Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 3 – Interlude 1

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Interlude 1 : On ne se précipite pas en amour

***

Interlude 1 : On ne se précipite pas en amour

Partie 1

« Je serai rapide. Vous aimez toutes Touya, n’est-ce pas ? »

Face à Elze, Linze et Yae, Yumina disait exactement ce qu’elle avait en tête. Pendant qu’elles examinaient la nouvelle maison qu’ils avaient reçue du roi de Belfast, elle posa cette question après avoir appelé les filles à un balcon se trouvant au deuxième étage. Les filles étaient devenues mal à l’aise et du rouge montait à leurs oreilles.

« C-Ce n’est pas comme si je l’aimais ou quoi que ce soit ! Je-Je-Je veux dire, il est si peu fiable et doux ! E-Eh bien, il est gentil, donc ce n’est pas comme s’il n’avait aucun bon côté, mais... non, je veux dire ça. »

« Mais Elze, tu regardes souvent les vêtements qu’il t’a achetés et tu semblais toujours si heureuse en le faisant. Je t’ai même vu te blottir contre eux une fois. »

« Arg !? »

Elle avait probablement pensé que personne ne l’avait vue, alors Elze devint encore plus rouge en entendant ça.

« Toi aussi, Linze. Lors de notre dernier jour de congé, tu le traquais, n’est-ce pas ? »

« Fhyahh !? J-J-J-J’étais juste, euh... je voulais savoir où il allait ! Quand je pensais que c’était peut-être dans un bordel, je ne pouvais pas m’en empêcher... ! »

Comme jamais auparavant, Linze tremblait des mains en s’expliquant.

« Et c’était une raison pour le suivre toute une journée, Hm ? »

« Uohh ... »

Linze pencha pudiquement la tête.

Sa sœur jumelle aînée n’était pas consciente de cela, alors elle regardait Linze avec des yeux pleins d’étonnement. Incapable de le supporter, elle s’était accroupie et elle plaça ses mains sur son visage rougi.

« Et toi, Yae... »

« N-Non, je ne pense à lui de cette façon, je ne... »

« Vraiment ? Qu’en est-il des moments où tu te blessais au combat ? Tu demandais toujours que Touya te guérisse, n’est-ce pas ? Linze peut également le faire, tu sais ? »

« C’est... »

Linze regarda Yae, qui détourna son regard et rendit tout cela trop évident. En réponse, Yumina souriait.

« Je ne trouve pas cela désagréable du tout. En fait, ça me rend heureuse. Après tout, cela signifie que, à part moi, il y a trois personnes qui croient et soutiennent Touya avec tout ce qu’elles ont. »

« ... C’est juste bizarre. La plupart des gens ne l’aimeraient pas, non ? »

« Vraiment ? Laissez-moi clarifier. Touya est une personne qui va bientôt faire de grandes choses. Garder un tel homme pour moi serait bien plus étrange. Après tout, il y a des choses que je ne peux pas supporter toute seule. Des raisons telles que : “Je veux qu’il soit à moi uniquement” sont bien trop insignifiantes pour me permettre de me lier à une personne comme lui. »

Yumina répondit aux paroles d’Elze comme si ce n’était pas grave. Ce n’était pas comme si elle ne voulait pas l’avoir pour elle, mais Yumina avait encore plus peur de limiter ses possibilités.

De plus, les trois filles devant elle méritaient sa confiance. Elles aimaient le même homme qu’elle et le soutiendraient avec tout ce qu’elles avaient. Dans cet esprit, elle avait suggéré quelque chose.

« Alors, que diriez-vous que nous devenions toutes ses épouses ? »

« Qu-Quoi !? »

Toutes les filles levèrent les yeux, émerveillées.

 

☆☆☆

 

(Point de vue d’Elze)

J’avais toujours eu un complexe d’infériorité envers ma petite sœur. Depuis que j’étais petite, on m’avait surnommée « voyou » et « indigne d’une demoiselle » quand on me comparait à elle.

C’était vrai que ma petite sœur était mignonne. Considérant que j’étais sa jumelle, cela aurait pu sembler une félicitation, mais elle était « une fille » dans tous les sens du terme.

On ne pouvait nier qu’elle était un peu introvertie et qu’elle avait peur des étrangers, mais cela pourrait en fait jouer en sa faveur en déclenchant le désir d’un homme de vouloir la protéger.

Elle pouvait aussi cuisiner et était talentueuse dans les arts magiques. De plus, ses s-seins étaient beaucoup plus gros que les miens... Comme elle et moi étions jumelles, j’avais toujours senti que Dieu était un peu injuste envers moi à cet égard.

J’avais fait poussé mes cheveux dans la perspective d’être plus féminine, mais cela n’avait pas affecté qui j’étais à l’intérieur. Tout le monde m’appelait toujours « garçon manqué » ou « violente ».

En fait, quand nous vivions à la campagne, j’étais la personne la plus forte de mon âge. J’avais l’habitude d’assommer tous ceux qui faisaient pleurer ma petite sœur, alors il était évident qu’ils ne me voyaient pas comme une « fille ».

Cependant, Touya était différent. Il m’avait vue comme une fille au moment même où nous nous étions rencontrés. Et, contrairement aux garçons de la campagne, il était très gentil. Sans parler du fait qu’il avait été attentif aux moindres détails et qu’il se montrait préoccupé quand il le fallait.

Touya m’avait rendue très heureuse quand il m’avait acheté ces jolis vêtements. Je n’avais jamais pensé que j’aurais un garçon qui me dirait que des vêtements comme ça me plairaient. Pour une raison ou une autre, le simple fait de me souvenir de cela m’avait fait sourire, ce qui m’avait rendue perplexe. Bien que ce fût un sentiment mystérieux, je ne le détestais pas du tout.

Petit à petit, je m’intéressais de plus en plus à lui. Et avant que je m’en rendis compte, j’avais commencé à le regarder partout où il allait. C’était clairement trop tard à ce moment-là.

Et probablement que je l’aimais. J’avais utilisé « probablement » parce que je n’avais jamais ressenti ça auparavant.

Les garçons qui m’entouraient étaient soit des petits frères, soit des ennemis qui harcelaient ma petite sœur. Cependant, au moment où j’avais pris conscience de mes sentiments, Yumina était déjà avec nous. Elle était intelligente, proactive, avait un talent pour la magie, et c’était même une princesse — une « fille » à un niveau où cela en était injuste. Je n’avais simplement aucune chance contre elle. Avec cette excuse en tête, j’avais lié mes sentiments et les avais cachés profondément dans mon cœur.

C’est pourquoi j’avais paniqué quand Yumina avait vu à travers moi. Je ne me souciais pas vraiment d’être son amoureuse — je pourrais être à ses côtés en étant une amie et une alliée dans la bataille. J’étais même sur le point de faire la paix avec cette idée.

Étant sa jumelle, j’avais l’intuition que Linze avait aussi des sentiments similaires pour lui. Cependant, j’étais un peu surprise de savoir que Yae en avait également.

La suggestion de Yumina m’avait tellement prise par surprise que cela m’avait fait en sorte que mon esprit se vide.

Je voulais dire... son épouse ? Moi ? L’épouse de T-Touya ? Est-ce que ça voulait dire que je devais l’épouser !? Était-ce un élément indispensable, non !? J’aimais Touya, c’était vrai, mais n’était-ce pas un peu trop soudain !? Je ne savais pas si j’étais même mentalement préparée pour ça ! Et même si j’étais d’accord avec ça, je ne savais pas si Touya le serait ! Qu’est-ce que je devrais faire... !?

 

☆☆☆

 

(Point de vue de Linze)

J’avais toujours été une personne timide. Me cachant constamment derrière ma grande soeur, je n’ai jamais dit ce que je voulais vraiment. Face à des gens que je ne connaissais pas, je m’étais tendue au point de rendre mes mots gênants et de me rendre incapable d’échanger convenablement.

Contrairement à moi, ma grande soeur n’avait jamais eu peur. Elle avait toujours été franche et elle était rapidement devenue amie avec n’importe qui. J’avais toujours été jalouse de ce trait de sa personnalité.

Depuis que j’étais jeune, j’étais troublée par cela et je me demandais pourquoi nous étions si différentes en dépit d’être jumelles. Si ma sœur était le soleil, j’étais la lune. La lune ne pouvait même pas briller sans la lumière du soleil. Sans elle, je ne pouvais rien faire. Et je me détestais à cause de ça.

C’était probablement la raison pour laquelle, quand j’étais enfant, les garçons autour de moi se mettaient en colère et m’intimidaient. Cependant, la plupart de ceux qui faisaient cela finissaient par être frappés par Elze.

Pour cette raison, je n’étais jamais à l’aise avec les garçons. Cela s’était renforcé envers les garçons de mon âge. Je n’avais jamais su quoi dire quand j’étais avec eux, me faisant toujours garder le silence.

Ma première impression de Touya était qu’il « semblait être une personne gentille ». Malgré cela, je n’avais pas pu avoir une conversation appropriée avec lui.

Même quand il m’avait demandé de lui apprendre la magie, j’étais inquiète de ne pas pouvoir le faire correctement et je m’étais tendue, ce qui avait rendu mon explication étrange. Cependant, plutôt que de se mettre en colère contre moi, Touya avait écouté et avait été vraiment impressionné par ce que je lui avais dit. Avant même que je m’en aperçoive, j’étais à l’aise.

Depuis lors, Touya n’avait pas arrêté de me surprendre. Il avait une affinité pour tous les types de magie, nous avait appris la recette de la crème glacée, et avait un... smartfoan. De plus, tout récemment, il avait même sauvé la vie du roi.

Comme je passais plus de temps avec lui, j’étais finalement devenue capable d’interagir avec lui comme si j’interagissais avec un ami normal.

Cependant, peu après cela, tout était devenu à nouveau difficile.

Quand je lui parlais ou quand il me félicitait, mon cœur commençait à battre avec force et à me faire bégayer. Je ne savais pas pourquoi cela se passait, mais quand il était revenu avec Yumina à ses côtés, j’avais senti une douleur dans ma poitrine. C’était ainsi que j’avais pris conscience de mes sentiments.

Cependant, je ne pouvais rien faire à ce sujet. En dépit d’être plus jeune que moi, Yumina était proactive et décisive, faisant d’elle une bonne partenaire pour Touya. Cela me rendait triste quand je devais penser que je devais veiller sur eux tout en cachant mes vrais sentiments.

Mais Yumina elle-même, pensant apparemment à Touya plus que quiconque, m’avait dit de la rejoindre en étant l’épouse de Touya. Non seulement cela, mais Soeurette et Yae le seraient avec nous également. Je ne pouvais pas me faire à cette idée...

Mais si cela arrivait... j’aurais été heureuse au-delà des mots. Après tout, j’étais aussi capable d’être du côté de Touya.

M-Mais cela voulait dire que nous devrions nous marier, n’est-ce pas ? M-Mariage !? Ce seul mot suffisait à me faire rougir comme une betterave.

Hawah, hawawah... Moi et Touya ? Ensemble !? J’étais heureuse ! Très heureuse, mais... ! Mais je ne savais toujours pas si Touya m’accepterait. En fait, je ne savais même pas comment contrôler mes sentiments à ce sujet.

Était-ce vraiment normal ce qui nous arrivait ? De voir que Touya et moi allions nous marier... ? Hawah... Awawawah...

***

Partie 2

(Point de vue de Yae)

D’aussi longtemps que je puisse me souvenir, j’avais toujours tenu une épée. Depuis que j’étais jeune, je passais chaque jour à m’entraîner avec mon père et mon frère.

L’entraînement et le combat à l’épée étaient toujours une chose amusante à faire. Après tout, les mouvements des épées me soulageaient toujours. Il n’y avait rien de plus plaisant que le moment où je ne faisais plus qu’un avec l’épée bien aiguisée entre mes mains et que j’entrai dans un état de transe. Les seuls qui pouvaient me comprendre étaient mon père et mon frère. Ma mère et notre servante, Ayane, me disaient toujours d’être plus réservée et féminine.

Après avoir quitté Eashen et commencé à m’entraîner dans d’autres pays, j’avais finalement atteint le Royaume de Belfast. C’était à cet endroit que j’avais rencontré Touya-dono et les autres.

Tout avait commencé quand il m’avait aidée à faire face à des hors-la-loi. Au début, je pensais qu’il venait d’Eashen, tout comme moi, mais cela s’était avéré ne pas être le cas. Cela avait immédiatement fait de lui une personne mystérieuse.

L’escrime de Touya-dono était assez étrange. Bon, il était particulier dans beaucoup d’autres aspects, mais ce qui m’avait le plus mystifiée était que, malgré sa posture et les mouvements d’un débutant, il était curieusement fort. Il avait probablement été béni avec une capacité de mouvement de base exceptionnellement forte et une vision cinétique qui lui avait permis de mieux percevoir les choses autour de lui.

Pour preuve, il était capable de copier mon balancement et mes mouvements après seulement un court échange contre moi. Une technique de débutant mélangée à un formidable talent naturel. En tant qu’épéiste, Touya-dono était vraiment étrange.

Je trouvais que cette technique déséquilibrée était très intéressante et même un peu amusante, mais finalement, je devins de plus en plus enthousiaste à l’idée de lui parler que de m’entraîner avec lui. À l’époque, j’avais essayé de me convaincre que je ressentais simplement une affinité avec lui en raison de sa mentalité et de ses goûts semblables à ceux d’un habitant d’Eashen.

À première vue, Touya-dono ne semblait pas fort. Cependant, il avait la force de faire face à n’importe quoi tant que c’était pour ceux qu’il voulait protéger... Tout comme mon frère.

Il pouvait se battre pour quelqu’un d’autre que lui-même. Comme si c’était évident, il tendait la main à quelqu’un qui avait besoin d’aide. Une fois que j’avais réalisé que c’était simplement une partie de sa nature, c’était trop tard. À mon propre étonnement, j’avais commencé à le suivre du regard et je n’arrivais pas à me ressaisir lorsque nous nous disputions ou que nous parlions simplement.

Cependant, Touya-dono avait déjà une fiancée — Yumina-dono. Ainsi, j’avais commencé à croire que mes sentiments ne l’atteindraient jamais.

Je n’aurais jamais pensé que, aux côtés d’Elze-dono et de Linze-dono, je me verrais offrir la possibilité de devenir la fiancée de Touya-dono.

Comment étais-je capable de répondre à cela ? Le pur bonheur que je ressentais était mêlé de confusion et me faisait tourner la tête.

Devenir sa fiancée signifiait évidemment que je deviendrais son é-é-épouse... ! Et Touya-dono sera mon mari... Un mari ! N-N’est-ce pas un peu trop soudain !? H-Hmm...

 

☆☆☆

 

« C-Comment suis-je censée réagir à ça... ? »

« Euh, je... Ohh... »

« Hmmm... »

Les trois filles devinrent rouges comme des betteraves et laissèrent leurs regards errer. Il était au moins facile de dire qu’elles n’étaient pas opposées à l’idée. Yumina était satisfaite de la réaction et sourit largement.

« Je suppose que c’est un peu soudain. Eh bien, mettons ce sujet de côté jusqu’à ce que vous soyez sûre de ce que vous ressentez. »

Elle plaça ses mains ensemble et fit cette suggestion. Après tout, les forcer à le faire aurait pu d’une manière étrange les rendre obstinées.

« À part ça, vous avez toutes l’intention de vivre ici, n’est-ce pas ? »

« E-Eh bien... si Touya est d’accord avec ça... »

« Pas besoin de s’inquiéter à ce sujet. Touya l’a lui-même dit, n’est-ce pas ? “Je vous aime toutes de la même manière. Vous êtes comme une famille pour moi.” Cependant, c’est un peu triste qu’il nous ait appelées “famille” plutôt que de nous traiter comme de vraies femmes. »

Les paroles de Yumina avaient fait réfléchir Linze. Si on devait se marier et ainsi devenir mari et femme, n’aurait-il pas été de toute façon de la famille ?

Et ainsi, les quatre filles avaient formé un accord secret.

 

☆☆☆

 

Et, quelques mois plus tard...

« Eh bien, maintenant que les choses sont claires. Nous sommes toutes devenus les fiancées de Touya... »

La nuit où Touya accepta leurs sentiments, les filles se rassemblèrent toutes dans la chambre de Yumina et commencèrent une réunion. Finalement, de tels événements s’appelaient « Réunions d’épouses », mais cela n’avait pas d’importance pour le moment.

Au fait, leur bien-aimé était évanoui à cause du coup de poing d’Elze et était maintenant allongé sur son lit.

« Comme vous le savez toutes, les pouvoirs de Touya sont bien au-delà de la norme. Comme il l’a fait jusqu’à maintenant, il continuera à les utiliser pour sauver beaucoup d’individus. Cependant, il pourrait y en avoir certaines qui essaieraient d’utiliser ses pouvoirs pour leur propre intérêt. »

En réponse aux mots de Yumina, Yae croisa les bras et acquiesça.

« C’est vrai. Touya-dono semble être bête quand il s’agit de sa propre valeur. »

« Après tout, il a le cœur tendre. Les individus comme lui sont faciles à tromper. »

« Je peux facilement voir à travers de telles personnes avec mes Yeux Mystiques, donc il n’y a pas besoin de s’inquiéter pour cela. Le problème est que les résultats dépendent de sa bonne volonté. »

Les mots d’Elze rendirent Yumina un peu triste. En réponse, Linze avait demandé une explication.

« ... Qu’est-ce que tu veux dire ? »

« Disons qu’il y a une femme qui aime Touya. Que se passerait-il si les gens qui l’entouraient — tels que ses parents, ses frères et sœurs, d’autres parents ou simplement ses amis — voulaient utiliser Touya et exigeaient qu’elle fasse quelque chose de déraisonnable ? Et si elle venait et suppliait Touya de l’aider ? Maintenant, pensez-vous qu’il serait capable de refuser, même s’il savait qu’il pourrait être blessé dans le processus ? »

Les Yeux Mystiques de l’intuition de Yumina pouvaient voir la vraie nature des gens. Mais même si leur vraie nature était bonne, il n’y avait aucune garantie que leurs actions l’étaient. Les actes nés de bonnes intentions pouvaient toujours entraîner quelque chose de terrible.

« Le scénario le plus effrayant serait celui où la personne est dans la même position que nous. »

« Une fiancée, veux-tu dire ? »

« Oui. Je crois qu’il y aura plus de filles qui tomberont amoureuses de Touya. Avec ça, il pourrait y avoir... Non, il y aura plus de fiancées. Quand cela arrivera, je ne veux pas qu’elles soient des femmes qui choisiraient les intérêts et les avantages de leur famille par rapport à ce qui est le mieux pour Touya. »

Les mariages entre nobles étaient simplement des unions entre familles. Un tel mariage politisé n’était pas rare, et les femmes qui se mariaient uniquement pour les intérêts de sa famille, plutôt que pour son mari, étaient nombreuses.

Yumina n’avait absolument aucune intention d’accepter quelqu’un comme ça. Même si la fille aimait Touya, elle devait le mettre au-dessus de tout le reste. Sinon, elle ne serait bientôt plus qu’un fardeau. Yumina ne pensait pas une seconde qu’elle pouvait s’entendre avec ce genre de femme.

Même si elle était la princesse de Belfast, si son père lui disait de faire faire à Touya quelque chose de dangereux, elle ne le ferait jamais.

« Des femmes qui donneraient la priorité à leur propre famille sur Touya, hein... ? J’imagine qu’il y a des tonnes de femmes nobles comme ça... », marmonna Elze.

« Je crois que je ne serais pas capable de m’entendre avec de telles personnes... Cependant, y aura-t-il vraiment plus de fiancées... ? »

« Je le crois. Sue est une candidate solide et pourrait se joindre à nous dans environ deux ans. Je ne pense pas qu’il y aura beaucoup de problèmes avec elle. »

« Oh, c’est vrai. Elle l’aime vraiment. Cependant, c’est plus comme une relation fraternelle à ce stade. »

Yumina n’était pas opposée à l’idée que Sue veuille se marier avec Touya. Et le père de la fille, le duc Ortlinde, n’était pas du genre à utiliser Touya pour faire avancer sa famille.

Cependant, il n’y avait aucune garantie qu’il n’y aurait aucun noble qui marierait leurs filles à Touya juste pour le gain personnel. Ce n’était pas limité à Belfast non plus. Il pourrait y avoir des propositions de mariage venant d’autres pays, telles que Mismede et Refreese.

Yumina croyait qu’elle et les autres filles pouvaient empêcher de telles choses de se produire. Pendant un certain temps, elles pourraient rejeter de telles propositions en disant simplement qu’il en avait déjà quatre. Cependant, comme la renommée de Touya augmenterait, la possibilité d’avoir plus de fiancées l’était également. Bien sûr, si les nouvelles filles pensaient à Touya par-dessus tout, elles ne verraient pas d’inconvénient à les rejoindre même si elles étaient des nobles ou des princesses d’autres pays.

« Pour l’instant, cependant, Touya devra être soutenu par nous quatre. Pour ce faire, nous devons aussi devenir puissantes, assez puissantes pour marcher dans cette vie à ses côtés. »

« Oui. Il peut vraiment être peu fiable à certains moments. »

« Je-Je-Je vais faire de mon mieux ! »

« Mais qu’est-ce qu’on peut faire à ce moment-là ? »

Yae inclina légèrement la tête. Elle ne savait pas ce qu’elle pouvait faire pour lui. Une fille comme elle, qui avait passé toute sa vie à suivre le chemin de l’épée, n’avait tout simplement rien en tête.

« Il n’y a pas besoin de trop réfléchir. Vous avez seulement besoin d’essayer de devenir quelqu’un qui lui est cher. Puisque nous sommes toutes maintenant ses fiancées, nous devrions peut-être essayer de nous rapprocher de lui. »

« D-D-Davantage, comme dans... ? »

« Tenir sa main, joindre vos bras au sien, le serrer dans vos bras. Commencez par un peu d’intimité physique, c’est la base. »

Les mots de Yumina firent rougir les autres filles. La pureté affichée dans cette réaction fit sourire la princesse. Cependant, à ce moment-là, elle-même n’était pas capable d’être aussi collante et gardait certaines limites physiques avec Touya de la même manière que Sue.

Bien qu’il y avait beaucoup de difficultés devant elles, Yumina était sûre qu’elle et les autres filles le feraient bien. Après tout... vous ne pouviez pas presser l’amour, non, vous deviez juste attendre.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire