Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 3 – Interlude 2 – Partie 2

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Interlude : La mer maudite

Partie 2

« Qu’est-ce que c’est ça ? »

« C’est la barre. C’est utilisé pour faire virer le navire sur les côtés. »

Voilà à quoi ressemblait une barre. J’avais toujours pensé que ce serait semblable à la chose que vous voyiez à la télé...

Quoi qu’il en soit, comme la barre était si délabrée, je ne pouvais pas m’empêcher de craindre que la pousser un peu trop fort la brise. Ce n’était pas que j’avais l’intention de le faire, bien sûr. Au-delà de la barre, il y avait une porte qui se démarquait vraiment. Une grande partie de son décor, qui était probablement magnifique, était tombé et les vieilles décorations métalliques étaient couvertes de rouille, mais il était facile de dire que c’était la porte des quartiers du capitaine.

Il était probablement décalé du cadre, car nous ne pouvions pas l’ouvrir sans utiliser un peu plus de force. Quelques craquements plus tard, nous avions pu pénétrer à l’intérieur.

Bien que l’intérieur soit dans l’obscurité, je distinguais un peu une vieille lanterne accrochée au plafond, une chaise et une table unies, des épées courbes et des haches accrochées aux murs.

« Viens, Lumière ! Faible éclairage : [Sphère de lumière] ! »

Linze avait lancé un sort qui avait illuminé la pièce.

Sur la table, je pouvais voir une carte marine, une boussole et un carnet de bord. Et, bien sûr, les papiers s’étaient tellement détériorés qu’ils se seraient effondrés si on les manipulait avec force.

Il ne semblait pas y avoir quelque chose d’inhabituel ici...

« Je sais que c’est bizarre de dire ça à ce stade, mais ce vaisseau est assez étrange, n’est-ce pas ? »

« C’est sûrement l’une de tes excentricités, mais pourquoi penses-tu ça ? »

« Si ce vaisseau commençait à dériver à cause d’un incident, vous vous attendriez à voir les cadavres de l’équipage, n’est-ce pas ? »

« Devrions-nous supposer qu’ils ont tous sauté dans la mer ? »

Yumina avait raison. S’il dérivait vraiment depuis assez longtemps pour qu’il se détériore autant, alors il n’y aurait pas eu de survivants. Dans cet esprit, vous vous attendiez à trouver un ou deux cadavres.

Peut-être qu’ils étaient tous entassés dans une seule pièce, mais nous ne l’avions pas encore découvert... ? Ce n’était cependant pas vraiment quelque chose que j’aimerais découvrir.

En veillant à ne pas le gâcher, j’avais ouvert le vieux journal de bord et découvert que le navire appartenait à des pirates qui avaient écumé les eaux de Belfast. Ma supposition que c’était un navire militaire n’était pas complètement hors de propos, puisque c’était exactement ce que c’était avant que les pirates ne le prennent et qu’ils commencèrent à l’utiliser pour leurs propres actes ignobles.

Cependant, les dates sur le journal me troublèrent. Pourquoi l’entrée la plus récente datait-elle de plus d’un siècle ? Ce navire avait-il vraiment dérivé pendant si longtemps ?

« ... Maître, n’entends-tu pas quelque chose d’étrange ? »

« Hein ? »

Flottant dans les airs et enroulé autour de Sango, comme d’habitude, Kokuyou avait commencé à me parler.

« Bien que ce soit moins un son... n’est-ce pas une chanson »

« Une chanson ? »

Sango semblait être d’accord avec les paroles de Kokuyou.

J’avais tendu les oreilles, j’étais en état d’alerte et j’avais commencé à regarder autour de moi. Cependant, je ne pouvais qu’entendre les vagues, les craquements de la coque du bateau et le battement des voiles abandonnées.

Juste au moment où je m’apprêtais à dire que je ne pouvais rien entendre, le son était parvenu à mes oreilles.

« ...re...s, we’r... pir...ow...of...nd ...on...f brine ...boo... we... ho... »

Bien que je n’avais pu en entendre que des bribes, il n’y avait aucun doute que c’était ce que Kokuyou appelait — une chanson.

Attendez, cela signifiait-il que ce navire qui avait été à la dérive pendant plus d’un siècle avait effectivement des survivants !? Il n’y avait aucune chance que cela soit vrai !

« Kyaaaaaahhhhhhh! »

Un instant plus tard, un cri féminin atteignit les quartiers du capitaine et coupa court mes pensées.

« C-C’est ma sœur et Yae ! »

« Est-ce qu’il s’est passé quelque chose sur le pont !? »

Lorsque nous nous étions rapprochés du pont supérieur, nous avions pu entendre clairement la chanson.

« Nous sommes des pirates, nous sommes des pirates ! Nous ne savons rien de la terre ferme... ! Inégalée sur ces vagues de saumure ! Parce que nous devons trouver le butin, ho, hoo ! »

Quand j’avais ouvert la porte, j’avais été accueilli par un pont plein de squelettes portant des vêtements de type pirate et des couteaux.

« C’est...! »

J’étais complètement abasourdi.

« Yo ho ! Nous avons encore des invités, des rats de cale ! Donnez-leur tous la salutation des pirates ! »

« Oui, monsieur ! »

Sur la proue du navire, vêtu d’un chapeau de pirate et d’un manteau, il y avait le squelette d’un capitaine. Il était accompagné par un autre qui portait aussi des vêtements différents des autres sous-jacents — probablement le premier lieutenant.

Une fois que le capitaine squelettique leva son épée dans le ciel, les marins squelettiques nous chargèrent avec leurs propres couteaux mis à nue.

« Mode lame ! »

J’avais sorti mon Brunhild, le transformai en épée longue et tranchais les squelettes pirates qui se rapprochaient de nous.

Bien qu’ils se soient cassés aussi facilement que la porcelaine, leurs os avaient rapidement commencé à se régénérer et s’étaient rassemblés en un instant. J’aurais dû savoir que les attaques normales ne fonctionneraient pas sur les morts-vivants.

« Viens, O Lumière ! Duo brillant : [Flèche de lumière] ! »

J’avais balancé trois [Flèches de lumière] à la suite, et toutes avaient traversés une tête de pirate squelettique différente.

Les morts-vivants étaient faibles face à la magie de lumière. Les trois squelettes malheureux que j’avais frappés ne purent pas se régénérer et devinrent rapidement de la poussière.

« Regarde ça ! Un utilisateur de magie de lumière ! Cela faisait un moment que quelqu’un avait surpris le capitaine Trepang comme ça ! »

« ... Trepang ? »

« Toujours ! Le diable impitoyable des mers ! Le seul et unique capitaine Trepang ! Yo hoo ! »

Un diable... ? Je suis sûr que « trepang » avait pour signification « concombre de mer », bien que...

Le capitaine Concombre se mit à rire alors que ses os tremblaient. Alors que je me demandais comment réagir, Yumina m’avait soudainement appelé.

« Touya, regarde là-bas ! »

Elle désignait le nid-de-corbeau au sommet du mât, où je vis Elze et Yae, attachées et suspendues à une corde.

« Désolé, ils nous ont eus ! »

« Comme c’est insouciant de ma part... ! »

Mon dieu... Eh bien, elles ne pouvaient pas utiliser la magie de lumière et elles n’avaient rien qui soit enchanté avec, alors je suppose que ce résultat n’était qu’évident.

« Hyahahah! Ne t’inquiète pas, mon garçon. Après tout, tu les rejoindras bientôt ! Sauf que ta corde va tourner autour de ton cou et — Gah ! »

« Cela n’arrivera pas »

Comme il se mit à rire encore plus, j’avais tiré sur le capitaine Trepang. Bien que je visais sa tête, cela était allé un peu plus bas et j’avais fracassé son cou, faisant tomber son crâne sur le pont.

Comme le pont basculait d’avant en arrière lorsque le bateau était secoué par les vagues, son crâne avait commencé à rouler.

« Arrghhh ! J’ai mes yeux qui tournent ! Apportez-moi ma tête, rats de cale sans valeur ! Ne laisser pas cette saumure me la prendre ! »

Le capitaine — son crâne, de toute façon — avait ordonné à l’équipage de suivre rapidement la tête.

J’avais utilisé cette ouverture pour lancer [Accélération], puis j’étais instantanément remonté le long du mât et j’avais coupé la corde qui les retenait.

Une fois qu’elles avaient atterri sur le pont, Linze avait couru et coupa les cordes qui les liaient entre elles. OK, maintenant il n’y avait plus aucune raison de se retenir.

« Hehe, vous avez du cran, les filles. Il en faut de grosses pour aller contre moi — Capitaine Trepang ! Mais le prix que vous payerez est lourd, en effet ! Grincer des dents, car je suis sur le point de vous mettre en nasse comme un crabe ! »

Le Capitaine Concombre avait crié quand le premier lieutenant l’avait aidé à rattacher sa tête. ...Nasse ?

« ... Euh, vice cap'n. Peut-on vraiment mettre un crabe dans une nasse... ? »

« Chut ! Tais-toi ! »

Après cet échange anodin entre un membre de l’équipage et le second, le capitaine Concombre leur lança un regard noir. Les deux avaient détourné le regard de manière très forcée.

« Qui se soucie des détails !? Attaquez-les, il y a des chiens des mers salés devant vous ! »

« Oui, monsieur ! »

En réponse à l’ordre du capitaine squelettique, les pirates avaient commencé à se rapprocher de nous. C’était un spectacle assez gênant.

« [Enchantement] : [Soins] ! »

J’avais imprégné mon arme, les gantelets d’Elze et le katana de Yae de la magie de lumière. Grâce à cela, leurs armes pourraient purifier les morts-vivants.

« Hhaah ! »

Elze lança un direct de son bras droit, détruisant le squelette devant elle. Ce squelette était devenu poussière et avait disparu du navire.

Yae, elle aussi, utilisait son katana imprégné de lumière pour balayer les squelettes qui se rapprochaient d’elle.

En suivant leur exemple, je tirais des balles imprégnées de lumière sur les squelettes, les détruisant les uns après les autres. Linze lançait des lances de lumière, tandis que Yumina bloquait les os des pirates avec sa magie du vent. Kokuyou et Sango tiraient des projectiles d’eau comme couverture.

Un par un, les pirates s’étaient transformés en poussière mélangée au vent et avaient tout simplement disparu.

« Oohhhhh !? Cet assez bien comme ça ! »

« J’ai une question. Êtes-vous ceux qui coulèrent tous les navires qui se rapprochaient de cette zone ? »

« Hein ? Nous n’avons jamais coulé de bateaux. Pas un seul. Maintenant, laissez-moi vous montrer. »

Après avoir dit cela, le capitaine Trepang avait créé une flamme bleu pâle, semblable à une âme, dans sa main. C’était à peu près la taille d’un ballon de basket.

Comme s’il s’agissait d’une sorte d’appel, des flammes similaires avaient commencé à apparaître partout dans le brouillard épais autour de nous.

Une fois que le brouillard, jonché d’innombrables flammes, avait commencé à se dégager, j’avais pu voir plus de navires fantômes. Ils avaient flotté autour de nous et étaient aussi nombreux que les lumières. Qu’est-ce que c’était que ça... ?

« Attendez, est-ce que ce sont tous... !? »

Ils étaient tous remplis de squelettes similaires à ceux d’ici, et je pouvais les voir lever leurs épées entre autres.

Il avait changé tous les navires qui étaient venus ici en navires fantômes !

« Hyahahah! Je vais rendre votre mort rapide et indolore ! Ah, le rhum d’aujourd’hui sera une bénédiction pour mes organes ! »

« ... Vice cap. Nous n’avons pas d’organes, n’est-ce pas ? »

« Chut ! Je t’ai dit de te taire ! »

Je pouvais entendre le premier et un marin se chuchoter à nouveau. Et bien, en plus d’avoir un concombre de mer comme ça pour capitaine, il devait être une calamité.

« Kheheheh! Comme nous sommes si nombreux... Qu’est-ce que vous pourriez faire en fond de cale ? »

J’avais ignoré le concombre de mer alors qu’il se retournait, ou semblait se tourner, semblant confus, puis j’avais sorti mon smartphone et j’avais effectué une recherche. Évidemment, c’était pour des « morts-vivants ». J’aurais dû le faire dès le départ.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

5 commentaires

  1. Tiens, cela me rappelle un des films des Pirates des Caraïbes 🙂

  2. Merci pour le chapitre.
    Ps: Et touts ce fini par un clic 🙂

  3. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire