Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 3 – Chapitre 2 – Partie 8

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 2 : L’héritage de Babylone

Partie 8

Elze m’avait emmené au troisième terrain d’entraînement de l’armée royale. Elze et le Général Léon utilisaient souvent cet endroit pour s’entraîner. Et Elze, bien qu’étrangère, pouvait aller et venir ici à sa guise. Nous n’avions eu aucun mal à entrer grâce à ça.

Il était encore tôt, donc personne ne s’entraînait. Outre les pépiements d’un oiseau étrange, l’endroit était enveloppé dans un silence absolu. Elze m’avait conduit aux terrains d’entraînement, et j’avais vu que nous n’étions pas seuls.

« Yae ? Que fais-tu ici ? »

« ... Touya-dono. Je t’ai attendu. »

Yae était assise au milieu du terrain d’entraînement. Sa lame était devant elle et sa posture donnait l’impression qu’elle méditait pour une raison inconnue. Soudain, elle avait ouvert les yeux, avait saisi sa lame avant de se lever. Elle semblait légèrement différente de son état habituel.

« Tu as pris Linze comme épouse, non ? »

« Ah... Oui, en effet, ça s’est passé comme ça... »

Je m’étais retourné pour constater qu’Elze me fixait.

Il y avait encore cette lueur... Combien de fois et de combien de filles avais-je vu avec cette lueur dans les derniers jours ? Là encore, c’était une question qui concernait sa petite sœur, alors ce n’était pas surprenant qu’elle soit si sérieuse.

« Alors ça fait de toi mon beau-frère, n’est-ce pas ? »

« Haha... Oui... effectivement, j’espère que nous nous entendrons bien... »

Je n’y avais pas vraiment réfléchi, mais elle avait raison. Elze était ma belle-sœur... Quelque chose n’allait pas avec ça.

« Alors, que penses-tu de Linze ? Est-ce que tu l’aimes vraiment ? »

« ... Pour être vraiment honnête, je ne suis toujours pas sûr de ça. Je ne pense pas pouvoir dire que je l’aime, mais il en va de même pour Yumina. Pourtant, je l’aime vraiment en tant que personne, et elle est très importante pour moi. »

« Et était-elle d’accord avec ça ? »

« Elle l’était. »

Elze laissa échapper un soupir.

Est-elle déçue ? Choquée ? En pleine perte face à mes mots ? Je ne peux pas le dire... Elze se gratta vivement la tête à plusieurs reprises, mais légèrement, puis elle frappa le sol avec ses orteils, clairement irrité. Wôw, elle me fait peur !

« Cette fille a toujours eu ce côté-là... Bien qu’elle ressemble la plupart du temps à un chaton effrayé, elle a toujours été du genre à être audacieuse là où ça comptait. Elle était vraiment à l’opposé de moi quand il s’agit de ça... »

« Je ne suis pas trop différent à cet égard. Je suis incapable de devenir déterminé sans que quelqu’un m’y pousse... »

Que se passait-il maintenant ? Elze avait équipé les gantelets qu’elle avait sur sa taille et avait frappé ses poings ensemble. Le clang qui résonnait était assez bruyant. Yae, aussi, avait placé son épée à travers sa ceinture et avait ajusté sa position.

« Touya... je veux que tu nous combattes. »

« Hein !? »

« Si tu gagnes, nous ne dirons rien de ta relation avec Linze. Mais si nous gagnons, tu devras écouter notre demande. »

Attends, quoi !? Comment était-ce arrivé ? Étais-je puni pour quelque chose !? Yae dégaina son épée, ignorant apparemment ma confusion.

« J’ai emprunté cette épée au vicomte Swordrick. Le bord de la lame est arrondi. Elle ne devrait pas être capable de tuer ou même de te couper, mais briser tes os est bien dans le domaine des possibilités. »

Cette information ne fit rien pour me calmer !

« Touya, utilise ta [Modélisation] pour émousser également la lame de ton Brunhild. »

« Attendez ! Avant que je ne fasse quoi que ce soit, pouvez-vous me dire pourquoi je dois vous combattre ? »

« Pour être franc, Touya-dono. Nous sommes le genre de filles qui avons besoin de faire ça. C’est une question de confrontation de nos sentiments. Si tu veux appeler cela de la lâcheté qu’il en soit ainsi. »

Je n’avais aucune idée de ce dont elle parlait, mais elles n’avaient manifestement aucune intention de reculer. D’accord, tout ce que j’avais à faire était de perdre volontairement, et...

« Si tu te retiens, je ne te pardonnerai jamais. Je n’accepterai pas non plus ta relation avec Linze. Je ne permettrai jamais à ma sœur d’être avec un homme qui refuse de devenir sérieux quand c’est important. »

Merde. Elle m’avait prévenu de ne pas faire exactement ce que j’avais prévu... Je supposais qu’Elze savait exactement comment fonctionnait mon cerveau.

À contrecœur, j’avais fait ce qu’on m’avait dit et j’avais utilisé [Modélisation] pour arrondir la lame de Brunhild.

Je suppose que je n’avais pas d’autre choix, j’allais juste lancer [Glissade] au moment où le combat commencera, et puis...

« Aucune magie Néant n’est autorisée. Tu ne peux pas appeler cela un combat si tu nous laisses tomber au sol au moment où la bataille commence. Je n’utiliserais pas [Accroissement] également. »

Comment diable savait-elle exactement ce que j’avais en tête !? Putains de merde, les femmes font peur !

« Touya-dono peut utiliser la magie élémentaire, ainsi que des armes à distance et de mêlée. Nous ne pouvons utiliser que des armes de mêlée, mais nous sommes deux. Cela semble juste, n’est-ce pas ? »

Cela signifiait que les seules balles que je pouvais utiliser étaient celles en caoutchouc normal. L’impact de ces choses pouvait vraiment faire vibrer vos os, alors ce n’était pas comme si elles étaient mauvaises.

« Cependant, j’ai toujours l’impression d’être désavantagé... »

« Je suis pleinement consciente que nous attendons beaucoup de toi. Cependant, nous avons besoin de cette opportunité pour passer à l’étape suivante. »

Une fois de plus, je n’avais aucune idée de ce qu’elle disait, alors j’avais juste soupiré et je m’étais étiré. Je m’étais dit que je jouerais leur jeu aussi longtemps qu’elles en auraient besoin.

« Es-tu prêt ? »

J’avais simplement hoché la tête, trop effrayé de demander ce pour quoi je devais être prêt.

À l’instant suivant, Yae et Elze se séparèrent et arrivèrent sur moi de deux angles différents. Une attaque en tenaille ? Déjà !?

« Mode Épée ! »

J’avais étendu mon Brunhild dans la forme d’une longue épée émoussée, puis je courus vers Yae. J’aurais pu parer facilement sa lame, mais on ne pouvait pas en dire autant des poings d’Elze.

Après avoir croisé l’épée avec Yae, j’avais utilisé l’élan pour la dépasser. Je m’étais retourné, j’avais pris mon arme Nouveau Modèle dans ma main gauche et j’avais tiré les six balles sur elle.

Je débordais de confiance, certain que les six coups de feu trouveraient leur marque sur le dos de Yae, quand Elze se jeta sur leur chemin et leva sa main gauche en l’air. Le gantelet qu’elle portait brillait d’une couleur vert-émeraude.

Un moment plus tard, les balles se dispersèrent dans plusieurs directions aléatoires.

« Tant qu’elles ne sont pas magiques, les attaques à distance ne me touchent pas. »

Merde, j’avais oublié ! Son gantelet émeraude était imprégné d’un sort de barrière de type vent qui déviait toutes les attaques physiques à distance !

« Mode Pistolet ! Recharges ! » J’avais rechargé mes deux armes avec douze balles dans une tentative désespérée de les distraire afin de gagner du temps.

Mais Elze ne semblait pas s’en soucier. Elle avait chargé sur moi tout en levant son gant gauche.

« Mode Épée ! » Le poing droit d’Elze se rapprocha de moi, mais j’étais capable de l’éviter. Je changeai rapidement Brunhild en une épée longue et lui lançai une frappe horizontale. Elle l’avait évitée aussi, mais cela m’avait permis de reculer et de corriger ma position.

« Tu es un imbécile naïf ! »

Yae vint vers moi, juste derrière Elze. Je n’avais aucune chance de la distancer. Attends une seconde ! Ça allait certainement me couper, lame émoussée ou pas ! J’avais esquivé sur le côté, empêchant le bout de sa lame de couper dans mon épaule. Ensuite, je m’étais rapidement retourné et je l’avais fait trébucher avec ma jambe, en utilisant son propre élan contre elle.

« Kuhh!? »

« Recharges ! »

Quand Yae était tombée au sol, je l’avais rapidement visée avec l’arme en mode nouveau modèle.

Cependant, avant que je ne puisse appuyer sur la gâchette, Elze m’avait attaqué d’un coup de pied, ne me laissant pas d’autre choix que de reculer.

« Entrelace-les, Glace ! Malédiction glacée : [Entrelacement] ! »

Mon sort avait fait en sorte que le sol sous leurs pieds commença à geler.

« Argh ! »

Elles s’échappèrent habilement et se séparèrent, venant de nouveau à moi de deux angles. La fixation glacée n’avait même pas eu l’occasion de s’imposer.

Merde ! J’étais clairement désavantagé ici ! Après tout, ce n’était pas comme si je pouvais faire quelque chose qui pourrait les blesser gravement ou quoi que ce soit !

« Wouah ! »

J’avais évité un autre coup droit d’Elze. Yae se rapprochait également de moi. À ce moment, j’avais fermé les yeux et j’avais jeté un sort.

« Scintille, Lumière ! Éclat éblouissant : [Flash] ! »

« Kh !? » L’éclat soudain de la lumière brillante fit s’arrêter Yae dans son avancée. J’avais profité de l’occasion pour à nouveau m’éloigner d’elles. C’était mieux pour moi de garder mes distances dans une bataille avec ces deux-là. J’avais un plus grand avantage à longue distance.

Une fois qu’elles eurent récupéré de l’éclair aveuglant, Yae tendit la main vers sa hanche, sortit son épée courte et la plaça dans sa main libre. Quoi... ? Yae avait baissé sa posture et avait chargé vers moi. Juste quand j’étais sur le point de faire une feinte ou deux pour que je puisse la faire reculer, elle m’avait lancé l’épée courte.

Quoi !? Qui diable jetterait leur arme comme ça !? L’épée ne représentait-elle pas l’âme d’un samouraï !? Est-ce que les épées courtes ne comptaient pas !? Je l’avais de peu esquivée en déplaçant légèrement mon bassin sur le côté. Pouah ! Cela m’avait effleuré ! Avant qu’elle puisse se remettre en posture, je lui avais tiré les douze balles chargées. Il n’y avait aucun moyen qu’elle puisse esquiver à cette distance !

« Gah !! »

Les forts coups de caoutchouc avaient fait tomber Yae au sol. Malgré cela, elle était toujours capable de me faire une attaque. C’était quelque chose que je pouvais facilement éviter.

Mais Elze m’attendait, juste à l’endroit où j’avais sauté. Merde, elle était trop proche ! Ses poings étaient bien plus rapides que mon objectif. Elze était sortie et m’avait attaqué avec un crochet du droit. Je n’avais pas d’autre choix ! Je pliais mon corps et j’esquivais son poing, je lâchais mes canons et je saisissais sa main droite. J’avais utilisé mon élan pour la faire tourner avec son dos tourné vers moi. Ensuite, j’avais mis mon coude droit dans son aisselle et je l’avais élevée.

« Quoi — !? »

Je l’avais jetée par terre, et elle avait fait un bruit qui ressemblait à un cri. Je n’avais pas fait de jet d’épaule depuis l’école, mais mon corps semblait se souvenir des mouvements.

« Gah ... ! »

Apparemment, ma technique n’était pas assez bonne pour la frapper correctement. Elze se leva rapidement.

Mais au moment où elle se redressait, Brunhild s’était posé sur elle. Nous étions si proches qu’elle ne pouvait pas rediriger les balles même si elle le voulait.

Il s’agissait d’un retournement de situation classique.

« Recharges. J’ai gagné. »

« ... Pourquoi ne tires-tu pas ? »

« Parce que si tu acceptes la défaite, je n’aurai pas besoin de le faire. »

Faire feu sur quelqu’un qui m’était cher ne me faisait pas du bien. J’avais fait une note mentale pour m’excuser auprès de Yae après la bataille.

« Tu es bêtement gentil. Penses-tu vraiment que tu peux protéger Linze et Yumina avec cette mentalité ? »

« ... Je suis comme ça. »

« Hehe, c’est sûr. Je suppose que ça fait partie de la raison pour laquelle Yae et moi sommes tombées amoureuses de toi. »

« ... Quoi ? »

Qu’est-ce qu’elle venait juste... de dire ? Je, euh... Quoi ? Mes fonctions cérébrales avaient gelé.

Au moment où je sortais de ma transe, je réalisais que la main droite d’Elze — celle qui était vêtue du gant rouge — émettait une lumière. La capacité de ce gant était... d’augmenter le pouvoir destructeur, n’est-ce pas !? D’accord, si elle ne voulait vraiment pas abandonner, alors je supposais que je ne pouvais pas y aller doucement non plus. J’avais visé Elze et tiré sur la gâchette de Brunhild. La bataille était finie. Ou alors c’est ce que j’avais pensé.

« Quoi — !? »

J’avais appuyé sur la gâchette une deuxième fois. Il n’avait pas tiré. Comme cela était possible, il n’était même pas chargé. Quoi ? Pourquoi ? Je suis sûr que j’avais rechargé... Oh...

Les actions de Yae plus tôt avaient finalement eu un sens pour moi. L’épée courte qu’elle m’avait jetée. Elle ne l’avait pas jetée pour me faire du mal. Quand je l’avais esquivée et qu’elle m’avait effleuré, l’attache de ma poche de taille avait été tranchée.

Mes balles s’étaient dispersées au fur et à mesure que je bougeais, et elles s’étaient toutes épuisées. Mon rechargement n’avait aucun sens s’il n’y avait pas de balles dans un rayon d’un mètre... J’avais été battu à ce petit jeu.

Avec une vitesse fulgurante, Elze se mit sur le côté et lança son poing dans ma poitrine.

« Gghuh!? »

J’étais tombé à terre, alors que ma conscience s’estompait.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires

  1. Et bien, je ne m'attendais pas à une telle raclée. Ces demoiselles sont redoutables.

  2. Merci pour le chapitre et bonne continuation!

Laisser un commentaire