Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 4 – Chapitre 3 – Partie 8

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 3 : Troubles dans la capitale de l’Empire

Partie 8

J’avais utilisé [Renforcement] et [Accélération] afin de remonter le mur du château comme un ninja, puis j’avais rebondi dessus.

J’avais sauté très haut au-dessus de la tête du monstre et j’avais tourné ma lame vers lui. Puis, j’avais fait tomber l’épée mithril sur sa tête.

« C’est l’heure de dormir ! »

J’avais fait tomber la lame, et le Seigneur Démon était tombé par terre. Même si cela annulait la magie, cela ne signifiait rien. C’était quand même une épée, effet magique ou pas.

Bien qu’il semble avoir ressenti quelques douleurs, il ne semblait pas être sérieusement blessé. Au moins, l’une de ses cornes avait été tranchée. Pour survivre à un coup comme ça, il devait être très résistant. Il avait clairement un crâne épais.

Le Seigneur Démon avait essayé de se stabiliser avec son bras afin de se relever, c’est alors que j’avais utilisé mon arme ultime.

« [Glissade] ».

Son bras avait glissé, l’amenant à s’écraser au sol en exposant ses épaules et son dos. J’avais sauté dans l’action, coupant ses ailes avec ma lame.

« GyAaAAaaauuuuuuuuuuuggGghhhh !! »

Tandis que le Seigneur Démon criait, j’avais terminé le travail en tirant de nombreuses balles [glissantes] à ses pieds.

Le Seigneur Démon commença à tomber sans arrêt. Il ne pouvait pas s’envoler, car il n’avait plus d’ailes. Personne ne pourrait lui venir en aide.

Chaque fois que la bête tombait, le sol grondait et tremblait. Je devrai m’excuser plus tard auprès de toute personne vivant dans le voisinage.

Laissant le Seigneur Démon derrière moi, j’avais sauté sur le grand balcon. Le général Bazoar était là-haut, le visage pâle et horrifié.

« Prêt pour ton châtiment divin, général ? »

« Qui es-tu !? C’était un démon supérieur ! Un seul homme ne peut espérer... »

« Peu importe ce que tu dis, imbécile. Je l’ai quand même fait. »

Pendant que je parlais, j’avais fait un geste au Seigneur Démon, qui tombait encore et encore.

Il était beaucoup plus fort que ce à quoi je m’attendais... Mon épée en mithril n’était plus en bon état après cette dernière attaque ! Elle était sérieusement endommagée...

« Hmph... cependant, tu ne me feras pas la même chose ! Mon bracelet bloqueur rend les coups physiques insignifiants, et j’ai toujours la possibilité d’annuler tes sorts ! Même si cela échouait, mon bracelet draineur absorbera quand même toute magie entrante ! »

Tch... je supposais qu’il savait comment fonctionne ma [Glissade] maintenant... Je peux supposer qu’il ne danserait plus sur le même air si je l’utilisais à nouveau.

« L’empereur n’est pas mort, mais peu importe. Ce n’est plus son domaine ! Je deviendrai le nouvel empereur. Et puis, j’utiliserai le pouvoir des démons pour frapper Refreese, Belfast, Mismede, et toutes les autres nations occidentales ! Sous une seule bannière, l’Empire Regulus renaîtra ! Il renaîtra comme Empire Bazoar ! »

Le général se mit à rire comme un fou.

Comment comptait-il maintenir son armée exactement ? Il ne pouvait pas continuer à sacrifier les gens, ce n’était pas durable ! Cet homme était complètement délirant, il n’y avait pas moyen de le sauver.

Je n’avais vu aucune autre option, alors j’avais choisi de retirer ça de mon stockage. Mon arme secrète, un cube de trois mètres sur trois, était maintenant placée sur le balcon. Mis à part la base, il était entièrement fait d’un matériau transparent, semblable au verre. On pouvait clairement voir à l’intérieur.

Au milieu de cette boîte transparente se trouvait une créature visqueuse à l’air dégoûtant. Elle était décolorée et semblait presque toxique. Malgré la coloration, ce n’était pas toxique du tout. En fait, c’était inoffensif, enfin, presque.

« C’est quoi ce truc ? »

« Ceci, mon ami, est le cadavre d’un slime. C’est une merveilleuse petite créature d’un écosystème standard. Ils vivent dans l’eau et la nettoient. Mais, on dit qu’ils ont une particularité assez horrible. Environ une heure après leur mort, ils commencent à dégager l’une des odeurs les plus nauséabondes connues de l’homme. Eh bien, c’est censé disparaître au bout de deux heures, c’est ce qu’on dit... Et celui-là me direz vous ? Il est mort il y a une heure. »

Tout en l’expliquant de cette manière, j’avais souri au général et je l’avais fixé du regard latéralement.

« Tu n’oserais pas... »

« [Porte]. »

Un cercle magique était apparu sous le général et il s’y était enfoncé dedans comme dans des sables mouvants. Il n’était pas ciblé directement, donc l’annulation ne s’était pas activée. C’était un sort qui, après tout, ne faisait que relier deux endroits... Et mon plan glorieux dépendait de l’endroit où je venais de l’envoyer.

Le général était instantanément réapparu à l’intérieur de la boîte de verre. Enfin, le spectacle pouvait commencer.

« GHAGUAAAAAAAUUUGH ! »

De l’intérieur de l’épaisse paroi de fer que j’avais enchanté pour ressembler à du verre, le général se mit à crier. Il se pinçait le nez, mais c’était trop tard. Son visage était devenu plus pâle qu’avant et il avait commencé à transpirer à grosses gouttes.

« Ghaugh !! C’est quoi cette odeur !? C’est... N-Non ! S’il te plaît ! Ça fait mal ! Ça fait mal ! »

Ça devait sentir aussi mauvais que je l’imaginais. Le général commença à devenir violet.

Mon monde d’origine possédait quelque chose connu sous le nom de surströmming. C’était une sorte de hareng fermenté. On disait que l’odeur était parmi les plus atroces dans le monde. Mais il semblerait que l’odeur de ce slime était encore pire que ça. Le général semblait déjà prêt à s’évanouir. J’avais levé légèrement le front en regardant l’homme se débattre. Il avait essayé de concentrer sa magie sur l’une des parois, mais il l’avait tâtonné. Il lui était impossible de canaliser d’une seule main une vaste énergie magique, et il avait sa main droite fermement plantée autour de son nez. Finalement, il avait abandonné et avait commencé à s’asseoir dans le coin de la boîte, se balançant d’avant en arrière. Il pleurait.

Je me demandais s’il essayait d’attendre, mais je savais que ce serait futile.

Son entourage était entièrement composé de cette puanteur nauséabonde. Son visage se tordait de dégoût et d’agonie chaque fois qu’il respirait. Tout ce qu’il pouvait inhaler, c’était l’odeur fétide et nauséabonde de la défaite.

« Auugh !! Arrête ça !! »

Sa façade stoïque commença à s’effriter. Son visage était empli de larmes, de sueur et de morve. Il y avait une petite [Porte] en haut de la boîte pour permettre à l’air frais d’entrer, car je ne voulais pas qu’il suffoque. Je l’avais relié à un endroit instable en haut de la montagne, ce qui aurait tout au plus bouleversé certains animaux.

Il avait commencé à convulser. Il ne pouvait même plus se concentrer sur sa propre respiration. Il était tombé à genoux et s’était affaissé vers l’avant. Le blanc de ses yeux était visible, comme s’ils avaient roulé dans sa tête. Il était vraiment évanoui.

À l’origine, j’avais envisagé de l’envoyer au milieu de la mer quelque part, mais... Il convoquerait le Seigneur Démon pour qu’il le fasse s’envoler.

Puis, j’avais envisagé de l’enterrer dans cette boîte au fond de la mer, mais je n’y étais jamais allé, alors ce n’était pas comme si y ouvrir la [Porte] serait particulièrement facile non plus.

D’accord, je suppose qu’il s’est rendu, je vais le téléporter maintenant... J’avais ouvert une [Porte] et l’avais téléporté, mais je l’avais immédiatement regretté.

« Ghaughaguh !? »

C’était quoi cette odeur !? On dirait qu’un tas d’ordures était tombé sur un tas de produits sanitaires usagés ! QUE ÇA S’ARRÊTE, BON SANG. J’avais immédiatement fermé la [Porte], mais l’odeur ne s’était pas arrêtée. Ça venait du général ? Dégueu !

J’avais rapidement arraché les bracelets présents sur son corps et je l’avais remis dans le conteneur. On disait que les cadavres de slime cessaient d’émettre une odeur nauséabonde après deux heures de mort, mais je m’étais sérieusement posé d’autres questions sur les choses que l’odeur avait infestées. La puanteur était si forte que j’avais peur qu’elle ne disparaisse jamais.

En quelques secondes, l’armée démoniaque avait disparu. Le Seigneur Démon avait cessé de glisser et s’était lui aussi évanoui dans le néant. Les bracelets disparus, la ligne d’alimentation magique avaient été coupés.

Sur ce, les démons avaient été vaincus. Seule l’armée régulière était restée.

J’avais décidé d’ouvrir une [Porte] et d’appeler l’empereur et les autres.

« Tu l’as vraiment fait... Incroyable... »

L’empereur parla d’un ton étonné, fixant le général pendant tout ce temps.

« Ça sent vraiment mauvais. »

Lyon tenait son nez pendant qu’il parlait.

« Désolé, cette puanteur est causée par ce slime mort... Un peu de cette puanteur a fini par s’échapper. Bon sang, c’est assez puissant. »

La puanteur se dégageait des deux artefacts que le général portait autrefois.

Le bracelet draineur et le bracelet bloqueur, hein... ? C’étaient des outils utiles, cela ne faisait aucun doute, mais... Ils puaient. Ils puaient vraiment très fort. Même mes doigts puaient légèrement alors que je ne les avais qu’à peine touchés.

Étant donné l’état de puanteur des bracelets, je tremblais en pensant à la puanteur du général lui-même.

Les chevaliers belfastiens s’étaient dirigés sous terre vers le donjon pour libérer les chevaliers de Regulus. Pendant ce temps, l’empereur et moi nous nous étions installés sur le balcon pour créer une autre émission. Après tout, nous devions informer les gens de la situation.

Cette fois, l’émission avait été diffusée en direct. J’avais braqué mon smartphone et commencé à filmer l’empereur.

« Citoyens de la Capitale de l’Empire, je m’excuse pour ce qui s’est passé aujourd’hui. Le responsable du coup d’État a été arrêté et notre capitale est de nouveau entre les mains des justes. Merci de votre compréhension. »

La projection s’était déplacée pour montrer le général. Il était inconscient, les yeux roulaient sur le blanc, la morve coulait de son visage et la bave coulait de sa bouche. J’espérais que les autres membres de l’armée se rendraient après avoir vu quelque chose d’aussi horrible.

C’était peut-être un peu cruel, mais... c’était nécessaire.

« Je vous promets maintenant que je travaillerai plus dur. Cela ne nous arrivera plus jamais dans ce pays. Du fond du cœur, veuillez accepter mes sincères excuses. Je suis vraiment désolé. » L’empereur inclina légèrement la tête.

Huh, il s’excusait... Honnêtement, j’avais entendu dire qu’il était assez arrogant, mais peut-être que la maladie lui avait inculqué une certaine humilité.

Après l’émission, l’empereur regarda le général avec des yeux tristes.

« Quelque chose ne va pas ? »

« Ce n’est rien... J’ai l’impression que cet homme est pitoyable. Ses sentiments pour l’empire étaient sincères, je le sais. Il s’était enrôlé dans l’armée à un jeune âge et voulait faire une réelle différence. D’une certaine manière, il me rappelle ce que j’étais dans ma jeunesse. Si je n’étais pas tombé malade, j’aurais peut-être suivi un chemin similaire. Ça me rend triste d’y penser... »

« Même ainsi, les crimes de cet homme sont impardonnables. »

Il avait convoqué une légion de démons et de monstres. Chacun avait été convoqué au prix de plusieurs vies humaines, ce qui signifiait qu’il avait dû massacrer de nombreuses personnes dans sa folle campagne. Toutes ces personnes n’avaient pas non plus été condamnées à la prison ou à l’exécution. Et honnêtement, ça ne se serait pas vraiment bien passé même s’ils l’avaient été.

« Je le comprends bien. Un crime est un crime. Il doit expier ses péchés. Il a causé un grand émoi à notre peuple, et je ne ferai preuve d’aucune indulgence. »

L’empereur avait laissé échapper un petit rire triste. Après tout, c’était aussi une victime de ces évènements.

« Milord ! »

Un groupe de chevaliers chargea sur le balcon et se prosterna immédiatement.

Oh, c’étaient ceux qui étaient enfermés dans le donjon ? Un homme âgé, aux cheveux noirs et n’ayant plus qu’un œil, s’avança et s’inclina sur un genou.

« Milord, comment est-ce possible !? Vous avez l’air d’être de nouveau en bonne santé ! »

« Je vais plutôt bien, chevalier commandant Gaspar ! C’est grâce à cet incroyable jeune Touya ici présent. Par sa puissance, je suis rétabli. Je suis en pleine forme. C’est aussi par sa puissance que le Général Bazoar a été vaincu ! »

« Quoi !? »

Le chevalier commandant me fixa, les yeux écarquillés et choqués. L’empereur hocha simplement la tête et sourit. Je n’étais pas sûr que c’était grâce à moi, mais... J’avais pensé que c’était probablement dû au sort [Recouvrement] que j’avais lancé.

Elze et Yae s’étaient montrées sur le dos de Kohaku. Il était dans sa forme originale. Sango et Kokuyou flottaient à proximité, mais ils étaient dans leurs mini-formes.

« Tout est terminé, pour l’instant au moins. La plupart des soldats se sont effondrés ! »

Elze avait sauté de Kohaku et s’était présentée.

Bien. J’étais content qu’on se soit occupé des soldats restants. J’étais heureux de voir que ces deux-là étaient saines et sauves.

« Arrêtez les soldats inconscients. Cependant, épargnez ceux qui ont rendu les armes lors de l’appel initial. »

« Oui, Milord ! »

L’empereur donna un ordre au chevalier commandant Gaspar, qui partit immédiatement.

Je suppose que les émeutes allèrent s’apaiser... J’étais content qu’il ne se soit rien passé de majeur à la fin. Maintenant, je n’avais rien d’autre à faire que de laisser les habitants de l’empire s’en occuper.

Oh, oups... Je devrais rappeler toutes ces créatures que j’avais invoquées en premier, n’est-ce pas ?

Tous les soldats de l’Empire Regulus qui s’étaient effondrés avaient été arrêtés et placés en détention. Ils avaient été immédiatement démobilisés de l’armée permanente, puis interrogés sur leurs autres crimes potentiels.

Mis à part une bande spécifique d’instigateurs, on constata que la plupart des soldats suivaient simplement les ordres et ne participaient à aucune activité criminelle grave. Naturellement, ceux qui avaient délibérément déclenché la rébellion feront l’objet des condamnations les plus graves, mais ceux qui y avaient participé devront également être punis. Mais j’étais sûr dans tous les cas qu’ils seraient reconnaissants d’apprendre qu’ils n’allaient pas se faire tuer.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

5 commentaires

  1. Merci pour le chapitre !

  2. Merci pour le chapitre.

  3. Mit hors jeu par une boule puante... Et la convention interdisant les armes chimiques alors ?!? 😂

Laisser un commentaire