Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 4 – Chapitre 3 – Partie 7

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 3 : Troubles dans la capitale de l’Empire

Partie 7

Un écran géant avait été projeté dans le ciel au-dessus de la capitale de l’empire. Il mesurait environ deux cents mètres de large. C’était vraiment assez grand pour être vu à distance. De toute façon, je ne pensais pas qu’il serait approprié d’avoir un si grand écran à proximité des gens.

J’avais également inclus une piste audio forte à côté de la vidéo, car je devais m’assurer que tout le monde en dessous faisait attention. La musique que j’avais choisie était « Ride of the Valkyries » de Wagner. J’avais réduit le volume de la musique de fond et j’avais atténué l’audio de la vidéo que nous avions enregistrée plus tôt ce matin-là. L’empereur était apparu sur la vidéo.

« Peuple de la Capitale de l’Empire. Je suis le souverain de l’Empire Régulus, Zephyrus Loah Regulus. La situation est la suivante. L’armée permanente a organisé un violent coup d’État militaire. Veuillez accepter mes plus sincères excuses pour le carnage causé en leur nom. J’ai l’intention de réprimer cette rébellion une fois pour toutes, alors restez en sécurité d’ici là. Soyez à l’aise et reposez-vous bien. Pendant que je parle, mes guerriers font des démarches pour reprendre la ville aux insurgés. Restez dans vos maisons. »

« Mon Dieu, c’est à ça que je ressemble ? »

L’empereur se tourna vers sa fille, il semblait assez surpris. Je n’aurais pas dû être trop surpris qu’il ait réagi de cette façon. Peu de gens dans ce monde avaient après tout entendu leur propre voix.

« Ceci est un message pour l’armée qui organise le coup d’État. J’ai mes défauts, je l’admets volontiers. Je vais donc faire entendre votre voix, mais ce n’est pas de cette façon que vous attirerez mon attention. Je vous offre une chance de vous rendre. Si vous enlevez vos uniformes maintenant, vous serez pardonné. Mais pour ceux d’entre vous qui porteront encore leur uniforme militaire à la fin de mon décompte jusqu’à dix... Je vous assure que mon jugement sera rapide. Le compte à rebours commence maintenant. Un... deux... »

Un écran plus petit était projeté devant moi, montrant les soldats en uniforme marqués en rouge sur la carte. La ville en était pleine, mais un par un, leur nombre avait chuté. Il semblerait que beaucoup d’entre eux écoutaient l’empereur et se débarrassaient de leurs uniformes.

« Les hommes qui restent en uniforme... devront nous les attaquer ? »

« Nous n’avons pas le choix. Mais je préférerais que vous vous reteniez dans vos attaques, je préférerais que vous les mutiliez plutôt que vous les tuiez. »

« Très bien. »

L’image de l’empereur, bien au-dessus de nos têtes, continuait à compter jusqu’à dix. Comme il l’avait fait, les points rouges sur ma carte avaient commencé à diminuer en nombre. Les deux tiers de la capitale étaient cependant encore rouges.

« Neuf... et dix. Votre chance de vous rendre est maintenant terminée. Nous allons reprendre la capitale par la force. »

L’écran géant montrant le visage de l’empereur avait disparu. Une trompette s’était mise à sonner. Cette fois, c’était l’ouverture de « Ride of the Valkyries » de Wagner.

Très bien, c’était l’heure de commencer.

« Verrouillez sur les soldats en uniforme. Invoquez [Paralysie]. »

« Compris... Verrouillage de la cible confirmé. Invocation de la [Paralysie]. »

Il y avait divers cris qui résonnaient à travers la capitale, mais j’avais remarqué quelque chose d’étrange. Le nombre de points rouges n’avait pas du tout diminué.

Qu’est-ce qui se passait ici ? Oh, attendez... évidemment. Les paralyser ne change pas qui ils étaient. Les soldats restaient des soldats, qu’ils puissent marcher ou non.

« Montrez-moi les soldats paralysés avec des épingles jaunes. »

« Compris. »

Environ, la moitié des épingles s’étaient transformées en jaunes. C’était moins que ce à quoi je m’attendais, en fait. Je m’étais dit qu’un nombre surprenant de soldats avaient soit des talismans magiques sur eux, soit une résistance magique anormalement élevée. Ce n’était pas prometteur.

« Touya-dono, là-bas ! »

Yae avait pointé du doigt le château. L’énorme Seigneur Démon se déchaînait là. Il était entouré d’un essaim massif de démons, tant dans le ciel que sur le sol. Il y en avait beaucoup, avec aussi beaucoup de types différents. J’en avais compté des douzaines et des douzaines sur mon écran.

« Je crois qu’il est temps d’appeler notre propre cavalerie. »

J’avais concentré ma magie, et un cercle magique était apparu sur le sol.

« Rends-toi, ténèbres. Je cherche le Gardien de l’Enfer : [Cerbère] ! »

Une brume sombre se mit à suinter et à s’accumuler dans le cercle magique, et un chien à trois têtes en sortit en rampant. Pour l’instant, il avait la taille d’un chien normal, mais une fois qu’il sera passé en mode combat, il aura la taille d’un lion.

J’avais continué d’appeler les différentes créatures avec lesquelles j’avais passé la majeure partie de l’après-midi d’hier à faire des contrats.

J’avais appelé des groupes d’hommes-lézards, une bande de Griffons, une troupe de tortues blindées, une bande de Ligers sanguinaire, un peloton d’Ours puissants, et un régiment de chevaliers lézards. Avec leurs pouvoirs combinés, ils formaient ma propre armée de monstres.

Maintenant que j’y pensais, était-ce vraiment juste d’appeler Kohaku et les autres bêtes célestes ? Nous n’avions invoqué que des monstres terrifiants ! Je supposais que je ne devrais pas trop y réfléchir. J’avais décidé de ne pas m’attarder sur la question, choisissant plutôt de donner mon prochain ordre.

« Verrouillage de la cible. Les démons. Invoquez [Javelot Brillant]. »

« Compris. Invocation de [Javelot Brillant]. » 

Plusieurs cercles magiques étaient apparus dans le ciel, et la lumière était tombée sur mes ennemis... Mais les démons étaient indemnes.

« Les attaques ont été repoussées par une barrière invisible. Aucun effet enregistré. »

Ce n’est pas surprenant. Le Seigneur Démon offrait une résistance magique à tous ceux qui étaient de son côté. Ça voulait juste dire qu’on allait devoir leur mettre une raclée avec des attaques physiques.

« Bêtes invoquées, vous suivrez les ordres de Kohaku, Kokuyou et Sango. Yae et Elze, rejoignez-les. Yumina, Linze, vous vous tiendrez sur les lignes arrière avec Cerbère et utiliserez des attaques à longue portée aussi bien physique que magique. Je vais me diriger vers le Seigneur Démon et le général. »

Kokuyou, Sango et Kohaku avaient soudainement disparu dans une bouffée de fumée. Un bruit de cliquetis retentit, et ils réapparurent sous leurs formes originales. Cela faisait longtemps qu’ils n’étaient plus sous leur forme réelle, alors je leur avais dit qu’ils pouvaient y aller à fond.

« D’accord, on y va. »

« ... Je compte sur vous. »

J’avais regardé l’empereur en arrière et je l’avais informé de mes plans. Puis, j’avais sauté sur les toits tout en me dirigeant vers les lignes de front.

Elze, Yae, Sango, Kokuyou, et les troupes terrestres chargèrent le long des rues de la ville. Pendant ce temps, Kohaku, moi-même et les griffons avions gravi les toits en direction d’un groupe de démons volants.

« N’en faites pas trop maintenant, et n’oubliez pas... visez leurs ailes. Les gars au sol devraient pouvoir les éliminer une fois qu’ils seront tombés. »

J’avais donné des ordres aux griffons. Les démons au sol étaient déjà en train d’engager les autres dans les rues, et un deuxième groupe de démons volants était déjà en route. J’avais besoin d’éliminer les troupes aéroportées dès que possible.

« Euh... John, attends, tu es John ou Paul ? Oh, George ? Très bien, euh... Vous trois, prenez le flanc gauche. Ringo ? Tu prends celui de droite ! »

Les griffons avaient poussé un cri de guerre en chargeant de deux côtés différents. Les griffons se ressemblaient tous, donc ce n’était pas vraiment ma faute ! Je m’étais dit qu’il fallait que je leur achète des colliers de couleurs différentes.

En sautant d’un toit à l’autre, j’avais tendu la main vers le [Stockage] et j’avais sorti une épée en mithril. Elle mesurait quarante centimètres de large et environ deux mètres de long. Le mithril était léger par défaut, et il était devenu encore plus léger quand j’avais réduit son poids avec [Gravité]. Cela avait transformé cette épée massive en une épée à seule main.

J’avais utilisé le [Renforcement] pour sauter très haut au-dessus d’un démon ennemi. Puis, en plongeant vers lui, j’avais invoqué [Gravité] pour augmenter massivement le poids de mon arme.

C’était si puissant que le démon avait été instantanément coupé en deux. J’avais rapidement changé le poids de nouveau et l’avais réduit à un poids gérable.

Le fait de pouvoir changer le poids de mon arme à la volée m’avait été d’une utilité exceptionnelle. Un démon m’avait chargé de la droite, alors je l’avais rapidement coupé en deux, mais c’était une frappe horizontale cette fois, plutôt qu’une verticale.

Je devais m’assurer que le moment était bien choisi, sinon je risquais de me faire mal aux bras. J’avais l’impression que je m’y habituais. Franchement, j’aurais même pu me débrouiller sans utiliser [Gravité], vu que l’épée faisait un bon travail dans la découpe des démons.

Kohaku avait sauté près de moi et avait coupé les ailes d’un démon avec une frappe de ses redoutables griffes.

« Kohaku ! Je te laisse le reste ! »

« Très bien ! Bonne chance, mon seigneur ! »

J’avais combiné [Renforcement] et [Accélération] pour me diriger rapidement vers le château. J’avais pensé que si je pouvais vaincre le général, tous les démons disparaîtraient et le combat serait gagné.

J’avais sauté d’un toit à l’autre, profitant de l’élan pour me propulser dans la cour du château. Après mon atterrissage, un groupe de soldats m’avait immédiatement encerclé.

Je sautais rapidement en l’air et sortis mon Brunhild, tirant une salve de balles paralysante sur les soldats des environs.

Si [Paralysie] ne marchais pas, ces balles seront aussi inutiles. J’allais devoir me retenir contre eux pour le moment.

J’avais attiré l’attention du Seigneur Démon. Il s’était tourné vers moi et avait tiré une sorte de rayon rouge depuis ses yeux.

Putain de merde ! Le faisceau avait touché une zone au sol proche de moi. C’était en train de brûler. Avait-il des yeux laser !?

Il continuait à me tirer des rayons lasers à distance, tandis que les petits démons me chargeaient depuis tous les angles.

J’avais réussi à les trancher assez facilement à l’aide de ma grande épée en mithril. Les démons normaux n’étaient certainement pas très forts. Ils étaient plus emmerdants que n’importe quoi d’autre, en vérité.

Le Seigneur Démon avait finalement arrêté ses rayons lasers. Ce n’était pas trop tôt.

De l’électricité avait soudainement commencé à s’accumuler autour de son corps. Les cornes du Seigneur Démon semblaient agir comme une sorte de paratonnerre. Finalement, il avait accumulé une énorme charge, et la lumière était comme sortie hors de son corps pour aller dans diverses énormes masses tourbillonnantes.

Je n’avais aucune idée de ce qu’il faisait, mais cela devait être quelque chose de dangereux... Il devait être en train de charger quelque chose, non !?

« Gruuugaaaaaaaaaaaah !! »

Il avait attaqué, déclenchant ce qui semblait être plusieurs coups de foudre serpentant. J’avais évité ses attaques, mais ils avaient frappé un immeuble derrière moi et avaient fait de terribles ravages dans ce petit quartier. Maintenant, y aura-t-il un bombardement de lasers... ?

C’était un truc de niveau supérieur. Ça devrait être l’attaque ultime du Seigneur Démon. S’il continuait comme ça, il pourrait raser toute la ville.

« Nngh. »

J’avais ressenti une sensation soudaine. Mon énergie magique était tirée hors de mon corps. Est-ce qu’il absorbait mon énergie pour compenser la charge qu’il venait de lâcher ? Le général qui était dans les parages en était-il le responsable ?

Même si mes pouvoirs magiques étaient absorbés, je pourrais les récupérer presque instantanément. En d’autres termes, le Seigneur Démon pourrait lancer autant de tir qu’il le voulait.

C’était une attaque sans fin. Il pourrait utiliser ma propre magie et l’utiliser contre moi.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire