Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 4 – Chapitre 3 – Partie 6

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 3 : Troubles dans la capitale de l’Empire

Partie 6

« Touya, à propos de tout à l’heure... »

« Hm ? De tout à l’heure ? »

Je ne comprenais pas où le roi voulait en venir, car beaucoup de choses s’étaient déjà passées aujourd’hui.

« Est-ce vrai ? Le roi m’a dit que vous aviez un plan, un plan pour vaincre le Général Bazoar. »

L’empereur m’avait appelé pour clarifier ce que le roi venait de dire. Oh, c’était ça.

« Eh bien, oui. Je suis presque sûr que je peux vaincre le général. Je peux aussi probablement enlever tout le pouvoir à l’armée. J’ai l’impression que je pourrais reprendre la capitale en moins d’une journée. Probablement demain, pour le dire franchement. »

« Excusez-moi !? »

Tout le monde, à part Yumina, était sous le choc. Yumina avait fièrement gonflé sa poitrine comme pour dire « C’est bien mon homme ! » Hehe... ils grossissent un peu.

« Je suis curieux. Les membres de l’armée qui ont participé au coup d’État... Avez-vous l’intention de tous les punir ? »

« Pas dans la même mesure. L’exécution du général est inévitable, car c’est lui le cerveau, mais je pense que je vais simplement bannir les soldats qui ont participé au coup d’État. »

Les congédier, ce n’était pas une mauvaise idée... C’était vraiment une bonne idée. Cela représentait près de la moitié de leur force militaire permanente, mais ce n’était pas comme si elle ne pouvait pas remplacer ces personnes avec le temps.

« Affichage de la carte : Capitale de l’Empire Regulus. »

« Compris. Affichage de la carte. »

Une carte de la capitale de l’empire était projetée au milieu de la pièce.

« Qu’est-ce que c’est... ? »

« Est-ce une carte de notre capitale... ? Cette carte détaillée est incroyable... ! »

« C’est l’un de mes sorts de Néant. Aimez-vous ça ? »

Lu et l’empereur semblaient extrêmement surpris et impressionnés. Le roi aussi avait été très choqué. C’était bizarre, j’aurais juré le lui avoir déjà montré.

« Lancez la recherche. Chevaliers royaux en bleu. Armée permanente en rouge. »

« Compris... Recherche terminée. Affichage. »

Une vague rouge s’était peinte sur la carte de la capitale. J’avais l’impression qu’il y avait plus de monde que la dernière fois que j’avais vérifié. Ils avaient probablement été appelés d’autres villes d’un bout à l’autre du pays. Dans un coin du château, il y avait un groupe concentré de points bleus.

« Qu’est-ce que c’est ? »

« C’est le donjon souterrain. Les chevaliers restants sont probablement là, mais ce n’est pas possible. Ils sont si peu nombreux... Ont-ils fui ? Ou, ont-ils été tués... ? »

L’empereur serra les poings. Il était, à juste titre, frustré. Lu s’était soudain levée et m’avait posé une question.

« Euh, Touya... ? Pourrais-tu chercher mon frère ? »

« Eh bien... ouais, je pense que je peux le faire, mais... a-t-il des traits distinctifs ? Quelque chose qui me permettrait de le remarquer tout de suite en tant que prince héritier. »

La fonction de recherche était après tout basée sur ma perception subjective. Il pouvait trouver des membres de l’armée parce que je voyais les gens en uniforme militaire comme des « membres de l’armée. »

Mais à cause de cela, je ne pouvais pas exactement chercher des gens que je n’avais jamais rencontrés ou vus auparavant. Ce serait bien qu’il ait quelque chose qui le distingue. Comme le frère de Yae qui avait une cicatrice sur la joue.

« Quelque chose de distinctif... ? Euh..., eh bien, il a les cheveux argentés, mais... »

Lu réfléchissait beaucoup. L’empereur avait un peu souri en la voyant faire des efforts. Je supposais qu’il ne s’était après tout pas trop démarqué. Il n’y avait donc rien d’autre à faire. Je devais juste entrer dans ses souvenirs.

« Lu. Puis-je avoir ta main un instant ? »

« Hm ? Oui... ah... »

J’avais saisi sa petite main dans la mienne. Le visage de Lu était soudainement devenu rouge comme une betterave, j’avais alors pris la parole tout en essayant de la calmer.

« Ferme les yeux et imagine ton frère pour moi. Le plus récent souvenir de lui que tu puisses te rappeler. »

« Oui, oui... »

J’avais appuyé mon front contre celui de Lu pendant qu’elle se concentrait. Prendre un souvenir de l’empereur aurait probablement été plus facile, mais je ne voulais pas pousser ma tête contre un autre homme. Cela m’avait fait penser à la princesse Refreese. Elle s’en donnerait à cœur joie avec un tel scénario.

« A-Ahhh !? »

« Concentre-toi, maintenant. »

« O-oui !! »

Honnêtement, Lu était plutôt mignonne quand elle était agitée, mais ce n’était pas le moment pour ça. J’avais concentré mon énergie et j’avais jeté le sort.

« [Remémoration]. »

Un visage vague commença à apparaître dans mon esprit, et l’image devint peu à peu plus claire. Ses cheveux étaient un peu argentés, mais ce n’était pas particulièrement distinct... Son visage, par contre, était extrêmement doux.

« Attends... si c’est le prince héritier... alors je l’ai déjà rencontré. »

« Quoi !? »

Tout le monde dans la salle avait crié de surprise.

Il n’y avait aucun doute là-dessus. Quand la capitale avait été attaquée... J’avais sauvé un jeune chevalier d’un groupe de soldats. Et... c’était apparemment le prince-héritier. Essayait-il de s’échapper déguiser !? Ah, merde... Je venais de le laisser dans un lit !

« Recherche. Le prince-héritier de l’empire. »

« Compris... Recherche terminée. Affichage. »

Une épingle verte était tombée sur la carte de la capitale. Il bougeait, ce qui voulait dire qu’il devait être vivant. C’était un soulagement.

« Il est vivant, alors... Où est-ce qu’il était ? »

« C’est la maison du général des troupes occidentales de notre empire, Romero. Merveilleux, il semble que mon fils soit en sécurité. »

Il était en sécurité ? Mais il était dans l’armée... Juste comme je le pensais, l’empereur avait fait un petit rire. Il s’était ensuite exprimé comme un vrai liseur d’esprits.

« Toutes les divisions de l’armée n’opéraient pas sous les ordres du général Bazoar. Le général Romero s’opposait fermement au plan proposé par Bazoar d’utiliser des démons pour renforcer nos troupes. Il a probablement pris la situation en main et a offert un refuge à mon fils. »

Je vois... Donc tous les soldats ne suivaient pas aveuglément Bazoar. Je suppose que c’était logique... Il y sera en sécurité pour l’instant, mais je ne pensais pas qu’il nous restait beaucoup de temps.

« Bien, nous irons à la capitale demain matin. »

« Attendez un instant ! Êtes-vous sûr que ça ne vous dérange pas ? L’armée adverse est massive, et elle a la capacité d’appeler des renforts démoniaques ! »

L’empereur s’était mis à paniquer et avait essayé de m’arrêter. J’avais compris ce qu’il pensait. Si j’étais une personne normale, j’aurais eu aussi des doutes. Mais je n’avais pas l’intention de perdre. C’était la même chose à Eashen.

« Je vais arranger ça, ne vous inquiétez pas. Après tout, j’ai des compagnons en qui j’ai confiance. »

J’avais jeté un coup d’œil à Yumina, et elle m’avait fait un signe de tête ferme. L’empereur semblait également soulagé par notre confiance mutuelle.

« Demain matin, alors... m’emmèneriez-vous ? »

« En êtes-vous sûr ? Ce sera dangereux. Ce serait probablement plus sûr d’attendre ici. »

« Eh bien, je dois voir ça de mes propres yeux. C’est le moins que je puisse faire en tant qu’empereur de la nation. »

Hmph, si cela devait être ainsi... alors je ne pouvais pas le laisser ici après avoir dit ça. Mais je pouvais difficilement le mettre en première ligne non plus.

« Que l’ordre des chevaliers de Belfast serve de garde à l’empereur. Je souhaite moi-même voir Touya au combat. »

Le roi fit cette offre que l’empereur accepta avec reconnaissance. Je supposais que les choses allaient peut-être s’arranger après tout.

J’avais décidé que nous irions à la capitale le lendemain matin, avec l’empereur et un groupe de chevaliers.

J’avais utilisé une [Porte] pour voir le roi retourner au palais, puis j’avais quitté la chambre de l’empereur.

J’étais allé sur la terrasse et j’avais appelé Kokuyou, Sango et Kohaku. J’avais dû leur poser quelques questions sur la magie d’invocation. Après tout, je n’allais pas me contenter d’y aller avec ces types. J’avais besoin d’appeler des renforts.

« Alors ce que vous dites, c’est que... sachant que la bête invoquée est complètement aléatoire, si vous contractez un être assez élevé d’une certaine famille de créatures, alors vous pouvez librement faire appel à toute créature de niveau inférieur dans cette même famille ? »

« C’est exact. En tant que mon seigneur contracté, tu peux invoquer presque n’importe quelle bête féroce, typiquement des bêtes avec des crocs ou des griffes. »

« Et dans notre cas, tu peux invoquer n’importe quelle bête avec des coquillages ou des écailles. »

Kokuyou et Kohaku m’avaient expliqué leurs spécialisations. En effet, comme extension de ma capacité à faire appel à eux, je pourrais faire appel à n’importe quel mammifère à quatre pattes ou à n’importe quelle créature reptilienne. Pour posséder une telle puissance... ils étaient vraiment dignes de leur statut de Bête Céleste.

« Il vaudrait mieux que tu puisses passer un contrat avec le maître de chaque famille. Ainsi, une fois que tu auras donné un nom à leur chef, la tribu entière sera à ta disposition. Après tout, cette pratique ne se limite pas aux démons. »

Kokuyou gloussa légèrement en parlant.

« Eh bien, je vais essayer... Euh... qui est-ce que je devrais alors convoquer ? »

« Si je peux t’en suggérer un... Cerbère a un excellent potentiel de combat. »

Oh, je reconnais ce nom. Cerbère est le chien gardien des enfers, non ? Il est grand, noir et a trois têtes, si je me souviens bien. Je ne vois aucun obstacle à sa convocation...

Cet après-midi-là, j’avais convoqué d’innombrables bêtes. J’en avais appelé une, je l’avais nommé, puis j’en avais appelé une autre, je l’avais nommé... Franchement, à la fin, j’avais fini par donner des noms au hasard. J’espérais qu’ils me pardonneraient, mais ce n’était pas comme si j’avais une réserve de noms prêts à l’emploi...

Après ça, je m’étais couché tôt. Je devais me préparer pour le lendemain.

Et juste comme ça, le lendemain matin était arrivé. Je me tenais au sommet d’un toit dans un coin de la capitale de l’empire.

J’avais sorti mon smartphone pour confirmer l’heure. Il était huit heures du matin. J’avais essayé d’ouvrir un portail vers le château, mais ça n’avait pas marché. Je n’avais pas été surpris. Ils savaient que je pouvais me téléporter, il était donc naturel qu’ils érigent une barrière pour le contrer.

J’étais accompagné par Elze, Linze, Yae, Yumina, Kohaku, Kokuyou, et Sango. Sa Majesté le roi de Belfast, ainsi que l’empereur de Régulus étaient également présents, accompagnés du Général Léon, du Commandant adjoint Neil, de Lyon, et de quelques autres membres de l’Ordre de Chevalier Belfastiens. Et, même si je ne voulais pas l’amener, Lu était ici avec Carol comme garde personnelle.

J’avais dit à tout le monde d’attendre ici pour le moment. J’avais aussi laissé une [Porte] ouverte près d’eux, juste au cas où nous aurions besoin de faire une retraite tactique. Elle avait été programmée pour se fermer une minute après que quelqu’un l’ait traversé, afin d’empêcher l’armée ennemie de l’envahir. Je ne pensais pas en arriver là.

« Maintenant, pour la déclaration de guerre... Euh... Lecture vidéo. Dans le ciel au-dessus de cette ville. »

« Compris. Lecture en cours. »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

5 commentaires

  1. Merci, animaux vs démons dans le prochain épisode 🙂

  2. Merci pour le chapitre.

  3. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire