Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 3 – Interlude 2 – Partie 1

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Interlude : La mer maudite

Partie 1

« Cette chose peut aller assez vite. »

« Eh bien, c’est parce que le jardin n’a pas d’installations inutiles, contrairement aux autres Babylone. »

Le jardin flottant avançait silencieusement au-dessus des nuages ​​tels un bateau. Grâce à la barrière magique environnante, malgré la vitesse impressionnante du jardin, nous n’avions ressenti qu’une légère brise à bord.

Une autre curiosité de la barrière était que si, par exemple, un oiseau entrait en collision avec le jardin, l’oiseau serait aussitôt téléporté derrière elle. L’absence d’oiseaux qui s’écrasaient était effectivement une caractéristique bienvenue.

Cesca, la directrice du jardin, le contrôlait à l’aide d’un appareil monolithique noir installé au centre du navire. Au moment où Cesca touchait différents endroits de l’appareil à écran tactile, des lettres rougeoyantes apparaissaient et disparaissaient.

Linze et Yumina avaient regardé avec respect de chaque côté. De même, les flottants Sango et Kokuyou regardaient également le monolithe.

« Es-tu la seule à pouvoir faire fonctionner cette chose, Cesca ? »

« La seule autre personne qui est autorisée est le Maître. Bien que je suppose que ce soit plus une personne qui peut le manœuvrer à défaut de le maîtriser. »

Cesca avait répondu à la question de Linze sans écarter les mains du monolithe.

« Est-ce que ce navire est fait pour se détendre ? Comment peut-on appeler cela, un jardin. »

En réponse à ma question, Cesca remua son doigt avec un tut-tut. Quel est son problème ? C’est vraiment irritant.

« Regardez tous cette fleur se trouvant près des pieds du maître. »

« Hmm ? Celles-ci ? »

Je regardais mes pieds comme indiqué, et bien sûr, il y avait une petite fleur en forme de cloche jaune qui fleurissait.

Cela ressemblait un peu à une sandersonia. Sauf qu’il n’y en avait qu’une (cloche ??).

« C’est ce qu’on appelle l’herbe de rayon de lune, un ingrédient pour des potions pour traiter le manque de mana. Et cette fleur là-bas est appelée herbe de rayon de soleil. C’est un ingrédient des potions pour récupérer l’endurance. Toutes les fleurs du jardin sont des plantes médicinales ayant leurs propres caractéristiques. »

C’était incroyable. Je supposais que ce n’était pas un jardin ordinaire. C’était un peu étrange de voir à quel point il était facile d’entendre cette explication. Donc, beaucoup de médicaments différents pouvaient être fabriqués ici, hein ?

« Eh bien, je n’ai cependant aucune idée de la façon dont vous créez ces préparations. »

« Hein !? Tu ne peux pas les faire ? »

« Cela tombe sous la juridiction du département d’alchimie. Ou peut-être que tu pourrais chercher dans la bibliothèque. Chaque Babylone a été spécialisée à tel point qu’une seule n’est pas tout à fait utile. »

Franchement ? Cela ne semblait pas très pratique.

Comme je pensais que cette explication était terminée, une carte et du texte apparurent sur le monolithe qui semblait attirer l’attention de Cesca.

« Qu’est-ce qui ne va pas ? »

« Je reçois une notification magique inhabituelle. Cela vient d’en bas. Peut-être une sorte de bête magique ? »

« En bas ? Où exactement ? »

« Une mer à l’ouest du royaume de Belfast. Allons jeter un coup d’œil. »

Et tout en disant cela, le jardin avait silencieusement commencé à plonger dans la mer de nuages, en descendant rapidement vers la mer ci-dessous.

Le temps au-dessous des nuages ​​était sombre, l’air saturé d’une brume sombre, bien que rien ne soit entré dans le jardin grâce à la barrière magique.

« Hey, quelque chose est-il arrivé ? »

« Les nuages ​​sont assez épais. »

Elze, Yae et Kohaku remarquèrent la soudaine descente de Babylone et s’arrêtèrent pour venir par ici.

« Apparemment, il y avait une sorte de notification magique étrange. »

« Notification magique ? Est-ce que ça pourrait être une autre Babylone, hein ? »

« Nan. La barrière d’une Babylone devrait complètement isoler sa signature de mana du monde extérieur. C’est probablement une bête ou un artefact magique. »

Donc peut-être une bête magique maritime ? Si elle vivait dans la mer, ce serait probablement quelque chose d’énorme. Comme un kraken ou un épaulard, peut-être. Oh, si c’est un habitant de la mer...

« Sango, Kokuyou. Vous pouvez trouver quelque chose ? »

« Non, je sens de multiples signaux, mais pas de bête magique en particulier. »

« Non, mon seigneur. Il ne semble pas y avoir quelque chose d’étrange dans la mer. Peut-être y en a-t-il un dans l’air ? »

Je pensais que Sango et Kokuyou auraient su si c’était une bête magique aquatique. Alors peut-être que c’était autre chose ? Comme une sorte d’artefact emporté en mer.

« T-Touya, regarde ça ! »

Cria Yumina en regardant la mer du bord du jardin. Incidemment, elle n’était pas en danger puisque le bouclier magique l’aurait empêchée de tomber accidentellement de Babylone.

J’avais suivi la direction de son doigt pour trouver un unique bateau flottant dans la brume. Il y avait de la rouille ici et là, et les bernacles étaient accrochées à la coque. Des voiles en lambeaux pendaient à ses trois mâts. Et des canons rouillés étaient alignés sur son pont.

La lumière inquiétante émanait du navire délabré alors qu’il dérivait silencieusement dans la mer.

Il était évidemment en très mauvais état. En vérité, le fait qu’il soit encore capable de flotter n’était rien de moins qu’un miracle.

« Un vaisseau fantôme... ? », interrogeai-je.

« V-Vaisseau fantôme !? »

Elze fit écho à mon chuchotement. Yae, qui se tenait à côté d’elle, pâlit en jetant son regard vers la mer.

Inversement, Linze était restée calme. Elle avait une main pensive posée sur son menton.

« Est-ce cependant vraiment un vaisseau fantôme ? Peut-être que cela vient d’être abandonné récemment ? »

« Eh bien, si vous y réfléchissez rationnellement, je suppose que ça aurait beaucoup plus de sens... »

J’étais peut-être dans un autre monde, un monde fantastique plus exactement, mais un vaisseau fantôme... ? Vraiment... ? Là encore, les fantômes et les spectres et autres monstres spirituels étaient monnaie courante. Je m’étais battu à plusieurs reprises avec ce genre de morts-vivants.

« La notification magique vient de là-bas, hein ? Il pourrait y avoir un artefact spécial à bord de ce navire. Après tout, les artefacts normaux ne produisent pas ce genre de signal. »

Je pensais que cela avait du sens. J’étais surpris que Cesca puisse le dire si facilement. Ce serait bien de rassembler un autre artefact, mais je ne pouvais pas me débarrasser du sentiment étrange que le vaisseau donnait...

« Allons le vérifier. »

« Quoooiii !? »

Avant même que je puisse réagir à la suggestion de Linze, Elze et Yae avaient crié en premier. Des reliques du vieux monde avaient peut-être été impliquées, mais cette fille était curieusement courageuse quand il s’agissait de certaines choses.

« Ce bateau peut transporter un artefact important d’un autre pays. Je pense que ce serait mieux de vérifier au moins. »

« Exact. Nous devrions le récupérer et, s’il est dangereux, le détruire. De plus, cela pourrait très bien être... Cesca, s’il te plaît montre-moi la carte. »

« Fais-toi plaisir. »

Après avoir appuyé la suggestion de Linze, Yumina vérifia la carte affichée sur le monolithe.

« Je le savais... On se trouve dans la mer du blasphème. »

« La mer du blasphème ? »

« C’est une mer magique où tous les bateaux, sans exception, sont censés couler avant de pouvoir passer. Pour cette raison, les navires marchands et autres font de longs détours pour éviter cette zone. Cela pourrait expliquer ce qui est arrivé à ce navire. »

Tous les bateaux coulent là-bas ? C’est comme le triangle des Bermudes dans la mer des Sargasses, hein. Des choses comme le triangle des Bermudes étaient un mythe, mais c’était aussi tout à fait plausible dans un autre monde comme celui-ci, alors c’était un peu effrayant.

Si c’était vraiment la cause de la disparition de ce navire, alors si on le laissait tranquille, cela pourrait faire couler un autre navire.

« Je suppose que nous devrions voir ça. »

« Quooiii !? » Elze et Yae poussèrent un nouveau cri. Si nous utilisions une [Porte], nous pourrions monter à bord de ce navire, et avec Sango et Kokuyou, nous pourrions probablement nous débrouiller avec la mer.

« Y a-allons-nous vraiment ? »

« Nous ne pouvons pas simplement l’ignorer, hein ? Après tout, cela pourrait faire couler un autre navire. »

« C’est peut-être vrai, mais... »

J’avais ignoré ces deux-là et ouvert une [Porte]. Il était facile de se téléporter dans un endroit que je pouvais voir.

« Kohaku, tu restes ici. Cesca, contacte-nous via Kohaku si quelque chose ne va pas. »

« Comme tu le souhaites. »

« Bien reçu, Maître. » Je traversai la [Porte] et j’arrivais sur le pont du navire.

Le plancher de la coque craquait de façon inquiétante. La mer était calme, mais la brume ne faisait qu’ajouter à la sinistre atmosphère de la situation.

Linze et Yumina m’avaient suivi à travers la porte et étaient montées à bord du navire. Sango, Kokuyou et enfin Elze et Yae étaient apparus derrière moi... Pourquoi vous tenez-vous la main ? Sur le pont, des canons dépassaient du côté du navire, ainsi que de petites planches. Les canons étaient visiblement rouillés et les planches étaient pourries et clairement inutiles.

Le plancher craquait à chaque pas. Espérons qu’il ne s’effondrera pas à cause de la pourriture...

« Il n’y a personne sur le pont. »

Linze avait raison. Un seul coup d’œil rapide révéla qu’aucune âme n’était sur le pont.

C’était comme ce navire, le San Juan Bautista. Le premier voilier de style occidental de construction japonaise construit par Date Masamune, le premier daimyo de Sendai. Hasekura Tsunenaga l’avait conduit en Espagne en tant que diplomate. Il avait été restauré et devait toujours être exposé à Ishinomaki. Mon grand-père m’avait emmené là pour le voir une fois. [1]

Selon la petite recherche faite sur mon smartphone, ce type de navire s’appelait un galion. Si ce vaisseau avait une disposition similaire à celui que j’avais vu, la cabine du capitaine devrait être à l’arrière. Mais ce navire était une création d’un autre monde, il était donc peu probable que chaque détail soit les mêmes.

« ... Maintenant, c’est étrange. Le signal magique est faible. C’était plus fort quand nous étions dans les airs. »

Les paroles de Yumina m’avaient fait tourner la tête et aiguiser mes sens. Elle avait raison. La magie semblait être plus faible qu’avant. Ou plutôt, on avait l’impression que la source de la magie n’était pas là...

« Pour l’instant, allons à l’intérieur. Nous pourrions apprendre quelque chose. »

« O-on va à l’intérieur ? »

« N-Nous resterons ici et garderons un œil ouvert. Alors s’il vous plaît, allez-y. »

« ... Bon, ça me va. »

Alors qu’Elze et Yae affichèrent des sourires maladroits, le reste de notre groupe avions ouvert la porte sur le pont arrière.

Il y avait un passage faiblement éclairé au-delà, dont les deux côtés étaient bordés de canons tournés vers l’extérieur. J’avais entendu dire que ce monde avait des canons, mais je n’en avais jamais réellement vu. Ma première impression était qu’ils semblaient assez grands.

Cependant, j’avais également entendu dire que le fait d’avoir quelques magiciens à bord était bien plus efficace que d’utiliser des canons. Maintenant que j’y pensais, ces canons signifiaient que cela pourrait être un navire de l’armée. C’était un peu tard, mais peu importe.

Nous avions traversé les rangées de canons et nous étions tombés sur une longue tige qui sortait du sol.

Notes

  • 1 Pour plus d’information sur ce bateau et son histoire : https://fr.wikipedia.org/wiki/San_Juan_Bautista_ (navire)

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

5 commentaires

  1. Merci pour le chapitre !

  2. Tiens, une séance de bondage est prévue 🙂

Laisser un commentaire