Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 3 – Interlude 2 – Partie 3

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Interlude : La mer maudite

Partie 3

La carte qui se montrait à ma vue s’était rapidement recouverte d’épingles qui avaient marqué mes cibles. Au même moment, le ciel au-dessus des morts-vivants était couvert de petits cercles magiques issus du sortilège [Multiplication].

Cible bloquée

« Sortez, Éclair ! Pur Javelot Scintillant : [Javelot du tonnerre] ! »

J’avais lancé le sortilège à travers mon smartphone, faisant que les cercles magiques au-dessus des morts-vivants créaient une pluie de lances lumineuses.

« Gnyaaaaahhhh! »

« Ghyaaaaahhhh ! »

« Goaaaaaahhhh ! »

D’innombrables pirates avaient lancé leurs derniers cris. Après avoir été frappés par les lances de lumière, les morts-vivants étaient devenus de la poussière et avaient disparu de ce monde.

Bien sûr, les pirates devant nous ne faisaient pas exception. J’avais regardé et j’avais vu le capitaine Trepang se faire réduire en cendres.

« Ooaghhhhh !? C’est impossible ! Quel genre de cale est-ce !? » Comme il avait exprimé son étonnement, le capitaine Trepang avait rejoint le reste de son équipage. Au revoir, Cap’n Concombre...

Une fois que les morts-vivants étaient devenus de la poussière, il ne restait plus que les navires et les vagues qui les caressaient doucement.

« Eh bien, on a fini ici. »

Comme si tout avait été calculé pour que l’on ne puisse pas récupérer, une voix désagréable retentit autour de nous.

« Heheheh... je ne serais pas si sûr de ça... »

« Quoi !? »

Comme un feu follet, une nouvelle flamme apparut dans le brouillard et un autre vaisseau fantôme en sortit.

Un capitaine squelettique vêtu d’un manteau de couleur différente de celui du capitaine Trepang se tenait debout, pliant les bras. En toute honnêteté, comme ils n’avaient que des os, c’était la seule différence que j’avais remarquée. Je pouvais voir plus de pirates squelettes derrière lui. Eux aussi tenaient des couteaux.

« Je suggère de ne pas être trop orgueilleux parce que tu as vaincu le capitaine Trepang. Il était le capitaine le plus faible du groupe des “Quatre Pirates Élites”. Ton prochain adversaire est moi : le capitaine Turbanshell ! »

Turbanshell... ? Comme dans, « turban shell » ? L’escargot de mer !? Est-ce que chaque pirate dans ces eaux a un aussi mauvais sens du nommage !? Et que diable sont ces « Quatre Pirates Élites » ?

« ... Et maintenant, Touya ? »

« Sortez, Éclair ! Pur Javelot Scintillant : [Javelot du tonnerre] ! »

«Ughyaaaahhhhhh !? »

Au revoir, capitaine Escargot.

J’avais rendu hommage au vaisseau fantôme, qui était maintenant nettoyé par la magie de lumière. Un instant plus tard, j’avais vu apparaître une autre flamme d’un blanc pâle, suivie d’un autre vaisseau fantôme. Franchement ? Encore !?

« Heheheh. Vous êtes maintenant confronté à un autre des “Quatre Pirates Élites”, le capitaine Seahorse ! Vos vies sont entre nos ma... »

« Sortez, Éclair ! Pur Javelot Scintillant : [Javelot du tonnerre] ! »

« Fghaaaaahhhh ! »

Bien, capitaine Seahorse. Tout à coup, un autre vaisseau fantôme était sorti du brouillard et...

« Hé hé hé... je suis le... »

« Taisez-vous maintenant ! »

« Gyoeeaahhhh! »

Sans même le laisser se nommer, je réduisis ce qui était probablement le quatrième et dernier capitaine en poussière. Je m’en foutais de savoir comment il s’appelait. Pour moi, ce n’étaient que des piles d’os gênants.

« Est-ce que c’est tout ? »

« Qui sait ? » Le fait que je puisse encore sentir de la magie ici est sacrément...

« T-Touya-dono ! Regarde là-bas ! »

Yae remarqua quelque chose et désigna la mer voilée.

Est-ce que cela peut s’arrêter maintenant ? Cela devient vraiment ennuyeux. La même blague ne peut être que drôle trois fois tout au plus, c’est ce que je pense...

Bien sûr, la chose qui était apparue dans le brouillard était un vaisseau fantôme. Cependant, sa taille était différente. Celui-ci était significativement plus grand.

En fait, il était au moins quatre fois plus gros que le navire sur lequel nous étions. Non seulement cela, mais celui-ci semblait être en quelque sorte différent des autres.

Debout sur la proue du navire, il y avait un nouveau capitaine squelettique. Il était vêtu d’un manteau cramoisi et étendait ses bras avec arrogance.

« Cela fait un moment que de telles proies soient arrivées jusqu’ici ! Très bien ! Moi, le roi des pirates — le capitaine Wharfroach — fera un carnage ! »

... Wharfroach ? De toutes choses, un gardien de quai ? Le capitaine du quai, sérieusement ?

Alors que je devenais de plus en plus énervé avec le système de dénomination absurde des pirates, le capitaine gardien avait levé son sabre noir et avait donné un ordre.

« Feu, sale rat de fond de cale ! »

Le côté du vaisseau fantôme géant, qui était dirigé directement vers nous, avait soudainement commencé à nous attaquer avec des coups de canon.

Les canons étaient essentiellement une arme qui ne faisait que tirer des boulets de canon. Bien qu’un coup puisse casser le navire, cela ne provoquerait jamais d’explosion.

J’avais aussi entendu dire que les boulets de canon tirés des navires possédaient une faible précision et atterrissaient rarement là où c’était prévu. C’est pourquoi les côtés des navires étaient bordés de nombreux canons et c’était utilisé à l’unisson pour augmenter les chances d’atterrir.

Nous étions à bord d’un vaisseau fantôme, ce qui nous avait fondamentalement mis entre leurs mains. En fait, le vaisseau fantôme sur lequel nous nous trouvions se dirigeait vers la pluie de boulets de canon qu’ils avaient tirés.

Exposé aux tirs, le mât du navire se brisa alors que de nombreux trous s’ouvraient sur le pont. C’était déjà une merveille de voir que le navire était encore à flot. Mais je ne pensais pas que cela allait durer.

« Touya, à ce rythme, le navire va couler ! »

« Khh, [Porte] ! »

Depuis que Sango et Kokuyou étaient avec nous, nous n’avions aucune chance de nous noyer, mais rester sur le navire était néanmoins dangereux. J’avais ouvert une [Porte] sur le pont et je l’avais parcourue pour aboutir sur le navire du capitaine Roach.

« Quoi — !? »

Je m’étais matérialisé sur la poupe du navire, derrière l’ennemi, et j’avais utilisé mon smartphone pour verrouiller les morts-vivants. Des éclairs de lumière tombaient sur eux.

« Gwaaaaaaaaarrgh! »

Avec un dernier cri déchiré, les pirates squelettiques s’étaient transformés en poussière. Pensant que ce devait être le dernier d’entre eux, j’avais baissé la garde. Puis soudain, il y avait une lame qui se balançait derrière moi, derrière le rideau de cendres.

« Quoi ? »

Instinctivement, je m’étais jeté sur le pont, évitant la lame d’un cheveu. Le propriétaire du coutelas noir menaçant qui avait failli prendre ma vie n’était autre que le capitaine Roach.

« Tch ! Tu as presque été vaincu, petit gars. Quiconque meurt par ce coutelas devient mon serviteur éternel. »

« Qu’est-ce que tu viens de dire ? Ce coutelas... Ne me dis pas que c’est l’artefact maudit ? »

« Exact. Ceci est la Faucheuse d’Âme, un artefact maudit qui me permet de transformer tous les gens que je tue en esclave mort-vivant. Mais il transforme aussi son porteur en mort-vivant. Je suppose que c’est de là que vient la partie “maudite” ! »

Les mâchoires du capitaine Roach claquèrent alors qu’il riait de bon cœur.

Je comprends maintenant. Il a transformé tous les autres capitaines contre qui je me suis battu en morts-vivants avec ce coutelas. En d’autres termes, ils étaient aussi des victimes. En brandissant sa lame maudite, le capitaine Roach me chargea de nouveau.

« Viens, O Lumière ! Duo brillant : [Flèche de lumière] ! »

« Ça ne va pas marcher, petit gars ! »

Linze envoya de nombreuses flèches de lumière sur le capitaine Roach. Mais avec un seul coup de sa cape rouge, les flèches avaient toutes disparu avant de pouvoir le frapper.

Qu’est-ce que c’était que ça ? Est-ce cela qu’il a arrêté mon [Javelot du tonnerre] avec plus tôt !?

« Hehehe, c’est une cape très spéciale. Vous voyez, cela peut annuler toute la magie de lumière. Ce qui signifie que vous n’avez aucun moyen de me vaincre ! Honteux, n’est-ce pas, petit gars ? » Comment le capitaine Roach a-t-il pu me révéler son secret ? Ce gars est vraiment un crétin.

« Venez, feu ! Spirale tourbillonnante : [Tempête de feu] ! »

« Kakaka, imbécile ! La magie du feu ne peut pas blesser les morts-vivants ! Même si tu brûles ces vieux os, ils ne feront que se régénérer ! »

Le capitaine Roach était enveloppé dans un torrent de flammes. Mais ils avaient brûlé rapidement, révélant un squelette indemne. Il resta immobile, ses os pâles exposés pour que tout le monde puisse les voir. Certains avaient craqué sous la chaleur, mais ils s’étaient régénérés presque instantanément.

« Kekeke. Vois-tu ? Tu comprends enfin maintenant ? »

« Eh bien, je comprends que tu es un imbécile de première. »

« Hein ? »

« Pourquoi ne te regardes-tu pas bien ? »

Le capitaine Roach avait obéi docilement à ce que je disais. Il y avait un coutelas maudit dans les mains et les os blancs qui constituaient son corps, mais c’était tout.

« Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah? »

En effet, son manteau, son chapeau, ses chaussures et surtout sa cape anti magie blanche avaient été brûlé. Son choc était évident sur son visage. Il ressemblait plus à un costume d’Halloween comique qu’à un redoutable pirate fantôme.

J’avais commencé à lentement incanter.

« Viens, O Lumière. Exil lumineux - »

« A-Attends ! Nous pouvons en parler ! Je vais écouter, s’il te plaît, ne le fais pas. Ne... pas ! »

« [Bannissement] ! »

« Huhaughaue !? »

Ma magie de purification avait réduit le capitaine Roach en poussière.

Son coutelas noir était tombé sur le pont avec un clang métallique. Je l’avais ramassé avec habileté et activé le sortilège [Augmentation de puissance].

« Hiyah! »

Avec mon bras puissant, j’avais fendu l’épée en deux puis j’avais jeté les morceaux dans les profondeurs de l’océan. Peu importait la rareté de l’Artefact, je n’avais pas besoin d’une épée maudite.

« Touya-dono, le brouillard est... »

Je levai les yeux et regardai le brouillard se dissiper. Donc même le brouillard faisait partie de cette malédiction.

Les nuages ​​sombres qui planaient au-dessus de ma tête s’étaient également dissipés. La lumière du soleil se déversait dans les nuages, son éclat éblouissant illuminait l’océan.

« On dirait que la malédiction de cette mer a été levée. »

« Probablement. »

La malédiction qui avait frappé cette mer pendant plus de cent ans, retirant la vie de tous les équipages qui avaient eu la malchance de naviguer dans ses eaux, avait finalement été dissipée.

« Je vois. Donc le coutelas était maudit. Parmi les artefacts, il y a ceux qui utilisent la force vitale des personnes pour se faire valoir. Cette épée était probablement l’une d’entre elles. Si nous l’avions ignoré, cela aurait continué à devenir de plus en plus dangereux. »

J’étais de retour dans le pavillon du jardin, écoutant les explications de Cesca. Sa description me rappelait ces épées magiques qui se nourrissaient de sang. La casser était le bon choix.

Le joyau que Yamamoto Kansukay avait à Eashen devait être similaire. Les malédictions et les morts-vivants semblaient aller de pair.

Selon Cesca, certaines malédictions avaient été tissées dans certains objets, alors que d’autres étaient des objets normaux qui étaient devenus maudits plus tard.

« Je crois qu’il aurait dû y avoir un grimoire sur les malédictions à la Bibliothèque de Babylone. »

« Hé, ne laisse pas traîner des choses dangereuses comme ça. »

Après tout, le Docteur Babylone était une personne dangereuse.

« Si tu veux rompre une malédiction, tu dois d’abord apprendre à les créer. Des plaies, des fléaux, des représailles divines... Il y a toutes sortes de malédictions. En y pensant, je crois qu’il existe aussi une malédiction capable de provoquer le désastre. »

« Une malédiction qui peut provoquer un désastre... »

Cela ressemble à l’une de ces malédictions. Un peu comme les gens qui étaient toujours traqués par la malchance. Vous savez, le genre de gens qui ont toujours de mauvaises choses leur arrivant... Hm ? Hein ? Pourquoi tout le monde me regardait-il !?

« Je vois. Une malédiction qui apporte le désastre, vous dites... Ou si vous voulez la reformuler, une malédiction qui invite au malheur, » avait répondu Yumina.

« Pourquoi est-ce que je sens que vous vous moquez tous de moi ? »

« Une telle malédiction peut-elle être dissipée ? »

Hé, attendez une seconde. Qu’est-ce que vous sous-entendez ? Que je sois sous l’effet de la malédiction du désastre ? Haha, ne me faites pas rire.

« C’est dommage qu’il ne soit pas au courant... »

Les quatre filles soupirèrent toutes face au commentaire d’Elze.

Hein ? Je jetais un coup d’œil à Kohaku, mais le foutu tigre évita mon regard. Hé maintenant... Ce n’était pas comme si je sortais à la recherche de problèmes, d’accord ? Le problème me trouvait toujours... Oui. Je n’étais pas maudit. Pas du tout... du moins, je pense.

J’avais offert une petite prière à Dieu, juste au cas où, bien que je n’avais aucune idée si cela suffisait pour me libérer d’une telle malédiction.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire