Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 5 – Chapitre 4 – Partie 1

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 4 : Améliorons le duché

Partie 1

« Je veux planer dans le ciel ! »

« C’est un peu, euh... »

Leen et moi étions assis sur le balcon. Alors qu’elle sirotait son thé noir, elle avait plissé les sourcils en entendant ma demande.

Je pensais à ce qui s’était passé à Ramissh quelques jours auparavant, et aussi à ce qui s’était passé pendant le coup d’État avant cela. Ces deux événements avaient impliqué des ennemis volants, et ça ferait toute la différence si je pouvais voler librement tout comme eux.

Bien sûr, je pouvais convoquer un griffon et le monter, mais voler soi-même était bien plus cool que de se battre sur le dos d’une bête mythique. C’était pourquoi j’avais décidé de demander à Leen si elle en savait quelque chose.

« Je veux dire... tu peux te propulser dans le ciel en utilisant la magie du vent, mais en tout cas... Tu ne seras pas capable de voler librement. C’est plus un sortilège pour poursuivre les gens, alors tu ne l’utiliseras qu’à contretemps. Moins de vol, plus de propulsion. »

« Hmmph... dans ce cas, n’y a-t-il pas de sort Néant ou autre chose ? »

« C’est possible. Mais ce n’est pas un sort nul que je connais. »

Hrmph... Je supposais que les fées n’auraient pas besoin de magie de vol, donc aucune d’entre elles n’avait pris la peine de mémoriser le sort qui pourrait le faire.

J’avais rapidement envisagé l’affaire sous un autre angle. La magie Néant était de la magie personnelle. Ce n’était pas comme si la plupart des gens pourraient l’utiliser, même si elle était partagée. C’était probablement pour ça que ça ne servirait à rien d’y regarder de plus près.

Alors je n’ai pas le choix. Je vais devoir regarder dans ces vieux livres de magie poussiéreux. J’avais acheté une tonne d’encyclopédies sur la magie Néant dans différentes librairies et je les avais réunies dans la bibliothèque du château. Les livres contenaient des témoignages de la magie Néant du monde entier, et de différentes époques. Mais, comme il s’agissait d’une liste exhaustive, les sorts allaient de l’utile... à l’absolument inutile. Un des sorts vous permettait de faire marcher les fourmis en ligne droite. Je n’arrivais même pas à savoir comment quelqu’un l’avait découvert ni pourquoi.

« Touya, frangin... tu vas vraiment regarder à travers tout ça ? »

Renne était libre, alors je lui avais demandé de m’aider. Mais après avoir regardé un seul livre, elle semblait intimidée. Je supposais qu’elle avait raison...

La pire chose à propos de tous ces livres était qu’ils avaient tous été publiés indépendamment les uns des autres et à des moments différents. Par conséquent, j’avais vu beaucoup de noms de sorts répétés dans chaque livre. [Porte] était apparemment assez connue. C’était listé dans chacun d’eux.

« Oui, je crois que oui. Je vais tous les parcourir. Lain et Cesca nous aideront plus tard. »

Renne s’était assise sur une chaise et commença à regarder dans les livres. Pendant que nous cherchions ostensiblement de la magie qui me permettrait de voler, je lui avais aussi demandé de garder l’œil ouvert pour tout sort qui pourrait sembler utile.

Je pensais que le sort s’appellerait peut-être [Voler], ou [Vol], mais même si j’invoquais ces noms, rien ne se passait. Je n’étais pas tout à fait sûr de la raison pour laquelle c’était le cas, mais il était probable que j’avais besoin de bien comprendre les effets du sort avant de pouvoir le visualiser et l’utiliser.

Je me le demandais de temps en temps, mais mon pouvoir ressemblait plus à une capacité de copie qu’à autre chose. J’avais répliqué la magie qui existait déjà, et je l’avais faite mienne. Je n’avais jamais vraiment créé la mienne. Cependant, je m’étais dit que de penser à ce genre de choses était un peu inutile.

En feuilletant les livres, j’avais trouvé de temps en temps quelques sorts intéressants. Comme [Censure], un sort qui censurait certains mots et rendait impossible leur prononciation. C’était intéressant, mais je ne savais pas à quel point ce serait utile. Par exemple, je pourrais interdire l’utilisation du mot [Boule de feu], ce qui pourrait empêcher mon ennemi de jeter ce sort, mais il semblerait que l’effet était limité à un mot par personne.

« Oi frangin, qu’en est-il de celui-ci ? »

« ... Nope, on n’en a pas besoin. »

Ce que Renne avait découvert était un sort nommé [Mosaïque]. Je n’en étais pas sûr... mais apparemment, c’était une sorte de sort qui gênait le spectre visuel des gens et permettait de brouiller certains objets de leur champ de vision, mais... cela me faisait penser à quelque chose de sexuellement obscène. Cela me déroutait, car les mosaïques étaient censées être une forme d’art basée sur des motifs ! Je ne savais pas pourquoi cela créait ce genre d’effet.

Parmi les autres sorts, citons [Silence], un sortilège qui calme les choses. [Enceinte], qui rendait tous les sons encore plus bruyants... et [Bouclier], qui créait une barrière invisible pour défendre l’utilisateur.

Heureusement, cela n’avait pas été une totale perte de temps, j’avais trouvé quelques sorts utiles. Comme je le pensais [Silence] n’empêchais pas les sorts d’être lancés. Cela rendait les chants inaudibles, mais ils pouvaient toujours être lancés même sous les effets du sortilège.

Quoi qu’il en soit, nous n’avions toujours pas trouvé ce que nous recherchions pour commencer...

« Oho. »

Ma main s’était arrêtée sur une certaine page.

[Lévitation]. C’était un sort qui permettait aux objets de flotter. Mais il semblait faire flotter que les objets à portée de main du lanceur de sorts. Je m’étais dit alors que ce sort avait une portée de deux mètres. Ce qui voulait dire que ce serait un sort utile pour transporter des choses, mais j’avais déjà [Stockage] pour ça de toute façon. Mais comme je ne pouvais pas utiliser [Stockage] sur des créatures vivantes, alors ça pourrait après tout être utile.

« [Lévitation]. »

J’avais décidé de tester le sort sur le livre. Le vieux tome lourd avait commencé à flotter dans les airs. Whoa, ça flotte vraiment ! J’avais essayé de le déplacer dans les airs. Oui, il peut bouger, mais... comme je m’y attendais, il ne pouvait pas aller plus loin que ma propre portée.

J’avais continué l’expérience. J’avais lancé [Lévitation] sur Renne, mais il semblerait qu’elle ne puisse pas se déplacer librement dans les airs. Elle bougeait comme si elle nageait, mais elle ne bougeait qu’un tout petit peu. Je me demandais si le fait de la propulser avec un ventilateur ou quelque chose comme ça marcherait... Renne avait l’air de s’amuser, mais ce n’était pas vraiment quelque chose qu’on pouvait appeler voler. Elle ne pouvait pas se déplacer à plus de deux mètres, et elle nageait à la vitesse d’un escargot. Mais en la voyant je m’étais demandé si je pouvais l’appliquer dans un tapis afin de le transformer en un tapis volant similaire aux contes des Mille et une Nuits.

« Je suppose que je devrais mémoriser celui-là pour l’instant. »

Ce sort semblait avoir du potentiel, il me fallait juste apprendre à l’appliquer correctement.

Alors que l’après-midi venait de démarrer, Cesca et Lain étaient venus nous aider. Maintenant qu’on était quatre, notre vitesse avait été considérablement augmentée. Après seulement deux heures, Cesca l’avait finalement trouvé.

« [Vol]. Méthode pour se propulser dans les airs grâce à la magie. En effet, ce doit être ça. Il semblerait que le sort consomme une quantité considérable de pouvoir magique, mais je doute que ce soit un problème. »

Selon le livre, la personne qui avait à l’origine utilisé ce sort pouvait voler librement pendant un maximum de trois minutes. Mais apparemment, quand c’était fini, il s’était écrasé contre le sol. J’étais certain que cela ne sera pas un problème pour moi, j’avais après tout le pouvoir pratique de créer des portails de téléportation. Trois secondes devraient suffire pour regagner assez de magie pour en créer une.

Quoi qu’il en soit, il faudrait que je le teste. C’était la première étape.

J’étais arrivé sur le terrain d’entraînement et j’avais commencé à concentrer mon énergie magique. Renne, Cesca, Lain, Nikola et Elze me regardaient tous. Ces deux derniers avaient fait une pause de leur entraînement pour venir nous voir. Le vieux Yamagata et sa compagnie étaient aussi venus. C’était un peu distrayant. Mais, quelle que soit l’attention, je devais me concentrer.

« [Vol]. »

Mon corps s’était soudainement mis à flotter à environ un mètre au-dessus du sol. C’était génial. Mon corps s’était retourné sans que je le veuille réellement, j’avais alors pensé qu’il fonctionnait sur la base de mes pensées les plus fondamentales, comme bouger un membre. J’avais décidé d’essayer de monter un peu plus haut, mais dès que j’y avais pensé, j’étais monté de plusieurs mètres en l’air ! Uwaaaah ! La mise au point laissait vraiment à désirer.

J’avais l’impression de piloter l’un de ces hélicoptères modèles réduits, mais sans contrôleur. Au bout d’un moment, j’étais bien trop en hauteur pour que cela soit confortable. J’avais essayé de voir jusqu’où je pouvais aller, mais j’avais dû m’arrêter quand l’air était devenu si rare et si froid que j’avais commencé à perdre les sensations dans mes membres. J’avais cru que j’allais suffoquer !

Le test suivant consistait à déterminer ma vitesse maximale. Mais encore une fois, j’avais dû arrêter. Le vent sur mon visage était extrême, beaucoup trop extrême ! J’avais dû fermer les yeux et voler à l’aveuglette pendant un moment.

Hrmph... peut-être que ce sera difficile à gérer. Je devrais peut-être utiliser le sort [Barrière] ? J’avais installé une barrière, et ça avait fonctionné comme un pare-brise de fortune. Ouais, ça marche.

Après ça, j’avais décidé d’essayer de faire demi-tour. J’avais commencé à zigzaguer, à m’arrêter soudainement, à piquer du nez, à faire des loopings ! C’était vraiment amusant. Très bien, essayons trois sauts périlleux !

Je m’étais un peu emporté...

« ... Tu as essayé de faire des sauts périlleux et tu es surpris d’avoir la nausée !? »

« Je n’ai pas vraiment d’excuse. »

J’étais complètement épuisé, allongé sous un arbre, la tête sur les genoux d’Elze. Je m’étais calmé un peu, mais l’incident lui-même était encore un peu extrême pour moi.

Je ne savais même pas pourquoi je l’avais fait, je détestais les montagnes russes. Ce genre de truc à grande vitesse n’était pas mon truc. Maintenant que j’y pensais, la balade sur la rivière Great Gau m’avait aussi donné le mal de mer...

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

  2. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire