Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 4 – Chapitre 4 – Partie 1

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 4 : Le Duché de Brunhild

Partie 1

Un mois s’était écoulé depuis la fin des troubles dans l’empire. L’empereur m’avait honoré et loué comme le héros qui avait sauvé Regulus. J’avais été officiellement reconnu comme un aventurier de Belfast qui se trouvait dans leur capitale le jour de l’incident.

Profitant de cette situation, Régulus avait également annoncé le renouvellement de son amitié avec Belfast, ainsi qu’avec le Duché de Brunhild, qui sera formé à partir des territoires des deux nations.

Et, bien sûr, c’était moi qui étais devenu le grand-duc de ce duché. Beaucoup de gens semblaient surpris de l’annonce soudaine d’une nouvelle nation, mais l’agitation s’était calmée peu après. L’intérêt que j’y avais porté avait en fait duré beaucoup moins longtemps que ce à quoi je m’attendais. Cela ne me dérangeait pas, puisque je n’avais pas l’intention d’y déménager dans l’immédiat.

En plus, ce n’était pas comme s’il y avait des gens qui vivaient là non plus. Cependant, j’avais commencé à réfléchir à ce qu’il fallait faire de la vaste étendue de terre que le duché occupait. J’avais pensé que faire une sorte de verger ou de champ cultivé serait peut-être un bon début.

L’annonce officielle de mes fiançailles avec Yumina et Lu avait été mise en attente délibérément. La raison était que le sexe du bébé porté par la reine Yuel de Belfast était encore inconnu. Le sexe de l’enfant déterminerait aussi ma position, alors nous avions retardé l’annonce jusqu’à ce que cela soit confirmé. Par répercussion, l’annonce de mes fiançailles avec Lu avait également été reportée.

Le général Bazoar et la plupart des hauts gradés de l’armée avaient été condamnés à mort. C’était tout à fait naturel, puisqu’ils avaient commis un crime de haute trahison. Le bracelet bloqueur et le bracelet draineur que le Général avait utilisés furent également confisqués, au cas où ceux qui auraient des ambitions similaires décideraient de reprendre le flambeau.

Il avait été décidé qu’ils seraient détruits, puisqu’ils ne causeraient que des ennuis à Belfast ou Regulus s’ils étaient mal utilisés. Une partie de moi voulait se lever pour dire : « Excusez-moi, mais ce sont d’anciens trésors de Babylone, ce qui fait de moi le propriétaire légitime », mais évidemment je ne pouvais pas faire cela.

J’avais aussi envisagé de créer des faux dans l’atelier et de les remplacer, mais je ne voulais pas tromper le roi ou l’empereur. Après tout, ils allaient tous les deux être mes beaux-pères.

Et donc, devant ce public royal, j’avais écrasé les deux bracelets à plat avec [Gravité]. Je l’avais regretté, mais pour être honnête... Ils sentaient encore mauvais.

Après tout, les deux pays avaient officiellement concédé des terres et me les avaient accordées, ce qui avait été la fondation officielle du duché de Brunhild.

« ... Alors, allons-nous déménager dans le nouveau pays ? »

« Eh... est-on obligés ? »

Je sirotais du thé que Laim m’avait apporté en répondant à la question de Linze. Cela commençait à m’énerver au plus haut point... Il vaudrait mieux rester ici.

« Je ne pense pas que ce soit un sujet d’inquiétude. En fait, je crois que nous avons déjà pris des dispositions pour y déménager. »

« Attends, quoi !? »

« Es-tu un vrai crétin ? Si tes fiançailles avec Lucia et Yumina sont bientôt annoncées, alors vivre ici ne fera que donner l’impression que tu privilégies Belfast. »

Oh, c’est juste. Je suppose que l’Empire prendrait ceci plutôt mal, hein ? Mais honnêtement, je ne voyais pas ça comme une grosse affaire. J’avais [Porte], donc ce n’était pas comme si je ne pouvais pas être à aucun endroit en un éclair...

« Nous n’avons pas d’autre choix que de vivre à Brunhild ? Alors quoi ? Vous voulez que je transporte toute la maison là-bas ? »

« Je pense qu’il serait plus intelligent de laisser cette maison comme telle ici. Elle sera une sorte d’ambassade pour Brunhild. »

D’accord, je supposais que c’était la chose la plus logique... Mais ça voulait dire que je devrais construire une toute nouvelle résidence là-bas. Bon sang...

« Dois-je acheter un manoir et le faire transporter à Brunhild ? Oh, attends, on ne peut pas juste utiliser le complexe de logements que j’ai dans le jardin suspendu de Babylone ? »

« Si nous nous donnons la peine de déménager, pourquoi ne pas construire un château ? À toutes fins utiles, Touya, tu es le chef d’État. Ce serait merveilleux si tu pouvais créer quelque chose de plus grandiose qu’un manoir. »

« Ahh, ça a l’air superbe ! Un magnifique château en briques blanches... Oh mon Dieu... »

Lu avait bien réagi à la proposition de Yumina, et elles se mirent aussitôt à bavarder entre elles sur ce concept. Elles s’entendaient vraiment bien. J’avais l’impression que le fait qu’elles étaient toutes les deux du même âge y était pour quelque chose. Sans parler du fait qu’elles avaient grandi dans des circonstances similaires. Pour être honnête, je préférerais qu’elles s’entendent bien plutôt qu’elles s’arrachent les yeux l’une de l’autre, je ne pouvais pas vraiment me plaindre.

« Hm, un château... »

J’avais sorti mon smartphone et je m’étais connecté à Internet, en faisant une recherche d’images pour « château ». En un éclair, plusieurs images de châteaux avaient été projetées par le biais de l’hologramme.

« Touya, qu’est-ce que c’est ? »

« Heh, je suppose qu’on peut le considérer comme un catalogue de château... ou peut-être plus comme un guide illustré. »

J’avais ignoré la question de Linze, puis j’avais fait défiler chaque image au fur et à mesure qu’elles passaient.

« Bonté divine, il y a même des châteaux qui ressemblent à ceux d’Eashen. »

Comme j’avais cherché « château », il était naturel qu’il y en ait quelques-uns de style japonais dans le mélange. Pour être honnête, il y avait une tonne de châteaux, et plus de types que je ne me l’imaginais. Je voulais voir si je pouvais en voir des semblables à Het Steen. Après tout, ce serait un château approprié pour un lanceur de sorts comme moi.

« Ce château est si beau et blanc... »

Le château dont Lu devenait folle était le château de Hluboka, ce grand château de la République tchèque. C’était blanc, et très beau, mais...

« N’est-il pas un peu trop grand ? Nous n’avons pas de personnel ou de militaires en ce moment, donc un tel endroit ne serait qu’un fardeau. »

« Aw… Je suppose que tu as raison. »

« Pour l’instant, commençons par un château relativement petit, que nous pourrons agrandir au besoin, d’accord ? »

Maintenant que j’y pensais, je ne savais pas vraiment comment construire un château.

J’avais pensé que tant que j’avais les matériaux nécessaires, je pourrais certainement construite un édifice solide avec [Modelage].

Je ne pouvais pas garantir qu’il aurait l’air classe... Sans parler du fait que l’intérieur serait selon toute vraisemblance horrible. Je pourrais peut-être utiliser le château de Belfast comme référence mentale, mais j’avais l’impression que tout cela prendrait plus de temps que je l’avais prévu.

« Je suppose qu’on ne trouvera aucun château de libre sur le marché, n’est-ce pas... ? »

« Monsieur, oui monsieur ! J’avais le pressentiment que cela pourrait arriver, monsieur ! »

Avec un cri guerrier et un bruit fort, Rosetta entra furieusement dans la pièce. Merde, ça m’avait fait peur !

« L’heure est venue, monsieur ! Je peux enfin te montrer le vrai potentiel de l’Atelier, monsieur ! »

Elle serra fermement son poing et le souleva jusqu’aux cieux. Elle avait beaucoup trop d’enthousiasme, si vous voulez mon avis.

« L’Atelier ne se contente pas de répliquer des choses, tu vois !? Nous avons aussi un système de remodelage automatisé ! Oui, c’est vrai ! Nous pouvons scanner des objets et les remodeler selon tes goûts, monsieur, oui, monsieur ! »

La respiration de Rosetta était irrégulière, car elle expliquait tout cela d’un seul coup. Un système de remodelage automatisé ? Donc on pouvait manipuler des objets qui avaient été scannés ?

« Dépêchons-nous, au pas de course ! Droite gauche, droite gauche, droite gauche ! À l’atelier ! »

Lu n’avait pas pu contenir sa crainte, car elle voyait l’atelier pour la première fois. Nous nous étions tous dirigés vers le grand cube qui abritait l’installation.

Il y avait de plus petits cubes empilés à divers endroits sur le plancher, et une structure ressemblant à un moniteur avait été construite vers le milieu de la pièce. De la même façon, il y avait une chaise pavée composée de cubes blancs juste devant lui. Rosetta avait posé son derrière sur la chaise et avait posé son doigt sur le moniteur.

« Garde-à-vous ! Je vais bien scanner le château de ce pays, monsieur ! »

Babylone avait été déplacée dans le ciel de Belfast, juste au-dessus du château royal, un peu plus tôt. Naturellement, personne ne l’avait remarqué en raison du champ furtif intégré.

J’étais un peu perplexe devant le fait qu’il n’avait même pas projeté une ombre sur la ville, cependant... Peu importe combien de fois je l’avais regardé, c’était déraisonnable d’y penser. Mais peut-être que c’était logique... Les ombres étaient projetées lorsque la lumière était bloquée par un objet, mais dans ce cas, la lumière circulait bien toujours autour de l’objet... ? J’avais décidé qu’il valait mieux ne pas trop réfléchir à la façon dont la magie et la science fonctionnaient. J’en perdrais tout simplement le sommeil sans raison valable.

Le moniteur montrait une vue aérienne du château de Belfast. Soudain, un feu vert avait recouvert le château pendant une fraction de seconde, tout cela afin que l’écran soit remplacé par un modèle tridimensionnel du bâtiment.

« Scan terminé, monsieur ! Je vais maintenant activer le système automatisé ! As-tu quelque chose en tête ? »

Rosetta se retourna et posa une question.

« Euh... quelque chose de spécifique ? Il n’a pas besoin d’être si grand, alors pourrais-tu commencer par enlever certaines pièces ? »

« Ordre de mission reçu, monsieur ! »

Rosetta s’était précipitée ici et là sur l’écran, coupant et découpant diverses pièces sur le modèle 3D. Je me demandais s’il y avait un système d’apprentissage intelligent qui sélectionnait automatiquement les changements par rapport aux coupes et aux ajustements.

« Oh, cette tour de rempart n’a pas de sens non plus. Tu devrais t’en débarrasser. J’aimerais aussi que la cour soit un peu plus large. »

Comme pour répondre à mes caprices, le château se transforma à nouveau. Je pourrais certainement m’habituer à ce genre de fonction de remodelage. C’était très utile. Je ne savais pas que l’atelier pouvait aussi être utilisé pour des conceptions et des rénovations aussi complexes. Mais encore une fois, c’était à peu près la même chose que ce que j’avais fait sur mon Brunhild, mais sur une plus grande échelle.

« Est-ce que d’autres personnes souhaiteraient faire des modifications ? »

« Ah, oui... Je préférerais un balcon plus large. »

« Je désire un magnifique dojo, pour pouvoir m’y rendre et m’entraîner. »

« Oh, si cela est possible, alors je voudrais aussi une zone d’entraînement pour le combat sans armes !! »

« Si ce n’est pas trop, j’aimerais qu’une bibliothèque soit installée... »

« J’aimerais un large fossé, et aussi un magnifique pont-levis ! »

Comme chacune faisait ses propres changements, le modèle du château s’était transformé. Il ne ressemblait plus du tout au château de Belfast, qui en était pourtant le modèle. Il était devenu tout à fait unique. Un fossé, une porte, un pont-levis, même de petits bâtiments autour du château le rendaient maintenant distinct.

« Eh bien, monsieur ! Ce n’est pas grave !? »

« Oui, ça me va très bien. Alors, comment vas-tu le rendre réel ? »

« Une affaire dérisoire, monsieur ! Nous nous rendons simplement à l’endroit désiré et nous traçons ces données. J’aplatis le paysage et je commence l’assemblage automatique ! J’estime que cela prendra trois jours, monsieur ! »

J’avais été étonné qu’elle puisse le faire en si peu de temps. L’atelier avait vraiment été un outil extraordinaire. Pourquoi s’arrêter à un château ? Nous pourrions facilement construire une ville ou un hameau en plus.

« Si les matériaux sont facilement disponibles, monsieur ! »

« ... Désolé ? »

Que voulait-elle dire exactement ? Des matériaux pour le château ?

« Tu veux parler des matériaux de base, n’est-ce pas ? Marbre, brique, métal, et ainsi de suite ? »

« Pas seulement ça, monsieur ! Du bois, du verre, du laiton, du fer, des tissus comme du coton et de la soie ! Tous ces matériaux sont nécessaires pour terminer votre château, monsieur ! »

« Je n’ai pas tout ça ! »

En plus, tu sais combien de temps ça me prendra pour rassembler tout ça !? Au final, cela serait exactement le même prix que l’achat d’un château normal. Non cela me coûterait plus cher ! On économiserait peut-être de la main-d’œuvre, mais ce n’était pas comme si c’était une somme considérable au départ !

« Hum... est-ce que les matériaux doivent être neufs ? »

Lu prit soudain la parole, s’adressant nerveusement à Rosetta.

« Non, madame ! De toute façon, les vieux matériaux seront démontés et reconstruits comme s’ils étaient neufs, madame ! Seul un matériau extrêmement décomposé serait totalement inutile ! »

« Si c’est le cas, alors... il y a un château fort abandonné au nord de l’Empire Regulus. Si on faisait des prélèvements, n’aurions-nous pas assez de matériaux pour notre nouveau château ? »

C’était logique pour moi. Si nous utilisions un bâtiment qui était de toute façon un château, nous économiserions massivement sur les besoins matériels. Même si le matériel était en lambeaux, brisé ou usé, il pouvait être recyclé et réutilisé ! Lu était une génie.

Je ne pensais pas non plus que ce serait grave si un vieux fort abandonné était démoli, alors je m’étais décidé à en demander la permission à l’empereur tout de suite. Le plan avait été ainsi adopté.

Lu avait soudainement exprimé son inquiétude, même si c’est elle qui l’avait suggérée en premier lieu.

« En fait, à propos de cette forteresse, peut-être qu’on ne devrait pas... ou ils pourraient être dérangés... »

« Qu’est-ce qui pourrait être dérangé ? »

« Les... Les fantômes... »

Oh voyons... Était-elle sérieuse ? Un château hanté !?

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

  2. Je ne connaissais pas ce château à Anvers 🙂
    Et pourquoi donc il n'a pas choisi un modeste pied à terre comme Chambord ?
    Sinon, prochain chapitre, un remake de Ghostbusters ! Seront ils plus gênant que les capitaines pirates ?

  3. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire