Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 2 – Interlude 2

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Interlude 2 : Le château des slimes

***

Interlude 2 : Le château des slimes

Partie 1

« Un château de slimes ? » Avec une expression sévère sur son visage, le vieil homme — le maire d’un petit village nommé Zeryll — nous avait parlé de l’endroit.

Après avoir déménagé dans la capitale, nous avions pris beaucoup de quêtes. Même si j’avais beaucoup d’argent, une vie sans travail n’était pas le genre de vie que je voulais, alors nous avions décidé de faire une ou deux quêtes de temps en temps.

C’était ainsi que nous nous étions retrouvés dans ce village. Il y avait une situation impliquant des monstres et qui nécessitait une enquête, donc Elze, Linze, Yae, Yumina, Kohaku et moi avions tous fait le voyage vers ce petit endroit au nord de la capitale. Nous y étions arrivés deux jours après et avions parlé au maire pour avoir plus de détails.

Ce n’était pas difficile de résumer ce qu’il nous avait dit.

Il y avait une vieille forteresse pas très éloignée du village. Et même si elle était délabrée et ancienne, elle avait récemment reçu un nouveau propriétaire — un magicien, pour être précis.

Il avait une étrange obsession pour la recherche sur les monstres, avec comme centre d’intérêt les slimes.

La plupart des villageois avaient été paniqués par ce cinglé vivant dans le château et n’avaient jamais fait aucun effort pour se rapprocher de lui, mais le sorcier lui-même avait commencé à visiter le village et à acheter de la nourriture ou des choses nécessaires à la recherche.

Cependant, il y avait une dizaine d’années, le magicien cessa complètement de faire ses voyages. Les villageois avaient commencé à bavarder. Certains avaient dit qu’il avait succombé à une maladie, d’autres avaient dit qu’il avait été mangé par un slime qui n’avait laissé aucune trace, tandis que certains avaient même prétendu qu’il s’était maudit et transformé en un slime.

Inquiets de la présence d’un tel château près de leur village, les gens avaient embauché des aventuriers pour enquêter.

Mais les aventuriers qui se rendaient au château revenaient toujours en loques, disant qu’ils avaient échoué, refusant même de donner des détails, et partaient très vite, comme s’ils fuyaient quelque chose...

« Cependant, n’ont-ils jamais dit quelque chose de notable ? »

« Généralement, ils disaient quelque chose comme : “Le sorcier dans ce château est pourri jusqu’à la moelle.” Ils disaient souvent quelque chose comme ça avec un ton dégoûté et se contentaient de partir après ça... »

De tels messages laissaient les villageois encore plus inquiets. C’était tellement mauvais que certains paniquaient juste en voyant le plus petit slime dans la forêt.

Je m’étais souvenu distinctement du guide pour aventurier de la guilde, disant que les slimes n’attaquaient presque jamais les humains. Cependant, il y en avait quelques-uns de dangereux, comme les slimes carnivores qui pouvaient faire fondre la chair, les slimes venimeux, ou les slimes de lave.

Dans l’ensemble, il y avait beaucoup de types de slimes, et il était difficile de les connaître toutes. Beaucoup avaient dit que les dangereux avaient des couleurs fortes, mais ce n’était toujours pas une règle absolue.

« C’est pourquoi je veux qu’un groupe enquête de nouveau sur le château... »

« Je vois. »

J’avais jeté un coup d’œil sur le reste de mon groupe et les avais tous vus — y compris Yumina — avoir l’air vraiment mal à l’aise.

Les slimes n’étaient pas vraiment populaires parmi les femmes. C’était à cause de la nature de ces petits monstres. Bien qu’il y ait eu des slimes qui fondaient les corps, la plupart des slimes ne pouvaient faire fondre que des vêtements. Et beaucoup avaient demandé beaucoup de temps et d’efforts pour les faire.

Parmi ceux-ci, il y en avait qui, au lieu d’aimer la viande, avaient développé un goût pour les vêtements.

Les slimes verts étaient particulièrement infâmes pour cela. Ils aimaient vraiment les vêtements fabriqués à partir de fibres végétales et n’hésitaient pas à les fondre et à se nourrir de tout type de vêtement. Il avait honnêtement un régime assez étrange. Par exemple, même s’ils mangeaient du papier et du tissu, ils n’avaient aucun goût pour le bois traité ou les plantes réelles.

Face à un slime vert, les aventurières finissaient souvent avec des vêtements fondus, mais des armes et des armures intactes. C’étaient des situations merveilleuses, humiliantes. Bien sûr, les hommes faisaient face aux mêmes risques...

Aucun aventurier digne de ce nom ne laisserait jamais des slimes si gênants agir comme il le souhaiterait.

« Très bien ! Nous accepterons cette tâche. »

« Argh... »

Les filles avaient exprimé leur désapprobation avec un gémissement uni. Je m’attendais à ça !

« Avez-vous l’intention de laisser ces villageois vivre sous la poigne de fer de la peur !? Est-ce que c’est ce que font les aventuriers !? Non ! Je dis que nous ne le ferons pas ! »

« Mais... quelqu’un d’autre pourrait le faire aussi... » Elze fit la moue en me parlant. Je ne prendrai pas grand-chose pour les faire changer d’avis si je faisais un peu de fanfaronnades... En levant la main, j’adoptais mon regard le plus sérieux.

« Si l’un de ces dangereux slimes quittait le château et attaquait le village, nous le regretterions toute notre vie. Vous ne le croyez pas ? »

« T-Touya-dono... c’est vrai, c’est... mais... » Yae croisa les bras et pencha la tête avec une expression pensive. Cependant, Linze n’était pas trop perturbée par la situation. Les slimes avaient une résistance extrêmement forte aux attaques tranchantes, perforantes et écrasantes, mais n’avaient pratiquement aucune résistance face aux attaques magiques.

Donc, contrairement à Elze et Yae, qui n’étaient pas des lanceuses de sorts, Linze avait un moyen de se défendre. Pourtant, elle ne tenait pas trop à l’idée d’aller la tête la première dans un château rempli de slime.

L’autre lanceuse de notre équipe, Yumina, ne paniquait pas non plus. Cependant, elle me dévisageait avec des yeux suspects.

« ... Touya, ne penses-tu pas à quelque chose d’inapproprié ? »

« Qu’est-ce que tu dis !? Es-tu stupide !? Je n’ai pas de telles pensées dans mon esprit ! »

J’étais surtout franc un minimum ! Une partie de moi avait quelque chose d’autre à l’esprit, je l’admets ! Mais il était également vrai que nous ne pouvions pas laisser les villageois comme ça.

Le regard de Yumina fit couler une sueur froide de ma tête, mais elle soupira finalement et baissa les yeux avec résignation.

« Je suppose que nous n’avons pas le choix. Ce n’est pas quelque chose que nous pouvons ignorer, et bien que peu probable, si le scénario cauchemardesque de Touya “destruction du village” devenait réalité, nous ne pourrions jamais y survivre. Cela affecterait aussi la réputation de mon père. »

Si quelque chose comme ça se produisait, il y aurait peut-être des gens qui commenceraient à calomnier une princesse qui ignorerait les appels du peuple et aurait mené un village à la destruction juste pour protéger sa propre peau.

Ce n’était pas que les gens du village le savaient, personne à l’exception de notre groupe savait qu’elle était la princesse de ce pays. Là encore, s’ils l’avaient su, nous n’aurions aucun contre-argument.

Et même si le monde entier lui pardonnait, elle ne se le pardonnerait jamais. Voici le genre de fille qu’était Yumina, fière et sincère.

« H-Hmm... Je suppose que nous devrions le faire, nous le devons... »

« Bah... Je n’aime vraiment pas ça du tout, tu sais... » Avec Yumina — la plus jeune du groupe — qui était disposée à partir, Yae et Elze ne pouvaient pas se permettre de nous laisser partir. Elles acquiescèrent à contrecœur, presque les larmes aux yeux. OUI ! J’avais célébré en interne.

« As-tu dit quelque chose, Touya ? »

« JE, JE N’AI RIEN DIT DU TOUT ! »

« Qu’est ce que tu fais ... » Alors que Linze me regardait d’un air méfiant, je me forçai à adopter mon expression faciale inexpressive.

En y repensant, il pourrait bien y avoir des slimes vraiment dangereux là-bas... Je devais être à la recherche de slime que je n’avais jamais vu auparavant.

... Cependant, je ne souhaitais pas rencontrer les slimes verts.

Le château était sur une colline à environ une demi-journée de marche du village.

Bien que petit, il était juste assez grand pour servir de résidence principale. Cependant, avec les murs en ruine, il n’avait aucune chance d’être une véritable forteresse ou quoi que ce soit.

Nous avions traversé la petite porte et nous étions entrés dans la cour.

À droite, je pouvais voir une tour de style bergfried. Elle était connectée au bâtiment résidentiel ci-dessous. C’était là que les gens auraient vécu, alors que la tour ne servait qu’au guetteur. Tout ce qui était en bas était composé de donjons et autres bâtiments... C’était comme cela qu’était construit un château classique, de toute façon.

« Cet endroit est super effrayant... »

Murmura Elze en regardant autour d’elle.

Comme elle l’avait dit, c’était humide et détrempé. Ce n’était clairement pas le meilleur endroit où vivre. La cour, envahie par les mauvaises herbes, avait plusieurs flaques d’eau ici et là.

Comme nous avions observé notre environnement, une des flaques avait changé de forme et avait commencé à bouger.

« Ouah ! » Ma voix surprise fit fuir la flaque dans l’herbe.

« L’eau avait bougé, pas vraie... ! »

« Ce n’est pas de l’eau. C’est un slime. »

Un slime d’eau, pour être précis. Ils se camouflaient en eau et capturaient toute proie assez malheureuse pour s’en rapprocher. Bien qu’affreux, ils étaient lâches et n’avaient jamais attaqué des créatures plus grandes qu’eux-mêmes. Ces slimes avaient toujours choisi de fuir, donc elles n’étaient pas vraiment une menace pour les humains.

« D-Donc il y avait des slimes par ici, alors... »

« Faisons attention quand nous avançons. Nous ne savons pas quel autre type de monstre cet endroit pourrait avoir. »

J’avais écouté Linze et Yumina alors que je marchais sur le sol humide et passais à travers l’arche d’entrée.

Nous avions bientôt atteint une grande double porte. Je l’avais doucement poussée, l’ouvrant légèrement, créant ainsi une petite ouverture.

J’avais regardé à l’intérieur pour voir la lumière du jour entrer par une fenêtre, éclairant ce qui semblait être un hall d’entrée. Il y avait un vieux tapis sur le sol, et sur les côtés, je pouvais voir des escaliers qui menaient au deuxième étage. Il ne semblait pas y avoir de slime là-bas, du moins pas à vue d’œil.

J’étais entré prudemment.

« On dirait que l’endroit est sûr. Vous pouvez venir aussi... »

Avant que je puisse les appeler, une onde de choc me traversa la tête et j’entendis un grand bruit résonner dans le couloir.

« Bon sang, ça fait mal ! »

Cela ne faisait pas autant de mal que le son que je venais d’entendre, mais une douleur restait une douleur. Quelque chose était tombé d’en haut et avait atterri directement sur ma tête.

La chose qui était tombée sur moi rebondit et commença à tourner sur le tapis à mes pieds.

Un pot en métal... ?

Un pot en métal était tombé directement sur ma tête tout à l’heure ? QU’EST-CE QUE C’ÉTAIT QUE ÇA !? QUI M’AVAIT FAIT CETTE BLAGUE POTACHE !?

« E-Est-ce que ça va, Touya ? »

« Oui, je vais bien... Cependant, ça fait un peu mal. »

Linze s’inquiétait pour moi, alors j’avais juste agité ma main pour signaler que j’allais bien. Ça faisait mal, mais pas tant que ça.

Les acteurs dans les vieux sketches de comédie avaient des perruques en métal, les pots en métal étaient relativement mous, et la hauteur était assez basse, donc il n’y avait aucun danger pour eux à laisser tomber ces choses pendant les sketches.

Mais les pots métalliques modernes étaient durs et dangereux, de sorte que de nombreux artistes majeurs avaient averti les gens de ne pas réessayer de recréer de tels sketches. Je me souvenais d’avoir lu une fois sur ce sujet sur Internet. Donc, même dans un monde complètement différent, les choses douloureuses étaient encore douloureuses.

J’étais sûr que les mondes fantastiques n’avaient pas de diffusion d’émissions de variétés, alors pourquoi le pot en métal des comédies populaires japonaises me tomberait-il sur la tête... ?

« Touya ! Le pot ! »

« Euh... »

Yumina désigna le bassin en métal, qui changea de forme en un slime couleur de plomb qui s’écarta du hall d’entrée.

« C’était aussi un slime... ? »

« Je n’ai jamais vu ou entendu parler d’une telle substance. Cela peut même être une nouvelle espèce... »

Si Linze avait raison, était-ce une création de ce magicien ? Attendez, quel usage pourrait-il y avoir un slime qui était comme cela ?

Il y avait des sorciers qui possédaient des slimes comme familiers, alors peut-être que celui-ci travaillait pour lui directement... J’avais sorti mon smartphone, j’avais fait une recherche sur « humain » et le résultat de ma recherche indiquait qu’il n’y avait aucun autre humain que nous. Il semblerait que ce gars n’était plus dans le château. Cependant, je ne pouvais pas dire s’il venait juste de partir ou de mourir.

Nous avions franchi la porte du côté droit du hall, nous nous étions séparés et nous avions commencé à examiner chaque pièce reliée au couloir. La plupart d’entre elles étaient complètement abandonnées.

« La seule chose qui reste des livres sont les couvertures. Je suppose que les slimes les avaient mangées. »

Dans l’une des pièces — probablement l’étude —, Yumina ramassa l’une des couvertures de livres poussiéreuses. Après tout, le papier était également fabriqué à partir de fibres végétales, il y aurait pu avoir des slimes verts à proximité.

« Ce livre n’a pas été fondu. »

Linze sortit un des livres des restes de la bibliothèque. Cela ressemblait plus à un ensemble de notes qu’à un livre réel.

Il semblerait être fait de parchemin et quelques symboles inintelligibles y étaient écrits. Je ne pouvais que supposer qu’il était écrit dans l’écriture magique antique.

« Est-ce que les sorciers modernes utilisent encore l’écriture magique antique ? »

« Je, je penses qu’ils le font quand ils s’occupent de la recherche et qu’ils veulent cacher des résultats... »

C’était sûrement pour empêcher que leurs secrets ne soient volés. Après tout, ces textes étaient inutiles aux personnes qui ne pouvaient pas les lire.

Linze mit sa main dans sa poche et sortit la paire de lunettes de traductions que je lui avais données il y avait un moment. Elles étaient imprégnées de [Lecture], un sort de traduction, et spécifié pour permettre la lecture du l’écriture magique antique.

« C’est... Le journal de ses résultats de recherche. Tout comme je l’avais pensé, il décrit les natures des différents slimes... Le slime d’avant y est aussi décrit. »

« La chose qui est tombée sur moi ? Ça dit quoi ? »

« Hmm... “Slime Pot Métallique. Il prend la forme d’un pot en métal et a tendance à tomber sur les gens. Cette expérience a été un échec complet.” C’est tout ce qu’il dit... »

Wôw, je n’avais rien appris de plus ! Quel slime fâcheux ! Il y avait beaucoup plus de slimes dans ces notes, donc Linze avait continué à lire avec beaucoup de curiosité. De temps en temps, son expression devint aigre, probablement à cause d’un slime particulièrement horrible.

« Prenons ces notes avec nous. Elles pourraient s’avérer utiles. »

« Tu as raison. »

Quand nous avions fini d’examiner cette pièce et avions commencé à nous diriger vers le couloir, nous avions soudainement entendu un bruit sourd de l’autre pièce.

Celles qui examinaient cette pièce étaient Yae et Elze. Nous courûmes en toute hâte pour constater que rien de mal ne leur était arrivé, mais elles sortirent avant que nous puissions entrer. Les deux se frottaient le visage. Kohaku jeta un coup d’œil aussi, l’air un peu mal à l’aise.

« O, Ouch... ils nous ont pris au dépourvu... »

« Qu’est-il arrivé ? »

« Un de ces foutus slimes était camouflé à même le sol... Et quand nous avions marché dessus... »

« Il nous a piégé toutes les deux comme un ruban adhésif et nous a fait tomber le visage d’abord... Nous avions frappé directement sur le sol... »

Yae expliqua les détails, frottant son nez rougi tout le temps. Encore une fois, hein ? Les slimes d’ici ont des modèles d’attaque vraiment ennuyeux.

C’était probablement pourquoi les aventuriers précédents étaient revenus aussi battus.

« Je l’ai trouvé dans les notes. Il est écrit “Slime glu. Peut se camoufler et a une forte adhésivité. Ne peut pas être utilisé efficacement en raison de son ego surdimensionné. Cette expérience fut un échec complet.” Alors c’est un nouvel échec... »

Le sorcier échoua-t-il aussi volontairement !?

Il semblerait qu’il n’y avait rien d’autre d’intéressant de ce côté-là, alors nous avions décidé de retourner dans la salle.

Nous avions ouvert la porte du hall, et quand j’avais fait un pas en avant, un impact frustrant s’était répandu sur ma tête et avait ravivé une douleur récente.

« MERDE, BON SANG. » Je m’étais tenu la tête et m’étais accroupi. Le pot de métal sur le sol se transforma en un slime et se tortilla encore loin de moi.

« Tiens bon, petit bâtard ! » À la limite de ma patience, j’avais sorti ma mitrailleuse — Brunhild — et j’avais tiré quelques coups de feu sur le Slime pot en métal. Malheureusement, cette stupide créature esquiva de peu mes balles et s’était enfuie dans le couloir de l’autre côté.

Les slimes métalliques rapides n’existaient même pas dans les jeux vidéo !

« Ça va, Touya ? Cela semblait très mauvais. »

« Ghh... C’est... ce n’est rien que je ne puisse pas supporter. »

Le deuxième coup faisait plus mal, évidemment. Je ne te laisserai pas t’échapper avant que ce jour soit terminé, petit bâtard.

Je m’étais levé en me frottant la tête.

Soudain, au bout du hall d’entrée, j’avais vu un slime vert.

Je savais que tu serais là. Après avoir vu ces pages de livres mangées, je savais que ce ne serait qu’une question de temps.

« Il y a un slime là-bas. Faites attention. »

« Oh merde, c’est un slime vert. Ça ne nous tue pas, mais franchement, c’est une mauvaise nouvelle... »

Elze exprima sa désapprobation. Les slimes verts ne faisaient que fondre les vêtements, leur mort était donc extrêmement improbable, mais cela ne les empêchait pas d’être une grande menace pour les filles.

« Ton manteau ne peut pas être fondu, n’est-ce pas, Touya ? »

« Oui. C’est parce qu’il est imprégné de résistance magique. Cependant, les vêtements en dessous fondraient. »

Je devais m’assurer que cela n’arrivera pas. Je ne voulais pas être vu comme une sorte de pervers qui ne faisait que danser dans un manteau.

Je devinais qu’il était temps d’enquêter au deuxième étage.

« Hum... le slime vert... » Pendant que je réfléchissais à quelques choses à l’intérieur, Linze avait soudainement tiré sur mon manteau.

J’avais regardé de l’autre côté de la salle, où j’avais vu un rassemblement de beaucoup de slimes verts.

« Ouah là-bas... qu’est-ce qui se passe !? » Tout allait bien, mais plusieurs dizaines de slimes verts m’avaient fait un peu peur.

« Éclate, feu ! Éruption cramoisie : [Explo-] ! »

« Linze, attends ! L’utilisation de la magie explosive est dangereuse ! »

Je l’avais empêchée de finir le sortilège. C’était une vieille forteresse, Linze... ! L’endroit entier pourrait tomber si tu avais fait une aussi grande explosion.

Indépendamment de mes réserves, les slimes verts avaient continué leur rampement lent et gluant vers nous.

« Viens, Feu ! Duo Cramoisi : [Flèche de feu] ! »

Les flèches de feu qu’elle avait libéré avaient heurté une bave verte et l’avaient transformée en flamme. Cependant, les autres slimes verts avaient simplement évité leur frère brûlant et avaient continué leur marche lente.

Yumina et moi avions essayé quelques tirs, mais les balles normales étaient inefficaces. Elze et Yae ne pouvaient s’empêcher d’essayer, et même si nos vies n’étaient pas en danger, la situation était plutôt mauvaise.

« Kohaku ! »

« Ne t’énerve pas. » Kohaku reprit sa véritable forme et libéra une puissante onde de choc de sa gueule. Les slimes verts avaient été emportés, mais le mur pierreux avait commencé à trembler sauvagement. Merde, c’était trop risqué aussi...

Pour couronner le tout, les slimes semblaient relativement indemnes. Ils s’étaient regroupés et avaient avancé sur nous comme une mare verte.

« Hey ! Ils se rapprochent toujours ! »

« Cachons-nous au deuxième étage pour l’instant ! »

Nous avions commencé à monter les escaliers sur le côté du hall d’entrée. Pour une raison quelconque, les slimes verts n’avaient pas essayé de venir après nous. Ils s’arrêtèrent juste et se secouèrent doucement comme de la gelée.

« ... Quelle est la signification de cela, Linze-dono ? »

« Peut-être que cette forteresse est divisée en plusieurs territoires ? »

« Ça n’a pas d’importance. Nous sommes en sécurité maintenant, et c’est tout ce qui compte. »

***

Partie 2

Alors que nous prenions une pause sur le palier au milieu des escaliers, quelque chose se rapprochait lentement de nous.

Une chose m’avait frappé l’esprit, bien que ce soit un peu tardivement. Si le premier étage était le territoire des slimes verts, il était naturel que les escaliers soient aussi le territoire d’un autre slime.

« Allons-y pour le moment. Nous devrions nous éloigner le plus possible de ces choses grossières et... Arg ! »

Alors qu’Elze essayait de monter les escaliers, elle tomba sur place. Comme nous avions essayé de comprendre ce qui n’allait pas, nous avions remarqué que la moquette de l’escalier était un peu humide.

« Hey ! Que diable !? C’est tellement gluant ! » Elze toucha accidentellement le tapis et leva les mains vers nous. Elles étaient couvertes d’un liquide visqueux et gluant.

« Ah, cela doit sûrement être ça, là-bas ! »

Yae désigna le haut de l’escalier, où il y avait un slime semi-transparent qui ressemblait à du kuzumochi, un de ces petits desserts glacés à la gelée.

Sa caractéristique la plus remarquable était qu’il avait lâché du liquide dans les escaliers. Nous venions de découvrir pourquoi le tapis était si humide.

« Linze, que disent les notes à propos de celui-ci ? »

« Ça dit “Slime huileux : En cas de danger, il sécrète un liquide semblable à un lubrifiant. Presque entièrement inoffensif. Cette expérience a été un échec complet...” »

En le lisant, le ton de Linze devint aigre... Je pouvais la comprendre pleinement.

« Kyah !! »

« Arg ! » Elze avait essayé de se lever, mais avait glissé, et était tombée encore une fois. Mais cette fois, elle m’avait attrapé par mon manteau et m’avait traîné avec elle.

« Vas-tu vas bien, Touya, Ahh !? »

« Hhawah! »

« Oh, non ! »

Yumina avait essayé de se précipiter vers moi et était aussi tombée. Quelques instants plus tard, Linze et Yae s’étaient aussi rattrapées. Arg, même Kohaku ne pouvait pas y échapper. Nous avions tous gagné assez d’élan pour tomber au bas des escaliers.

« Hyaaaaagh !! » Nous avions glissé dans les escaliers, directement dans une vile piscine de vert.

Avec une projection retentissante, nous avions été engloutis par le slime vert.

« GHHHaha !! »

« Kyah! »

« Auuugh ! »

« Cela ne se passe pas bien... !! »

« Noooooon! »

« Grr... !! »

Les premiers à échapper à cette mer désagréable de slimes étaient Kohaku et moi.

Kohaku m’avait attrapé par la nuque et m’avait ramené au palier au milieu de l’escalier d’un seul bond. Mais nous avions encore glissé sur la lotion.

« Grognement... !? »

« Oh ! » Kohaku m’avait laissé partir, et j’étais tombé à plat sur mon dos.

« Mes excuses, Maître... »

« Ç-Ça va. Je vais bien. »

Je secouais ma tête endolorie et j’essayais de me lever, pour presque tomber une fois de plus. J’avais probablement eu l’air vraiment misérable comme je l’avais fait, mais j’avais été capable de me lever en me soutenant avec la rampe de l’escalier. Bon sang. Ils m’ont bien graissé.

« Nooon !! Aidez-moi ! »

« T-Touya ! »

« Ne vous inquiétez pas, j’arrive ! » Réfléchis-y, Touya ! Le dire c’est bien, mais que pouvais-tu faire !? Attendez... si les slimes  verts ne pouvaient pas monter les escaliers...

« [Porte] ! »

J’avais ouvert un portail juste en dessous d’elles. Tous, y compris les slimes, y étaient tombés, sortant du portail correspondant que j’avais fait dans l’espace ouvert à un mètre au-dessus du palier d’escalier à côté de moi.

Les slimes, se trouvant sur le palier, reculèrent comme une vague, glissant vers le hall d’entrée.

Aha, c’étaient donc des créatures territoriales.

« Est-ce que tout le monde va bien ? »

Je ne pouvais pas finir ma phrase.

Leurs vêtements n’étaient pas dans le meilleur état, c’était le moins qu’on puisse dire. On dirait que les slimes verts avaient un peu mangé leur tissu. Franchement, les filles avaient toutes l’air plutôt belles.

J’avais pu voir à plusieurs endroits que leur peau était exposée ici et là, brillante de façon envoûtante grâce à la lotion dans les escaliers. Les slimes verts étaient assez occupés pour se permettre de ne pas également jeter un coup d’œil aux culottes des filles. On n’était pas très loin de les appeler à moitié nues.

« Kyaaahhh! Ne regarde pas ! »

« Ghuah!? »

Elze m’avait frappé au visage avec son poing revêtu du gantelet. Argh, ça faisait mal ! Elle avait utilisé son autre bras pour couvrir sa poitrine. Au fur et à mesure que ma conscience s’estompait, j’avais aperçu un soutien-gorge rouge clair, mais ce que j’avais vu après, ce n’était que des étoiles. Ah, le monde tournait.

Pourquoi leurs sous-vêtements n’avaient-ils pas fondu... ? Attendez, la soie... la soie n’était pas une fibre végétale, non ? Je pensais... que j’allais juste en rester là...

Si seulement elles avaient acheté des vêtements moins chers... ça aurait pu fondre également... Non, non... ne pense pas que... même si mon cœur avait secrètement rêvé d’un tel événement, j’avais du mal à décider quoi faire. Que faire après que cela se soit réellement passé ?

Une fois que je m’étais réveillé, je m’étais éloigné des filles et j’avais regardé le Slime huileux.

« Viens, Feu ! Duo Cramoisi : [Flèche de feu] ! »

Les flèches de feu frappèrent la créature gluante. Le slime avait éclaté et avait libéré un gaz qui ressemblait à de la vapeur.

Il ne restait plus qu’à grimper au deuxième étage.

Lentement, en veillant à ne pas glisser, nous grimpions les escaliers à quatre pattes. Nous nous étions assurés de calculer soigneusement chaque mouvement. Si nous mettions trop de force, nous glisserions, mais si nous ne bougions pas assez, nous glisserions également.

Franchement, je n’avais aucune idée que [Glissade] était un sort si cruel. Maintenant que je suis la victime, je ne l’aime plus du tout.

Calmement, prudemment, pas à pas, nous nous étions dirigés vers le haut. Nous n’étions pas pressés. La tension était plus forte qu’elle n’avait le droit d’être.

Bientôt, j’avais commencé à entendre des plaintes derrière moi.

« Ah... j’aimais vraiment ces vêtements... »

« Ah... plus de la moitié de ma jupe a fondu... »

« I, Ils se sont usés jusqu’à mon sarashi, ils l’ont fait ! C-C’est terrible, franchement ! »

« Ce grossier slime a rendu mes sous-vêtements transparents, je déteste ça avec tant de force !! »

« Quoi — !? »

J’étais trop concentré sur les mots derrière mon dos pour me rendre compte que mes pieds étaient statiques et que je glissai. Comment pouvais-je me concentrer sur la sécurité si vous parliez de choses comme ça, hein !? Montrez un peu de considération.

« Uwaaaaaah !! »

L’élan m’avait fait glisser au-delà du palier (les filles m’avaient esquivé) pour atterrir tout droit au premier étage, où les slimes verts m’attendaient. Ainsi, j’avais fait une autre visite au marais vert. Putain de merde, ma vie est devenue une comédie. Je devais sortir d’ici ! Oh, attends.

« [Porte] ! »

Juste comme avant, j’avais facilement ouvert un portail. Sauf que cette fois-ci, c’était directement au sommet, avec les slimes en plus. J’aurais dû faire ça dès le début...

Une fois de plus, les slimes verts reculèrent comme une vague océanique.

Heureusement — si ce mot était approprié —, je m’étais retrouvé avec un pantalon qui était devenu un short, et ma chemise devenait de telle sorte que j’avais mon ventre à découvert.

J’avais ouvert une [Porte] sur le palier, et une autre à quelques mètres du deuxième étage, laissant les filles monter sans problème. Et c’était ainsi que nous avions échappé à cet enfer gluant.

Les quatre filles étaient allées directement dans une pièce voisine. Elles allaient probablement trier leurs vêtements. Je n’étais pas autorisé à entrer, bien sûr. Alors j’étais resté à l’extérieur.

J’entendais des bruits de tissu se déchirer. J’avais supposé qu’elles déchiquetaient des rideaux ou quelque chose pour rapiécer leurs vêtements. Revenir à la maison et se changer avec de nouveaux vêtements n’était pas un problème grâce à mon sort [Porte], mais je m’étais juste dit qu’elles ne voudraient pas risquer de voir leurs autres tenues fondre également.

Pendant que j’attendais, j’avais tué du temps en utilisant les [Flèche de feu] pour tuer quelques-uns des slimes verts au rez-de-chaussée. Quelque chose comme [Cyclone de feu] aurait été plus efficace, mais j’avais l’impression qu’il n’était pas sage d’utiliser ce genre de sort à l’intérieur.

Elles avaient finalement quitté la pièce. Comme je m’y attendais, elles étaient couvertes de morceaux de rideaux déchirés — pour les moitiés supérieures et inférieures de chacune d’elles. Elles pouvaient aussi se déplacer, ce qui était un plus.

« ... Tout slime vert — que nous verrons ensuite Sera écrasé. » Les filles acquiescèrent à l’unisson à la proclamation d’Elze. Eh bien, je pouvais voir pourquoi elles étaient si impatientes. Une partie de moi était légèrement déçue, mais j’avais décidé de garder cela pour moi.

Ainsi, nous avions commencé à explorer le deuxième étage, seulement pour trouver plus de la même chose — une collection d’étranges slimes.

Nous avions trouvé des slimes caoutchouteux étrangement élastiques.

Un slime à pointe d’aiguille qui n’avait laissé personne le toucher.

Un slime lumineux qui n’avait fait que briller.

Et un slime paralysant légèrement électrique.

Et bien qu’ils n’étaient pas trop dangereux, c’étaient encore des monstres qui pouvaient causer des problèmes. On ne savait pas quel genre de mutations ils pourraient créer s’ils fusionnaient.

« Alors, le sorcier voulait créer une sorte de slime très spécifique et avait fait beaucoup d’échecs, non ? »

« Il semblerait que cela soit le cas. Il ne pouvait pas connaître la nature des slimes avant leur naissance, donc la chance a joué un grand rôle dans cela. »

Linze avait répondu à ma question tout en regardant les notes de recherche.

Les slimes étaient des créatures magiques. On pourrait même les appeler artificiels, puisqu’ils avaient commencé comme une espèce résultant du produit de la magie humaine.

C’était exactement pourquoi il n’y avait aucune garantie qu’ils ne pouvaient pas finir par être dangereux. Je n’avais aucune idée de la façon dont ils se multipliaient, mais j’avais entendu dire que les slimes pouvaient créer de nouveaux types de slimes en consommant d’autres slimes.

Ce château avait le potentiel pour créer des créatures dangereuses et inconnues. Au vu de tout ce que nous savions, le château pouvait déjà abriter des types de slimes qui avaient évolué naturellement, plutôt que par la volonté du sorcier.

« Je pense que nous devrions les brûler tous ensemble, avec le château lui-même... une purge, vous savez ? »

« Je partage ton sentiment. Mais est-ce vraiment normal de faire quelque chose comme ça ? »

« La forteresse est déjà abandonnée, et je doute que mon père s’en soucie... » Je pouvais entendre ces conversations dangereuses derrière moi.

Eh bien, avec ce niveau d’infestation visqueuse, ce n’était pas exactement un endroit que nous pouvions laisser seul. Même si nous ne le faisions pas, les chevaliers ou l’armée du pays se regrouperaient pour de toute façon tout éradiquer.

Nous avions fini d’explorer le deuxième étage. Tout ce qui restait était le troisième. Nous avions soigneusement étudié notre environnement. Après tout, Il y aurait pu facilement y avoir un autre slime qui nous attendait pour nous piéger. La sécurité était le nom de ce jeu.

Une fois que nous avions atteint le large couloir du troisième étage, nous avions été accueillis par des rangées de bustes de plâtre alignés de chaque côté. Tous étaient en forme de femmes nues. Non seulement cela, mais ils sembleraient qu’elles avaient aussi toutes des seins étrangement gros.

« Qu’est-ce que c’est... ? »

« Hé, pourquoi me le demandes-tu ? » En écoutant Yumina pousser un soupir froid devant toutes les statues nues, je ne pouvais pas empêcher mon regard de tomber sur leurs seins. Comme tous les hommes, je n’étais qu’un esclave de ma nature.

La plupart en avaient de très gros, mais l’une d’entre elles avait une paire de bazookas si grosse que cela en devenait énorme.

« Hm...? »

« Qu’est-ce qui ne va pas, Touya-dono ? »

« Rien... peut-être. Je pense avoir vu un des seins bouger... »

Tout le monde me regardait comme si j’étais un fou. Je pouvais même sentir un soupçon de dégoût à cause de mon imagination sauvage.

Je ne plaisantais pas ! J’avais réellement vu ces seins se balancer ! Pour tenter de le confirmer, je m’étais rapproché de la poitrine voluptueuse de la statue.

« Touya, c’est... » commença Linze, clairement déçue de moi.

« A-Alors tu les aimes bien... » dit Elze, comme si un triste fait lui était apparu.

« E-Êtes-vous frustré à cet égard, Touya-dono ? »

« C’est légèrement dérangeant... », marmonna Yumina.

Arrêtez les filles, ça pique. Eh bien, je ne pouvais pas nier qu’une tierce personne me prendrait pour un cinglé et un pervers.

J’avais touché la poitrine gauche de la statue avec ma main droite.

C’était spongieux.

« C’est doux !? »

Les filles hurlèrent d’incrédulité. Ouah, c’était réellement spongieux... gluants... heh... c’était mou.

Que diable !? C’était génial ! Je m’étais pris dans l’instant présent et j’avais caressé cette chose molle dans ma main. Ensuite, l’ensemble des seins était tombé au sol.

« Ouah !? »

J’avais fait un bruit étrange. Ces conneries m’avaient fait sursauter de peur ! Les seins avaient soudainement perdu leur couleur de statue et s’étaient transformés en un slime de couleur chair. Du camouflage, hein...

Sans les slimes, les seins de la statue étaient légèrement plus petits que ceux des autres.

« Slime bustier. Il se fixe aux poitrines féminines et se camoufle. Tends à viser des poitrines plutôt plates. Je me rapproche, mais cette expérience est toujours un échec. »

La voix de Linze alors qu’elle lisait la description était moins « dégoûtée », mais plus « sans émotion ». C’était naturel.

Le Slime bustier avait lentement fait son chemin vers Yumina. Euh... que devais-je faire ici... ?

« ... Souffle, Ô Vent. Un millier de lames né du vent : [Œil du Cyclone]. »

Les lames venteuses que Yumina déchaîna déchirèrent les slimes en mille morceaux. Ouah...

« ... Période de croissance. »

« Hein ? »

« Je suis encore dans ma période de croissance. »

« O, Oh, c’est vrai... » Le murmure de Yumina m’avait pris au dépourvu. Bizarre... Vu son âge, il était normal qu’elle fût... petite à cet égard, alors j’espérais qu’elle ne s’en soucierait pas trop.

J’avais vérifié les autres statues, et il me semblait qu’il n’y avait plus aucun slime.

Nous rassemblâmes nos esprits, traversâmes le couloir du troisième étage et entrâmes dans la grande pièce du fond.

C’était extrêmement sombre à l’intérieur. La pièce semblait être l’endroit où le maître du château venait juste pour se détendre. Avant d’entrer, je m’étais assuré de lever les yeux. Ce slime pot métallique... n’était pas là. Bien.

La première chose que j’avais vue à l’intérieur de la pièce étouffante était un grand canapé avec un squelette.

Il y avait aussi une robe de sorcier sur le sol. Les slimes verts n’étaient pas venus ici pour le manger, probablement parce que ce n’était pas leur territoire. Donc, c’était tout ce qui restait du magicien spécialisé dans la recherche sur les slimes, hein.

Attendez, pourquoi avait-il enlevé son pantalon et ses sous-vêtements ? Se préparait-il pour un bain ou autre chose ?

« Alors, pensez-vous que c’est le vieux sorcier ? »

« Probablement. »

Je ne pouvais pas m’empêcher de me demander si c’était une mort naturelle ou s’il avait succombé à des slimes.

Si c’était le cas, ce château aurait peut-être déjà créé une sorte de slime qui faisait fondre les humains.

... Ce n’était pas comme s’ils n’existaient pas déjà. On en avait trouvé des spécimens dans des donjons et d’autres ruines ici et là. Ils étaient souvent appelés les « nettoyeurs de donjon » parce qu’ils mangeaient à peu près tout.

Sur la table à côté du canapé, il y avait un journal de bord. C’était presque identique à celui que Linze avait trouvé plus tôt.

Effectivement, il avait été écrit dans la langue magique antique, sauf pour le tout dernier morceau.

« Hum, voyons... “C’est fait. Mon - non, le rêve de tout homme, - est devenu réalité en ce jour. Ma vie est enfin sans regret. Avec ça, j’enlève ma robe et mon chapeau de sorcier. Ahh, je peux voir le paradis...” De quoi parle-t-on... ? »

« Touya, regarde ! » Yumina désigna le coin de la pièce, où je vis quatre slimes gras et teintés de peau. Ils étaient assez grands aussi. Une seule personne pourrait facilement s’y intégrer. Sont-ils les slimes qu’il cherchait à créer !?

« Ils sont en train de se transformer, ils se transforment ! »

Alors, tout comme le slime de buste, ils pouvaient se déguiser eux aussi ? Attendez, était-ce l’un de ces scénarios génériques où ils allaient se fondre tous dans un seul grand slime ? Cependant, cela ne semblait pas être le cas. Les quatre slimes avaient changé de forme indépendamment et avaient lentement pris une forme humanoïde.

C’était des slimes qui pouvaient imiter les humains !? C’était vraiment une mauvaise nouvelle ! S’ils pouvaient devenir des humains, il serait extrêmement facile pour eux d’amener leurs victimes à abaisser leurs gardes. Qui savait ce qui pourrait arriver s’ils quittaient le château et commençaient à se propager. Nous devions frapper ces choses viles ici et n-Euh !? Quoi — !?

« Euh !? » « KYAAAAH !! » Les filles crièrent à l’unisson, plus fort que d’habitude également. Alors que leurs cris résonnaient dans le bâtiment, mes yeux se concentrèrent sur les slimes.

D’après leurs apparences, ces slimes avaient la capacité de se transformer en ce qu’ils rencontraient. Plus précisément, les femmes.

Les quatre slimes avaient pris la forme de Yumina, Elze, Linze et Yae. Ils imitaient non seulement leur peau, mais aussi leurs couleurs de cheveux et d’yeux.

Ils ne pouvaient pas parler, de toute évidence, pour trouver ce qui était facile. Cependant, si les deux personnes étaient silencieuses, il était extrêmement difficile de distinguer le vrai du faux. Même moi je ne pensais pas pouvoir le faire.

... C’est-à-dire si les faux n’étaient pas complètement nus.

« Q, Qu’est-ce que tu regardes, Touya ! »

« N,Non ! Arrête ! »

« T,Touya-dono ! Détournez le regard ! »

« Arrête de regarder dès maintenant !! »

Rouges comme des tomates, les quatre me criaient la même chose avec des mots différents. E, Eh bien, je pouvais comprendre leurs sentiments, mais nous devions les vaincre et... ah merde, maintenant mon propre visage devint rouge ! Comment vais-je gérer ça ? OK OK. Ce n’étaient que des slimes. Ce n’étaient pas des filles. Se laisser distraire par eux était tout simplement faux. Ressaisis-toi, Touya... Attends, de toute façon, pourquoi diable n’avaient-ils pas copié les vêtements !? Je jetais un coup d’œil sur les filles tandis que regardaient les slimes.

N,Nues... N,Non, arrête de sourire ! Arrête de sourire à toi-même !

« Va te coucher. »

« Arg !! » Yae me frappa au dos avec un coup de poing. J’avais été assommé, perdant connaissance instantanément.

C’était donc le « rêve de l’homme » que le magicien avait écrit. Il voulait être entouré de dames nues répondant à tous ses caprices et vivre sa vie dans son harem tout souriant... Pour cette fin, il avait passé des années à faire des recherches sur les slimes et avait finalement réalisé ses rêves...

Quel mec... !

Quand je m’étais réveillé, le château brûlait. Des flammes furieuses avaient tout dévoré, tous les slimes avaient probablement péri avec.

« C’est une purge. »

« Effectivement, une purge... »

« Une purge, c’est cela. »

« Une purge. »

Avec des expressions aussi dépourvues de vie que des masques en porcelaine, les quatre murmuraient en voyant le château être réduit en cendres.

Et ainsi marqua la fin de l’ambition d’un certain magicien. Eh bien, ce n’était pas vraiment la fin. Il avait déjà fait de son désir une réalité. Il était mort en ayant fait la paix avec lui-même.

La cause de sa mort aurait peut-être être... non, il n’y avait pas besoin de le dire. Je devais être honorable à ce sujet. Même s’il était devenu squelettique, c’était probablement de cette manière qu’il aurait voulu mourir. (NdT : sûrement mort d’un arrêt cardiaque à force d’avoir fait l’amour aux slimes ??)

Et même si nous avions réussi à satisfaire la demande des villageois, nous n’avions pas été capables de nous regarder les visages des uns et des autres pendant longtemps.

Après tout, cela me revenait toujours à l’esprit... Mon visage devenait rouge à coup sûr.

Et chaque fois que cela était arrivé. J’avais fait une petite prière. J’avais envoyé mes sincères remerciements à ce magnifique sorcier.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire