »

« Un... gant ? »

« Pour pouvoir attraper, je veux dire... bah, ici, je vais juste te faire une démonstration à la place. »

J’avais sorti une balle que j’avais faite plus tôt, je l’avais lancée contre le mur du château, puis je l’avais attrapé dans mon gant quand elle avait rebondi. Je n’avais pas porté de gant de baseball depuis l’école primaire, mais je me sentais toujours... que cela m’allait comme un gant.

« C’est comme ça que l’on joue, vois-tu ? Tu dois attraper la balle. D’habitude, il y a deux équipes de neuf joueurs qui s’affrontent. »

« Hein... »

J’avais fait un autre gant et je l’avais donné à Logan. Nous avions essayé de jouer à un jeu de réception de base. Les premières tentatives étaient toutes ratées, mais il s’y était vite habitué. Je l’avais remarqué à quelques reprises, mais les gens de ce monde apprenaient très rapidement.

Les autres soldats avaient commencé à nous regarder avec des yeux envieux alors qu’ils terminaient leur entraînement. Sentant cela, j’avais fait copier la balle et le gant dans l’atelier et les copies avaient été distribuées à tout le monde. Le vice-commandant Nikola avait souri ironiquement, mais leur entraînement étant fini pour la journée, ils n’avaient rien pu faire. Pour une raison ou une autre, je me sentais quand même un peu désolé.

J’avais commencé à compter le nombre de personnes qu’il y avait. Il y avait suffisamment de personnes pour faire une partie de baseball, alors j’avais décidé de leur demander s’ils voulaient jouer. J’espérais même qu’ils finiraient par trouver ça amusant.

J’avais emmené tous ceux qui avaient du temps libre avec moi, et j’avais créé un terrain de baseball à l’ouest du château. J’avais construit les bases, une boîte de frappeur et un monticule du lanceur.

J’avais fabriqué de nouvelles battes, des mitaines et des protections pour tout le monde, puis j’avais enseigné à tout le monde les règles de base du baseball. Je ne connaissais pas vraiment les règles à fond, alors je m’étais fait un point d’honneur à consulter les derniers détails sur mon smartphone plus tard.

Pour l’instant, j’avais décidé d’improviser et de prendre le poste d’arbitre. Le match avait finalement commencé, et je les avais vus s’y mettre.

Pour être franc, ça s’était très mal passé la plupart du temps. Il y a eu une tonne d’éliminations et de balles mortes. Personne n’avait couru correctement, et personne n’avait pu se rendre jusqu’aux bases. Mais, peu à peu, ils avaient commencé à s’améliorer. Ils avaient commencé à frapper la balle correctement avec la batte. Ils avaient finalement fait preuve de la finesse à laquelle je m’attendais de la part d’épéistes expérimentés. Au fur et à mesure que l’attaque se développait, les joueurs défensifs commençaient à briller eux aussi.

Ils n’arrêtaient pas de foirer au début, bien sûr. Il y avait beaucoup de tâtonnements et de chutes. Mais, à travers leurs erreurs, ils avaient pu progressivement améliorer leur jeu. J’avais été assez surpris de la façon dont ils avaient fini par s’en sortir, mais je m’étais souvenu que ces hommes étaient tous des soldats ayant une condition physique presque parfaite. Ces gars étaient des athlètes très compétents.

J’avais ouvert un portail et j’avais appelé les enfants de la ville. J’avais décidé que les soldats commençaient à jouer suffisamment bien pour mériter un public approprié. Je les avais briefés sur les règles et j’avais fait des tribunes avec des chaises pour qu’ils puissent s’asseoir dessus.

« Tu l’as touché, vas-y !! »

« Cours ! »

« Allez l’équipe, faites de votre mieux ! »

Les enfants s’étaient mis dans l’esprit du jeu et avaient commencé à crier et à encourager. Les chevaliers avaient commencé à encourager leurs équipes respectives avec une vigueur retrouvée.

« Qu’est-ce que tu fais, imbécile !? Jette-toi sur la première base ! »

« Regarde la balle, lève la main ! »

« Change de place, change de place avec moi !! »

Les chevaliers, pour la plupart, se moquaient en fait de l’équipe adverse. J’aurais aimé qu’ils soient un peu plus innocents, comme les enfants.

Je n’avais pas vraiment approfondi les règles, alors les gens avaient commencé à faire des bévues ici et là dont je n’étais pas tout à fait certain. Je devrais en apprendre plus à ce sujet plus tard.

« Tant qu’ils s’amusent... »

Comme tout le monde était absorbé par l’action, j’avais commencé l’achèvement du stade. J’avais terminé une clôture près du champ extérieur, un tableau d’affichage et un filet pour attraper les balles perdues. Quand tout avait été achevé, j’en étais très fier.

Il commençait à faire nuit, alors il était temps d’en finir. J’avais laissé l’équipement de baseball à l’ordre des chevaliers et je leur avais dit qu’ils étaient libres de jouer dans le stade quand ils avaient du temps libre. J’avais fabriqué pour les enfants un équipement plus petit pour qu’ils puissent s’amuser lors de leurs visites. Je n’avais pas fait d’installation spéciale pour eux, ou quoi que ce soit d’autre. Il y avait plus qu’assez de terrain pour qu’ils puissent jouer au baseball en amateur.

Le lendemain, les chevaliers qui n’étaient pas de service avaient commencé à se rendre fréquemment au stade pour jouer. À ce que l’on voyait, ils avaient déjà formé plusieurs équipes. Ils avaient même mis sur pied des petites ligues. Leurs équipes portaient des noms de monstres, comme « Les Griffons » et « Les Salamandres », ce qui m’avait fait penser que les gens de ce monde n’étaient pas vraiment très différents des miens.

Chaque fois qu’il y avait un problème avec les règles, les gens venaient me consulter à ce sujet. Mais chaque fois qu’ils faisaient ça, je devais chercher sur internet. J’avais décidé d’éliminer les intermédiaires, je me mis donc à rédiger un règlement, mais il y avait eu quelques problèmes.

Je pourrais utiliser l’un de mes sorts pour transcrire le texte sur papier, mais il me restait aussi à régler la question de la conversion du japonais dans la langue de ce monde. Sans parler du fait que j’aurais besoin de tout passer au crible pour supprimer des mots confus comme « America » ou « Major League », je ne voulais pas que les gens soient vraiment embrouillés.

Finalement, lorsque les habitants de la ville avaient commencé à s’intéresser au baseball, ils avaient tous commencé à venir voir les matchs se dérouler. Après un certain temps, certains d’entre eux souhaitèrent se joindre également à nous. Et, sentant l’opportunité de faire un joli profit, le marchand Mismedien, Olba, avait négocié avec moi pour les droits de vente du baseball et des accessoires de baseball.

J’avais accepté l’accord, car je ne voyais pas vraiment de raison de refuser. Il les produirait ailleurs, et un pourcentage des profits serait réinvesti dans mon royaume. C’était un accord très semblable à celui que nous avions conclu au sujet des toupies. À l’époque, je n’étais pas sûr que les toupies seraient populaires, mais elles s’étaient très bien vendues auprès des enfants de plusieurs pays, alors il était donc possible que je sois sur le point de commencer un engouement autour du baseball.

Lors de la réunion mensuelle de l’alliance avec les autres dirigeants nationaux occidentaux, les acclamations du stade attirèrent l’attention des empereurs et des rois. Dès que je leur avais montré la source de l’excitation, ils étaient tombés amoureux du baseball.

J’avais offert à chaque leader national un ensemble d’équipement de baseball, bien qu’il soit plus juste de dire que certains m’avaient carrément harcelé pour les avoir. Chaque pays avait créé une équipe nationale de baseball. Et, comme par magie, le jeu était devenu très populaire. Le baseball en tant que sport était devenu une activité occasionnelle dans presque tous les pays développés. Qui aurait pu le prévoir ?

Quand les gens avaient du temps libre, ils se réunissaient avec leurs amis et formaient des équipes, puis ils jouaient contre d’autres équipes. Les membres de leur famille et d’autres amis les regardaient jouer. On dirait aussi que les pom-pom girls commençaient à s’imposer naturellement... Pour être vraiment honnête, le temps où des ligues professionnelles allaient apparaître n’était pas très loin.

Je ne m’attendais pas à ce que cela se propage à ce point, mais Olba m’avait dit que c’était son intention et qu’il avait anticipé cela depuis le début.

« Je n’aurais jamais pensé que ce serait un tel succès... »

« Votre Altesse, c’est quelque chose que vous avez lancé, donc il était naturellement que ce soit un home run. Si vous voulez bien me pardonner la blague. »

Olba me répondit avec un petit rire. Il avait raison. J’avais complètement oublié à quel point ce monde était dépourvu de divertissement. Il n’y avait pas vraiment beaucoup de variété dans la vie en général, encore moins dans le sport. Honnêtement, si vous voulez mon avis, la vie était un peu triste. Je me demandais si je serais capable de vendre quelque chose si je le commercialisais comme un « jeu divertissant ».

« Si vous avez d’autres idées brillantes... n’hésitez pas à demander l’aide de mon entreprise pour la vente et la distribution... »

« Mm, eh bien, j’ai beaucoup d’idées en ce moment. Mais je ne suis pas sûr qu’ils vont tous se vendre... »

« Ohohoho... C’est très intéressant... »

J’avais vu à l’instant une lueur sournoise dans les yeux d’Olba. C’était probablement son sens du commerce. J’avais décidé d’utiliser cet œil vif.

« Mise, à part ça... Je vais avoir besoin de métaux. Cuivre, fer, argent, mithril, orichalque et hihi'irokane... Peux-tu utiliser tes relations commerciales pour les obtenir à des prix décents ? »

« Des métaux, hein ? Eh bien, je pense que j’ai une relation particulière qui peut me les obtenir à bon marché, oui. De combien as-tu besoin ? »

« J’en ai besoin indéfiniment, du moins pour l’instant. À partir de maintenant, utilise ma part des profits des inventions que je te donne pour acheter ces matériaux pour moi. »

J’avais décidé de me préparer bien à l’avance pour fabriquer des Frame Gear, de cette façon, même si on avait besoin d’une tonne de matériaux, cela ne devrait pas être un problème. J’avais décidé de commencer à faire des réserves. Je n’étais pas sûr que je serais capable d’obtenir assez de matériaux pour fabriquer un Frame Gear si je me concentrais uniquement sur la collecte de matériaux.

« Il semblerait que la raison pour laquelle vous me le demandez doit être très importante, alors... Je vais commencer à chercher les documents pertinents. Ça m’intrigue. »

« Merci de ta compréhension. Alors, passons à la marchandise. On les appelle le yo-yo, le hula-hoop, la marelle et le bilboquet. »

« Je n’ai jamais entendu parler de ça avant. Pouvez-vous m’en dire plus ? »

J’avais fait un yo-yo et j’avais essayé de l’utiliser pour montrer à Olba comment cela fonctionnait. Les yo-yo en plastique étaient les meilleurs, mais j’avais dû en faire un en bois. J’avais aussi fini par fabriquer les autres jouets, et je les lui avais tous montrés un par un.

Cela m’avait permis d’obtenir les fonds nécessaires à l’acquisition de matériaux pour l’équipement des Frame Gear. Cependant, je me sentais un peu mal à l’aise d’utiliser le produit des ventes d’autres personnes pour alimenter mon projet. J’avais décidé de tuer un Golem en Mithril plus tard afin de me sentir mieux, ce ne serait probablement pas un défi comparé à la première fois que j’en avais affronté un...

En tout cas, les choses commençaient à s’améliorer.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

5 commentaires :

  1. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire