Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 5 – Chapitre 2 – Partie 1

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 2 : La mer des arbres et les montagnes enneigées

Partie 1

La fête fondatrice s’était déroulée sans accroc, et bientôt un sentiment de paix avait commencé à s’emparer de Brunhild.

Malgré le fait que cela avait pris un peu plus de temps que prévu en raison de divers problèmes, j’avais finalement donné une bague de fiançailles à Lu. Je n’aurais certainement pas pu me permettre d’attendre plus longtemps. Sans parler du fait qu’il aurait été extrêmement impoli de ne pas lui remettre officiellement une bague.

Bien qu’elle avait réagi comme si le retard ne la dérangeait pas, Lu avait accepté avec reconnaissance et avec joie ce que je lui avais donné. La bague était identique à celles que j’avais données aux autres, jusqu’au design et aux effets magiques.

« Maintenant, je peux enfin garder la tête haute et proclamer que je suis la fiancée de Touya, mon homme incroyable ! »

Je sentis un pincement de culpabilité me submerger alors que je la regardais me sourire. Je n’aurais certainement pas dû attendre si longtemps.

Nous étions tous heureux d’être assis ensemble à une table sur le balcon lorsque Leen était apparue avec Paula à sa suite. Son expression était grave.

« Une autre Phrase vient d’être découverte. Elle est apparue dans la mer des arbres. La tribu qui y vit a envoyé une demande d’aide à Mismede. »

Tout le monde s’était soudainement levé de sa chaise, paniqué, sauf Lu, qui n’avait aucune idée de ce que tout cela signifiait.

« Et qu’en est-il advenu ? A-t-elle été détruite ? », demanda Yumina.

« J’ai bien peur que non. Elle est toujours là aujourd’hui, démolissant le village tribal et transformant tous les individus qui entrent dans les environs en viande hachée. D’après ce que j’ai compris, elle a la forme d’une araignée géante. »

Une Phrase sous forme d’une araignée géante ? Je me demandais si c’était du même niveau que la Phrase sous forme de Manta que nous avions rencontrée il y a quelque temps... Et si c’était encore plus fort ? Si c’était le cas, alors [Apport] ne ferait pas le poids... Mais j’aimerais essayer de l’écraser avec [Gravité].

« Alors, allons-y. Je ne sais pas si on peut la détruire, mais on devrait au moins essayer. Pas seulement ça, on pourrait... »

« Si on a de la chance, on pourrait revoir ce garçon. »

J’avais hoché la tête à la remarque de Leen. C’était comme si elle avait lu dans mes pensées.

Ende. Le mystérieux jeune homme qui avait si facilement écrasé la phrase sous forme de Manta, il était vrai que nous n’aurions eu aucune chance sans lui. Je voulais savoir ce qu’il voulait dire quand il avait parlé de la « Phrase souveraine ». Ce type savait quelque chose, j’en étais sur.

« Allons à Babylone et mettons le cap sur la mer des arbres. »

Nous avions commencé nos préparatifs pour affronter cette nouvelle Phrase.

« Des créatures de cristal qui avaient détruit les civilisations antiques ? »

Nous nous dirigions vers la mer des arbres dans notre Babylone, nous avions donc décidé d’expliquer à peu près la situation à Lu pendant que nous en avions l’occasion.

Maintenant que j’y pensais, qu’est-ce que c’était que cette Phrase ? À l’heure actuelle, je présumais simplement qu’elles avaient été scellées dans une zone de l’espace, et ces déchirures, en réalité, étaient les endroits où elles pouvaient revenir à mesure que la barrière qui les maintenait en place se brisait.

Elles revenaient enfin dans ce monde après des milliers d’années... cela devait être probablement ça.

Si je croyais ce qu’Ende avait dit, alors les créatures étaient à la recherche de leur chef, la Phrase souveraine. Mais tout ce que je voyais, c’était qu’elles s’étaient mises à tuer tout ce qui se trouvait dans leur voisinage. Est-ce que c’était plus que cela, ou s’agissait-il simplement d’un massacre sans raison ?

Attends, qu’est-ce qui s’était passé à cette époque ? Qui, en premier lieu, les avait scellés, s’ils étaient effectivement scellés. D’où venait la Phrase ? Je n’avais aucune réponse pour l’instant ! Ende... il le savait probablement. Il s’était téléporté la dernière fois sans même laisser une explication, mais je le ferai parler s’il se montrait à nouveau...

« Maître, nous sommes arrivés à destination. »

Cesca m’avait appelé et m’avait montré ce qui se passait en dessous de nous sur l’ordinateur monolithique. Une énorme bête de cristal déchiquetait la forêt. C’était un monstre-arachnide à huit pattes fines et tranchantes. Ces jambes coupaient les arbres comme du beurre, embrochant les membres d’un village tribal qui vivait là-dessous à chaque coup.

« Elle est grosse, à peu près de la même taille que la dernière que nous avons rencontrée », avais-je dit.

« En vérité, ça l’est. Je suis juste reconnaissante que celle-ci ne semble pas avoir le pouvoir de voler. »

Je partageais les mêmes sentiments que Yae. Combattre la Phrase sous forme de Manta était une corvée énorme, car elle planait au-dessus du sable du désert. La forêt était moins dense, mais nous avions aussi plus de zones dans lesquelles nous cacher tout en pouvant voir. Nous devrions simplement nous assurer qu’aucun de ces arbres géants ne nous écraserait.

« Nous devons nous dépêcher, maintenant. Le village sera complètement détruit si nous ne prenons aucune mesure. »

Alors que nous nous préparions à atteindre la surface, nous avons vu les femmes de la tribu tirer des flèches et invoquer la magie contre la Phrase en forme d’araignée.

Cependant, elle avait ignoré leurs attaques comme si elles n’étaient rien. En rugissant, la créature absorba toute la magie des environs, y compris tous les sorts qui la touchaient. Cela semblait fonctionner différemment du bracelet draineur, et elle n’avait pas d’effet réducteur comme celui du Seigneur-Démon. C’était un pouvoir dangereux qui convertissait l’énergie magique utilisée contre elle en carburant.

Les femmes tribales bronzées brandirent des épées courbées et essayèrent de lui faire face une nouvelle fois, mais la Phrase balança simplement l’un de ses membres tranchants et les éviscéra.

« Itsh ! Miyohmanah, Tacohdeejeekah ! Garinoh! »

Une jeune fille tribale aboya ce qui semblait être des ordres, mais je ne comprenais pas ce qu’elle disait. C’était étrange pour moi de ne pas la comprendre, car j’avais supposé que Dieu m’avait donné la capacité de comprendre toutes les langues, ou quelque chose du genre.

En tout cas, elle semblait être leur chef. Sur son ordre, les filles portant l’arc se retirèrent immédiatement. On aurait dit qu’elles essayèrent de créer une formation de flanc afin de laisser les non-combattants se retirer.

L’une des jambes de l’énorme créature se leva soudainement dans les airs, puis se dirigea comme une lance vers la femme qui criait.

« [Augmentation de vitesse] ! »

Je fonçais à travers les arbres comme un fou, tout en sortant l’épée de mithril de mon [Stockage] pendant que je chargeais. J’étais arrivé juste à temps pour l’empêcher d’être empalée, j’avais intercepté la jambe de la créature et je l’avais déviée loin de la fille.

En un éclair, je l’avais attrapée et je l’avais prise dans mes bras. Ses yeux s’écarquillèrent de surprise alors que je sautais en arrière, mettant beaucoup de distance entre nous et la phrase sous forme d’araignée.

Je la déposais en brandissant une fois de plus ma lame.

« Mettez-vous en sécurité, concentrez-vous sur l’évacuation et... vous n’avez aucune idée de ce que je dis, n’est-ce pas ? »

J’avais essayé de la pointer la Phrase du doigt, puis la forêt plus profonde pour tenter d’expliquer par des signes. Soit elle n’avait pas compris, soit elle m’avait ignoré, mais elle avait choisi d’aller vers moi.

« Emoh. Ortettkoeecheeh. Merkoh ! Sahnatoanehko ! Boko Boko! »

« N-Non, je ne comprends pas... »

J’avais finalement pris un moment de bien regarder la fille, et j’avais réalisé qu’elle avait vraiment l’apparence d’un guerrier. Elle brandissait une hache dans une main et était décorée de peinture de guerre rouge sur tout son corps.

Elle avait une peau brune bronzée d’apparence saine, mais j’étais un peu troublé par le peu de vêtements qu’elle portait. Seul un seul morceau de tissu lui cachait la poitrine, et le bas de son corps était recouvert d’un pagne grossièrement fabriqué. Elle avait des chaussures en forme de sandales et des bandages améliorés sur les mains, mais elle se battait pratiquement à moitié nue ! Cela m’avait donné l’impression que ces tribus avaient un style de vie très différente des personnes vivantes dans les grandes villes.

Cette fille devait avoir le même âge que moi, mais elle avait des atouts incroyables... Ils se soulevaient pratiquement et ne demandaient qu’à être libérés de l’attache à la poitrine qu’elle portait ! Je m’étais vite rendu compte que je regardais un peu trop son bas ventre, j’avais immédiatement rectifié la situation.

« Emohoomaynaggredo ! Ohcheenakuhohohoho ! Kakanoha ! Kellesohrise ! »

Elle vociférait et divaguait à propos de choses et d’autres, mais je ne pouvais pas comprendre ce qu’elle était en train de dire. Je me demandais si elle m’en voulait de l’avoir dévisagée.

J’avais repoussé de telles pensées hors de mon esprit et pris mon épée dans ma main. Il était temps d’affronter l’ennemi. J’avais visé l’une de ses jambes... Et, au moment où ma lame avait la toucher, j’avais activé [Gravité]. La jambe mince avait été réduite à de simples fragments sous le poids super renforcé de mon épée longue.

« Incroyable, ça a vraiment fonctionné ! »

Malheureusement, la jambe brisée s’était régénérée en quelques secondes. La créature avait absorbé toute la magie que les gens utilisaient contre elle il y a quelque temps. Comme je le pensais, le seul moyen de résoudre ce problème serait de détruire le noyau.

Il y avait trois noyaux sur sa tête, tous alignés en une rangée. Ils brillaient d’une couleur orange pâle, un peu comme les noyaux de la Phase sous forme de Manta lors de ma dernière rencontre.

« Linze, Leen ! Lancez-lui de la glace dessus rapidement ! »

Alors que je criais, elles commencèrent l’incantation pour lancer [Roc gelé], un énorme morceau tomba sur l’araignée depuis le ciel. La Phase en forme d’araignée avait alors vu son corps écrasé pendant un bref moment, mais commença à résister au poids, poussant vers le haut avec un son puissant. Désolé mon pote, mais je ne peux pas te laisser faire ça.

J’avais sauté sur le bloc de glace qui se trouvait sur la Phase, puis j’activais [Gravité] pour décupler son poids.

Un craquement lent résonna lorsque la Phase en forme d’araignée se tendit, puis j’entendis un nouveau bruit. C’était le son de la glace qui brisait. L’énorme rocher était incapable de supporter son propre poids et avait commencé à se briser. Franchement, j’avais été surpris que cela dure depuis si longtemps.

La glace s’était brisée, faisant pleuvoir de petites plaques. La Phase en forme d’araignée, libérée de la force de compression, avait bondi dans les airs. Alors que je tombais vers elle, et au moment où j’allais la frappé, j’avais activé [Gravité] sur mon épée longue, je l’avais rabattue sur la créature.

« Brise-toi en morceaux, bâtard ! »

J’avais frappé la Phase en forme d’araignée avec une telle force que le sol avait commencé à trembler.

Un son fracassant résonna lorsque le monstre se divisa en milliers de morceaux, mais il était toujours debout. Indépendamment de cela, j’avais brisé la tête, exposant les noyaux parmi les fragments. En utilisant mon Brunhild, je les avais rapidement détruits.

« Guh... »

D’une certaine manière, je l’avais fait. C’était aussi beaucoup plus facile que la dernière fois. Mais je supposais que je devrais remercier [Gravité] pour cela. C’était mieux si j’utilisais directement le sort sur la Phrase, mais dans un tel cas je ne pouvait pas choisir. Je regardais mon épée, remarquant que la lame de mithril avait été déformée.

« Emoh... Nonamehotoh ? »

La jeune fille à la peau brune murmura quelque chose, le regard ébahi. Je n’avais aucune idée de ce qu’elle disait, mais ses expressions étaient rendues merveilleuses en raison de sa surprise.

J’avais regardé autour de moi pour voir les blessés, je m’étais retrouvé pour regarder un champ de personnes décédées. La situation était mauvaise.

« Verrouillage de cible. Ciblez toute personne blessée dans un rayon de cinq cents mètres. Invoquez [Guérison]. »

« Compris. Cibles verrouillées. Invocation de [Guérison]. »

Une voix sortit de mon smartphone alors qu’une lumière magique enveloppait les blessés, s’occupant de leurs blessures. Ceux qui avaient des blessures visibles s’étaient rapidement retrouvés sans blessures ouvertes à proprement parler.

La jeune fille, en voyant ma magie, avait couru vers ses alliés effondrés.

« Mon Dieu, c’était vraiment un exploit. »

Leen se dirigeait vers moi, admirant le cadavre alors qu’elle s’avançait. Elle avait raison. Je me demandais comment j’avais même eu des problèmes avec la Phrase en forme de Manta. Cela semblait presque trop facile.

Leen avait pris deux morceaux de la Phrase en forme d’araignée morte et les frappa légèrement l’un contre l’autre. Après cela, elle enfonça fermement les deux fragments l’un dans l’autre. Ils s’étaient brisés comme du verre.

Que se passait-il ?

« Il semblerait que le corps d’une Phrase soit aussi fragile que le verre. Quel dommage... Je pensais que nous serions capables de construire de belles armes à partir de cela. »

Hmph... Elle avait raison. Si nous avions une arme capable de rivaliser avec la solidité du corps d’une Phrase, alors même Elze ou Yae seraient en mesure de l’affronter. Eh bien, il semblerait que toute dureté était drainée d’une Phrase à sa mort. Je me demandais si on pouvait le récolter pour faire des vitres ou autres choses...

« Hey, Leen, en premier lieu, qu’est-ce qui rend ces gars si solides... ? Utilisent-ils une magie de fortification ou quelque chose comme ça ? »

« ... Oh, ça pourrait être ça ! Une défense magique en utilisant la magie comme défense !? Si nous partons du principe que la Phrase possède des attributs spéciaux qui les laissent absorber la magie pour l’appliquer à des fins personnelles, alors... »

Leen ramassa deux autres fragments entre ses mains. Cette fois, elle ferma les yeux pour canaliser de la magie dans les morceaux, puis les frappa fermement l’un contre l’autre. Un bruit résonna, mais les morceaux restèrent intacts.

« Incroyable, c’est ce que je pensais... Le corps de la Phrase ressemblait presque à une pierre de sort. Mais ce qui la différencie d’une pierre de sort, c’est que cette Phrase est beaucoup plus apte à absorber un pouvoir magique. Ils absorbent même presque la magie à cent pour cent ! Je n’avais aucune idée du potentiel impliqué ici... »

« Je ne comprends pas très bien. Dis-m’en un peu plus. »

Leen parlait de quelque chose que je n’avais pas tout à fait compris, mais de quoi parlait-elle ?

« En termes simples, si tu verses de la magie dans ce matériau, il durcira à un niveau correspondant à la magie absorbée. Il se régénère, car il stocke tout excès de pouvoir magique qu’il peut utiliser comme énergie de réserve. La structure peut constamment se reconstituer jusqu’à ce que le mana à l’intérieur soit entièrement drainé. »

Je ne savais pas comment comprendre ça... Est-ce qu’elle était en train de dire que je pourrais créer une sorte d’armure ultrarésistante avec régénération constante ? Attendez, si je forgeais une arme dans cette chose, elle sera indestructible tant que mes réserves de mana ne seront pas vides, non ? Cela va probablement devenir plus lourd si j’y mettais plus de magie, mais j’avais [Enchantement] et [Gravité], donc ça ne voulait rien dire pour moi ! Franchement, je viens vraiment de gagner le jackpot !

« Verrouillage de cible. Les débris de la Phrase Araignée, y compris les minuscules fragments. Invocation de [Stockage]. »

« Compris. Cibles verrouillées. Invocation de [Stockage]. »

Le cercle magique s’était étendu sur le sol dans une vaste zone, couvrant tous les endroits où la coquille de la Phrase Araignée était tombée. Tous ensemble, les fragments s’enfoncèrent dans le néant, comme s’ils s’enfonçaient dans l’eau. Avec cela, tous les morceaux avaient été récupérés.

Si j’avais su à quel point ces objets avaient de la valeur dans le désert, j’aurais aussi recueilli les fragments de la Phrase en forme de Manta... Eh bien, on ne pouvait pas gagner à tous les coups.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire