Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 3 – Chapitre 2 – Partie 1

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 2 : L’héritage de Babylone

Partie 1

 

Trois jours s’étaient écoulés depuis l’incident avec Kansukay.

Au début, les choses avaient été assez agitées, mais la terre de Takeda avait rapidement retrouvé sa stabilité et avait trouvé un nouveau seigneur. Apparemment, Kousaka — celui de l’élite des quatre qui avait demandé notre aide avait caché pendant tout ce temps l’enfant du Seigneur Schingen de Kansukay.

Le nécromancien était pleinement conscient de l’existence du garçon, mais avec le Seigneur Schingen lui-même qui était déjà sa marionnette, il n’avait probablement pas beaucoup réfléchi à utiliser l’enfant. Au moins, c’était à première vue ce qui s’était passé. Il n’y avait aucun doute que ce chaos n’était causé que par Kansukay, mais je ne pouvais m’empêcher de me demander si le sorcier que nous avions combattu dans le jardin agissait de sa propre volonté.

J’aurais pu penser à des choses excessives, mais une partie de moi croyait que même après que l’artefact l’ait privé de sa santé mentale, Kansukay avait inconsciemment essayé d’éviter de blesser l’enfant de son défunt seigneur.

Quoi qu’il en soit, le fils en question, Takeda Khatsuyohri, devint le nouveau seigneur féodal, et les quatre élites furent de nouveau les conseillers les plus proches du Seigneur de Takeda.

Et pour m’assurer que cela continue bien, je leur avais dit d’éviter d’ouvrir un conflit avec Oda. Là encore, considérant que mon monde précédent et celui-ci n’étaient pas complètement synchronisés, mon inquiétude et l’avertissement auraient pu être inutiles. Mais j’avais pensé que je n’aurais pas été très content si dans quelques années, j’étais soudainement informé que Takeda avait été anéanti, c’est le moins qu’on puisse dire.

Après cela, nous avions décidé de tracer notre route vers notre destination d’origine, les Ruines de Nirya.

On nous avait dit qu’elles étaient au bord du territoire de Shimazu, vers la partie la plus méridionale d’Eashen. Heureusement, le vieux Baba avait visité l’endroit quand il était jeune, donc tout ce que je devais faire était de lui faire partager ses souvenirs avec moi.

En toute honnêteté, tenir la main et toucher le front d’un vieil homme costaud était quelque chose ressemblant à un gage dans un jeu bizarre.

« Père, Mère, Frère, Ayane. Je vais y aller. »

« Très bien, prends soin de toi. »

« Touya-san, s’il vous plaît, prenez soin de ma fille. »

Alors que nous faisions nos adieux à la famille de Yae dans sa maison à Oedo, Nanae baissa la tête vers moi. Ne sachant pas comment réagir, je m’étais incliné de la même manière. Jutaro et Ayane se tenaient aux côtés de Nanae, nous souriant tous.

« Nous reviendrons vous rendre visite quand nous aurons du temps libre. Vous êtes aussi invités à visiter ma maison à Belfast. »

Nous attendons ça avec impatience. J’avais donné une poignée de main à Jutaro et j’ouvris une [Porte] menant aux ruines.

Après que nous l’ayons traversé, tout en faisant encore nos adieux à la famille de Yae pendant tout ce temps, nous avions été accueillis par une belle plage de sable.

Une mer infiniment large caressait doucement le sable blanc. Je pouvais voir au loin une zone rocheuse et une petite forêt, mais c’était à peu près tout ce qu’il y avait comme diversité de paysages.

Avec un seul regard sur la carte, j’avais découvert que nous étions sur une petite île déserte. Eh bien, désert n’était peut-être pas le bon mot, étant donné que le continent n’était qu’à une distance de deux cents mètres.

La mer vert émeraude nous éblouissait à cause de la lumière étincelante qu’elle reflétait. Je m’étais rappelé avoir lu quelque chose à propos du sable blanc qui était blanc parce que beaucoup de coraux et de coquillages étaient cassés en petits morceaux et mélangés au sable.

« Wôw, c’est tellement beau... »

Yumina traversa le sable blanc, les yeux fixés sur la mer. Kohaku était juste à côté d’elle, ayant manifestement du mal à marcher, pendant que Paula, l’ours autonome, gambadait rapidement comme si c’était quelque chose de normal. Franchement ? Qu’est-ce qui se passe avec la [Programmation] de cette chose ?

Contrairement à l’ours, son maître marchait gracieusement sur le sable avec un parasol dans les mains. Attends, où as-tu eu ça ?

« Cela fait un moment que nous ayons vu la mer. »

« Tu as raison, sœur. » Les jumelles avaient respiré la brise de la mer salée et étaient allées de l’avant, laissant derrière elles des empreintes de pas dans le sable.

Yae les avait suivies, mais avant qu’elle puisse les rattraper, elle s’était arrêtée pour enlever ses sandales et ses chaussettes. Elles étaient probablement pleines de sable, et cela m’énerverait également...

« Aie ! Chaud ! Chaud chaud chaud ! »

Franchement, Yae. Avec le soleil comme ça, qu’espérais-tu ? Il n’était même pas midi, et pourtant le soleil, suspendu dans le ciel bleu et clair, nous brûlait déjà. Toute la chaleur de la lumière avait transformé la plage de sable en un petit enfer.

Yae avait choisi d’éviter la chaleur en sautillant sur une jambe puis l’autre, se précipitant vers la mer. Cela ressemblait à une danse étrange.

Et bien, cet endroit ferait vraiment un super hôtel, mais où sont ces ruines ? Attends, Jubei n’a-t-il pas dit quelque chose à propos de leur localisation au fond de la mer ? Était-ce vraiment le cas ? Je ferais mieux de m’en assurer...

J’avais lancé une recherche sur ma carte pour les « ruines ». Instantanément, une flèche était apparue.

Jubei n’avait pas menti, c’était vraiment au fond de la mer. D’après la carte, c’était à une centaine de mètres devant nous, sous les vagues. Je ne pouvais rien voir d’un simple coup d’œil. Je supposais que nous allions devoir plonger.

« Leen. Connais-tu des sorts qui permettent aux personnes de survivre sous l’eau ? »

« Je ne connais que la magie qui permet aux gens de marcher sur l’eau. Je me souviens avoir entendu parler d’un sort Néant qui permet à l’utilisateur de respirer sous l’eau, mais je n’étais pas intéressée, alors j’ai oublié son nom. »

Bon sang, Leen, c’était la partie la plus importante... Je supposais que je devais plonger et confirmer en premier l’existence des ruines. Si j’avais un maillot de bain, je me changerais déjà, mais ce monde n’en avait même pas. Entrer avec mes sous-vêtements serait également embarrassant...

J’avais marché jusqu’à l’endroit où la mer rencontrait le sable, où Elze, Linze, Yae et Yumina s’amusaient dans les vagues du rivage. De la façon dont elles se disputaient, il était évident qu’elles s’amusaient.

« L’eau froide est si bonne ! Malheureusement, nous n’avons pas apporté nos maillots de bain. Je veux aller nager. »

« ... Attends un peu. Les maillots de bain existent-ils vraiment ? »

Les mots d’Elze me firent presque geler sur place. J’avais toujours eu l’impression que ce monde n’avait pas de maillot de bain.

« Hm ? Je pense que la plupart des magasins de vêtements les vendent. J’ai même entendu dire qu’il y a différents types de maillots de bain qui sont vendus selon la région. »

Linze avait répondu à ma question. Oh, donc les maillots de bain existaient...

« Eh bien, nous sommes déjà sur la plage, alors nous pourrions aussi bien en profiter. »

Quand il s’agissait de vêtements, il n’y avait pas de meilleur endroit pour nous que la boutique de Zanac, alors j’avais ouvert une [Porte] qui nous connectait à Reflet.

Cela faisait un moment que nous n’avions pas vu Zanac, alors notre conversation a traîné en longueur, jusqu’à ce qu’il commence à parler de la façon dont il avait récemment stocké des maillots de bain pour répondre à la demande pour la saison plus chaude. Cela tombait vraiment au bon moment.

J’avais posé la question sur l’existence d’une demande de maillots de bain ici à Reflet-qui-n’avait-pas-la-mer et on m’avait dit que les gens nageaient souvent dans les rivières voisines ou dans le lac qui était à environ une demi-journée de marche de la ville. J’avais également été informé que certains des habitants les plus aisés avaient même des piscines privées.

Comme les filles allaient évidemment prendre leur temps pour choisir leurs maillots de bain, je leur avais dit que je les récupérerais plus tard. J’avais fait un rapide détour à la maison. Si nous allions nous amuser au soleil, je ferais de mon mieux pour m’assurer que personne ne soit oublié.

« La mer, c’est ça ? »

« Wooow. Ça a l’air formidable ! »

« Miss Cécile, c’est la “mer” ? »

Mes trois bonnes avaient donné leurs réactions uniques à ma suggestion. Elles n’étaient pas contre l’idée, alors j’avais ouvert une autre [Porte] et j’avais essentiellement poussé Lapis, Cécile et Renne directement dans la boutique de Zanac.

J’étais ensuite allé à la cuisine et j’avais fait la même chose à Créa. Son mari, Julio le jardinier, allait bientôt suivre.

Laisser la maison sans surveillance était une mauvaise idée, donc, Tom et Huck ne pouvaient pas venir avec nous. J’avais fait une note mentale pour les amener plus tard.

Laim avait dit qu’il n’irait pas nager, alors je l’avais emmené directement chez Duc Ortlinde. Après tout, c’était la maison de quelqu’un qui serait vraiment en colère si je négligeais de les inviter.

« Les mers d’Eashen, hein ? Super ! Allons-y ! »

« Père ! Il m’a invité, pas toi ! »

Ce pays manque-t-il sérieusement d’affaires importantes ? Pourquoi un duc de tout un peuple est-il si désireux d’aller à la mer ? Le duc et sa fille étaient de bonne humeur. Ellen, la femme d’Ortlinde, les regardait avec un large sourire sur le visage.

J’allais ouvrir une [Porte] pour déplacer la famille du duc et leur majordome, Leim, dans la boutique de Zanac, mais le duc Ortlinde déclara quelque chose d’absurde.

« Pourquoi ne pas inviter mon frère ? »

« Hohoh, les mers d’Eashen, dis-tu ? Comme c’est prévenant de la part de mon petit frère de nous inviter. »

« Ooh... ça fait un moment que je n’ai pas apprécié la brise de la mer salée. »

« ... N’avez-vous pas les affaires du gouvernement à effectuer ? »

Alors que Sa Majesté et la reine Yuel se passionnaient dans la perspective d’aller au bord de la mer, j’avais lancé une objection rabat-joie avec ma question.

« Je n’ai absolument aucun plan pour cet après-midi. En vérité, je pensais à inviter Al pour une partie de shogi. Ça fait un moment depuis notre dernière partie, tu sais ? Donc, il n’y a pas de problèmes à cet égard ! Je suis totalement libre ! Hahahaha ! »

Je ne pouvais pas dire si c’était un bon moment ou un mauvais présage. D’une manière ou d’une autre, leurs insignes se distinguaient comme un pouce endolori, je les avais donc changés en quelque chose de plus simple. J’étais à peu près sûr que la vue de la magnifique couronne de Sa Majesté ferait tomber Zanac et qu’il tomberait par terre.

Puis j’étais allé chez le Général Leon pour lui demander une escorte pour m’assurer que le roi et sa famille iraient bien. Il n’avait pas hésité à dire qu’il prendrait lui-même le rôle. Attendez, est-ce réellement pour de vrai ? Tu es le général ! Tu as des devoirs !

« Heh! Il y aurait quelque chose de terriblement mauvais si je n’allais pas avec ce bon vieux roi pendant ses vacances ! Je vais aussi m’amuser ! »

Toujours aussi ferme et intense, Léon me frappa sur le dos et brisa encore plus ma fragile colonne vertébrale. Merde, ça fait mal ! J’avais aussi essayé d’inviter Charlotte. Elle était réceptive, mais elle avait rapidement décliné quand elle avait appris que Leen serait là. Le traumatisme devait être profond.

Une fois que le roi et sa femme étaient arrivés dans des vêtements simplistes, mais toujours chers, j’avais ouvert une [Porte] dans la boutique de Zanac.

Oh, il y avait beaucoup de gens ici maintenant. Attends... j’en comptais deux de plus qu’il ne devrait y en avoir. Quand Micah et Aer sont-ils arrivés ici ?

« Hey, ça fait un moment. Tu te débrouilles bien ? »

« Elze nous a invités. Nous ne pouvions pas refuser cette chance d’aller à la mer. »

Ah, donc c’était Elze. Eh bien, ce n’était pas vraiment un gros problème. J’avais commencé à envoyer ceux qui avaient déjà acheté leurs maillots de bain directement à la plage. Ça devenait ennuyeux, alors j’avais juste figé la [Porte] et je l’avais gardé ouvert.

Une fois sur la plage, j’avais utilisé [Stockage] pour récupérer du fer et du lin, sur lesquels j’avais utilisé [Modelage] pour créer deux tentes utilisées comme vestiaires simplistes.

Les filles en avaient eu une grosse, mais nous, les hommes, étions satisfaits avec une petite. Elze entra rapidement dans la tente et me chassa. Tu n’avais pas à me traiter comme un chien, tu sais...

J’avais continué à faire des parasols et des chaises de plage, suivi d’un parasol assez grand. Après tout, la relaxation était primordiale pendant une période de repos à la plage. Les choses seraient assez aigres si quelqu’un avait un coup de soleil. Et enfin, et non des moindres, j’avais utilisé du caoutchouc pour faire quelques balles de plage et des bouées de natation.

Plus il y avait de personnes qui avaient acheté leurs maillots de bain chez Zanac, plus il y avait des personnes qui étaient venues à la plage. Il y avait beaucoup de monde au moment où tout le monde avait fini.

Moi-même, Elze, Linze, Yae, Yumina, Leen, Lapis, Cécile, Renne, Créa, Julio, Laim, le Duc Ortlinde, Ellen, Sue, Leim, Sa Majesté le roi, la Reine Yuel, le Général Leon, Micah, et Aer. Sans compter les deux petites créatures... Nous étions un groupe composé de vingt et une personnes. Près d’un tiers d’entre nous étaient aussi des membres de la royauté. Cependant, il y avait des choses à dire, car les hommes étaient en infériorité numérique.

D’accord, comme nous sommes tous équipés de maillots de bain... Laim et Leim n’étant pas inclus, je suppose qu’il est temps de fermer la [Porte]... Attends... Merde, j’ai oublié le mien !

Je m’étais précipité à travers lui et j’avais acheté un maillot de bain simpliste de taille unique. Il était noirs et n’était pas fait de nylon ou de polyester, mais d’un matériel qui n’était pas trop différent d’eux. Il était bien élastique et avait même des propriétés hydrofuges. J’avais demandé à Zanac, et il m’avait dit qu’il avait été fait à partir des fils de cocons faits par un insecte vivant au bord de l’eau appelé le « papillon d’eau. » Apparemment, il avait été souvent utilisé pour des parapluies fantaisistes.

J’avais remercié Zanac, j’étais retourné à la plage, et j’avais créé une [Porte] fixe menant au salon de ma maison à Belfast. Je n’avais pas vraiment envie de faire de toilettes alors cela devrait bien fonctionner.

Maintenant, pour la nourriture... ça doit être un barbecue au bord de la plage. Tout ce que j’ai à faire est de préparer une plaque de fer et un feu de charbon de bois. Après tout, nous avons beaucoup de viande et de légumes dans notre garde-manger. Attends, qu’en est-il des boissons... ? Ah, je peux tout simplement faire des pots de glace et refroidir de l’eau fruitée. Oh, et... attends... c’est juste moi, ou bien suis-je le seul à travailler ici ? Non, c’est clair comme le jour ! Personne n’essaye même de m’aider ici ! Bon sang, vous tous ! Je veux aussi m’amuser ! Hm... ? Attends, en premier lieu, pourquoi allons-nous à la plage ?

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. C'est "légèrement" partie en vrille. mais bon tout ira bien,(Touya : +15 fatigue mental)

    ps merci pour le chapitre

  2. Heureusement que l'île est déserte, sinon, on aurait une alerte invasion a Eashern 🙂

Laisser un commentaire