Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 4 – Chapitre 4 – Partie 5

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 4 : Le Duché de Brunhild

Partie 5

« Ça n’a vraiment pris que trois jours... »

« Oui monsieur ! C’est le pouvoir de mon atelier, monsieur ! »

Rosetta avait fièrement gonflé sa poitrine. Ce n’était pas comme s’il y avait vraiment quelque chose à exhiber.

J’avais regardé le moniteur dans l’atelier. Il exposait mon tout nouveau château blanc. Bien qu’il soit d’assez petite taille, il était quand même beaucoup plus grand que mon manoir à Belfast.

Apparemment, les tissus et les chiffons usés ne pouvaient pas retrouver leur intégrité même si nous les recyclions, alors j’avais fini par acheter la plupart de ces produits tout neufs. J’aurais pu aller récolter des cocons de vers à soie, mais c’était plus simple de tout acheter. Faire des trucs à partir de matières premières, c’était de toute façon chiant. Je préférais dépenser de l’argent plutôt que du temps et des efforts.

Cela dit, j’avais coupé beaucoup de chêne et de hinoki pour le bois. C’était plus rapide et plus facile que de l’acheter.

Ainsi, avec un peu d’huile de coude, le château fut finalement construit.

Nous avions descendu le pont-levis au-dessus de nos vastes douves et nous avions avancé vers les murs intérieurs. L’eau des douves était limpide et provenait d’une rivière voisine. Le purificateur d’eau était semblable à celui utilisé dans le jardin suspendu de Babylone.

Il était également possible de manipuler l’écoulement de l’eau en utilisant des vannes situées en amont et en aval. Ce serait pratique en cas d’inondations soudaines ou de fortes pluies.

Nous avions franchi les murs du château, par la porte robuste. Nous avions pris le temps d’admirer les bâtiments défensifs de la zone. Il y avait un poste pour les gardes, ainsi que des tours bien construites pour les hommes à l’intérieur. Il y avait aussi un sentier qui menait à un terrain d’entraînement entièrement équipé à l’arrière.

Nous avions continué vers un bel escalier en marbre qui donnait sur un magnifique jardin avec une fontaine d’eau à son milieu.

Nous avions traversé le jardin jusqu’à ce que nous traversions enfin les doubles portes de l’intérieur du château. Nous avions ouvert les grandes portes puis nous étions entrés. Ce qui nous y attendait, c’était un magnifique couloir avec un plafond haut. Un beau lustre était suspendu au milieu de la pièce, juste au-dessus d’un vaste escalier.

L’escalier se divisait en deux parties, l’une à droite et l’autre à gauche, menant à deux autres entrées. Les escaliers étaient également recouverts d’un beau tapis rouge.

Cet escalier aux courbes douces me rappelait vraiment le château royal de Belfast. Mais ça n’aurait pas dû être surprenant vu qu’il avait servi comme base à la construction de ce château.

« Ah, c’est merveilleux. Il y a quelque chose de calme dans cet endroit. »

Yumina semblait ressentir la même chose. C’était probablement parce que l’endroit était basé sur le lieu où elle s’était sentie chez elle presque toute sa vie.

Nous étions montés au deuxième étage et nous arrivâmes devant une énorme porte qui donnait sur une vaste pièce. Il y avait une immense lucarne au plafond, qui semblait concentrer la lumière en un seul rayon sur une chaise surélevée d’une extrême beauté. Était-ce la salle d’audience royale ?

« N’est-ce pas un peu trop extravagant ? »

Qui était censé s’asseoir là, moi ?

« C’est sûrement la salle où tu recevras les visiteurs d’autres nations et ainsi de suite. Si ce n’est pas un peu voyant, on pourrait te mépriser. La magnificence de mon cher Touya doit resplendir à tout moment ! »

Je pouvais comprendre ce que Lu voulait dire, mais je trouvais ça gênant. Après m’avoir autant forcé la main, tout le monde m’avait finalement convaincu de m’asseoir sur le trône. Je me sentais extrêmement mal à l’aise. Mais tout le monde avait dit des trucs comme « Wôw ! » et « Incroyable ! » sans tenir compte de mes sentiments.

Qui allait envoyer des représentants dans un pays où il n’y avait rien ? Nous n’avions pas de vassaux non plus. Cette pièce allait probablement rester inutilisée pendant un bon moment.

Après avoir quitté cette pièce, tout le monde s’était dispersé pour visiter le château à sa guise. J’avais essayé de regarder autour de moi aussi, mais je n’avais pas pu voir toutes les pièces en une seule fois. Celles que j’avais regardées comprenaient une salle de bal, une salle à manger, une bibliothèque, une salle de musique, une salle d’entraînement et une belle cour.

Cet endroit n’était-il pas un peu grand ? Je pensais que le plan était de le rendre petit et gérable...

Après que tout le monde ait fini de regarder autour de lui, nous nous étions tous rassemblés pour nous détendre dans une grande pièce avec un balcon attaché à l’extérieur.

« C’est certainement spacieux ici. Nettoyer tout ça sera tout un exploit... »

« Non, tout ira bien. Tout le château est enchanté avec [Protection], donc la saleté et l’usure ne l’affecteront pas. Eh bien, je suppose que la poussière va quand même s’accumuler... »

Tandis que je répondais à Yae, j’avais regardé vers le balcon et j’avais vu Yumina et Lu bavarder joyeusement l’une avec l’autre et regarder le paysage. Ah, la jeunesse... C’était un moment si énergique. Attendez, je vais ressembler à un vieil homme.

Lapis, Cécile, Renne et Cesca étaient entrées dans la pièce avec du thé et des gâteaux. Comme d’habitude, Laim suivait consciencieusement derrière elles.

« Ah, monsieur, c’est un magnifique château. Je ne pensais pas servir à nouveau dans un château un an après mon retour au service. »

« Ah, je suis désolé, Laim. Tu as arrêté de travailler dans un château, tu es finalement devenu maître d’hôtel, et puis j’ai fait ça... »

« Ne vous en faites pas, monsieur. Les jeunes d’aujourd’hui ont certainement l’air d’avoir plus de sang chaud. Je suis sûr que les choses deviendront encore plus excitantes au fil des jours. »

Laim laissa échapper un petit rire pendant qu’il parlait. S’il n’avait pas peur de travailler à nouveau dans un château, ça ne me dérangerait pas non plus.

« Maître, il y a un jardin ici avec une fontaine, mais j’aimerais l’aménager. »

Cesca avait fait une demande curieuse pendant qu’elle servait mon thé. Elle gérait le jardin flottant de Babylone, il allait donc sans dire que le jardinage était sa spécialité. Julio s’occupait de la cour, alors j’avais décidé de laisser Cesca faire ce qu’elle voulait avec le jardin en général.

« Au fait, où puis-je trouver la salle d’entraînement aux plaisirs coquins ? »

« Assez ! »

Cette fille ne savait vraiment pas quand s’arrêter ! Quand je pris ma tasse à thé, Renne m’apporta une sélection de gâteaux.

Renne devenait peu à peu une servante très compétente. Elle aidait beaucoup plus qu’au début. Parfois, elle faisait des bêtises, mais ce n’était pas grand-chose. Soit dit en passant, il semblerait que Renne était heureuse d’échanger presque tous les jours des lettres avec sa grand-mère vivant dans l’empire. Elle faisait bon usage du miroir portail.

« Hé, monsieur. Ce n’est pas un peu gênant pour nous de vivre ici ? Ce sera difficile pour nous d’aller acheter des trucs, vous savez ? »

Cécile avait parlé avec son ton doux et allongé habituel. Elle n’avait pas tort. Il n’y avait rien d’autre que ce château dans ce pays, donc on ne pouvait pas du tout faire de shopping ici.

« Eh bien, le plan actuel, du moins pour le moment, est de relier le château à notre maison de Belfast par une [Porte]. Ce n’est pas l’idéal, mais ça devrait aider. »

J’avais l’intention de créer une [Porte] spéciale qui ne pourrait être utilisée que par certaines personnes. En combinant [Recherche] et [Porte], il devrait être assez simple de créer un portail qui ne s’ouvrirait que pour certaines personnes. Mieux vaut prévenir que guérir, après tout.

« Je vais demander à Tom et Huck de continuer à être les gardiens du manoir. Comme ça, s’il se passe quelque chose là-bas, ils pourront nous contacter à ce sujet. Quant au garde ici... dois-je convoquer Cerbère et le laisser vivre dans le jardin ? »

« C’est le chien de garde le plus puissant qu’on puisse demander. »

Elze avait gloussé. Le Chien des Enfers était maintenant mon chien de garde. J’étais presque sûr qu’il serait capable de repérer les intrus avec son nez puissant.

Ça devrait être bien d’appeler des hommes-lézards et des loups-garous pour garder le château, non ? Attendez, non... si j’allais si loin, les gens pourraient commencer à penser que c’était une sorte de territoire pour monstre ou quelque chose comme ça...

« Hm... ? Qu’est-ce que c’est... ? C’est un chiot ? Non, attendez, c’est... un ours ? C’est un ours en peluche... ? »

Lu, qui était dehors sur le balcon, s’était soudainement levée. Un ours en peluche ? Ce n’était pas possible...

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

  2. Petit château deviendra grand avec des relais de téléportation dans chaque grande capitale 🙂

  3. Merci pour le chapitre ! Paula !!

Laisser un commentaire