Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 4 – Chapitre 4 – Partie 6

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 4 : Le Duché de Brunhild

Partie 6

J’avais couru vers le balcon et j’avais déplacé mon regard vers l’endroit où Lu regardait. Effectivement, il y avait un petit ours en peluche qui se promenait à travers les portes du château. Un petit ours en peluche accompagné de sa maîtresse, qui se promenait avec un parasol noir...

« Bonté divine, je détourne mon regard un instant de toi et tu finis par devenir grand-duc... C’est un grand pas en avant, n’est-ce pas ? Je suis surprise. »

Leen buvait du thé et commentait ma situation alors qu’elle s’allongeait sur un canapé. Paula était toute proche, se prosternant et frottant ses pattes l’une contre l’autre dans ma direction. La programmation de cet ours n’avait jamais cessé de m’embrouiller.

« Sans parler du fait que tu as revendiqué la princesse de l’Empire Regulus... Quelle vie insouciante que tu vis maintenant ! »

Le caractère moqueur de sa phrase n’était pas passé inaperçu. Ce n’était pas comme si j’avais revendiqué quelqu’un, j’avais même obtenu une princesse et un pays dans le cadre d’un accord global.

« Je ne vais pas t’ennuyer avec les détails, mais voici le point le plus important. À partir d’aujourd’hui, je vais vivre ici en tant qu’ambassadeur de Mismede. Ouais, ouais, ouais. Ravie d’entrer à votre service, Monsieur le Grand-Duc. »

« Quoi !? Attends une seconde, n’es-tu pas en ce moment ambassadeur à Belfast ? »

« J’ai déjà délégué ce rôle à un autre. Cet endroit est bien plus intéressant. »

Était-ce pour de vrai... ? Ce n’était pas que ça me dérange, mais changer de lieu de travail sur un caprice aussi stupide n’était pas vraiment une bonne chose... Mais si Sa Majesté n’y voyait pas d’inconvénient, ce n’était pas grave.

« J’ai aussi une demande personnelle à te faire. Il y a quelques jeunes qui m’ont demandé s’ils pouvaient travailler ici... Pourrais-tu leur autoriser ? »

« Ils veulent travailler ici... dans ce pays ? »

« C’est exact. Ils veulent servir le Duché de Brunhild. »

H, Hrmph... c’est vrai que nous n’avons pas beaucoup de personnel en ce moment, mais je ne voulais employer personne inutilement. Je ne voulais pas que les choses se compliquent ou que de mauvaises personnes finissent par être employées par moi. Au pire, Yumina avait ses Yeux Mystiques. Je supposais que je pouvais utiliser cela pour voir si quelqu’un avait de mauvaises intentions.

« Eh bien, je ferais aussi bien de les rencontrer. Où sont-ils ? »

« Ils t’attendent à l’extérieur des portes. »

J’avais emmené Yumina et Leen jusqu’au bout de notre pont-levis. Il y avait trois jeunes gens là-bas. J’avais dit des jeunes, mais ce n’était pas comme si j’étais vieux. Ils avaient à peu près mon âge, peut-être étaient-ils plus jeunes. Quand ils m’avaient vu arriver, ils avaient plié le genou tout en baissant la tête avec respect.

Argh, debout ! Ce n’est pas confortable ni pour moi ni pour vous !

Ces trois personnes sont des hommes bêtes... Il y a un garçon lapin, un garçon renard et une louve... Attends une seconde... ce lapin, ne l’aurais-je pas déjà rencontré quelque part... ? Oh, je sais !

« Excuse-moi, tu es bien Lain ? »

« Hahaha... ça fait longtemps, mais je suis content que vous vous souveniez de moi, Seigneur Touya. »

Le petit rouquin m’avait souri.

C’était l’un des subordonnés du loup-garou Garm, de l’excursion à Mismede. Mais attends, dans ce cas, ne devrait-il pas être au service du Royaume de Mismede ?

« J’ai quitté mon emploi dans mon pays, alors je viens vous demander si je peux servir votre nation à la place. »

« Je vois... Mais pourquoi ? Garm avait l’air de t’aimer, alors j’étais sûr que tu allais rester dans cette armée. »

« Seigneur Touya, quand je vous ai vu abattre le Dragon noir, je... J’ai été ému au-delà des mots. Quand j’ai su que vous aviez fondé un pays, j’ai su que je devais venir vous servir ici. J’ai immédiatement demandé vos coordonnées à Madame Leen. »

Wôw, en voilà du dévouement. Je ne méritais pas du tout ce genre de dévotion... Pendant que Lain parlait, la louve à côté de lui avait émis un petit rire.

« Maintenant, Lain, calme-toi un peu. Tu vas faire fuir le Seigneur Touya ! »

« A-Ah... Pardonnez mon ton trop zélé. »

Lain devint rouge comme une betterave et inclina la tête avec honte. La louve aux cheveux argentés me jeta un coup d’œil de biais, inclinant la tête.

« Je m’appelle Norn. Vous avez travaillé avec mon grand frère il y a quelque temps. »

« Votre frère ? »

« Norn est la petite sœur de Garm, Sire Touya. »

Lain m’avait fourni cette brève explication.

Ah, c’était logique.

Le garçon renard était le seul qui restait. Il inclina rapidement la tête. Il avait l’air du genre trop sérieux. D’après son apparence, il avait l’air d’avoir un ou deux ans de plus que moi. C’était plus clair de près. Il était aussi très grand. Ses oreilles de renard couleur blé frémissaient, et sa queue remuait consciencieusement.

« Nikola Strand. Tout le plaisir est pour moi, mon seigneur. »

Il se tenait au garde-à-vous pendant qu’il parlait, sa posture ferme et droite.

S’il te plaît, ne dis pas « mon seigneur »... Je sais que je suis le chef de ce duché, mais apparemment le terme « duc » était un peu plus flexible dans ce monde. Mon titre était différent de celui du Duc Ortlinde. Dans mon cas, je supposais qu’il était équivalent à celui de « roi d’une nation ». Eh bien, il n’y a pas de raison de s’inquiéter pour ces petits détails. Plus important encore...

« Avez-vous dit Strand ? Êtes-vous de la famille d’Olga Strand ? »

« Olga est l’une de mes cousines du côté de mon père. Son père, le célèbre marchand Olba Strand, est mon oncle. »

C’était bien ce que je pensais. Attends, ça ne voulait-il pas dire que tous ces gars avaient un lien personnel avec moi ? Eh bien, je suppose que ce n’était pas déraisonnable. Je venais tout juste de fonder ce pays, donc seules les personnes qui m’étaient proches, même si cela n’avait été qu’occasionnellement, se donneraient la peine de venir travailler pour moi.

« Ces trois-là sont plutôt habiles, ils sont donc plus que capables de protéger ton château. »

Après avoir entendu la recommandation de Leen, j’avais regardé Yumina. Elle me regarda en réponse, ne faisant qu’un petit signe de tête et un sourire silencieux. Il semblerait que ses Yeux Mystiques de l’Intuition n’avaient rien remarqué de mauvais à leur sujet.

« Hm... Eh bien, rien n’est encore définitif. Je n’ai pas non plus d’ordre de chevalier officiel ou d’armée permanente, alors je pense que vos tâches consisteront surtout en de petits boulots pour l’instant. Si ça ne vous dérange toujours pas, je serais ravi de vous avoir ici. »

« Merci de nous recevoir ! »

Tous les trois dirent ces mots à l’unisson. J’avais été heureux de leur réponse.

Maintenant, pour l’instant... où devraient-ils dormir ? Je devrais probablement diviser leurs quartiers par sexe. Je suppose qu’ils pouvaient vivre dans le château pour l’instant... J’avais décidé d’y penser plus tard.

S’ils finissaient par devenir la base d’un ordre de chevalier officiel, alors je finirais probablement par leur donner un bâtiment séparé.

« D’accord, deux hommes et une femme. Ce n’est pas encore assez pour appeler ceci un ordre de Chevalier, mais je suis presque sûr que nous y arriverons un jour... ? »

L’atmosphère autour de Lain s’était alourdie pendant que je parlais. Norn avait souri un peu maladroitement et détourna les yeux, tandis que Nikola regardait le sol comme s’il venait d’entendre quelque chose d’horrible.

Qu’est-ce qui ne va pas ? Ai-je dit quelque chose de stupide ?

« Espèce de crétin absolu. Ne sais-tu pas que Lain est une fille. »

« ... Quoi ? »

Leen avait soudainement sorti ces mots, et j’avais remarqué que Paula mettait ses pattes sur son propre visage comme pour dire, « Oh mec, qu’est-ce que tu fais ? » La sueur avait commencé à couler de tous mes pores quand j’avais commencé à réaliser mon erreur.

Attends, sérieusement ? J’avais lentement tourné la tête vers Lain, qui semblait maintenant un peu déprimée, les oreilles de lapin montrant des signes de résignation.

Mais... ces cheveux courts... ce beau visage androgyne... Je supposais que cela avait effectivement l’air un peu féminin quand on le regardait d’assez près... Oh, mon dieu, oh non.

« ... C’est une femme. »

« Oh non, je suis désolé ! Vraiment !! »

Je m’étais mis à genoux pour m’excuser. Il était sans précédent pour un souverain de se prosterner devant son subordonné, mais c’était de cette manière qu’avait commencé la vie de mon pays.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

5 commentaires

  1. Oups, la bourde... 😅 Sinon que cette magicienne de Leen s'installe au château et emmène du monde avant même que les propriétaires n'y terminé la visite des lieux, c'est un peu sans gêne.

  2. Merci pour le chapitre )

  3. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire