Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 5 – Chapitre 2 – Partie 5

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 2 : La mer des arbres et les montagnes enneigées

Partie 5

« Hoh, ça commence vraiment à prendre forme, hein ? »

« Je sais. »

Tandis que j’admirais les magasins le long de la route, le vieux Naito hocha la tête en signe de reconnaissance.

Naito Masatoyoh, autrefois l’un des élites de Takeda, était responsable de tout dans ce domaine. Rien dans son apparence ne se détachait vraiment. Il ressemblait à un vieil homme d’affaires épuisé.

Actuellement, il n’y avait rien d’autre qu’un café, un magasin de bicyclettes, un magasin vendant des armes, un magasin vendant des armures et une épicerie, mais cela avait bien l’aspect d’un quartier commerçant.

Plus loin sur la route, on construisait des maisons pour les habitants. En fait, j’avais supposé que les magasins et les maisons seraient construits dans le style d’Eashen, mais ce n’était pas le cas. C’étaient tous des bâtiments en briques, comme à Belfast ou dans d’autres pays occidentaux.

« Si nous mettions l’accent sur notre culture étrangère, les gens ne se sentiraient pas à l’aise », avait dit Naito.

Les voyageurs venaient nous rendre visite de temps en temps, donc l’endroit était bien parti. Le magasin d’armes stockait quelques épées rares et inhabituelles pour la région, ainsi que quelques shurikens. Le menu du café comprenait de la cuisine d’Eashen, ainsi que des petits gâteaux, de la crème glacée, du pudding et des frites.

Certains clients riches achèteraient même des vélos sur un coup de tête, les affaires devraient donc être en plein essor. Si les affaires marchaient à ce rythme, l’endroit serait un énorme succès.

Cela dit, il n’y avait pas beaucoup de citoyens qui vivaient ici, donc on aurait pu même largement s’en sortir sans que les affaires soient trop prospères. Alors que je réfléchissais à l’avenir de l’endroit, un ancien soldat Takeda s’était approché de nous à bicyclette.

« Monseigneur, un marchand prétendant être l’une de vos connaissances est arrivé au poste de contrôle. »

« Un marchand ? Quel était son nom ? »

« Il s’est identifié comme Zanac, le marchand de vêtements. »

Zanac, hein ? Il a dû faire du chemin pour venir de Reflet.

« D’accord. Allons-y. »

J’avais ouvert une [Porte] et j’étais passé au poste de contrôle du côté de Belfast avec le soldat.

Là, j’avais vu un chariot tiré par des chevaux chargé de vêtements inconnus, et Zanac, qui était vêtu dans le même style.

« Yo, ça fait longtemps qu’on ne s’est pas vu. Oups, je suppose que ce n’est pas une façon de parler à un grand-duc, n’est-ce pas ? »

« Cela ira. Bienvenue au Duché de Brunhild. »

Il avait été la première personne à me montrer de la bienveillance dans ce monde. Le fait que je sois devenu duc n’y changeait rien. J’avais serré la main de Zanac avant de parler.

« Alors, qu’est-ce qui t’amène dans ce pays ? Des affaires avec l’empire ? »

« C’est vrai, mais mon but premier est d’établir des relations commerciales avec ce pays. J’aimerais y installer une succursale, dont le nom sera : “Zanac, le roi de la mode : Brunhild”. »

Ah. C’était logique. Ce sera cependant un gros investissement. Nous n’étions même pas sûrs que les gens viendraient, alors son idée semblait étrange.

« La façon dont je vois les choses... ceci est votre pays. Si vous l’avez construit, alors les gens viendront. Cela signifie qu’il n’y a aucun inconvénient pour moi à ce que je sécurise l’emplacement idéal avant qu’une autre personne ne me la prenne. »

C’était donc sa raison d’être. Je doutais qu’un magasin de vêtements puisse faire du profit à l’heure actuelle, mais cela aurait été un problème de ne pas en avoir un. Après tout, les vêtements se salissaient et se déchiraient rapidement et facilement dans cette ruée vers la construction et l’agriculture, alors honnêtement, il était très utile d’avoir un magasin de vêtements.

Nous étions retournés par la [Porte] au centre de la ville et j’avais présenté Zanac au vieil homme Naito. Ces deux-là avaient travaillé sur le choix du terrain, les coûts de construction, les ouvriers et les artisans, et d’autres questions liées aux affaires. Je n’étais pas un expert en la matière, alors je les avais laissés s’en occuper entre eux.

Bref... une succursale. Zanac était un vrai fonceur. Il avait réussi à se développer depuis Reflet, bien qu’il avait eu un peu de mon aide.

En parlant de Reflet, je me demandais comment Dolan et Micah allaient.

Attendez un instant. J’ai mis du temps à m’en rendre compte, mais ce pays n’a pas encore d’auberge, hein ? Honnêtement, je ne vois cet endroit que comme un point de passage, mais les voyageurs et les marchands auront besoin d’un endroit où se reposer, non ? Hmm... une auberge semble être une bonne idée. Je préfère une auberge avec un restaurant et une zone d’échange d’informations. Après tout, je supposais que j’aurais besoin d’une aide professionnelle.

J’avais décidé que je pouvais aussi bien aller leur demander.

« Je pensais demander la construction d’une branche de la Lune Argentée dans mon pays. »

« ... Une autre demande venue de nulle part, hein. »

Dolan croisa les bras et soupira. C’était logique. J’avais aussi réalisé que c’était une demande soudaine.

« Nous nous occuperons de la construction de l’auberge. Je veux que tu t’occupes de sa gestion. Par là, je veux dire que je veux t’engager en tant que manager. »

« C’est donc ce que tu entendais par branche... ? »

Dolan inclina la tête. Ne nous embourbons pas trop dans les détails.

« Alors, tu veux que Micah vienne dans cette petite branche, hein ? »

« Pourquoi pas ? Je veux y aller ! Ça a l’air amusant ! »

Dolan couvrit la bouche de Micah d’un bras sur le côté pendant que j’étais assis de l’autre côté de la table dans le restaurant de la Lune d’Argent. On aurait dit que Micah était prête à monter à bord.

« Hmm... Mais ça va être dur ici sans Micah, tu sais ? »

« Oh, c’est vrai ? Tu peux demander de l’aide à Tania, n’est-ce pas ? Tu as déjà beaucoup de mains-d’œuvre pour me remplacer. »

« H, hey, tu sais comment est cette femme... ! »

Dolan devint subitement paniqué. Tania, c’était vraiment quelque chose. C’était cette veuve qui vivait au nord de la ville. Elle m’avait salué plusieurs fois. Mais... était-elle vraiment si proche de Dolan ? Je n’en avais aucune idée.

« Ne vaudrait-il pas mieux que je prenne un autre chemin ? En fait, peux-tu vraiment refuser quand le dirigeant d’une nation entière vient en personne te demander de l’aide ? »

« Grr... ! Très bien, j’ai compris ! Va-t’en maintenant ! Et ne reviens pas en pleurant ! »

Micah donna un coup de poing quand elle obtint le consentement réticent de Dolan.

Je voulais équiper l’auberge d’un sauna, mais il y avait un petit problème... Je devais obtenir de l’eau chaude de Belfast. Cela aurait été inconvenant de simplement prendre quelque chose à un autre pays.

Brunhild avait une voie navigable, alors j’avais juste besoin de trouver un moyen de chauffer l’eau à partir de là. Cela n’aurait pas le même effet qu’une source d’eau chaude, mais cela devrait être suffisant pour un sauna. Je pourrais après tout même incorporer quelques [Rafraichissement] et [Récupération] dans l’eau...

Pour le moment, j’avais ramené Micah avec moi à l’endroit où se trouvait le vieil homme Naito à Brunhild.

« Oh, si ce n’est pas Micah. Est-ce que tu es en train d’implanter une Lune d’argent ici aussi ? »

Le vieil homme Naito était en train de parler avec Zanac, mais celui-ci regarda Micah avec un sourire.

« J’ai décidé de créer une auberge gérée par l’État, alors j’ai fait venir un manager. »

« Oh, je suis un peu envieux. Si tu souhaites confectionner les uniformes d’employés, alors n’oublie pas de garder mon magasin à l’esprit. »

« Tu es un bon homme d’affaires. »

Micah souriait, elle devait penser que Zanac plaisantait. Je ne pensais pas que c’était une blague, c’était... C’était le regard d’un prédateur en chasse.

J’avais laissé le vieil homme Naito et Micah planifier l’emplacement de l’auberge. Étant donné que cela allait être géré par l’État, j’avais décidé qu’il serait préférable de gagner du temps. De toute façon, nous aurions besoin de suffisamment d’espace pour un bain public.

J’avais dit à Micah que j’allais préparer une chambre pour elle, alors elle devra plus tard venir au château. Puis j’étais parti. Tandis que je me promenais dans la rue pour me rendre au château, des enfants conduisant des bicyclettes miniatures se dirigeaient vers moi.

« Ah ! Bonjour seigneur ! »

« Bonjour seigneur ! »

« Oui, bonjour. »

Les enfants m’avaient salué alors qu’ils passaient devant moi. Ils avaient l’air énergiques. Heureusement qu’ils aimaient ces vélos. C’était difficile de croire que ces enfants innocents venaient d’une lignée de Shinobi.

J’avais vu les enfants partir, et assez tôt, j’avais trouvé une fille familière qui courait sur mon chemin avec quelque chose en main.

« Touya ! »

« Oh, Lu. Qu’est-ce qui ne va pas ? »

Lu haleta pendant qu’elle me tendait ce qu’elle tenait dans ses mains. Une boîte à lunch à deux étages et un thermos ?

« Voilà ton déjeuner. Puisque tu n’étais pas rentré à l’heure du déjeuner... »

« Ahh... Maintenant que tu le dis, je n’ai pas encore mangé. »

J’avais pris la boîte à lunch et je m’étais dirigé vers l’ombre d’un arbre au bord de la route avant de sortir une table et des chaises du [Stockage].

J’avais ouvert la boîte à lunch pour trouver du riz et une variété de plats d’accompagnement comme un sauté de viande et de légumes, des racines de bardane sautées, du bœuf et des pommes de terre, des omelettes en couches et du poisson bouilli dans la sauce soja. La nourriture était cependant un peu déformée.

« Hein ? Créa n’a-t-il pas fait ça ? »

« Ah, en fait... Eh bien... C’est moi qui l’ai fait. Créa m’a dit que tu aimais la cuisine d’Eashen, alors j’ai demandé à Tsubaki de m’apprendre à en faire... C’est ma première tentative, donc ça pourrait être un peu maladroit... »

« Hoh. »

C’était plutôt bien fait, vu que c’était sa première fois. J’avais utilisé mes baguettes pour goûter le bœuf et les pommes de terre. Ouais, ça avait un goût à peu près correct.

« C’est bon. Je n’arrive pas à croire que c’est ta première tentative. »

« Vraiment !? C’est génial ! »

Lu débordait de joie. Franchement, elle en faisait un peu trop. Maintenant que j’y pensais, elle avait un large éventail d’expressions. Mais cette manière d’agir était mignonne. Yumina et Lu étaient généralement très élégantes et dignes, c’était donc charmant de les voir agir comme des filles de leur âge de temps en temps.

« ... Quelque chose ne va pas ? »

« Hmm ? Non. J’étais en train de penser à quel point tu es mignonne. »

« Hweh !? »

Merde. Je l’avais dit à voix haute. J’avais continué à manger, faisant de mon mieux pour ne pas regarder le visage rougissant de Lu. J’étais juste un peu gêné.

La nourriture était bonne. Le poisson et les autres plats avaient un goût assez agréable.

« Touya, y a-t-il de la nourriture que tu détestes ? »

« Hmm ? Pas particulièrement. Oh, mais je suppose que je ne suis pas vraiment amateur des plats vraiment épicés. »

Le poulet super épicé d’Elze était un enfer à manger... Je ne pensais pas que quelqu’un d’autre qu’Elze pouvait le supporter.

« Et les plats que tu aimes ? »

« Hmm... Je suppose que ça doit être la nourriture Japo... Je veux dire, la nourriture d’Eashen. Tout ce qui va avec le riz, vraiment... Ah, j’aime vraiment le goût de ce bœuf. C’est le meilleur. »

« Merci... »

Son visage était redevenu rouge après que j’avais fait l’éloge de sa cuisine. Ça devait être dur.

« Je m’intéresse à la cuisine depuis mon plus jeune âge, mais les servantes du château ne me laissaient jamais essayer... Depuis que je t’ai rencontré, Touya, chacune de mes journées est amusante. »

Oui, c’était une princesse. Il n’y avait aucun moyen qu’ils la laissent cuisiner. Cela dit, c’était une honte de gaspiller un tel talent.

Après avoir mangé, j’avais remis la table et les chaises dans mon [Stockage] avant de retourner au château.

Lu n’arrêtait pas de me regarder quand elle marchait à côté de moi. Elle me tendit sa main puis elle la ramena vers elle, de nouveau elle tendit sa main et de nouveau elle la ramena. J’avais alors tendu ma main et j’avais attrapé la sienne.

Elle avait tremblé de surprise, elle m’avait ensuite serré la main en retour.

« Eheheheh. »

Lu sourit timidement en rentrant au château, main dans la main. On ressemblait probablement à des frères et sœurs. Nous n’étions pas pressés. J’étais sûr qu’un jour nous ressemblerions à des amoureux, ou même à un couple marié. Parce que je voulais vivre avec elle dans mon pays, pour toujours.

La construction des succursales du magasin de vêtements Zanac et de l’auberge de la Lune d’Argent de Brunhild avait commencé, de sorte que le quartier commercial ressemblait de plus en plus à un quartier commercial. Il manquait du matériel, mais je savais qu’on trouverait un moyen de les obtenir.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

  2. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire