Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 2 – Chapitre 2 – Partie 10

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 2 : Dans le royaume des Hommes-Bêtes

Partie 10

Après quelques essais et débogages de mon programme, j’avais testé la durabilité du mode lame de Brunhild.

Bien qu’il avait été fait de plusieurs parties, la section centrale qui n’avait pas été affectée par la transformation était presque parfaitement fusionnée avec la lame et l’objet entier avait la dureté d’une corne de dragon. Je pourrais facilement abattre un arbre plutôt épais. La précision était incomparable à mon épée précédente.

Peu de temps après, nous étions retournés à la ville, aux alentours du palais, et avions acheté trois gaines en cuir pour les dagues et une pour quelque chose d’un peu plus grand. Je les avais toutes transformées en étuis pour nos armes avec mon sort [Modelage]. Après tout, elles sortaient vraiment de l’ordinaire.

Pendant que j’y étais, j’avais aussi profité de l’occasion pour acheter trois poches à placer à la taille pour les balles. Puisque nous étions en ville, nous n’avions pas à nous inquiéter d’être attaqués par des monstres, donc je n’avais donné aux filles que des balles en caoutchouc imprégnées de [Paralysie]. Cependant, j’avais encore plein de vraies balles avec moi. Je m’étais soudainement rendu compte qu’il y avait la possibilité qu’elles se tenaient à côté de moi en rechargeant et en récupérant accidentellement mes vraies balles dans leurs armes...

Pour éviter un tel désastre, j’avais reprogrammé leurs armes. Maintenant, les armes ne chargeraient que les balles que le porteur voulait. C’était parfaitement faisable grâce à [Apport].

Cela signifiait que nous devions seulement considérer les enchantements à mettre sur les balles. Puisque Linze avait utilisé [Explosion] à la suite de notre retour des ruines de l’ancienne capitale, j’étais pleinement conscient qu’elle avait la puissance de feu pour faire sauter toute une série de ruines, et que cela manquait d’utilité. Peut-être [Feu incendiaire], alors ? Un coup de feu et tout serait engloutis dans les flammes... Non, c’était trop exagéré aussi.

Eh bien, tant que l’adversaire était humain [Paralysie] devrait fonctionner correctement. Même s’ils avaient des amulettes qui les protégeaient, les balles en caoutchouc allaient encore faire beaucoup de dégâts. Hm... je suppose que j’aurai besoin d’y penser plus tard.

« Voulez-vous manger quelque chose pendant que nous sommes en ville ? »

« Bonne idée. J’adorerais essayer la cuisine locale. »

« O-Oui, moi aussi. J’ai beaucoup entendu parler de ce plat local appelé “Cully”. »

Cully...? Hmm... ça avait piqué mon intérêt. Je supposais que j’allais aussi essayer. Il avait été vendu à un stand de nourriture à proximité, alors nous y étions allés directement pour cela. Il y avait un menu avec du « porc cully », entre autres variantes. Cette odeur était assez familière...

Yumina commanda un plat de bœuf, Linze reçut un poulet cully, et j’avais eu un cully de porc. Pour une raison inconnue, Kohaku n’en voulait pas. Nous nous étions assis à la table voisine et avions attendu seulement quelques minutes avant que tout soit prêt.

Cette couleur, et cette odeur... Je le savais ! C’est du curry. Cependant, ce n’était pas de riz au curry puisqu’il n’y avait pas de riz.

« Euh, les gars ? Juste pour que tu saches... » J’étais sur le point de les mettre en garde contre le piquant potentiel, mais elles en avaient déjà apporté un peu à leur bouche.

« Ack! » « Gah?! » Elles se couvraient la bouche alors que des larmes se formaient dans leurs yeux.

Ah. Alors, je suppose que c’était épicé. Dommage que ce ne soit pas du genre doux. À en juger par la façon dont ces deux agissaient, il devrait être super épicé...

Elles tendirent la main vers la cruche à eau sur la table, se battant presque l’une contre l’autre, alors qu’elles se versaient de l’eau dans leurs tasses tout en l’avalant rapidement. Alors que je les regardais, j’avais essayé moi-même le curry, et wôw, c’était chaud. Cette évaluation venait de ma part, qui avait goûté un certain nombre de currys épicés, alors je ne pouvais qu’imaginer à quel point ça frappait les filles.

« Quel fort goût... ! » « Ow, c’est comme si ma langue était en feu... » Si chaudes qu’elles ne pouvaient même pas parler correctement... Une fois que nous avions quitté la zone, nous étions allés chercher du jus de fruits auprès d’un autre commerçant. Quelques gorgées rapides neutralisèrent ces fatales épices.

« Une fois que tu t’y habitues, cela ne doit pas être mauvais. »

« Avais-tu la chance de manger du cully avant, Touya ? »

« Eh bien ! Au moins quelque chose de similaire. »

J’avais donné à Yumina, qui avait encore du mal à parler, une réponse ambiguë. Linze prit la glace qui accompagnait le jus et la déplaça dans sa bouche. En y repensant, je n’avais pas eu grand-chose d’épicé depuis que j’étais venu dans ce monde. Dans mon esprit, Belfast était presque personnifié en tant que royaume des nourritures douces.

... Hein ? Alors que des pensées de dîner entouraient ma tête, j’avais senti quelqu’un me regarder. Cette sensation m’était familière...

« Maître. Quelqu’un nous observe. Je crois que ce sont les mêmes personnes qu’avant. »

Kohaku m’avait parlé par télépathie. Je le savais.

« Ceux qui nous regardaient à Langley ? Bien. Allons leur dire bonjour. Où sont-ils situés ? »

« Au sommet du plus haut bâtiment à votre droite. » Prétendant que je n’étais pas au courant de leur présence, je levais les yeux vers l’endroit que Kohaku avait indiqué. Je pouvais les voir sur le toit d’un immeuble de trois étages. Ils étaient plutôt loin.

« Je suppose que je devrais me préparer... Rechargement. » J’avais rempli mon arme à feu, Brunhild, avec des balles en caoutchouc imbibées de [Paralysie].

« Touya. » Mon rechargement soudain avait fait que les filles me regardaient avec une confusion apparente, mais ce n’était pas le temps pour les explications.

« Surveille les filles, Kohaku. »

« Fais attention. » C’était l’heure du rendez-vous.

« [Renforcement]. » J’avais renfoncé mes capacités physiques et sautais vers le haut. Après avoir atterri sur l’un des bâtiments à mes côtés, j’avais fait un autre bond vers le toit devant moi. Toit après toit, j’étais allé droit au bâtiment sur lequel j’avais vu les mystérieux observateurs.

« Yo. »

« Gh ?! » « Hm ?! » Mon arrivée soudaine et mes salutations nonchalantes les avaient laissés stupéfaits.

Au moins, je pensais que c’était le cas. Je ne pouvais pas voir leurs visages. Ils portaient des robes noires d’apparence similaire, et du peu que je pouvais voir, les vêtements sous leurs robes étaient aussi noirs. Les visages sous leurs têtes à capuchon étaient cachés par des masques blancs. Pas tout à fait blanc, cependant, car il y avait des symboles étranges sur le front. Pendant un moment, je pensais qu’ils étaient identiques sur les deux, mais ensuite je remarquai que l’un avait un hexagone, tandis que l’autre avait un ovale étiré verticalement.

« Euh, hé... pouvez-vous parler ? J’aimerais savoir qui vous êtes et... »Soudainement, celui avec l’hexagone avait sorti un objet semblable à un tube à essai et l’avait jeté par terre. En un éclair, les environs avaient été baignés dans une lumière intense.

« Khh...! » L’éclair m’avait momentanément aveuglé, et une fois que j’avais retrouvé ma vue, les observateurs avaient disparu. Ils s’étaient échappés ? Ha, pas probable ! J’avais sorti mon smartphone et j’avais lancé une recherche sur « homme masqué ». Bon, les deux couraient dans une ruelle au nord. Il était encore temps de rattraper.

« [Renforcement de l’accélération] ! » Accéléré par ma magie, je traversais de nouveau les toits. La vue passait devant moi avec une vitesse folle, et quelques instants plus tard, je pouvais voir les deux courir dans la ruelle.

J’étais allé devant eux et m’arrêtais dans leurs chemins.

« Mmph ?! » « Gh ! » Je ne pouvais toujours pas voir leurs visages à travers les masques, mais j’étais presque certain qu’ils étaient surpris. Cependant, l’homme au masque hexagonal avait rapidement atteint un autre de ces tubes à essai. Pas cette fois !

Sans hésitation, j’avais sorti Brunhild et avais tiré sur celui qui essayait de me rendre aveugle.

Le bruit d’un coup de feu retentit lorsque le masque hexagonal était tombé au sol. Pas d’amulettes protectrices, hein ? Dommage. Ayant perdu un allié, le masque ovale me regarda, puis revint à celui qui était sur le sol, ne sachant apparemment pas quoi faire ensuite. C’était ma chance. Un autre coup de feu avait retenti dans l’allée arrière.

« Très bien ! Et maintenant ? » Alors qu’ils étaient encore paralysés, je les avais attachés avec des bobines que j’avais faites en utilisant [Modelage] et les avais placés contre le mur de la ruelle. Je pouvais enlever leurs masques et regarder leurs visages, mais avec [Paralysie] actif, ils étaient toujours inconscients. Ce serait vraiment dommage s’ils avaient des lois bizarres, semblables à celles des sectes, qui les forceraient à se suicider ou à me tuer si je voyais leurs visages.

« Je vais retirer la paralysie, alors ne vous débattez pas, d’accord ? » Je les regardais dans les yeux et concentrais ma magie.

« [Restauration]. » Une lumière douce les entoura tous les deux. Cela aurait dû prendre soin de la paralysie. Maintenant, si seulement nous pouvions avoir un échange approprié.

« Alors, qui êtes-vous tous les deux ? Pourquoi m’observiez-vous ? »

« ... » Hmm... vous utilisez votre droit de garder le silence, hein ?

Un moment plus tard, j’avais remarqué que l’homme au masque hexagonal faisait de légers mouvements. Avais-je attaché le fil trop fort ? Non, il essayait probablement de s’échapper... Ce serait très pénible s’ils utilisaient un outil étrange, semblable à la bombe flash, pour faire fondre le fil ou toute autre chose. Pour être du bon côté, j’avais décidé d’enlever leurs gadgets et autres accessoires.

J’avais placé ma main contre la poitrine de l’homme au masque hexagonal.

« Hyah?! » L’homme au masque hexagonal avait libéré une voix mièvre et j’avais commencé à sentir quelque chose de doux dans ma main. Une fois que j’avais réalisé ce que c’était, j’avais commencé à transpirer de partout.

« T-t-tu es une fille ?! » L’homme au masque hexagonal acquiesça légèrement. J’avais rapidement retiré ma main, mais je pouvais encore sentir la douceur que j’avais eue il y a quelques instants. Oh bon sang. Mon visage était probablement aussi rouge qu’une tomate. Attends... cette voix n’était-elle pas familière ?

Alors que je reculais ma main, je l’avais accidentellement frappée et j’avais fait tomber le masque blanc avec l’hexagone au sol avec un cliquetis. Le visage en dessous était celui d’une femme que je connaissais.

« Qu’est-ce que... ?! Lapis... ? » Avec un visage rougissant, ma femme de chambre, qui aurait dû être chez moi dans la capitale de Belfast, me fit un autre signe de tête.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire