Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 5 – Chapitre 3 – Partie 6

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 3 : Dieu veille toujours

Partie 6

« As-tu regardé durant tout ce temps ? »

« Cela me pesait à l’esprit. La pauvre fille avait été enfermée parce que j’avais fait quelque chose que je n’aurais pas dû faire, et je me sentais plutôt coupable de tout cela. Mais alors, en tant que Dieu, je n’ai pas pu venir moi-même la secourir... »

Je savais ce qu’il voulait dire. La cause profonde de tout ce qui se passait pouvait être réduite à l’insouciance de la part de Dieu.

Je jetai un coup d’œil dans la direction de Phyllis et je remarquai qu’elle était déjà tombée prostrée devant sa divine présence, tandis que le pape se tenait debout, la bouche ouverte, nous fixant avec confusion.

« Umm... Votre Majesté, qui est-ce ? »

« C’est Dieu. »

« D,D,D,Dieu... !? »

Les yeux du pape s’ouvrirent, elle regarda Dieu et moi à tour de rôle. Elle était certainement surprise, mais il semblerait qu’elle ait encore quelques doutes. Je sentis qu’elle utilisait ses yeux mystiques sur moi. Elle savait donc que je ne mentais pas, mais il semblerait qu’elle n’ait pas encore tout à fait saisi la réalité de la situation.

« Oh, je sais. Mon Dieu, fais ce truc de halo tape-à-l’œil que tu as fait tout à l’heure. »

« Eh ? Je croyais que tu m’avais dit de ne plus utiliser mon Aura divine. »

« Tu as ma permission cette fois. »

Dieu hocha la tête et commença graduellement à libérer son aura divine. Eh bien, la voilà qui arrive.

La forme majestueuse de Dieu s’illuminait pour que tous puissent la contempler. Son halo de divinité était plus impressionnant que jamais. Un seul coup d’œil suffirait à convaincre quiconque que cette personne était, en effet, le seul vrai Dieu.

Baigné dans sa lumière divine, le pape se coucha aussi, prostré sur le sol à côté de Phyllis.

« Je peux la stopper maintenant ? »

« Oui, ça fera l’affaire. »

L’imposante lumière avait disparu aussi vite qu’elle était venue. À ce moment-là, un certain doute m’était venu à l’esprit. Pourquoi avais-je pu résister à son aura divine qui aurait facilement dû submerger n’importe quel humain normal ? Était-ce encore un des avantages qu’il m’avait donnés quand j’avais été envoyé dans ce monde ?

« Y a-t-il un problème ? »

« Hm ? Oh, je me demandais pourquoi ton aura ne me submergeais pas complètement comme elle semble le faire pour tout le monde. J’avais juste pensé que tu avais peut-être fait quelque chose qui m’aurait donné une certaine résistance à ça. »

Dieu regarda les deux filles à ses pieds et inclina sa tête.

« ... Maintenant que j’y pense, c’est plutôt étrange. Tout être humain ordinaire, ou même extraordinaire, exposé à ma présence divine sous sa vraie forme devrait rester prosterné devant moi, comme ces deux filles. Aucun des dons que je t’ai faits n’incluait une résistance à la Divinité elle-même, donc je ne peux pas penser à ce que soit le... Ohh ! »

« ... Dieu, qu’est-ce que tu m’as fait ? »

C’était quoi cette tête !? Pourquoi as-tu l’air de crier « Oh, merde ! » dans ta tête !? Ne regarde pas ailleurs, cela va juste te rendre plus suspicieux ! Et pourquoi essayes-tu de partir en sifflant ? De nos jours, même les personnages de dessins animés ne le faisaient plus !

« ... Tu n’es qu’un pauvre menteur, Dieu. »

« Euh... Et bien... Peux-tu attendre un instant ? »

Il avait levé le bras droit en l’air et avait libéré une sorte de pouvoir. Je ne pouvais pas dire ce qu’il avait fait un seul instant.

« J’ai aussi arrêté le temps pour les filles. Ce serait plutôt gênant si quelqu’un apprenait ça, vois-tu. »

De toute façon, les filles avaient déjà été paralysées dans leur position, inclinée devant Dieu, et cela ne semblait pas vraiment différent de ce qu’elles étaient il y a un instant. Pourtant, si Dieu l’a dit...

« Eh bien ? Dis-moi tout. »

« Hrmm... Pour résumer, tu es déjà mort une fois, dans ton ancien monde. J’en ai pris la responsabilité et je t’ai réincarné, mais... »

« Mais ? »

Je ne voyais pas où il voulait en venir. En fait, j’étais plutôt reconnaissant envers lui de m’avoir donné une nouvelle vie dans ce monde.

« Normalement, en ranimant quelqu’un, je réparerais les dommages causés à son corps physique ou spirituel en utilisant les éléments de base et l’énergie de ce monde spécifique. Dans ton cas, cependant, je t’ai convoqué directement au Royaume Divin avant toute autre chose. Le corps physique et tout. Ce n’est qu’après cela que je t’ai ranimé dans un nouveau monde. »

« J’ai peur de ne pas te suivre. »

« Eh bien, je t’ai ranimé en utilisant le matériel que j’avais à portée de main. Et comme à l’époque ton corps et ton âme étaient tous les deux dans le Royaume Divin, j’ai fini par te mettre en contact avec de la matière divine. Pour dire les choses simplement, ton corps a une composition semblable à celle d’un Dieu. »

C’était la première fois que j’entendais ça. J’avais été abasourdi.

« Mais je suis toujours épuisé si je cours trop longtemps, et je peux encore me blesser comme n’importe qui d’autre. Je n’ai pas vraiment l’impression d’avoir un corps de Dieu... »

« Cela ne fait qu’un an que tu t’es réincarné, tes pouvoirs n’ont peut-être pas encore complètement épanoui. Peux-tu penser à des situations similaires où ta force ou ta résistance t’ont semblé plutôt anormales pour un être humain ? »

... Plus que je ne pouvais les compter. Par exemple, ma réserve de mana presque illimitée, et ma capacité à utiliser n’importe quel sort Néant que je désirais. J’avais toujours pensé que c’était « le don de Dieu », mais... Il s’était avéré que c’était en fait « la faute de Dieu ».

« C’est ma faute. Wahahahaaah ! »

« Ne ris pas comme ça... Dis-moi qu’il n’y aura pas d’effets négatifs plus tard. »

« Aucunement. Penses-y simplement comme ayant obtenu un corps beaucoup plus robuste que la norme. Bien que tu puisses t’éveiller à de nouveaux pouvoirs étranges plus tard... si j’ai raison, alors ton corps est comme celui d’un enfant de Dieu à l’heure actuelle. Alors s’il te plaît, fais-moi savoir si quelque chose comme ça arrive. »

Qu’est-ce qu’il voulait dire par « nouveaux pouvoirs étranges » !? J’espérais bien que je ne me réveillerais pas un de ces jours avec un halo de divinité rayonnant tout autour de mon corps...

... J’avais décidé de ne pas en tenir compte pour l’instant. Si cela n’allait pas me tuer ou me blesser directement de quelque façon que ce soit, alors je m’étais dit que je pourrais vivre avec. Tant que je pouvais continuer à vivre ma vie dans ce monde, c’était suffisant pour moi.

À ce moment-là, quelque chose m’était venu à l’esprit, quelque chose qui aurait pu détruire ma vie paisible dans ce monde.

« Hé, Dieu, sais-tu quelque chose à propos de la phrase ? »

« Phrase ? Je suis au regret de te dire que rien ne me vient à l’esprit. »

Je m’en doutais. Je me souvenais qu’il m’avait dit qu’il ne s’était pas beaucoup renseigné sur ce monde jusqu’à ce qu’il m’avait envoyé ici. Comme Dieu dirait, si un monde risque d’être détruit, alors c’est aux habitants de ce monde de trouver une solution, ce qui implique la non-intervention divine.

Mais si ce n’était pas Dieu qui a chassé la Phrase il y a environ cinq mille ans auparavant, cela m’avait fait me demander ce qui les avait poussés à partir...

Son explication terminée, Dieu leva la main une fois de plus et libéra la même puissance qu’avant. J’avais supposé que les filles pourraient à nouveau bouger, mais c’était difficile à dire puisqu’elles étaient toujours inclinées devant Dieu comme elles l’avaient été pendant tout ce temps. Kohaku, cependant, était clairement encore figé dans le temps. Je me sentais un peu mal pour Kohaku d’être laissé seul de côté...

« Tu peux te lever maintenant. Je suis vraiment désolé que mon insouciance t’ait mise dans une telle situation, jeune fille. »

« Pas du tout ! S’il vous plaît, n’y pensez plus ! »

« On dirait que j’ai même réussi à entraîner le pape dedans... Je suis vraiment désolé pour tout ça. »

« Merci... Je vous suis reconnaissante de vos paroles... »

Elles avaient toutes les deux finalement levé la tête. C’était la deuxième fois que Phyllis rencontrait Dieu, alors bien qu’elle puisse être nerveuse, elle pouvait au moins le regarder en face. D’autre part, le pape venait d’échanger des paroles avec Dieu lui-même, et la rencontre l’avait laissée avec des larmes coulant sur son visage. Eh bien, c’était une expérience qui, pour le dire simplement, avait changé sa vie.

« J’ai entendu votre conversation. Ça a dû te faire beaucoup de peine d’avoir vécu toute ta vie à embrasser un mensonge comme ça. N’aie crainte, cependant. Tout ira bien maintenant. »

« Quelle bienveillance... ! »

« Comment ça, tout va bien se passer ? Vas-tu intervenir et résoudre toute la situation pour nous ? »

Pendant un moment, j’avais eu peur qu’il ait eu l’intention de sortir devant tout le monde avec son halo à pleine puissance afin de déclarer ensuite : « Votre dieu de la lumière n’existe pas. Votre religion n’a plus lieu d’être », et l’envelopper d’un battement de mains. Je voulais dire, ça semblait être la solution la plus rapide et la plus facile, mais...

« Pas moi, Touya mon garçon, mais toi. Après tout, c’est ce que tu as toujours fait jusqu’à présent, n’est-ce pas ? »

Ce Dieu irresponsable voulait juste me faire nettoyer tout son bordel ! Je ne pouvais pas y croire, une telle audace ! Je savais que je ne devais pas compter sur l’intervention divine pour résoudre mes problèmes, mais quand même !

« Euh... retirer les cardinaux de la place ne marchera pas si bien. Si la vérité était révélée, il y aurait un véritable tollé public. »

Mais en fait, il était plus probable qu’on nous traiterait de menteurs. Après tout, qui nous croirait ?

« Ce n’est pas comme si les citoyens étaient en faute, mais... En l’état actuel des choses, ils continueraient seulement à croire en leur dieu de la lumière. Il n’y a rien de mal en soi à cela, mais la justification de leurs actions faites sous la bannière de la lumière et de la justice ne peut pas être excusée. »

« Je ne crois pas que ce pays puisse continuer à fonctionner si nous révélions simplement que ce Dieu était un faux... Si seulement il y avait un moyen de maintenir la mascarade, mais de changer les enseignements... »

Le pape laissa échapper un murmure attristé.

Ce n’était certainement pas une chose simple de changer le fondement d’une religion. Ce n’était pas comme si tu pouvais jeter une moitié de bible par la fenêtre et arrêter là. Je n’avais aucune idée de la façon de faire face à cela...

Hm, peut-être qu’un incident pourrait changer la façon dont les choses étaient vues ici... Peut-être que Dieu pourrait se montrer, et... non, ce serait trop d’interférence. Je supposais qu’on était seuls.

« Eh bien, je vais laisser ça à Touya. Maintenant, cette question mise à part... Ne devrions-nous pas nous occuper de celui qui est en dessous de nous ? »

Dieu tapa sur le sol de pierre avec son pied, souriant doucement. Sous nous ? Qu’est-ce que tu veux dire ? Je m’étais tourné vers le pape, dont l’expression s’était vite assombrie.

« Vous l’avez remarqué... ? La présence en bas est l’Esprit Noir que Ramirez avait invoqué... il est sous le temple depuis le début de la Théocratie... »

« C’est quoi !? »

Attends, ce monstre rôdait là-dessous depuis un millier d’années !? Esprit ou pas, n’était-ce pas un monstre invoqué !? Je pensais que les créatures invoquées avaient besoin d’énergie magique pour rester dans les parages !! Attendez. Non, plus important encore. Pourquoi était-il toujours là !?

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires

  1. Dieu n'est vraiment pas professionnel 🙂

  2. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire