Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 4 – Chapitre 3 – Partie 10

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 3 : Troubles dans la capitale de l’Empire

Partie 10

« Il n’y a vraiment rien, hein ? »

Nous avions regardé la forêt et la plaine. Il y avait des zones vallonées, ainsi que des montagnes au loin. Il y avait aussi une rivière à proximité, c’était une bonne chose.

Nous avions décidé d’aller visiter la terre que Regulus et Belfast m’avaient si gracieusement accordée. Je l’avais trouvée plutôt déserte. Mais, pour être honnête, c’était mieux que d’avoir une zone trop bruyante.

« Très bien alors... Lancez la recherche : Les créatures monstrueuses qui pourraient faire du mal aux êtres humains. »

« Compris. Affichage. »

À l’aide de plusieurs « épingles », des marqueurs rouges s’éparpillèrent sur toute la zone environnante de la carte. Il y en avait beaucoup. Je voulais dire que je n’étais pas trop surpris par ce résultat, vu que la région était immense. Mais je n’avais même pas inclus les monstres inférieurs dans la requête de recherche ! Il ne restait plus qu’à trouver quoi faire.

« Est-ce que je devrais les anéantir tous en même temps avec de la magie ? »

« Si tu les traites tous comme ça, je ne suis pas sûr que ça se passera bien... », Yumina fronça les sourcils.

Hmph, je suppose... si je faisais ça, alors il y aurait une énorme pile de cadavres. Les animaux carnivores en mangeraient peut-être, mais je doute fort qu’ils soient capables d’éliminer toute cette viande avant que cela ne devienne un problème. L’odeur finira certainement par être un problème majeur pour tout le monde. De plus, il était assez probable que les animaux carnivores soient ceux qui seraient tués en premier lieu.

J’avais envisagé de les envoyer quelque part à travers une [Porte] ou quelque chose du genre, mais cela causerait des ennuis aux gens de l’autre côté. J’avais pensé aussi à les envoyer tous se noyer dans la mer, mais Elze avait dit ceci :

« Certains de ces monstres sont peut-être des matières premières précieuses, tu ne peux pas t’en débarrasser comme ça ! »

Sur le coup, elle avait raison. Envoyer des monstres comme ça signifierait potentiellement moins d’argent pour nous. Les téléporter dans la mer était un gaspillage inutile.

Malgré tout, comme nous regardions le territoire depuis Babylone, il était possible de faire une [Porte] n’importe où en bas, alors je ne voulais pas gâcher cette occasion...

« Et si on utilisait [Porte] pour téléporter les cadavres ? Nous pourrions les vaincre, puis les transporter ici... Ensuite, nous pouvons les démanteler manuellement pour en obtenir les matériaux... Mais euh... que fera-t-on des cadavres ? »

« Il serait bon pour l’écosystème que nous répandions leurs cadavres à travers les montagnes et la campagne. Tant qu’il n’y en a pas trop, nous pourrions nourrir les animaux et nourrir le sol et les plantes. »

Hm, faisons-le alors. Le point de vue de Yae m’avait semblé assez juste, alors j’avais fait avec.

« Allons-y, alors. Verrouillage de la cible. Invoquez [Javelot Brillant]. »

« Compris. Invocation [Javelot Brillant]. »

...

« C’est enfin fini... ? »

J’en avais enfin fini, bon sang... Récolter le matériel des monstres était trop difficile... ! Chaque monstre avait des parties différentes et des caractéristiques différentes avec des valeurs différentes. Cela faisait beaucoup trop de choses à connaître ! Des crocs, des griffes, des peaux ? Comment suis-je censé savoir ce que tout ça valait !?

En cours de route, nous nous étions vite rendu compte que nous n’étions pas les mieux équipés pour déterminer exactement ce qui en valait la peine, alors nous avions appelé Will, Logan et Rebecca de la capitale. Nous avions décidé de leur donner la moitié de la récolte, alors ils avaient gracieusement accepté le travail.

J’avais aussi appelé ma bonne, Cécile, et mon jardinier, Julio. Puis, j’avais pris Lyon pour faire bonne mesure, parce qu’il n’était pas en service aujourd’hui. Honnêtement, c’était un travail à temps partiel plutôt décent pour eux.

Lyon déchira, déchira et déchiqueta furieusement les monstres. Quelque chose m’avait fait penser qu’il avait vraiment besoin d’argent. Cela avait-il un rapport avec Olga, peut-être... Je me demandais s’il allait se fiancer. L’opposé polaire de l’enthousiasme de Lyon était Lu, qui luttait clairement pour démonter les animaux morts. J’avais décidé de lui donner un coup de main.

J’avais été surpris de voir à quel point elle s’y était bien prise une fois qu’elle s’en était occupée. Elle avait l’air plutôt douée pour ce travail préparatoire.

« Tu es une princesse, donc c’est naturel. C’est la première fois que tu fais quelque chose comme ça, non ? »

« Effectivement. Mais je veux quand même le faire au mieux de mes capacités. Je ne veux pas être un fardeau pour toi, cher Touya. Je veux être aussi utile que les autres. »

Après qu’elle ait dit ça, je lui avais donné une petite tape sur la tête. Elle avait un peu rougi. Hehe, elle est mignonne...

La troisième princesse de l’Empire Regulus, Lucia Leah Regulus, devint ma fiancée. En même temps, sur la recommandation de Yumina, elle était venue vivre avec moi à Belfast.

J’avais pensé la même chose quand j’avais rencontré Yumina, mais les princesses de ce monde avaient beaucoup d’autonomie...

Elle ne portait pas une grande robe d’apparat comme la première fois que je l’avais rencontrée. Elle portait des vêtements plus aptes pour le travail.

Elle portait une chemise à manches longues avec un grand nœud autour du cou et des collants noirs sous une jupe plissée blanche. À sa taille, derrière son dos, il y avait deux courtes épées dans une sorte d’holster.

D’après ce que j’avais compris, Lu était une manieuse d’épée double. Il semblerait qu’elle ait appris un peu du style de Carol et qu’elle y ait pris goût. Son aptitude magique était complètement déficitaire, donc pas de sort pour elle.

Apparemment, Yae avait essayé de l’entraîner un peu, mais Lu n’était pas compatible. Comme les lames jumelles étaient basées sur un mouvement rapide et trompeur, il était naturel qu’elles ne s’harmonisassent pas avec le style de samouraï de Yae.

Je me demandais si elle accepterait de combattre avec deux épées... Mais j’avais décidé qu’il valait mieux attendre et la voir en action.

« Eh bien, maintenant les choses vraiment dangereuses sont prises en charge... »

J’avais relancé mon application Carte, juste pour être sûr. Pas un seul résultat enregistré dans la zone. Mission accomplie.

Cependant, j’avais soudainement eu une idée et je m’étais décidé de partir à la recherche d’humains dans les environs. Bien sûr, il y en avait tout un tas dans la forêt...

Les gens vivaient vraiment ici ? C’était une zone dangereuse, alors je ne pensais pas que c’était un endroit où l’on pouvait se sentir chez soi...

« C’est probablement une bande de brigands. »

Lyon murmura cela tout en regardant la carte.

« Vraiment ? »

« D’après ce que j’ai entendu, il y a eu beaucoup d’attaques de bandits dans les territoires environnants récemment... Un tel rassemblement montre clairement que c’est la base centrale de leur opération. Leurs têtes sont sûrement mises à un bon prix. »

La forêt était immense et dangereuse, c’était donc évidemment un endroit idéal, un lieu où les égorgeurs pouvaient se cacher. S’ils étaient assez nombreux, et qu’ils étaient forts, ils pourraient repousser les monstres.

« ... Alors qu’est-ce qu’on fait ? »

Linze avait parlé, comme si elle ne savait pas déjà qu’on allait les évacuer. Cet endroit devait faire partie de mon territoire, après tout, alors c’était mieux d’éliminer les mauvaises personnes.

« Eh bien, je vais m’en occuper. »

« Je peux t’accompagner ? »

Étonnamment, Lyon m’avait proposé de me suivre. Je n’avais aucune raison de dire non, alors je l’avais laissé faire. Nous avions laissé le démantèlement des corps des monstres à tout le monde, et nous nous étions tous les deux dirigés vers la planque. Ce n’était qu’un voyage de trente minutes à pied, il n’était donc pas nécessaire de compliquer la méthode de voyage.

« Tu veux la prime, n’est-ce pas ? »

« H-Huh ? Aah... Hahaha, eh bien... Je suppose que vous m’avez compris, Seigneur Touya. »

Lyon gloussa un peu, se grattant l’arrière de la tête tout le temps. Je sentais ce désir de gagner de l’argent qui émanait de lui quand il dépouillait les monstres, alors c’était tout naturel.

« Tu économises pour offrir une bague de fiançailles à Olga ? »

« Ah, non... En fait, je lui en ai déjà donné une. »

« T’es sérieux !? »

J’avais été complètement décontenancé. J’étais vraiment à côté de la plaque. Il l’avait peut-être en tête depuis le début, mais n’était-il pas un peu trop rapide ? Il ne m’avait pas fallu longtemps pour réaliser que je n’étais pas en mesure de parler de cela à tout le monde.

« Wôw, mec... félicitations. Alors, pourquoi essayes-tu d’obtenir de l’argent si férocement ? »

« Eh bien, les mariages coûtent cher... et le coût de la vie après coup. Idéalement, j’aimerais acheter une maison pour nous deux. »

Lyon avait laissé échapper un rire un peu inquiet, mais il semblait tout de même heureux. Je comprenais assez bien ses sentiments, l’argent était absolument nécessaire pour maintenir une vie de couple heureuse.

« Tes parents ne peuvent pas t’aider ? »

« Ah, eh bien... mes parents croient qu’il faut se frayer un chemin dans la vie, et ses parents croient qu’il est nécessaire que l’on obtienne cet argent par nous-même... »

Oh mon dieu... La nature résolue de la tradition militaire stricte et de l’impitoyable tradition mercantile pesait sur lui.

« Nous vivons tous les deux avec nos parents respectifs en ce moment, mais... comme je suis le deuxième fils, je devrais déménager après mon mariage. »

« Olga viendra-t-elle à Belfast ? »

« Son père a besoin d’un successeur pour son empire mercantile, mais... J’espère vraiment pouvoir me permettre de la faire venir assez tôt. »

Lyon poussa un petit soupir irrité. Hmph... Je pourrais lui prêter de l’argent, mais cela mettrait probablement le général Léon en colère contre lui et moi. Alors il ne vaudrait mieux pas...

« Oh, qu’en est-il des biens volés que les brigands auront ? »

« Idéalement, nous aimerions les rendre à leurs propriétaires légitimes. Toute autre chose appartiendra de droit à ceux qui ont vaincu les bandits. Il n’y a pas vraiment de profit à éradiquer les bandits, alors ils réussissent généralement à se cacher pendant un bon moment. »

« Donc tu dis que leur chef a probablement une tonne d’argent, n’est-ce pas... ? »

« C’est ce que j’espère, en fait. Évidemment, je rendrai tout ce qui a un propriétaire connu. »

Donc s’il n’y avait personne pour réclamer la marchandise, il pourrait l’empocher. C’était logique.

La carte indiquait une hutte de construction grossière à l’orée de la forêt. J’avais supposé que c’était leur planque.

« Alors quels bandits dans cette zone ont leurs têtes mises à prix ? »

« Trois d’entre eux. Un trio de voleurs, tous frères et sœurs. »

J’avais confirmé leur présence sur la carte, trois marqueurs étaient apparus. On dirait cependant que c’était tous de grands bandits. Lyon avait sorti l’arme que j’avais faite pour lui et l’avait transformée en mode lame.

J’allais laisser ça à Lyon, je crois... Si je m’impliquais, il voudrait probablement partager la récompense avec moi, et j’étais d’accord pour qu’il ait tout.

Finalement, Lyon avait anéanti tout le camp des brigands. Eh bien, je dis qu’il les avait anéantis, mais il avait utilisé le mode paralysant pour tous les paralyser. Je pensais qu’ils seraient plus féroces, étant donné qu’ils avaient une réputation, mais il me semblait que je n’avais pas à m’en inquiéter.

Les bandits avaient accumulé une assez grosse pile de butin, que j’avais été très heureux de voir. Avec le sourire aux lèvres, Lyon avait capturé tous les brigands, tandis que j’ouvris une [Porte] vers la capitale royale.

J’avais planqué tous leurs gains mal acquis dans mon [Stockage], faisant une note mentale pour les remettre à Lyon. Après ça, j’avais écrasé leur misérable cabane avec [Gravité]. Après tout, ça m’aurait fait chier si d’autres gars avaient eu la brillante idée de squatter là.

Nous étions ensuite retournés auprès des autres, on aurait dit qu’ils en avaient fini avec la récolte de matériels. On les avait emballés et j’avais mis toutes les bonnes choses dans mon [Stockage], en prenant soin d’étiqueter deux sacs « Rebecca, » et « Cécile ». Après tout, ça aurait été mauvais pour eux de trimballer tant de choses.

Nous étions retournés à la guilde de la capitale et nous nous étions dirigés directement vers le bureau de négociation. Immédiatement, j’avais sorti une tonne de choses de mon [Stockage] et je les avais empilées sur le comptoir. La quantité de choses était si indécente que l’homme au bureau avait dû prendre quelques minutes pour tout recueillir.

Pendant qu’il faisait les comptes, j’avais emmené Lu au bureau de Prim.

« J’aimerais inscrire cette fille à la guilde. Vous devriez avoir reçu une notification de la part de l’Empire Regulus ? »

« Ah, oui ! Nous l’avons obtenu, mais... avez-vous vraiment réprimé un coup d’État militaire tout seul !? »

« Eh bien ! Je ne l’ai pas fait tout seul, mais... oui. »

« Mon Dieu... Je n’arrive presque pas à croire que c’est vrai. J’aurais dû savoir que le propriétaire du Lecteur Lunatique était un homme si extraordinaire... »

Tandis que Prim admirait mes accomplissements, un autre employé donna à Lu les explications de base, et Lu expliqua les raisons pour lesquelles elle était devenue une aventurière. Naturellement, j’avais écouté. D’après ce que j’avais compris, Lu n’avait certainement pas besoin de devenir une aventurière professionnelle, mais elle ne pouvait pas supporter l’idée de rester à la maison et d’être exclue des autres, alors elle avait pris sur elle pour devenir plus forte.

« Ah, s’il vous plaît, donnez-moi votre carte de guilde. »

J’avais remis la carte, comme Prim me l’avait demandé. Elle l’avait estampillée d’un autre sceau que d’habitude.

« C’est la preuve que vous avez abattu un Grand Démon dans l’Empire Regulus. Au nom de la guilde, veuillez accepter ce nouveau titre. Vous êtes officiellement un tueur de démons ! »

Tueur de Dragons, Destructeur de Golem, et maintenant Tueur de Démons, hein ? J’étais juste en train d’accumuler des titres à une vitesse folle.

« Avec cela, vous avez acquis trois titres en tout. Ceci, combiné à la recommandation formelle du Royaume de Belfast et de l’Empire Regulus, signifie que votre rang de guilde a augmenté d’un rang. Félicitations ! »

« Hein ? C’est comme ça que ça marche ? »

La carte de guilde qu’elle m’avait retournée était d’un argent scintillant. C’était vraiment joli. Je supposais que la guilde n’avait eu aucun problème à me promouvoir à ce niveau après avoir pris conscience de l’étendue de mon pouvoir, sans parler de mon soutien politique.

« Eh bien, c’est certainement quelque chose de spécial ! Cela fait presque deux décennies que notre pays n’a pas eu d’aventurier de rang Argent. »

J’avais été surpris que cela soit il y a si longtemps, mais il était vrai que je n’avais jamais vu de demandes de rang Argent ou Or sur les tableaux des requêtes.

« Quand vous arrivez au rang Argent et Or, vous recevrez généralement des quêtes directement de la guilde. »

C’était assez logique pour moi. Il était logique de limiter le nombre de personnes susceptibles de voir de tels emplois, car ils seraient probablement sensibles ou ne pourraient être traités que par les personnes les plus compétentes.

Lu avait fini de s’inscrire et m’avait joyeusement montré sa carte de guilde noire.

J’avais emmené Lu à la zone commerçante, et il me semblait qu’elle avait finalement compris combien tout cela valait.

Rebecca et les autres de Sandora semblaient extrêmement heureuses de cette aubaine inattendue. Cécile et Julio semblaient aussi très heureux. Il fallait s’y attendre. Ils s’en sortaient tous très bien, après tout.

Ma part personnelle ainsi que celle de Lyon avaient été mises de côté et cela nous avait été remis au moment où j’avais quitté la guilde. Les bandits avaient apparemment été appréhendés sans problème. Lyon avait dû rapporter ça comme l’ayant fait en solo en raison de la prime sur leurs têtes, mais il avait été en mesure de la recevoir sans tracas.

L’argent des matériaux, couplé à l’argent des brigands... Cela faisait un joli pécule pour Lyon, tout compte fait. Avec ça, il aurait au moins de quoi sécuriser son mariage.

J’avais soudain réalisé que je devrais offrir un cadeau de mariage à Lyon et Olga. J’avais fait une note mentale pour demander des suggestions aux filles plus tard.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

5 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

  2. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire