Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 3 – Chapitre 2 – Partie 2

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 2 : L’héritage de Babylone

Partie 2

Je m’étais revêtu de mon maillot de bain, j’avais marché sur la plage et j’avais commencé à faire des exercices d’échauffement. Eh bien, je n’avais aucune idée du genre d’exercices que je devais faire pour me préparer à nager, alors j’avais juste fait la gymnastique de la radio à laquelle j’étais habitué. Alors que je faisais face à l’océan et faisais mes une-deux-trois, j’avais soudainement entendu quelqu’un m’appeler.

« Quel genre de danse est-ce ? »

Je me retournai pour voir Elze, qui était déjà en maillot de bain. Linze se tenait juste derrière elle.

Les coupes de leurs bikinis étaient exactement les mêmes, avec des bordures blanches. Cependant, celui Elze était rouge, alors que celui de Linze était bleu. La partie inférieure était une colonne montante qui devait être attachée sur le côté.

Linze portait également une longue parka bleu-pastel. Je m’étais dit qu’elle était timide au sujet de ses vêtements. Il allait sans dire qu’elles avaient de beaux corps, et honnêtement, j’avais du mal à trouver où fixer mon regard. Cependant, j’avais rapidement pu confirmer que la petite sœur était celle qui avait les seins les plus gros.

« Ce n’est pas une danse. Je fais des exercices d’échauffement. Je ne veux pas juste sauter dedans et avoir une crampe instantanée, tu sais ? »

« Oh, très bien alors. Est-ce ainsi que ça fonctionne ? Eh bien, je vais y aller. Je pense que je vais te croire. »

C’était un fait, bon sang ! Je n’avais pas besoin de toi pour me faire croire en ça. Je lançais un regard noir à Elze alors qu’elle tournait légèrement les poignets et les chevilles, étirait un peu les tendons de ses jambes, tournait sa taille et courait directement dans la mer.

« Oh, je vois qu’Elze-dono est déjà dans l’eau, n’est-ce pas. Alors je vais la rejoindre. »

Yae était déjà à mes côtés, souriant de ce qu’elle voyait. Je n’avais même pas remarqué son approche. Elle portait un bikini violet clair qui devait être attaché sur les côtés, et un dos nu. Une partie de moi s’attendait à ce qu’elle porte un sarashi et un bikini rouge, mais j’avais décidé de ne jamais dire un mot à ce sujet. Après tout, c’était ses sous-vêtements habituels, et c’était une situation où l’on portait des maillots de bain.

Oh, maintenant c’était ma chance de mieux les voir... Ils étaient énormes. Wouah... elle les liait toujours avec un sarashi, donc la différence entre ça et son apparence normale me décourageait vraiment.

Yae avait complètement ignoré mon regard abasourdi et avait couru dans l’eau.

« Tu ne vas pas nager, Linze ? »

« Ah, je-je ne suis pas très douée pour la nage, alors je vais juste me reposer à l’ombre... »

Linze se plaça dans une zone proche sans soleil. Linze ne semblait pas être une fille particulièrement solide. Je pourrais seulement espérer qu’elle n’avait pas eu quelque chose comme une insolation.

« Touya ! »

« Oi fiérot ! »

Tout de suite, les petites dames se ruèrent vers moi.

Toutes les deux étaient en maillot de bain une pièce. Sue était en jaune et avait des fioritures partout sur la poitrine, tandis que celui de Renne était rouge avec des points blancs partout et des volants autour de la taille.

Elles avaient l’air tout simplement adorables. Il n’y avait aucun risque que je devienne nerveux ou timide avec ces deux-là. Sue était dans une bouée de natation, tandis que Renne tenait un ballon de plage.

« Assurez-vous de ne pas aller trop loin dans la mer. Ce n’était pas comme si c’était profond ici, mais vous devriez rester proche des autres. »

« Je sais. Tout ira bien. Laisse-nous y aller, Renne ! En avant ! »

« Compris, sœurette ! »

Sue prit la main de Renne et la conduisit à l’eau. « Sœurette », hein ? Eh bien, j’étais juste content de voir qu’elles s’entendaient si bien. Comme Renne étant plus jeune, j’avais eu l’impression que Sue aimait d’être capable de jouer la « Grande Soeur » avec elle.

« Elles s’entendent si bien. »

« Wouah !? » La voix de Cécile me surprit jusqu’à me faire reculer. J’aurais aimé qu’elle n’approche pas des autres sans donner même un indice de sa présence. Là encore, cela montrait vraiment quelle était sa véritable vocation. Cécile portait un bikini vert-émeraude avec un paréo de la même couleur enroulé autour de sa taille. C’était un maillot de bain standard, sans propriétés suggestives à proprement parler.

Cela étant dit..., ses seins étaient même plus gros que ceux de Yae, et je ne pouvais pas m’empêcher d’y jeter un coup d’œil occasionnel. J’avais toujours pensé qu’ils étaient gros, mais cette poitrine pourrait même passer du territoire « gros » pour aller profondément dans celui de l’« énorme ». Je supposais que c’était le vrai pouvoir de la maturité dont j’avais tellement entendu parler. Elle était entièrement équipée...

« Lady Sueee, Renneeee ! Laissez-moi vous rejoindre ! »

Cécile se mit à courir. J’avais profondément observé ses mouvements.

... Boeing... Boeing... Boeing... Boeing... valait mieux le dire et plutôt deux fois qu’une — c’était un très beau spectacle.

« Je me demande si les plus gros flottent vraiment... »

« Gros, quoi ? »

« Hyahh !? »

Lapis se tenait derrière moi avec une expression perplexe sur son visage. Encore !? Arrête de cacher vos présences, bon sang !

« Qu’est-ce qui est supposé flotter ? »

« Hein !? Eh-Eh b-bien, la bouée de natation, bien sûr ! Je me demandais si ça flotterait bien ! »

« ... Cela semble bien flotter, monsieur. »

« C’est sûr ! »

Lapis, qui regardait Sue et les autres, était vêtue d’un maillot de bain bleu-marine qui ressemblait à un combo d’un débardeur et d’un short. Pour une raison inconnue, elle tenait un plateau d’argent.

« Qu’est-ce que c’est ? »

« Eh bien, il y a du travail à faire. J’apportais juste quelques verres aux Dames et aux autres. » Lapis détourna les yeux et je suivis son regard pour voir la reine et la femme du duc allongées sur des chaises de plage sous un parasol. La table entre elles possédait une paire de boissons tropicales, apparemment apportées par Lapis.

« Lapis... tu es libre de te détendre, tu sais ? »

« Ah, ne vous inquiétez pas pour moi. Je m’amuse beaucoup ! Cécile et moi changeons de poste de travail de temps en temps. »

Avec un large sourire sur son visage, Lapis traversa la [Porte] menant à notre maison. Elle était vraiment une servante exemplaire. Je n’aurais pas dû m’attendre à moins de la part d’un membre de la guilde des servantes.

Euh... ? J’avais entendu un grand bruit, je m’étais tourné vers sa source et j’avais vu Sa Majesté le Roi plonger dans l’eau. Cela ne semblait pas sûr... Oh, il était sorti. Je devine que cet endroit devait être assez profond. Le duc Ortlinde et le général Léon allaient bientôt le suivre. Étaient-ils... Étaient-ils dans une course ? Que diable faisaient-ils maintenant... ? Ces trois hommes agissaient comme de petits enfants.

« Touya. »

Je regardais le roi et ses amis, complètement éberlués par leurs ébats, quand Yumina m’appela. Le mignon bikini blanc avec volants sur la pièce du haut et du bas semblait très bien sur elle. Elle se retourna et me regarda droit dans les yeux.

« Bien ? Qu’en penses-tu ? »

« Cela va très bien sur toi. Tu es adorable. »

« Hehehehe. Merci beaucoup... »

Huh, cet éloge était venu naturellement... Était-ce parce que je la considérais encore comme une enfant ? Je supposais que ça devait être ça. En fait, maintenant que j’y pensais, je ne devenais pas énervé ou timide en regardant son corps. Je supposais qu’elle ne pouvait tout simplement pas capturer mon cœur comme elle était maintenant.

« Touya, allons-nous nager ensemble ? »

Yumina serra ses bras. Euh... Tu pressais ta poitrine contre moi... Je ne pouvais pas dire si elle le faisait exprès ou non. Je ne l’avais pas réalisé avant... mais elle montrait des signes évidents de développement...

C’était doux... Oh non, mon visage allait devenir rouge, ack... ! Attends, j’étais excité ! « Impossible de capturer mon cœur », mon cul ! ELLE LE CAPTURAIT MAINTENANT ! AIDEZ-MOI !

« Je-je dois enquêter sur les ruines, tu sais. Je viendrais avec toi quand j’en aurai fini avec ça. »

Je me glissais hors de l’emprise de Yumina et je lui fis une rapide promesse. Elle avait semblé légèrement insatisfaite, mais n’avait pas pris trop de temps pour être d’accord.

« Assure-toi de venir jouer avec moi quand tu auras fini, d’accord ? »

Yumina courait vers Sue avec un sourire sur son visage.

Franchement, c’était proche... Mes défenses mentales s’effondrent déjà maintenant. Eh bien, peut-être que ce n’était pas si mal... en vérité, est-ce le cas ? Après tout, Yumina est mignonne. Il n’y a pas vraiment de doute sur cela... Si j’étais obligé de dire si je l’aimais ou la détestais, bien sûr, je choisirais la première. Mais je ne sais pas si je peux la regarder d’une manière romantique ou quoi que ce soit... D’accord, qu’en était-il de ça... ? Si Yumina trouvait un mec qu’elle aimait... et elle venait de me dire qu’elle allait l’épouser. Attends. Non, pourquoi voudrais-je penser à ça !? C’est nul ! Je me rends juste énervé en pensant à quelque chose de stupide ! Argh... que diable... est-ce juste de la jalousie ? Je n’en suis pas vraiment sûr. Non non. Ça ne peut pas être ça. Yumina est pour moi aussi précieuse qu’une petite sœur, donc mes instincts fraternels n’aiment tout simplement pas l’idée de l’envoyer avec un mec au hasard... non ? Ce doit être ça, sûrement. Certainement... Probablement, pensais-je.

« Pourquoi as-tu cette expression pensive ? »

« Euh... ? »

Je me retournai pour voir Leen, vêtu d’un bikini noir d’adulte avec des lacets blancs, tenant un parasol noir.

Si elle était si opposée à l’idée de se baigner dans la lumière du soleil, elle aurait pu choisir de ne pas porter de bikini, mais l’appeler comme ça serait une sorte de trouble inexplicable dans le grand schéma des choses. En outre, il y avait des choses à dire à propos d’une personne portant un maillot de bain taille basse, deux pièces, un maillot de bain bas tout en ayant une si petite carrure.

Je n’allais rien dire jusqu’à ce que je vois l’ours autonome faire des exercices d’échauffement en portant un maillot de bain à bordure rouge et noir tout droit sorti du début du XXe siècle.

« Attends. Paula, tu vas nager ? »

Elle se frappa la poitrine comme pour dire « Bien sûr que je vais nager ! » Je jetai un coup d’œil interrogateur à Leen, et la fée riait en réponse.

« Je ne lui ai pas donné ma [Protection] pour rien. Elle est complètement imperméable. »

Franchement, la [Protection] semblait être un grand sort. J’allais devoir le lancer sur mon smartphone. Au sujet de mon smartphone, je l’avais laissé dans la tente vestiaire. Je me demandais si Kohaku était toujours là.

« Eh bien, je pense qu’il est temps de nager. »

J’avais commencé à me diriger vers la mer, et Paula n’était pas loin derrière moi. Est-ce qu’elle allait vraiment bien ?

Paula arriva sur le rivage, se prépara à une course extraordinaire dans l’eau... et fut rapidement frappée au visage par une vague. Elle avait roulé de nouveau sur la plage. Paula, qui n’était pas du genre à abandonner, retourna vers la mer. Et, comme une horloge, une vague l’avait frappée et l’avait renvoyée sur la plage. Je n’avais aucun doute qu’elle serait piégée dans cette boucle toute la journée.

Je détournais mon attention d’elle et je m’aventurai dans la mer. J’avais atteint le point où mes pieds étaient incapables de toucher le sol et se déplaçait en nageant la brasse.

Cela devrait être ici... Je pris une profonde inspiration et je plongeais vers le bas.

L’eau était limpide, donc je pouvais voir tout ce qui se trouvait en dessous et autour de moi sans trop de problèmes. Voilà, les ruines que j’avais cherchées. Diverses grandes dalles étaient disposées dans un cercle de pierre, au centre duquel se trouvait un petit bâtiment qui ressemblait à un temple. Je plongeai plus bas et je regardais à l’intérieur de l’entrée pour voir un escalier qui descendait.

Il faisait sombre là-bas, donc je ne pouvais pas être sûr, mais j’avais le sentiment que ça allait vraiment loin. À ce moment-là, j’avais vraiment besoin de reprendre mon souffle, alors j’étais remonté à la surface.

Je n’avais pas perdu de temps. Après avoir pris un nouvel apport d’oxygène, j’avais plongé une fois de plus. J’étais immédiatement allé droit à l’escalier de pierre en dessous, mais encore une fois j’avais été contrarié par mes fragiles poumons humains.

Je ne pouvais pas le faire comme ça. Je pouvais seulement retenir ma respiration pendant environ une minute.

Je voulais désespérément savoir ce qu’il y avait au bas de ces escaliers. Je voulais savoir, mais il y avait une limite à ce dont j’étais capable. Je n’avais pas beaucoup accompli, mais c’était le mieux que je pouvais faire. Je n’avais pas d’autre choix que de retourner au rivage.

Une fois de retour, j’avais vu Paula faire face aux vagues et essuyer le « sang » imaginaire de sa bouche, comme pour dire « Tu es... plutôt bon. » Elle essayait toujours ?

J’avais raconté à Leen ce que j’avais vu et je m’étais assis sur la plage.

« Donc c’est au fond de la mer, n’est-ce pas... ? Que devrions-nous faire maintenant, alors... ? Je devrais peut-être essayer d’appeler Marion ? »

« Marion ? »

« La matriarche du clan des Espèces Marines de Mismede. Une vieille amie à moi. Elle n’aurait aucun problème à faire des choses sous l’eau... mais il se trouve qu’elle est tout simplement recluse. »

Leen croisa les bras et commença à réfléchir.

J’avais essayé de suggérer d’inviter d’autres membres de cette espèce, mais selon Leen, la partie « recluse » faisait référence à une politique partagée par toutes les Espèces Marines qui vivaient à Mismede. En bref, elles avaient fait tout ce qu’elles pouvaient pour ne pas se mêler des affaires des habitants de la surface, alors l’arrivée de l’un d’entre eux n’était pas une option.

« Il est surprenant qu’une race comme celle-là ait accepté de participer à la fondation de Mismede. »

« C’est le résultat de ma capacité de négociation. Ce n’est pas une mauvaise fille, et si tu connais quelqu’un pendant cent ans, tu as tendance à savoir ce qu’elle pense. » Cent ans... ? Bon sang, l’ampleur de ce dont parle Leen était toujours trop importante pour moi.

« Eh bien, laissons cela pour aujourd’hui. Va et amuse-toi maintenant. Si je te garde trop longtemps, les autres m’en voudront, j’en suis sûre. »

Avec ces derniers mots, Leen se déplaça pour aller voir Paula. Les autres ? Soudainement, mon odorat fut submergé par le parfum attirant de la viande cuite. Je m’étais levé et j’avais regardé d’où le vent venait. Là, j’avais vu Micah et Créa, toutes deux vêtues de tabliers. Elles étaient debout et se réjouissaient devant une plaque de cuisson en fer. Micah portait un bikini orange, tandis que celui de Créa était rayé de noir et blanc. Et comme ces deux-là étaient cuisinières, je n’avais pas été surpris qu’elles s’entendissent bien.

Non loin d’eux, je vis Aer, qui portait un maillot de bain à une pièce à motifs de fleurs, qui obligeait Linze à refroidir un récipient métallique. Oh, on dirait qu’elles faisaient de la crème glacée. On dirait que ce sera notre dessert.

J’avais alors remarqué que Julio apportait des ingrédients à travers la [Porte] menant à notre maison. Apparemment, le chapeau de paille que je lui avais fait faisait partie de son look. Je ne l’avais pas encore vu l’enlever.

J’avais décidé d’aider, mais en marchant là-bas, j’avais remarqué quelque chose qui avait besoin de mon attention.

« ... Qu’est-ce que tu fais ? »

Deux majordomes, ignorant la chaleur mortelle et toujours vêtus de leur costume noir habituel et de leur combinaison de gants blancs, regardaient quelque chose à travers des paires de lunettes d’opéras.

« Pour voir si elle est en sécurité, j’observe Lady Sue. »

« Pour la même raison, j’observe la princesse. »

... Ces frères semblaient un peu surprotecteurs. Attendez, le maître de Leim était le duc et Laim était mon majordome. Qu’en était-il de ma sécurité ?

Bien, je n’avais pas vu de raison de dire cela, donc je les avais juste laissés à leurs affaires et j’avais tracé ma route vers la nourriture. Cela m’avait mis en appétit.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Merci pour le chapitre et bonne continuation!

  2. ... Boeing... Boeing... Boeing... Boeing ? Et Airbus alors ? 🙂

Laisser un commentaire