Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 2 – Interlude 2 – Partie 2

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Interlude 2 : Le château des slimes

Partie 2

Alors que nous prenions une pause sur le palier au milieu des escaliers, quelque chose se rapprochait lentement de nous.

Une chose m’avait frappé l’esprit, bien que ce soit un peu tardivement. Si le premier étage était le territoire des slimes verts, il était naturel que les escaliers soient aussi le territoire d’un autre slime.

« Allons-y pour le moment. Nous devrions nous éloigner le plus possible de ces choses grossières et... Arg ! »

Alors qu’Elze essayait de monter les escaliers, elle tomba sur place. Comme nous avions essayé de comprendre ce qui n’allait pas, nous avions remarqué que la moquette de l’escalier était un peu humide.

« Hey ! Que diable !? C’est tellement gluant ! » Elze toucha accidentellement le tapis et leva les mains vers nous. Elles étaient couvertes d’un liquide visqueux et gluant.

« Ah, cela doit sûrement être ça, là-bas ! »

Yae désigna le haut de l’escalier, où il y avait un slime semi-transparent qui ressemblait à du kuzumochi, un de ces petits desserts glacés à la gelée.

Sa caractéristique la plus remarquable était qu’il avait lâché du liquide dans les escaliers. Nous venions de découvrir pourquoi le tapis était si humide.

« Linze, que disent les notes à propos de celui-ci ? »

« Ça dit “Slime huileux : En cas de danger, il sécrète un liquide semblable à un lubrifiant. Presque entièrement inoffensif. Cette expérience a été un échec complet...” »

En le lisant, le ton de Linze devint aigre... Je pouvais la comprendre pleinement.

« Kyah !! »

« Arg ! » Elze avait essayé de se lever, mais avait glissé, et était tombée encore une fois. Mais cette fois, elle m’avait attrapé par mon manteau et m’avait traîné avec elle.

« Vas-tu vas bien, Touya, Ahh !? »

« Hhawah! »

« Oh, non ! »

Yumina avait essayé de se précipiter vers moi et était aussi tombée. Quelques instants plus tard, Linze et Yae s’étaient aussi rattrapées. Arg, même Kohaku ne pouvait pas y échapper. Nous avions tous gagné assez d’élan pour tomber au bas des escaliers.

« Hyaaaaagh !! » Nous avions glissé dans les escaliers, directement dans une vile piscine de vert.

Avec une projection retentissante, nous avions été engloutis par le slime vert.

« GHHHaha !! »

« Kyah! »

« Auuugh ! »

« Cela ne se passe pas bien... !! »

« Noooooon! »

« Grr... !! »

Les premiers à échapper à cette mer désagréable de slimes étaient Kohaku et moi.

Kohaku m’avait attrapé par la nuque et m’avait ramené au palier au milieu de l’escalier d’un seul bond. Mais nous avions encore glissé sur la lotion.

« Grognement... !? »

« Oh ! » Kohaku m’avait laissé partir, et j’étais tombé à plat sur mon dos.

« Mes excuses, Maître... »

« Ç-Ça va. Je vais bien. »

Je secouais ma tête endolorie et j’essayais de me lever, pour presque tomber une fois de plus. J’avais probablement eu l’air vraiment misérable comme je l’avais fait, mais j’avais été capable de me lever en me soutenant avec la rampe de l’escalier. Bon sang. Ils m’ont bien graissé.

« Nooon !! Aidez-moi ! »

« T-Touya ! »

« Ne vous inquiétez pas, j’arrive ! » Réfléchis-y, Touya ! Le dire c’est bien, mais que pouvais-tu faire !? Attendez... si les slimes  verts ne pouvaient pas monter les escaliers...

« [Porte] ! »

J’avais ouvert un portail juste en dessous d’elles. Tous, y compris les slimes, y étaient tombés, sortant du portail correspondant que j’avais fait dans l’espace ouvert à un mètre au-dessus du palier d’escalier à côté de moi.

Les slimes, se trouvant sur le palier, reculèrent comme une vague, glissant vers le hall d’entrée.

Aha, c’étaient donc des créatures territoriales.

« Est-ce que tout le monde va bien ? »

Je ne pouvais pas finir ma phrase.

Leurs vêtements n’étaient pas dans le meilleur état, c’était le moins qu’on puisse dire. On dirait que les slimes verts avaient un peu mangé leur tissu. Franchement, les filles avaient toutes l’air plutôt belles.

J’avais pu voir à plusieurs endroits que leur peau était exposée ici et là, brillante de façon envoûtante grâce à la lotion dans les escaliers. Les slimes verts étaient assez occupés pour se permettre de ne pas également jeter un coup d’œil aux culottes des filles. On n’était pas très loin de les appeler à moitié nues.

« Kyaaahhh! Ne regarde pas ! »

« Ghuah!? »

Elze m’avait frappé au visage avec son poing revêtu du gantelet. Argh, ça faisait mal ! Elle avait utilisé son autre bras pour couvrir sa poitrine. Au fur et à mesure que ma conscience s’estompait, j’avais aperçu un soutien-gorge rouge clair, mais ce que j’avais vu après, ce n’était que des étoiles. Ah, le monde tournait.

Pourquoi leurs sous-vêtements n’avaient-ils pas fondu... ? Attendez, la soie... la soie n’était pas une fibre végétale, non ? Je pensais... que j’allais juste en rester là...

Si seulement elles avaient acheté des vêtements moins chers... ça aurait pu fondre également... Non, non... ne pense pas que... même si mon cœur avait secrètement rêvé d’un tel événement, j’avais du mal à décider quoi faire. Que faire après que cela se soit réellement passé ?

Une fois que je m’étais réveillé, je m’étais éloigné des filles et j’avais regardé le Slime huileux.

« Viens, Feu ! Duo Cramoisi : [Flèche de feu] ! »

Les flèches de feu frappèrent la créature gluante. Le slime avait éclaté et avait libéré un gaz qui ressemblait à de la vapeur.

Il ne restait plus qu’à grimper au deuxième étage.

Lentement, en veillant à ne pas glisser, nous grimpions les escaliers à quatre pattes. Nous nous étions assurés de calculer soigneusement chaque mouvement. Si nous mettions trop de force, nous glisserions, mais si nous ne bougions pas assez, nous glisserions également.

Franchement, je n’avais aucune idée que [Glissade] était un sort si cruel. Maintenant que je suis la victime, je ne l’aime plus du tout.

Calmement, prudemment, pas à pas, nous nous étions dirigés vers le haut. Nous n’étions pas pressés. La tension était plus forte qu’elle n’avait le droit d’être.

Bientôt, j’avais commencé à entendre des plaintes derrière moi.

« Ah... j’aimais vraiment ces vêtements... »

« Ah... plus de la moitié de ma jupe a fondu... »

« I, Ils se sont usés jusqu’à mon sarashi, ils l’ont fait ! C-C’est terrible, franchement ! »

« Ce grossier slime a rendu mes sous-vêtements transparents, je déteste ça avec tant de force !! »

« Quoi — !? »

J’étais trop concentré sur les mots derrière mon dos pour me rendre compte que mes pieds étaient statiques et que je glissai. Comment pouvais-je me concentrer sur la sécurité si vous parliez de choses comme ça, hein !? Montrez un peu de considération.

« Uwaaaaaah !! »

L’élan m’avait fait glisser au-delà du palier (les filles m’avaient esquivé) pour atterrir tout droit au premier étage, où les slimes verts m’attendaient. Ainsi, j’avais fait une autre visite au marais vert. Putain de merde, ma vie est devenue une comédie. Je devais sortir d’ici ! Oh, attends.

« [Porte] ! »

Juste comme avant, j’avais facilement ouvert un portail. Sauf que cette fois-ci, c’était directement au sommet, avec les slimes en plus. J’aurais dû faire ça dès le début...

Une fois de plus, les slimes verts reculèrent comme une vague océanique.

Heureusement — si ce mot était approprié —, je m’étais retrouvé avec un pantalon qui était devenu un short, et ma chemise devenait de telle sorte que j’avais mon ventre à découvert.

J’avais ouvert une [Porte] sur le palier, et une autre à quelques mètres du deuxième étage, laissant les filles monter sans problème. Et c’était ainsi que nous avions échappé à cet enfer gluant.

Les quatre filles étaient allées directement dans une pièce voisine. Elles allaient probablement trier leurs vêtements. Je n’étais pas autorisé à entrer, bien sûr. Alors j’étais resté à l’extérieur.

J’entendais des bruits de tissu se déchirer. J’avais supposé qu’elles déchiquetaient des rideaux ou quelque chose pour rapiécer leurs vêtements. Revenir à la maison et se changer avec de nouveaux vêtements n’était pas un problème grâce à mon sort [Porte], mais je m’étais juste dit qu’elles ne voudraient pas risquer de voir leurs autres tenues fondre également.

Pendant que j’attendais, j’avais tué du temps en utilisant les [Flèche de feu] pour tuer quelques-uns des slimes verts au rez-de-chaussée. Quelque chose comme [Cyclone de feu] aurait été plus efficace, mais j’avais l’impression qu’il n’était pas sage d’utiliser ce genre de sort à l’intérieur.

Elles avaient finalement quitté la pièce. Comme je m’y attendais, elles étaient couvertes de morceaux de rideaux déchirés — pour les moitiés supérieures et inférieures de chacune d’elles. Elles pouvaient aussi se déplacer, ce qui était un plus.

« ... Tout slime vert — que nous verrons ensuite Sera écrasé. » Les filles acquiescèrent à l’unisson à la proclamation d’Elze. Eh bien, je pouvais voir pourquoi elles étaient si impatientes. Une partie de moi était légèrement déçue, mais j’avais décidé de garder cela pour moi.

Ainsi, nous avions commencé à explorer le deuxième étage, seulement pour trouver plus de la même chose — une collection d’étranges slimes.

Nous avions trouvé des slimes caoutchouteux étrangement élastiques.

Un slime à pointe d’aiguille qui n’avait laissé personne le toucher.

Un slime lumineux qui n’avait fait que briller.

Et un slime paralysant légèrement électrique.

Et bien qu’ils n’étaient pas trop dangereux, c’étaient encore des monstres qui pouvaient causer des problèmes. On ne savait pas quel genre de mutations ils pourraient créer s’ils fusionnaient.

« Alors, le sorcier voulait créer une sorte de slime très spécifique et avait fait beaucoup d’échecs, non ? »

« Il semblerait que cela soit le cas. Il ne pouvait pas connaître la nature des slimes avant leur naissance, donc la chance a joué un grand rôle dans cela. »

Linze avait répondu à ma question tout en regardant les notes de recherche.

Les slimes étaient des créatures magiques. On pourrait même les appeler artificiels, puisqu’ils avaient commencé comme une espèce résultant du produit de la magie humaine.

C’était exactement pourquoi il n’y avait aucune garantie qu’ils ne pouvaient pas finir par être dangereux. Je n’avais aucune idée de la façon dont ils se multipliaient, mais j’avais entendu dire que les slimes pouvaient créer de nouveaux types de slimes en consommant d’autres slimes.

Ce château avait le potentiel pour créer des créatures dangereuses et inconnues. Au vu de tout ce que nous savions, le château pouvait déjà abriter des types de slimes qui avaient évolué naturellement, plutôt que par la volonté du sorcier.

« Je pense que nous devrions les brûler tous ensemble, avec le château lui-même... une purge, vous savez ? »

« Je partage ton sentiment. Mais est-ce vraiment normal de faire quelque chose comme ça ? »

« La forteresse est déjà abandonnée, et je doute que mon père s’en soucie... » Je pouvais entendre ces conversations dangereuses derrière moi.

Eh bien, avec ce niveau d’infestation visqueuse, ce n’était pas exactement un endroit que nous pouvions laisser seul. Même si nous ne le faisions pas, les chevaliers ou l’armée du pays se regrouperaient pour de toute façon tout éradiquer.

Nous avions fini d’explorer le deuxième étage. Tout ce qui restait était le troisième. Nous avions soigneusement étudié notre environnement. Après tout, Il y aurait pu facilement y avoir un autre slime qui nous attendait pour nous piéger. La sécurité était le nom de ce jeu.

Une fois que nous avions atteint le large couloir du troisième étage, nous avions été accueillis par des rangées de bustes de plâtre alignés de chaque côté. Tous étaient en forme de femmes nues. Non seulement cela, mais ils sembleraient qu’elles avaient aussi toutes des seins étrangement gros.

« Qu’est-ce que c’est... ? »

« Hé, pourquoi me le demandes-tu ? » En écoutant Yumina pousser un soupir froid devant toutes les statues nues, je ne pouvais pas empêcher mon regard de tomber sur leurs seins. Comme tous les hommes, je n’étais qu’un esclave de ma nature.

La plupart en avaient de très gros, mais l’une d’entre elles avait une paire de bazookas si grosse que cela en devenait énorme.

« Hm...? »

« Qu’est-ce qui ne va pas, Touya-dono ? »

« Rien... peut-être. Je pense avoir vu un des seins bouger... »

Tout le monde me regardait comme si j’étais un fou. Je pouvais même sentir un soupçon de dégoût à cause de mon imagination sauvage.

Je ne plaisantais pas ! J’avais réellement vu ces seins se balancer ! Pour tenter de le confirmer, je m’étais rapproché de la poitrine voluptueuse de la statue.

« Touya, c’est... » commença Linze, clairement déçue de moi.

« A-Alors tu les aimes bien... » dit Elze, comme si un triste fait lui était apparu.

« E-Êtes-vous frustré à cet égard, Touya-dono ? »

« C’est légèrement dérangeant... », marmonna Yumina.

Arrêtez les filles, ça pique. Eh bien, je ne pouvais pas nier qu’une tierce personne me prendrait pour un cinglé et un pervers.

J’avais touché la poitrine gauche de la statue avec ma main droite.

C’était spongieux.

« C’est doux !? »

Les filles hurlèrent d’incrédulité. Ouah, c’était réellement spongieux... gluants... heh... c’était mou.

Que diable !? C’était génial ! Je m’étais pris dans l’instant présent et j’avais caressé cette chose molle dans ma main. Ensuite, l’ensemble des seins était tombé au sol.

« Ouah !? »

J’avais fait un bruit étrange. Ces conneries m’avaient fait sursauter de peur ! Les seins avaient soudainement perdu leur couleur de statue et s’étaient transformés en un slime de couleur chair. Du camouflage, hein...

Sans les slimes, les seins de la statue étaient légèrement plus petits que ceux des autres.

« Slime bustier. Il se fixe aux poitrines féminines et se camoufle. Tends à viser des poitrines plutôt plates. Je me rapproche, mais cette expérience est toujours un échec. »

La voix de Linze alors qu’elle lisait la description était moins « dégoûtée », mais plus « sans émotion ». C’était naturel.

Le Slime bustier avait lentement fait son chemin vers Yumina. Euh... que devais-je faire ici... ?

« ... Souffle, Ô Vent. Un millier de lames né du vent : [Œil du Cyclone]. »

Les lames venteuses que Yumina déchaîna déchirèrent les slimes en mille morceaux. Ouah...

« ... Période de croissance. »

« Hein ? »

« Je suis encore dans ma période de croissance. »

« O, Oh, c’est vrai... » Le murmure de Yumina m’avait pris au dépourvu. Bizarre... Vu son âge, il était normal qu’elle fût... petite à cet égard, alors j’espérais qu’elle ne s’en soucierait pas trop.

J’avais vérifié les autres statues, et il me semblait qu’il n’y avait plus aucun slime.

Nous rassemblâmes nos esprits, traversâmes le couloir du troisième étage et entrâmes dans la grande pièce du fond.

C’était extrêmement sombre à l’intérieur. La pièce semblait être l’endroit où le maître du château venait juste pour se détendre. Avant d’entrer, je m’étais assuré de lever les yeux. Ce slime pot métallique... n’était pas là. Bien.

La première chose que j’avais vue à l’intérieur de la pièce étouffante était un grand canapé avec un squelette.

Il y avait aussi une robe de sorcier sur le sol. Les slimes verts n’étaient pas venus ici pour le manger, probablement parce que ce n’était pas leur territoire. Donc, c’était tout ce qui restait du magicien spécialisé dans la recherche sur les slimes, hein.

Attendez, pourquoi avait-il enlevé son pantalon et ses sous-vêtements ? Se préparait-il pour un bain ou autre chose ?

« Alors, pensez-vous que c’est le vieux sorcier ? »

« Probablement. »

Je ne pouvais pas m’empêcher de me demander si c’était une mort naturelle ou s’il avait succombé à des slimes.

Si c’était le cas, ce château aurait peut-être déjà créé une sorte de slime qui faisait fondre les humains.

... Ce n’était pas comme s’ils n’existaient pas déjà. On en avait trouvé des spécimens dans des donjons et d’autres ruines ici et là. Ils étaient souvent appelés les « nettoyeurs de donjon » parce qu’ils mangeaient à peu près tout.

Sur la table à côté du canapé, il y avait un journal de bord. C’était presque identique à celui que Linze avait trouvé plus tôt.

Effectivement, il avait été écrit dans la langue magique antique, sauf pour le tout dernier morceau.

« Hum, voyons... “C’est fait. Mon - non, le rêve de tout homme, - est devenu réalité en ce jour. Ma vie est enfin sans regret. Avec ça, j’enlève ma robe et mon chapeau de sorcier. Ahh, je peux voir le paradis...” De quoi parle-t-on... ? »

« Touya, regarde ! » Yumina désigna le coin de la pièce, où je vis quatre slimes gras et teintés de peau. Ils étaient assez grands aussi. Une seule personne pourrait facilement s’y intégrer. Sont-ils les slimes qu’il cherchait à créer !?

« Ils sont en train de se transformer, ils se transforment ! »

Alors, tout comme le slime de buste, ils pouvaient se déguiser eux aussi ? Attendez, était-ce l’un de ces scénarios génériques où ils allaient se fondre tous dans un seul grand slime ? Cependant, cela ne semblait pas être le cas. Les quatre slimes avaient changé de forme indépendamment et avaient lentement pris une forme humanoïde.

C’était des slimes qui pouvaient imiter les humains !? C’était vraiment une mauvaise nouvelle ! S’ils pouvaient devenir des humains, il serait extrêmement facile pour eux d’amener leurs victimes à abaisser leurs gardes. Qui savait ce qui pourrait arriver s’ils quittaient le château et commençaient à se propager. Nous devions frapper ces choses viles ici et n-Euh !? Quoi — !?

« Euh !? » « KYAAAAH !! » Les filles crièrent à l’unisson, plus fort que d’habitude également. Alors que leurs cris résonnaient dans le bâtiment, mes yeux se concentrèrent sur les slimes.

D’après leurs apparences, ces slimes avaient la capacité de se transformer en ce qu’ils rencontraient. Plus précisément, les femmes.

Les quatre slimes avaient pris la forme de Yumina, Elze, Linze et Yae. Ils imitaient non seulement leur peau, mais aussi leurs couleurs de cheveux et d’yeux.

Ils ne pouvaient pas parler, de toute évidence, pour trouver ce qui était facile. Cependant, si les deux personnes étaient silencieuses, il était extrêmement difficile de distinguer le vrai du faux. Même moi je ne pensais pas pouvoir le faire.

... C’est-à-dire si les faux n’étaient pas complètement nus.

« Q, Qu’est-ce que tu regardes, Touya ! »

« N,Non ! Arrête ! »

« T,Touya-dono ! Détournez le regard ! »

« Arrête de regarder dès maintenant !! »

Rouges comme des tomates, les quatre me criaient la même chose avec des mots différents. E, Eh bien, je pouvais comprendre leurs sentiments, mais nous devions les vaincre et... ah merde, maintenant mon propre visage devint rouge ! Comment vais-je gérer ça ? OK OK. Ce n’étaient que des slimes. Ce n’étaient pas des filles. Se laisser distraire par eux était tout simplement faux. Ressaisis-toi, Touya... Attends, de toute façon, pourquoi diable n’avaient-ils pas copié les vêtements !? Je jetais un coup d’œil sur les filles tandis que regardaient les slimes.

N,Nues... N,Non, arrête de sourire ! Arrête de sourire à toi-même !

« Va te coucher. »

« Arg !! » Yae me frappa au dos avec un coup de poing. J’avais été assommé, perdant connaissance instantanément.

C’était donc le « rêve de l’homme » que le magicien avait écrit. Il voulait être entouré de dames nues répondant à tous ses caprices et vivre sa vie dans son harem tout souriant... Pour cette fin, il avait passé des années à faire des recherches sur les slimes et avait finalement réalisé ses rêves...

Quel mec... !

Quand je m’étais réveillé, le château brûlait. Des flammes furieuses avaient tout dévoré, tous les slimes avaient probablement péri avec.

« C’est une purge. »

« Effectivement, une purge... »

« Une purge, c’est cela. »

« Une purge. »

Avec des expressions aussi dépourvues de vie que des masques en porcelaine, les quatre murmuraient en voyant le château être réduit en cendres.

Et ainsi marqua la fin de l’ambition d’un certain magicien. Eh bien, ce n’était pas vraiment la fin. Il avait déjà fait de son désir une réalité. Il était mort en ayant fait la paix avec lui-même.

La cause de sa mort aurait peut-être être... non, il n’y avait pas besoin de le dire. Je devais être honorable à ce sujet. Même s’il était devenu squelettique, c’était probablement de cette manière qu’il aurait voulu mourir. (NdT : sûrement mort d’un arrêt cardiaque à force d’avoir fait l’amour aux slimes ??)

Et même si nous avions réussi à satisfaire la demande des villageois, nous n’avions pas été capables de nous regarder les visages des uns et des autres pendant longtemps.

Après tout, cela me revenait toujours à l’esprit... Mon visage devenait rouge à coup sûr.

Et chaque fois que cela était arrivé. J’avais fait une petite prière. J’avais envoyé mes sincères remerciements à ce magnifique sorcier.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

Laisser un commentaire