Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 5 – Chapitre 3 – Partie 7

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 3 : Dieu veille toujours

Partie 7

« Il n’a pas fallu longtemps à Ramirez pour fonder la théocratie Ramissh avec l’aide de cet Esprit, mais... peu de temps après, son esprit a été complètement érodé et l’esprit de l’homme a été totalement contrôlé par la bête. Après tout cela, l’esprit a fusionné avec le corps de Ramirez et les cardinaux de l’époque l’ont scellé sous le temple. C’était mieux pour eux de le garder ici, en fait... Parce que la capacité de l’Esprit de conditionner mentalement tout le monde dans la région ne s’est jamais dissipée. La capacité de lavage de cerveau en émane encore aujourd’hui. C’est un Immortel, mais il n’est plus vivant, on pourrait dire que Ramirez soutient toujours la religion, même dans cet état. »

Le pape s’adressa directement à Dieu, comme si elle confessait un péché grave.

C’était une sacrée histoire. Si c’était vrai, cela signifiait qu’un secret aussi horrible avait été transmis d’un cardinal à l’autre au cours des mille dernières années. J’avais finalement compris à quel point cette religion était insidieuse. Cela expliquait aussi comment l’Esprit était encore là. S’il fusionnait avec l’invocateur et soutenait son corps, alors il pourrait vivre ici indéfiniment. Mais je doutais qu’il soit encore conscient après si longtemps.

« Le pouvoir magique de l’Esprit Noir ne peut pas vous affecter, ni vous, ni cette fille, à cause de vos hautes résistances magiques... mais cela ne s’applique pas aux gens ordinaires ici. Même maintenant, ils sont inconsciemment influencés par Ramirez et sa doctrine farfelue. »

« Donc ça veut dire que si on peut s’occuper de cet esprit... »

« Exact, mon garçon. La foi zélée disparaîtra du cœur et de l’esprit des gens. À partir de ce moment-là, tout dépendra des vrais sentiments de l’individu. »

C’était logique. Nous devions la tuer à la source. Mais j’avais toujours l’impression qu’il y aurait des types pourris qui feraient n’importe quoi sous la bannière de leur propre justice, même si nous brisions l’interférence mentale.

« Mais je te suggère de te dépêcher. Tu as dit qu’ils l’ont scellé, n’est-ce pas ? Je suis sûr que le sceau est plus faible que jamais en ce moment, et l’obscurité émane déjà de sa tanière. »

« Vous avez raison... En fait, il y a eu une série de personnes qui ont perdu leur énergie, et même leur vie... Nous avons officiellement déclaré que c’était l’œuvre d’un vampire, mais en vérité... c’est parce que le sceau de l’esprit s’estompe. »

Eh bien, cela expliquait très bien le fil conducteur de l’intrigue du vampire. Pourtant, c’était assez mauvais si ça commençait à vider la vie des gens. Je me demandais si l’Esprit essayait de reconstruire sa force ou quelque chose comme ça...

« Nous devons nous occuper de cet Esprit Noir avant qu’il ne soit trop tard... Votre Éminence, y a-t-il quelqu’un dans ce pays qui serait de votre côté s’il en était ainsi ? »

« Il y a quelques membres du clergé qui espèrent le même résultat que moi. Mais notre nombre est dérisoire comparés à ceux du Cardinal Zeon. »

Mais c’était mieux que rien. Je voulais cependant éviter de révéler au public les véritables origines du pays et tout ce qui concernait le contrôle des esprits de l’Esprit Noir. Mais, je voulais aussi que la justice cruelle et incommode dont parlait Lars, dieu de la doctrine de la lumière, soit totalement supprimée.

« Très bien, je crois que j’en ai assez vu. Je continuerai à regarder de mon perchoir. Alors bonne chance, Touya, mon garçon ! À bientôt ! »

« Quoi !? Attends !! Tu ne peux pas... »

Avant que j’aie pu exprimer mes protestations, Dieu s’était volatilisé en faisceaux de lumière. Espèce de lâche ! Reviens ici !! Tu m’obliges à m’occuper des erreurs qui ne sont même pas les miennes. Mais, même si je ne le voulais pas, le temps avait recommencé à s’écouler. Kohaku m’avait regardé avec suspicion.

{Mon seigneur. J’ai l’impression que quelque chose de très inhabituel vient de vous arriver...}

{Ne t’en fais pas. Ce n’est pas une menace pour nous.}

{Très bien...}

Du point de vue de Kohaku, nous avions dû nous téléporter instantanément d’une position à une autre, de sorte que le tigre avait de la difficulté à comprendre comment notre pose et notre position avaient changé si soudainement. Mais comme c’était pénible à expliquer, alors j’avais décidé de ne pas m’en donner la peine.

« ... j’ai l’impression de m’être réveillé d’un rêve. »

« Moi aussi, Votre Sainteté... »

Je me demandais si cela faisait partie de l’exaltation de la rencontre avec Dieu. Alors que je regardais le pape et Phyllis rire ensemble, quelque chose me trottait dans la tête.

Je l’avais senti, une désagréable sensation rampait le long de ma colonne vertébrale. Un choc qui m’avait traversé et m’avait rendu malade. Ça... ne peut pas être...

« ... Ne paniquez pas maintenant, mais... Le sceau de l’Esprit Noir vient de se briser. »

« Quoi ? Quoi !? »

Le visage de Phyllis pâlissait. Nous avions alors entendu le grondement d’en bas. C’était devenu de plus en plus fort. On devrait sortir, maintenant ! J’avais tordu les barres de fer avec [Modélisation] et emmenais Phyllis et le pape dans les escaliers. Le grondement devint plus régulier, plus rapide, plus fort. Je n’avais aucun doute que la terre sous nous s’effondrerait en quelques secondes. Nous étions sortis par le long couloir qui menait à d’autres cellules, et j’avais rapidement cherché s’il y avait prisonniers. Heureusement, il n’y en avait pas, alors nous avions continué notre ascension.

« Prisonniers !? Comment vous êtes-vous échappé de votre cellule... haghgh !! »

On avait croisé un garde, et j’avais instinctivement tiré une balle paralysante sur lui. Ah merde... Je ne peux pas le laisser ici, n’est-ce pas !?

« Kohaku, retourne à ta forme de bête ! »

« Comme tu veux ! »

Le pape avait ouvert en grand les yeux, surpris de voir Kohaku parler et se transformer en un énorme tigre blanc. Mais je n’avais pas eu le temps de m’expliquer, j’avais simplement mis le garde assommé sur le dos de Kohaku, et j’avais continué à courir.

En nous échappant de la prison, nous étions arrivés dans les couloirs du temple. J’avais continué à courir, m’arrêtant finalement dans une cour. C’était à ce moment-là que j’avais réalisé que c’était déjà la nuit. La lune était haute dans le ciel. J’avais vérifié l’heure, minuit venait de passer.

La barrière n’avait pas été érigée sur tout le temple, alors j’avais utilisé une [Porte] pour nous rendre au centre de la ville.

Le grondement sous la terre s’était transformé en un violent tremblement de terre. Comme on pouvait s’y attendre, les rues étaient remplies de gens déconcertés. Apparemment ils pensaient qu’il s’agissait d’une simple alerte sismique. Ils ne semblaient pas extrêmement effrayés, j’avais alors pensé que les tremblements de terre n’étaient pas rares dans cette région.

Comme j’avais mis le garde sur le dos de Kohaku, les gens de la région avaient vite remarqué que j’étais avec Son Éminence le Pape. Ce n’était pas particulièrement surprenant, elle était la chef de leur État et semblait être bien connue. Tout le monde dans les rues avait commencé à fourmiller autour d’elle. Ils étaient probablement mal à l’aise, parce que le grondement ne devenait pas plus doux.

« Votre Éminence ! Qu’est-ce qui se passe !? »

« S’il vous plaît, tout le monde ! Restez calme ! Pour votre propre sécurité, vous devez évacuer les... »

Juste au moment où elle commençait à dire aux gens de se réfugier, une énorme explosion avait détruit une partie du temple. Au milieu de la poussière et des débris, quelque chose s’était mis à ramper hors du bâtiment. QU’EST-CE QUE C’ÉTAIT QUE CE TRUC !? C’était énorme.

Sa forme n’était même pas humaine. Sa peau était noire, deux cornes noires sortaient de sa tête. De son côté, d’innombrables bras saisissants sortirent de son corps. Sur son dos, six longs tentacules se tortillèrent. Le bas de son corps était une masse de vrilles, sans nombre. Et sa tête n’avait pas d’yeux, seulement une bouche énorme, presque fendue sur tout son visage.

« GauUguguHGhh !! GooOoraaaRaaaAagGghH !! »

Il avait soulevé un rugissement monstrueux, comme si les profondeurs de la terre criaient au salut.

L’air lui-même tremblait. Le bruit qu’il émettait était suffisant pour mettre les habitants apeurés à genoux. Le sol avait commencé à trembler, de partout les gens tombèrent à terre. Est-ce qu’il manipulait l’esprit des gens ? Leur faisait-il peur !?

Cette chose est comme... un Dieu du mal... Je n’avais pas pu empêcher ce terme cliché de venir dans ma tête. C’était l’Esprit des Ténèbres, qui fut autrefois appelé et manipulé par l’invocateur connu sous le nom de Ramirez. Mais maintenant, c’était lui qui commandait. Et après mille ans... il était libre.

Je ne saurais trop insister sur la taille de ce truc. Ses vrilles sombres s’avançaient, et la créature commença à s’élever. C’était énorme, et assez inquiétant pour susciter le dégoût dans le cœur de quiconque.

L’un de ses tentacules à l'arrière s’était rabaissé, détruisant une partie du temple. Un autre cri s’était fait entendre alors que des débris et de la poussière s’éparpillaient dans la zone. Cette chose était une menace sérieuse.

« GoGOaghaAgGGuU !! »

Des propos inintelligibles s’échappaient de sa gueule, qui était maintenant déboîtée et grande ouverte. En même temps que le son, un liquide noir ressemblant à du goudron avait commencé à jaillir de sa bouche comme du vomi.

Des gouttelettes avaient commencé à tomber, mais elles n’avaient pas touché le sol. Avant d’en avoir eu l’occasion, elles s’étaient transformées en créatures ailées, semblables à des chauves-souris. Elles avaient des jambes d’insectes, mais des torses humains musclés. Leur tête était allongée, mais n’avait pas de traits définis comme les yeux, le nez ou les oreilles. Il y avait juste des bouches.

Ils battirent des ailes et se dispersèrent à travers la ville. Les citadins se mirent à hurler et à hurler, on entendait une musique d’horreur discordante dans toute la ville.

« GaAaaAhgUGUGuhhRuuuugghahahaAahahahahaAaaaA !! »

L’esprit des Ténèbres hurla vers les cieux.

« C’est un monstre ! »

« Dieu... Dieu nous sauvera sûrement... ouais ! »

Tout autour de moi, j’entendais les gens sombrer dans des prières désespérées. Désolé, mais ce monstre... est votre dieu.

Il ne se souvenait probablement même pas de Ramirez à ce moment-là. Je pouvais seulement supposer que l’esprit fonctionnait basiquement sur une impulsion destructrice.

« Vous avez dit il y a mille ans que les cardinaux avaient fait équipe pour le sceller, non ? On ne peut pas le refaire ? »

« Je ne pense pas qu’on puisse... Nous ne pouvons tout simplement pas rivaliser avec le pouvoir de l’église de l’époque. La majorité des cardinaux nommés aujourd’hui ne peuvent même plus utiliser la magie ! »

C’est inutile, alors... Eh bien, je suppose que ce qu’elle dit a du sens. Si l’on comparait les deux époques, la différence était claire. Autrefois, ils donnaient probablement la priorité à la force ou à la sagesse, mais les membres actuels du clergé ne sont plus que des gens qui y pratiquent la foi que pour obtenir une position politique. Ce qui les rend complètement inutiles quand les choses deviennent difficiles.

Je suppose qu’on ne pouvait rien y faire... Mais qu’est-ce que je pouvais... oh... il y avait cette possibilité.

Soudainement, un éclair de génie m’avait frappé l’esprit.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

7 commentaires

  1. Merci pour le chapitre. Un mot oublié ici :

    Nous étions sortis par le long couloir qui menait à d’autres cellules, et j’avais rapidement cherché s’il y avait ...... prisonniers. Heureusement, il n’y en avait pas, alors nous avions continué notre ascension.

  2. Merci pour le chapitre.

  3. Merci pour le chapitre.

  4. Merci pour le chapitre

  5. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire