Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 2 – Chapitre 2 – Partie 11

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 2 : Dans le royaume des Hommes-Bêtes

Partie 11

« Nous sommes des “Espions”. Des agents du renseignement agissant directement sous le commandement de Sa Majesté le roi de Belfast. »

« Le roi ? »

« Oui. Notre mission actuelle est de protéger la princesse. »

L’explication de Lapis était facile à comprendre. Avec la façon dont il me l’avait juste confié, j’avais toujours pensé que l’attitude du roi à l’égard de Yumina était un peu trop désinvolte, et cela expliquait tout. Il la surveillait dans l’ombre.

Attendez, je me souvenais de cette fois où j’avais entendu quelque chose à travers le plafond de l’auberge de la Lune d’Argent... Je pensais que c’était un rongeur ou un autre animal à l’époque, mais ça aurait pu être ces gars-là. Ce groupe d’« Espion » ressemblait à un mélange de ninjas traditionnels et d’espions modernes.

« Êtes-vous les seuls à protéger Yumina ? »

« Non, il y a plusieurs autres. Et ce sont aussi toutes des filles. » Mon autre servante avait répondu avec sa prononciation habituelle étirée inutilement. Cécile, qui enlevait volontairement son masque, me donnait un sourire complètement dépourvu de toute crainte.

C’étaient toutes des filles, hein ? Bien, puisque leurs détails de protection exigeaient de se cacher dans le plafond et dans des endroits similaires, les filles étaient probablement la meilleure option en ce qui concernait la vie privée de Yumina.

« Attendez, depuis combien de temps nous suivez-vous ? Depuis que nous étions encore à Belfast ? »

« Oui, c’est en quoi consistait notre mission », a répondu Lapis.

« Maintenant que j’y pense, aucune de vous n’était à la maison quand j’ai utilisé une [Porte] pour y retourner. Je suppose alors que Laim était aussi au courant ? »

« Oui, il l’est. »

Eh bien, ils m’avaient vraiment trompé. Je leur avais posé d’autres questions, et apparemment, ils ne mentaient pas sur le fait de faire partie de la Guilde des servantes. Les compétences de femme de chambre étaient nécessaires pour les missions d’infiltration, donc à peu près toutes les femmes opérationnelles Espionnes étaient également membres de la guilde.

« Ah, attends. Donc, celle qui avait lancé le couteau sur le dragon noir était... »

C’était Cécile, oui. C’était une experte en lancer de couteau.

« Eheheheeh. Oh, je ne suis pas forte. » Les joues de Cécile devinrent légèrement roses alors qu’elle rougissait. Alors, ce couteau avait été jeté par cette... fille bouffie ? Je suppose qu’il ne faut jamais juger un livre par sa couverture.

Soudainement, Cécile était devenue un peu découragée et avait regardé avec crainte vers moi.

« Et bien, euh... on se fait virer ? »

« Hm ? Pourquoi serais-tu viré ? »

« Eh bien ! Monsieur, nous sommes vos domestiques, et au lieu de remplir nos fonctions, nous sommes ici sur un autre travail entièrement... » Oh, ça. Donc, elle se sentait mal de travailler pour le roi tout en étant embauchée par moi.

« Non, je ne compte pas virer l’une d’entre vous. Après tout, le roi n’a donné l’ordre que parce qu’il s’inquiétait pour sa fille. Aussi, si je te renvoyais, je devrais aussi me débarrasser de Laim. »

Est-ce que les filles pensaient que j’étais si mesquin... ? J’étais assez confiant sur le fait que j’avais suffisamment de profondeur émotionnelle pour sympathiser avec un père s’inquiétant de sa petite fille.

Les deux poussèrent un soupir de soulagement.

« Alors, qu’allez-vous faire maintenant ? »

« Nous allons continuer à protéger secrètement la Princesse Yumina... mais avant cela, nous avons quelque chose à vous demander, monsieur. » Cette fois, Lapis était celle qui me regardait, se préparant à dire quelque chose de difficile. Franchement, je ne pouvais pas m’habituer à être appelé monsieur...

« Auriez-vous la gentillesse de tout garder secret à la princesse... ? » Ah, puisque c’était une mission secrète, être découvert était évidemment un énorme problème.

« Si elle devait être au courant sur notre protection, la princesse se fâcherait furieusement contre Sa Majesté. » Oh, peu importe. La vraie raison était beaucoup plus simple. Eh bien, il avait agi comme s’il l’avait envoyée toute seul parce qu’il croyait en elle, alors la vérité ferait croire qu’il ne croyait pas du tout à elle. Ça devait être dur d’être papa, hein ? Ça ne me dérangeait pas de garder un secret, alors ça me va. Je les laissais suivre leurs ordres, je m’éloignais d’eux et je retournais à Yumina.

J’avais tout raconté à Kohaku à travers notre lien télépathique. Pour Yumina et Linze, cependant, j’avais dû leur mentir en disant qu’ils s’étaient enfuis. Eh bien, ce n’était pas un mensonge complet, puisqu’ils avaient effectivement fui une fois après m’avoir aveuglé. Elles m’avaient lancé des regards étranges, mais j’avais réussi à les tromper et nous étions tous retournés au palais.

Le jour suivant, les rois de Belfast et Mismede devaient avoir une discussion concernant les détails de l’alliance entre les royaumes.

C’était une véritable réunion au sommet, mais il y avait un petit peu de discussion pour savoir qui rejoindrait l’autre. Au final, il avait été décidé que Belfast viendrait à Mismede, donc j’avais placé le miroir destiné à la téléportation (officiellement, de toute façon) dans la salle de conférence.

Outre moi, les autres personnes présentes étaient Lyon, les autres chevaliers de Belfast, le Roi de Mismede, le chancelier Glatz et une bande de soldats mismédiens menés par le célèbre loup-garou, le capitaine Garm.

J’avais ouvert une [Porte] juste en face du miroir, permettant à Sa Majesté et à son frère cadet, le duc Ortlinde, de passer.

Le fait qu’une personne était réellement sortie du miroir avait surpris beaucoup de personnes présentes, mais cela n’avait pas duré longtemps, car il était temps de bien accueillir le roi.

« Bienvenue à Mismede, Roi de Belfast. »

« Merci pour l’invitation, Roi de Mismede. » Ils avaient échangé une poignée de main. Il était temps pour les questions d’état. Étant un étranger, j’avais décidé de prendre mon congé.

J’étais sorti de la salle de conférence et restais dans le couloir. Tout ce que je pouvais faire, c’était espérer que les deux rois s’entendraient.

Soudainement, à l’autre bout du couloir, j’avais vu l’ours en peluche, Paula, marcher avec sa maîtresse, Leen. Elle était toujours vêtue de la même tenue lolita gothique que la dernière fois que nous nous étions rencontrés.

« On dirait que le roi de Belfast était venu lui dire bonjour. »

« Oui, juste à l’instant. Ils ont une réunion là-bas. » Je lui avais répondu en pointant une porte à proximité, la seule porte avec deux gardes à côté.

« Eh bien, as-tu envie de devenir mon disciple ? »

« Combien de fois dois-je dire non avant que tu le comprenne ? » Refusant d’abandonner après mon premier rejet, Leen m’avait demandé d’être son disciple à peu près chaque fois que nous nous rencontrions depuis.

La dernière fois, elle avait dit que je pouvais être un « disciple provisoire ». Cela me semblait trop à un « enrôlement provisoire de club ». Attendez, n’est-ce pas une position inférieure à celle du vieux disciple habituel ?! Paula se tenait à ses côtés, me faisant signe d’un petit geste.

« Franchement, pour un jouet en peluche, Paula est bien vivante... C’est presque comme si elle était en vie. »

« Ça montre juste combien de fois j’ai utilisées [Programmation] sur elle, n’est-ce pas ? Je l’ai placée avec des actions et des réactions à diverses situations pendant presque deux cents années maintenant. Elle pourrait aussi bien être autonome à ce stade. Vous, humains, pleurez quand vous avez mal et vous vous fâchez quand on se moque de vous, n’est-ce pas ? C’est le même principe. »

Deux cents ans... ? Donc, le comportement de Paula semblait naturel en raison des innombrables utilisations de [Programmation] sur une longue période, hein ?

Soudainement, j’avais envisagé la possibilité de créer une poupée humanoïde via [Modelage] puis en utilisant [Programmation] pour faire un pseudo-androïde, mais ensuite je m’étais souvenu que cela avait pris deux cents ans à Leen juste pour Paula. Je me demandais si nous ne pourrions pas copier et coller sa programmation...

En réponse à mon regard intense, Paula semblait être un peu mal à l’aise. Elle recula légèrement. Oh, alors même ce genre de réponse est programmé ?

« Tu as dit qu’elle avait plus de deux cents ans, mais Paula ne le sait certainement pas. La reconstruis-tu régulièrement ou quoi que ce soit d’autre ? »

« Non, ce n’est pas le cas. Elle est sous les effets de mon sort du Néant [Protection]. Comme son nom l’indique, c’est un sort qui, et bien, protège de certaines choses. Paula est protégée contre la saleté, la détérioration et contre les rongements par des insectes, entre autres choses. »

La magie protectrice, hein ? Je ne mentirai pas, c’était assez impressionnant que Paula fût toujours aussi belle. L’utiliser sur les vêtements enlèverait le besoin de les laver, n’est-ce pas ? Mince, le jeter sur le corps pourrait enlever le besoin de prendre des bains... Cependant, cela ne semblait pas tout à fait juste. Même si elle protégeait de la saleté extérieure, elle ne pouvait probablement rien faire pour l’accumulation de la saleté en raison des processus métaboliques.

« Attends, combien de sorts Néant peux-tu utiliser, Leen ? Il y a [Protection], [Programmation] et [Transfert] dont Charlotte m’avait parlé. »

« Les fées ont une grande aptitude pour la magie Néant. En fait, les fées qui n’ont pas un seul sort Néant à leur disposition sont rares. Cependant, je n’en ai que quatre à présent. »

Quatre sorts Néants insaisissables, hein ? C’était plutôt incroyable. Mais je supposais que je n’étais pas vraiment en mesure de le dire, étant donné mes propres affinités. Je pouvais cependant voir pourquoi les fées étaient considérées comme une espèce construite pour la magie. Maintenant, j’étais curieux de savoir quel est le quatrième sort Néant de Leen.

« Monsieur Touya ? Sa Majesté, le roi de Belfast souhaite vous voir. S’il vous plaît, venez à l’intérieur. »

Le chancelier Glatz avait ouvert la porte de la salle de conférence et avait jeté un coup d’œil. N’ayant aucune raison de refuser, j’étais entré, ce qui avait fait que les deux rois se retournaient pour me regarder.

« Hey, Touya mon garçon. Les discussions se sont très bien déroulées. Je te remercie pour ton aide. »

« Eh bien, c’est bon à entendre. » Les mots du roi de Belfast me firent pousser un soupir de soulagement. Mon travail était enfin achevé.

« Très bien. Nous allons maintenant retourner à Belfast. Nous te laissons gérer le reste. Merci pour votre temps, Roi de Mismede. »

Une fois leurs adieux terminés, j’avais secrètement ouvert une [Porte] devant le miroir et laissé partir le roi et son frère. Quand ils étaient partis, j’avais commencé à appliquer notre plan. Tout le monde me regardait, j’avais sorti un marteau et brisé le miroir en petits morceaux.

« M-Monsieur Touya ?! Qu’est-ce que vous...?! »

« Ah, il n’y a pas besoin d’être contrarié. Laissez-moi juste un moment. » Ignorant un instant le Glatz agité, je détournais les yeux et concentrais ma magie sur les fragments du miroir.

« [Modélisation] » Le miroir brisé et le cadre en bois avaient perdu leur forme originale et s’étaient transformés en un certain nombre de petits miroirs oblongs. Fondamentalement, j’avais créé quelques petits miroirs encadrés d’environ deux centimètres de haut et quinze centimètres de large. J’en avais pris un et l’avais tranquillement enchanté avec [Porte].

« Ces miroirs sont connectés à Belfast. Maintenant, quand vous avez quelque chose d’important à dire à quelqu’un, il suffit de mettre une lettre dans le miroir. Bien que les deux parties devront encore utiliser des documents officiels pour confirmer leur authenticité. »

« Je-je vois... Donc, les messages qui prennent normalement un voyage aller-retour de vingt jours vont maintenant arriver en un instant ? C’est le plus pratique ! Je ferai en sorte de l’utiliser pour favoriser nos relations amicales. »

J’avais remis le petit miroir à Sa Majesté et il avait fait un petit sourire. Avec ça, mon travail avait été fait.

Enfin, c’était le temps de rentrer à la maison... Même si j’avais un si bel endroit, je n’avais pas encore eu la chance d’y vivre correctement. Je me sentais prêt à prendre un long repos.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Merci pour le chapitre!

  2. Merci pour le chapitre )

  3. Ethan_Nakamura

    Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire