Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 3 – Chapitre 1 – Partie 3

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 1 : La nation divine, Eashen

Partie 3

« À propos, quelles sont ces choses qui portent des masques Oni parmi les forces ennemies ? »

J’avais finalement eu l’occasion de poser des questions à ce sujet.

« Je ne suis pas sûr. Mais je sais que jusqu’à ce que vous cassiez leurs masques, ils n’arrêtent pas de bouger même si vous les empalez avec des lances ou si vous leur coupez les bras. Ils ressemblent beaucoup à des cadavres réanimés. »

Il secoua lentement la tête en parlant. Oh, donc je suppose qu’ils ressemblaient fortement à des zombies après tout... Je regardai sur le côté et vis que Leen se penchait sur la clôture, examinant les soldats masqués. Elle réfléchissait à nouveau.

« Hm... C’est soit de la magie Néant... ou un artefact. »

« Un artefact ? Qu’est-ce que c’est ? »

« C’est un terme utilisé pour désigner les reliques étranges laissées par les civilisations anciennes, en particulier celles qui ont une magie puissante en leur sein. Je suis assez surprise que tu ne saches pas. Est-ce que cette chose dans ta main n’est pas un Artefact ? »

Elle désigna mon smartphone, me forçant à me sortir de la situation avec un sourire paniqué sur le visage.

Des artefacts... Donc, il y avait une chose comme d’anciens objets magiques, hein ? S’il y avait une sorte de contrôleur qui permettait à l’utilisateur de manipuler des cadavres, ces masques seraient comme des récepteurs, enfin, je suppose.

« Eh bien ! Quoi qu’il en soit, ces choses masquées sont gênantes. [Paralysie] ne fonctionne pas sur eux, il est donc préférable de les détruire tous en une seule fois. »

« ... Qu’est-ce que vous venez de dire ? »

Alors que Jutaro me lançait un regard curieux, j’avais ouvert l’application cartographique du smartphone et lancé la recherche « soldats Takeda masqués. » Des épingles tombaient sur l’écran, montrant tous les soldats masqués près de la forteresse. J’avais touché l’un d’entre eux, et tous les autres avaient été ciblés à la fois.

« Qu’est-ce que c’est... ? »

Chuchota quelqu’un, alors je levais les yeux et remarquais une véritable marée de petits cercles magiques qui brillaient dans le ciel. Parfait... [Multiplication] les avaient verrouillé.

Je levais la main vers le ciel, concentrais ma magie, prononçais le sortilège et lâchais l’enfer sur mes ennemis.

« J’ai besoin de ta force, Lumière ! Lance scintillante : [Javelot brillant] ! »

Des lances de lumière jaillissaient des cercles magiques et s’élançaient vers leurs cibles. C’était comme si la lumière elle-même pleuvait du ciel. Principalement parce que la lumière elle-même était, en fait, réellement tombée du ciel.

La terre commença à gronder, des nuages de poussière furent balayés du sol, et des étincelles errantes de lumière apparurent au milieu du chaos. La cadence des attaques répétées avait créé un beau spectacle de lumière.

Quand la pluie cessa, plus de la moitié de l’armée de Takeda avait été neutralisée.

Ensuite, j’avais changé ma recherche pour « soldats Takeda » et verrouillée sur eux.

« Eh bien, ce ne sera pas si difficile. [Paralysie]. »

Les soldats restants, ceux qui étaient totalement humains, s’étaient soudainement redressés et s’étaient effondrés sur le sol. Certains d’entre eux avaient des amulettes magiques, mais le triste état de leur armée les fit partir en retraite.

« Et bien, cela devrait être fini maintenant. »

L’armée Tokugawa dans la forteresse resta là silencieuse pendant un bon moment, mais une fois qu’ils avaient traité l’information concernant ce qui était arrivé, ils avaient tous soulevé un rugissement de la victoire. J’entendais des cris de joie et de soulagement se mêler et résonner dans les couloirs.

« Est-ce que... avez-vous fait tout ça... ? »

Jutaro se tourna vers moi. Sa voix était rauque. Il regardait la zone autour de la forteresse, en particulier tous les soldats abattus de l’armée de Takeda, il était clairement incapable de croire ce qu’il voyait.

« Eh bien, je suppose. Je n’aime pas être impliqué dans une grosse affaire, donc je préférerais que vous n’en parliez pas trop, » déclarai-je.

Elze posa ses mains sur ses hanches et poussa un lourd soupir. « Après tout ce que nous avons vu de lui, être surprise est tout simplement stupide. »

« C-Cela semble un peu idiot à ce stade, » Linze était d’accord avec sa sœur aînée.

Hrm... tout ce que j’avais fait, c’était de mélanger quelques-unes de mes capacités ! Était-ce vraiment un gros problème ? J’avais regardé les soldats en liesse, me sentant un peu en conflit à propos de toute l’épreuve.

« Tout d’abord, je voudrais vous exprimer mes plus sincères remerciements pour nous avoir aidés dans la bataille. »

Nous nous étions rassemblés dans le donjon de la forteresse, qui n’était pas particulièrement grand ou luxueux, et avions rencontré un homme bien bâti avec une moustache. Il semblait être au début de la quarantaine. L’homme était assis sur le siège d’honneur et inclina la tête vers moi. C’était Tokugawa Ieyahsu, le seigneur de cette forteresse et du territoire dans lequel il avait été construit, l’un des neuf seigneurs d’Eashen. Je ne pouvais m’empêcher de remarquer que son nom était « Ieyahsu », plutôt que l’« Ieyasu », auquel j’étais habitué. La prononciation était la même, mais l’orthographe était différente. Je pensais que c’était un peu bizarre, mais cela pouvait faire l’affaire.

« Oh, nous sommes juste arrivés au bon moment. Alors pas besoin de nous remercier. »

Yumina était assise devant nous, directement face à Ieyahsu. Elle s’était présentée comme la princesse de Belfast, et nous comme ses gardes du corps. C’était juste un moyen de rendre la situation plus facile à comprendre, mais je ne pouvais pas être plus reconnaissant pour les bienséances de Yumina.

Yae avait été aussi comptée parmi les « gardes du corps ». Bref, nous avions dit que nous venions aider à cause de notre lien avec elle. Ce n’était pas comme si nous mentions non plus, donc il n’y avait pas de problèmes à le mentionner.

« De penser que Yae soit devenue l’une des gardes du corps de la Princesse Yumina... La vie est en effet pleine de surprises. »

Kokonoe Jubei avait soudain pris la parole. Le père de Yae était un grand homme grisonnant qui avait presque cinquante ans. Actuellement, il était l’instructeur intérimaire des Tokugawas. En raison de son temps passé à instruire la famille du vicomte Swordrick, Jubei en savait beaucoup sur Belfast.

« Maintenant... qui est ce jeune qui a sauvé ma forteresse... ? »

Ieyahsu passa son regard devant Yumina et le dirigea vers moi. Ne devenez-vous pas un peu trop curieux là-bas, mon vieux ...

« Il s’agit de Mochizuki Touya, l’un de mes gardes du corps — ou, comme je préfère le dire, mon futur mari. »

Les joues de Yumina devinrent toutes roses alors qu’elle parlait. Whoa, whoa, whoa! Je n’avais pas consenti à cela ! Il n’y avait absolument pas besoin de dire ça ! Le Seigneur et l’instructeur avaient tous deux soupiré d’une manière qui exprimait à la fois l’admiration et l’étonnement. Je n’avais pas du tout aimé cette réaction.

« Oh, je vois maintenant. Le garçon étant fiancé à la princesse de Belfast, cela rend son exploit facile à comprendre. Comme c’est formidable. »

« Effectivement. Je suis aussi très fière de lui. »

Yumina se gonfla de fierté comme si la louange d’Ieyahsu était faite pour elle. S’il te plaît, arrête. S’il te plaît. J’avais besoin d’un adulte.

« Louange mise à part, je voudrais vous poser une question... Avez-vous entendu parler d’un endroit connu sous le nom “Les Ruines de Nirya” ? C’est en fait la raison de notre venue à Eashen... »

« Nirya ...? » La question de Yumina avait fait réfléchir Ieyahsu. Soudainement, quelque chose lui vint à l’esprit et il frappa légèrement son genou.

« Oh, vous devez parler de ces ruines qui contiennent les secrets de Nirai Kanai. Je n’en sais pas grand-chose, en fait... Et toi, Jubei ? »

« D’après ce que j’entends, les Ruines de Nirya sont dans le territoire de Shimazu. Mais ils sont censés être au fond de la mer. Y entrer ne serait pas une tâche aisée... »

« Le fond de la mer !? »

Que diable ? Était-ce une sorte de temple sous-marin ? Avait-il une entrée qui apparaissait et disparaissait selon la marée !? Eh bien, ce n’était pas comme si nous avions le choix. Nous devrions aller le voir par nous-mêmes. Nous savions maintenant où il se trouvait, afin que nous puissions nous y rendre si nous le voulions... mais la situation actuelle ne nous donnait pas vraiment beaucoup de marge de manœuvre.

« À propos de l’armée de Takeda... Pensez-vous que cela suffira pour qu’ils se replient ? » Ma question fit croiser les bras d’Ieyahsu. Sa tête flottait dans ses pensées.

« Je crois qu’ils vont se regrouper et essayer de nous attaquer à nouveau. Ils peuvent venir avec plus de ces guerriers masqués, peut-être même avec leurs unités de canons... »

Cependant, n’importe quelle quantité de soldats ne pourra changer le résultat. Les canons pouvaient être gênants, mais je pouvais encore les casser.

« Je dois dire, cependant... Les soldats masqués, cette invasion en général... ça me confond énormément. Le seigneur de Takeda, Schingen-dono, est en effet le fier chef des quatre grands commandants militaires connus sous le nom de “L’élite des quatre de Takeda”, mais cette bataille ne lui ressemble pas. Les rumeurs pourraient être vraies, après tout... »

« Rumeurs ? »

Les mots d’Ieyahsu m’avaient rendu curieux. Jubei avait parlé pour tout détailler, plutôt qu’Ieyahsu lui-même.

« Il y a des rumeurs selon lesquelles Schingen-dono serait peut-être déjà décédé. Que son corps est contrôlé par un sombre stratège connu sous le nom de Yamamoto Kansukay, qui utilise la dépouille de leur Seigneur pour diriger les armées de Takeda comme si elles étaient les siennes. »

« Yamamoto Kansukay... »

« Quand vous considérez l’existence des soldats masqués, cela ne semble pas impossible. Il pourrait y avoir un sortilège ou un artefact capable de prendre le contrôle des cadavres. »

Après avoir écouté Jubei, Leen avait présenté ses propres pensées.

Eh bien, contrôler autant de cadavres à la fois ne semblait pas une chose insignifiante à faire. Cela me semblait possible. Prévoyait-il d’utiliser Takeda pour forcer tout Eashen à s’unir sous une même bannière ? Merde, maintenant que je pensais à l’armée de Takeda. Je ne pouvais maintenant plus partir avec la conscience tranquille...

« Est-ce que tout se calmerait si quelqu’un capturait cette personne, Yamamoto Kansukay ? »

« Cela serait probable... Cependant, la mort de Schingen-dono n’est qu’une rumeur. Et, d’après ce que j’entends, Kansukay ne quitte jamais la forteresse de Takeda à Tsutsujigasaki. Se faufiler à l’intérieur et le kidnapper serait de la pure folie... »

Hmph. C’était exactement ce que je prévoyais, mais je supposais que cela semblait un peu idiot, même si je pouvais entrer avec [Détection lointaine] et [Porte]. Ce serait génial s’il y avait un sortilège qui pouvait rendre une personne invisible, ou... ah.

« Leen. Tu peux utiliser la magie de la lumière pour rendre tes ailes invisibles, n’est-ce pas ? Est-il possible de l’appliquer à tout ton corps ? »

« C’est effectivement le cas. Cependant, cela fait simplement en sorte que la lumière englobe quelque chose, alors les gens remarqueront rapidement si tu les avais déjà rencontrés. »

D’accord... Elle pouvait donc rendre les gens invisibles. Cela rendra la partie furtive plus facile. Je pensais déjà à m’infiltrer dans la forteresse ennemie. Donc, vraiment, je préférerais faire le moins de victimes possible, peu importe si c’était un ami ou un ennemi.

« E-Est-ce que tu penses à te faufiler ? »

Linze parlait comme si elle lisait juste dans mes pensées. Merde, était-ce si évident ?

« Si ce Yamamoto Kansukay est vraiment l’investigateur, ce serait la façon la plus simple de gérer la situation, n’est-ce pas ? »

« C’est vrai, mais... »

Elle était probablement inquiète pour moi, mais je ne pensais pas que c’était nécessaire. Après tout, je pourrais toujours m’échapper avec une [Porte].

« Le principal problème est d’arriver à cet endroit... Tsutsujigasaki. As-tu déjà été là, Yae ? »

« Non, je n’y ai jamais été. Et toi, père ? »

« Pareil pour moi... Pourquoi est-ce que ça devrait être important ? »

« Si nous trouvons quelqu’un qui a été à Tsutsujigasaki, Touya-dono peut utiliser sa magie pour y arriver en quelques instants ! »

« Quoi... !? »

Jubei et Ieyahsu m’avaient regardé, surpris. Je ne voulais pas vraiment me démarquer, mais comme je quittais Eashen après avoir exploré les ruines, j’avais décidé de l’accepter.

« Alors, permettez-moi d’être celui qui vous présentera Tsutsujigasaki. »

Une voix résonna dans tout le donjon, venant apparemment de nulle part. Il n’appartenait à personne dans la pièce. J’avais rapidement sorti mon nouveau modèle d’arme et visait l’endroit où j’avais entendu la voix dans le couloir qui entourait la pièce.

« Qui est là ? »

Quelqu’un a pris les mots de ma bouche. C’était Jubei, qui semblait aussi déconcerté que moi.

Une personne était sortie des ombres dans le coin.

Whoa, c’est un ninja ! Les vêtements noirs en étaient un signe évident. Sa tenue se démarquait, mais je n’avais toujours pas réalisé que la personne était là, il était donc possible qu’il utilise un sort de blocage de perception. La personne avait enlevé le tissu couvrant sa tête, révélant le visage d’une belle femme. C’était un ninja féminin. Une kunoichi, pour être plus précis.

« Je suis Tsubaki, subordonné de l’une des quatre élites de Takeda — Kousaka Masanohbu-sama. J’ai apporté un message secret à Tokugawa Ieyahsu-sama. »

« Vous êtes avec Kousaka-dono !? »

La kunoichi s’agenouilla sur le sol, sortit son message, le posa devant elle et recula. Même si la bataille actuelle était terminée, elle était un ninja travaillant pour l’adversaire. Il serait naturel que nous soyons prudents avec elle. On gardait nos yeux sur la kunoichi tout le temps, Jubei avait pris le message et l’avais remis à Ieyahsu.

J’avais gardé mon pistolet en joue sur elle, juste au cas où. Après tout, mieux valait prévenir que guérir.

Ieyahsu ouvrit le parchemin et commença à lire. Un regard de surprise se leva sur son visage, puis il devint plus sévère. Qu’est-ce qui aurait pu le faire réagir comme ça ?

« Monseigneur. Quel en est le contenu ? »

« Il semble que les rumeurs soient vraies. Les forces de Takeda ne sont composées que d’une armée de marionnettes. »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Merci pour le chapitre et bonne continuation!

Laisser un commentaire