Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 5 – Chapitre 3

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 3 : Dieu veille toujours

***

Chapitre 3 : Dieu veille toujours

Partie 1

« Ah ! J’ai encore perdu ! »

« C’est à moi, seigneur ! C’est mon tour ! »

Les bruits d’enfants jouant remplissaient la rue.

J’avais ramassé le petit putter en fer que le gamin avait envoyé voler. J’avais pensé faire des jouets pour les enfants.

Je leur avais appris à jouer correctement à ce jeu. Ils l’avaient appris assez vite. Il y avait un green de fortune fait d’un seau avec un chiffon pour protéger les côtés où les enfants se livraient des batailles hautes en couleur.

Inutile de dire que j’étais le meilleur, et en peu de temps, les enfants s’étaient fixé comme objectif de me battre. Pour l’instant, ils n’avaient pas encore réussi. Bwahahaha, ce n’était que des idiots, comment pouvaient-ils sous-estimer le talent de mon grand-père qui m’a transmis les meilleures techniques de put.

« Très bien, c’est tout pour aujourd’hui. Tenez, puisque vous avez été sage, je vais vous donner vos propres putters. Maintenant, rentrez chez vous, compris ? »

« Vraiment !? »

« Ouais ! »

« Je serai votre serviteur quand je serai grand, seigneur ! »

Si je pouvais obtenir des serviteurs pour un seul putter, je pourrais probablement engager une armée de domestiques.

J’avais regardé les enfants courir joyeusement à la maison, et j’avais vu une silhouette familière qui se tenait près de moi, du coin de l’œil.

Un vieil homme souriant avec une corpulence robuste et une barbe blanche épaisse. Il avait une paire d’oreilles de renard qui sortaient de sa tête et une queue touffue poussait de son dos.

« Si ce n’est pas Olba. Depuis combien de temps es-tu là ? »

« Depuis bien trop longtemps, maître Touya. Ou alors devrais-je vous appeler Son Altesse, le Grand-Duc de Brunhild ? »

C’était le marchand de Mismede, Olba. Le père d’Olga et d’Arma, et l’oncle de Nikola, un de mes propres chevaliers.

« Je ne m’attendais pas à trouver quelqu’un de votre stature ici, jouant avec des enfants dans la rue. C’était si inhabituel que je ne pouvais m’empêcher de regarder. Cependant... »

Souriant, Olba avait ramassé l’un des putters laissés dans l’arène de fortune.

« C’est un jouet vraiment inhabituel. Je n’avais jamais eu un jouet comme cela avant. Et sa structure est si simple. Seriez-vous prêt à laisser ma société vendre cette création ? »

« Oui, bien sûr. De toute façon, ce n’est pas vraiment quelque chose que j’ai créé, et ce n’est pas comme si les méthodes de fabrication étaient secrètes. Mais si tu le peux, j’aimerais que ton prix soit assez bas pour que les enfants puissent se permettre de l’acheter. »

« Si je maintenais le prix aussi bas, les gens n’auraient aucune raison d’en acheter plus d’un. Dans ce cas... »

C’était vraiment un marchand aguerri. Il calculait déjà comment maximiser ses gains. S’il maintenait le prix bas, il devrait vendre de grandes quantités pour faire du profit. Donc, à moins qu’il ne soit incité à en produire en grande quantité, il n’y avait aucun intérêt à le vendre.

Pour d’autres jouets, on pourrait s’attendre à ce que les gens reviennent plus tard après avoir cassé l’ancien. Cependant, les putters ne se cassaient vraiment pas facilement. Il n’avait pas tort. Dans ce cas...

« Et si je faisais des variétés différentes... Cela ne résoudrait-il pas notre problème en les rendant amusants à collectionner ? Par exemple, je pourrais les faire en différentes couleurs, mettre des écussons des différentes familles sur certains, peut-être même des images de dragons et de chevaliers sur d’autres. Cela ne donnerait-il pas aux enfants le goût de rassembler toutes les sortes ? »

« C’est parfait ! Même s’ils ne cassent pas, les enfants voudront en acheter plusieurs comme ça. Si on profite de ça... c’est génial ! »

Peut-être que je n’aurais pas dû dire en profiter. C’est ce qui avait fait paraître ça sinistre. Mais il était vrai qu’en en faisant un objet de collection, il pouvait en produire autant qu’il le voulait. Eh bien, les enfants seraient probablement heureux d’en avoir un seul, et les adultes qui avaient un intérêt à collectionner auraient suffisamment d’argent pour en acheter plus.

« Ce pays est vraiment un endroit merveilleux. Il y a tellement d’opportunités pour un commerçant ici. Mieux encore, il semble que la plupart des marchands n’ont pas encore découvert ce fait ! »

Ses yeux brillaient de mille feux devant toutes les possibilités de profit. Il semblait qu’il voulait ouvrir une succursale de sa Strand Company ici. En fait, le but initial de sa visite était d’obtenir mon approbation pour cela.

Comme il opérait à l’échelle internationale, leur permettre d’établir une branche ici faciliterait certainement l’importation et l’exportation de marchandises. Il n’y avait aucune raison de ne pas lui donner la permission.

J’avais décidé d’appeler le vieux Naito et Nikola, pour qu’ils m’aident à trouver un endroit convenable pour son magasin. Nikola était plus un garde du corps qu’un marchand, mais j’étais sûr qu’il aimerait avoir l’occasion de parler à son oncle, alors j’ai aussi décidé de l’amener.

J’avais laissé Olba décider comment il allait vendre les putters. Pour la forme, le pays avait droit à dix pour cent de ses bénéfices.

Je ne m’attendais pas à ce que, des années plus tard, mon putter soit un objet très convoité, et que les nobles de tous les pays étaient prêts à payer des sommes monstrueuses pour en obtenir.

◇ ◇ ◇

« Très bien, je peux utiliser la magie pour préserver sa dureté. Ensuite, au cas où cela se briserait, donnons-lui une fonction de restauration. Maintenant, si je le [Programme] pour absorber la magie environnante... »

Récemment, j’avais été occupé à créer des armes en utilisant les cristaux de Phrase que nous avions rassemblés.

Après tout, c’était un matériau qui pouvait convertir la magie en dureté. Plus elle recevait de magie, plus elle devenait dure. Cela avait également augmenté sa capacité de coupe. C’était le secret derrière la finesse des attaques de la Phrase.

J’avais rempli le cristal d’une quantité significative de magie. Cela m’avait permis de reproduire la dureté, son tranchant et même les capacités régénératrices de la Phrase.

« Et c’est comme ça que j’ai créé cette épée. C’est la première du genre. Je vais l’appeler Touka. »

« Touka... » Yae avait sorti l’épée incolore et translucide de son fourreau. La lame cristalline rappelait la glace. La lumière venant de l’extérieur de l’atelier lui donnait un brillant éclat.

« Pour ton information, je lui ai fait absorber automatiquement la magie de l’environnement, principalement celle présente dans l’air, et je ne pense pas qu’elle en manquera. Cependant, si jamais cela se produit, tu devrais t’en rendre compte par la façon dont elle tranche. Remplis-la de magie et tout redeviendra normal. »

Elle en avait testé le tranchant sur un morceau de fer que j’avais préparé, et la lame l’avait coupée comme du papier, même si elle ne l’avait touché que très légèrement. Ce tranchant était à la limite de l’effrayant.

« Ceci devrait pouvoir couper à travers la phrase. Tu as mes remerciements, Touya-dono. »

Après avoir mis Touka dans son fourreau, qui était aussi fait d’un cristal de Phrase, mais peint pour ne pas être translucide, Yae m’avait regardé et m’avait fait un sourire béat. La création en valait plus que la peine.

Cependant, derrière elle, j’avais vu quatre visages très familiers, elles étaient toutes en train de me faire la moue.

« ... J’ai fait des choses pour vous aussi, alors arrêtez de me regarder comme ça. »

En premier lieu, comme Lu maniait des épées doubles, je lui avais donné deux épées courtes. Elles étaient à peu près identiques à Touka.

Je n’avais pas d’armes pour Yumina et Linze, mais je leur ai donné un set de balles en cristal Phrase. Je les ai réglées pour qu’au moment de l’impact, cela crée une [Explosion] derrière elles, ce qui les coinçait dans la cible.

Bien que l’explosion elle-même n’ait pas eu beaucoup d’impact, elle avait plutôt bien fonctionné comme propulseur. J’avais aussi rendu les balles tranchantes et j’avais utilisé la magie pour augmenter encore plus ce côté tranchant. L’idée était basée sur une arme fictive qui utilisait des explosifs pour lancer un pieu métallique à grande vitesse — le bunker à pieux.

Puis c’était au tour des gantelets d’Elze, qui avaient fait bon usage de la dureté des cristaux.

J’avais passé un certain temps à réfléchir à une meilleure concentration de leur pouvoir et j’avais fini par ajouter des attaches en forme de cône aux poings, à la forme brutale. J’avais mis deux cornes pointues, à gauche et à droite, se concentrant sur un seul point. Il était facile d’imaginer à quel point un coup de ce genre serait destructeur...

Normalement, elles étaient cachées derrière les gantelets, et je les avais fait ressortir quand elle faisait face avec ses poings vers l’avant, une sorte de « mode pulvérisation », pour ainsi dire.

« Juste pour que tu le saches, il est dangereux de l’utiliser en dehors des batailles, alors ne les garde pas dans cet état quand... »

Soudain, j’entendis un crash. Au moment où je le disais, la pierre étalée sur le terrain de l’atelier avait été pulvérisée. Bon sang ! Je savais que tu voudrais les essayer, mais ça allait faire pleurer Rosetta !

« Pas mal. Casser les choses est beaucoup plus facile que d’habitude. »

« C’est parce que je l’ai fait comme ça... Ahh franchement... »

En pensant à l’excuse que je trouverais quand Rosetta verra ce qui s’était passé ici, j’avais entendu le bruit des arbres qui tombaient.

« Un tranchant impressionnant. »

« Incroyable ! Les arbres sont si gros, et pourtant on les coupe comme des radis ! »

Yae et Lu devenaient joyeuses à cause de l’efficacité de leurs lames, j’avais regardé les arbres tombés et j’avais conclu qu’aucune excuse ne pouvait fonctionner maintenant.

Je suppose que je devrais serrer les dents au moment où elle viendra me gronder... Je suis désolé, Rosetta. C’est cependant étrange, comment en est-on arrivé là ? Yumina et Linze, aussi, mettaient les balles dans leur arme à feu, alors je les avais fait arrêter. Je ne pouvais pas laisser les dégâts augmenter. Pourquoi mes femmes veulent-elles tant se battre ? Bon sang de bonsoir.

Après avoir testé les armes, nous étions retournés au château, où nous avions rencontré un Lapis paniqué. S’était-il passé quelque chose ?

« Monsieur... Non... Votre Majesté. Des messagers d’un pays étranger sont arrivés. S’il vous plaît, habillez-vous convenablement et allez à Kousaka. »

Hein ? Des messagers ? C’était une première. Je me demandais de quel pays ils venaient... Mon Duché de Brunhild devenait petit à petit un véritable pays. Naturellement, les relations diplomatiques devraient suivre, mais je n’avais rien fait pour m’y préparer.

Mon pays était entouré à l’est par Regulus et à l’ouest par Belfast. Cela signifiait qu’il n’y avait aucune chance que je sois envahi tant que j’étais en bons termes avec ces deux pays.

Cependant, cela ne voulait pas dire que ce n’était pas une bonne idée de ne pas s’entendre avec d’autres pays. Chaque nation avait ses motivations et ses méthodes, et il y avait toujours la possibilité qu’elle puisse faire quelque chose indirectement.

Pourtant, jusqu’à présent, pas une seule nation n’avait considéré qu’il était utile d’interagir avec mon nouveau pays. Les pays de l’alliance occidentale me connaissaient très bien et j’interagissais souvent avec eux. Cependant, je ne savais pas comment réagir si le messager venait d’un pays que je ne connaissais pas.

« C’est un plaisir que de pouvoir enfin vous rencontrer, Votre Majesté, Grand-Duc de Brunhild. Je suis Nesto Renaud, un messager envoyé ici au nom d’Elias Altra, pape de la théocratie Ramissh. »

« Et je suis Phyllis Rugit. »

« Très bien. »

Je m’étais assis sur le trône dans ma salle du trône. Kousaka, l’ancien membre de l’élite des quatre de Takeda, se tenait à côté de moi et me jetait des regards.

Je sais, je sais. Je dois éviter de dire beaucoup de choses et vous en laisser dire la majeure partie. Après tout, nous ne savions pas ce qu’ils voulaient. Plutôt que de dire quelque chose d’inutile, il valait mieux se taire. « Le silence est d’or », comme on dit. De plus, je n’avais pas une once de « majesté » en moi, il fallait que je sois prévenant pour qu’ils ne me sous-estiment pas.

« Nous vous souhaitons la bienvenue. Maintenant, pourriez-vous nous dire ce que vous avez à faire ici ? »

Kousaka avait parlé aux messagers. La personne devant moi, Nesto, était un homme adulte aux cheveux courts et blonds. Il était vêtu d’une belle robe blanche ornée de broderies dorées. À première vue, il ressemblait à un prêtre. Il semblait avoir plus de 40 ans. Cependant, ses cheveux semblaient un peu bizarres.

***

Partie 2

La personne à côté de lui, Phyllis, était une fille tranquille, d’allure livresque, aux cheveux violets clairs et coupés au carré. Elle avait l’air aussi vieille que moi. Sa robe était aussi blanche. Mais elle n’était pas aussi voyante que celle de Nesto.

Ils ressemblaient à des prêtres de la théocratie Ramissh. Si je me souvenais bien, ils adoraient le dieu de la lumière, « Lars ». S’ils étaient prêtres, ils devaient avoir une grande influence politique.

L’un d’entre eux, Nesto, avait pris la parole.

« Le pape de notre théocratie, Elias Altra, souhaite se lier d’amitié avec le Duché de Brunhild. Nous souhaitons également propager l’Église de Lars sur vos terres en vous la faisant accepter comme religion d’État. Si vous êtes prêt à le faire, la théocratie Ramissh vous reconnaîtra comme un pays frère et vous soutiendra toujours. »

... Hein ? Une religion d’État ? C’est-à-dire, une religion qui était protégée par la loi ?

« Nous vous invitons à recevoir le baptême et à commencer à construire une église sur vos terres. Si vous suivez les enseignements de Lars, le dieu de la lumière, votre nation deviendra sûrement plus prospère que jamais. »

Nesto prononça ces mots avec beaucoup de zèle et d’enthousiasme, mais je sentais exactement le contraire, et cela ne faisait que se renforcer à chaque mot prononcé.

Qu’est-ce qu’il dit, ce type ? Pourquoi devrais-je me faire baptiser par une secte aussi bizarre ?

« Les enseignements de notre Seigneur Lars détruisent le mal et apportent lumière et justice... »

« Non, merci. »

« ... Hein ? »

Mes paroles l’avaient poussé à arrêter son discours enflammé et à se raidir.

« Que voulez-vous dire ? »

« Exactement ce que j’ai dit ! Je n’ai pas besoin d’une religion dans mon pays. »

Le discours avait traîné en longueur, mais c’était essentiellement une invitation à sa foi. Et honnêtement, j’avais trouvé ça très louche. Le dieu de la lumière ? Avait-il vraiment existé ?

« Vous dites donc que vous n’avez pas besoin des enseignements de notre Seigneur ? Vous ne croyez pas en Dieu ? »

« Je préférerais que vous ne disiez pas de telles bêtises. Il n’y a pas un homme au monde qui croit en Dieu plus que moi. Je le remercie tous les jours. »

J’avais prononcé ces mots quand Nesto m’avait regardé fixement.

Mais ce n’était pas ton dieu.

Réagissant à ce que j’avais dit, Phyllis s’était jointe à la conversation. Contrairement à Nesto, cependant, elle ne semblait pas fâchée. Elle avait l’air plus confuse qu’autre chose.

« Alors pourquoi ? Si vous croyez en Dieu, pourquoi refusez-vous de répandre sa parole ? Ça semble contradictoire, si vous voulez mon avis. »

« Ça ne l’est pas. Aussi, vous dites que votre dieu est le “dieu de la lumière”, Lars. S’il y a un “dieu de la lumière”, cela signifie-t-il qu’il y a un dieu des ténèbres ? Y a-t-il d’autres dieux ? »

J’avais répondu à sa question par une autre question. Et c’est Nesto qui y avait répondu, en se gonflant la poitrine.

« Dieu de la mer, Dieu des montagnes, Dieu de la terre, il y a certainement beaucoup de dieux différents. Cependant, celui qui se tient au-dessus d’eux est le dieu de la lumière, Lars, le plus glorieux de tous. C’est le dieu de la justice absolu, et même le dieu des ténèbres ne peut lui tenir tête. »

« Mais ça n’en a pas l’air. »

« Quoi !? »

Nesto passa devant moi en me regardant fixement. Sa voix s’était déchirée lorsqu’il s’était levé, la colère était palpable dans son expression et son comportement.

C’est ce à quoi je m’attendais.

« Êtes-vous en train de dire que notre Seigneur est impuissant !? »

« Vous l’avez traité de “dieu de la justice absolu”, n’est-ce pas ? Alors pourquoi y a-t-il encore des criminels et des bandits ? »

« C’est... C’est pour ça qu’on est là ! Nous punissons le mal à sa place ! C’est notre devoir ! Nous sommes ses membres et... ! »

« C’est juste votre puissance, n’est-ce pas ? Il n’y a rien de divin là-dedans. Ne confondez pas ça. »

Les épaules de Nesto tremblaient à ce moment-là. En avais-je trop dit ? Mais avais-je tort ?

« Alors qu’est-ce que votre Dieu nous a donné !? »

« Rien. Il est plutôt occupé. Il nous laisse prendre soin de nous. Il n’intervient que s’il y a quelque chose d’important. Aussi, ce n’est pas comme si je rejetais complètement vos enseignements. Si vous croyez en votre dieu, cela ne me dérange pas. »

Chacun avait son propre dieu dans son cœur. Laissez les gens croire en ce qu’ils veulent. C’était très bien comme ça. Cependant, je n’aimais pas que les gens puissent utiliser leurs croyances dans les relations internationales.

Nesto me regarda avec une haine pure dans les yeux.

« ... Il semblerait que vous ayez été ensorcelé par un Dieu maléfique. Il semblerait que nous devrions vous purifier. »

« Ah ? »

Qu’est-ce qu’il vient de dire ?

« Kohaku. Maintiens-le par terre. »

« Tes désirs sont des ordres. »

« Augh !? »

Kohaku avait attaqué Nesto par-derrière, il l’avait poussé par terre et l’avait maintenu là avec ses pattes avant. Naturellement, Kohaku était en mode Byakko.

Je m’étais approché de Nesto, je m’étais accroupi et je l’avais regardé dans les yeux, plein de peur de Kohaku.

« Je me fiche de ce en quoi vous croyez. Vous pouvez prier la divinité que vous voulez, qu’elle existe ou non. Cependant, je ne vous permettrai pas de traiter mon Dieu comme étant une entité diabolique. Vous ne savez rien de lui, alors je ne veux pas que vous disiez ce genre de choses. »

Je regardais Nesto, puis j’avais ouvert une [Porte] sur le sol et je l’avais téléporté... Directement au bord de la rivière à l’extérieur du château.

Quand il avait disparu, il avait laissé là ses cheveux blonds.

Je savais que c’était une perruque.

J’avais regardé sur le côté et j’avais vu Phyllis, qui ne pouvait pas dire un seul mot, elle était sous le choc.

Oh. Merde. J’en avais trop fait.

C’était un messager d’un autre pays. J’avais de meilleures méthodes pour le renvoyer. L’entendre dire du mal de Dieu m’était monté à la tête. Je voulais savoir une chose. Comment ce gentil vieil homme pouvait-il être une entité démoniaque ? Pourtant, j’étais allé trop loin... Je m’étais retourné et j’avais vu Kousaka, la main sur le front, expirer un long soupir. Merde, j’avais vraiment merdé. Et il m’avait dit de ne pas trop parler, bon sang.

« Umm... Le prêtre Nesto est... ? »

« Eh bien... Je l’ai téléporté devant le château. Ne vous inquiétez pas, il n’est pas blessé. »

Par contre, j’étais certain qu’il devait avoir des sueurs froides. Il pourrait même attraper un rhume. Mais ce n’était pas comme si je m’en souciais.

« Mes excuses. Pardonnez son impolitesse. Pour votre gouverne, sachez que cette audience avec Votre Majesté était basée principalement sur une initiative de Nesto, et que le pape n’était pas très enthousiaste à ce sujet. »

Phyllis inclina la tête.

Vraiment ?

« Après tout, voir ce pays adopter l’Église de Lars comme religion d’État serait une grande réussite. Je crois que c’était le plan de Nesto. »

Donc il voulait juste avancer dans sa carrière, hein ? Plutôt vulgaire pour un prêtre.

« De toute façon, je n’ai pas l’intention d’avoir une religion d’État. Dites ça à votre pape. »

« Oui, certainement. Au fait, euh... à propos de ce que vous avez dit... Avez-vous peut-être rencontré Dieu personnellement, Votre Altesse ? »

Oh ? Avais-je dit quelque chose qui m’avait trahi ? Franchement, comment devrais-je répondre à ça ?

« Je suis désolée. Ça doit paraître bizarre... J’ai juste... douté, est-ce que Dieu existe réellement ou pas... »

Phyllis chuchota cela et baissa la tête.

Est-ce que tu as le droit de dire cela ? Tu es une prêtresse, n’est-ce pas ?

« J’ai toujours eu cette question en tête. Les gens punissent le mal au nom de la justice. Bien qu’une partie de moi voit cela comme une chose merveilleuse, je ne peux m’empêcher de me demander s’il est juste de qualifier quelqu’un de mal simplement parce qu’il est démoniaque ou né dans les ténèbres. Aussi, ne peut-on pas pardonner à quelqu’un qui n’a fait qu’une seule erreur ? De telles questions se sont succédées et... »

Je pouvais un peu la comprendre, mais était-ce vraiment correct pour elle de continuer à être prêtresse tout en doutant autant de son Dieu ? Soudainement, le smartphone dans ma poche s’était mis à vibrer.

Hein ? Pourquoi fallait-il que ce soit maintenant ? Puisqu’il n’y avait qu’une seule personne qui pouvait m’appeler, je savais exactement qui c’était.

Je l’avais sorti et j’avais répondu à l’appel.

« Allô ? »

« Hé, ça fait un moment. Je suppose que tu sais qui c’est. »

Oui, bien sûr que je le sais. Tu devrais quand même dire qui tu es lorsque tu appelles. Ce timing, cependant...

« Tu regardais ? »

« En effet, je regardais par hasard. Je dois te dire que c’était très satisfaisant de te voir craquer comme ça. Merci de t’énerver pour moi. »

Zut, il m’avait vu, c’était vraiment embarrassant. Tandis que je me tortillais à propos de ce que j’avais dit, Phyllis m’avait crié dessus. Elle était toute tremblante.

« Euh... à qui parlez-vous ? »

« À Dieu. »

« Eh !? »

Comme Phyllis était surprise, j’avais remarqué que Kohaku, debout à côté de moi, était dans un état bizarre. Le tigre ne bougeait pas un muscle.

Attends, quoi ? Même Kousaka était complètement raide. C’était quoi ce bordel !?

« Oh, j’ai juste arrêté le temps pendant un moment. Les choses pourraient devenir ennuyeuses si quelqu’un d’autre me voyait. »

« Tu as arrêté le temps !? Attends, tu viens de dire “si quelqu’un d’autre me voyait” !? Tu veux dire que... ? »

« J’ai pensé que je devais répondre aux questions de cette jeune femme. J’arrive tout de suite. Elle ne te croira pas autrement. Très bien, alors... »

« Hé... ! »

Sérieusement ? En fait, il avait raccroché. J’avais éloigné le smartphone de mon oreille et j’avais regardé Phyllis.

« Il va venir par ici... »

« Il... ? De qui parlez-vous ? »

« Eh bien... de Dieu. »

Comme Phyllis et moi étions tous les deux dans un état d’étonnement, Dieu était descendu devant nous, entouré d’une lumière aveuglante. Son aura divine (évidemment, vu qu’il était Dieu) nous avait engloutis. Un seul regard suffisait pour voir à quel point il était céleste. Il descendit lentement et se tint sur le même sol que nous, les mortels, sur lequel nous marchions.

« Yoo-hoo, c’est moi, votre homme divin. »

« Sois plus sérieux, bon sang ! »

Tu as évidemment des choses plus majestueuses à dire ! Et arrête de sourire comme ça, la situation est déjà assez ridicule !

***

Partie 3

Phyllis se tenait devant le joyeux vieillard, tremblant de manière incontrôlée. Après quelques secondes, elle sembla perdre sa capacité à se tenir debout. Elle s’effondra sur le sol en tremblant.

« Hm ? Est-ce que tu vas bien, très chère ? »

« Euh, Dieu... »

Dieu ne semblait pas comprendre ce qui se passait, alors je l’avais appelé.

« Il y a une... force que tu dégages en ce moment, peux-tu peut-être la désactiver ? J’ai moi-même du mal à te regarder, alors je ne peux même pas imaginer ce que ça lui fait. »

« Oh ? Ah très bien. Bonté divine, j’avais oublié que j’étais dans le royaume des mortels. Pardonne-moi ma négligence... L’énergie divine a tendance à sortir de moi ! Je ne l’avais même pas remarqué... »

Peu à peu, l’éclat doré de la pièce s’était retiré du corps de Dieu. Parallèlement, l’horrible sentiment de soumission et d’oppression avait également disparu. Je suppose que c’était son aura divine.

« Je crois que cela devrait mieux se passer maintenant. Ça va, très chère ? »

« Oui, oui... »

Malgré ses paroles, Phyllis semblait encore capable de lever la tête. C’était parfaitement compréhensible, tout bien considéré. Vous aviez déjà vu quelque chose comme ça ? Elle n’aurait pas d’autre choix que d’admettre la vérité. Je pensais que sa question précédente sur l’existence de mon Dieu avait reçu une réponse rapide. Dieu existait réellement.

« Je crois qu’on devrait changer de lieu. Y a-t-il une autre pièce plus confortable dans le coin ? »

« Hm ? Je veux dire, j’ai une salle de réunion... »

J’avais ouvert une [Porte] et nous y étions passés tous les trois. Phyllis avait du mal à se tenir debout, alors j’avais dû lui prêter mon bras jusqu’à ce que l’on atteigne le canapé.

J’étais allé nous préparer du thé, en passant près d’une Renne et d’une Cécile figées, qui riaient apparemment de quelque chose avant d’avoir été mises en pause. J’avais versé le thé tout seul dans une grande marmite, puis j’étais retourné dans la chambre avec quelques collations et trois tasses à thé.

Quand j’étais retourné dans la pièce, les deux étaient à peu près dans le même état que quand j’étais parti. Dieu se balançait un peu, regardant toute la pièce comme un enfant excité, tandis que Phyllis, qui transpirait à grosses gouttes, était presque complètement immobile. D’un autre côté, ses yeux regardaient dans toutes les directions.

J’avais versé le thé dans les tasses et j’avais aligné les collations. Dieu avait pris la première gorgée, tandis que je lui posais ma question.

« J’ai une question pour toi, vieil homme. »

« Mhm ? Qu’est-ce que c’est ? »

Dieu posa sa tasse de thé sur la table avec un sourire. Il se tourna vers moi.

« Connais-tu un dieu de la lumière nommé Lars ? »

« Ça... ne me dit rien. Non, je n’ai jamais entendu ce nom. En fait, même parmi tous les dieux de niveau compagnon et les dieux stagiaires... ce Lars, dieu de la lumière, n’existe pas. »

Je ne m’attendais pas à ce qu’il soit si confiant. Phyllis me donnait l’impression d’avoir reçu un coup de poing dans l’estomac. Mais c’était tout à fait naturel, elle venait d’apprendre que le dieu en lequel elle avait fondé sa foi n’avait jamais existé.

« Peut-être qu’il ne s’appelle pas Lars. Y a-t-il un dieu de lumière ? »

« Non, le dieu de la lumière n’existe pas. Eh bien, si je devais trouver un dieu de la lumière, il relèverait probablement de ma juridiction. Je suis après tout le dieu du monde. Il y a bien un dieu du vent, un dieu du feu, un dieu des ténèbres, etc. Pour la plupart, les divinités avec le préfixe “dieu du” sont les plus simples et les plus bas dans la hiérarchie divine. »

Hm, je me demandais si cela signifiait que le dieu de l’amour était aussi un dieu de niveau inférieur. Cela m’avait troublé, parce qu’elle avait l’air très amicale avec mon dieu, que je pensais être au sommet de la hiérarchie. Je ne savais pas grand-chose des affaires sociales du royaume divin, et je ne m’en souciais pas tant que ça.

« Mais si c’est le cas, qu’en est-il de l’incident légendaire où le Grand Prêtre Ramirez a convoqué Lars, le dieu de la lumière ? »

Ramirez, le Grand Prêtre Lumière, fut le fondateur de la Théocratie Ramissh. La personne qui aurait purifié la terre en empruntant la lumière de Dieu.

« Hm ? Tu dis qu’il a invoqué un dieu ? Même si les humains peuvent invoquer des dieux, ce dont je doute sincèrement... ce serait une chose assez rare. Mais il y a des dieux qui agissent sur de simples caprices, donc je ne pourrais pas complètement exclure cette possibilité. »

L’ironie ici était palpable. Ce dieu était probablement le plus fantasque du lot !

« Pourtant, comme le dit l’histoire... Je ne crois pas que ce soit un Dieu. Il est plus probable qu’il ait invoqué un esprit. Pour être plus précis, un esprit de lumière. »

« C’est un peu ambigu... Est-il possible de jeter un coup d’œil dans le passé et de voir ce qui s’est passé ? »

« Ce n’est pas impossible, mais... ce serait un peu gênant. Permets-moi de te l’expliquer dans des termes que tu comprendras peut-être un peu mieux. Il est assez facile de mettre en pause un épisode d’une série quelconque si tu le regardes en DVD, n’est-ce pas ? Mais disons que tu as enregistré la télévision pendant une année entière, et que tu as soudainement eu besoin de trouver les publicités d’une émission de fin de soirée d’il y a un an et demi. Tes enregistrements sont nombreux, et tu ne les as pas indexés... il te sera très difficile de trouver ce moment précis, n’est-ce pas ? »

C’était une explication inutilement compliquée, mais j’avais bien compris.

« Mais alors... qu’en est-il de nos enseignements ? Notre doctrine... ? »

Phyllis avait l’air complètement déprimée, ce qui était tout naturel étant donné que Dieu venait d’abattre toute sa vie. C’était compréhensible, mais je ne m’attendais pas à ce qu’elle en soit autant affligée.

« Avez-vous besoin de la main de Dieu pour tenir la vôtre ? Ne pouvez-vous pas aller de l’avant au nom de vos propres croyances ? Prendre vos propres responsabilités ? Il n’y a pas de mal à prendre Dieu comme un réconfort émotionnel, mais vous ne devez pas utiliser la religion comme une béquille. Tes parents, tes frères et sœurs, tes amants, tes amis, tu dois avoir confiance en eux, comme ils ont confiance en toi. Dépendre de nous est la plus grande erreur que vous, les mortels, puissiez faire. Les Dieux ne feront rien à votre monde. Je peux vous l’assurer. Vous seuls êtes capables de vous sauver vous-mêmes, ou de vous détruire. C’est vous qui avez le pouvoir de changer le monde, de créer des miracles. Nous ne ferons que veiller sur vous. »

Dieu était certainement minutieux, mais il s’en mêlait encore de temps en temps, n’est-ce pas ?

J’avais décidé de me taire. Je ne pensais pas que mon commentaire puisse ajouter quelque chose au débat. De toute façon, Phyllis semblait plutôt triste, alors un commentaire grossier passerait simplement pour de l’insensibilité.

« Même si j’ai dit ça, je suppose que ce n’était pas tout à fait le cas... D’habitude, je vous laisse tout seul, sans regarder. Si le jeune Touya n’avait pas été envoyé ici, je n’aurais peut-être pas jeté un coup d’œil aux affaires de ce monde avant dix mille ans environ. »

Juste comme ça, il avait complètement ruiné la beauté de son message ! Même s’il s’était fait un point d’honneur de dire que les Dieux regardaient, c’était plutôt comme s’ils nous négligeaient ! Il avait de toute façon probablement une tonne de mondes différents à gérer, donc surveiller chacun d’entre eux poserait problème.

« Est-ce vraiment le cas ? »

« En effet. Cela peut sembler un peu cruel, mais le monde n’est pas sous ma responsabilité. Aucun monde ne l’est. Ce sont les habitants qui décident de ce qui arrive à leur monde. Les Dieux ne feront rien, je te le promets. Eh bien, nous interviendrions si les problèmes dans le monde étaient causés par nous, par exemple l’incident rarissime du Dieu devenant démoniaque et mettant à sac le monde du dessous. On interviendrait à ce moment-là. »

J’espérais que rien de tel ne nous arriverait. Ça avait l’air d’être un mauvais moment à passer pour tout le monde. Les règles semblaient un peu souples et contradictoires. Les dieux étaient vraiment fantaisistes.

« Si je devais résumer, je dirais que je veux que les gens de leurs mondes respectifs s’occupent des problèmes de leurs mondes respectifs. Même si un grand Seigneur Démon apparaissait et commençait à faire la guerre au monde, espérant l’écraser ou le dominer, nous, les dieux, ne ferions rien si le Seigneur Démon était un résident naturel de ce monde. Cela étant dit, je choisirais d’accorder des armes divines à l’humanité et de l’aider dans son combat. Après tout, je n’aime pas les mondes dans lesquels les gens souffrent beaucoup. »

C’était assez logique. J’avais supposé que l’intervention indirecte était aussi une option équitable. C’était suffisant pour interférer, mais aussi pour que ce ne soit pas un coup de pouce massif. Mais encore une fois, il avait dit qu’ils n’interviendraient pas dans l’ordre naturel du monde, mais qu’ils accorderaient quand même une sorte de super arme à utiliser dans le cas de grands événements comme un soulèvement du Seigneur Démon ? Tout cela me paraissait vraiment très étrange.

« Il y aura toujours ceux qui dépendront pour toujours de leurs parents. Mais les humains de ce monde ne sont plus des enfants, je vous demande de marcher seuls, de parler seuls. Si vous le faites, vous devriez être capable de marcher avec fierté et force, de franchir tous les obstacles sur votre chemin. Avec cela, nous, les Dieux, nous veillerons sur vous avec ferveur. Parfois. »

Ce « parfois » était un peu inutile. Mais j’étais sûr que quelqu’un était toujours observé quelque part dans tous les univers, donc ce n’était pas comme s’ils se relâchaient.

« Mais que dois-je faire... ? Si Lars, dieu de la lumière, n’existe pas, alors... Tous ses enseignements ont été faits par un homme, plutôt que par un dieu. Est-ce que ça rend tout ça insignifiant ? Est-ce que tout ce que j’ai fait n’a plus aucun sens ? »

« Ce n’est pas dénué de sens, loin de là. Je suis certain que quelque part, au moins une fois, ces enseignements ont sauvé quelqu’un. Peu importe qui les a faits, tant qu’ils font le bien. Considérez-les simplement comme “pour votre prochain” plutôt que “pour la gloire de Dieu”. Rejetez les chaînes de la doctrine et vivez de vos propres forces. »

« ... Oui... oui... »

Je ne pensais pas qu’elle changerait d’avis tout de suite. Après tout, elle était née avec un certain état d’esprit et elle avait grandi avec. Mais, petit à petit, j’avais senti qu’elle pouvait être libérée des chaînes dans lesquelles elle était née.

« Bien, je crois qu’il est temps pour moi de partir. Il n’est pas convenable que le temps soit mis en pause si longtemps... »

Nous étions retournés dans ma salle du trône, parce qu’il aurait été étrange que nous disparaissions soudainement devant tout le monde.

Kohaku et Kousaka étaient aussi raides qu’avant. Sans les circonstances inhabituelles de la situation, j’aurais peut-être eu tendance à leur faire une farce. C’était cependant un peu tard pour ça.

« Eh bien, ma chère. Soit forte, soit courageuse. Et porte-toi bien. »

Dieu lui avait fait un beau sourire, et s’était transformé en particules de lumière.

Après quelques instants, Kohaku et les autres avaient recommencé à bouger. Ils avaient regardé dans notre direction, un peu confus. Comme ma position était un peu différente de celle où le temps s’était arrêté, de leur point de vue, ils croyaient que je m’étais téléporté.

« ... J’ai l’impression de me réveiller d’un rêve. Est-ce que... est-ce que c’est vraiment arrivé ? »

« C’est vraiment le cas. Tu as rencontré Dieu, le seul et unique. Tu y crois, maintenant ? »

« ... oui. »

La jeune fille avait un sourire paisible sur son visage, et l’éclat de ses yeux semblait plus calme, plus serein. J’espérais qu’elle était capable de réconcilier les choses en elle.

Puis, avec un salut rapide et des excuses, elle avait quitté ma salle du trône.

Ainsi s’était achevée ma première rencontre diplomatique. J’avais été immédiatement réprimandé par Kousaka. Cependant, je ne pourrais pas vraiment me plaindre de ça. Je n’étais pas très doué pour la négociation.

En toute honnêteté, j’étais un peu inquiet, alors j’avais envoyé un des ninjas de Tsubaki à la Théocratie. J’avais invoqué un petit oiseau et je lui avais demandé de l’emmener, pour que je puisse être au courant des nouvelles dès qu’il les recevrait.

Quelques jours plus tard, j’avais appris qu’une prêtresse de la théocratie Ramissh, Phyllis Rugit, avait été démise de ses fonctions. Elle avait été accusée de haut blasphème, passible de la peine de mort.

***

Partie 4

Comment quelque chose d’aussi stupide avait-il pu arriver ? Je ne comprenais pas pourquoi Phyllis avait été condamnée à la peine de mort. Le monde était un endroit trop cruel, dire que cela va arriver à une fille qui avait finalement pu agir selon ses propres convictions.

{Quand doit-elle mourir ?}

{Ah, oui... L’exécution est prévue dans trois jours, tôt le matin. La seule raison pour laquelle elle n’a pas été abattue sur place était due à la présence d’un groupe qui a protesté contre l’ordre, et ils ne voulaient pas créer de troubles civils.}

L’agent que j’avais envoyé à Ramissh avait été en mesure de faire immédiatement son rapport via un lien télépathique que j’avais établi via un oiseau familier invoqué. À première vue, Phyllis avait des alliés là-bas, cela m’avait procuré un petit réconfort. À tout le moins, j’étais content qu’elle n’ait pas encore été tuée.

{Je vous remercie. Veuillez poursuivre votre enquête et faites-moi savoir s’il y a de nouveaux développements majeurs.}

{Très bien.}

J’avais coupé le contact. Je devais trouver quoi faire. Il était évident dès le départ que je ne pouvais pas la laisser mourir. C’était moi qui étais responsable de la nouvelle manière de pensée de Phyllis. L’ordre d’exécution était donc également ma responsabilité par procuration.

« Argh... C’est pour ça que la religion est si ennuyeuse, Touya. Les religieux sont toujours convaincus d’avoir raison, et ne prennent jamais le temps d’envisager d’autres perspectives ! »

Elze, les bras appuyés sur la table au balcon, n’avait pas caché son irritation. J’avais parlé à tout le monde de la situation de Phyllis, bien que j’aie pris soin d’omettre la partie où nous avions reçu la visite de Dieu. J’avais juste remplacé cette partie en disant à tout le monde que j’avais persuadé Phyllis de changer sa foi, ou plutôt qu’elle avait quitté notre réunion avec quelques points de réflexion en tête.

« Alors, que vas-tu faire ? »

« Eh bien, je me suis dit que j’irais là-bas. Je dois arrêter l’exécution, OK ? »

J’avais donné à Linze une réponse assez simple. C’était une de ces situations où le fait que j’étais chef d’État pouvait s’avérer utile. J’étais sûr qu’ils ne pouvaient pas me repousser. J’avais décidé que la meilleure solution était de négocier directement avec le pape. Après tout, la vie d’un ancien prêtre ne serait pas si difficile à négocier, non ?

« Et s’ils ne t’écoutaient pas ? Si la condamnation n’était pas enlevée, que feras-tu alors ? »

« Hm... je devrais la faire évader de prison, non ? Je vais y faire irruption afin de la sauver. »

« Es-tu stupide, Touya !? Cela causera un incident diplomatique international ! »

Yumina ne semblait pas aimer ma réponse à la question de Yae, mais j’avais décidé de ne l’utiliser qu’en dernier recours. Je ne pensais pas que nous devions compter sur Ramissh dans le futur, donc ce ne serait pas la fin du monde si nous finissions par gâcher nos relations avec eux.

Au début, je m’étais un peu retenu. Je n’étais pas sûr que Lars, dieu de la lumière, était une entité réelle, et je ne voulais pas me mêler de leurs affaires religieuses. Mais qu’en était-il après que Dieu lui-même m’avait confirmé que le dieu Lars n’existait pas ?

Cela avait tout changé. En fin de compte, leur religion n’était pas pertinente pour moi dans cette affaire, ce qui importait, c’était leur attitude diplomatique. Une partie de moi n’aurait même pas été contre si les relations diplomatiques entre nos deux pays avaient été rompues. Pour moi, ils allaient être que ma plus grosse source de problème.

Je tournai mon regard vers Kousaka, qui se tenait tranquillement à proximité.

« Y aura-t-il des problèmes si j’attire la colère de ce pays ? »

« Actuellement, je ne vois pas de répercussions négatives majeures. Mais ils peuvent envoyer leurs fanatiques pour causer des ennuis dans notre pays. »

Ça avait l’air un peu irritant. Il m’avait semblé étrange qu’un Dieu avec des enseignements sur la lumière et la justice ait des disciples si irritables et si acharnés.

« Ils peuvent tout justifier s’ils disent que c’est au nom de la justice... C’est juste une excuse commode pour eux... »

Lu murmura, le dégoût peint sur son visage. Ça m’avait rappelé un dicton que j’avais entendu un jour. Tant que tout le monde essayait de jouer les héros, les guerres ne finiront jamais.

« De toute façon, je ne peux pas l’abandonner comme ça. Je vais aller la sauver. »

« Alors laisse-nous au moins venir aussi. »

« Non, si on se précipite tous en même temps, ça ne fera que les agiter inutilement. Je vais m’en occuper moi-même. »

Cela dit, j’avais décidé d’emmener Kohaku pour assurer ma sécurité. Ma décision avait dû sembler un peu irresponsable pour un chef d’État, mais comme nous ne savions pas à quoi nous attendre, j’avais pensé que ce serait plus sûr pour moi si je m’en occupais seul.

Tant que tout le monde essayait de jouer les héros, les guerres ne finiront jamais.

« Oh, alors tu es le grand-duc de Brunhild ? Désolé, mais je n’ai pas le temps de jouer à tes jeux pour le moment. Va jouer à la royauté ailleurs. »

Je m’étais servi de Babylone pour me rendre dans la capitale Ramissh, simplement pour être ensuite renvoyé à l’entrée du temple d’Isla.

C’était à prévoir. Je n’avais après tout aucune preuve réelle pour appuyer ma demande. Si un enfant venait de nulle part et se présentait comme un monarque, je le regarderais probablement aussi de façon amusée.

« Écoute, peux-tu juste aller chercher le pape pour moi ? Je dois lui parler de quelque chose d’important. »

« Va chercher le pape... !? Morveux insolent ! Comment oses-tu parler de notre pape comme si c’était un animal domestique ? »

« Désolé ? Je ne crois pas en ta religion et je ne suis même pas citoyen de ton pays. Je ne vois pas pourquoi tu t’énerves pour un truc comme ça. »

J’avais voulu résoudre les choses si possible de manière pacifique, mais dans un accès de rage le chevalier devant moi avait dégainé son épée. Whoa, ce type était facile à énerver. J’avais agilement esquivé l’attaque du chevalier, puis je l’avais fait suivre d’un coup de poing pour lui arracher l’épée des mains. Le cliquetis métallique de l’épée frappant le sol avait alerté le reste des chevaliers, qui avaient réagi rapidement lorsqu’ils s’étaient précipités hors du temple en masse.

« Que s’est-il passé !? »

« Nous avons un intrus ! Un gamin insolent qui se fait appeler le grand-duc de Brunhild. Il a insulté le pape ! »

« Il a fait quoi !? »

Deux, quatre, six, huit... Il y avait une vingtaine de chevaliers au total. Ils m’avaient encerclé avant même que je puisse réagir. Ils avaient fait sortir beaucoup de soldats juste pour maîtriser un enfant. Pour un groupe prétendant suivre le dieu de lumière et de la justice, ils ne semblaient pas réticents à utiliser des tactiques sournoises.

Mais quand j’y pensais, une équipe de héros se battant ensemble pour vaincre un seul monstre était en fait assez courante dans les spectacles de superhéros. J’avais décidé de les mettre dans cette catégorie pour l’instant.

« Je te le demande encore une fois. Moi, le grand-duc de Brunhild, je souhaite rencontrer le pape de Ramissh pour discuter d’une question importante. Quelqu’un aurait-il la gentillesse de m’escorter jusqu’à elle ? »

« On ne joue pas à ton petit jeu, petit ! »

J’avais brandi mon arme, et sans hésitation, j’avais tiré une balle paralysante sur le premier chevalier qui allait m’attaquer. Le voyant s’effondrer sur place, les autres chevaliers vacillèrent un bref instant, mais se ressaisirent rapidement et poussèrent un cri de guerre.

Mon arme en mithril dans ma main droite, la corne de dragon noir dans ma main gauche, je m’étais frayé un chemin à travers la foule des chevaliers avec mes fidèles épées jumelles Brunhilds.

J’avais immobilisé toute leur force en un instant. C’était ce qui arrivait quand on ne m’écoutait pas.

« Vraiment, cette foule de gens est vraiment ennuyeuse. »

« Tu peux le répéter. »

Tout en me plaignant, j’avais instinctivement écouté l’analyse de Kohaku. Mais qu’est-ce que j’allais faire à partir de là ? J’avais la possibilité de continuer comme ça et de forcer l’entrée, ou...

Décidant que c’était une meilleure ligne de conduite, j’avais lancé [Récupération] sur l’un des chevaliers pour défaire sa paralysie.

« Il y a un prêtre qui s’appelle Nesto, c’est ça ? Je veux que tu me l’amènes. S’il refuse, dis-lui que je dirai le secret qui se cache sur sa tête à tout le monde. Je pense qu’il comprendra. »

Je connaissais déjà ce prêtre chauve, alors j’avais décidé dans un premier temps de le chercher. Il y avait certainement plus de chances qu’il m’écoute que ces types.

Le chevalier avait suivi mes instructions et s’était enfui en paniquant dans le temple. Peu de temps après, un groupe de ce que je pouvais considérer comme étant des paladins était sorti du temple entièrement vêtu d’une armure blanc pur, avec le Père Nesto en tête. Ah tient, il portait une nouvelle perruque.

« Votre Altesse le Grand-Duc de Brunhild !? Qu’est-ce qui vous amène ici !? Non, avant ça, expliquez-vous ! Qu’est-ce que ça veut dire ? »

« J’ai dit au garde que j’avais des affaires importantes à régler avec le pape. Il a refusé de m’écouter, puis tout un groupe d’entre eux m’a attaqué sans prévenir. J’ai simplement réagi en état de légitime défense. »

C’est ce que j’avais expliqué, en montrant du doigt les chevaliers apathiques jonchant le sol.

« Comprenez-vous votre position ici ? Vous avez abattu des soldats d’un pays étranger et vous avez tenté d’entrer illégalement dans notre temple sacré. C’est un incident diplomatique international ! »

« Et lever son épée contre le souverain d’un pays étranger, cela ne l’est pas ? Je vois que la justice est à deux poids deux mesures ici. »

Je pouvais presque voir des étincelles voler quand j’avais croisé mes yeux avec ceux de Nesto. Quelle plaie ! Ce type me détestait clairement. Mais le sentiment était réciproque. Peu importe, j’avais juste besoin qu’il m’emmène voir le pape.

« Qu’est-ce qui se passe ici ? »

Cette fois-ci, c’était un homme vêtu d’une robe voyante qui sortit du temple. Ses cheveux étaient bien peignés et il avait une petite moustache ridicule. C’était le portrait craché d’un certain dictateur. Le nôtre aurait été un peu plus grand.

« Cardinal Zeon... ? »

Nesto tourna la tête et marmonna cela. Cardinal ? Si je me souvenais bien, est-ce que ce n’était pas une personne influente qui travaillait directement sous le pape ?

« Père Nesto, qui est cet homme ? C’est très désagréable de le voir faire du bruit à l’intérieur de notre temple sacré. »

Le cardinal claqua la langue en se tournant vers le Père Nesto. Bon sang, on a enfin une personne vivante ici.

« Il, il est... Je veux dire, cet homme estimé est Son Altesse le Grand-Duc de Brunhild. Il dit qu’il souhaite rencontrer Sa Sainteté le pape. »

« Ce garçon est... !? »

Le cardinal me regarda attentivement, il me regardait comme s’il était en train d’évaluer ma valeur. Ça m’avait fait réaliser quelque chose. Lorsque je m’étais présenté en tant que souverain, j’aurais probablement dû m’habiller en conséquence. J’avais fait une note mentale pour demander à Zanac de me faire des vêtements royaux la prochaine fois que je le verrai. Je sentais honnêtement que trop de gens dans le monde jugeaient les autres sur leur seule apparence.

« Votre Majesté le Grand-Duc de Brunhild, n’est-ce pas ? »

« C’est moi. »

« Quel genre d’affaires un souverain étranger pourrait-il avoir avec Son Éminence le pape ? Si vous voulez, je peux lui transmettre un message de votre part. »

« Merci, mais je préférerais rencontrer Sa Sainteté en personne. Puis-je vous demander de m’escorter jusqu’à elle à la place ? »

Le cardinal et moi nous nous étions heurtés à des regards sournoisement souriants sur nos visages, chacun de nous essayant de sonder l’autre. J’avais l’impression que je ne pouvais pas lui faire confiance. Si mon plaidoyer pour annuler l’exécution de Phyllis était entre les mains de ce type, je ne pensais pas que le pape en entendrait parler un jour.

« ... Par ici. »

Le cardinal m’invita dans le temple. On m’emmena dans une pièce et on m’avait demandé d’attendre là, avec plusieurs paladins laissés derrière pour me garder à l’œil. Je m’asseyais docilement sur une chaise, en gardant pour moi le regard des paladins qui me perçait un trou dans le dos. J’étais en territoire inconnu.

Ils n’étaient probablement pas assez stupides pour m’agresser pendant que j’étais à l’intérieur du temple, mais faire ce qu’on m’avait dit semblait être la meilleure ligne de conduite pour le moment.

Après une courte attente, le cardinal revint dans la pièce.

« Son Éminence le pape va vous recevoir. S’il vous plaît, par ici. »

Le cardinal m’avait guidé à travers plusieurs autres couloirs. Le temple était inutilement énorme. Après avoir gravi un long escalier, nous arrivâmes enfin devant une belle porte aux bordures dorées, au-delà de laquelle se trouvait une grande pièce spacieuse.

Le long du mur de gauche se trouvaient plusieurs hommes vêtus d’une robe semblable à celle du cardinal et, à droite, une rangée de paladins se tenaient au garde-à-vous. Une dame âgée, vêtue d’une robe d’un blanc pur et coiffée d’un grand chapeau long, était assise sur sa plate-forme surélevée avec un regard vif sur son visage. Cette dame était la papesse, Elias Altra.

« Bienvenue dans mon temple, Grand-Duc de Brunhild. Je dois avouer que je suis plutôt surprise par votre visite impromptue, mais en tant que pape, j’ai accepté de répondre à votre demande d’audience. »

« Ravi de faire votre connaissance, Votre Éminence. Pardonnez mon impolitesse d’avoir débarqué à l’improviste comme ça. »

J’avais baissé la tête en parlant. Je n’étais pas du tout fautif, mais je m’étais dit que je devrais probablement m’excuser d’avoir tabassé tous leurs chevaliers de cette façon.

« ... Il y a beaucoup de choses que j’aimerais dire, mais passons directement à cette affaire qui vous concerne. Qu’est-ce qui vous a amené jusqu’ici dans mon temple ? »

« En ce qui concerne la condamnation à mort d’une prêtresse, Phyllis Rugit, je demande que l’exécution soit annulée. »

Toute la salle était remplie de murmures dès que ce nom avait quitté mes lèvres. Le pape en avait pris note et m’avait lancé un regard intense.

« Quel genre de plaisanterie est-ce ? Penser qu’un dirigeant étranger s’immiscerait dans la peine de mort d’un criminel condamné... Je ne peux m’empêcher de m’inquiéter pour l’état de votre royaume. »

« ... Un criminel, vous dites ? Alors, dites-moi, quel crime a-t-elle commis exactement ? »

« Sa principale offense est de dire que notre Dieu, Lars, est un personnage imaginaire. C’est un péché impardonnable pour un prêtre. En outre, elle est soupçonnée d’être cette vampire qui avait déjà attaqué plusieurs personnes. Un être des ténèbres ayant une âme si mauvaise doit être traité de manière appropriée. »

Quoi ? Phyllis était une vampire ? Qu’est-ce que c’était censé vouloir dire ? Est-ce qu’ils disent qu’elle avait caché ce fait pour devenir prêtre et se fondre dans le groupe ?

{Maître, ne la laissez pas vous induire en erreur. Cette fille est sans aucun doute un être humain ordinaire. Je serais capable de reconnaître un vampire uniquement à l’odeur.}

Kohaku m’avait soutenu par télépathie. Je savais que je pouvais compter sur lui. Mais tout de même, les choses commençaient à paraître assez suspectes. Presque comme si tout ceci n’était qu’une grande mascarade.

« C’est étrange. Ne devriez-vous pas être capable de voir à travers le déguisement d’un vampire assez facilement avec les pouvoirs vertueux de votre dieu ? »

« ... Lars ne laissera jamais le mal impuni. Tous ceux qui le défient subiront le châtiment divin. Comme dans cette affaire. »

Ce n’était pas du tout une « punition divine », c’était juste une manière de faire taire les dissidents. J’avais commencé à soupçonner que cette vieille dame savait déjà que Lars était un gros imposteur.

« Alors c’est ce que vous dites, mais n’y a-t-il pas déjà eu un certain nombre de victimes ? J’ai l’impression que votre dieu aurait dû promulguer sa punition divine avant qu’il n’y ait autant de victimes, ne croyez-vous pas ? »

« De telles victimes ont dû être sous le poids de leurs péchés. Les vrais dévots n’auraient jamais été la proie à de tels maux. »

Cela ne servait à rien. Elle faisait des affirmations sans fondement avec sa logique religieuse rétrograde.

« ... Alors je suppose que vous n’avez pas l’intention d’annuler la condamnation à mort de Phyllis ? »

« Aucun mal ne peut rester impuni. Ne vous inquiétez pas, car nous purifierons l’âme de la jeune fille dans ce processus. Ces actions ne sont rien d’autre qu’un pur salut pour la fille. »

J’avais poussé un grand soupir. Tout ça était tellement stupide. Les non-croyants étaient mauvais. Quand les choses allaient bien, c’était grâce aux conseils de Dieu. Quand les choses n’allaient pas bien, c’était parce que vous n’aviez pas assez de foi. Et lorsqu’un système fondé sur ces croyances permettait l’assassinat légal de personnes innocentes, cela me laissait juste abasourdi et consterné.

« C’est stupide. Chacun d’entre vous ici ne pourra vraiment pas être sauvé. »

« Quoi... !? »

Mes paroles avaient figé la pièce dans le silence total. Même la papesse m’avait regardé les yeux écarquillés. J’en avais marre de jouer avec ces farceurs. Comme les mots ne semblaient pas efficaces, j’allais faire les choses à ma façon.

« Je vais le déclarer haut et fort pour que tout le monde l’entende. Lars, le dieu de la lumière, n’existe pas. C’est une fausse idole, et Phyllis l’a compris. Vous êtes libre d’avoir vos propres croyances, mais cessez d’étiqueter comme ténèbres quiconque n’est pas d’accord avec vous. Ne croyez pas qu’être croyant vous rend automatiquement meilleur que les autres. »

« Silence ! Vous n’insulterez plus notre Dieu ! »

Les paladins à ma droite avaient tous instantanément déplacé leurs mains vers les poignées de leurs épées.

« Je suis vraiment désolé pour ça. Je suis tellement désolé qu’en fait je voudrais m’excuser en personne. Amenez votre dieu Lars devant moi, et j’embrasserais volontiers ses pieds. »

Ce n’était pas comme s’ils pouvaient, même s’ils le voulaient.

« Je rejette l’existence même de votre dieu, et tout ce qu’il représente. Je rejette tout enseignement qui pourrait permettre de faire de la fausse justice au nom d’une fausse idole, condamnant une fille innocente à une mort injuste. Je vais le redire. Vous n’avez pas de Dieu. »

***

Partie 5

Dès le commencement, leur religion était inhabituelle. Bien qu’elle existait depuis mille ans, elle était restée essentiellement contenue dans leur propre pays. Même si l’on considérait que la magie de ce monde rendait presque impossible la détermination d’un véritable « miracle divin », le fait que leur religion se soit à peine répandue était tout à fait suspect.

Si je devais utiliser la magie de guérison dans mon propre monde, une nouvelle religion pourrait surgir du jour au lendemain. Il y aurait sûrement des détracteurs qui me qualifieraient d’escroc, bien sûr, mais il n’en demeurerait pas moins que j’aurais guéri les blessures d’une personne, ce qui l’amènerait au moins à croire en moi. Cependant, dans ce monde, le plus qu’on puisse obtenir, c’était quelques remerciements, cela ne serait certainement pas considéré comme un miracle divin. C’était la nature de la magie. C’était comme ça que ça se passait ici.

Ils l’appelaient une religion, mais en vivant dans ce pays, vous seriez naturellement entouré et surpassé en nombre par les dévots, et, partout où vous regarderiez, ils ne vous laisseraient pas d’autre choix que de suivre leur exemple. Il ne s’agissait pas de savoir si vous croyiez vraiment en dieu ou non, on avait plutôt à faire ici à une forme de contrôle mental.

Il était important de noter qu’aucun pays n’avait formé une alliance avec Ramissh. Ce pays, ou plutôt le terrain sur lequel le pays reposait devaient sans doute cacher quelque chose.

Si l’on prenait Belfast comme point de comparaison, les gens de Belfast avaient plus placé leur foi dans les fées que dans les dieux. Les gens qui avaient rencontré des fées se trouvaient ici et là, mais personne ne prétendait avoir rencontré un Dieu. Selon le Dieu que je connaissais, les fées étaient comme des serviteurs des dieux, ou quelque chose comme ça.

En tout cas, il était inutile de comparer cette religion à celles de mon ancien monde. Je ne savais même pas si cette planète était ronde comme la Terre.

Comparée aux religions que je connaissais, celle-ci était évidemment différente et terriblement déformée. Il ne me semblait pas qu’elle soit destinée à conduire les gens au salut, ou même simplement à offrir une certaine tranquillité d’esprit. Tout ce qu’ils m’avaient dit, c’est qu’ils haïssaient tous ceux qui n’étaient pas d’accord avec eux.

Venir moi-même dans ce pays n’avait fait que renforcer cette impression. Il y avait certainement des choses que ce pays voulait cacher.

« ... Et c’est pour ça que je me suis laissé capturer exprès. »

« Je... vois. »

J’avais expliqué ma stratégie à Kohaku alors que nous étions assis ensemble dans une cellule de la prison souterraine. Je jure que je n’essayais pas seulement de sauver la face. Après mon accès de colère, j’avais été étiqueté comme étant un méchant de manière unilatérale. Naturellement, je serais capable de rassembler des preuves après avoir été capturé. ... C’était à tous les coups mon plan, ouais.

« Dans ce cas... qu’as-tu l’intention de faire maintenant ? »

« ... Qu’est-ce que tu crois que je devrais faire ? »

Kohaku me regardait, les yeux remplis de doute. Je plaisantais, c’était une blague !

« Pour l’instant, la sécurité de Phyllis passe en premier. Après ça, on rassemblera des infos. Allons-y. »

La prison souterraine n’était pas particulièrement grande, ni particulièrement lumineuse. Elle était cependant solide. Les murs de pierre qui nous entouraient avaient tenu bon. Était-ce donc ce genre d’hospitalité que vous vouliez donner à un monarque voisin !? J’avais trouvé tout cela un peu excessif. Je me demandais s’ils allaient me traiter comme si j’étais un mécréant qui s’était fait passer pour le grand-duc de Brunhild.

Si c’était le cas, ils pourraient finir par vouloir sérieusement m’exécuter. Et si quelqu’un de mon pays venait enquêter, il pourrait toujours me cacher ici et leur dire que je n’étais pas présent sur leur territoire.

Ouaip, on ferait mieux de s’évader.

« [Mirage]. »

J’avais créé une image illusoire de Kohaku et de moi-même, et je l’avais placée dans un coin de prison miteux. Après tout, je ne voulais pas qu’ils pensent qu’on s’était échappés.

J’avais envisagé d’utiliser [Porte], mais ils avaient placé une barrière empêchant ce genre de magie. Ce stupide prêtre chauve les avait probablement prévenus. Mais ce n’était pas grave, il y avait après tout d’autres moyens de s’échapper.

« Oh, c’est vrai... mieux vaut se cacher... »

J’avais utilisé [Invisibilité], un sort très pratique qui pouvait rendre Kohaku et moi-même invisibles. On pouvait se voir, mais personne d’autre ne pouvait nous voir.

J’avais ensuite utilisé [modélisation] pour défaire les barreaux de la prison et faire ma grande évasion. Naturellement, j’avais restauré les barres pour qu’elles retrouvent leur aspect d’origine après notre sortie.

J’avais grimpé un escalier étroit et je m’étais retrouvé dans un passage en pierre, bordé de portes. De l’autre côté, il y avait encore plus d’escaliers qui montaient. Nous étions encore dans la section souterraine, donc les gardes étaient sûrement un peu plus loin.

Chaque porte était marquée d’un numéro, celle que je venais de quitter était clairement la cellule numéro quatre.

« Recherche cartographique. Phyllis Rugit. »

« Compris. Recherche terminée. »

Mon smartphone avait projeté une petite carte et m’avait indiqué son emplacement, il me semblait que c’était la cellule numéro huit.

J’avais fermé ma carte. Même si mon Smartphone était caché par ma magie, l’image qu’il avait projetée était bien visible. Ce serait mauvais si quelqu’un s’en rendait compte.

J’avais ouvert la cellule numéro huit et j’avais lentement descendu les escaliers dans le sous-sol.

Au bout d’un moment, les escaliers ne descendirent plus, et j’avais vu Phyllis de l’autre côté de la pièce miteuse. Dieu merci, elle est toujours en vie... Elle n’a pas non plus l’air blessée.

J’avais vite remarqué une autre personne dans la pièce, allongée sur le sol. Elle n’était pas seule.

« Phyllis... Phyllis... »

Je ne voulais pas être trop bruyant, alors je l’avais appelée doucement. Après quelques instants, Phyllis releva lentement la tête.

« ... Qui est là ? À qui appartient cette voix ? »

Phyllis commença à regarder autour d’elle, l’anxiété peinte sur son visage. J’avais oublié que j’étais invisible.

J’avais défait le sort et je m’étais révélé à elle.

« Votre Altesse le grand-duc !? »

J’avais complètement ignoré sa surprise et j’avais ouvert les barreaux avec mon sort. Je m’étais tourné sur le côté et je m’étais glissé dans la cellule avec elle. Attends une seconde, cette prison n’était-elle pas un peu plus grande que la mienne ! Était-ce une forme de discrimination ? Étais-je opprimé ?

« De tous les endroits du monde, pourquoi êtes-vous ici !? »

« Je suis venu t’aider, bien sûr ! Je me sentais un peu responsable de cet ordre d’exécution ! »

« N,Non, Grand-Duc, s’il vous plaît ! Ce n’est pas de votre faute, c’est la mienne... ! »

« Chut, tu fais trop de bruit ! »

J’avais serré ma main sur la bouche de Phyllis.

... C’est... C’est bon ? Les gardes croiront peut-être qu’elle parlait toute seule... J’espère qu’ils ne se méfieront pas... Au moins, je n’entends personne venir...

« Phyllis, qui est cette personne endormie là-bas ? C’est une amie ? »

« Cette personne... ou plutôt... cette femme... est Sa Sainteté le pape, Elias Altra... »

« Pardon !? »

J’avais soudainement exprimé ma surprise, et je m’étais instinctivement couvert la bouche.

Le pape de tout un peuple !? Mais attendez, ça ne pouvait pas être vrai... Et la vieille bique que j’avais rencontrée tout à l’heure avec les yeux perçants !? Cette femme avait l’air complètement différente. J’avais regardé de plus près son visage, et ce n’était effectivement pas la même personne. Elle avait à peu près le même âge, mais le visage de cette femme endormie était beaucoup plus gentil et plus doux.

« Attends, c’est Elias Altra !? Alors qui ai-je rencontré plus tôt ? »

« Il est plus probable que vous ayez rencontré une personne complètement différente. Avait-elle l’air d’avoir le même âge, mais avec un regard plus perçant ? »

« Ouais, je suppose que c’est effectivement cela. »

« Alors c’était probablement le cardinal Kyurei... C’est la sœur aînée du cardinal Zeon. »

C’était donc la sœur de cet agaçant moustachu. Hm, mais ça ne collait pas... On aurait dit qu’ils avaient préparé un faux pape et m’avaient donné une fausse audience avec elle ! Pour moi, cela signifiait qu’ils étaient bien complices. Cela commençait à ressembler à une grave conspiration criminelle.

« Désolé, j’ai un peu de mal à suivre ici... Peux-tu tout me raconter depuis le début ? »

Selon Phyllis, après son retour chez elle et son rapport au pape et aux autres, tout avait mal tourné. Les cardinaux étaient furieux contre elle, car elle avait dénié leur Dieu et s’était opposée à leur doctrine. Immédiatement, ils avaient exigé qu’elle soit exécutée. Cependant, le pape lui-même ainsi que quelques autres prêtres s’étaient levés et s’étaient opposés à cela.

Phyllis n’avait pas été entièrement surprise par leur réaction, mais elle avait été étonnée que le pape se range à ses côtés. Quoi qu’il en soit, elle avait de toute façon été arrêtée.

Après quelques jours, le pape fut également jeté dans le donjon, mais dans un état d’affaiblissement sévère.

« Mais pourquoi jetteraient-ils leur propre pape en prison... ? »

« C’est parce que... le secret de cette nation doit être protégé, à tout prix. »

Le pape avait ouvert les yeux et me fixa du regard. Elle semblait s’être réveillée. L’œil gauche du pape était vert, et son œil droit était bleu. Ses yeux étaient hétérochromes, mal assortis. Cela me rappelait les yeux mystiques de Yumina...

« Vous êtes le grand-duc de Brunhild, n’est-ce pas... ? Je m’appelle Elias Altra, c’est un plaisir... »

Le pape elle-même s’était lentement relevée et s’était présentée. Malgré ses mouvements, cependant, elle avait l’air extrêmement faible. J’avais décidé qu’elle aurait besoin d’être guérie.

J’avais lancé [Récupération] et [Rafraîchissement] sur elle, ce qui avait redonné à son corps à une force relative. Après ça, j’avais lancé un [Soin curatif] pour faire bonne mesure.

Pendant que je la guérissais, je me demandais pourquoi elle ne s’était pas elle-même guérie... mais c’était stupide, le fait qu’elle vénérait un dieu de la lumière ne signifiait pas nécessairement qu’elle aurait du talent avec les sorts de Lumière. Je me souvenais bien avoir entendu une personne me dire que l’obscurité et la lumière étaient des attributs assez rares pour lesquels j’avais des affinités.

Si c’était similaire à un RPG fantastique, alors les individus qui avaient la magie de guérison seraient probablement des prêtres qui canalisaient la puissance de Dieu à travers leurs sorts. Ce genre de chose était la base des jeux vidéo, mais j’étais dans un autre monde, pas dans un univers de jeu vidéo. Malgré tout, je n’avais pas pu m’empêcher de penser que si c’était comme ça que ça fonctionnait, la religion se serait répandue beaucoup plus loin et beaucoup plus vite.

« Merci beaucoup pour ça... Je me sens beaucoup mieux. »

« Je suis content. Mais plus important encore, pourquoi avez-vous été amené ici ? Vous avez dit quelque chose sur le secret de ce pays ? »

« ... Hmh... »

Elle était restée silencieuse pendant un moment, avant de me regarder d’un air concentré.

« C’est un secret qui ébranlerait les fondements mêmes du pays dans lequel nous nous trouvons en ce moment, mais il ne semble pas utile de vous le cacher. C’est exactement comme ce que Phyllis l’a dit, Lars, dieu de la lumière, n’existe pas. »

Quoi ? J’avais été complètement décontenancé. Le pape d’une religion venait de renier son propre Dieu. Je regardais l’apparence de Phyllis, qui semblait tout aussi choquée.

« Chacun des cardinaux connaît aussi la vérité. Après mon ascension à la cardinalité et avant même d’être pape, le pape précédent m’avait aussi révélé la vérité. »

Cela signifiait que les plus hauts gradés le savent... mais ils continuent toujours de faire croire aux gens que ce Dieu de Lumière existe... pourquoi ?

Mais il y avait quelque chose de plus important que ça. Bien sûr, Phyllis et moi savions que Lars n’existait pas parce que Dieu lui-même avait vérifié cette information pour nous. Mais comment les cardinaux eux-mêmes savaient-ils avec certitude que le Dieu qu’ils adoraient n’était pas réel ?

« Il y a longtemps, ce territoire était le domaine de bêtes monstrueuses, de démons et d’esprits méchants. Celui qui avait éradiqué ces créatures était un homme connu sous le nom de Ramirez. Mais Ramirez n’était pas un prêtre comme le disent nos écritures. »

« Il n’était pas... ? »

Ramirez n’était-il pas le fondateur de Ramissh ? Qu’est-ce qui se passait ici ?

« Ramirez n’était pas prêtre, c’était un mage. Un mage qui s’était spécialisé dans l’invocation. Sa plus grande affinité était la magie noire. »

« Quoi... !? »

« Les écritures disent que Ramirez a invoqué Lars, dieu de la lumière, pour purger la terre de l’iniquité. Mais la vérité est complètement différente. Ce que Ramirez a invoqué était des esprits méchants, des serviteurs des ténèbres. Après avoir utilisé ce pouvoir pour purger la terre des bêtes, il avait eu une idée et avait commencé à la mettre en marche. »

Dieu avait après tout raison, il avait fait appel à des esprits puissants. Mais ce n’était pas des esprits de lumière, c’étaient des créatures des ténèbres... Ramirez devait être un sacré bon mage pour pouvoir faire appel à ce genre de créatures... Mon attention s’était tournée vers Elias, qui m’expliquait l’idée de cet homme.

« Ramirez pensait construire un royaume sur cette terre nouvellement conquise, en utilisant les pouvoirs des esprits des ténèbres pour manipuler l’esprit des gens qui y vivaient. C’est ainsi qu’avait commencé la foi en Lars. Les esprits des ténèbres qu’il convoqua fusionnèrent en une seule grande bête, et s’immiscèrent dans l’esprit des gens qui furent amenés dans la région. Par cette méthode, leurs pensées avaient été rendues conformes avec celles de Ramirez. Tous les citoyens avaient accepté la doctrine de Ramirez sans poser de questions, et la théocratie Ramissh a été officiellement fondée. »

C’est quoi ce bordel... !? N’était-ce pas juste un lavage de cerveau !? Ou peut-être qu’on pourrait dire que c’était une chose qui ressemblait beaucoup à de l’hypnose... et encore, déformer le cerveau des gens comme ça ? C’était vraiment le bordel.

« Le conditionnement mental de l’esprit des ténèbres était-il aussi fort ? »

« L’influence de l’esprit lui permettait de convaincre les gens à ses idéaux plus facilement, mais ceux qui étaient résistants à la magie finissaient par être moins touchés par celui-ci. C’est pourquoi Lars, dieu de la lumière, a été créé comme une figure de proue de la foi. Il utilise le conditionnement mental, et une idole auquel les gens pourraient aspirer. En utilisant cette combinaison perverse, il a capturé à la fois le cœur et l’esprit de son peuple. »

Ramirez m’avait dégoûté. Je n’étais pas surpris qu’ils soient si désespérés de garder le secret. Toute leur religion s’effondrerait si cela s’échappait. C’était vraiment odieux qu’une religion construite sur les idéaux de lumière ait été créée par un monstre des ténèbres...

« ... Je comprends que ce soit un secret très important, mais... est-ce que cela signifie que le pape doit être enfermé ? »

« J’ai protégé Phyllis, alors ils ont cru que j’étais peut-être devenue une rebelle et ils avaient menacé de révéler la vérité. Sans parler du fait que Kyurei et Zeon étaient à l’origine en lice pour le titre de pape, et ils ont vu là une occasion de me supplanter, moi et mon poste. On m’a graduellement donné un médicament qui a empoisonné mon corps et affaibli mon esprit. Ils n’ont après tout pas besoin de me tuer pour me remplacer. »

C’était assez logique. Ils n’avaient probablement aucune idée de la raison pour laquelle je venais dans leur pays, et avec l’absence du pape, ils avaient décidé de me piéger avec cette fausse audience... Et avec ce qui s’était passé avec Phyllis, ils étaient aussi probablement méfiants... Mais ils ne l’avaient pas très bien géré.

« Mais, Votre Sainteté... pourquoi avez-vous protégé Phyllis ? Vous n’êtes pas censée être la figure de proue de la religion ? Pourquoi vous tiendriez-vous aux côtés de quelqu’un qui ébranlerait tant la foi ? »

Je n’avais rien compris du tout. Si j’étais pape, quelqu’un comme Phyllis serait considéré comme une hérétique.

« ... J’ai vraiment cru en Lars, dieu de la lumière... c’est pourquoi j’ai rejoint le sacerdoce. J’ai travaillé dur, pour le bien de mon Seigneur. Mais quand je suis devenu cardinal... Ils m’ont dit qu’il n’y avait pas de Dieu. Que mon travail était infructueux. Après cela, j’ai simplement travaillé pour maintenir le mensonge, j’étais un rouage dans la roue, comme tout le monde. Une fois qu’on a appris la vérité, on ne peut plus revenir à la normalité. »

Ça m’avait paru assez dur. J’avais pensé qu’ils auraient de toute façon probablement mis en place des méthodes pour faire taire ceux qui menaçaient de révéler la vérité. Après tout, les morts ne parlaient pas. Et maintenant que j’avais appris ce secret, ils s’occuperaient probablement de moi si je ne faisais pas attention.

« Avant même de m’en rendre compte, j’avais atteint la position de pape. Mais c’était une position vide, mon cœur était déjà flétri. J’étais piégé dans un endroit que je ne pouvais pas abandonner. Puis, Phyllis est venue nous dire ce qu’elle avait vu. Elle est apparue, vraiment convaincue qu’il y avait vraiment un Dieu dehors. »

Après avoir parlé, le pape se tourna vers Phyllis. Elle se tourna ensuite vers moi, sa voix était devenue vigoureuse, un beau sourire peignant son visage.

« Pouvez-vous imaginer l’euphorie que j’ai ressentie à ce moment-là ? Il est vrai que Lars, dieu de la lumière, n’existait pas, mais... il y avait en fait un dieu qui existait. Et il y avait une personne qui l’avait rencontré ! Les paroles qu’elle avait entendues de Dieu, j’avais désespérément besoin d’en savoir plus. C’était la première fois depuis des années que mon cœur battait vraiment à nouveau. »

« Mais pourquoi avez-vous cru Phyllis sans poser de questions ? N’avez-vous jamais douté d’elle ? »

Après le lui avoir demandé, le pape avait montré son œil gauche. Son œil vert pâle devint soudain plus foncé.

« Je possède les Yeux Mystiques de la Sincérité. Je n’ai jamais pu rater un mensonge. C’est aussi l’une des raisons pour lesquelles j’ai été élue pape. Quand Phyllis m’a raconté son histoire, je savais que ce n’était pas une menteuse. J’ai appris à ce moment-là que Dieu existait vraiment, et cela m’a rendue si heureuse. À ce moment-là, grâce à la bénédiction de Dieu, j’étais euphorique. J’étais aussi envieuse, car je voulais rencontrer Dieu moi-même... »

Le pape laissa échapper un murmure triste et silencieux. Oh. Oh non. Avant de pouvoir l’arrêter, j’avais réalisé ce qui allait se passer. Je m’étais tourné vers Kohaku. Le tigre était gelé !

« Yoo-hoo ! Quelqu’un voulait-il rencontrer ma petite vieille personne ? »

Des ténèbres, Dieu lui-même était descendu, revêtu d’une lumière éblouissante.

Dieu, s’il te plaît ! Tu es bien trop fantasque !

***

Partie 6

« As-tu regardé durant tout ce temps ? »

« Cela me pesait à l’esprit. La pauvre fille avait été enfermée parce que j’avais fait quelque chose que je n’aurais pas dû faire, et je me sentais plutôt coupable de tout cela. Mais alors, en tant que Dieu, je n’ai pas pu venir moi-même la secourir... »

Je savais ce qu’il voulait dire. La cause profonde de tout ce qui se passait pouvait être réduite à l’insouciance de la part de Dieu.

Je jetai un coup d’œil dans la direction de Phyllis et je remarquai qu’elle était déjà tombée prostrée devant sa divine présence, tandis que le pape se tenait debout, la bouche ouverte, nous fixant avec confusion.

« Umm... Votre Majesté, qui est-ce ? »

« C’est Dieu. »

« D,D,D,Dieu... !? »

Les yeux du pape s’ouvrirent, elle regarda Dieu et moi à tour de rôle. Elle était certainement surprise, mais il semblerait qu’elle ait encore quelques doutes. Je sentis qu’elle utilisait ses yeux mystiques sur moi. Elle savait donc que je ne mentais pas, mais il semblerait qu’elle n’ait pas encore tout à fait saisi la réalité de la situation.

« Oh, je sais. Mon Dieu, fais ce truc de halo tape-à-l’œil que tu as fait tout à l’heure. »

« Eh ? Je croyais que tu m’avais dit de ne plus utiliser mon Aura divine. »

« Tu as ma permission cette fois. »

Dieu hocha la tête et commença graduellement à libérer son aura divine. Eh bien, la voilà qui arrive.

La forme majestueuse de Dieu s’illuminait pour que tous puissent la contempler. Son halo de divinité était plus impressionnant que jamais. Un seul coup d’œil suffirait à convaincre quiconque que cette personne était, en effet, le seul vrai Dieu.

Baigné dans sa lumière divine, le pape se coucha aussi, prostré sur le sol à côté de Phyllis.

« Je peux la stopper maintenant ? »

« Oui, ça fera l’affaire. »

L’imposante lumière avait disparu aussi vite qu’elle était venue. À ce moment-là, un certain doute m’était venu à l’esprit. Pourquoi avais-je pu résister à son aura divine qui aurait facilement dû submerger n’importe quel humain normal ? Était-ce encore un des avantages qu’il m’avait donnés quand j’avais été envoyé dans ce monde ?

« Y a-t-il un problème ? »

« Hm ? Oh, je me demandais pourquoi ton aura ne me submergeais pas complètement comme elle semble le faire pour tout le monde. J’avais juste pensé que tu avais peut-être fait quelque chose qui m’aurait donné une certaine résistance à ça. »

Dieu regarda les deux filles à ses pieds et inclina sa tête.

« ... Maintenant que j’y pense, c’est plutôt étrange. Tout être humain ordinaire, ou même extraordinaire, exposé à ma présence divine sous sa vraie forme devrait rester prosterné devant moi, comme ces deux filles. Aucun des dons que je t’ai faits n’incluait une résistance à la Divinité elle-même, donc je ne peux pas penser à ce que soit le... Ohh ! »

« ... Dieu, qu’est-ce que tu m’as fait ? »

C’était quoi cette tête !? Pourquoi as-tu l’air de crier « Oh, merde ! » dans ta tête !? Ne regarde pas ailleurs, cela va juste te rendre plus suspicieux ! Et pourquoi essayes-tu de partir en sifflant ? De nos jours, même les personnages de dessins animés ne le faisaient plus !

« ... Tu n’es qu’un pauvre menteur, Dieu. »

« Euh... Et bien... Peux-tu attendre un instant ? »

Il avait levé le bras droit en l’air et avait libéré une sorte de pouvoir. Je ne pouvais pas dire ce qu’il avait fait un seul instant.

« J’ai aussi arrêté le temps pour les filles. Ce serait plutôt gênant si quelqu’un apprenait ça, vois-tu. »

De toute façon, les filles avaient déjà été paralysées dans leur position, inclinée devant Dieu, et cela ne semblait pas vraiment différent de ce qu’elles étaient il y a un instant. Pourtant, si Dieu l’a dit...

« Eh bien ? Dis-moi tout. »

« Hrmm... Pour résumer, tu es déjà mort une fois, dans ton ancien monde. J’en ai pris la responsabilité et je t’ai réincarné, mais... »

« Mais ? »

Je ne voyais pas où il voulait en venir. En fait, j’étais plutôt reconnaissant envers lui de m’avoir donné une nouvelle vie dans ce monde.

« Normalement, en ranimant quelqu’un, je réparerais les dommages causés à son corps physique ou spirituel en utilisant les éléments de base et l’énergie de ce monde spécifique. Dans ton cas, cependant, je t’ai convoqué directement au Royaume Divin avant toute autre chose. Le corps physique et tout. Ce n’est qu’après cela que je t’ai ranimé dans un nouveau monde. »

« J’ai peur de ne pas te suivre. »

« Eh bien, je t’ai ranimé en utilisant le matériel que j’avais à portée de main. Et comme à l’époque ton corps et ton âme étaient tous les deux dans le Royaume Divin, j’ai fini par te mettre en contact avec de la matière divine. Pour dire les choses simplement, ton corps a une composition semblable à celle d’un Dieu. »

C’était la première fois que j’entendais ça. J’avais été abasourdi.

« Mais je suis toujours épuisé si je cours trop longtemps, et je peux encore me blesser comme n’importe qui d’autre. Je n’ai pas vraiment l’impression d’avoir un corps de Dieu... »

« Cela ne fait qu’un an que tu t’es réincarné, tes pouvoirs n’ont peut-être pas encore complètement épanoui. Peux-tu penser à des situations similaires où ta force ou ta résistance t’ont semblé plutôt anormales pour un être humain ? »

... Plus que je ne pouvais les compter. Par exemple, ma réserve de mana presque illimitée, et ma capacité à utiliser n’importe quel sort Néant que je désirais. J’avais toujours pensé que c’était « le don de Dieu », mais... Il s’était avéré que c’était en fait « la faute de Dieu ».

« C’est ma faute. Wahahahaaah ! »

« Ne ris pas comme ça... Dis-moi qu’il n’y aura pas d’effets négatifs plus tard. »

« Aucunement. Penses-y simplement comme ayant obtenu un corps beaucoup plus robuste que la norme. Bien que tu puisses t’éveiller à de nouveaux pouvoirs étranges plus tard... si j’ai raison, alors ton corps est comme celui d’un enfant de Dieu à l’heure actuelle. Alors s’il te plaît, fais-moi savoir si quelque chose comme ça arrive. »

Qu’est-ce qu’il voulait dire par « nouveaux pouvoirs étranges » !? J’espérais bien que je ne me réveillerais pas un de ces jours avec un halo de divinité rayonnant tout autour de mon corps...

... J’avais décidé de ne pas en tenir compte pour l’instant. Si cela n’allait pas me tuer ou me blesser directement de quelque façon que ce soit, alors je m’étais dit que je pourrais vivre avec. Tant que je pouvais continuer à vivre ma vie dans ce monde, c’était suffisant pour moi.

À ce moment-là, quelque chose m’était venu à l’esprit, quelque chose qui aurait pu détruire ma vie paisible dans ce monde.

« Hé, Dieu, sais-tu quelque chose à propos de la phrase ? »

« Phrase ? Je suis au regret de te dire que rien ne me vient à l’esprit. »

Je m’en doutais. Je me souvenais qu’il m’avait dit qu’il ne s’était pas beaucoup renseigné sur ce monde jusqu’à ce qu’il m’avait envoyé ici. Comme Dieu dirait, si un monde risque d’être détruit, alors c’est aux habitants de ce monde de trouver une solution, ce qui implique la non-intervention divine.

Mais si ce n’était pas Dieu qui a chassé la Phrase il y a environ cinq mille ans auparavant, cela m’avait fait me demander ce qui les avait poussés à partir...

Son explication terminée, Dieu leva la main une fois de plus et libéra la même puissance qu’avant. J’avais supposé que les filles pourraient à nouveau bouger, mais c’était difficile à dire puisqu’elles étaient toujours inclinées devant Dieu comme elles l’avaient été pendant tout ce temps. Kohaku, cependant, était clairement encore figé dans le temps. Je me sentais un peu mal pour Kohaku d’être laissé seul de côté...

« Tu peux te lever maintenant. Je suis vraiment désolé que mon insouciance t’ait mise dans une telle situation, jeune fille. »

« Pas du tout ! S’il vous plaît, n’y pensez plus ! »

« On dirait que j’ai même réussi à entraîner le pape dedans... Je suis vraiment désolé pour tout ça. »

« Merci... Je vous suis reconnaissante de vos paroles... »

Elles avaient toutes les deux finalement levé la tête. C’était la deuxième fois que Phyllis rencontrait Dieu, alors bien qu’elle puisse être nerveuse, elle pouvait au moins le regarder en face. D’autre part, le pape venait d’échanger des paroles avec Dieu lui-même, et la rencontre l’avait laissée avec des larmes coulant sur son visage. Eh bien, c’était une expérience qui, pour le dire simplement, avait changé sa vie.

« J’ai entendu votre conversation. Ça a dû te faire beaucoup de peine d’avoir vécu toute ta vie à embrasser un mensonge comme ça. N’aie crainte, cependant. Tout ira bien maintenant. »

« Quelle bienveillance... ! »

« Comment ça, tout va bien se passer ? Vas-tu intervenir et résoudre toute la situation pour nous ? »

Pendant un moment, j’avais eu peur qu’il ait eu l’intention de sortir devant tout le monde avec son halo à pleine puissance afin de déclarer ensuite : « Votre dieu de la lumière n’existe pas. Votre religion n’a plus lieu d’être », et l’envelopper d’un battement de mains. Je voulais dire, ça semblait être la solution la plus rapide et la plus facile, mais...

« Pas moi, Touya mon garçon, mais toi. Après tout, c’est ce que tu as toujours fait jusqu’à présent, n’est-ce pas ? »

Ce Dieu irresponsable voulait juste me faire nettoyer tout son bordel ! Je ne pouvais pas y croire, une telle audace ! Je savais que je ne devais pas compter sur l’intervention divine pour résoudre mes problèmes, mais quand même !

« Euh... retirer les cardinaux de la place ne marchera pas si bien. Si la vérité était révélée, il y aurait un véritable tollé public. »

Mais en fait, il était plus probable qu’on nous traiterait de menteurs. Après tout, qui nous croirait ?

« Ce n’est pas comme si les citoyens étaient en faute, mais... En l’état actuel des choses, ils continueraient seulement à croire en leur dieu de la lumière. Il n’y a rien de mal en soi à cela, mais la justification de leurs actions faites sous la bannière de la lumière et de la justice ne peut pas être excusée. »

« Je ne crois pas que ce pays puisse continuer à fonctionner si nous révélions simplement que ce Dieu était un faux... Si seulement il y avait un moyen de maintenir la mascarade, mais de changer les enseignements... »

Le pape laissa échapper un murmure attristé.

Ce n’était certainement pas une chose simple de changer le fondement d’une religion. Ce n’était pas comme si tu pouvais jeter une moitié de bible par la fenêtre et arrêter là. Je n’avais aucune idée de la façon de faire face à cela...

Hm, peut-être qu’un incident pourrait changer la façon dont les choses étaient vues ici... Peut-être que Dieu pourrait se montrer, et... non, ce serait trop d’interférence. Je supposais qu’on était seuls.

« Eh bien, je vais laisser ça à Touya. Maintenant, cette question mise à part... Ne devrions-nous pas nous occuper de celui qui est en dessous de nous ? »

Dieu tapa sur le sol de pierre avec son pied, souriant doucement. Sous nous ? Qu’est-ce que tu veux dire ? Je m’étais tourné vers le pape, dont l’expression s’était vite assombrie.

« Vous l’avez remarqué... ? La présence en bas est l’Esprit Noir que Ramirez avait invoqué... il est sous le temple depuis le début de la Théocratie... »

« C’est quoi !? »

Attends, ce monstre rôdait là-dessous depuis un millier d’années !? Esprit ou pas, n’était-ce pas un monstre invoqué !? Je pensais que les créatures invoquées avaient besoin d’énergie magique pour rester dans les parages !! Attendez. Non, plus important encore. Pourquoi était-il toujours là !?

***

Partie 7

« Il n’a pas fallu longtemps à Ramirez pour fonder la théocratie Ramissh avec l’aide de cet Esprit, mais... peu de temps après, son esprit a été complètement érodé et l’esprit de l’homme a été totalement contrôlé par la bête. Après tout cela, l’esprit a fusionné avec le corps de Ramirez et les cardinaux de l’époque l’ont scellé sous le temple. C’était mieux pour eux de le garder ici, en fait... Parce que la capacité de l’Esprit de conditionner mentalement tout le monde dans la région ne s’est jamais dissipée. La capacité de lavage de cerveau en émane encore aujourd’hui. C’est un Immortel, mais il n’est plus vivant, on pourrait dire que Ramirez soutient toujours la religion, même dans cet état. »

Le pape s’adressa directement à Dieu, comme si elle confessait un péché grave.

C’était une sacrée histoire. Si c’était vrai, cela signifiait qu’un secret aussi horrible avait été transmis d’un cardinal à l’autre au cours des mille dernières années. J’avais finalement compris à quel point cette religion était insidieuse. Cela expliquait aussi comment l’Esprit était encore là. S’il fusionnait avec l’invocateur et soutenait son corps, alors il pourrait vivre ici indéfiniment. Mais je doutais qu’il soit encore conscient après si longtemps.

« Le pouvoir magique de l’Esprit Noir ne peut pas vous affecter, ni vous, ni cette fille, à cause de vos hautes résistances magiques... mais cela ne s’applique pas aux gens ordinaires ici. Même maintenant, ils sont inconsciemment influencés par Ramirez et sa doctrine farfelue. »

« Donc ça veut dire que si on peut s’occuper de cet esprit... »

« Exact, mon garçon. La foi zélée disparaîtra du cœur et de l’esprit des gens. À partir de ce moment-là, tout dépendra des vrais sentiments de l’individu. »

C’était logique. Nous devions la tuer à la source. Mais j’avais toujours l’impression qu’il y aurait des types pourris qui feraient n’importe quoi sous la bannière de leur propre justice, même si nous brisions l’interférence mentale.

« Mais je te suggère de te dépêcher. Tu as dit qu’ils l’ont scellé, n’est-ce pas ? Je suis sûr que le sceau est plus faible que jamais en ce moment, et l’obscurité émane déjà de sa tanière. »

« Vous avez raison... En fait, il y a eu une série de personnes qui ont perdu leur énergie, et même leur vie... Nous avons officiellement déclaré que c’était l’œuvre d’un vampire, mais en vérité... c’est parce que le sceau de l’esprit s’estompe. »

Eh bien, cela expliquait très bien le fil conducteur de l’intrigue du vampire. Pourtant, c’était assez mauvais si ça commençait à vider la vie des gens. Je me demandais si l’Esprit essayait de reconstruire sa force ou quelque chose comme ça...

« Nous devons nous occuper de cet Esprit Noir avant qu’il ne soit trop tard... Votre Éminence, y a-t-il quelqu’un dans ce pays qui serait de votre côté s’il en était ainsi ? »

« Il y a quelques membres du clergé qui espèrent le même résultat que moi. Mais notre nombre est dérisoire comparés à ceux du Cardinal Zeon. »

Mais c’était mieux que rien. Je voulais cependant éviter de révéler au public les véritables origines du pays et tout ce qui concernait le contrôle des esprits de l’Esprit Noir. Mais, je voulais aussi que la justice cruelle et incommode dont parlait Lars, dieu de la doctrine de la lumière, soit totalement supprimée.

« Très bien, je crois que j’en ai assez vu. Je continuerai à regarder de mon perchoir. Alors bonne chance, Touya, mon garçon ! À bientôt ! »

« Quoi !? Attends !! Tu ne peux pas... »

Avant que j’aie pu exprimer mes protestations, Dieu s’était volatilisé en faisceaux de lumière. Espèce de lâche ! Reviens ici !! Tu m’obliges à m’occuper des erreurs qui ne sont même pas les miennes. Mais, même si je ne le voulais pas, le temps avait recommencé à s’écouler. Kohaku m’avait regardé avec suspicion.

{Mon seigneur. J’ai l’impression que quelque chose de très inhabituel vient de vous arriver...}

{Ne t’en fais pas. Ce n’est pas une menace pour nous.}

{Très bien...}

Du point de vue de Kohaku, nous avions dû nous téléporter instantanément d’une position à une autre, de sorte que le tigre avait de la difficulté à comprendre comment notre pose et notre position avaient changé si soudainement. Mais comme c’était pénible à expliquer, alors j’avais décidé de ne pas m’en donner la peine.

« ... j’ai l’impression de m’être réveillé d’un rêve. »

« Moi aussi, Votre Sainteté... »

Je me demandais si cela faisait partie de l’exaltation de la rencontre avec Dieu. Alors que je regardais le pape et Phyllis rire ensemble, quelque chose me trottait dans la tête.

Je l’avais senti, une désagréable sensation rampait le long de ma colonne vertébrale. Un choc qui m’avait traversé et m’avait rendu malade. Ça... ne peut pas être...

« ... Ne paniquez pas maintenant, mais... Le sceau de l’Esprit Noir vient de se briser. »

« Quoi ? Quoi !? »

Le visage de Phyllis pâlissait. Nous avions alors entendu le grondement d’en bas. C’était devenu de plus en plus fort. On devrait sortir, maintenant ! J’avais tordu les barres de fer avec [Modélisation] et emmenais Phyllis et le pape dans les escaliers. Le grondement devint plus régulier, plus rapide, plus fort. Je n’avais aucun doute que la terre sous nous s’effondrerait en quelques secondes. Nous étions sortis par le long couloir qui menait à d’autres cellules, et j’avais rapidement cherché s’il y avait prisonniers. Heureusement, il n’y en avait pas, alors nous avions continué notre ascension.

« Prisonniers !? Comment vous êtes-vous échappé de votre cellule... haghgh !! »

On avait croisé un garde, et j’avais instinctivement tiré une balle paralysante sur lui. Ah merde... Je ne peux pas le laisser ici, n’est-ce pas !?

« Kohaku, retourne à ta forme de bête ! »

« Comme tu veux ! »

Le pape avait ouvert en grand les yeux, surpris de voir Kohaku parler et se transformer en un énorme tigre blanc. Mais je n’avais pas eu le temps de m’expliquer, j’avais simplement mis le garde assommé sur le dos de Kohaku, et j’avais continué à courir.

En nous échappant de la prison, nous étions arrivés dans les couloirs du temple. J’avais continué à courir, m’arrêtant finalement dans une cour. C’était à ce moment-là que j’avais réalisé que c’était déjà la nuit. La lune était haute dans le ciel. J’avais vérifié l’heure, minuit venait de passer.

La barrière n’avait pas été érigée sur tout le temple, alors j’avais utilisé une [Porte] pour nous rendre au centre de la ville.

Le grondement sous la terre s’était transformé en un violent tremblement de terre. Comme on pouvait s’y attendre, les rues étaient remplies de gens déconcertés. Apparemment ils pensaient qu’il s’agissait d’une simple alerte sismique. Ils ne semblaient pas extrêmement effrayés, j’avais alors pensé que les tremblements de terre n’étaient pas rares dans cette région.

Comme j’avais mis le garde sur le dos de Kohaku, les gens de la région avaient vite remarqué que j’étais avec Son Éminence le Pape. Ce n’était pas particulièrement surprenant, elle était la chef de leur État et semblait être bien connue. Tout le monde dans les rues avait commencé à fourmiller autour d’elle. Ils étaient probablement mal à l’aise, parce que le grondement ne devenait pas plus doux.

« Votre Éminence ! Qu’est-ce qui se passe !? »

« S’il vous plaît, tout le monde ! Restez calme ! Pour votre propre sécurité, vous devez évacuer les... »

Juste au moment où elle commençait à dire aux gens de se réfugier, une énorme explosion avait détruit une partie du temple. Au milieu de la poussière et des débris, quelque chose s’était mis à ramper hors du bâtiment. QU’EST-CE QUE C’ÉTAIT QUE CE TRUC !? C’était énorme.

Sa forme n’était même pas humaine. Sa peau était noire, deux cornes noires sortaient de sa tête. De son côté, d’innombrables bras saisissants sortirent de son corps. Sur son dos, six longs tentacules se tortillèrent. Le bas de son corps était une masse de vrilles, sans nombre. Et sa tête n’avait pas d’yeux, seulement une bouche énorme, presque fendue sur tout son visage.

« GauUguguHGhh !! GooOoraaaRaaaAagGghH !! »

Il avait soulevé un rugissement monstrueux, comme si les profondeurs de la terre criaient au salut.

L’air lui-même tremblait. Le bruit qu’il émettait était suffisant pour mettre les habitants apeurés à genoux. Le sol avait commencé à trembler, de partout les gens tombèrent à terre. Est-ce qu’il manipulait l’esprit des gens ? Leur faisait-il peur !?

Cette chose est comme... un Dieu du mal... Je n’avais pas pu empêcher ce terme cliché de venir dans ma tête. C’était l’Esprit des Ténèbres, qui fut autrefois appelé et manipulé par l’invocateur connu sous le nom de Ramirez. Mais maintenant, c’était lui qui commandait. Et après mille ans... il était libre.

Je ne saurais trop insister sur la taille de ce truc. Ses vrilles sombres s’avançaient, et la créature commença à s’élever. C’était énorme, et assez inquiétant pour susciter le dégoût dans le cœur de quiconque.

L’un de ses tentacules à l'arrière s’était rabaissé, détruisant une partie du temple. Un autre cri s’était fait entendre alors que des débris et de la poussière s’éparpillaient dans la zone. Cette chose était une menace sérieuse.

« GoGOaghaAgGGuU !! »

Des propos inintelligibles s’échappaient de sa gueule, qui était maintenant déboîtée et grande ouverte. En même temps que le son, un liquide noir ressemblant à du goudron avait commencé à jaillir de sa bouche comme du vomi.

Des gouttelettes avaient commencé à tomber, mais elles n’avaient pas touché le sol. Avant d’en avoir eu l’occasion, elles s’étaient transformées en créatures ailées, semblables à des chauves-souris. Elles avaient des jambes d’insectes, mais des torses humains musclés. Leur tête était allongée, mais n’avait pas de traits définis comme les yeux, le nez ou les oreilles. Il y avait juste des bouches.

Ils battirent des ailes et se dispersèrent à travers la ville. Les citadins se mirent à hurler et à hurler, on entendait une musique d’horreur discordante dans toute la ville.

« GaAaaAhgUGUGuhhRuuuugghahahaAahahahahaAaaaA !! »

L’esprit des Ténèbres hurla vers les cieux.

« C’est un monstre ! »

« Dieu... Dieu nous sauvera sûrement... ouais ! »

Tout autour de moi, j’entendais les gens sombrer dans des prières désespérées. Désolé, mais ce monstre... est votre dieu.

Il ne se souvenait probablement même pas de Ramirez à ce moment-là. Je pouvais seulement supposer que l’esprit fonctionnait basiquement sur une impulsion destructrice.

« Vous avez dit il y a mille ans que les cardinaux avaient fait équipe pour le sceller, non ? On ne peut pas le refaire ? »

« Je ne pense pas qu’on puisse... Nous ne pouvons tout simplement pas rivaliser avec le pouvoir de l’église de l’époque. La majorité des cardinaux nommés aujourd’hui ne peuvent même plus utiliser la magie ! »

C’est inutile, alors... Eh bien, je suppose que ce qu’elle dit a du sens. Si l’on comparait les deux époques, la différence était claire. Autrefois, ils donnaient probablement la priorité à la force ou à la sagesse, mais les membres actuels du clergé ne sont plus que des gens qui y pratiquent la foi que pour obtenir une position politique. Ce qui les rend complètement inutiles quand les choses deviennent difficiles.

Je suppose qu’on ne pouvait rien y faire... Mais qu’est-ce que je pouvais... oh... il y avait cette possibilité.

Soudainement, un éclair de génie m’avait frappé l’esprit.

***

Partie 8

Pour être franc, j’avais vu là une occasion de changer la doctrine implantée dans leurs cœurs. Manifestement, faire apparaître le vrai Dieu n’était pas une solution, mais cela ne voulait pas dire que je ne pouvais pas faire semblant d’être lui. Si je faisais cela, que je battais le monstre, et que je donnais au pape une sorte de faux message divin, en lui disant quelques mots... alors elle aurait certainement le dessus contre les cardinaux, et je pourrais détruite ce Lars une fois pour toutes !

Mais attendez... n’est-ce pas aussi malhonnête que Ramirez ? Je tromperais tout le monde... Mais, Hm... même si je trompais tout le monde, je trompais tout le monde avec de meilleures intentions ! J’agis en accord avec la volonté divine, en agissant en son nom, donc c’est bon... non ? Je n’arrivais pas à me décider tout seul, alors j’avais rapidement pris le pape et Phyllis à part et je les avais interrogées à ce sujet.

« ... Si je suis tout à fait honnête, je ne veux pas tromper mon peuple. Mais je pense que nous pourrions créer une situation bien meilleure que jamais auparavant. Si nous détruisons cette bête, nous l’empêcherons au moins d’influencer leur esprit. De cette façon, les idéaux déformés de la justice pourraient aussi être facilement retirés de notre doctrine. »

Sa Sainteté me regarda droit dans les yeux et affirma sa foi. Elle n’avait pas hésité.

« En tant que pape, j’ai répandu l’évangile d’un Dieu dont je savais qu’il n’existait pas. J’étais écrasée par la culpabilité, restreignant mes vrais sentiments et refusant de les montrer. Je me suis dit que c’était pour le bien de la théocratie, mais... Si nous devions changer la doctrine, je parlerais librement de Dieu. Le Dieu dont vous avez parlé, Grand-Duc. Il sera le Dieu dont je vais parler. Même si les gens ne le savent pas, je porterais ses idéaux dans mon cœur, je gonflerai fièrement ma poitrine et je serais heureuse. Ne pensez-vous pas qu’une telle chose serait merveilleuse ? »

J’étais d’accord. Bien que le fait d’utiliser le nom de Dieu en vain comme cela me mettait un peu mal à l’aise... c’était toutefois nécessaire.

Après tout, j’étais sûr que les citoyens seraient plus heureux si le monstre qui les menaçait était tué par leur Dieu, et non par le dirigeant d’une nation étrangère. Et, sur le plan international, cela donnerait certainement à Brunhild une position plus favorable avec les gros bonnets de Ramissh... Cela dit, je n’étais pas motivé par de telles choses.

« Mais tout va vraiment bien se passer !? Pouvez-vous gagner contre une bête aussi énorme !? C’est un Esprit des Ténèbres, comprenez-vous !? »

« Mmm... Je pense que je peux le faire. »

Phyllis avait des inquiétudes raisonnables, mais j’avais l’impression que ce ne serait pas aussi difficile que je le pensais.

La spécialité de cet esprit était probablement sa capacité de lavage de cerveau. Et, d’après ce que j’avais compris, il s’agissait d’une compétence de zone plutôt que d’un type de ciblage direct. En bref, cela avait fonctionné dans une vaste zone, ce qui était probablement la raison pour laquelle Ramirez avait pensé l’utiliser pour gouverner une nation.

Pour quelqu’un comme moi, avec ma phénoménale résistance magique, ce n’était pas un problème. Cela dit, je ne voulais pas traîner trop longtemps... J’avais le sentiment que je ne pourrais pas y résister pour toujours. En fait, c’était plutôt une garantie. Même Ramirez en avait été victime.

Je pense que ça ira, mais je ne le saurai pas tant que je n’aurai pas essayé... Le seul problème maintenant est de me faire passer pour un dieu. J’avais décidé que la meilleure façon de gérer cela serait de me jeter [Mirage] sur moi-même et d’ajouter de la lumière.

Alors que je me dirigeais vers elle, l’esprit des ténèbres fendit l’un de ses tentacules sur le sol, brisant rues et maisons. Il semblerait qu’il s’agissait d’attaques physiques de base, ce qui ne m’inquiétait pas du tout.

Je devrais probablement me dépêcher... sinon, toute la sainte capitale va devenir un tas de décombres. J’avais quitté le pape, Phyllis et les habitants de la ville, et je m’étais caché dans une ruelle. Les deux filles animaient un cercle de prière. D’habitude, je leur aurais dit de partir, mais ça faisait partie du plan. Je descendrai, en tant que Dieu, en réponse à leurs prières.

J’avais changé d’apparence avec mon sort [Mirage]. Et bien que cela ressemblait plus à un déguisement qu’à une transformation, j’avais décidé de prendre la forme d’un Dieu traditionnel de style grec avec de longs cheveux blonds ondulés et des yeux bleus. Je m’étais aussi fait une beauté.

« T’en dis quoi ? »

« Ça a l’air bien, mais on dirait qu’il manque quelque chose... »

Kohaku m’avait fait ce qui était l’équivalent d’un haussement d’épaules pour un tigre. Mais j’avais la même apparence simpliste que le Dieu authentique ! Ce n’était pas ma faute si tu ne l’avais pas rencontré ! Quel genre de bête céleste es-tu si tu n’avais même pas rencontré Dieu, hein !?

Hm... que manque-t-il alors... que dirais-tu de ça... ? J’avais créé une autre illusion qui avait fait en sorte que la lumière recouvre tout mon corps. J’avais brièvement envisagé d’ajouter une auréole et des ailes d’ange, mais je ne voulais pas ressembler à un ange. Si je devenais un messager de Dieu, plutôt que Dieu lui-même, cela irait à l’encontre du but.

Juste au moment où je préparais les dernières parties de mon déguisement, j’avais réalisé quelque chose. Normalement, les gens s’attendaient à ce qu’un Dieu vole réellement dans le ciel, descendant des cieux. Si j’apparaissais et marchais parmi les gens, tout en prétendant être Dieu... cela ferait un peu bizarre. J’aurais vraiment dû apprendre un sort de vol. J’avais pris une note mentale pour en apprendre une plus tard.

Faire semblant d’être Dieu est vraiment chiant, je déteste ça ! Pourtant, je ne pouvais rien y faire. J’avais décidé de projeter l’image de Dieu dans le ciel... Ce qui avait complètement retiré l’intérêt de m’en revêtir pour commencer ! Mais encore une fois, je vais devoir de toute façon ressembler à ça quand je combattrai le monstre, donc je suppose que c’est bon.

Tandis que je projetais l’image divine du seul vrai Dieu dans le ciel au-dessus de la ville, les gens poussaient des cris d’émerveillement et de surprise. Dieu était descendu, et Il les baignait dans Sa lumière. Bon, la première chose à faire, c’était de s’occuper de ces sous-fifres.

« Sortez, ténèbres ! Je cherche la jeune fille guerrière resplendissante : [Valkyrie] ! »

... Franchement, appeler des guerriers divins pour m’aider avec une incantation commençant par « Sortez, ténèbres » me paraissait super stupide, mais il fallait savoir encaisser les coups.

Des cercles d’invocation apparurent autour de l’illusion projetée de Dieu, et de jeunes filles guerrières angéliques furent appelées dans le ciel. J’avais passé un contrat avec les Valkyries suite à l’incident dans l’Empire Regulus. J’aimais bien les Griffons, mais les avoir comme seul soutien aérien me posait problème.

{L’esprit des ténèbres a créé des monstres des ténèbres, tuez-les, et protégez les habitants de la ville.} J’avais transmis des ordres télépathiques aux jeunes filles angéliques, et elles s’étaient dispersées à travers la ville.

Honnêtement, il aurait été plus facile d’utiliser mon smartphone pour tous les verrouiller et les effacer d’un coup avec une magie de lumière, mais ils seraient morts beaucoup trop vite. Les citoyens n’auraient même pas su ce qui les avait sauvés, et ça ne marcherait pas. J’étais en train de réaliser un scénario !

Pourtant, la vie des gens était en jeu.

Je ne pensais pas que les sous-fifres de l’Esprit visaient spécifiquement les gens. Pour moi, c’était comme s’ils saccageaient tout sans réfléchir. Mais cela ne voulait pas dire qu’ils étaient moins dangereux. S’ils continuaient à errer et à saccager n’importe quoi, des gens pourraient quand même mourir à cause des dommages collatéraux.

Les habitants de la ville avaient commencé à applaudir, ce qui était tout à fait naturel. Dieu lui-même et une bande d’anges venaient d’apparaître pour combattre leur ennemi.

Très bien, il est temps de bouger. Je m’étais fait disparaître avec [Invisibilité], et je m’étais précipité sur les toits, en m’assurant de garder un œil sur l’illusion divine que j’avais projetée dans le ciel.

Dans ces moments-là, j’aurais bien besoin d’un sort de vol... Je me demande si c’est de la magie du vent... ou peut-être qu’est-ce un sort Néant ? Oui, si c’est de la magie du vent, Leen pourrait l’utiliser facilement... Ça devrait-être un sort de Néant.

J’étais finalement arrivé devant le temple, et j’avais compris à quel point l’Esprit des ténèbres était grand.

J’avais effacé l’illusion de Dieu dans le ciel, et, tout en maintenant l’illusion de Dieu sur mon propre corps, j’avais sorti une épée de deux mètres de long de mon stockage.

J’avais réduit le poids de la lame en utilisant [Gravité] pour pouvoir la manier d’une main. Elle avait été créée à partir d’un morceau de Phrase. Le matériau de la lame avait en quelque sorte fait briller et réfléchir la lumière sur la surface, comme la surface de l’eau. J’avais décidé que c’était assez mystique pour passer pour une arme divine.

L’Esprit des Ténèbres s’était retourné et m’avait regardé fixement. J’avais dit fixer, mais il n’avait pas d’yeux. Cependant, on dirait qu’il y avait une sorte de reflet. Quelques-uns de ses tentacules s’étaient dirigés vers moi.

« Hup... ! »

J’avais sauté sur le côté tout en faisant un mouvement horizontal avec l’épée. J’avais coupé proprement le tentacule, et la masse sombre était tombée par terre. Un brouillard noir fétide avait commencé à s’échapper du tentacule tranché... C’est dégoûtant.

Mais je n’avais pas eu le temps de réagir avant que le tentacule ne disparaisse et qu’une nouvelle ne prenne sa place sur le corps du monstre. Attends, cette chose pouvait aussi se régénérer ? C’est irritant !

En tant que (faux) dieu, je ne pouvais laisser personne le voir me donner du fil à retordre, alors j’avais besoin de le tuer rapidement. J’avais brièvement envisagé d’utiliser la [Glissade], mais c’était tellement gros qu’il allait à tous les coups détruire une partie de la ville s’il tombait. Peut-être que je devrais l’écraser !

« Verrouillage de la cible. Esprit des ténèbres. Invocation de [Gravité]. »

« Bien reçu. Cible bloquée. Invocation de [Gravité]. »

L’Esprit des Ténèbres avait immédiatement commencé à tomber, il n’avait pas pu supporter son nouveau poids corporel accru. D’un cri, il était tombé sur le côté.

La zone de la ville en dessous était, naturellement, complètement nivelée. Ah merde ! J’avais obtenu à peu près le même résultat que si j’avais utilisé [Glissade] ! Welp. C’était Dieu qui l’avait fait, pas moi. Dans tous les cas, les gens de la région immédiate auraient dû être évacués à ce moment-là, de sorte que personne ne serait blessé.

Mais c’est plutôt mauvais. Je pense que j’en ai peut-être trop fait avec ce tapage...

Il n’y avait rien que je pouvais faire, alors je m’étais concentré sur l’anéantissement avec une démonstration de force écrasante. J’avais amplifié les effets de la [Gravité] sur la créature, mais je n’étais même pas sûr que cela avait beaucoup changé. Il n’avait pas de visage, donc je n’avais pas pu mesurer comment il se sentait. Quoi qu’il en soit, j’avais l’impression d’être coincé. Maintenant, le final !

« Frappe véritablement, Lumière ! Sainte Lance scintillante : [Javelot Brillant] ! »

Les lances de lumière se frayèrent un chemin à travers le corps de la bête, et... Les trous laissés dans la créature ne se régénérèrent pas. Il allait de soi qu’un Esprit Noir serait vulnérable face à la magie de la lumière.

« Verrouillage de la cible. Lancez encore... cent... non, que deux cents [Javelot Brillant] frappe l’Esprit Noir ! »

« Bien reçu. Cible bloquée. »

Il était temps pour ce monstre de goûter à la (fausse) colère de Dieu (les deux cents javelots de la colère) !

« Feu ! »

« Bien reçu. Lancement de l’attaque. »

BOOM, CRASH, RUMBLE, SHAKOOM, BADABOOM !!

Le sol avait commencé à trembler, ce qui était naturel, ces Javelots de lumière faisaient vraiment de grands dégâts sur ce monstre. Le corps de l’Esprit Noir se fendit à plusieurs reprises, se fragmentant à mesure que chaque nouvelle lame de lumière tombait sur lui. À la fin de la salve, il ne restait plus grand-chose de la créature elle-même.

Les morceaux fragmentés de l’esprit se répandirent dans la région comme un brouillard noirci. J’avais pensé qu’il était probablement encore vivant, sous une forme basique. Cependant, je ne pourrais pas avoir cela, et ce serait vraiment pénible si ce monstre ressuscitait. Par conséquent, j’avais décidé de l’annihiler.

« Viens, Lumière. Exil lumineux : [Bannissement] ! »

J’avais jeté un sort de purification à grande portée, diffusant de la lumière partout. Le brouillard ténébreux s’était rapidement dispersé et dissipé.

Alors que la lumière s’estompait et que l’esprit des ténèbres tourbillonnait dans le néant, un seul squelette s’effondra au sol. En un instant, il fut réduit en poussière et s’était envolé dans la brise...

Je m’étais demandé si c’était Ramirez. Après mille ans, il fut finalement libéré. Honnêtement, j’avais pour lui un peu pitié, mais au final il n’avait été victime que de ses propres méfaits.

D’accord, c’était le moment... Je devais travailler dur pour tromper tout le monde.

***

Partie 9

J’avais regardé les rues lorsque les acclamations avaient retenti dans les environs. Même dans l’obscurité de la nuit, j’entendais des gens de très loin.

« Incroyable ! Il l’a fait ! »

« Lars, merci ô Lars ! Le Dieu de la lumière a vaincu l’esprit des ténèbres ! »

« Prends ça, monstre ! Sens la colère de notre seigneur, démon ! »

Les citoyens avaient applaudi tout en se moquant avec enthousiasme, mais je m’étais senti tout simplement irrité.

Je ne savais pas si c’était juste à cause du lavage de cerveau résiduel, mais ils parlaient beaucoup de Lars. J’avais décidé de leur montrer la colère de ce Dieu qu’ils applaudissaient tant.

Il me semblait qu’un exploit n’aurait pas suffi, alors je devrais leur dire directement la vérité.

« Verrouillage de la cible. Portée effective, à l’intérieur des limites de la ville. Invocation de [Javelot brillant] à des endroits aléatoires, en t’assurant qu’il n’y ait personne à moins de dix mètres du sort. Répète-le 300 fois. »

« Compris. Cible bloquée. Invocation de [Javelot brillant]. »

Soudainement, trois cents javelots tombèrent du ciel et frappèrent la ville. Des cris et des hurlements éclatèrent, et les habitants de la ville tombèrent dans la confusion.

J’avais utilisé mon smartphone pour projeter mon image haute dans le ciel, en m’assurant qu’elle puisse être vue à distance.

« Ne parlez pas avec tant de négligence de justice, de colère et d’indignation. C’est la justice déformée de votre peuple qui a créé cette bête ! »

Puis j’avais décidé de pimenter un peu les choses. En utilisant une [Porte], j’avais amené le pape à mon emplacement. Son image, elle aussi, avait été projetée dans le ciel, et les citoyens avaient applaudi avec admiration. J’avais fait un signe de tête au pape, et elle s’était agenouillée devant moi, inclinant la tête.

« Est-ce vous, Votre Divinité ? Lars, le Dieu de la lumière ? »

« Je ne le suis pas, mon enfant. Je suis en effet le Dieu de la lumière, mais je ne porte pas le nom de Lars. Il n’y a aucun Dieu se nommant Lars. »

Les gens qui nous regardaient tombèrent une nouvelle fois dans la confusion. C’était naturel, cependant. Je venais de totalement renier leur Dieu.

« Avance, pape. J’ai un message pour vous tous. »

J’avais posé ma main sur le front du pape, et une lumière éblouissante nous avait englouti tous les deux. J’étais un peu fatigué par cette mascarade, et j’avais essayé de l’accélérer un peu. Ce n’était pas comme si j’allais vraiment imprégner un message dans son esprit, c’était juste un effet dramatique.

Après que la lumière se soit éteinte, le pape s’était complètement prosternée devant moi. Franchement, je pensais que c’était un peu exagéré de sa part.

Quoi qu’il en soit, j’étais simplement passé à l’étape suivante.

« Une dernière chose. Je dois donner le châtiment divin à ceux qui ont accumulé le péché et permis que de nombreux crimes soient commis sous le couvert frauduleux de la justice et de la lumière. »

J’avais encore une fois utilisé mon portail de la même manière pour mettre en avant les connards qui s’étaient montrés à moi plus tôt. Le cardinal Zeon, sa sœur Kyurei, les autres cardinaux et les Templiers qui m’avaient harcelé se prosternèrent devant ma puissance divine.

« Confessez-moi vos péchés. »

« Nous n’avons commis aucun crime, nous n’avons commis aucun péché ! Je suis un fervent adepte de votre lumière, la lumière de Dieu est mon berger, je vous le promets !! »

Zeon s’était mis à bavarder comme un idiot, son visage prosterné contre le sol. Je n’arrivais pas à croire qu’il essayait de se sortir de cette situation devant Dieu. Ça n’avait pas d’importance que je fasse semblant, il ne le savait pas ! Ce type était vraiment idiot s’il pensait pouvoir tromper Dieu.

« Espèce de misérable microbe. Prétendre qu’une fille innocente est une vampire, aller jusqu’à planifier sa mort... Confiner votre pape dans une cellule minable !? Vous pensiez que de telles choses échapperaient à mon regard omnipotent !? »

« C’était juste... !! »

Zeon et sa sœur pâlirent tous les deux. Les citoyens, qui regardaient encore, avaient commencé à murmurer entre eux. Les cardinaux, les Templiers et tous les autres présents ne semblaient pas pouvoir contenir leur choc et leur horreur.

« Et vous savez aussi bien que moi que ce n’était pas vos seuls crimes. Dois-je révéler vos autres transgressions ? Une par une !? »

« N-Ngh... ! »

Zeon se tut. J’avais posé la question parfaite. Je ne doutais pas qu’il avait fait toutes sortes de choses terribles sous la bannière de Dieu, mais je n’étais pas tout à fait sûr de ce que c’était. Mais maintenant, je savais que sa sœur et lui ne pouvaient plus être sauvés.

Même en sachant qu’il n’y avait pas de dieu de la lumière, ils utilisaient toujours cette divinité à leurs propres fins. Je ne pouvais pas me permettre de les laisser s’échapper.

« Repentez-vous, bâtards ! »

« Ughaah !! »

J’avais utilisé mon fidèle sort paralysant sur tout le monde devant moi, à l’exception du pape bien sûr. Je m’étais alors tourné vers Son Éminence et j’avais parlé ainsi.

« Je te confie leur punition, mon enfant. »

« Bien sûr. »

« La lumière et l’obscurité sont les deux faces d’une même pièce, indivisibles à jamais. Justice, injustice, les deux sont des créations humaines. Si vous vous engagez d’un côté, vous finirez par basculer dans l’autre. Ne permettez pas cela. »

J’avais fait face aux citoyens tout en faisant ma déclaration finale. Cela dit, je ne pensais pas avoir fait un très bon discours. J’ai décidé de m’enfuir avant de faire une autre erreur et de me faire prendre.

Les valkyries étaient venues de derrière moi et se dispersèrent à travers la ville.

« Adieu, fils de l’Homme. »

Les Valkyries brillèrent toutes à l’unisson. J’en avais profité pour me cacher à travers un portail et me mettre à l’abri des regards. Après la disparition de la lumière, j’avais créé une autre illusion avec de belles plumes tombant du ciel. J’avais l’impression d’avoir réalisé un film.

Le pape s’était alors levé.

« Dieu est parti ! Désormais, nous assumerons l’entière responsabilité de nos actes ! Nous nous repentirons comme un seul homme, pour avoir trahi la volonté de Dieu ! Pendant qu’il parlait, nous aurions tous dû recevoir ce message de responsabilités ! Nous allons travailler dur et saisir ce qui est juste de nos propres mains ! Priez-le dans la gratitude et la paix ! »

Les voix du peuple s’élevèrent toute la nuit, ils étaient ravis. C’est à peu près ce à quoi je m’attendais, mais... Elle avait certainement plus de charisme que moi, c’était certain.

J’avais pensé que ce serait suffisant pour que tout s’arrange. Alors que je regardais les citadins excités et le discours du pape, mon smartphone s’était mis à vibrer. J’avais eu un appel entrant.

« Bonjour ! Est-ce Dieu ? »

« Ça l’est, mon garçon. Hahahaha... il semble que tu aies mis fin à la situation ! Je suis soulagé, merci. »

« Ouais, on dirait qu’ils vont s’en sortir maintenant. Tous les trucs bizarres qui interféraient avec leur esprit devraient disparaître assez tôt, si ce n’est déjà fait. Maintenant, les gens devraient être capables de prendre des décisions rationnelles par eux-mêmes. »

Dans un sens, on pourrait dire que j’avais creusé un fossé dans l’esprit des gens au sujet du concept même de Dieu. L’influence de Ramissh allait probablement décroître après cela, mais... à son tour, les personnes opprimées par leur mauvaise justice disparaîtraient également.

Il y aurait sûrement encore des gens qui croiraient en Lars, Dieu de la lumière, mais cela me convenait. Croire ou non était en fin de compte leur choix, et cela signifiait simplement qu’ils étaient humains. Tout ce que j’avais fait, c’était d’empêcher les gens d’abuser de cette croyance et de l’imposer aux autres par la force ou la ruse.

« Je m’excuse de t’avoir laissé gérer cela... Excuse-moi auprès de la jeune prêtresse et de cette charmante jeune papesse pour moi, veux-tu ? »

« Ne t’inquiète pas pour ça. Rembourse-moi en regardant leur pays de temps en temps, au cas où les choses redeviennent bizarres. »

« Très bien, alors ! J’essayerais d’y faire attention. »

Je lui avais raccroché au nez, et j’étais retourné vers Phyllis et Kohaku par un de mes portails.

« Merci, Votre Majesté... Merci infiniment. »

Phyllis fut émue aux larmes au moment où elle me vit, elle inclina respectueusement la tête. Je n’avais pas vraiment fait grand-chose pour mériter ce niveau d’appréciation, cependant, si vous me l’aviez demandé, je dirais que c’était moi qui, au départ, étais responsable de tout ce bordel !

« Dieu m’a demandé de m’excuser auprès de toi et du pape de sa part. Je pense que les temps seront durs, tu crois que ça va aller ? »

« Cela devrait aller. Après tout, Dieu veille toujours. »

Phyllis hocha la tête, il n’y avait aucune hésitation dans ses yeux. Il semblerait que je n’avais pas à m’inquiéter.

Comme c’était à cause de ma propre magie que divers bâtiments et le grand temple avaient été annihilés, j’avais rapidement décidé de les reconstruire avec un autre de mes sorts de confiance. Cependant, le pape était apparu et m’avait arrêté sur place. Elle avait dit que montrer mon pouvoir de cette façon en public, surtout après tout ce qui venait de se passer, serait une idée terrible. Elle avait raison, je ne voulais pas révéler la vérité derrière ce Dieu.

J’avais veillé sur le pape qui commençait un nouveau type de sermon et j’avais souri. Il semblerait que mon travail ici soit terminé. Mais, juste au cas où, j’avais donné à Phyllis un miroir portatif pour pouvoir communiquer rapidement et facilement. Puis, après un bref au revoir, Kohaku et moi avions pris le chemin du retour vers Brunhild.

Quelques jours plus tard, des rumeurs avaient finalement commencé à circuler dans divers pays. Un Dieu était descendu dans la théocratie Ramissh, tuant ainsi un méchant Esprit noir. Les pays irréligieux avaient ri de l’histoire, ils pensaient que ce n’était que de la propagande. À part cela, la théocratie de Ramissh avait officiellement changé de direction, délaissant la parole de Lars, dieu de la lumière, pour se contenter de prêcher la parole de la « lumière de Dieu ». Leur devise : tout au nom de la lumière et de la justice avait également été effacé.

Officiellement, le fondateur de Ramissh était toujours Ramirez, et celui qui l’avait aidé était le dieu de la lumière. Cette partie de l’histoire était restée cohérente. Tout ce que moi et le pape avions fait ensemble, c’était d’enlever toute mention de Lars et de sa justice tordue.

« Je ne m’attendais pas à ce que tu fasses semblant d’être un Dieu, Touya... tu vas être puni d’en haut ! »

Elze m’avait poussé sur le côté en riant de mon histoire. J’avais, naturellement, expliqué à ma famille ce qui s’était passé dans la théocratie. J’avais juste découpé les parties sur le vrai Dieu.

Le cardinal Zeon, le cardinal Kyurei, les Templiers et les autres qui avaient activement abusé du pape avaient été dépouillés de leurs terres, de leur position et de leurs biens. Ils avaient été excommuniés de l’église et emprisonnés. Les richesses confisquées avaient fini par être immenses. Il semblerait que toutes leurs tentatives de semer la terreur et les demandes de dons avaient bien fonctionné pour eux. Le pape avait gentiment rendu cet argent au peuple, indemnisant les victimes d’années d’oppression.

Tous ceux qui étaient emprisonnés étaient aussi ceux qui connaissaient la vérité au sujet de la religion Ramissh, mais il était peu probable qu’on les croirait même s’ils parlaient. Après tout, ils avaient tous été jugés personnellement par Dieu lui-même devant une grande foule.

Et, peu de temps après, un envoyé de Ramissh était venu me saluer dans mon château. Mes couloirs avaient été honorés par la présence du plus jeune cardinal de l’histoire, Phyllis.

« Tu as l’air de te porter bien. »

« Tout comme vous, Grand-Duc. »

J’avais jeté un coup d’œil à la lettre qu’elle avait apportée. Pour être franc, la lettre disait qu’ils étaient désolés de l’attitude de l’envoyé précédent et qu’ils souhaitaient établir de bonnes relations avec Brunhild.

Il n’y avait pas d’exigences farfelues comme celle de me forcer à adopter une religion d’État ou à me baptiser moi-même. C’était simplement une lettre de bonne foi, demandant à mon duché de maintenir une amitié avec la théocratie pour aller de l’avant.

Naturellement, j’avais accepté. Pour que mon pays puisse se développer, une bonne diplomatie était nécessaire et bienvenue. Je n’avais aucun désir de me rapprocher des mauvaises nations, mais je m’étais fait de bons amis au sein de la Théocratie.

« Hm, j’étais un peu inquiet tout à l’heure, mais ça semble s’être bien terminé... Je me demande si le Dieu qui est apparu à Ramissh voulait que cela se produise... »

Après le départ de Phyllis, le vieux Kousaka avait poussé un petit soupir de soulagement et m’avait donné ce commentaire, ainsi qu’un regard en coin.

Je ne lui avais pas donné les détails exacts de ce qui s’était passé ce jour-là, mais je lui avais dit que j’étais là quand c’était arrivé. Autant qu’il sache, je visitais la théocratie, et tout d’un coup Dieu était descendu. C’était très pratique, mais c’était l’histoire à laquelle je m’étais attaché.

« Crois-tu en Dieu, Kousaka ? »

« Qui peut le dire... Il existe dans le cœur de ceux qui croient, et non dans le cœur de ceux qui ne croient pas. C’est du moins ce que je crois. »

James Barrie, un écrivain anglais, avait écrit dans « Peter Pan » que chaque fois qu’un enfant disait « Je ne crois pas aux fées », une fée mourrait quelque part.

Kousaka avait raison. Croire en quelque chose, c’était lui donner vie. Je ne pensais pas que quelqu’un puisse s’y opposer.

« Et toi, Grand-Duc ? Croyez-vous en Dieu ? »

« Oui, j’y crois réellement. »

Quelque part, dans la brise, j’avais cru entendre le petit rire du divin vieillard.

***

Interlude 1 : Un mariage à Belfast

Partie 1

« Félicitations ! »

« Félicitations, vous deux ! Je vous souhaite bonne chance ! »

« Tu ferais mieux de ne pas faire pleurer ta nouvelle femme, Lyon ! »

« Que vous soyez bénis et heureux ! »

Les applaudissements remplissaient l’air. Au centre de tout ce raffut se tenait Lyon, un chevalier de Belfast. Un peu gêné, il rayonnait de joie. Il se tenait debout à côté de son ancienne fiancée, Olga, une femme-renarde. Et à partir d’aujourd’hui, elle était devenue sa femme.

Lyon était parée d’un magnifique smoking couleur neige, tandis qu’Olga portait une robe de mariée d’un blanc pur.

J’avais dessiné leurs deux tenues en utilisant des références que j’avais trouvées en ligne. Puis j’avais demandé à Zanac, le marchand de vêtements, de les coudre. Ils avaient tous les deux de belles silhouettes, ils avaient ainsi bien rempli les vêtements. Honnêtement, j’étais un peu jaloux.

Le mariage avait lieu dans la maison des parents de Lyon... en d’autres termes, dans la villa du général Léon. Et plus précisément, dans la cour du domaine Blitz.

Les familles des mariés, tous les chevaliers de Lyon et leurs amis de Mismede s’étaient tous réunis pour les voir se marier.

J’avais ouvert un portail pour inviter les invités de Mismede. Eh bien, je supposais qu’on pouvait dire que c’était un succès.

La nouvelle maison des jeunes mariés était à distance de marche du lieu du mariage. C’était une belle maison, mais un peu trop petite pour tenir une grande cérémonie comme celle-ci. C’était pourquoi le mariage avait lieu dans la villa des parents du marié.

La fête avait pris la forme d’un buffet dans la cour. J’avais assisté à leur mariage non pas en tant que grand-duc de Brunhild, mais en tant qu’ami du couple.

Yumina, Elze, Linze, Yae et Lu étaient avec moi. Lu ne connaissait ni la mariée ni le marié, mais je ne voulais pas qu’elle se sente exclue, alors je l’avais amenée.

Les invités avaient tous bavardé amicalement entre eux. L’un d’eux s’était séparé de la foule et s’était dirigé vers moi.

« Votre Altesse, je vous remercie humblement pour tout ce que vous avez fait pour les mariés. »

« N’en parlons plus. En plus, je ne suis pas ici aujourd’hui en tant que duc, mais en tant qu’ami. »

Le monsieur en costume gris qui s’inclinait devant moi était Olba, le marchand. C’était le père d’Olga. Sa corpulence était aussi robuste que d’habitude, et ses oreilles et sa queue de renard tremblaient légèrement.

Mais ce qui avait retenu mon attention, c’était les deux femmes debout derrière Olba. Il s’agissait toutes les deux des femmes-renardes, et elles avaient l’air d’avoir la trentaine. Bien qu’elle avait des cheveux dorés et non argentés, l’une des dames ressemblait à Olga. Était-elle peut-être... ?

Alors que je me tournais vers eux, Olba leur fit signe d’aller de l’avant.

« Ah, laissez-moi vous présenter à ma famille. Arisa, Irma, voici le grand-duc de Brunhild. »

« Je suis la femme d’Olba Strand, Arisa Strand. C’est un plaisir de faire votre connaissance, Votre Altesse. »

« De même, je suis sa femme, Irma Strand. Merci beaucoup pour tout ce que vous avez fait pour notre fille. »

C’était donc les femmes d’Olba. J’avais pourtant été surpris d’apprendre qu’il en avait deux !

« Irma est la mère d’Olga et d’Arma. Arisa est la mère de mon fils aîné, Ikusa. »

Irma aux cheveux dorés était donc la mère d’Olga et d’Arma. Pas étonnant qu’elles se ressemblaient tant.

Ainsi, Arisa était la mère du frère aîné d’Olga. Son frère aîné étudiait apparemment le commerce à Roadmare, il n’avait pas pu se rendre au mariage.

« Alors vous avez eu deux femmes ? »

« Hahahaha. Je dirais que ce n’est pas beaucoup, vraiment. Saviez-vous que la plupart de mes connaissances marchandes ont jusqu’à cinq femmes et huit maîtresses ? »

La polygamie semblait tout à fait normale à Mismede. Même s’il semblerait que les épouses étaient classées dans une hiérarchie.

Il semblerait que la polygamie soit également acceptée à Belfast, tant que l’on détenait un grade de baron ou plus. Bien sûr, les maîtresses ne comptaient pas, donc même si vous étiez un roturier, vous pourriez en avoir beaucoup tant que vous aviez les fonds nécessaires pour les soutenir. Ce qui voulait dire que vous devriez être un riche marchand.

D’ailleurs, bien que le père de Lyon soit baron, comme il était le deuxième fils, il n’héritera pas du titre. Donc Olga sera sa seule femme.

Il pourrait encore se prendre des maîtresses, mais le connaissant, je doutais qu’il le fasse. Il était fou d’Olga.

« Maintenant que j’y pense, si vous n’aviez pas aidé à les piéger tous les deux, ça ne serait peut-être jamais arrivé. Je vous remercie de nous avoir donné des liens avec une famille si influente. »

Olba parla sérieusement en regardant sa fille et son gendre divertir joyeusement une foule d’amis. Derrière Olga se tenait sa petite sœur, Arma, portant un panier de fleurs. Arma avait aussi l’air heureuse.

« Oh oui, j’allais oublier. Pour leur cadeau de mariage, j’ai construit une source d’eau chaude dans leur maison. Une fois la cérémonie terminée, vous devriez l’essayer. Elle puise son eau d’une source à Belfast, et cela fait des merveilles pour supprimer la fatigue. »

« Hoho... une source d’eau chaude ? »

« C’est merveilleux ! »

« Prenons un petit bain sur le chemin du retour, chéri ! »

Les femmes d’Olba semblaient plus excitées par la source d’eau chaude que lui. Même une famille riche n’avait pas beaucoup d’occasions de profiter des sources chaudes. C’était doublement le cas pour une famille de Mismede.

Comme Olba était le père de la mariée, il devait encore faire le tour et saluer officiellement tous les autres invités. Après quelques minutes de plus de conversation, il prit congé et commença à faire le tour de la cour.

« Il avait l’air vraiment heureux. »

« C’est le mariage de sa fille, pourquoi ne serait-il pas heureux ? »

En répondant à Yumina, j’avais réfléchi à la façon dont les choses auraient pu être différentes si les parents d’Olga avaient été moins disposés à la laisser partir.

J’aimerais penser que je ne deviendrais pas le genre de père qui dit qu’ils ne laisseraient jamais personne voir sa fille, mais qui sait. Je n’étais pas sûr de ne pas être trop cinglant.

Oh, on dirait que ce sont les parents du marié qui viennent cette fois.

« Hé Seigneur Tou... mes excuses, c’est Votre Altesse maintenant, n’est-ce pas ? Bref, merci pour tout ce que vous avez fait pour notre idiot de fils. »

Le père de Lyon, le général Léon, inclina humblement la tête devant moi.

« Oh s’il te plaît, ne fais pas ça. Je suis ici en tant qu’ami, tu peux juste me parler comme tu l’as toujours fait. »

« Vraiment ? Alors je vais accepter cette offre, mais juste pour aujourd’hui. Je n’aurais jamais imaginé que tu deviendrais un membre de la royauté. Ah, mais si tu avais épousé la princesse, tu aurais aussi pu devenir le roi de Belfast. Je suppose que, quelle que soit ta décision, il était toujours possible que tu puisses devenir un souverain. »

Il était vrai qu’il y avait toujours cette possibilité, mais la situation avait beaucoup changé.

J’avais mon propre pays à diriger, et même si je ne l’avais pas encore rendu public, j’étais fiancé à Yumina.

Et comme il semblerait que la reine de Belfast se soit mise à l’écart depuis un certain temps, il était très possible qu’un véritable successeur naisse bientôt.

Si un fils était né, ils n’auraient plus besoin de moi. Mais, si la nouvelle enfant était une fille, alors le premier enfant mâle de Yumina deviendrait l’héritier de Belfast. Ce qui fera de n’importe quel fils né de mes quatre autres femmes l’héritier de Brunhild.

Il y avait une montagne de problèmes auxquels je devais encore réfléchir. Je ne m’étais même pas encore marié. Je ne devrais pas m’inquiéter pour les enfants.

« Père ! Tu ne peux pas parler avec autant de désinvolture au dirigeant d’un pays... »

J’avais entendu une voix de reproche derrière le général. Je m’étais tourné pour voir un grand homme d’une vingtaine d’années portant la même moustache que Léon. Je pensais que j’étais le seul gars dans ce monde à ne pas avoir de moustache. Mais s’il avait appelé Léon père, alors il devrait être...

« Oh oui, c’est la première fois que vous le rencontrerez, Seigneur Touya. Voici Shyon, le grand frère de Lyon. C’est un membre de la première division de l’armée. Même s’il est plus habile à l’épée, c’est un homme pathétique qui a laissé son jeune frère se marier avant lui. »

« C’est un plaisir de faire votre connaissance, Votre Altesse, Grand-Duc de Brunhild. Je m’appelle Shyon Blitz, je suis un soldat de la première division de l’armée. Merci beaucoup d’avoir assisté à la cérémonie de mariage de mon petit frère. »

Shyon s’inclina ensuite devant Yumina, qui était techniquement sa patronne, Lu, la princesse de Regulus, et même Elze et les autres. Il était évident qu’il partageait l’attitude droite de son frère. Ou plutôt, ils l’avaient hérité de leur père.

« J’ai hâte de voir à quoi ressembleront mes petits-enfants. Si j’ai un petit-fils, je vais l’entraîner moi-même. Imaginez ce que quelqu’un ayant du sang d’homme-bête pourrait faire avec ma technique du Poing de feu. Il deviendra à coup sûr le meilleur artiste martial de Belfast ! »

Hé le vieux, retiens-toi avant de passer de parent aimant aux grands-parents aimant. Je me demandais si la famille finirait par s’en sortir.

Bien qu’il soit vrai que leurs enfants auraient du sang d’homme-bête en eux et qu’ils seraient donc plus forts que les humains ordinaires... J’avais l’impression que même si leur premier enfant était une fille, le général Léon essaierait toujours de lui enseigner ses arts martiaux.

« En y pensant, n’as-tu pas aussi établi un ordre de chevalerie à Brunhild ? La prochaine fois que tu en auras l’occasion, pourquoi ne pas faire une séance d’entraînement conjointe entre nos chevaliers et les tiens ? Je suis sûr que ce sera un bon entraînement pour les deux camps. »

« Oui, ça a l’air d’être une bonne idée. Mes unités de chevaleries viennent juste d’être créées, donc ils ne sont pas encore très doués pour coordonner leurs mouvements. Bien que je dirais que leurs forces individuelles soient plutôt élevées. »

« Hmm, c’est vrai que la force ne suffit pas. Mais la coordination entre les troupes n’est pas quelque chose qui peut se forger en un jour. Vous aurez besoin de beaucoup de formation pour cela... Avez-vous essayé les exercices en groupe ? »

« Tu as raison... Je devrais peut-être faire plus de simulation de batailles à grande échelle. Cela pourrait servir quand l’on devra combattre de grands groupes de bandits, donc... »

« Hé, vous deux. Est-ce que vous pourriez parler de politique une autre fois ? Tu réalises que c’est un mariage, pas vrai ? »

Yumina avait interrompu notre conversation. Elle avait l’air d’en avoir marre de nous. Bien que son ennui soit définitivement justifié. Nous n’aurions probablement pas dû parler de bataille et de mort lors d’un mariage. Cela avait plombé l’ambiance...

« En tout cas, je te contacterai plus tard pour les détails. »

« Très bien. Cela semble sage. Maintenant, Votre Altesse. Nous allons prendre congé. »

Le général Léon et Shyon s’étaient maladroitement précipités loin de nous et s’étaient dirigés vers la table des chevaliers.

« Être enthousiaste à propos de ton travail est une bonne chose, mais pourrais-tu au moins l’oublier pendant que nous sommes ici ? »

« Désolé, la conversation est allée dans cette direction. En plus, son idée était intéressante, alors, tu sais... »

Me faisant gronder par Lu, je n’avais pas pu m’empêcher de laisser un sourire contraint couvrir mon visage.

***

Partie 2

« J’ai pensé que c’était une bonne suggestion, pour être honnête. L’entraînement commun semble être un vrai plaisir. »

« À vrai dire, je pensais la même chose, moi aussi. »

Elze et Yae avaient exprimé leurs opinions sans ménagement, en souriant à contrecœur, tout en échangeant des regards l’une avec l’autre. Eh bien, comme l’on pouvait s’y attendre de ce genre de personne !

« Touya, ne devrais-tu pas préparer ton discours ? C’est prévu pour bientôt, n’est-ce pas ? »

Linze m’avait rappelé mon prochain rôle. Je l’avais presque complètement oublié. Comme j’étais le grand-duc d’un pays entier, aussi petit soit-il, j’étais techniquement la personne la plus importante présente. À cause de cela, on m’avait demandé de faire un discours pour le couple nouvellement marié.

Comme je ne connaissais pas encore très bien les coutumes de ce monde, j’avais demandé à Kousaka d’écrire un discours de célébration standard de mariage, mais...

Quand j’avais vérifié la poche intérieure de mon manteau, il n’y avait que mon bon vieux et fidèle smartphone.

J’avais vérifié mes autres poches en espérant y retrouver mon discours, hélas... Même après avoir vérifié la poche extérieure de mon manteau, la poche de mon pantalon et l’intérieur de mon sort [Stockage], le papier contenant le discours était introuvable...

Hein ? Hein ? Qu’est-ce que... ?

« ... Qu’est-ce qu’il y a ? »

« ... Je crois que j’ai perdu le texte contenant mon discours... »

« Quoi !? »

Les filles crièrent toutes à l’unisson.

Hein ? Hein !? L’avais-je accidentellement laissé tomber quelque part !? Attendez une minute ! Sans ce script, je suis dans la merde ! Je ne m’en souvenais que par bribes, et ça ne va pas m’aider ici !

« Touya, sœurette dit que tout le monde est en place, et ils attendent tous que tu te viennes sur l’estrade faire ton discours ! »

Arma s’était approchée de moi et m’avait salué avec un sourire aussi éclatant que le soleil. Tout ce que j’avais pu faire, c’était de répondre avec un sourire raide et forcé : « J’arrive tout de suite ».

« Touya, souviens-toi ! Tout ce que tu as à faire est de les féliciter ! Dis-leur des mots qui célèbrent l’occasion ! C’est tout ce qu’ils veulent de toi ! »

« Oui, tu as raison. »

« Tu ne peux absolument rien dire au sujet de “grandir séparément les uns des autres”, “d’un ravin grandissant entre les gens”, ou “comment tout finira-t-il par se terminer”. Ne parle pas de ce qui pourrait porter malheur ! Tu comprends ce que je dis, n’est-ce pas ? »

« Hein ? Ah, j’ai compris. Oui, tu as raison. Je garderai ce conseil à l’esprit. »

C’est mauvais, ça. Très mauvais. À ce rythme, je vais probablement bafouiller mes mots et dire des choses que je ne devrais probablement pas dire... Mais en même temps, je ne peux pas me lever et ne dire que « Félicitations aux mariés ! Lyon, Olga, je vous souhaite beaucoup de bonheur dans votre nouvelle vie de couple », parce que cela me semblait beaucoup trop impersonnel...

Et ce n’était pas comme si je ne peux rien dire non plus. Ce serait trop grossier ! Quelle est la pratique habituelle pour la célébration d’un mariage ? Devrais-je chanter comme cet oncle qui était sorti de nulle part, mais que tout le monde aimait quand même ? Non, non, non, non. Rejetée. Faire une chose pareille me gênerait beaucoup trop. Qu’y avait-il d’autre... ?

« Mais oui. »

À ce moment-là, j’avais eu un éclair de génie. Dans mon ancien monde, il y avait un petit quelque chose de spécial que l’on faisait traditionnellement lors des mariages. Normalement, je ne serais pas capable de faire ce genre de chose moi-même, mais heureusement pour moi, j’avais cette magie qui pouvait m’aider ici.

« Désolé, Arma. Peux-tu leur demander d’attendre encore dix minutes ? J’ai besoin de temps pour me préparer. »

« Eh ? Eh bien, d’accord. Je vais leur demander d’attendre encore un peu. »

Arma était partie en courant vers les autres.

Très bien, il était temps de mettre le spectacle en route.

J’avais commencé à chercher certaines personnes qui, j’en étais sûr, seraient parmi la foule en cette occasion.

« Ahem. Je m’appelle Mochizuki Touya, je suis ici aujourd’hui en tant que grand-duc de Brunhild. À Lyon et Olga, je vous souhaite en ce jour bonne chance dans votre mariage. »

J’avais fait usage de mon sort de Néant [Enceinte], et je m’étais assuré que ma voix atteindrait toutes les personnes présentes dans le jardin. Il semblerait y avoir de l’agitation parmi certains invités présents qui n’étaient pas au courant de ma position en tant que grand-duc d’un pays, mais j’avais continué mon discours en dépit de cela.

« Désormais, ces deux-là vont construire leur propre famille. En cette joyeuse occasion, je voudrais vous présenter l’image d’une famille heureuse pour que cela puisse leur arriver aussi un jour. »

Lyon et Olga se regardèrent l’un et l’autre, ils semblaient perplexes devant mes paroles.

En gardant mes yeux sur eux, j’étais descendu de la plate-forme et j’avais jeté mon sort Néant [Mirage].

L’image d’un jeune, mais grand homme apparu sur la scène. Il tenait un nouveau-né dans ses bras et poussait un cri de joie. À ses côtés, une femme souriait doucement, elle était heureuse. On voyait aussi un jeune garçon qui se tenait à côté d’eux.

Le bébé tenu en l’air par le jeune homme produisait des rires innocents et joyeux.

« ... C’est moi. »

« Hein ? »

Lyon avait laissé échapper un chuchotement silencieux qu’Olga avait entendu.

« ... Ce bébé, c’est moi quand je venais de naître. Mon frère... et ma défunte mère, ils sont tous les deux là. Celui qui me retient, c’est mon père quand il était encore jeune... »

Lyon détourna son regard vers son père, le général Léon. Léon lui-même regardait droit devant lui, enchanté par l’image qui se trouvait devant lui.

La scène affichée changea brusquement en un nouveau scénario. Cette fois-ci, il y avait un jeune homme aux oreilles de renard, mince, regardant avec amour un bébé endormi dans un berceau.

« Père... ? »

Le jeune Olba toucha doucement les joues du bébé, et un doux sourire s’éleva sur son visage. Irma, dans le lit à côté, gloussa à sa vue.

Olba et Irma avaient également été captivés par l’image qui était devant eux.

Bien que l’image elle-même soit une illusion, les événements eux-mêmes reflétaient des événements réels du passé. Un peu plus tôt, j’avais parlé au général Léon, à Shyon, à Olba, à Irma, à Arisa et à deux de leurs connaissances et je leur avais demandé de me laisser voir tout ce dont ils se souvenaient grâce à mon sort [Évocation]. J’avais ensuite utilisé ces souvenirs pour recréer l’image projetée sur la scène.

Les événements marquants de l’enfance de Lyon et d’Olga se succédèrent devant le public, accompagnés d’une musique adaptée.

Le fait que Lyon soit né avec un corps frêle. La première fois qu’il s’était entraîné à l’épée sans le vouloir. La fois où il était allé pêcher avec son frère aîné. La fois où il s’était disputé avec son père. L’époque où sa mère était décédée. La fois où il avait persuadé son père de le laisser devenir un chevalier royal au lieu de devenir un soldat dans l’armée permanente. L’entraînement extrêmement strict qu’il avait entrepris et surmonté, devenant un splendide membre de l’ordre des chevaliers...

Le fait qu’Olga fut un garçon manqué quand elle était enfant. La fois où elle était rentrée tard à la maison et avait été grondée par sa mère pour cela. La fois où elle avait été ravie quand son père lui avait rapporté des souvenirs d’un pays lointain. L’époque de la naissance de sa petite sœur. L’époque où toute leur famille était partie en voyage ensemble. Le temps qu’Olga étudia avec acharnement et fit tout ce qu’elle put, avant d’être acceptée au service du palais. La fois où sa famille avait organisé une fête de félicitations parce qu’elle avait été acceptée dans le palais...

Les souvenirs des deux familles s’estompèrent doucement, laissant derrière eux l’image de Lyon et d’Olga telles qu’ils étaient aujourd’hui. L’image de deux personnes souriant ensemble et de leurs deux familles qui les félicitaient pour l’événement.

Et ainsi, maintenant que l’histoire était terminée, l’illusion s’était évanouie doucement et lentement.

J’étais monté sur scène une fois de plus et j’avais parlé aux deux mariés par l’intermédiaire de mon [Enceinte].

« J’espère que l’attitude qu’ont eu vos deux familles, à savoir l’amour qu’ils ont mis à vous élever, vous sera transmise à tous les deux afin que vos enfants puissent grandir dans un foyer familial tout aussi merveilleux. Je crois, du fond du cœur, que vous le ferez tous les deux sans que j’aie besoin de vous le dire. J’aimerais seulement présenter à tous les deux quelques mots de célébration en cette merveilleuse occasion. Avec ceci, je termine mon discours en l’honneur de ce couple marié. Je vous souhaite bonne chance dans votre nouvelle vie à deux. »

Ayant terminé mon discours, j’avais fait un salut. Tout le monde s’était immédiatement rassemblé pour applaudir ma prestation. Ça m’avait mis mal à l’aise.

J’avais tourné mon regard vers les mariés pour constater qu’ils s’étaient tous les deux effondrés en larmes. Je me demandais si je n’en avais pas un peu trop fait... Olga embrassait sa mère, Irma, en pleurant dans ses bras.

Alors que je descendais de la scène, Olba et le général Léon s’étaient tous les deux tenus en avant et s’étaient inclinés devant moi.

« Vous avez toute ma gratitude pour nous avoir fait un si beau cadeau. »

« De même, mes remerciements, Touya. Vous nous avez donné les plus grands mots de célébration que personne n’aurait jamais pu avoir. »

J’avais des sentiments mitigés au sujet de la situation. Je ne pouvais pas vraiment leur dire que j’avais perdu le texte qui avait été préparé pour moi, et que j’avais eu cette idée sur le champ... Mais, eh bien, ils avaient tous l’air heureux, alors j’étais content qu’ils l’aient aimé.

Après tout cela, il ne restait plus que les derniers mots de la mariée et du marié.

Alors qu’ils montaient sur la scène, je leur jetais une fois de plus mon sort [Enceinte] sur eux.

« À tout le monde... Aujourd’hui, nous avons franchi la première étape de notre nouvelle vie commune. Je suis reconnaissant au-delà des mots pour toutes vos bénédictions et vos paroles de célébration. Pour être honnête, je suis toujours inexpérimenté à bien des égards, mais je serais extrêmement heureux que vous continuiez à nous soutenir alors que nous abordons ensemble une nouvelle étape de notre vie. Merci à vous tous et à vous toutes ! »

Un tonnerre d’applaudissements avait suivi lorsque la mariée et le marié s’étaient prosternés sur la scène devant toutes les personnes présentes.

« Une fois la cérémonie terminée, le grand-duc de Brunhild lui-même nous a réservé sa salle de jeux ! À toutes les personnes ici présentes qui n’ont pas de problèmes urgents à régler, je vous invite tous à vous joindre à nous là-bas si vous le souhaitez ! »

Toute la foule avait haussé la voix avec enthousiasme par anticipation. De là, j’avais créé une [Porte] et j’en avais fixé l’emplacement dans la salle de jeux de mon château à Brunhild.

Dans la salle de jeux, la femme de ménage de la famille Blitz et les employés de la famille Strand étaient venus aider les invités.

Ils avaient déjà préparé des montagnes de nourriture et de boissons sur les tables pour tous les invités, en préparation de l’après-fête.

Normalement, l’après-mariage ne comprenait que des amis proches, des parents, etc. Mais bon, j’avais déjà appris à maintes reprises qu’il était inutile de s’appuyer sur le bon sens de mon ancien monde.

« Oho. C’est la salle de jeu de Brunhild, n’est-ce pas ? »

« Il y a beaucoup de choses d’un grand intérêt autour de moi. C’est vraiment un endroit fascinant. »

Ainsi, les parents de la mariée et du marié s’étaient joints à l’après-fête.

Le général Léon semblait prêt à jouer jusqu’à épuisement, tandis que l’instinct de marchand d’Olba s’était mis à trembler à la vue de tout cela.

Il s’en était suivi une explosion de joyeuses fantaisies alors que tous les gens présents couraient dans tous les sens pour s’amuser comme des fous. Entre toutes les singeries des ivrognes et les cris des gens qui jouaient à des jeux, l’endroit était aussi animé que jamais.

Après un certain temps, plusieurs invités étaient rentrés chez eux par ma [Porte]. La plupart d’entre eux étaient de jeunes femmes. Au moment de leur départ, plusieurs hommes avaient annoncé qu’ils escorteraient les dames chez eux. L’un de ces hommes était Shyon, le frère aîné de Lyon, qui était venu escorter une jeune femme particulièrement belle. C’était un bon joueur.

Quand l’horloge sonna dix heures, la mariée et le marié décidèrent de se reposer pour la nuit. J’avais déjà préparé une chambre pour eux plus loin à l’autre bout du château. C’était leur lune de miel, alors, même moi, je savais les implications de ce qui allait suivre.

Un certain nombre d’invités souhaitaient également passer la nuit dans le château. Je les avais donc dirigés vers une autre zone de chambres. Pour des raisons évidentes, mis à part les membres de la famille et les couples mariés, je m’étais assuré que les chambres des hommes et des femmes étaient séparées les unes des autres.

Après avoir fait la fête jusqu’au petit matin, plusieurs invités s’étaient réveillés avec la gueule de bois. J’avais fait une retraite tactique au moment où je vis que j’en avais la possibilité, mais apparemment, le général Léon et Olba avaient continué à boire l’un avec l’autre pendant très longtemps, jusqu’à ce qu’ils se retirent dans leur propre chambre d’amis où ils s’étaient immédiatement effondrés sur leur lit. Ils s’endormirent en un rien de temps. Lyon et sa nouvelle épouse étaient partis tôt le matin dans leur maison. Je leur avais souhaité bonne chance.

C’était une période difficile, mais tout avait fonctionné. Après un moment, j’avais été surpris d’apprendre qu’une tendance commençait à apparaître à Belfast : les gens faisaient la fête jusque tard dans la nuit et s’amusaient après un mariage.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

  2. Merci pour le travail qui est fait.

  3. Merci pour le taff' 👌😉

Laisser un commentaire