Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 3 – Chapitre 2 – Partie 6

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 2 : L’héritage de Babylone

Partie 6

« Donc, tu dis que l’île flottante de Babylone a été créée par ton créateur, le Dr Regina Babylon, et qu’il y a cinq mille ans, elle s’est alors séparée et ses parties flottent maintenant partout dans le monde. Exact ? »

« En effet. »

Leen avait confirmé les faits avec Cesca. L’échelle de tout cela était un peu trop grande pour que je puisse le concevoir dans ma tête.

Tous ceux qui étaient dans le jardin s’étaient rassemblés dans le kiosque et avaient écouté attentivement ce que Cesca avait à dire.

« Si quelque chose comme ça flottait dans le ciel, quelqu’un ne l’aurait-il pas remarqué et n’aurait-il pas fait déjà beaucoup de bruit ? »

Elze avait soulevé un bon argument.

« Babylone est protégée par une barrière magique qui empêche les étrangers de la voir. Pour cette raison, il est presque impossible de le voir depuis la surface. »

Cela semblait à peu près juste... Le Dr Babylone, cette géniale perverse des jours perdus depuis longtemps, devait avoir utilisé une sorte de magie ancienne pour donner à Babylone cette parfaite fonction furtive. Et la seule façon de la découvrir était de passer par le cercle de téléportation. Un cercle qui ne fonctionnait que pour ceux qui avaient une affinité pour la magie, tout comme sa créatrice.

« Alors, combien y a-t-il d’îles flottantes ? »

« Outre mon jardin, il y a la bibliothèque, le laboratoire, le hangar, la tour, le rempart, l’atelier, le laboratoire d’alchimie et l’entrepôt. Neuf au total. Mais je ne sais pas si tous sont actifs. »

Neuf îles seulement !? Attends, étant donné qu’elles étaient partout dans le monde, ce nombre pourrait effectivement être petit. De plus, j’étais sûr que je me souvenais avoir entendu dire que le jardin était la plus grande des îles individuelles. Dr Babylon était tout simplement incroyable... malgré sa nature perverse.

« Je suis très intéressé par cette bibliothèque que tu as mentionnée. Cela semble être quelque chose de rempli de connaissances sur les cultures anciennes. »

Leen, assise à mes côtés, adopta un sourire audacieux, mais je n’étais pas sûr de pouvoir m’identifier à elle à cet égard.

La bibliothèque appartenait à ce Dr Babylone. Je n’aurais pas été surpris si c’était une collection porno gigantesque. C’était trop suspect.

En vérité, je pensais à des choses similaires à propos de l’entrepôt. Je ne voulais vraiment pas y aller pour y trouver un tas d’objets érotiques.

« E-Est-il possible de contacter les autres îles flottantes ? »

Linze avait posé une question, la peur et l’appréhension étaient présentes dans ses mots.

Mieux valait travailler sur cette confiance, ma fille. Tu n’es toujours pas bonne pour interagir avec de nouvelles personnes. Eh bien, je supposais que dire que Cesca était une personne ne comptait pas vraiment...

De toute façon, Linze marquait un point. Si les autres endroits étaient contrôlés et gérés par d’autres comme Cesca, alors le moyen le plus efficace de compléter Babylone était d’entrer en contact avec eux.

« Malheureusement, les liens entre moi et mes sœurs sont maintenant inactifs. Notre barrière est fixée au plus haut niveau, empêchant toute tentative de communication magique. À moins que Maître ne l’ordonne, le niveau de défense ne peut pas être abaissé. »

« Qu’est-ce que le mot “lien” signifie... ? Et également, qu’entends-tu exactement par “Maître”  ? »

Yumina pencha la tête sur le côté. Elle n’était pas familière avec le mot « lien » ? Je devine que Belfast n’avait pas suffisamment progressé dans les domaines scientifiques pour leur faire connaître ses termes techniques.

« Un “lien” est essentiellement une connexion entre plusieurs choses. Et quand je dis Maître, je veux dire “mon cher mari bien-aimé”, bien sûr. »

« Ne lui dis pas des mensonges comme ça. Yumina, dans ce cas, le Maître est plus sur en rapport avec “patron” ou “supérieur”. »

Est-ce qu’elle assimilait réellement le maître à son mari ? Comme c’était égoïste. En dépit d’être une fille artificielle — même partielle —, elle était un peu trop blagueuse. Je savais déjà, sans l’ombre d’un doute, que c’était aussi la faute de Dr Regina Babylon. Je n’y avais pas vraiment pensé avant, mais Regina était le nom d’une fille, n’est-ce pas ? Eh bien, elle n’était certainement pas le genre de femme que j’aimerais avoir...

« Et pourquoi es-tu exactement la supérieure de cette fille, Hm ? »

Linze fronça les sourcils et me pressa pour une explication. Attends, pourquoi étais-je interrogé ?

« Mon cher administrateur a regardé mes sous-vêtements, alors j’ai décidé de lui consacrer entièrement mon cœur et mon corps. C’est pourquoi il est mon maître, l’administrateur de mon cœur. »

« Hey ! Tu as omis plusieurs détails clés tout à l’heure ! »

L’atmosphère autour de nous avait changé presque immédiatement. Tout le monde à proximité, à l’exception de Leen, Kohaku, Sango et Kokuyou, me regardait avec des yeux glaciaux.

Lentement, Linze croisa les bras et se plaça devant moi. Elle ne m’avait pas laissé me lever de mon siège. Ses yeux émettaient une lumière aussi froide que de la glace. Q-Qui était cette fille ? Qu’était-il arrivé à l’habituel calme et docile Linze ?

« ... Touya. »

« O-Oui ? »

« À terre, maintenant. »

Linze était folle au-delà des mots. Sa voix avait soudainement pris un poids immense, probablement parce qu’elle était toujours si calme et tranquille la plupart du temps. Je m’étais levé de ma chaise et je m’étais assis par terre. Je ne voulais pas risquer de la rendre plus fâchée.

« Tu nous as déjà toutes vues en sous-vêtements, et pourtant tu l’as encore fait avec une autre fille ? Est-ce que les culottes d’une fille ont vraiment autant de valeur pour toi !? »

« C’était juste un accident à l’époque. Je suis juste arrivé en marchant et j’ai tout vu, et... »

« Alors tu l’as fait exprès cette fois, hein ? »

Hey, il n’y avait tout simplement aucun moyen de me défendre contre cette dénonciation ! C’était elle qui les mettait en évidence ! Pourquoi étais-je celui qui avait des ennuis !?

« Donc tu n’étais pas content de nous voir dans nos maillots de bain ? Je sais que tu nous regardais beaucoup. »

« Eh bien... C’était, euh... »

« J’ai fait de mon mieux pour choisir un bikini qui allait bien avec celui de ma sœur, et ce n’était pas suffisant ? Tu es du genre à voir une différence entre les maillots de bain et les sous-vêtements, n’est-ce pas ? »

El-Elle fait vraiment peur ! Linze ne regardait rien en particulier, marmonnant quelque chose rapidement pour elle-même. Même les autres filles étaient un peu confuses. Leen s’échappa, alors qu’un sourire malicieux se répandait sur son visage.

« Hé, je vais aussi te montrer ma culotte ? Cela semble être la chose à la mode de nos jours. »

« Désolé, mais pourrais-tu te taire s’il te plaît ? »

Le sourire de Leen ne fit que grandir. Elle appréciait clairement la scène qui se déroulait. Non, mais sérieusement... pourquoi étais-je choisi ? Je n’avais rien fait de mal !

« On dirait que tu ne sais pas pourquoi elles sont en colère contre toi. »

Leen m’avait vraiment épaté. C’était comme si elle avait lu dans mes pensées. Est-elle une esper [1] !? A-t-elle un sort Néant pour ça !? Ce serait bien de le savoir maintenant ! Donne-le-moi !

« Laisse tomber ça. Si tu veux le pousser plus loin, tu devrais clarifier ta relation avec lui. Dans tous les cas, tu devrais être au même niveau que la princesse Yumina. »

« ... Oui, d’accord. »

Les mots de Leen firent hocher la tête de Linze.

Je ne comprenais pas. Elles m’avaient complètement fait perdre le fil de la conversation. Je levais les yeux pour voir Elze qui avait un sourire ironique sur son visage. Elle tapotait doucement Linze sur l’épaule. Je ne comprenais pas, mais... était-ce fini, non ?

« Seul le maître, Touya, peut donner l’ordre qui abaissera le niveau de la barrière. À un niveau inférieur, la communication devrait être possible. Cependant, ses pouvoirs administratifs ne s’étendent pas au-delà de ce jardin. À moins que quelque chose ne pousse les autres installations à abaisser leurs propres barrières, nous serons incapables d’entrer en contact, n’est-ce pas ? »

« Exactement. »

Leen et Cesca nous avaient ramenés à l’objet du problème.

J’avais utilisé la carte de mon smartphone pour rechercher « Babylone », mais je n’avais pas eu une seule marque. Même le jardin sur lequel nous étions debout n’était pas marqué. J’avais pris cela pour signifier que les barrières empêchaient ma magie [Recherche].

« Tu flottais depuis si longtemps. N’aurais-tu pas dû rencontrer l’un des autres morceaux au moins une fois. »

« Seulement deux fois. Une fois, il y a trois mille vingt-huit ans, et il y a neuf cent quatre-vingt-cinq ans. La première fois, c’était la bibliothèque, tandis que la deuxième rencontre était avec le stock. »

Bonne supposition, Yumina. Mais même ainsi, beaucoup d’années séparaient les rencontres. Ce n’était pas comme si nous pouvions rester là à attendre que ça se reproduise...

« Donc, pour trouver les autres pièces de Babylone, nous n’avons alors pas d’autre choix que de chercher les cercles de téléportation. »

Leen poussa un long soupir. Attends, nous allons réellement le faire ? Je ne pouvais pas m’empêcher de me sentir un peu réticent...

« Est-ce que tu sais où sont les autres cercles de téléportation ? »

« Négatif. Je ne connais même pas l’emplacement de celui qui t’a amené ici. D’ailleurs, où est le cercle de téléportation du jardin ? »

« Sous la mer, juste au large des côtes du sud d’Eashen. »

« Eashen... ? Aucun emplacement n’existe dans ma base de données. »

Ça avait du sens. Eashen n’existait probablement pas il y avait environ cinq mille ans. Quoi qu’il en soit, il était troublant que Cesca ne connaisse pas l’emplacement des autres cercles de téléportation. Cela rendrait les choses considérablement difficiles. Mince, le premier cercle de téléportation était profondément sous l’eau. Ce ne serait pas inhabituel si les autres n’avaient pas survécu aux cinq mille ans pour lesquels ils avaient dû être présents. Cela étant dit, les trouver ne serait pas une tâche impossible s’ils étaient tous logés dans des ruines comme le premier.

« De toute façon, pourquoi Babylone s’est-elle séparée ? L’étaler partout dans le monde comme ça fait que le réunir semble presque impossible... »

« Je ne suis pas au courant des raisons pour lesquelles le Dr Babylone a séparé les installations. Après tout, je ne l’ai jamais demandé. »

Je me demandais si elle avait une raison particulière de le faire. Après tout, cela aurait tout aussi bien pu être quelque chose comme une blague.

Bon sang, ma foi dans le Dr Babylone diminuait à mesure que je pensais à elle. Il n’était probablement pas agréable de supposer qu’une personne disparue depuis longtemps était une sorte de pervers...

« Alors, Touya. Qu’est-ce que tu vas faire d’elle ? »

« Je ne sais pas quoi répondre à ça... »

La question d’Elze me fit réfléchir. Elle était seule depuis cinq mille ans. Cela lui donnait l’aspect d’un personnage assez tragique, mais...

« Qu’est-ce que tu veux faire, Cesca ? »

« Eh bien, je veux être avec toi, cher maître. De l’aube au crépuscule. De la salle de bain à la chambre. »

Ces mots m’avaient mis mal à l’aise. J’étais tenté de partir et de prétendre qu’aucun des événements de ce jour n’était arrivé. Oh merde, Linze marmonnait encore quelque chose !

« Eh bien... est-ce que ça te convient vraiment d’être séparé de ce jardin ? Il ne peut pas se maintenir sans ta gestion, n’est-ce pas ? »

« Pas besoin de s’inquiéter à ce sujet. Je sais instantanément si quelque chose arrive au jardin, et j’ai la possibilité de me téléporter ici à volonté. Le jardin se maintient très bien en mode auto, donc il n’y a pas de problèmes à cet égard. »

Bon sang. Mon chemin d’évasion était bel et bien fermé. Il semblerait maintenant que je n’avais pas d’autre choix que de l’emmener.

« Dans cet esprit, je souhaite t’enregistrer comme le maître du jardin. Je suis déjà à toi, mais je dois également rendre ta propriété du jardin officiellement. »

« Enregistrement ? Qu’est-ce que je dois faire ? »

« Excuse-moi un instant. »

Cesca s’approcha de moi avant que je puisse sortir de ma chaise. Elle posa ses mains sur mes joues et, comme si ce n’était pas grave, elle poussa ses lèvres contre les miennes.

« MmMpPh !? »

« AAAAAAHHH !! »

Quatre cris retentirent autour de moi. Cependant, Cesca les avait ignorés et avait continué à forcer sa langue dans ma bouche. Qui ? Elle... Hein ? Quoi ? Qu’est-ce qu’elle était — explique-toi !? Finalement, elle avait libéré mes lèvres de ses lèvres fermées, ce qui m’avait donné un moment pour traiter le fait qu’elle m’avait embrassé.

« Qu-Quoi ? »

Un bruit étrange s’était échappé de ma bouche. Mais comment pouvais-je réagir ? Elle avait nonchalamment emporté mon premier baiser. Elle me l’avait volé, en fait.

La voleuse en question lécha ses lèvres comme pour les goûter et ferma les yeux.

« Inscription complète. J’ai consommé et enregistré les informations génétiques de mon maître. La propriété du jardin sera maintenant transférée à Mochizuki Touya. »

« Hé, qu’est-ce que tu penses avoir fait !? »

Yumina se rapprocha de Cesca. Avec ses petites mains levées haut, elle rendait sa colère extrêmement claire.

« Q-Quelle personne est-elle censée e-e-e-embrasser quelqu’un comme ça !? Même moi, je n’ai pas encore eu le mien ! Je n’ai pas encore reçu le mien, tu sais ? »

A-t-elle simplement dit deux fois la même chose ? Son visage était rouge comme une betterave, et je ne pouvais même pas dire si elle était folle ou énervée. Quoi qu’il en soit, pour une raison inconnue, je l’avais trouvée plutôt adorable.

« Je crois que c’est le moyen le plus efficace de récupérer des informations génétiques. Je ne peux pas supporter en moi les enfants, mais la méthode de récupération alternative aurait tout de même pris plus de temps. »

« En-Enfants !? »

Le visage de Yumina devint encore plus rouge. Je ne savais pas si c’était juste mon imagination, mais j’avais juré que je pouvais voir de la vapeur sortir de sa tête. Soudainement, quelqu’un s’était tenu devant moi, bloquant ma vision de la scène. Je levais les yeux pour voir Linze, me jetant un regard sévère. Ses mains étaient sur ses hanches.

Oh, les choses se présentaient plutôt mal pour moi. Après tout, j’avais des sens améliorés qui m’informaient d’un danger sérieux. Je m’étais résigné à la peur et j’avais fermé les yeux.

« Touya... »

« O-Oui !? »

« Je t’aime. »

J’étais désolé, quoi ? Ses mots si soudains me firent écarquiller les yeux, et quand je levais à nouveau les yeux sur elle, je vis que le visage de Linze était aussi rouge que celui de Yumina.

Elle ferma rapidement les yeux, rassembla sa détermination et pressa précipitamment ses lèvres contre les miennes.

C’était un baiser, sans aucun doute, mais contrairement à celui de Cesca, il était maladroit et énergique.

« Hgmgh!? »

« AAAAAHHHH !! »

Trois cris retentirent dans les jardins suspendus de Babylone.

Notes

  • 1 Un humain avec certains types de pouvoirs surnaturels, le plus souvent un ou plusieurs des éléments suivants :
    – 1. Perception Extra Sensorielle (esp)
    – 2. Pouvoir sur les quatre éléments (Feu, Terre, Eau, Air)
    – 3. Voyage dans le temps
    – 4. Pouvoir de manipuler l’espace et la matière

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires

  1. Merci pour le chapitre et bonne continuation!

Laisser un commentaire