Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 5 – Chapitre 4 – Partie 3

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 4 : Améliorons le duché

Partie 3

« ... Et c’est pourquoi je pense que nous devons établir notre ordre de chevalier. »

Tout le monde était assis autour de la table de conférence, mais seul Kousaka s’était levé après que j’avais présenté mon cas.

« Compte tenu de nos intérêts nationaux actuels, je crois que j’ai un plan raisonnable. Pour nos chevaliers, nous commencerons avec trente ex-troupes de Takeda. Ils étaient à l’origine nos subalternes, alors nous les avons déjà examinés en profondeur. On prendra quinze hommes de chez Baba, et quinze hommes de chez Yamagata. De plus, nous intégrerons dix anciens ninjas Takeda, commandés par Tsubaki, pour créer notre agence de renseignement. De plus, nous devrions prendre soixante nouvelles recrues, ce qui nous donnerait au total une centaine de recrues. Qu’en pensez-vous ? »

Soixante nouvelles recrues me semblaient bien. La ville n’était pas particulièrement grande, alors ça semblait un bon début.

À part moi, la salle de conférence était occupée par Baba, Yamagata, Naito et notre chef ninja Tsubaki. Lain, Nikola et Norn étaient également présents. Kousaka, Naito et Tsubaki n’étaient pas vraiment des chevaliers, mais il était logique de les inclure dans les affaires militaires.

« Quelles sont les qualités que l’on attend d’une recrue ? »

Le vieil homme Baba avait posé une question à laquelle j’avais répondu immédiatement.

« Eh bien, voyons voir... Je rejetterai d’emblée toute personne ayant des antécédents criminels. Le sexe n’a pas d’importance. La race n’a pas d’importance. Ni le statut social ni l’âge n’ont non plus d’importance. »

« Est-ce que cela ne fait pas trop gonzesse ? N’aurons-nous pas un essaim de candidats dans ce cas ? »

Yamagata avait raison, mais j’avais décidé qu’en prenant une tonne de candidatures, nous avions de meilleures chances de trouver des gens talentueux.

La mission ici était de séparer le bon grain de l’ivraie et de trouver les diamants à l’état brut.

« Qui va être le commandant, de toute façon ? »

Naito leva la main et posa une question assez innocente. Oh, je n’y avais pas pensé. J’avais jeté un coup d’œil superficiel sur Yamagata et Baba.

« Je suis désolé, mon garçon, mais... Je n’assumerai pas ce rôle. Le rôle de capitaine d’escouade est plus que suffisant pour moi. »

« Moi aussi. Ce n’est pas dans ma nature d’accepter un travail aussi exigeant. »

Ça valait le coup d’essayer. J’avais espéré que l’un d’entre eux accepterait, puisqu’ils avaient servi comme généraux pour Takeda, mais... Je supposais qu’ils en avaient assez de cette vie. Eh bien, il ne me restait plus que...

« Alors je vais devoir choisir l’un de vous trois. »

« Attendez, nous !? »

Les oreilles de lapin de Lain se redressèrent rapidement. Norn et Nikola avaient juste regardé, stupéfaits. Je ne savais pas pourquoi ils étaient si surpris. Le trio loup, lapin et renard étaient pourtant des chevaliers formels de mon royaume.

« Eh bien, il n’y a personne d’autre. »

« Mais on ne peut pas être commandants, c’est impossible ! »

Lain agita soudain ses mains avec effroi. Les deux derrière elle acquiescèrent d’un signe de tête d’un commun accord.

« En cas d’urgence, vous trois, vous m’accompagnez quand même, non ? Je pense juste qu’il est nécessaire d’avoir un commandant en mon absence. En plus, il ne s’agit que de gérer une centaine de personnes. »

« C’est vrai, mais... »

Avoir un commandant était nécessaire. Même s’il n’y avait pas beaucoup de membres, j’avais besoin de maintenir une hiérarchie. Mais la question était de savoir lequel d’entre eux choisir. Ils étaient tous talentueux, mais tous avaient aussi leurs défauts.

Nikola était stoïque et sérieux, mais généralement inflexible. Norn était une personne sociable, mais très téméraire. Lain était une polyvalente exemplaire, mais elle était dangereusement réservée.

« Pour l’instant, que l’un d’entre vous soit le commandant, et les deux autres seront les vice-commandants. D’accord ? »

Nikola leva immédiatement la main.

« Dans ce cas, Lain devrait être la commandante. »

« Oui, je suis d’accord ! Ce poste lui conviendra parfaitement ! »

« Quoi ? Quoi !? »

Lain avait été trahie par ses plus proches camarades ! Elle les avait regardés fixement. Mais elle avait été surpassée à deux contre un, alors j’étais tout à fait d’accord pour aller de l’avant.

« S’il vous plaît, vous deux... ! Nikola n’est-il pas plus adapté au rôle que moi ? »

« Non, tu es bien meilleure pour ça. Norn est négligente, elle risque de devenir une commandante négligente. Elle aime aussi se détendre. Moi, je suis quelqu’un de strict, donc je ne pense pas que je traiterais les gens de façon particulièrement juste. La rigidité n’est pas une caractéristique que l’on recherche à la tête d’une organisation. On dit qu’il faut savoir manier la carotte et le bâton pour faire avancer les choses, mais je ne suis qu’un bâton. Je dirais que tu es la carotte qu’il nous faut, Lain. »

Hm, laissez-moi regarder objectivement... Cette affaire m’avait rappelé l’Hijikata Toshizo, vice-commandant du Shinsengumi. Il était connu sous le nom de Vice-Commandant Démoniaque à cause de son attitude. Alors que Kondo Isami assumait le rôle de commandant du Shinsengumi, Toshizo restait sur le bord de la route et appliquait sévèrement les règles. Un type comme ça était vraiment le meilleur sur la ligne de touche, grognant et fixant.

« Très bien, dans ce cas, Lain est le nouveau commandant. »

« Ça nous convient parfaitement ! »

« Quoi ? Quoi !? Attendez un instant, s’il vous plaît ! »

Tous les trois s’étaient considérablement renforcés au cours des derniers mois. Yamagata et Baba les avaient vraiment mis à l’épreuve, et les résultats étaient là. Ils s’étaient même entraînés souvent avec des vétérans de Régulus et de Belfast. Ils avaient tous de vaillantes personnalités, et ils étaient naturellement doués dans les arts martiaux simplement parce qu’ils étaient des hommes-bêtes.

Cela mis à part, mettre Lain au sommet de mon ordre de chevalier était aussi un geste social pratique. C’était une femme-bête, j’avais pu faire une pierre deux coups. Avec Lain comme commandant, tout le monde saurait en un coup d’œil que Brunhild était un pays progressiste qui ne faisait pas de discrimination fondée sur le sexe ou la race.

« S’il te plaît, ne t’inquiète pas tant. Même s’il s’agit d’un titre de commandant, il n’est pour l’instant comparable qu’à celui de chef d’un petit peloton. Ne t’énerve pas, tout ira bien. Tes deux vice-commandants te soutiendront aussi pleinement. »

« Oui monsieur. »

« Entendu ! »

Nikola était stoïque et sérieux, tandis que Norn donnait une réponse pétillante. Lain s’était assise simplement sur sa chaise, nous fixant d’un air vide et babillant doucement. Ses oreilles de lapin s’étaient affaissées en signe de résignation.

C’était un peu gênant, mais j’étais sûr qu’elle ferait de son mieux. J’avais également décidé de la soutenir par tous les moyens possible.

Il ne restait plus qu’à créer des brochures et des dépliants, puis à les distribuer. J’étais sûr que les mettre dans des endroits comme la guilde de Regulus et de Belfast serait plus que suffisant.

Nous avions tous décidé d’organiser l’entretien au bout d’un mois.

Et puis, un mois plus tard...

« Hein ? »

« Permettez-moi de me répéter. Plus d’un millier de candidats sont ici pour pourvoir les soixante postes disponibles. C’est à la fois inattendu et sans précédent. »

Kousaka avait répété, mais je n’arrivais toujours pas à comprendre ce qu’il disait. Comment avions-nous attiré autant de monde ? Bien sûr, on avait placé des tracts partout, mais plus d’un millier, vraiment ? Il y avait plus de candidats que de citoyens !

« Comment est-ce arrivé ? »

« Votre Majesté... vous êtes le seul aventurier classé rang Argent à Belfast. Vous avez écrasé un coup d’État militaire à Régulus. Vous avez tué un dragon dans Mismede ! Ces gens ont été naturellement attirés ici en raison de vos grands accomplissements. Le bouche-à-oreille est puissant. Mais bien sûr, il y a aussi des espions d’autres pays parmi les candidats. »

C’était assez logique. Il valait quand même mieux avoir une tonne de candidats que pas de candidats.

« Alors, comment comptez-vous les traiter ? Et qu’en est-il des critères que vous recherchez chez un chevalier ? »

« Hrmm, je ne suis pas vraiment sûr de la meilleure ligne de conduite à adopter. Je n’ai toujours pas compris ça. »

Je ne savais pas comment je pourrais interviewer d’autant de gens.

« Eh bien, Votre Majesté... cela dépend du genre d’individu que vous voulez prioriser dans les rangs de Brunhild. Franchement, si vous pensez que la force est tout ce qui compte, pourquoi ne pas les laisser se bagarrer jusqu’à ce qu’il n’en reste que soixante ? Hohoh... »

C’est facile à dire pour toi. S’ils sont voyous ou grossiers, je ne veux pas qu’ils travaillent ici. Je suppose que l’idéal que je recherche chez un chevalier est quelqu’un qui regarde les citoyens et les considère comme sa priorité. Des gens ayant un bon cœur avec des attitudes dévouées. Je suis sûr que beaucoup de gens sont venus avec des attentes différentes, mais je n’allais pas les changer.

Pourtant, interroger chaque candidat les uns après les autres va être pénible. Que devrais-je faire...

◇ ◇ ◇

« Les candidats à l’ordre de chevalier Brunhild sont priés de venir ici. Alignez-vous en rang. »

Le bureau était aux portes du château. J’avais demandé aux candidats de venir un par un pour écrire leur nom complet, leur sexe, leur âge, leur lieu de naissance, leur race et leurs déclarations personnelles sur un document. Après ça, Lapis leur donna un badge numéroté. Puis, ce même numéro avait été estampillé sur le dos de leur main. L’entrevue proprement dite était prévue dans les deux jours à venir.

Les insignes devaient être portés sur la poitrine ou dans n’importe quel endroit où ils étaient facilement visibles. Leur port était obligatoire.

Les insignes constituaient secrètement la première partie de l’examen. J’avais demandé à tous les citoyens de la ville de noter le numéro d’insigne de toute personne qui leur donnait du fil à retordre ou leur faisait une mauvaise impression. Je leur avais demandé d’indiquer la raison de cette préoccupation et la nature du harcèlement.

Un candidat intelligent comprendrait probablement la signification de l’insigne dès le départ.

Ce n’était pas un test pour trouver ceux qui avaient les bonnes qualités, mais plutôt un test pour déceler ceux qui avaient les mauvaises qualités. Ceux qui avaient été inconsidérés, ceux qui n’avaient pas réfléchi à la signification de l’insigne ou aux personnes qu’ils allaient protéger ? Je ne voulais pas que ces gens s’approchent de mon pays.

J’avais utilisé [Mirage] sur les subordonnés de Tsubaki pour les faire passer pour des races démoniaques et des races bestiales. Puis je les avais fait errer dans la ville. Je voulais voir si quelqu’un ferait de la discrimination active contre eux, parce que c’était le genre de personnes que je voulais virer.

Environ un tiers des candidats étaient des demi-humains, donc naturellement, si je les engageais, je voulais qu’ils travaillent aux côtés de personnes qui ne les discrimineraient pas ou ne les mépriseraient pas. Ce serait chiant si j’avais des gens qui me disaient : « Waouh, tu es plutôt bon pour une bête de somme ». Même amicale, cette discrimination était raciste.

J’avais convoqué cent chats et je les avais envoyés en ville. Leur mission était de me rendre compte de la situation.

« Miaou... il y a un type qui embête un marchand ! C’est l’insigne numéro six cent quatre-vingt-cinq. »

« Miaou, il y a un groupe d’ivrognes qui se disputent dans un restaurant. Le barman essaie de garder la situation sous contrôle, miaou ! Ce sont les badges numéro 82 à 85 ! »

« Miaou, un grossier personnage m’a jeté une pierre... C’est l’insigne numéro deux cent cinquante-huit ! »

J’avais été surpris que tant de rapports arrivent si vite. C’était assez difficile pour moi de prendre note de tout cela tout seul. J’avais décidé de demander de l’aide à Kohaku.

Kohaku était le monarque qui gouvernait les bêtes terrestres, de sorte que le tigre ne devrait avoir aucun problème à recevoir des messages télépathiques des chats. Renne et Laim étaient venus m’aider à tout enregistrer.

Plus d’un millier de candidats s’étaient présentés, de sorte que l’auberge de Micah était au-delà de ses limites. En fin de compte, la plupart des demandeurs avaient dû camper dans les plaines en dehors de la ville. Heureusement, il n’y avait pas d’animaux sauvages dangereux dans la région.

Cependant, une grande variété de personnes s’était présentée. Je m’étais déguisé avec [Mirage] et j’étais allé visiter la ville. Il y avait beaucoup d’aventurières, probablement parce que j’avais mentionné que le sexe n’avait pas d’importance. Beaucoup d’hommes-bêtes et d’hommes-démons s’étaient également présentés, la plupart du temps ils étaient réunis en groupes.

J’avais décidé de rejeter les humains racistes contre les hommes-bêtes et les hommes-démons, mais j’avais aussi décidé de rejeter les hommes-bêtes et les hommes-démons qui étaient racistes envers les humains. C’était vrai, ils avaient peut-être tous eu des circonstances personnelles qui les avaient amenés à se sentir ainsi, mais je ne voulais pas que des personnes racistes soient dans mon territoire, qu’il soit juste ou non.

Une fois cette première vague terminée, les pires d’entre eux seraient probablement isolés et éliminés. Mais l’écrémage devait quand même avoir lieu.

Mon idée d’utiliser [Paralysie] sur tous les candidats et de laisser ceux qui ont une grande résistance magique passer au tour suivant avait été rejetée. Je suppose que ça n’avait pas grand-chose à voir avec la chevalerie. Et cela ne me permettra pas non plus de savoir si la personne était bonne ou mauvaise.

J’avais décidé de me fier aux Yeux Mystiques de Yumina pour ce petit détail, mais j’avais décidé de ne l’inclure qu’après avoir considérablement réduit le nombre de candidats.

Les choses allèrent vraiment devenir plus corsées.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

5 commentaires

  1. Harg, le politiquement correct touche aussi les autres mondes 😇 Sinon, ordre de chevalerie ou lieu d'ordre de chevalier me semble plus correct.

  2. Merci pour le chapitre.

  3. Merci pour le chapitre.
    C'est une situation à la hunter x hunter!

Laisser un commentaire