Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 2 – Chapitre 2 – Partie 7

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 2 : Dans le royaume des Hommes-Bêtes

Partie 7

La deuxième poussée m’avait surpris, mais j’avais été capable de pencher la tête d’une manière qui l’avait fait frôler simplement mon oreille. Waouh, c’était proche ! Reculer est une mauvaise idée... Je dois passer à l’offensive !

« [Multiplication] ! » De petits cercles magiques avaient commencé à se former sur le sol autour de mes jambes.

« Hm ?! » Le roi arrêta sa charge quand il les vit. Bien que, honnêtement, presque tout le monde le ferait. Bien eu ! Tu es tombé dans le panneau !

« [Puissance] ! » J’avais utilisé la magie pour renforcer mes capacités physiques et utilisé rapidement ma vitesse monstrueuse pour me rapprocher de la bête. La victoire est mienne !

« [Accélération]. » La bête avait soudainement chuchoté quelque chose. Au moment où les mots s’échappaient de ses lèvres, son grand corps disparut. Ma lame ne retombait sur rien d’autre que de fendre l’air.

« Quo — ?! » Abasourdi, j’avais soudainement senti quelqu’un derrière moi. Je m’étais recroquevillé par pur réflexe et j’avais vu l’épée en bois de la bête voler au-dessus de ma tête horizontalement. Je m’étais éloigné de lui et j’avais ajusté ma position. Que diable était-ce ?!

« Tu as réussi à esquiver ça, hein ? Pas mal du tout, mon gars. »

« Était... Était-ce un sort Néant ? »

« Tu as raison. C’était mon propre sort Néant. Je l’appelle [Accélération]. »

Je le savais. C’est donc un sort qui accélère votre mouvement... Pas étonnant que je l’aie complètement perdu de vue ! Ce qui est plus ennuyeux, c’est que je ne sais rien à ce sujet. A-t-il une limite de temps ? Est-ce que cela stimule ses muscles ?

« Comment ça marche ? »

« Cela rend simplement le corps un peu plus rapide. C’est tout ce qu’on peut en dire. Bien que, lorsqu’il est utilisé, il crée cette barrière magique autour du corps qui draine de l’énergie magique comme un fou, de sorte que tu ne peux pas vraiment le garder longtemps. Les humains normaux ne peuvent même pas voir la vitesse avec laquelle je bouge quand il est lancé, alors je dois te le donner pour pouvoir esquiver ça. » Ah, alors, c’est donc juste un simple sort d’accélération. La barrière magique est probablement là pour protéger le corps contre les grandes vitesses.

« Je vois. Je comprends comment cela fonctionne maintenant. C’est un bon sort que vous possédez. »

« N’est-ce pas ? Je suis plutôt fie — »

« En fait, je l’aime tellement que je vais l’utiliser aussi ! [Accélération] ! » Et, juste comme ça, j’avais utilisé le mouvement signature du roi contre lui. En un instant, je m’étais précipité au-delà du roi et mon épée de bois avait fendu l’air.

Huh? Ah zut, j’ai raté le minutage. J’aurais juré que j’avais visé son torse, mais j’étais loin. Cela va me prendre un certain temps afin de m’habituer à ce sort... J’avais essayé de bouger un peu, mais ma propre perception de la vitesse ne pouvait pas suivre mon corps.

« Quo — ?! Tu es juste... Mais... c’est mon... »

« Waouh... c’est plus difficile à contrôler que ça en a l’air ! Mais je ne vous manquerai pas à nouveau, » j’étais entré dans l’hypervitesse et avais visé une fois de plus le monarque. Il avait aussi lancé [Accélération], et nous avions commencé un échange extrêmement rapide d’attaques, d’esquives, de retours en arrière et de parades. Le barrage de ses attaques était aussi rapide que la foudre, mais ma défense n’était pas loin derrière. Je m’habituais rapidement à la vitesse. Je ne pouvais que supposer que le sort accélérait aussi mon cerveau et mes réflexes.

Notre combat dans ce monde supersonique nous semblait normal pour nous deux, mais c’était probablement extrêmement difficile à voir pour les humains normaux.

Cependant, j’avais un atout. J’allais juste combiner ce sort [Accélération] avec...

« [Puissance] ! » Avec un flash, j’aivais gagné encore plus de vitesse ! L’accélération magique s’était empilée sur mes muscles de la jambe améliorée. J’avais atteint une vitesse quasi divine. Aucun œil humain ne pourrait suivre mes mouvements. Bien que cela n’ait duré qu’un instant, j’avais complètement dépassé les limites de l’[Accélération] seule.

« Comment ?! » En moins d’un battement de cœur, j’étais derrière le roi, poussant l’épée de bois contre son cou.

« Échec et mat. »

« ... Je ne suis pas sûr de ce que ce mot signifie, mais il semble que j’ai perdu. » Sa Majesté avait levé les mains et avait accepté la défaite. Acceptant son aveu de défaite, l’arbitre avait levé son bras droit.

« Le gagnant est Monsieur Mochizuki Touya ! » À la suite de cette déclaration, tout le monde dans l’auditoire de l’arène avait commencé à applaudir. En vérité, je m’attendais à un barrage de hululement et de railleries, surtout parce que je venais de vaincre le roi du pays, mais apparemment mes inquiétudes n’étaient pas fondées.

« Je ne m’attendais pas à ce que tu saches comment utiliser [Accélération]... J’avais une confiance extrême dans ce sort, alors je suis devenu un peu prétentieux. Je suppose que je devrais reconsidérer mes stratégies ! »

« Eh bien... peut-être ? Hahaha... » J’avais ri. La magie Néant était de la magie personnelle. Les individus qui pouvaient utiliser le même sort Néant étaient rares. Cependant, j’avais entendu dire que ceux de la même lignée pouvaient avoir des sorts similaires. Quoi qu’il en soit, il était naturel que le roi ne soit pas préparé pour m’affronter. C’était essentiellement un jeu déloyal.

Dommage que je n’avais pas utilisé de magie élémentaire. Je ne pouvais pas jeter des sorts correctement si l’incantation était interrompue... Bien que cela soit rarement un souci pour les mages. Ils étaient de toute façon presque toujours des combattants de l’arrière. Pourtant, ce serait vraiment pratique s’il y avait un moyen d’utiliser la magie élémentaire sans avoir cette incantation embêtante dans son fonctionnement...

Le soir venu, il y avait eu une petite fête au palais. Les invités étaient pour la plupart des ministres de Mismede, des nobles de haut rang et d’importants marchands. D’après ce que je pouvais dire, c’était pour célébrer entre autres le retour d’Olga et pour accueillir Yumina, puisqu’elle était la princesse de Belfast.

Le terme festin n’était pas approprié, donc aucune tenue correcte n’était exigée, mais j’avais quand même revêtu une tenue de soirée.

L’intégralité de ma tenue était de couleur blanche, mais le gilet qu’ils m’avaient donné était noir. Puis il y avait une large ceinture bleu marine. Tout ce dont j’avais besoin était un turban et je ressemblerais à une sorte de cosplayeur de Sindbad ou d’Aladdin.

La fête était composée d’un buffet, donc la plupart des participants prenaient des plats de leur choix tout en profitant d’une petite conversation.

L’invitée d’honneur, Yumina, n’était toujours pas là. Elze, Linze ou Yae n’étaient pas arrivées non plus. Elles s’étaient probablement changées dans des tenues formelles. Elles n’auront aucun problème, car de toute façon, Kohaku s’occupait d’elles.

« Salut, Monsieur Touya. Ce costume vous va à merveille. » Champagne à la main et vêtu d’un manteau tape-à-l’œil plutôt que de son armure habituelle, Lyon était venu me saluer. Étant le fils de la famille des Blitz, il était probablement déjà habitué à ces événements.

« Attendez une seconde, Lyon ! Pourquoi ne m’a-t-on pas donné de vêtements semblables au vôtre... ? », je devais lui demander si ma tenue était belle ou pas ? Cependant, je suppose que c’était mieux ainsi. Je me sentirais assez démoralisé si je devais me tenir à côté de lui tout en portant le même costume. Mon cœur fragile recevrait une fissure chaque fois que quelqu’un me comparait à ce beau diable.

« Euh... Monsieur Touya... n’avez-vous pas vu Olga ? »

« Non, je ne l’ai pas encore vu. » Lyon avait essayé de me poser des questions désinvoltes sur Olga, essayant de se donner de grands airs et de cacher le fait qu’il était impatient de la voir. Cependant, il marquait un point... C’était un peu bizarre que je n’aie vu nulle part l’autre invitée d’honneur. Eh bien, elle n’était probablement pas encore là. Cependant, j’espérais qu’elle arriverait bientôt, il y avait tellement de gens souriants par ici rendant Lyon nerveux.

« Touya ! » Au moment où ces mots étaient parvenus à mes oreilles, j’avais senti que quelqu’un m’étreignait par-derrière. Je me retournai et baissai les yeux pour voir une paire de petites oreilles ressemblant à des renards.

« Eh bien ! Si ce n’est pas Arma, » j’avais tapoté la tête de la petite fille-renard. Elle portait une robe adorable. Quand j’avais regardé derrière elle, j’avais vu un gentleman bien bâti avec des poils blancs. Il y avait une paire d’oreilles qui sortaient de ses cheveux et une longue queue épaisse traînait derrière lui. Cet homme pourrait-il être... ?

« C’est un plaisir de vous rencontrer. Je suis Olba, le père d’Arma. » Je secouai la main qu’il tendait, puis pris un moment pour regarder à la fois l’homme et sa fille. Apparemment, les poils de leurs oreilles et de leurs queues blanchissaient avec l’âge...

« Ravi de vous rencontrer également. Je suis Mochizuki Touya. Ah, Touya est mon prénom. »

« Ho-ho, alors vous êtes d’Eashen ? » Cela fait un moment que je n’avais pas entendu cette réflexion-là.

« Je-je suis Lyon Blitz, un-chevalier de premier plan de l’ordre des chevaliers B-Belfastiens ! » Ressaisis-toi, Lyon... ! Lyon secoua la main d’Olba en tremblant juste après. J’imagine qu’il n’y pouvait rien. Après tout, le père d’Arma était aussi le père d’Olga.

« Vous avez mes sincères remerciements pour la protection de mes filles. »

« P-Pas besoin de ça, monsieur ! Je-je ne faisais que suivre les ordres ! » Lyon, s’il vous plaît. Il n’y a pas besoin de paniquer autant, mec... Sans vouloir aider Lyon à sortir de sa situation difficile, je décidai de commencer une petite conversation avec le vieux renard.

« Que faites-vous dans la vie, Olba ? »

« Je suis un marchand. Je m’occupe de divers produits de haute qualité, dont certains proviennent de Belfast. » Un marchand, hein ? Divers produits...

« Récemment, j’ai essayé de mettre la main sur ce nouveau jeu appelé “shogi”. J’aimerais bien le vendre ici. J’ai entendu dire que le roi de Belfast lui-même en profitait un peu. »

« Hmm ? Shogi ? » Qui aurait cru que l’existence de ce jeu se soit répandue jusqu’ici ? Il s’avéra qu’Olga avait écrit à ce sujet dans l’une des lettres qu’elle lui avait envoyées, et cela avait fini par piquer sa curiosité.

« J’ai justement un jeu de shogi avec moi. Le voudriez-vous ? »

« Oh, pourrais-je vraiment le prendre ? Je vous en serais très reconnaissant. J’ai voulu le voir de mes propres yeux pendant un moment. » Heureusement pour lui, j’avais toujours le set de shogi que j’avais fait pendant le voyage.

« Aucun problème. Je vais m’assurer que vous l’obtiendrez pour demain. Cependant, j’ai des affaires à régler, alors... Lyon, pourriez-vous l’apporter à Olba ? Olga connaît déjà les règles, alors je suis sûre qu’elle vous les apprendra. »

« H-Hm ?! Moi ?! » Une fois que je l’avais amené dans la conversation, Lyon avait commencé à paniquer de nouveau.

« Le père de Lyon est le général Léon, l’un des aides les plus fidèles du roi. J’ai entendu dire qu’il était l’un des meilleurs adversaires du roi au jeu du shogi. »

« Hoh? Un fils du général Léon ?! Oh, mon Dieu, je serais vraiment heureux si vous pouviez visiter notre maison. Il y a tellement de choses que je veux vous demander. » Olba parla joyeusement à Lyon, un large sourire sur son visage. En ce qui concerne ses antécédents personnels, le jeune chevalier était un bon parti pour sa fille. J’espérais vraiment qu’il ferait une bonne impression sur le vieux renard. Eh bien, s’ils se mariaient ou non dépendraient entièrement de la façon dont les tourtereaux se sentaient, alors j’avais peut-être finalement fait quelque chose d’inutile.

« Oui ! Je m’assurerai de venir vous rendre visite demain, » Lyon se positionnait comme un bon soldat. Ce gars était, comme d’habitude, inutilement sérieux.

Pendant que je m’inquiétais au sujet du chevalier extrêmement diligent, les gens rassemblés dans le palais étaient devenus un peu plus bruyants

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire