Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 3 – Chapitre 1 – Partie 4

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 1 : La nation divine, Eashen

Partie 4

« Ça ne peut pas être... ! »

Jubei était à court de mots. Donc c’était vrai, Yamamoto Kansukay avait le contrôle complet de l’armée de Takeda.

« Schingen-dono est déjà décédé, et, à l’exception de Kousaka-dono, les quatre élites de Takeda étaient toutes emprisonnées dans les donjons. La lettre nous demandait d’arrêter Kansukay et de sauver la terre de Takeda. »

« Kousaka-sama prétend être fidèle à Kansukay. Il est en train de comploter sur le moyen de retirer Takeda de ses mains dans l’ombre. »

La kunoichi, Tsubaki, nous avait donné un peu plus d’informations. Selon elle, Kansukay cachait le fait que Schingen était mort. Il avait utilisé le cadavre comme une couverture pour mettre la terre de Takeda sous son commandement. Les quatre élites l’avaient remarqué. Trois d’entre eux avaient été emprisonnés, mais Kousaka avait fait semblant d’être loyal envers Kansukay et avait ainsi été épargné.

« En toute honnêteté, Tokugawa n’a aucune obligation de faire autant pour Takeda, mais à ce rythme, les soldats masqués sous le commandement de Kansukay ravageront nos terres. Aussi pitoyable que cela puisse paraître, le pouvoir de sauver Tokugawa et Takeda réside dans les mains de mes invités belfastiens. »

Ieyahsu m’avait regardé. Et avec cela, c’était devenu mon devoir d’infiltrer Tsutsujigasaki et de faire quelque chose à propos de Yamamoto Kansukay.

« Qu’est-ce que tu vas faire, Touya ? »

Malgré le fait de savoir la réponse, Yumina se plaça devant moi puis elle leva les yeux vers moi et me demanda ça.

J’étais donc celui qui déciderait du sort des deux terres... Eh bien, ça ne me dérangeait pas vraiment.

« Bien sûr, je vais le faire. Je vais infiltrer Tsutsujigasaki. Après tout, je veux aller aux Ruines de Nirya avec une bonne conscience. »

« Merci. »

En plus de ses mots de gratitudes, Tsubaki baissa la tête.

« Y amener un grand groupe serait une mauvaise idée, donc les seuls à devoir y aller seront moi, Tsubaki et Leen. »

Tsubaki connaissait l’organisation interne de Takeda et Leen était une fée avec une grande puissance magique, donc c’était le meilleur choix pour un bon fonctionnement. Malheureusement, Paula ne pouvait pas venir cette fois. Une fois que je lui avais dit cela, l’ours en peluche avait piétiné par frustration et avait montré très clairement qu’il était en colère. Sa [Programmation] était sacrément impressionnant...

« D’accord, allons-y et... »

« Attendez attendez ! Allez-vous vraiment vous faufiler en plein jour ? Ne devrions-nous pas attendre la tombée de la nuit ? »

Après m’être levé et être prêt à partir, Elze avait dit quelque chose d’extrêmement raisonnable.

Je suppose qu’elle avait raison... Il y aura moins de monde la nuit, et l’obscurité pouvait nous aider à nous cacher. Même si Leen nous rendait invisibles, la nuit était le meilleur cadre pour une mission furtive.

J’avais décidé de me reposer avant la mise en action du plan. Eh bien, ce n’était pas vraiment un repos. J’avais dû utiliser une [Porte] pour informer la mère de Yae que Jubei allait bien, puis je m’étais téléporté à Belfast pour dire à Laim que je ne serais pas de retour pour la nuit, entre autres choses. J’avais même dû aller à Oedo et acheter de l’alcool, de la nourriture, des flèches, de l’huile et d’autres choses pour réapprovisionner la forteresse. Avec [Stockage], ce n’était pas fatigant du tout, donc ça ne me dérangeait pas vraiment. Ieyahsu m’avait même donné de l’argent pour le faire. Beaucoup d’argent, en fait. Un service de livraison semblait plus attrayant que jamais à ce moment-là.

La journée se passa rapidement pendant que je me tenais occupé, et bientôt c’était la nuit.

« Très bien, Tsubaki, imaginez un endroit d’où vous pouvez voir la forteresse de Tsutsujigasaki. Je serais reconnaissant si vous choisissiez un endroit peu fréquenté. »

« Compris. »

Alors que Tsubaki fermait les yeux, je lui pris les deux mains. Bon sang, j’étais assez nerveux quand je le faisais avec Yae, mais c’était encore plus dérangeant de le faire avec une étrangère... Franchement, tenir la main d’une fille est assez pesant... alors pourquoi Yumina et les autres me fusillaient-elles du regard !? Je n’avais aucune idée de ce que je faisais pour mériter de tels regards, mais j’avais décidé de ne pas m’en soucier. C’était comme la chose la plus sûre à faire.

« [Evocation]. »

Je concentrais ma magie et pressais mon front contre le sien. Tsubaki était à peu près aussi grande que moi, donc je n’avais pas à me pencher comme je l’avais fait avec Yae. Assez rapidement, j’avais vu la faible image d’un grand bâtiment à un seul étage entouré de quelques fossés et d’une ville fortifiée. Donc c’était la forteresse de Takeda, Tsutsujigasaki.

« [Porte]. »

Je m’étais éloigné de Tsubaki, qui se tenait au milieu du donjon, et j’avais créé un portail de lumière menant à la forteresse de l’ennemi.

« D’accord, nous sommes partis. Kohaku, dis-moi si quelque chose arrive. »

« Compris. »

Le tigre avait répondu par télépathie. C’était une petite chose pratique qui avait permis à Kohaku et moi de parler en privé. Si quelque chose se passait ici, Kohaku m’en parlerait et je pourrais revenir en un instant.

Le premier à passer par la [Porte] était Leen. Elle avait été suivie par Tsubaki et ensuite moi-même.

Une fois à travers, la première chose que j’avais remarquée était le ciel nocturne. Il n’y avait pas de lune visible, mais plusieurs étoiles scintillaient dans le ciel. Nous étions entourés d’une forêt dense et je pouvais voir des flambeaux au loin. C’était la forteresse Tsutsujigasaki, sans aucun doute.

« Donc c’est ce que nous infiltrons... »

D’abord, j’avais décidé de l’examiner en utilisant [Détection lointaine]. Je pouvais voir des ponts construits sur les douves et, comme je m’y attendais, les portes étaient fermées.

Des hommes musclés s’y tenaient devant, et les gardaient, ils étaient vêtus d’une armure complète et ils tenaient des lances.

J’avais regardé au-delà des portes et j’avais vu une longue clôture blanche construite comme un labyrinthe. Juste à côté, il y avait un puits. Pas très loin de là, dans un espace dégagé, j’avais vu un arbre dans un jardin qui semblait être une cachette parfaite. D’accord, c’était là qu’on allait se téléporter...

« [Porte]. »

J’avais rapidement ouvert un portail et essayé de passer à travers. Cependant... au lieu de me laisser passer comme d’habitude, ça m’avait repoussé après avoir fait un pas.

« Huh? »

J’avais essayé de passer à travers à nouveau. Mais, comme la première fois, j’avais été repoussé juste après avoir mis ma jambe dedans.

« Que se passe-t-il ? »

Je penchai la tête avec confusion. Cela ne s’était jamais produit auparavant.

« Une barrière magique. C’est la chose la plus probable qui pourrait t’empêcher de traverser la [Porte]. »

« Une barrière ? » Leen était arrivée à cette conclusion après m’avoir vu essayer plusieurs fois. Je me souvenais du duc Ortlinde qui disait quelque chose de similaire aussi. Entrer par téléportation pouvait être stoppé par la plus simple des barrières... Voilà comment ça marchait...

« C’est probablement ce qu’a fait Kansukay. Après tout, je peux entrer librement. Je suis la subordonnée de Kousaka-sama. Attendez ici pendant que je détruis le talisman. »

Alors que Tsubaki s’apprêtait à entrer dans la forteresse, Leen croisa les bras et l’arrêta.

« Ne faites pas ça. Quand vous casserez une barrière, il y a de fortes chances que celui qui l’a créé le remarque. Même s’ils ne savent pas que c’est vous qui l’avez fait, les alerter n’est pas une bonne idée. »

« Alors, que devrions-nous faire ? »

Il n’y avait qu’une seule réponse possible à cette question. Rien d’autre ne marcherait.

« Leen. Infiltrons l’endroit avec la magie qui fait disparaître tes ailes. Toi et moi pourrons devenir invisibles, alors nous accompagnerons Tsubaki quand elle franchira la porte. Ça devrait marcher, n’est-ce pas ? »

« Ça ne les fait pas disparaître, ça affectera juste la vision et... Bon, d’accord. Reste là-bas, alors. »

J’avais fait ce qu’on m’avait dit. Leen posa sa main sur moi et rassembla sa magie, formant un cercle magique sous nous.

« Fais baisser, O Lumière. Canne de guidage : [Invisibilité] ! »

Après avoir prononcé le sortilège, le cercle magique s’était levé et nous avait entourés tous les deux. Une fois qu’il avait atteint le sommet de nos têtes, il s’était dispersé comme si de rien n’était.

« Tu as disparu... » Tsubaki avait exprimé sa surprise.

Oh ? Cela fonctionnait déjà ? Mais je pouvais encore voir mes bras, et le reste de mon corps ! Je pouvais voir Leen !

« Leen. Ma vision n’est-elle pas en quelque sorte affectée par ce sort ? »

« Bien évidemment. Peux-tu imaginer à quel point ce serait gênant si tu ne pouvais pas voir ton propre corps ? »

« Oh, je peux encore vous entendre. »

Tsubaki semblait légèrement soulagée. Wôw, je supposais qu’elle ne pouvait vraiment pas nous voir.

Leen avait sourit puis elle marcha derrière Tsubaki et commença à caresser ses seins.

« Fhyaaaahhh !? »

« Hey, Touya ! Pourquoi profites-tu d’elle juste parce qu’elle ne peut pas te voir ? »

« T-Touya-san !? Pourquoi... ? »

« Ce n’est pas moi ! C’est Leen ! Je suis toujours devant toi ! »

Je déplaçais le feuillage autour de moi pour indiquer ma présence. Zut, même si vous ne pouvez pas la voir, vous devriez être capable de la sentir à cause de cette sensation sur votre dos !

« Non... Ah, hé, c’est... Ahh ! »

« Hmm... Ils sont incroyablement gros. Es-tu du type de celle qui semble mince dans les vêtements ? Ils ont la taille d’un melon... »

« Ça suffit maintenant ! »

« Aïe !! »

Comme elle n’allait clairement pas arrêter les caresses, je l’avais frappée avec une prise de karaté. Un enfant de 612 ans n’avait rien à faire de si enfantin. S’il te plaît, considère l’importance de notre situation ! Alors que Leen serrait la tête et s’accroupissait de douleur, Tsubaki devint rouge d’embarras et recula. Ses bras étaient enroulés autour de sa propre poitrine. Bon travail, Leen. Tu as fait en sorte que notre amie ninja, une alliée, se méfiait de nous.

J’avais pris la parole, espérant calmer Tsubaki.

« C’est bon maintenant, ne vous inquiétez pas. Je vais lui donner un bon coup et je l’arrêterais si elle essaye de nouveau. »

« ... Vas-tu me frapper le cul ? »

« Calme-toi ! »

La blague de Leen fit reculer Tsubaki encore plus loin.

Pouvions-nous même réussir si cela continuait ainsi ? J’étais devenu un peu... Non, j’étais devenu très inquiet.

« Je suis la subordonnée de Kousaka-sama. Laissez-moi passer. »

« Je vois. Juste un instant, alors. »

Les deux gardes regardèrent le permis de Tsubaki, acquiescèrent, et ouvrirent lentement la lourde porte. L’endroit ne semblait pas avoir une entrée séparée pour les personnes individuelles.

Toujours invisibles, Leen et moi avions rapidement glissé à travers la porte ouverte aussi. Tsubaki entra un moment plus tard et les gardes refermèrent l’entrée une fois de plus. Ouf... Nous l’avions fait.

« Hey, Leen. La barrière ne devrait-elle pas dissiper notre invisibilité ? »

« En règle générale, les barrières ne font que repousser la magie qui affecte leur zone d’influence. Cela n’affectera pas le sort parce que, au lieu d’affecter la zone, cela n’affecte que nous. C’est aussi pourquoi la barrière ne devrait pas t’empêcher de t’enfuir via une [Porte]. »

Cela avait un sens pour moi. Après tout, une [Porte] n’était affectée que par sa destination. Je ne pouvais pas entrer, mais je pouvais partir sans problème. C’était aussi pourquoi ma [Détection lointaine] n’était pas dissipé. La cible du sort n’était pas la zone, mais moi.

Quoi qu’il en soit, maintenant que nous étions à l’intérieur, nous devions aller sauver les trois membres de l’élite des quatre qui étaient enfermés dans les donjons, puis les en faire sortir avec une [Porte]. Bien que s’ils étaient capables de se battre, je les ferais partir volontiers avec nous. J’avais suggéré mon idée à Tsubaki, qui avait immédiatement accepté.

« Le donjon est par ici. »

Après Tsubaki, nous l’avions suivie par une nuit sans lune.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Merci pour le chapitre et bonne continuation!

Laisser un commentaire